Version classiqueVersion mobile

La forme spectacle

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Jacques Cheyronnaud

I. Anthropologie du spectaculaire. Diversité des régimes et des formes

Mettre en spectacle les mystères chrétiens (xve-xvie siècles)

Staging Christian mysteries in the 15th. and 16th. Centuries

Marie Bouhaïk-Gironès

Résumé

La condamnation du théâtre par les Pères de l’Église n’a pas empêché le développement de formes spectaculaires nombreuses et fréquentes tout au long du Moyen Âge. Les histoires et les mythes chrétiens, Passion et vies des saints en particulier, sont couramment joués, entre le xive et le xvie siècle, à grand renfort d’effets spéciaux et d’exploits techniques, pour signifier sur scène les mystères de la foi. En même temps qu’elle contrôle ces mystères au plan dogmatique, l’Église participe à leur développement, encourageant et organisant en partie, avec les villes, ces jeux spectaculaires. À travers l’étude du cas du Mystère des Trois Doms joué à Romans à la Pentecôte 1509, on voit comment la construction d’une memoria commune de la cité passe par la mobilisation d’un nombre conséquent d’individus qui fraternisent le temps de la création d’un spectacle en une participation active à l’événement, sur laquelle repose l’efficacité du projet idéologique.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il avait deux passions dans sa vie : Dieu, et le théâtre1.

La querelle de la moralité du théâtre, qui occupe l’Église et les milieux lettrés tout au long du xviie siècle, a profondément marqué l’histoire occidentale ; au point que, par un processus historiographique bien connu, on a étendu et fait remonter ce phénomène à la période médiévale. En effet, l’idée de l’interdit que l’Église médiévale aurait posé sur le théâtre se retrouve exploitée par de nombreuses plumes, à des fins on ne peut plus diverses, sans que l’on arrive précisément à comprendre sur quoi s’est construite cette mythologie. Ainsi, Umberto Eco, dans Le Nom de la Rose, raconte comment l’Église chrétienne médiévale a caché et fait disparaître l’unique exemplaire du second volume de la Poétique d’Aristote, qui traitait du rire et de la comédie. Afin de poser le cœur de son intrigue criminelle, Eco joue de ce topos de la culture occidentale qui veut que l’antagonisme entre la culture ecclésiale et le théâtre soit si fo...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search