Version classiqueVersion mobile

L’expérience historiographique

 | 
Antoine Lilti
, 
Sabina Loriga
, 
Jean-Frédéric Schaub
, 
et al.

Histoire, fiction, récit : retour sur le « linguistic turn »

L’expérience entre histoire et mémoire

Integrating memory and testimony into history

Gabrielle M. Spiegel
Traduction de Didier Renault

Résumé

L’objet de cet article est de décrire l’évolution de la théorie du linguistic turn et de montrer que cette évolution a ouvert la voie au regain d’intérêt porté, dans la recherche historique, à l’intervention et à l’expérience individuelle. Cette tendance aurait pour conséquence de doter l’historiographie actuelle de bases philosophiques de type néophénoménologiques. Cette hypothèse semble justifier sur les plans théorique et philosophique une prise en compte de la mémoire et des témoignages dans l’étude du passé. L’auteur se penche sur les implications méthodologiques, historiographiques et éthiques de cette montée du nombre d’études sur la mémoire dans la littérature historique actuelle. Introduire la mémoire en littérature historique suppose que le présent est hanté dans une certaine mesure par le passé. Cela entraine une conception de la temporalité historique qui tranche de manière importante avec la pensée des historiens modernistes, fondée sur la mort du passé. De plus, incorporer dans les comptes-rendus historiques la mémoire individuelle et les traumatismes subis implique l’acceptation de l’idée que les témoignages rapportés de mémoire, malgré la différence de statut par rapport aux faits historiques établis, sont susceptibles d’apporter une contribution valable à la recherche historiographique.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La manière dont les historiens entendaient traditionnellement la nature, les fondements épistémologiques, la valeur de vérité, les objectifs de la recherche et de l’écriture de leur discipline s’est vue confrontée à un sérieux défi à partir de la fin des années 1960 et des années 1970, avec l’affirmation de ce qui est désormais connu sous le nom de « tournant linguistique » : la conception selon laquelle le langage est l’agent constitutif de la conscience humaine et celui de la production sociale de signification, et la conviction que notre appréhension du monde, tant passé que présent, n’a lieu qu’à travers le prisme des perceptions précodées dans le langage. En outre, le langage, jadis compris comme un mode de communication relativement neutre, suffisamment transparent pour véhiculer une notion raisonnablement précise de la réalité, avait lui-même été reconceptualisé avec la naissance de la linguistique ou de la sémiotique structurale, un mouvement inauguré en 1916 par la publicat...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search