Version classiqueVersion mobile

L’expérience historiographique

 | 
Antoine Lilti
, 
Sabina Loriga
, 
Jean-Frédéric Schaub
, 
et al.

Les frontières de l’histoire sociale

Quand l’historien fait de la psychologie

When historians are doing psychology

Gérard Lenclud

Résumé

Les actions humaines constituent la matière première de l’enquête historique. Or traiter d’actions humaines, c’est leur trouver des raisons et donc interpréter leurs auteurs en leur prêtant des états d’esprit, des croyances, des désirs, des intentions, des attentes, etc. Les historiens, comme les anthropologues ou les sociologues, « lisent » les états d’esprit des hommes dont ils s’efforcent d’expliquer les conduites. Ils se transportent, par conséquent, dans la tête d’autrui, armés de toutes les connaissances acquises sur son monde. Mais est-il vraiment possible de se mettre à la place d’hommes ayant vécu en d’autres temps et d’autres mondes ? Pourtant, la compréhension historique peut-elle faire l’économie des recettes de la psychologie ordinaire ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« There is a history in all men’s lives », William Shakespeare (Henri IV, III, 1)
« J’aime l’histoire, follement », Gustave Flaubert
(Lettre à Edmond et Jules de Goncourt, 3 juillet 1860)

C’est avec quelque ironie, sans doute, que Lucien Febvre déclara dans sa Leçon inaugurale au Collège de France, prononcée en 1933, s’être souvent laissé dire que « les historiens n’ont pas de très grands besoins philosophiques ». Ayant rappelé ces mots dès les premières pages de son ouvrage sur la connaissance historique, Henri-Irénée Marrou prévient pour sa part que l’historien de métier qu’il est va s’y exprimer tout du long en philosophe. Et il enfonce le clou, souhaitant, dit-il, que soit inscrit sur le fronton du temple dédié à Clio : « Que nul n’entre ici s’il n’est philosophe1 ! »

L’exercice philosophique, entrant selon Marrou dans les devoirs de l’historien, n’est évidemment pas la philosophie de l’histoire déployée par un Spengler ou un Toynbee, aussi dépréciée que peu lue de nos jours. Marrou...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search