Version classiqueVersion mobile

Théories ordinaires

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Jacques Cheyronnaud

III. Genres furtifs et critiques ordinaires

À propos de deux inédits de Stanley Cavell

Sandra Laugier

Texte intégral

  • 1 La projection du monde. Réflexions sur l’ontologie du cinéma, trad. fr. Christian Fournier, Paris B (...)
  • 2 Stanley Cavell, À la recherche du bonheur. Hollywood et la comédie du remariage, trad. fr. Christia (...)

1La thèse de Stanley Cavell selon laquelle le cinéma peut rivaliser avec la philosophie en tant que vision et projection du monde a été développée dans ses ouvrages, singulièrement dans La projection du Monde1 et À la recherche du Bonheur2. Elle est ici mise en œuvre dans deux essais : le premier propose une brève analyse d’un blockbuster récent, Mr. and Mrs. Smith (Doug Liman, 2009), à partir du cadre conceptuel de la « comédie du remariage », le second s’intéresse au cinéma comme héritier de l’opéra et de ses moyens expressifs.

2Cavell s’est déjà illustré par la hardiesse des rapprochements qu’il propose : dans son livre classique À la recherche du bonheur, il associe le film It Happened One Night (New York-Miami, Frank Capra, 1934) à la Critique de la raison pure. Le micro-scandale provoqué par cette association quelque peu choquante n’était pas sans déplaire à Stanley Cavell :

  • 3 Ibid., p. 16.

Quelles que soient les défenses que je pourrais déployer, j’ai bien conscience de prêter le flanc au scandale en examinant des films hollywoodiens à la lumière de grands textes philosophiques. Ma conscience de la fureur que cela peut provoquer a connu son apogée quand j’ai présenté une première version du chapitre consacré à It Happened One Night à un colloque universitaire intitulé « Intellect et imagination. Limites et présupposés de la recherche intellectuelle ». Cet essai débute par ce qui constitue dans ce livre le développement philosophique le plus long, un exposé qui touche la pensée de Kant. Et ce qui vient ensuite, c’est la discussion d’un film de Frank Capra : même pas d’un film esthétiquement ambitieux, ou d’un film triste et ennuyeux, d’un film étranger ou exotique ou d’un film muet3.

  • 4 Stanley Cavell, Dire et vouloir dire, trad. fr. Sandra Laugier et Christian Fournier, Paris, Cerf ( (...)

3Par cette confrontation, Stanley Cavell cherche à opérer une « petite transgression par la juxtaposition indécente de sujets », à « tester les limites ou la densité de ce que nous pouvons appeler notre héritage culturel commun », et dont le cinéma fait partie, au même titre que Kant ou que le théâtre de Shakespeare. Cette transgression opérée par l’intégration dans une discussion théorique de matériaux « populaires » dénués d’une ambition purement esthétique est un élément déterminant de l’esthétique ordinaire proposée par Cavell. Cette esthétique met en évidence les hiérarchies intellectuelles implicites – analysées dans le premier ouvrage de Cavell, Dire et vouloir dire4 – qui sous-tendent les discours sur l’art et revendique (claim) la valeur de l’œuvre cinématographique en mettant l’accent sur l’une de ses dimensions inédites. Le cinéma est décrit comme un outil de transformation et d’expression de l’humain – héritier à ce titre de traditions culturelles – qu’il conduit ainsi à transformer, et non comme une forme nouvelle prétendant au statut de « grand art ».

4Dans À la recherche du bonheur, déjà, Stanley Cavell visait à mettre en évidence l’existence d’un donné commun à la tragédie shakespearienne et à la comédie hollywoodienne du remariage, cette dernière – centrée sur une héroïne qui subit quelque chose comme une mort et une résurrection – étant plutôt apparentée à ce que Northrop Frye a appelé old comedy qu’à la new comedy. Une de ses spécificités est que l’héroïne est une femme mariée, et que la menace qui y plane n’est pas la mort – nous sommes dans le registre comique – mais le divorce, qui figure la séparation des êtres et le scepticisme. La comédie a ainsi pour but de ré-unir par une opération de reconnaissance le couple séparé qui surmonte des obstacles intérieurs – et non extérieurs – à sa relation, alors que, dans la new comedy, il s’agit d’unir un jeune couple menacé par des obstacles sociaux ou matériels. Les comédies hollywoodiennes du remariage représentent ainsi sur un mode comique – le trait essentiel de la tragédie étant la méconnaissance et la perte d’autrui – comme un 18 Brumaire esthétique. Elles mettent en scène les héros et héroïnes de ces films réussissant à surmonter l’état mortifère de scepticisme et de séparation, à se re-trouver. Dans l’allégresse des débuts du talkie, les instruments de ces retrouvailles sont la voix et la conversation, dont les comédies du remariage offrent des exemples remarquables, moments de justesse anticipant sur la production culturelle ultérieure, cinématographique ou télévisuelle.

  • 5 Voir supra, Sandra Laugier « Cultures populaires, critique ordinaire. Une philosophie des genres mi (...)

5Mr. and Mrs. Smith – un titre à la Hitchcock, autre grand héritier de la tragédie shakespearienne – reprend la structure et les thèmes de la comédie du remariage, comme The Holiday5, mais peine à en retrouver la magie conversationnelle, et donc la motivation au remariage, ce qui n’était pas le cas des remarquables films précédents de Doug Liman, La Mémoire dans la peau (The Bourne Identity, 2002), et particulièrement Swingers (1996), qui offrent l’un et l’autre des moments de conversation très « cultes ».

6Rares sont en effet les comédies du remariage du siècle présent qui parviennent à cette qualité langagière ou simplement y travaillent – les exemples qu’on peut proposer, à la suite de Stanley Cavell, de comédies hollywoodiennes de même niveau de langage et d’expressivité morale seraient les comédies romantiques des années 1990, avec au générique des stars d’âge équivalent à celui des stars des comédies classiques, Meg Ryan ou Julia Roberts ; par exemple, Quand Harry rencontre Sally (When Harry met Sally, Rob Reiner, 1989), Nuits blanches à Seattle (Sleepless in Seattle, Nora Ephron, 1993) Quatre mariages et un enterrement (Four Weddings and a Funeral, Mike Newell, 1994), Le Mariage de mon meilleur ami (My Best Friend’s Wedding, Paul John Hogan, 1996), Coup de foudre à Notting Hill (Notting Hill, Roger Michell, 1999), Vous avez un message (You’ve got mail, Nora Ephron 1999). Les deux dernières de la liste signalent l’épuisement du genre, contemporain de sa renaissance du côté des comédies pour adolescents et jeunes adultes – annoncé par Mary à tout prix (There’s Something about Mary, Bobby et Peter Farrelly, 1998) –, qui bientôt vont reprendre l’héritage conversationnel des comédies classiques et des comédies romantiques de la décennie 1990 : l’œuvre de Judd Apatow et son école s’inscrivent délibérément dans cet héritage.

7La capacité des genres cinématographiques à hériter des thèmes et des structures de leurs prédécesseurs « populaires », comme d’autres productions culturelles, est la marque d’un « art impur ». La place de l’opéra dans le cinéma, dont Stanley Cavell relève ici des exemples saisissants, des frères Marx à Un cœur pris au piège (The Lady Eve, Preston Sturges, 1938), où résonne Tannhäuser, aux Évadés (The Shawshank Redemption, Frank Darabont, 1994), où l’on entend le duo de la lettre des Noces de Figaro dans une cour de pénitencier, et à Éclair de Lune (Moonstruck, Norman Jewison, 1987), où Nicolas Cage fait découvrir La Bohème à Cher, très émue – que l’on pourra compléter par des films français comme Diva (Jean-Jacques Beineix, 1981) et Le Cinquième Élément (Luc Besson, 1997) –, signale un tel héritage par lequel transite, en allant du chant à la conversation ordinaire, une capacité expressive humaine.

  • 6 Sandra Laugier (ed.), La voix et la vertu. Variétés du perfectionnisme moral, Paris, Puf (coll. « É (...)

8La recherche musicale et perfectionniste6 de la justesse – conjuguant désir de vérité, exposition à autrui et vulnérabilité de l’expression – est ainsi transmise de la voix de l’opéra aux dialogues du cinéma, comme aux conversations très ordinaires et stylisées des meilleures séries télévisées. Wittgenstein parle de l’accord dans le langage – en sa forme commune – au sein de la forme humaine de la vie (Recherches philosophiques, § 241-242) : de l’accord des voix, Übereinstimmung. Dans son œuvre philosophique (Les voix de la raison notamment) comme « cinématographique », Stanley Cavell s’est donné pour but de « réintroduire la voix humaine en philosophie » et, par là, d’inscrire la philosophie elle-même dans cet héritage de la culture de l’ordinaire, particulièrement l’attention aux formes incarnées et visibles de l’expressivité humaine. L’intérêt pour le cinéma « grand public », comme celui que l’on peut porter, dans le sillage transgressif et démocratique de Cavell, aux séries télévisées, emporte la revendication de la capacité infinie d’héritage et d’expression – au sein des cultures ordinaires – de « ce qui compte » pour nous.

Notes

1 La projection du monde. Réflexions sur l’ontologie du cinéma, trad. fr. Christian Fournier, Paris Belin, 1999 [The World Viewed : Reflexions on the Ontology of Film, Cambridge-Londres, Harvard University Press, 1971, 1979].

2 Stanley Cavell, À la recherche du bonheur. Hollywood et la comédie du remariage, trad. fr. Christian Fournier et Sandra Laugier, Paris, Cahiers du Cinéma, 1993 [Pursuits of Happiness : The Hollywood Comedy of Remarriage, Cambridge, Harvard University Press, 1981].

3 Ibid., p. 16.

4 Stanley Cavell, Dire et vouloir dire, trad. fr. Sandra Laugier et Christian Fournier, Paris, Cerf (coll. « Passages »), 2010 [1re éd. New York, 1969].

5 Voir supra, Sandra Laugier « Cultures populaires, critique ordinaire. Une philosophie des genres mineurs », p. 136.

6 Sandra Laugier (ed.), La voix et la vertu. Variétés du perfectionnisme moral, Paris, Puf (coll. « Éthique et philosophie morale »), 2010.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search