Version classiqueVersion mobile

La distinction des savoirs

 | 
Bernard Walliser

Pensée scientifique et pensée vulgaire en archéologie pré- et protohistorique. La perspective logiciste

Scientific and commonplace thought in pre- and protohistorical archaeology. The logicist perspective

Alain Gallay

Résumé

Les relations entre langage vulgaire et langage savant en archéologie sont examinées dans la perspective logiciste développée par Jean-Claude Gardin. Alors que ce dernier envisage une progression régulière des observations archéologiques vers des interprétations les plus ambitieuses du passé, nous démontrons qu’il existe une véritable rupture entre les parties basses des constructions, issues des observations de terrain, et les interprétations les plus « élevées » en termes économiques, sociaux ou politiques, ces dernières exprimant souvent une pensée commune/vulgaire peu scientifique. Nous repérons à ce niveau des paradigmes très souvent imprégnés des présupposés idéologiques de l’époque, qui guident la démarche scientifique et fournissent souvent des cadres interprétatifs peu stables sur le plan de la cumulativité des connaissances. Dans le domaine des retombées de la recherche, nous pouvons distinguer parallèlement, avec des contraintes scientifiques de moins en moins fortes, les problèmes posés par la vulgarisation des connaissances, les questions liées aux représentations romanesques du passé et enfin les impostures. Sortir de ces difficultés nécessite à la fois que l’on tienne compte explicitement des conséquences du caractère limité des vestiges et que l’on œuvre au développement d’une anthropologie générale.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Mais des idées, on n’en découvre pas en fouillant des sédiments préhistoriques, et on n’en a jamais trouvé non plus en examinant des ossements. »
Wiktor Stoczkowski, Des hommes, des dieux et des extraterrestres. Ethnologie d’une croyance moderne, Paris, Flammarion, 1999, p. 369.

Les réflexions sur les relations entre langage scientifique et langage vulgaire en archéologie restent relativement rares dans la littérature francophone. Elles se sont surtout développées à propos de l’influence du contexte politique et social sur l’interprétation historique des vestiges avec les travaux de Jean-Paul Demoule et Jean-Loïc Le Quellec en France, et de Marc-Antoine Kaeser en Suisse. De son côté, le courant logiciste, initié par Jean-Claude Gardin, a insisté sur les limites de la réflexion spontanée et des arguments de sémantique universelle utilisés couramment dans les démonstrations, question reprise par Wiktor Stoczkowski dans sa critique des théories de l’hominisation1. Nous ferons largement...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search