Version classiqueVersion mobile

La forme spectacle

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Jacques Cheyronnaud

II. Les formes critiques du spectacle

Nostalgie pour l’authentique. Guy Debord et l’approche « pathologique » du spectacle

Nostalgia for authenticity : Guy Debord and the « pathological » approach to the spectacle

Barbara Carnevali

Résumé

Ce texte propose une relecture théorique et un bilan de la Société du spectacle (1967) de Guy Debord. L’auteur y aborde la question du spectacle au prisme d’un paradigme critique que j’appelle « romantisme social », et qui greffe la métaphysique rousseauiste de la transparence et de l’authenticité sur la critique marxienne du capitalisme. Cette synthèse incarne de façon exemplaire une approche « pathologique » du spectacle où la condamnation platonico-chrétienne ancestrale des masques et des représentations sociaux fusionne avec la défiance moderne vis-à-vis du marché, des médias et des phénomènes de consommation.
Le paradigme debordien est reconstruit à partir de ses fondements théoriques (la philosophie marxiste de l’histoire mélangée à l’opposition métaphysique être-apparaître, le concept d’aliénation, celui de marchandise, la théorie du pouvoir) et sa persistance est retracée dans la pensée contemporaine de Giorgio Agamben. Dans les conclusions du texte, le paradigme pathologique du spectacle est confronté à un autre paradigme, que j’appelle « esthétique sociale ». Cette approche permettrait de compenser une de ses limites, à savoir son incapacité à penser correctement la logique spécifique des apparences sociales et leur ancrage « physiologique » dans l’expérience anthropologique intersubjective.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Être et paraître devinrent deux choses tout à fait différentes.
Jean-Jacques Rousseau.

I.

« Le spectacle n’est pas un ensemble d’images, mais un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images1 » : le quatrième aphorisme de La société du spectacle, publié en 1967, paraphrase la célèbre analyse de la marchandise dans le Capital de Karl Marx. Avec cette équivalence entre spectacle et marchandise, qui demeure par la suite le fil directeur de son œuvre entière, Guy Debord invente le plus important des romantismes sociaux2 contemporains, dont la spécificité est de greffer la métaphysique rousseauiste de la transparence et de l’authenticité sur la critique marxienne du capitalisme. Fusionnant deux des plus puissants paradigmes critiques de la modernité, cette synthèse incarne de façon exemplaire ce que je définirai volontiers comme une approche « pathologique » du spectacle mobilisant tout un arsenal d’accusations philosophiques antiques et modernes : la condamnation platonico-c...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search