Version classiqueVersion mobile

L’expérience historiographique

 | 
Antoine Lilti
, 
Sabina Loriga
, 
Jean-Frédéric Schaub
, 
et al.

Introduction. Que reste-t-il de « l’histoire sociale » ?

Antoine Lilti, Sabina Loriga et Silvia Sebastiani

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En sous-titrant « Douze Exercices d’histoire sociale » son recueil d’articles publié en 2006, Jacques Revel savait qu’il prenait le risque de surprendre ses lecteurs1. L’histoire sociale n’était-elle pas passée de mode ? Lui-même n’avait-il pas consacré une part importante de ses efforts intellectuels à la réflexion historiographique et à l’histoire culturelle – comme en témoignaient les essais réunis sous ce pavillon un peu désuet ? De toute évidence, ce choix inattendu cherchait à dissiper un malentendu : les transformations du paysage historiographique depuis le début des années 1980 n’avaient pas débouché sur un adieu à l’histoire sociale, mais sur un ensemble de chantiers visant à en reformuler les outils et les ambitions. L’histoire sociale, c’est-à-dire l’histoire des sociétés et de leurs transformations, restait l’horizon du travail historien. Si celui-ci avait perdu une partie de ses certitudes et de son homogénéité, il y avait gagné en réflexivité, peut-être en liberté et ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search