Version classiqueVersion mobile

L’expérience historiographique

 | 
Antoine Lilti
, 
Sabina Loriga
, 
Jean-Frédéric Schaub
, 
et al.

L’histoire à l’épreuve du monde

Frontières de l’humain. L’homme-singe dans le débat britannique sur l’esclavage (1770-1780)

Boundaries of humanity: The ape-man in the British debate about slavery (1770- 1780)

Silvia Sebastiani

Résumé

La contribution des Lumières à des formes situées d’universalisation de l’histoire est envisagée dans ce chapitre à partir d’un domaine particulier, celui de la « science de l’homme ». Dans l’Empire britannique, au sommet de sa puissance dans les années 1770, la porosité des frontières entre humanité et animalité prend un sens politique et économique nouveau, qui conduit à l’assimilation entre orangs-outans et « hommes sauvages », catégorie qui inclut les Africains et les Indiens Américains mais aussi, au cœur de l’Europe, les enfants trouvés dans les forêts, ou les pauvres. On montre ici que, à partir de la matrice médicale de l’anatomie comparée, la réflexion est alimentée par des philosophes, juristes, planteurs ou philologues, car elle devient le cœur du débat sur l’esclavage, où l’humanisation du primate est souvent accompagnée d’une représentation bestialisée du Noir, ou du pauvre. L’étude s’appuie sur deux contributions, celle de Lord Monboddo (1714-1799) et celle d’Edward Long (1734-1813), dont l’opposition aux lois sur l’abolition de l’esclavage en Grande-Bretagne repose sur deux conceptions différentes de la nature humaine.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les monstres, les personnages extraordinaires, les animaux qui se transforment en hommes, ou l’inverse, envahissent la culture européenne avec une récurrence qui a alimenté de très nombreuses études parmi les philosophes, les anthropologues, les littéraires ou les historiens. La présence de ces individus dans nos mondes rend compte, à chaque fois sur un mode distinct, du caractère fondamental, jusque dans nos sociétés contemporaines, d’une question qui intéresse l’ensemble des sciences sociales : celle des frontières de l’humain. Réactivée par la nouvelle offre médicale que constituent les manipulations génétiques, elle est, à l’époque moderne, traitée par la culture populaire comme par la culture savante. Dans l’un des textes qu’il a consacrés à l’histoire culturelle de la France des Lumières et publié dans cette même collection, Jacques Revel a attiré notre attention sur le moment de rupture que constitue la seconde moitié du xviiie siècle : selon lui, dans la France de cette péri...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search