Version classiqueVersion mobile

L’expérience historiographique

 | 
Antoine Lilti
, 
Sabina Loriga
, 
Jean-Frédéric Schaub
, 
et al.

Histoire, fiction, récit : retour sur le « linguistic turn »

Le « territoire » de l’historien antique

Historians of Antiquity and their « territory »

François Hartog

Résumé

Quels ont été les lieux où l’histoire s’est installée et quelles places ont été revendiquées par l’historien dans le monde ancien ? Pour reprendre une expression, assez fameuse un temps, quel a été le « territoire de l’historien » ? C’était, en effet, le titre d’un livre dans lequel Emmanuel Le Roy Ladurie explorait les différentes « provinces » de l’histoire moderne. Qu’en est-il alors dans l’Antiquité ? Peut-on parler de « territoire » de l’historien ? L’histoire réussit-elle même, dans ses débuts avec Hérodote, à se tailler un espace propre, elle qui sort de l’épopée ? Et peut-on dire que, sept siècles plus tard, à l’époque impériale, elle a « sécurisé » son domaine face aux ambitions et aux appétits de la rhétorique ? En me limitant à quelques coups de projecteur, je m’arrêterai sur des « lieux », qui sont d’abord des noms propres et des œuvres, dont les effets configurants ou de cadrage sur le statut de l’histoire et la figure de l’historien ont été de longue portée : dans la longue durée du monde antique et par-delà. Pensons, en particulier, à l’intervention d’Aristote dans sa Poétique, qui confine l’histoire au domaine de l’advenu et marque clairement que l’historien ne saurait être un poète.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quels ont été les lieux où l’histoire s’est installée et quelles places ont été revendiquées par l’historien dans le monde ancien ? Pour reprendre une expression, assez fameuse un temps, quel a été « le territoire de l’historien1 » ? Jacques Revel, historien méditatif, a toujours considéré avec une certaine ironie cette vision d’une histoire ne songeant qu’à défendre ou à étendre son domaine. Qu’en est-il alors dans l’Antiquité ? Et d’abord réussit-elle, dans ses débuts, à se tailler un espace propre ? Peut-on dire que, sept siècles plus tard, à l’époque impériale, elle a « sécurisé » son domaine ? En me limitant, ici, à quelques coups de projecteur, je m’arrêterai sur des lieux dont les effets configurants ou de cadrage sur le statut de l’histoire et la figure de l’historien ont été de longue portée : par-delà le monde antique, à l’instar de l’intervention d’Aristote dans la Poétique2. Ces lieux ont d’abord été des noms propres.

Les initiateurs

Dans un premier temps, je m’arrêterai a...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search