Version classiqueVersion mobile

La distinction des savoirs

 | 
Bernard Walliser

Savoirs ordinaires et savoirs savants chez les historiens. Alliances, concurrences et exclusions

Ordinary and scholarly knowledge amongst historians. Alliances, rivalries and exclusions

Christophe Prochasson

Résumé

La porosité entre sciences sociales et savoirs ordinaires n’est plus à démontrer. Il est en revanche plus utile d’éclairer les relations que les premières entretiennent avec des savoirs sur la société produits et manipulés par différents acteurs sociaux. L’histoire sert ici d’exemple. Trois configurations sont étudiées. La première s’emploie à examiner les perturbations introduites par la politique dans la pratique de l’histoire savante, en rouvrant notamment le dossier de l’historiographie de la Révolution française. La deuxième se penche sur la façon dont les historiens ont exclu les auteurs négationnistes du périmètre de l’histoire scientifique. La troisième s’interroge sur le triangle témoin-juge-historien : l’historiographie de la Première Guerre mondiale, par exemple, a tôt fait l’expérience des liens complexes liant entre eux ceux qui aspirent à l’établissement du vrai. Le cas de Jean Norton Cru, auteur d’une imposante somme publiée en 1929 proposant une analyse critique de plus de deux cent cinquante témoignages, s’avère de ce point de vue tout particulièrement intéressant.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au moment de leur professionnalisation, à la fin du xixe siècle, les historiens avaient cru trouver dans la « méthode historique » un brevet de scientificité les démarquant de tous les savoirs historiques ordinaires. Confiants dans la supériorité de leurs façons de faire principalement adossées à l’établissement des faits étayé sur la « critique des sources », ils estimaient n’avoir aucun mal à se distinguer de tous les récits historiques ne respectant pas ce protocole1. Dès lors constitués en communautés professionnelles grâce à l’appui d’États nationaux multipliant les chaires universitaires, les historiens préservèrent leur autonomie en agitant le drapeau de la Science. En France, avec retard sur l’Allemagne, cette revendication se traduisit surtout par une rupture avec la philosophie et la littérature, deux disciplines auxquelles s’étaient rattachés beaucoup d’historiens, de Michelet à Taine : « Et nulle autre différence que celle-ci, notait Barbey d’Aurevilly, c’est que l’un (l...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search