Version classiqueVersion mobile

La distinction des savoirs

 | 
Bernard Walliser

Les sciences sociales ont-elles peur de l’ordinaire ? La connaissance ordinaire et la fascination pour l’extraordinaire

Do social sciences fear the everyday? Everyday knowledge and the fascination for the extraordinary

Wiktor Stoczkowski

Résumé

Bien qu’ils déclarent de longue date s’intéresser aux savoirs ordinaires, les chercheurs en sciences sociales manifestent une étrange prédilection pour l’étude des phénomènes extraordinaires, sur lesquels ils s’instruisent auprès d’informateurs exceptionnels. À partir de quelques exemples empruntés à l’anthropologie, à l’histoire et aux études sur les sciences, cette contribution propose une série de conjectures sur les causes de cette situation, et sur ses conséquences pour notre connaissance des savoirs ordinaires. Il se peut que les sciences sociales passent à côté d’une vérité profonde que l’être humain nous livre sur lui-même à travers tout ce que sa raison produit d’ordinaire, de récurrent, de vulgaire et de médiocre.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’étude des rapports entre savoirs savants et savoirs ordinaires autorise au moins deux approches différentes. La première consiste à examiner les rôles respectifs que le savoir ordinaire et le savoir savant jouent dans la constitution des connaissances de chaque discipline académique. Cette approche est à même de nuancer la vision d’une coupure radicale entre la science et la non-science, que nous devons à la traditionnelle épistémologie normative peu portée à observer les pratiques réelles des chercheurs, car préoccupée principalement du soin de définir la forme idéale de la méthode scientifique. Au vu des résultats déjà produits par les études empiriques des sciences et par les analyses que Jean-Claude Gardin qualifiait d’épistémologie pratique1, on ne peut contester que les connaissances ordinaires sont parfois mobilisées dans l’élaboration des connaissances académiques. Il reste à déterminer la part de ces connaissances ordinaires, et les modalités précises de leur implication ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search