Version classiqueVersion mobile

La forme spectacle

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Jacques Cheyronnaud

I. Anthropologie du spectaculaire. Diversité des régimes et des formes

La vie urbaine est un spectacle. Ordinaire et attention

Urban life as a show: The ordinary and the attention it attracts

Anthony Pecqueux

Résumé

Accoler « ordinaire » à « spectacle » invite à faire d’emblée un pas de côté par rapport aux considérations habituelles sur le spectacle des villes. Il y a là le pari que la question de la spectatoralité posée dans ce volume gagnerait à ne pas se focaliser uniquement sur les régimes d’attention « extraordinaires », mais également sur ceux, plus ordinaires, qui marquent une présence au monde environnant plus élémentaire. Saisi sous cet angle, le spectaculaire ne serait qu’une variation d’un régime d’attention ordinaire. Considérer la vie urbaine comme un spectacle ordinaire conduit à examiner à la fois la question de l’attention sensorielle en ville et en quoi elle peut s’articuler avec la notion de spectacle. C’est dire qu’après une discussion théorique des notions en jeu seront présentés des éléments empiriques sur les déplacements des auditeurs-baladeurs, ces urbains ordinaires dont l’un des sens (l’audition) est « préoccupé » du fait qu’ils écoutent de la musique par le biais d’oreillettes.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Accoler « ordinaire » à « spectacle » invite à faire d’emblée un pas de côté par rapport aux considérations habituelles sur le spectacle des villes (dont le carnaval, le marché, etc., sont les scènes favorites) – et leurs développements récents sous la question des « villes créatives1 ». Il y a là le pari que la question de la spectatoralité posée dans ce volume gagnerait à ne pas se focaliser uniquement sur les régimes d’attention « extraordinaires » (ceux impliqués par un geste déictique initial : « regardez là/moi »), mais également sur ceux, plus ordinaires, qui marquent une présence au monde environnant plus élémentaire. Saisi sous cet angle, le spectaculaire ne serait qu’une variation d’un régime d’attention ordinaire, comme le formule Isaac Joseph : « On sait combien l’inattendu, loin de s’opposer à l’ordinaire, fait au contraire partie de sa routine, au point que c’est tout naturellement que l’œil du passant s’attend à être provoqué par son spectacle2. »

Considérer la vie urb...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search