Version classiqueVersion mobile

L’expérience historiographique

 | 
Antoine Lilti
, 
Sabina Loriga
, 
Jean-Frédéric Schaub
, 
et al.

Jeux d’échelles

La « longue durée ». Usages et temporalités

The « long term » concept: Its uses and temporal implications

Fernando J. Devoto

Résumé

Ce texte analyse les hésitations, les mutations et la diversification de la réception de la notion de « longue durée », ainsi que celle de la pluralité des temps historiques quand elle est conçue dans la perspective de la « longue durée ». Le point de départ est l’œuvre de Fernand Braudel, auquel on associe à juste titre cette notion. L’étude porte aussi sur les ambiguïtés, les transformations et les usages, entre outil d’analyse et métaphore, que la notion subit dans son œuvre. La polysémie de la formule « longue durée » a rendu possible la discussion avec d’autres cadres d’interprétation dans la recherche historique, c’est-à-dire avec d’autres perspectives de long terme, comme l’analyse marxiste de la transition du féodalisme au capitalisme, ou encore les différents modèles de l’économie du développement. Partant des années 1960, au cours desquelles la notion a connu son plus large succès, le texte entend décentrer le propos dans deux directions. La première consiste à replacer la formation des regards qui ont favorisé les analyses de long terme dans le monde atlantique entre les deux guerres. La seconde s’interroge pour savoir si la place accordée à la longue durée n’était pas inscrite dès la naissance de l’historiographie moderne, dans les confluences qu’Arnaldo Momigliano avait repérées et mises en avant entre modèles issus des Lumières et érudition antiquaire. Pour finir, le texte propose une réflexion sur les relations et les tensions de l’idée de longue durée telle que la formule Fernand Braudel et telle que l’entend Reinhart Koselleck.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un livre majeur, Krzysztof Pomian soulignait l’importance d’« un événement qui a singulièrement contribué à lancer toute une génération des historiens vers l’étude des mouvements de longue durée : la parution en 1949 de La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II de Fernand Braudel ». Plus loin, il ajoute : « La découverte de toute une nouvelle dimension de l’histoire structurale, très lente, “quasi immobile” […] est un des grands apports de La Méditerranée à la pensée historique de notre temps1. » En menant une réflexion sur la « longue durée », mon dessein n’est pas ici de remettre en cause l’importance de l’œuvre de Braudel. Il s’agit plutôt d’inscrire ce problème dans une temporalité plus longue qui nous permettrait, tout à la fois, d’apporter un éclairage nouveau sur la question et de mieux appréhender les oscillations et les mutations (ainsi que les continuités) d’une notion qui peut être abordée dans une perspective plus large que celle qui a préd...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search