Version classiqueVersion mobile

La forme spectacle

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Jacques Cheyronnaud

L’exposition industrielle de Berlin (1896)1

The Berlin Industrial Exhibition (1896)

Georg Simmel
Traduction de Didier Renault

Résumé

Les plaisirs de la vie sociale – qui se déploient à l’occasion de regroupements collectifs – fédèrent des sociétés humaines des plus hétérogènes, comme celles des expositions universelles ou de l’Exposition industrielle de Berlin de 1896. Hypnotisés par la diversité des produits exposés, qui, au-delà de leur valeur d’usage, attirent l’œil, sollicités par une abondance d’excitations hétérogènes, les visiteurs condensent néanmoins ces impressions en une expérience unique et fédérative. La ville, jusque-là encore en marge du concert des grandes villes européennes, accède par cette entremise au statut de métropole mondiale, s’affichant comme l’illustration et le florilège de ce dont sont capables les puissances industrielles du monde civilisé. À ce titre, l’exposition d’objets est indissociable du processus de monétisation et de ses apories : spécialisation toujours plus poussée dans leur production, désindexation relationnelle de produits désormais anonymes, sentiment de vacuité que seule l’abondance peut momentanément tempérer. Mais l’exposition de 1896 ne décline pas une forme routinisée de mise en spectacle. Son style spécifique s’est élaboré au fil du temps, dans une architecture – négation délibérée du style monumental – qui instaure un nouveau rapport entre le durable et l’éphémère en exprimant le charme et le parfum du transitoire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son Histoire allemande1, Karl Lamprecht rapporte que certaines ligues de chevaliers du Moyen-Âge, dont les buts pratiques et concrets avaient disparu, s’étaient toutefois maintenues comme associations vouées au divertissement. Le type de développement sociologique ainsi caractérisé trouve une réalisation identique dans les domaines les plus divers. Le double sens du mot « société2 » (Gesellschaft) exprime symboliquement à quel point les plaisirs de la vie sociale accompagnent, au moins à titre de phénomène dérivé, tout regroupement en société, à quel degré ils forment le point de contact des groupes d’intérêts les plus hétérogènes et gardent leur force de rassemblement, même lorsque les fondements concrets et les motivations de l’association ont disparu. L’histoire des Expositions universelles, tout comme celle des foires qui les ont précédées, fait directement écho à ce profil sociétal et est illustrée emblématiquement par l’Exposition industrielle de Berlin.

Ici, le divertisse...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search