Version classiqueVersion mobile

La forme spectacle

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Jacques Cheyronnaud

II. Les formes critiques du spectacle

Le show « animalitaire » Mises en scène de la souffrance animale

Animal shows: Putting animals’ suffering on show

Sergio Dalla Bernardina

Résumé

Dans son ouvrage La souffrance à distance, Luc Boltanski remet en cause les accusations de complicité et de voyeurisme adressées par le milieu intellectuel aux auteurs et aux médias s’attardant ostensiblement sur les scènes de souffrance. Montrer la souffrance serait un geste nécessaire, qui dénonce les atrocités et mobilise l’opinion publique. Inutile de chercher plus loin. Faut-il donc exclure du champ analytique les sollicitations intimes, « extra-humanitaires », narcissiques qui peuvent se dissimuler dans l’acte de montrer ? Faut-il renoncer à la quête des motivations sociales qui échappent à la conscience des acteurs ? Aujourd’hui, la question se pose pour la souffrance humaine, mais également, et de plus en plus, pour la souffrance animale. On peut respecter l’interdit de Boltanski et appréhender la dénonciation de la souffrance animale en se limitant à son message moral et à ses finalités politiques. On peut le braver et lire ces « mises en spectacle » comme des cérémonies collectives dont il s’agit de saisir, à côté du sens manifeste, d’autres fonctions psychologiques et sociales.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je suis chez le coiffeur, on me tend un numéro de Paris-Match. Sur la couverture un jeune nègre vêtu d’un uniforme français fait le salut militaire, les yeux levés, fixés sans doute sur un pli du drapeau tricolore. Cela, c’est le sens de l’image. Mais, naïf ou pas, je vois bien ce qu’elle me signifie : que la France est un grand empire, que tous ses fils, sans distinction de couleur, servent fidèlement sous son drapeau, et qu’il n’est meilleure réponse aux détracteurs d’un colonialisme prétendu que le zèle de ce noir à servir ses prétendus oppresseurs1.

Dans quel sens ?

Roland Barthes nous le rappelle, l’intention d’une image va au-delà de son sens immédiat. Son décodage demande un effort plus ou moins intense que nous exerçons spontanément et sans trop de difficulté. Cette compétence herméneutique est transmise socialement et partagée par les membres d’une même communauté. Elle est en quelque sorte « naturelle ». C’est pour cette raison que des auteurs comme Harold Garfinkel remetten...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search