Version classiqueVersion mobile

La distinction des savoirs

 | 
Bernard Walliser

Ce dont la gouvernance est le nom

What is known as governance

Jean-Pierre Gaudin

Résumé

L’approche de la question de la gouvernance s’organise en deux temps. Il s’agit, d’abord, d’interroger la démarcation posée comme hypothèse entre connaissances savantes et vulgaires. En second lieu, on caractérise les types d’interactions qui sont observables entre ces deux sphères de connaissances concernant la gouvernance. On se trouve souvent en présence d’allers-retours rapides et superficiels, que l’on qualifie de « zigzags ». Mais il est également possible d’observer quelques rétroactions plus substantielles, du type savant – > profane – > savant.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pascal Lamy plaisantait-il lorsqu’il déclarait un jour à la presse que ce qui était très positif avec la notion de gouvernance c’était son flou même, qui faisait que l’on pouvait aussi bien en discuter conceptuellement que s’en servir d’emblée dans l’action ? Boutade ou non, sa remarque caractérise en tout cas un flottement autour de la notion. Cette ambivalence de l’idée de gouvernance sera au point de départ de notre réflexion concernant les rapports contemporains entre connaissances « savantes » et connaissances « vulgaires » ou, dirions-nous plutôt, profanes (ou encore, de sens commun).

La notion de gouvernance, à rebours de ce que laisse penser la mode actuelle, est fort ancienne. Elle aurait circulé dans le vocabulaire du pouvoir, nous indiquent les historiens, dès avant l’âge classique, afin de désigner des formes d’ajustements entre compétences, juridictions et territoires de multiples puissances féodales. Par la suite, l’affirmation des États-nations, associés à l’idée de go...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search