Version classiqueVersion mobile

L’expérience historiographique

 | 
Antoine Lilti
, 
Sabina Loriga
, 
Jean-Frédéric Schaub
, 
et al.

Jeux d’échelles

L’enveloppe des cas. Le réel, le possible, l’incertain

The range of historical cases: Reality, possibility and uncertainty

Pierre-Michel Menger

Résumé

L’histoire est une science hybride : elle identifie des régularités statistiques, et elle procède à l’étude de cas. Ces deux procédures relèvent de fondements théoriques et épistémologiques distincts. L’histoire sociale, à la recherche de lois, privilégie l’analyse des agrégats massifs, la longue durée et le déterminisme causal-continuiste. La micro-histoire sociale, dont Jacques Revel est l’un des principaux acteurs et propagateurs, met au contraire en avant l’individu, ses relations et ses interactions, ses comportements stratégiques, une temporalité séquentielle et son coefficient d’incertitude. L’approche micro-historienne exige une sémantique modale de l’action dont ce chapitre établit les propriétés. Dans une seconde partie, les performances respectives de l’analyse macro-historique et de l’analyse contingente micro-historique sont évaluées à partir de l’étude d’un cas, celui de la compensation d’un dommage, examiné à partir de deux schémas différents de causalité et de temporalité.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans sa contribution à l’Épistémologie des sciences sociales dirigée par le regretté Jean-Michel Berthelot, Jacques Revel passe en revue les grandes questions épistémologiques qu’affronte la pratique de l’histoire1. L’histoire est-elle une science du cas ? Dans le classement de Windelband et de Rickert, qu’il rappelle, les sciences nomothétiques visent à la connaissance du général, les savoirs idiographiques à celle du particulier, et l’histoire à celle de l’individuel. Distinction absolue ? Certes non, puisque le travail de l’historien est le plus souvent hybride : identification de régularités statistiques, exemplifications, études de cas. Et d’ailleurs, l’individualité (le territoire de l’histoire) est en soi le produit d’une opération : deux faits que l’on voit se répéter sont bien sûr distincts, puisque indexés sur des temps et des contextes (des réseaux de faits et d’événements) différents, et pourtant ils ne sont traitables analytiquement, dans leur individualité et leur comp...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search