Version classiqueVersion mobile

La distinction des savoirs

 | 
Bernard Walliser

La langue. Entre usage quotidien et objet de connaissance

Language. Between an everyday use and an object of knowledge

Claire Beyssade

Résumé

Ce texte développe quatre exemples illustrant chacun d’une façon différente la porosité qui existe entre connaissances savantes et vulgaires sur les langues. Nous montrons d’abord, en nous appuyant sur l’histoire des dictionnaires puis sur les travaux sur l’origine des langues et du langage, que, sous la pression d’une demande du public, les savoirs vulgaires peuvent contribuer au renouvellement des savoirs savants. Dans une deuxième partie, nous réfléchissons aux processus de légitimation du savoir savant en analysant l’exemple des réformes de l’orthographe et nous mettons en évidence le rôle des institutions et des groupes d’experts dans l’établissement de la connaissance savante. Dans une troisième partie, nous nous interrogeons sur les relations entre connaissance savante et théorie d’une part, connaissance vulgaire et savoir-faire d’autre part, ce qui nous amène à discuter la place de l’introspection en linguistique. Enfin, nous terminons par quelques réflexions sur les différences entre connaissance vulgaire et idées reçues.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On pourrait être tenté d’opposer, en linguistique comme dans l’ensemble des sciences humaines et sociales, peut-être même comme dans l’ensemble des sciences en général, deux types de connaissances, la connaissance savante d’une part et la connaissance vulgaire de l’autre. Les deux adjectifs ayant des connotations opposées, l’un de ces savoirs est valorisé par rapport à l’autre. Le savoir savant serait celui des spécialistes ou des professionnels d’une discipline, constituée en tant que telle. Le savoir vulgaire serait celui du commun des mortels ou de l’amateur. Dans le domaine de la physique par exemple, on pourrait dire que le savoir vulgaire correspond à la physique naïve, dont tout un chacun fait usage dans sa vie quotidienne quand il se déplace, doit traverser une rue et estimer la vitesse des voitures qui arrivent. L’opposition savant/vulgaire s’articule alors autour de deux pôles, au moins : (i) un savoir savant, produit par une communauté restreinte de spécialistes vs un sav...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search