Version classiqueVersion mobile

L’expérience historiographique

 | 
Antoine Lilti
, 
Sabina Loriga
, 
Jean-Frédéric Schaub
, 
et al.

L’histoire à l’épreuve du monde

L’impossible histoire globale. Parcours de la « civilisation »

The impossible world history: The ups and downs of « civilisation »

Antoine Lilti

Résumé

Longtemps arborée comme un blason de l’historiographie française, la notion de « civilisation » a été abandonnée par les historiens depuis une vingtaine d’années, sans qu’un véritable retour critique soit véritablement effectué. Pour comprendre les ambiguïtés qui ont travaillé, sans cesse, les usages historiographiques de la notion, il faut, au-delà du moment braudélien, remonter à la genèse de la catégorie, au xviiie siècle, et envisager sa reprise par Lucien Febvre, dans le contexte intellectuel et politique des années 1930-1950. Le destin contrarié de la « civilisation » comme catégorie historiographique indique alors moins les dérives de l’européocentrisme que les apories d’une histoire qui se voudrait véritablement globale.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il y a quelques années, Nicolas Sarkozy, alors président de la République, prononça à Dakar un discours désormais fameux dans lequel il affirmait que l’homme africain n’était pas entré dans l’histoire. « Infortuné discours », selon la formule de Jacques Revel, dans son compte rendu du livre de Jack Goody, Le vol de l’histoire1. Au-delà de la polémique publique, la consternation avait été particulièrement vive chez les historiens, lorsque, quelques semaines plus tard, l’auteur du discours, Henri Guaino, s’était justifié dans la presse en se réclamant de la notion de civilisation défendue par Fernand Braudel. L’année suivante, une violente controverse agitait les historiens à propos du livre de Sylvain Gougenheim, Aristote au Mont Saint-Michel, dans lequel l’auteur affirmait l’incapacité des penseurs arabes à accéder à la rationalité de la philosophie grecque et donc à transmettre les savoirs antiques. Lui aussi s’appuyait sur l’idée de civilisations étanches et incommensurables. La c...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search