Version classiqueVersion mobile

L’expérience historiographique

 | 
Antoine Lilti
, 
Sabina Loriga
, 
Jean-Frédéric Schaub
, 
et al.

Les frontières de l’histoire sociale

Comprendre l’action musicienne. Remarques sur les transformations des mondes de la musique au xixe siècle

Understanding music-making processes: The changing world of music during the 19th century

Michael Werner

Résumé

En partant de quelques remarques de Georg Simmel sur la nécessité d’aborder la musique à travers une approche processuelle, on a dressé ici un tableau des grandes mutations qui affectent les mondes de la musique savante, notamment instrumentale, au cours du xixe siècle. Elles concernent aussi bien les conditions sociales d’exercice de la musique, l’organisation des concerts, les publics et les lieux, l’écoute, la facture d’instruments que l’évolution des répertoires et des genres musicaux. Soutenue par la mobilité croissante des musiciens et la mise en réseaux des grands centres urbains moteurs de la dynamique de transformation, l’internationalisation de la vie musicale s’accompagne d’une nationalisation progressive des discours sur la musique, concomitante à l’émergence d’un regard historique porté sur le fait musical. Sur le plan méthodologique, l’article tente de montrer que les outils de l’histoire croisée offrent des angles d’analyse susceptibles de démêler l’enchevêtrement des processus et des relations d’interdépendances en question.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un texte où il s’interroge sur les origines de la musique et, notamment, sur la question de l’antécédence du langage sur la musique ou de la musique sur le langage dans l’évolution humaine, Georg Simmel fait en passant quelques remarques sur la difficulté d’appréhender la musique1. En tant que « langage des émotions », elle ne peut être comprise qu’à partir d’une analyse des situations dans lesquelles elle est produite et reçue. Ces situations sont d’une extrême variété, ce qui rend délicate toute tentative de généralisation. Par ailleurs, Simmel insiste sur le rôle médiateur de la musique. Elle se situe au milieu d’un triptyque qui fait communiquer l’émotion des musiciens et l’émotion des auditeurs, étant entendu que cette communication fonctionne dans les deux sens. La musique apparaît donc comme un langage particulier permettant à une communauté, au travers de « formes » consolidées, de produire et faire partager des sentiments, des représentations et des savoirs spécifiques...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search