Version classiqueVersion mobile

La distinction des savoirs

 | 
Bernard Walliser

Un problème d’incompréhension entre connaissance scientifique et savoir ordinaire. Le traitement de l’incertitude

A question of misunderstanding between scientific knowledge and everyday expertise. Handling uncertainty

Pierre Livet

Résumé

Lorsque les scientifiques disent qu’ils ne peuvent rien conclure, le public considère qu’ils ne savent rien. Or il s’agit là d’une décision où l’incertitude sur la fiabilité d’une connaissance (un non-savoir concernant un savoir) reste compatible avec la validité de ce premier savoir. On retrouve des situations semblables dans nos processus ordinaires de catégorisation perceptive quand nous ne pouvons pas éliminer les sources de vague. Les effets collectifs de l’agrégation de petits effets à l’échelle individuelle s’appréhendent aussi dans une combinaison d’incertitude et de possible savoir. Au lieu de nous focaliser sur la décision qui tranche l’incertitude, il est souhaitable de lier admission de l’incertitude et plus grande confiance dans des savoirs qui reconnaissent leurs limitations.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction : un exemple

Partons d’un exemple récent, qui nous a fourni un schéma caricatural d’apparente incommunicabilité entre scientifiques et public, le traitement de la grippe A. Phase 1 : Les scientifiques1 lancent une alerte, en fonction de scénarios possibles d’épidémie – une mutation de virus, et on se rappelle que de précédentes mutations ont amené un accroissement important de mortalité. Ils disposent de modèles de diffusion, mais ne peuvent pas évaluer d’emblée la gravité réelle liée à cette mutation. Phase 2 : Ils choisissent le scénario « noir » : épidémie se diffusant rapidement mondialement, avec effets graves. Au début, quelques données sont compatibles avec ce scénario, puis la gravité apparaît discutable2. Mais la diffusion du virus correspond aux prévisions, et l’accumulation des malades pourrait avoir un effet aggravant (au moins économiquement). Phase 3 : On continue donc à prendre les mesures du scénario noir (masques, vaccination à grande échelle, etc.). Fin...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search