Version classiqueVersion mobile

Théories ordinaires

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Jacques Cheyronnaud

Résumés

Abstracts

Texte intégral

Esteban Buch

1Le duo de la musique savante et de la musique populaire. Genres, hypergenres et sens commun

2Ce texte reprend dans une perspective critique l’étude de la distinction entre musique savante et musique populaire, en l’insérant dans une réflexion épistémologique sur ces grandes catégories que l’on propose d’appeler « hypergénériques », car situées au niveau supérieur du genre musical. En s’intéressant simultanément aux pratiques de catégorisation des acteurs des mondes de l’art et à celles des sociologues et des historiens de la culture, ainsi qu’au sens commun partagé par les uns et les autres, on cherche à cerner le statut des « théories ordinaires » qui, dans une perspective générale, contribuent à dire ce que musique veut dire au sein d’un contexte donné. Le retour sur l’histoire de la théorie, focalisé sur l’œuvre de Theodor W. Adorno et de Pierre Bourdieu, introduit une discussion d’auteurs plus récents qui débouche à son tour sur un plaidoyer pour l’abandon des catégories hypergénériques, que les chercheurs n’emploient presque plus qu’entre guillemets, au profit d’un redéploiement heuristique de la notion de genre.

3The duet of scholarly and popular music : Genre, hypergenre and common sense

4This article studies the distinction between scholarly and popular music from a critical perspective by placing it within an epistemological reflection on these large categories. We propose to call them « hypergeneric » because they are found at a higher level of the musical genre. We simultaneously explore practices of categorization of actors in the world of art and in the world of sociologists and historians of culture, as well as the ordinary meanings shared by them. We seek to explore the status of « ordinary theories », which, in a general perspective, contribute to our understanding of the meaning of music in a given context. Focusing on the work of Theodor W. Adorno and Pierre Bourdieu, the return to the history of theory introduces a discussion of more recent authors ; in its turn, this discussion ends in a call to abandon hypergeneric categories employed by researchers today, in favour of a heuristic re-use of the notion of genre.

Stanley Cavell

5Mr. and Mrs. Smith, de Doug Liman

6Le genre furtif des comédies du remariage, théorisé par Stanley Cavell dans les années 1980 dans Pursuits of Happiness : The Hollywood Comedy of Remarriage (trad. fr. À la recherche du bonheur. Hollywood et la comédie du remariage, 1993), porte sur le cinéma américain des années 1940. Le retrouve-t-on aujourd’hui dans des réalisations contemporaines, dans un film comme Mr. and Mrs. Smith (2005), de Doug Liman, par exemple ? Dans un texte bref, proche de la critique de film mais qui prend ici une forme épistolaire, Stanley Cavell répond à cette interrogation en questionnant les fondements philosophiques des comédies du remariage et en explorant à nouveaux frais le périmètre de la notion de genre au cinéma.

7Doug Liman’s Mr. and Mrs. Smith

8The furtive genre of remarriage comedies theorized by Stanley Cavell in 1981 in Pursuits of Happiness : The Hollywood Comedy of Remarriage deals with American cinema in the 1940s. Does it turn up again today in contemporary productions, as for instance in Doug Liman’s Mr. and Mrs. Smith (2005) ? In a short text, closer to a film critique, but which takes an epistolary form, Stanley Cavell answers this query by questioning the very philosophical foundations of remarriage comedies and by exploring anew the perimeter of the notion of genre in cinema.

Stanley Cavell

9L’opéra dans un film et comme un film

10Traduit d’une conférence de Stanley Cavell, ce texte met en évidence la filiation qui lie l’opéra et le cinéma – ce dernier se plaçant de fait dans la position d’hériter de la flamme opératique et de ses expressions de la passion. L’auteur explore principalement les productions cinématographiques ou vidéographiques qui intègrent un opéra dans leur structure même, en proposant une analyse serrée de films comme Éclair de lune (1987), réalisé par Norman Jewison, et ses jeux de miroir avec La Bohème, de Giacomo Puccini, ou encore les liens entre le Tannhäuser, de Richard Wagner, avec La Tentation de Vénus (1991) du réalisateur hongrois István Szabó. Le cas des vidéos de productions opératiques contemporaines – dont le nombre ne cesse de croître –, qui créent un nouveau public pour l’opéra en constituant une expérience et un registre nouveaux, peut ainsi être identifié comme un genre furtif dont la théorie n’a pas été écrite par le monde académique mais par les praticiens qui le créent.

11Opera in and as a film

12This translation of a talk by Stanley Cavell underscores the affinities between opera and cinema, the latter, situating itself in effect, as the heir of the operatic flame and its expressions of passion. The author mainly explores cinema or video productions that incorporate an opera in its very structure by proposing a careful analysis of films like Moonstruck (1987), directed by Norman Jewison, playing its mirror games with Giacomo Puccini’s La Bohème, or again, the connections between Richard Wagner’s Tannhäuser and Meeting Venus (1991), produced by the Hungarian director István Szabó. The example of the increasing number of videos of contemporary operas, which have generated a new audience for opera by inventing a new experience and range can thus be identified as a furtive genre, whose theory has not been written by the academic world but by practitioners who create it.

Jacques Cheyronnaud

13Le genre artistique comme théorisation. Le Grand Récit du music-hall

14Comment advient (émerge et se stabilise) ce que l’on appelle communément un « genre artistique », par exemple : « opéra-comique », « jazz », « rap », etc.? On s’intéressera principalement ici à l’émergence et à la stabilisation d’un genre artistique qui s’imposera dans l’entre-deux-guerres comme spécificité scénique « internationale parisienne », et relevant aujourd’hui de ce que l’on appelle parfois un « folklore musical urbain » (Francis Poulenc) : le music-hall. Outre que peu de travaux universitaires, musicologiques ou autres, encore aujourd’hui, notamment en France, sont expressément consacrés au « genre musical » ou artistique en tant que tel, ce dernier accédera tardivement (nos années soixante-dix) à la dignité d’une individuation propre dans les encyclopédies ou les dictionnaires académiques de spécialité disciplinaire ou de domaine artistique comme musique, théâtre, voire cinéma. L’hypothèse de travail retenue ici sera que l’objet de connaissance (actuellement disponible en France) sur le music-hall comme genre artistique objectivé en tant que tel résulte pour l’essentiel de ces multiples élaborations mémorialistes, hagiographiques, réflexives ou critiques, dues à de « grands amateurs » (journalistes, producteurs, critiques de presse, collectionneurs, antiquaires, etc.). Les théorisations du music-hall proposées par les dictionnaires académiques de spécialité entérinent pour l’essentiel ces discours de célébration.

15The artistic genre theorized : The Big Narrative of the music hall

16How did the commonly known « artistic genre », such as « comic opera », « jazz », « rap », etc, arise ? The text examines the emergence and stabilization of an artistic genre that established itself in the interwar years as a specific « International Parisian » scene and is relevant today as what is sometimes called « urban musical folklore » (Francis Poulenc) : the music-hall. Beyond the fact that even today, and particularly in France, only a few academic studies – musicological or of other kinds – are especially devoted to the musical or artistic « genre » as such, it is only much later in the 1970s that the latter accedes to the dignity of encyclopedias or specialized academic dictionaries or of artistic fields such as music, theatre and even cinema. Our hypothesis is that the the music-hall as an artistic genre objectivised (in France) is produced essentially through numerous memorialist, hagiographical, reflective or critical elaborations by « great amateurs » (journalists, producers, press critics, collectors, antiquarians, etc). The theorisation of the music-hall proposed by specialized academic dictionaries confirms these celebratory discourses.

Liliane Hilaire-Pérez

17Quels commencements pour la technologie ? Théories ordinaires de la technique et économie artisanale au xviiie siècle

18Au début du xixe siècle, dans le sillage des sciences camérales, de l’économie politique et des refondations savantes qui accompagnent la Révolution française, se forme une nouvelle discipline, la technologie. Aux descriptions des arts et métiers, fondées sur l’état des matières travaillées et sur les produits réalisés, elle substitue un classement des activités par opérations et entend réduire – par analogie – la diversité des pratiques en principes d’action. Elle se donne pour but d’éclairer les artisans et de favoriser leur inventivité par la transposition de techniques entre métiers. L’auteur montre que l’historiographie de la technologie a postulé l’incapacité des artisans à synthétiser et à théoriser leurs techniques, alors que les enquêtes sur les actes de la pratique au xviiie siècle révèlent une compréhension de leurs gestes en termes opératoires, comme le prouve la montée d’un langage verbal dans leurs comptabilités.

19What beginnings for technology ? Ordinary theories of technology and the artisanal economy in the 18th century

20At the start of the 19th century, in the wake of the sciences of government, political economy and scholarly re-foundations that accompanied the French Revolution, a new discipline of technology emerged. It replaced the descriptions of industrial arts and crafts, founded on the nature of matter used and the products created, with a ranking of activities by operations. It intended to use analogy to reduce the diversity of practices to principles of action. It aimed to enlighten artisans and promote their inventiveness by transposing techniques from one profession to another. The historiography of technology supposed artisans to be incapable of synthesizing and theorizing their techniques. However, inquiries into the acts of the practice in the 18th century reveal the artisans’ understanding of gestures in operational terms, demonstrated by the increasing verbosity in their bookkeeping.

Sanda Laugier

21Cultures populaires, critique ordinaire. Une philosophie des genres mineurs

22La réflexion sur la culture populaire, et sur ses objets ordinaires comme le cinéma dit « grand public », induit une transformation de la théorie et de la critique dont l’auteur souhaite rendre compte ici, dans le sillage de la pensée de Stanley Cavell, qui définit, dans son ouvrage classique Les Voix de la raison, la philosophie comme « éducation des adultes », motivant son ambition dans ses grands ouvrages sur le cinéma, La projection du monde, À la recherche du bonheur et La protestation des larmes, de donner à la culture populaire la fonction de nous métamorphoser, dans une mise en acte du « perfectionnisme moral » d’Emerson et de Thoreau. Les films populaires, et les séries télévisées, ouvrent en effet vers un dépassement des conceptions morales classiques, fondées sur le jugement et le choix, et vers des approches morales différentes et plus démocratiques : expressions et réactions naturelles, manières d’être, texture mouvante des personnalités, constitution des caractères dans la longue durée, expression d’une vision du monde par l’expressivité singulière. On explore ainsi la possibilité de description et de mise en évidence de ce qui compte pour le public. Cette priorité de l’important et du mattering, sur le beau et le vrai comme concepts gouvernant l’expérience ordinaire, est le cœur de la définition d’une culture de l’ordinaire.

23Popular culture, ordinary critique : A philosophy of minor genres

24This paper presents a reflection on popular culture and its ordinary objects such as « popular » cinema, which leads to a transformation of theory and of critique, in the wake of Stanley Cavell’s thought. The latter, who, in his classic work The Claim of Reason, defines philosophy as « adult education », aspired in his big works on cinema, The World Viewed, Pursuit of Happiness and Contesting Tears, to give popular culture the function of transforming us by staging Emerson’s and Thoreau’s « moral perfectionism ». Popular films and soap operas in fact move beyond classic moral conceptions founded on judgement and choice and towards different, more democratic moral approaches : expressions and natural reactions, ways of being, shifting texture of personalities, building of figures in the long term, expressing a vision of a world through singular expressivity. It thus explores the possibility of description and clarification of what counts for the public. This priority of importance and mattering, of what is beautiful and true, as concepts that govern ordinary experience, is the core of the definition of a culture of the ordinary.

Emmanuel Pedler

25Les théories ordinaires de la musique ancienne

26Parmi les récits qui prétendent rendre compte des productions artistiques, ceux produits par les musiciens-entrepreneurs qui sont à la tête d’ensembles reconnus se caractérisent par le développement de théories de la pratique au périmètre singulier. Bien loin de correspondre à l’imposition de nouvelles « conventions », dont l’arbitraire serait masqué par un processus de légitimation, ces théories ordinaires s’élaborent peu à peu au contact des expériences musiciennes en mettant au jour ce que la pratique fait à la théorie et à l’histoire de la musique.

27Ordinary theories of ancient music

28Among accounts that review artistic productions, those produced by musician-entrepreneurs heading well-known orchestras are characterized by the development of theories of practice with a distinctive perimeter. Far from corresponding to the imposition of new « conventions » whose arbitrary aspect would be hidden by a process of legitimization, these ordinary theories are elaborated gradually in contact with musical experiments, revealing the effect of practice on theory and on the history of music.

Emmanuel Pedler & Jacques Cheyronnaud

29Penser les théories ordinaires

30Sur de nombreux terrains (vie politique, religieuse, économique, domaines artistiques, sciences, etc.), les théories de la pratique articulent une grande diversité de régimes. Portés par des acteurs variés – praticiens, artisans, amateurs ordinaires, théoriciens académiques –, ces régimes s’inscrivent dans un continuum qu’il n’y a pas lieu de segmenter en catégories discrètes. La description des théories pratiques sur le monde – et singulièrement celles qui sont les moins intellectualisées – permet de mettre en évidence la diversité de leurs prises cognitives et opératoires. L’opposition courante entre savant et ordinaire doit, par conséquent, être sérieusement revisitée afin de décrire les formes élémentaires de la théorie qui ne s’assument pas comme telles. Dans cet esprit, les auteurs invitent à reconsidérer une littérature théorique au statut incertain – les témoignages de praticiens de la musique ancienne par exemple – et à prendre en compte les formes furtives de la théorie déployées par les amateurs ordinaires.

31Thinking ordinary theories

32In a number of fields (political, religious, economic, artistic, sciences, etc.), theories of practice articulate a broad diversity of regimes. Conveyed by a variety of actors – practitioners, artisans, ordinary amateurs, academic theoreticians –, these regimes fit into a continuum that need not be separated in discrete categories. The description of practical theories on the world – and particularly those, which are the least intellectualized – reveals the diversity of their cognitive and operational positions. Consequently, the common opposition between the scholarly and the ordinary must be seriously revised so as to describe the elementary forms of theory, which do not see themselves as such. In this manner, we reconsider a theoretical literature (testimonies of practitioners of ancient music for instance), which has an uncertain status when seen from this point of view, and takes into account the fugitive forms of theory used by ordinary amateurs.

Jean-Marie Schaeffer

33Entendre et écouter. Compétences procédurales et connaissance explicite dans l’écoute musicale

34Quelle est la nature de l’écoute musicale ? En quoi se distingue-t-elle de l’écoute sonore « standard » ? Plutôt que d’apporter une réponse à ces questions difficiles, il s’agit ici d’en éclairer les enjeux. La distinction, classique, entre connaissances explicites et compétences procédurales permet d’envisager la possibilité d’une compétence proprement musicale qui ne soit pas explicitable par tous les auditeurs. Cependant, contrairement aux sources sonores « naturelles », une pièce musicale possède toujours une identité intentionnelle. Son expérience comme musique n’exige-t-elle pas une connaissance explicite de cette identité ? En fait, l’écoute musicale, comme tout acte à base perceptive, peut suivre deux voies cognitives : celle des traitements perceptifs ascendants « automatiques » et celle des traitements descendants guidés par l’attention. L’écoute peut emprunter l’une ou l’autre de ces deux voies sans cesser d’être musicale.

35Hearing and listening : Procedural skills and explicit knowledge in musical listening

36What is the nature of musical listening ? How is it distinguished from a « standard » hearing of sound ? Rather than answering these difficult questions, the text sheds light on the stakes involved. The classic distinction between explicit knowledge and procedural skills allows us to consider the possibility of a skill that is truly speaking musical and not understandable by all listeners. However, contrary to the « natural » sources of sound, a musical piece always possesses an intentional identity. Does not its experience as music demand an explicit knowledge of this identity ? In fact, musical listening, like any action based on perception, can follow two cognitive paths : one of higher perceptive « automatic » treatments and the other of descending treatments guided by attentiveness. Listening can borrow one or the other of these two paths without ceasing to be musical.

Valérie Tesnière

37Pratiques de recherche, pratiques de diffusion et pratiques documentaires dans le monde scientifique aux xixe et xxe siècles

38À travers différents exemples interrogeant les pratiques de production théorique et de diffusion des savoirs, nous étudierons plusieurs temps de la structuration de l’édition scientifique contemporaine. Au milieu du xixe siècle, l’édition est conçue comme un investissement intellectuel au même titre que le laboratoire (Louis Agassiz) et l’enseignement (Théodule Ribot). Après 1918, se dégagent deux types d’expériences différentes, visant à une nouvelle maîtrise des contenus scientifiques : la première, illustrée notamment par l’implication d’un Pierre Renouvin dans les outils documentaires d’accès aux contenus, la seconde, déterminant d’autres modèles économiques gérés par les communautés d’universitaires (Manifeste coopératif des intellectuels et universitaires français). L’accélération des échanges scientifiques influant la nomenclature théorique de certaines disciplines tout en stimulant la pensée technique, les effets sur la structuration et les circuits de la publication scientifique sont importants. L’interpénétration des différentes pratiques organisant le travail intellectuel (recherche, diffusion éditoriale mais aussi documentation) s’enracine au tournant du siècle dernier.

39Practices of research, practices of diffusion and practices of documentation in the scientific world in the 19th and 20th centuries

40Based on different examples that question the practices of theoretical production and diffusion of knowledge, the text examines the various moments that structure contemporary scientific publications. In the middle of the 19th century, publication was conceived as an intellectual investment in much the same way as the research laboratory (Louis Agassiz) or teaching (Théodule Ribot). After 1918, two different kinds of experiments can be distinguished, aiming at a new mastery of scientific content : the first, illustrated, in particular, by Pierre Renouvin’s involvement with accessing content through documentary tools ; the second, determining other economic models managed by communities of academics (Manifeste coopératif des intellectuels et universitaires français). Since the acceleration of scientific exchanges influenced the theoretical nomenclature of some disciplines whilst stimulating technical thought, it had a considerable impact on the structuring and circulating of scientific publication. The interpenetration of different practices organizing intellectual work (research, editorial diffusion but also documentation) took root at the turn of the 20th century.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search