Version classiqueVersion mobile

La distinction des savoirs

 | 
Bernard Walliser

Faut-il se défaire des connaissances vulgaires dans la recherche ?

Should we eliminate ordinary knowledge in research?

Robert Franck

Résumé

Pour améliorer le statut scientifique des sciences de l’homme faut-il réduire la part des connaissances vulgaires ou au contraire s’en instruire ? La philosophie des sciences est dominée par deux approches opposées de la connaissance qui conduisent à apporter à cette question des réponses elles aussi opposées. Dans la première approche, les connaissances sont le reflet de la réalité, elles nous en livrent une image conforme, et l’observation directe des faits est donc la plus parfaite des connaissances. Dans la seconde, l’observation ne nous livre qu’une connaissance tronquée du monde et il faut développer d’autres moyens pour le connaître véritablement. La première approche nous est familière et elle a été étayée en philosophie par la tradition empiriste qui se réclame de Hume ; celle-ci connut un nouvel essor avec l’empirisme logique – ou néopositivisme – dans la première moitié du xxe siècle. La seconde approche a guidé au xviie siècle les travaux de Bacon, Kepler, Galilée, Descartes, Newton, Huygens, Boyle, Graunt, etc., et elle est au fondement de la science moderne. Ces deux empirismes philosophiques s’opposent mais on les confond constamment dans la littérature. La confusion alimente, depuis un demi-siècle, les interrogations sur le statut scientifique des sciences de l’homme. L’examen attentif des arguments qui étayent, de part et d’autre, ces deux empirismes aidera le lecteur à déterminer l’usage qu’il convient de faire des connaissances vulgaires comme des connaissances savantes.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour accroître la qualité scientifique des sciences de l’homme faut-il s’efforcer d’y réduire la part des connaissances vulgaires ? Celles-ci sont entremêlées d’ignorances, de préjugés, d’informations trompeuses, de croyances religieuses et de superstitions, et, face à leurs assauts, les connaissances scientifiques ont parfois bien du mal à se constituer et à s’imposer. L’histoire des sciences naturelles est jalonnée d’exemples fameux : de Galilée à la mécanique quantique, et de l’histoire naturelle à la biologie moléculaire en passant par le darwinisme. Dans cet ouvrage, Daniel Courgeau nous rapporte d’autres exemples anciens et récents dans le champ de la démographie. Et Alain Gallay nous décrit comment la méthodologie « logiciste », conçue par Jean-Claude Gardin, veut armer l’archéologie contre les dérives interprétatives qui la rongent. Les sciences humaines sont particulièrement exposées, vu leur objet, aux partis pris idéologiques des chercheurs eux-mêmes ou du milieu dans leq...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search