Version classiqueVersion mobile

Théories ordinaires

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Jacques Cheyronnaud

II. Théories et savoirs opératoires

Pratiques de recherche, pratiques de diffusion et pratiques documentaires dans le monde scientifique aux xixe et xxe siècles

Practices of research, practices of diffusion and practices of documentation in the scientific world in the 19th and 20th centuries

Valérie Tesnière

Résumé

À travers différents exemples interrogeant les pratiques de production théorique et de diffusion des savoirs, nous étudierons plusieurs temps de la structuration de l’édition scientifique contemporaine. Au milieu du xixe siècle, l’édition est conçue comme un investissement intellectuel au même titre que le laboratoire (Louis Agassiz) et l’enseignement (Théodule Ribot). Après 1918, se dégagent deux types d’expériences différentes, visant à une nouvelle maîtrise des contenus scientifiques : la première, illustrée notamment par l’implication d’un Pierre Renouvin dans les outils documentaires d’accès aux contenus, la seconde, déterminant d’autres modèles économiques gérés par les communautés d’universitaires (Manifeste coopératif des intellectuels et universitaires français). L’accélération des échanges scientifiques influant la nomenclature théorique de certaines disciplines tout en stimulant la pensée technique, les effets sur la structuration et les circuits de la publication scientifique sont importants. L’interpénétration des différentes pratiques organisant le travail intellectuel (recherche, diffusion éditoriale mais aussi documentation) s’enracine au tournant du siècle dernier.

Texte intégral

1La production de savoir théorique est très liée à des pratiques de mises au point de textes et à l’implication concrète des savants dans leur chaîne d’impression et de diffusion. Dans le domaine des sciences, l’idée d’un auteur totalement coupé de l’imprimeur-libraire, qui s’engage à assurer la version la plus aboutie d’un texte et sa diffusion optimale, ne fonctionne pas. Le producteur de savoir est en effet pris dans une logique de pratiques collectives où les modes d’élaboration des concepts au sein d’un milieu donné conduisent à un mode de fonctionnement similaire dans les pratiques de finalisation matérielle et de diffusion des textes.

2L’imprimerie entraînant une facilitation et une fiabilisation des échanges intellectuels sans commune mesure avec les pratiques de circulation des copies manuscrites, les savants s’en sont très tôt résolument emparés et ont été parfois eux-mêmes éditeurs, disons plus précisément libraires-imprimeurs pour ce qui concerne la période antérieure au xixe siècle. L’exemple des imprimeurs humanistes incarné par les Estienne au xvie siècle rappelle que la distinction entre un éditeur scientifique et un imprimeur est ténue quand il s’agit d’établir des textes latins ou grecs et de les imprimer en vue de leur diffusion au sein d’une communauté savante encore réduite en nombre. Encore au xxe siècle, un éditeur comme Gauthier-Villars pour les mathématiques s’inscrit dans cette ancienne tradition. Si la découverte de l’imprimerie fait émerger deux fonctions, celle de l’établissement du texte et celle de sa commercialisation, qui prend alors une autre dimension, elles sont inégalement appréciées au sein de la communauté savante. Celle de production prend le pas, car l’établissement le plus rigoureux possible d’un texte est premier : le savant entend exercer la maîtrise la plus complète de cette étape et intervient dans les processus successifs. Éditer des textes à valeur scientifique se caractérise par des pratiques collectives de travail où s’enchaînent de façon interactive les différentes étapes qui aboutissent au texte imprimé. La fonction de diffusion est en revanche nettement moins valorisée, et plus aisément déléguée à un tiers, le libraire.

3Le xixe siècle va soulever la question du modèle économique de diffusion. À ce moment-là, l’édition, qu’il s’agisse de la presse, qui porte la forme romanesque, ou du manuel scolaire, pour citer des « produits phare », bascule dans la production de masse, avec des possibilités de tirages d’une ampleur inédite, et adopte donc une commercialisation en conséquence. Le modèle ancien de l’imprimeur-libraire de la production érudite a-t-il encore sa place dans ce contexte ? Au fur et à mesure que l’Université se structure peu à peu comme l’instance reconnue de formation et de recherche dans la forme que nous connaissons aujourd’hui, plus précoce dans le cas du droit et de la médecine, achevée sous Victor Duruy pour les sciences et les humanités, comment cette mutation, qui conduit des cercles savants aux institutions de formation et de recherche contemporaines, influe-t-elle sur les publications ? En France, si l’État s’occupe des programmes de l’enseignement primaire et secondaire et suit de près le contenu des manuels, qui représentent des marchés importants, il n’en est pas de même pour les circuits de la recherche. L’Université reste fidèle à ce qui la définit : elle entend s’autoadministrer. La théorie, qui n’est pas nouvelle, connaît des fortunes diverses. Elle est en accord complet avec le principe selon lequel le savant, ou la communauté savante, doit maîtriser les différentes étapes de la chaîne de production éditoriale.

4Mais, si l’édition scientifique peut encore être considérée comme un marché de niche au sein d’une production éditoriale de masse, elle n’échappe pas néanmoins au mouvement général de circulation accélérée des idées et des produits de la pensée, accélération qui devient flagrante à compter des années 1820- 1840, à laquelle correspond en particulier l’essor de la revue scientifique. La revue devient alors le produit éditorial type, ce qui a des incidences fortes sur les métiers intellectuels : la circulation des idées l’emporte en dynamique sur la fonction de production éditoriale, au sens de production de textes. L’une des principales questions est précisément celle de l’accélération sans précédent des échanges intellectuels à partir de cette décennie et de ses répercussions actuelles (Internet compris), aussi bien du point de vue des techniques de publication, des contenus et des formes que de l’organisation du travail intellectuel. En somme, le xixe siècle touche les modèles établis d’édition érudite en consacrant une nouvelle forme matérielle d’échange intellectuel, la revue, dont le succès va bousculer les pratiques établies de production et de diffusion ; la revue, ou tout autre outil éditorial permettant une circulation rapide de l’information, comme par exemple un recueil de jurisprudence. Cette problématique interroge l’interpénétration des pratiques : travail de recherche, de publication, de diffusion qui consiste non seulement à faire rayonner un champ scientifique mais à donner accès à une information scientifique foisonnante.

  • 1 Frédéric Audren et Catherine Fillon, « Louis Josserand ou la construction d’une autorité doctrinale (...)

5Progressivement se normalise et se professionnalise le rôle des théoriciens impliqués de plus en plus dans les techniques de diffusion de leur propre production : il s’intègre ainsi en amont dans la chaîne de publication. Le rôle des directeurs de revues devient central car, en organisant et en distribuant les sujets à traiter, ils influent sur l’émergence des courants théoriques et sur leur affirmation publique. Citons un autre exemple, dans le domaine du droit, où la revue n’est pas le seul outil éditorial utilisé : en proposant et en distribuant les arrêts à commenter, Louis Josserand, secrétaire de rédaction chez le libraire Dalloz, influence et organise de fait le corpus doctrinal du droit au début du xxe siècle1.

6Pour en rester à l’outil stratégique dominant, la revue, la « normalisation » qui conduit au modèle actuel, avec son fonctionnement, ses circuits de diffusion et ensuite ses méthodes d’évaluation (Citation Index, etc.), ne s’est pas faite en un jour. Diverses conceptions ont coexisté du point de vue de l’organisation de l’édition scientifique, mettant l’accent soit sur la maîtrise de l’outil de production, soit sur les circuits de diffusion, soit sur la définition de nouveaux outils permettant de maîtriser une production rapidement inflationniste. Quelques exemples permettront de cerner les différents moments de cette évolution :

  • Au milieu du xixe siècle, Louis Agassiz, un biologiste, ou Théodule Ribot, un philosophe, considèrent l’outil éditorial qu’est la revue scientifique comme un capital dans toute la polysémie du terme.

  • Ensuite, après 1918, ceux qui, comme l’historien Pierre Renouvin, privilégient l’accès au contenu des textes, montrent comment l’analyse documentaire produit des effets sur la production scientifique.

  • Ou encore, toujours après 1918, ceux qui, comme Maurice Caullery et Émile Borel pour les sciences, ou Xavier Léon et Léon Brunschvicg pour la philosophie, considèrent que l’enjeu premier est la totale maîtrise des circuits de l’édition scientifique, ce qui aboutit au modèle économique de la coopérative d’universitaires. Se situent également dans cette mouvance, quoique moins engagés dans la pratique éditoriale, Paul Langevin et Henri Bergson.

  • Enfin, plus récemment, les communautés de chercheurs, essentiellement américaines, arrivent à mettre au point de nouveaux produits qui structurent toujours les publications scientifiques.

Avènement de la revue scientifique en tant que capital intellectuel

7Comment la librairie scientifique est-elle organisée au milieu du xixe siècle ? Le libraire-imprimeur ne diffère guère de ses prédécesseurs de l’Ancien Régime. Excepté dans le cas allemand, où un certain nombre de libraires sont passés par l’Université, le libraire scientifique qui diffuse la production du monde savant n’est pas un universitaire. Il hérite d’une charge d’imprimeur ou bien se forme comme commis libraire dans une officine. Louis Hachette, normalien « viré » de l’École pour des motifs d’ordre politique, est un cas isolé après 1830 : « Sic quoque docebo », peut-il affirmer en embrassant l’activité de libraire. Jean-Baptiste Baillière n’est pas médecin non plus. Mais, une génération plus tard, Georges Masson, qui reprend le fonds de librairie de son père Victor, l’est. Gustave-Germer Baillière l’est aussi ; son associé Félix Alcan, fils de libraire, est normalien (mathématicien). Entre 1860 et 1880, la donne a changé : l’alliance entre compétence professionnelle et formation académique est consacrée. Le cas des juristes est différent. À l’instar de Désiré Dalloz, leur compétence est double : les contraintes matérielles de l’organisation éditoriale des textes juridiques les font intervenir très en amont dans la production ; le circuit de diffusion correspond à un marché de niche spécifique.

8Une des nouveautés du siècle de la révolution industrielle et de l’accélération des échanges est la revue. Certes, elle existe sous l’Ancien Régime, mais, au xixe siècle, elle explose, tant en nombre de titres que de tirages, traitant des sujets les plus divers et s’affirmant comme l’outil privilégié de légitimation des nouveaux savoirs et disciplines, reléguant les outils des académies nationales à une fonction de légitimation a posteriori. On a surtout considéré la revue dans sa dimension intellectuelle, au prisme des théories que tel ou tel titre entend promouvoir et imposer. Mais la revue est un outil beaucoup plus complet, qui fait partie d’un capital collectif, celui de l’équipe de recherche, capital dont la valeur dépasse les enjeux de reconnaissance de propriété intellectuelle individuelle, notamment dans le cas des sciences.

9C’est ainsi que l’entend Louis Agassiz. En 1863, un conflit surgit entre lui, alors professeur de zoologie à l’université d’Harvard, et Henry James Clark, employé par le Museum of Comparative Zoology, créé et géré par Agassiz. En lisant les Contributions à l’histoire naturelle des États-Unis d’Amérique, éditées sous le nom de Louis Agassiz, Clark relève plusieurs propositions inspirées par ses propres recherches en embryologie. Demandant à ce que la dette soit reconnue, il se voit opposer un refus par Agassiz, qui lui rappelle qu’il a travaillé sous sa responsabilité et grâce à ses propres ressources. Clark édite alors une brochure, A Claim for Scientific Property, qu’il adresse à de nombreuses sociétés savantes. Agassiz licencie Clark qui doit quitter le musée. Peu après, Agassiz publie un règlement stipulant :

Nulle personne en lien avec le Musée n’est autorisée à travailler pour elle-même dans le Musée pendant les heures de travail fixées pour les travaux du Musée. Tout ce qui sera fait par une personne en lien avec le Musée, pendant ce temps, doit être considéré comme la propriété du Musée, mais cette personne verra son mérite dûment reconnu par le conservateur dans son rapport annuel […] Personne n’est autorisé à publier, ou à présenter à des sociétés savantes, tout ce qui concerne son travail au Musée, sans le consentement préalable du conservateur. Toutes ces contributions doivent être soumises au conservateur pour examen.

10Gabriel Galvez-Béhar, qui rapporte le cas, écrit :

  • 2 Gabriel Galvez-Béhar, « L’impossible propriété scientifique. Savants, publication scientifique et p (...)

Pour Agassiz, être l’auteur d’une œuvre ne signifie pas nécessairement en avoir la propriété. Les collaborateurs d’Agassiz ont certes le droit d’être reconnus comme auteurs de découvertes, mais ils ne sont pas autorisés par leur patron à publier n’importe où2.

  • 3 Ibid. ; Marie P. Winsor, Reading the Shape of Nature : Comparative Zoology at the Agassiz Museum, C (...)

11Le musée, qui les emploie et finance leurs recherches, est le seul propriétaire légitime de leurs publications. Et l’auteur est « second », car le métier principal qui justifie la rémunération n’est pas l’activité de publication, mais le travail dans le laboratoire/museum (recherche, enseignement…). Deux points sont à retenir : d’une part, le savant se définit comme professeur, ingénieur ou biologiste, et non comme auteur ; d’autre part, la notion d’outil collectif est mise en avant via la publication. Selon Gabriel Galvez-Béhar, qui cite ce cas présenté d’abord par Marie P. Winsor3, la propriété scientifique apparaît, dès le milieu du xixe siècle, comme le socle et le résultat d’une forme de capitalisme scientifique fondé sur le contrôle des travaux et de leur publication, grâce à une organisation hiérarchique et à un contrôle des ressources matérielles de l’activité scientifique. Marie P. Winsor penche, quant à elle, vers une interprétation un peu différente. Par son désir de promouvoir le développement de son musée et de ses publications – ces deux entreprises nécessitant des fonds importants et ne pouvant être exposées à la concurrence –, la relation d’Agassiz à la propriété scientifique peut être analysée comme une tentative d’imposer son propre monopole sur la zoologie américaine à travers de la réussite de son activité d’éditeur. La promotion de la vie scientifique de l’institution, autrement dit de l’outil collectif qu’elle représente, importe plus que la notion même d’auteur. Faire reconnaître l’atout majeur qu’est devenue la publication scientifique est bien présent en 1850-1860 : la publication fait partie d’un tout qui est l’outillage de la science, outillage qui est une propriété (un capital ?) collective, non circonscrite au laboratoire ou à la bibliothèque stricto sensu.

  • 4 Valérie Tesnière, Le Quadrige. Un siècle d’édition universitaire, 1860-1968, Paris, Puf, 2001.

12Prenons maintenant l’exemple de Théodule Ribot et de la stratégie qu’il développe avec la Revue philosophique4. Ribot a imposé la psychologie comme discipline en France à partir de cette revue. Ainsi qu’il l’écrit à son ami Alfred Espinas en 1885 :

  • 5 Lettre de Théodule Ribot à Alfred Espinas, 23 juillet 1885, ibid., p. 88.

Crois-tu que je suis assez naïf pour n’avoir pas fait le raisonnement suivant : le temps qu’on passe à endoctriner quelques auditeurs, on pourrait le donner à faire des ouvrages et des articles qui s’adresseraient à des milliers de lecteurs5.

13À cette date, cela fait déjà plus de vingt ans qu’il fait de l’édition une arme de combat intellectuel. Normalien, Ribot enseigne tout d’abord la philosophie au lycée. En 1868, il entreprend de traduire (au départ pour lui-même) les Principes de psychologie, de Spencer : la traduction est acceptée par Ladrange qui la publie. Mais, entretemps, Spencer en produit une autre version considérablement augmentée. Ribot se fait agréer comme traducteur français par Spencer : son parcours dans l’édition commence ainsi par la traduction. En 1872, après avoir soutenu son doctorat, il se met en congé et vit du rapport de ses articles et de ses livres. Il entre alors chez Gustave-Germer Baillière, l’éditeur qui monte. C’est à ce moment que se situe le pacte avec son camarade normalien Félix Alcan, qui devient directeur littéraire, puis associé de Baillière. Comme ce dernier, Ribot a pour modèle la revue Mind, qui vient de sortir en Grande-Bretagne. C’est dire tout, sauf le style de la Revue des Deux Mondes, ou celui des conférences de la philosophie éclectique qu’il tient en piètre estime.

  • 6 Allusion aux deux tentatives infructueuses de La Philosophie positive de Littré, et de La Critique (...)
  • 7 Valérie Tesnière, Le Quadrige…, op. cit., p. 65.

Voici une grosse nouvelle. Un projet qui couvait depuis quelques mois vient d’aboutir. Germer Baillière fonde, pour paraître au 1er janvier 1876, une Revue philosophique (directeur Théodule Ribot). Elle aura pour caractère d’être ouverte : pas d’esprit de secte (Littré, Renouvier6), tu verras prochainement le programme. Cela paraîtra tous les mois et contiendra 1) 2 ou 3 articles de fonds dont un traduit de l’anglais ou de l’allemand ; 2) analyses et comptes rendus de livres ; 3) revue bibliographique aussi complète que possible des travaux étrangers7.

  • 8 Jusqu’à l’arrivée de la Revue de métaphysique et de morale, en 1896.
  • 9 La Revue philosophique garde très longtemps son rythme mensuel.

14Où se situe la part de nouveauté du projet de Ribot qui fait que, dans le mouvement bouillonnant des revues, le titre va s’imposer ? Ribot réussit ce que n’ont réussi ni Renouvier ni Lachelier : une mutation formelle alliée à une périodicité resserrée, et une ouverture (en apparence) non partisane. La structure interne en trois parties est celle de l’austère Mind, avec des articles et des comptes rendus en bonne et due forme, dans une décennie où se publient toujours beaucoup de conférences dans les périodiques mensuels de « vulgarisation » (Revue rose). C’est la combinaison de l’ensemble des critères et la dévotion de Ribot à cet outil qui entraîneront son long magistère sur la philosophie en France8 et, en tout cas, réconcilieront la philosophie avec les débats d’actualité des universités européennes, notamment en biologie et en médecine, mais aussi dans ce qui préfigure la sociologie, dont l’instance académique est en train de s’emparer. Avec Ribot, on assiste à l’investissement par un universitaire de l’édition comme outil privilégié de diffusion des théories qu’il entend promouvoir : démultiplication par rapport à l’impact de la chaire d’enseignement mais aussi rapidité de circulation de l’outil « revue9 ».

  • 10 La « Bibliothèque de philosophie contemporaine », qui devient la collection de référence, émane de (...)

15Ribot ne se dit plus professeur, il ne se dit pas auteur, il est directeur d’une revue. Et même lorsqu’il deviendra professeur au Collège de France, il mettra toujours en avant ce qu’il considère comme son principal titre, « directeur de la Revue philosophique », considérant que sa contribution au mouvement des idées l’emporte largement sur le reste. Quelle est la différence avec les Estienne, imprimeurs-libraires humanistes ? Elle est considérable, d’abord parce que la répartition des tâches n’est plus la même : Ribot se préoccupe peu de l’impression, qui est soustraitée à l’extérieur ; il se concentre sur le choix, l’organisation et la mise au point des textes, qu’il s’agisse de traductions, d’articles ou de comptes rendus, ce qui est une activité en soi quand on dirige revue et collection10. Ensuite, il s’insère dans une dynamique universitaire. Enfin, le rôle du libraire qui l’accompagne dans cette mise en musique, en l’occurrence Alcan, est aussi infléchi : il n’est pas seulement l’intermédiaire technique entre l’imprimeur et l’auteur, il met en œuvre une diffusion renouvelée, que ce soit en France, par le quadrillage des différents niveaux du circuit académique, ou à l’étranger, où la dimension internationale est essentielle. C’est l’avènement de l’éditeur moderne.

16En ce qui concerne Ribot, peu auront, comme lui, revendiqué cette fonction. Ainsi, Bergson se présente comme professeur, comme la plupart de ses contemporains. À la différence d’un Spencer, Ribot est résolument universitaire, comme le sont Agassiz ou Wundt. Si, au départ, il vit de sa plume, ce sont malgré tout ses émoluments de professeur combinés aux revenus de son activité éditoriale qui le font vivre. Mais, à la différence toutefois d’un Gabriel Monod, directeur de la Revue historique, qui écrira peu, Ribot continue de produire avec régularité des volumes, dont une partie, sans s’intituler « manuels », formera plusieurs générations d’étudiants, et dont l’autre partie sera consacrée à des travaux personnels. « Directeur de revue » est une charge à part entière, non seulement parce que le rythme de parution resserré impose une organisation particulière de l’activité quotidienne, mais aussi parce que la richesse de cette activité (veille scientifique et suivi de la vie de la science, révision éditoriale des textes et traductions, recherche de nouveaux viviers de collaborateurs) définit un système. On observe ainsi une interaction entre l’activité théorique, qui se poursuit via l’écriture, et la pratique, rapportée à une fonction, celle de « diffuseur » ou de contributeur au mouvement des idées, missions investies au même degré. La pratique éditoriale, consacrée par le plein achèvement d’une forme privilégiée d’élaboration et de transmission des connaissances, celle de la revue, est au même niveau que l’activité conceptuelle proprement dite. La revue se différencie de l’entreprise encyclopédique de la fin du xviiie siècle par sa souplesse et sa réactivité.

17Les conséquences sont importantes en termes de structuration des cadres formels de la pensée (avènement de l’article dans sa forme contemporaine, par exemple). L’appréhension des métiers de la circulation des savoirs se modifie : peu à peu se professionnalisent les tâches comme celles de secrétaires de rédaction, de traducteurs, etc., réalisées par des universitaires pour lesquels l’enseignement magistral n’est pas l’activité principale. Il s’agit prioritairement de faire circuler les idées et de prendre sa part dans les pratiques qui organisent ces échanges. L’outil qu’est la revue est là pour cela. Au tournant du xxe siècle, le modèle de la revue, tel que l’incarne la Revue philosophique, s’est généralisé. Ribot n’a pas été le seul en Europe à procéder de cette façon, loin de là, mais son exemple est intéressant en ce sens qu’il revendique hautement sa qualité de directeur de revue et que, via la revue, la fonction d’échange intellectuel, désormais intégrée dans le système universitaire, joue un rôle aussi important que la fonction de légitimation d’une discipline. De ce point de vue, la Revue philosophique, tout en affirmant des choix scientifiques, n’est pas exactement l’Année sociologique, postérieure et d’une périodicité moins rapprochée.

Influence de l’analyse documentaire sur la production éditoriale scientifique et investissement des métiers de la publication par les scientifiques

  • 11 Alan G. Gross, Joseph E. Hamon et Michael S. Reidy, Communicating Science : The Scientific Article (...)

18Quels sont les prolongements au xxe siècle ? La forme de la revue influe sur les cadres structurant la théorie : pour pouvoir être lu, il convient de se conformer aux règles formelles peu à peu établies en matière de production des articles (longueur, organisation des développements, etc.), qui deviennent pour un temps assez long un point de passage obligé du débat scientifique11. Mais la croissance continue du nombre des titres de revues et des articles, qui va de pair avec la spécialisation accrue des savoirs, bouscule la forme même de la revue. Les résumés ou abstracts, qui existaient déjà sous l’Ancien Régime, vont croître, embellir et se perfectionner, de même que les tables et les index. Cela ne suffit toutefois plus pour suivre l’actualité scientifique. La granularité de l’information se déplace de l’article au résumé ou à l’index, à la donnée simple, autrement dit à l’intitulé du concept développé dans l’article. L’évolution est identique pour la grande presse (agences de presse) comme pour la revue scientifique. Chemin faisant, ce qui conduit à l’informatique documentaire et aux bases de données en ligne, puis au Web, passe par une étape, celle de l’analyse « documentaire » qui se répand au début du xxe siècle.

19L’exemple de Pierre Renouvin est à nouveau éclairant. Jeune agrégé d’histoire, envoyé sur le front, il en revient grand invalide de guerre. Après 1918, il travaille à la fois comme bibliothécaire à la Bibliothèque-Musée de la Guerre et comme expert pour la Commission des réparations. Cette dernière activité l’entraîne à se pencher sur ce qui constitue concrètement des archives : faut-il s’en tenir aux définitions classiques ? Par exemple, les dossiers de presse, pris de façon critique, n’en disent-ils pas long sur les représentations des personnes qui les ont constitués dans les différentes administrations et n’éclairent-ils pas les causes profondes de la guerre, au même titre que les archives diplomatiques, au sens traditionnel du terme ? L’analyse prélude à ce qui deviendra une nouvelle histoire des relations internationales, qui, par l’appropriation de nouvelles sources, va s’éloigner des canons alors dominants de l’histoire diplomatique.

20Son activité de bibliothécaire est indissociable de celle de l’historien. Pour lui, l’enjeu est de trouver un langage total qui rende compte de l’expérience du front dans toutes ses dimensions, psychologique comprise, et qui donne des clés d’accès simples pour s’y retrouver dans la profusion des publications et pouvoir y intégrer des sources nouvelles ? Avec Camille Bloch, il élabore alors un thésaurus, c’est-à-dire un ensemble de descripteurs s’attachant à traduire de la façon la plus complète et précise possible les aspects variés de la guerre, à partir du dépouillement de matériaux écrits, livres, mais aussi presse, revues et toutes sortes de documents. L’élaboration de ce thésaurus, dont l’arborescence va assez loin, nourrit le travail conceptuel qui le conduit à formuler une théorie des relations internationales. Pierre Renouvin s’inscrit dans l’esprit du temps, avec des fulgurances sur le renouvellement des sources d’archives, épousant ce mouvement scientifique qui réfléchit aux conditions d’accessibilité de concepts scientifiquement pertinents : déplacement de la granularité de l’information du titre de l’ouvrage ou de l’article à son contenu qui doit être décrit, introduction de référentiels innovants en ce sens qu’ils doivent se situer au vif de la recherche et être normalisés. Renouvin s’intéresse secondairement à la fonction d’« éditorialisation » pour privilégier la fonction « documentaire », où ce qui importe est de retrouver rapidement une donnée avec le concept qui colle au plus près de l’expérience ou de l’observation. Ce qui vaut pour la physique ou la chimie vaut aussi pour l’histoire.

21La dialectique entre diffusion et production scientifique évolue ainsi considérablement : avec Ribot et ses contemporains, il importe de faire circuler rapidement les contenus du savoir en cours d’élaboration. La revue, parce qu’ elle est périodique, apparaît comme le vecteur le plus approprié. Les contenus imprimés procèdent d’une lente évolution des formes héritées de l’Ancien Régime, où s’appliquent des standards éditoriaux peu à peu définis par les universitaires. En ce sens, leur préoccupation de légitimer leurs avancées grâce à un outil diffusé vite et bien ne remet pas en cause ces formes, qui sont simplement peaufinées et normalisées. À partir du dernier quart du xixe siècle, la prolifération de l’information scientifique conduit les chimistes, les physiciens et les médecins à innover dans la conception des produits, car le rythme devient impossible à tenir. Les produits éditoriaux imprimés ne sont plus adaptés au suivi de l’actualité. L’analyse des données et les développements techniques qu’elle induit l’emportent sur la recherche, devenue vaine, de techniques sophistiquées d’éditorialisation (structuration d’index, etc.). Cela n’aboutit pas à des résultats techniques concrets avant 1910 (cartes perforées développées aux États-Unis), ni à des applications dans le domaine de la diffusion des contenus scientifiques avant 1945 (premières banques de données informatisées). L’étape des thésaurus et des dépouillements de données s’insère entretemps, moment « documentaire » où l’on tâtonne encore pour dégager les réponses techniques adaptées. Si l’on peut citer l’historien Pierre Renouvin et d’assez nombreux sociologues et linguistes, ce sont cependant les chimistes et les biologistes qui demeurent au premier rang des promoteurs de centres de documentation spécialisés et de la formalisation des techniques d’indexation. Mais les différents réseaux communiquent peu : à l’exception des disciplines portées par des outils puissants comme la médecine (Index Medicus) ou la chimie (Chemical Abstracts), chaque laboratoire a tendance à réinventer son propre système d’indexation, en général peu compatible avec celui du voisin. L’outil informatique, encore en gestation, ne peut être utilisé comme vecteur de standardisation. Il est important toutefois de souligner que les pratiques documentaires normatives ont d’ores et déjà une influence sur la fixation des intitulés de certains concepts et qu’elles achèvent de pénétrer les pratiques professionnelles du monde savant.

22Qu’en est-il du côté des pratiques de publication ? L’après-guerre est marqué par un retour en force de l’« intellectuel collectif » dans l’organisation du travail scientifique, reléguant un libraire comme Alcan au rang de figures disparues, et par une percée internationale de la notion de propriété scientifique, assimilable au droit d’auteur.

23Quelques décennies plus tôt, pour Louis Agassiz, la promotion de la vie scientifique de l’institution, autrement dit de l’outil collectif qu’elle représente, importait plus que la notion même d’auteur. Au cours de la première moitié du xxe siècle, sous l’influence du domaine littéraire, le droit d’auteur dans le domaine de la recherche se dégage sur un plan politique, sans qu’il arrive à se distinguer clairement du droit des brevets, plus affirmé. Les enjeux sont d’abord ceux de l’organisation publique de la recherche et de ses produits, notamment éditoriaux, au service d’une collectivité. L’idée d’outil collectif demeure fondamentale : l’Index Medicus ou encore les Chemical Abstracts ou leurs équivalents allemands continuent à être portés par des institutions et des sociétés académiques, avec le soutien de l’industrie.

24Après 1918, en Europe, notamment en France, naissent plusieurs mouvements au sein de l’Université : en 1919, le Rapprochement universitaire, cercle de quatre cents membres, qui entend débattre des questions d’actualité et être une instance d’accueil des collègues alliés, ou encore les Compagnons de l’Université nouvelle, réclamant un chef de l’Université émanant du corps enseignant. Diverses réformes des structures universitaires sont demandées, en même temps que l’implication de l’État dans l’organisation de la recherche. En ce qui concerne l’édition universitaire, cette aspiration à la réforme porte sur la maîtrise de l’outil de production, au sens classique du terme, et non sur la nécessité d’accompagner les formes éditoriales en évolution (index ou thésaurus), ni sur la diffusion ou la distribution. C’est une prise de pouvoir par la communauté universitaire qui est en jeu, la maîtrise des outils de production étant le préalable pour influer sur le reste.

25La coopération intellectuelle émerge alors dans sa dimension politique. Versions contemporaines d’une nouvelle république des savants au service de la pensée, les théories de la coopération intellectuelle sont en harmonie avec les idéaux de la Société des Nations. L’influence de Charles Gide et de la Revue des études coopératives se fait aussi sentir, sans même évoquer celle de Péguy, qui fut grande, avec la mise en pratique qu’ont constituée les Cahiers de la Quinzaine : pourquoi ne pas appliquer à la coopération intellectuelle les principes de gestion des coopératives de consommation ?

26En France, une étape décisive est franchie, en 1921, avec le Manifeste coopératif des intellectuels et universitaires français :

  • 12 « Manifeste coopératif des intellectuels et universitaires français, 1921 », dans Valérie Tesnière, (...)

La guerre a valu à la coopération une réclame tout à fait inattendue. Les consommateurs, aux prises avec la pénurie des denrées, la hausse des prix et l’exploitation des commerçants, ont trouvé dans les coopératives de consommation des lieux d’asile […] Néanmoins ni l’opinion publique, ni la presse, ni les économistes n’ont accordé au mouvement coopératif l’attention qui […] lui est due […] ils n’ont pas cru que, par delà ses réalisations actuelles, la coopération pût offrir un programme général de reconstitution sociale.
Les sociétés de consommation sont des laboratoires d’expérimentation sociale, ainsi que les nommait Jaurès […] Les sociétés coopératives nous montrent aussi qu’il n’est pas indispensable au succès d’une entreprise que le capital y soit le maître et en recueille les fruits. Elles n’excluent pas le capital, elles l’appellent même, en attendant qu’elles aient pu constituer leurs propres capitaux et sont disposées à payer ses services par un intérêt fixe, mais elles se refusent à lui reconnaître le droit de commander et de s’attribuer les profits de l’entreprise sous prétexte qu’il les aurait créés.
[…] Les sociétés de consommation ne sont pas disposées à remplacer la dictature du capital par celle du travail […]
Si […] tout consommateur est en même temps un producteur, il importe que chacun apprenne à distinguer et à peser dans son for intérieur ces intérêts opposés et à sacrifier ceux qui sont particuliers à ceux qui sont généraux. C’est là ce que lui apprend la société de consommation par une leçon de choses quotidienne. Et c’est là l’enseignement moral autant qu’économique que nous voudrions propager12.

27Parmi les signataires de ce manifeste : Albert Aftalion, Charles Andler, Alphonse Aulard, Émile Borel, Ferdinand Brunot, Léon Brunschvicg, Henri Delacroix, Georges Dumas, Henri Hauser, André Lalande, Ernest Lavisse, Lucien Lévy-Bruhl, Ignace Meyerson, Christian Pfister, André Piganiol, Gabriel Séailles, Charles Seignobos, Sylvain Lévi et également Jérôme Carcopino, Léon Bourgeois, Henri Capitant, Louis Cazamian, Albert Demangeon, Félix Gaffiot, Gustave Glotz, Hadamard, Lucien Herr, Pierre Janet, Jean Perrin, Georges Renard, Léon Robin, François Simiand et Xavier Léon, soit l’essentiel de la Sorbonne, ainsi que des universités de Lille, Nancy et Strasbourg.

28Dans la foulée, en décembre 1921, sous l’influence de ce manifeste, naissent les Presses universitaires de France (Puf), société d’édition coopérative. Ce n’est pas le seul exemple puisque voient aussi le jour, dans la même décennie, la Société Guillaume-Budé, pour l’édition des classiques bilingues grecs et latins, ou encore les éditions SEDES, dont les formes juridiques se rapprochent de celle des Puf mais dont l’ambition se limite à la diffusion des cours d’université, sans plusvalue éditoriale forte.

  • 13 Maurice Caullery, Les universités et la vie scientifique aux États-Unis, Paris, A. Colin, 1917.

29À l’origine des Puf se trouvent Maurice Caullery et Xavier Léon. Le premier, biologiste, a médité l’exemple des presses des universités américaines lors d’un voyage d’étude13. Le second, fondateur de la Revue de métaphysique et de morale, est également à l’origine de la Société française de philosophie, qui a publié, à partir de 1902, un Vocabulaire. Les Puf entendent publier et diffuser, c’est-à-dire disposer de leur propre imprimerie et de leur propre librairie : l’objectif est d’abord de se donner les moyens d’éditer des conférences ou des colloques, des manuels et des vocabulaires, comme le Vocabulaire juridique, dirigé par Henri Capitant. Des scientifiques, comme Émile Borel et Paul Langevin, seront impliqués dans les Presses, qui correspondent à leur conception de l’édition, c’est-à-dire une structure privée laissant libre cours à l’initiative de la communauté savante, avec à distance l’État, qui ne doit s’occuper, quant à lui, que de l’organisation des structures de la recherche ou de l’enseignement stricto sensu, sans brider l’initiative du chercheur. Il n’y a pas antinomie entre le futur CNRS et le modèle des Puf. Du côté des philosophes, des personnalités comme Henri Bergson ou Léon Brunschvicg, piliers des Puf, partagent cette vision.

30Bergson et Langevin, du fait de leur notoriété, seront aussi impliqués dans la mise en place à Paris, à compter de 1926, de l’Institut international de coopération intellectuelle, soutenu directement par le gouvernement français, qui, dans un esprit tout empreint de coopératisme, tentera d’appliquer les recettes de Charles Gide à certains outils collectifs utiles à la communauté savante (catalogues et index), distincts dans leur esprit des produits éditoriaux produits par les scientifiques (monographies, vocabulaires et revues). Ce clivage témoigne d’une répartition des compétences désormais communément admise entre bibliothèques d’une part et savants et éditeurs d’autre part, à un moment où, pourtant, s’affirme une évolution majeure dans la gestion de l’information scientifique, très inégalement perçue dans le monde savant.

31Plusieurs points sont à relever dans cette vision très intégrée de la chaîne de production et de diffusion des Puf. La librairie, assez proche dans son esprit de celle des Cahiers de la Quinzaine de Péguy, est marquée par les idées coopératistes : elle doit être un lieu physique dans Paris où pourra se retrouver la communauté universitaire, incluant ici les professeurs de l’enseignement secondaire et les instituteurs, qui souscriront largement aux actions de la société coopérative. C’est aussi une Fnac avant l’heure, tentant de remettre en cause les remises des libraires, avec des tarifs préférentiels pour les adhérents. La librairie des Puf, vivement contestée par la profession des libraires, aura de ce fait du mal à s’imposer. Mais, hormis cet aspect, son concept est archaïque du point de vue de la distribution : en dépit des efforts pour implanter des antennes en province, sans succès, elle est d’abord un « marqueur » symbolique d’affiliation à des valeurs communes et constitue une régression économique par rapport aux circuits de diffusion internationale précédemment mis en place par des libraires scientifiques, comme Alcan, allié à Ribot, ou encore Masson, travaillant en intelligence avec la communauté médicale. Il faut attendre les années 1960 et la mise en place de structures de distribution efficaces avec Paul, puis Pierre Angoulvent pour dépasser le blocage. Celui-ci s’explique par le fait que la prise de pouvoir par la communauté universitaire plaque des schémas politiques et économiques inspirés de la pratique des coopératives de consommation, qui, au-delà des erreurs de gestion, ont le plus grand mal à fonctionner faute de prise en compte des enjeux propres à la diffusion des savoirs tels qu’ils se dégagent au cours des décennies d’après-guerre aux États-Unis.

  • 14 On peut songer à l’investissement multiple de François Simiand, prématurément décédé en 1935, à la (...)

32Outre-Atlantique s’opère, au même moment, un rapprochement entre les sociétés de promotion d’une discipline, telle l’American Physical Society, qui ont pris en charge la production des revues, index et bases de données de la recherche, et les presses d’universités, plus centrées sur l’édition de thèses, de synthèses ou de manuels universitaires. Sans être systématique, cette répartition de fait permet de converger, ultérieurement en lien avec les bibliothèques, vers des normes de production éditoriale scientifique, qu’il s’agisse de la forme contemporaine standardisée de la revue ou de la structuration des nouvelles bases de données. Cette évolution, qui se retrouve dans une certaine mesure en Grande-Bretagne, ne se produit pas en France, où les différentes branches professionnelles ont des préoccupations assez éloignées, qu’il s’agisse des éditeurs, des bibliothécaires, des documentalistes ou des universitaires. Des personnalités, en général plutôt du monde de la science ou des sciences sociales, tels Maurice Caullery ou François Simiand, ont une perception des mutations à l’œuvre dans l’organisation de ce qui devient la documentation. Mais leur investissement dans la pratique de gestion de la science, conçue chez eux comme partie intégrante de l’activité ordinaire du chercheur, qu’il s’agisse de structures comme les Puf pour l’édition, du futur CNRS pour la régulation et l’organisation de la recherche, ou encore de la coordination des centres de documentation, ne portera pas tous ses fruits, loin de là. Les raisons en sont complexes. Le contexte de crise économique généralisée a joué, comme également la conscience de nouvelles urgences face à la montée des tensions politiques en Europe, qui sont moins sensibles aux États-Unis. Est aussi jugé décevant l’investissement intellectuel dans des structures telles que l’Institut international de coopération intellectuelle, émanant de la Société des Nations, qui favorisera des grandes entreprises d’outils bibliographiques collectifs sans se donner les moyens véritables de les imposer. Enfin, il faut mentionner une probable réelle difficulté à faire avancer de front plusieurs chantiers : celui du développement théorique de certaines disciplines (sociologie, physique ou biologie, par exemple) et celui de l’investissement dans des outils efficaces de leur promotion et de leur diffusion, même si, dans le cas d’une partie de la sociologie, ce lien fort avait toute sa pertinence14. Cette dernière difficulté souligne la complexité qu’il y a à articuler des enjeux de théorie et de pratique.

33Parallèlement pour des disciplines plus affermies sur un plan institutionnel, comme la psychologie, par exemple, ou la philosophie, le moment est venu d’investir dans des outils de formation des étudiants et plus seulement de recherche. Sont ainsi publiés, entre les deux guerres, le Traité de psychologie, de Georges Dumas, ou le Vocabulaire philosophique, d’André Lalande. Les exemples des Puf avant 1945 et de l’Institut de coopération intellectuelle montrent bien la délicate adéquation entre une idée politique convaincante, la régulation par la communauté savante d’un certain nombre d’outils collectifs nécessaires à la promotion de la science, et sa mise en œuvre. Dans le premier cas, l’idée d’une chaîne intégrée gouvernée par un collectif intellectuel, depuis la production jusqu’à la diffusion, couplée à une ambition encyclopédique, bute sur la mise à l’écart des professionnels de la librairie et de l’édition, dans un contexte économique médiocre. L’échec des entreprises éditoriales de l’Institut de coopération intellectuelle est du même ordre : les professionnels, scientifiques et bibliothécaires, sont ici convoqués pour définir le contenu des catalogues collectifs et divers index, mais sans doute manque-t-il, là aussi, l’apport de professionnels de l’édition, dans un contexte où les Anglo-Saxons mettent en place des outils de diffusion de la science reposant sur un modèle économique qui réunit acteurs de la librairie privée, de la documentation et du monde de la recherche, et qui s’imposera après 1945. Avant 1940, il est frappant de constater qu’en sciences sociales, par exemple, un certain nombre de chercheurs, notamment en France, sont conscients des mutations en cours dans la diffusion des savoirs, dues à l’influence croissante des techniques documentaires dans les outils de recherche, mais les liens ne s’établissent pas vraiment entre nouvelles pratiques du centre de documentation/recherche impactant la théorie, et diffusion des outils. On expérimente beaucoup. Ainsi, Pierre Renouvin réfléchit aux clés d’accès à des contenus scientifiques avec son thésaurus, mais celui-ci demeure un fichier en bois au sein d’une bibliothèque. Ainsi, les sociologues définissent de nouveaux corpus à exploiter à partir des méthodes statistiques et/ou documentaires. Ainsi, les chimistes produisent des abstracts, dont la forme même influe largement sur la formalisation des concepts, etc. Mais le fait qu’on demeure, encore au moins pour une génération, dans le cadre de l’imprimé explique que la réflexion sur l’outil de diffusion reste inscrite dans le cadre éditorial normalisé par la génération précédente, celle de la revue.

34L’informatique puis le numérique changent la donne. Au cours du premier xxe siècle, aux États-Unis, l’essor des premiers procédés mécaniques puis électroniques d’automation est décisif. Les mathématiciens et les chimistes du MIT (Massachusetts Institute of Technology) y contribuent, mais aussi les sociologues pour le traitement statistique des données et les linguistes pour le traitement automatique des termes linguistiques, préfigurant les thesaurus des premières bases de données informatisées. Ces techniques, au développement desquelles participent les disciplines citées plus haut, qui permettent de traiter efficacement les nouveaux corpus de données de la recherche, participent aussi de la mutation radicale des outils éditoriaux. Il devient en effet évident que les nouvelles techniques d’ordinateurs électroniques auront à terme un impact majeur sur le travail de documentation mais aussi d’édition, offrant de nouvelles perspectives aux services et produits d’abstracts et d’indexation, très contraints par le papier. Dès le début des années 1950, des expériences d’utilisation des ordinateurs dans le tri des informations sont en place. Il faut l’alliance des ingénieurs, des linguistes et de sociologues pour arriver aux « sciences de l’information ». Eugene Garfield crée, en 1958, l’Institut for Scientific Information et il dispose du soutien décisif de l’administration américaine de la recherche et de celui de chercheurs. Le premier volume du Science Citation Index voit le jour en 1963. Auparavant, à partir des Chemical Abstracts, où il a été indexeur et surtout « résumeur », Garfield a montré l’intérêt d’outils de mesure ou d’évaluation de la production scientifique éditée, tel l’impact factor, utilisant les ressources de la recherche automatisée afin de conjurer les retards de publication inhérents au papier. L’impulsion de la puissance publique est un préalable, vu les enjeux, mais le schéma reste d’inspiration libérale : ce sont des éditeurs privés, essentiellement compétents dans l’activité de librairie, qui à la fois impulseront les techniques, en s’appuyant sur le savoir-faire d’indexation et de recherche appliquée des communautés savantes, et verrouilleront les modèles économiques, avec, au départ, l’assentiment de celles-ci. Aujourd’hui, les grands groupes éditoriaux procèdent des sociétés savantes et des universités, en ce sens que l’organisation du travail de publication, progressivement mise au point au cours des deux derniers siècles, définit les produits et les circuits de diffusion actuels.

35Rappelée succinctement, l’évolution de l’édition scientifique, au travers de ses produits les plus symboliques, la revue puis les outils d’exploitation des contenus des revues, suscite toute une réflexion sur l’interférence de différentes pratiques avec le travail théorique. Si l’histoire du livre nous a montré pour l’époque moderne combien l’activité théorique était consubstantielle des conditions matérielles de mise au point, d’impression et de circulation des textes, il en est de même pour l’époque contemporaine. La pratique éditoriale a été globalement très vite perçue comme un prolongement de l’activité réflexive, ce qui conduit à l’émergence puis à la domination de produits où s’expriment une pluralité de points de vue, puis de communautés de travail cimentées plus ou moins par une discipline ou une spécialité. Avec une chaîne de compétences techniques, coordonnée par l’imprimeur-libraire, se solidarise une autre forme de travail intellectuel collectif, éprouvé devant les pairs et les étudiants. La perméabilité entre les deux mondes, entre les deux organisations du travail est forte. L’organisation collective du travail intellectuel et matériel induite par la revue, proche en cela du séminaire de recherche, renforce une orientation issue de la tradition humaniste. Toutefois, la communication demeure inégale entre ceux qui investissent la fonction de production, restant sur le modèle humaniste de l’établissement le plus rigoureux possible d’un texte, et ceux pour qui la fonction de circulation, d’échange et de diffusion prime.

36Le changement d’échelle, induit par le gonflement et la prolifération des publications, déséquilibre les pratiques au moment même où la structure et les circuits de la revue connaissent une première standardisation et où ce média s’affirme comme lieu symbolique de légitimité scientifique, la préoccupation étant de retrouver rapidement l’information désirée pour assurer une veille efficace. L’outil « index », servant à se repérer dans un ou plusieurs volumes donnés, affirme sa dimension de « vocabulaire » normatif (« thésaurus » en langage documentaire), permettant également de dégager les concepts adéquats par rapport à des champs scientifiques nouveaux, affectant de ce fait la théorie et reléguant les dictionnaires à d’autres usages a posteriori. Les « résumés » ou abstracts obéissent aux mêmes règles. L’accélération des échanges l’emportant sur d’autres considérations, on assiste à une course qui conduit à mettre au point progressivement des produits éditoriaux, privilégiant les formes courtes, de plus en plus sophistiqués quant aux renvois et aux modalités de consultation, puis à dépasser la contrainte technique du papier.

L’édition scientifique contemporaine : interpénétration des modèles théoriques et des pratiques de production

37Depuis un siècle et demi, le mouvement d’accélération de la circulation des idées a de fortes incidences sur les pratiques de publication scientifique. La production théorique s’en trouve considérablement modifiée, puisqu’à peine la structure de l’article confortée au sein de la revue, d’autres structures (résumés, ensembles de données) tendent à prévaloir comme outils des échanges intellectuels. Ces mutations ont également une incidence sur la façon dont les producteurs de savoir théorique affirment leur identité scientifique. À la fin du xixe siècle, le biologiste Louis Agassiz, responsable d’une institution, entend promouvoir une définition collective de la propriété intellectuelle, tandis que le philosophe Théodule Ribot se définit avant tout comme directeur de revue. Au xxe siècle, l’historien Pierre Renouvin redéfinit son mode de production théorique à partir d’un investissement dans la fonction nouvelle de documentation, tandis que des collectifs d’universitaires (Puf) se revendiquent éditeurs, et des chimistes lient étroitement leur production théorique à de nouveaux types d’index s’affranchissant progressivement des contraintes du papier. L’interpénétration manifeste de la recherche, des pratiques qui gouvernent la publication scientifique et de l’innovation technique (informatique, numérique et Internet) conduit ainsi les producteurs de savoir à concevoir et à mettre en œuvre des modèles théoriques de ces différentes activités.

Notes

1 Frédéric Audren et Catherine Fillon, « Louis Josserand ou la construction d’une autorité doctrinale », Revue trimestrielle de droit civil, 1, 2009, p. 39-76.

2 Gabriel Galvez-Béhar, « L’impossible propriété scientifique. Savants, publication scientifique et propriété intellectuelle dans la France du xixe siècle », communication au colloque L’édition universitaire, sous la direction d’Hélène Gispert, Elisabeth Parinet, Emmanuelle Picard et Valérie Tesnière, ENS, 2010. Publication en cours.

3 Ibid. ; Marie P. Winsor, Reading the Shape of Nature : Comparative Zoology at the Agassiz Museum, Chicago, 1991, p. 47-65.

4 Valérie Tesnière, Le Quadrige. Un siècle d’édition universitaire, 1860-1968, Paris, Puf, 2001.

5 Lettre de Théodule Ribot à Alfred Espinas, 23 juillet 1885, ibid., p. 88.

6 Allusion aux deux tentatives infructueuses de La Philosophie positive de Littré, et de La Critique philosophique de Renouvier.

7 Valérie Tesnière, Le Quadrige…, op. cit., p. 65.

8 Jusqu’à l’arrivée de la Revue de métaphysique et de morale, en 1896.

9 La Revue philosophique garde très longtemps son rythme mensuel.

10 La « Bibliothèque de philosophie contemporaine », qui devient la collection de référence, émane de la Revue philosophique.

11 Alan G. Gross, Joseph E. Hamon et Michael S. Reidy, Communicating Science : The Scientific Article from the 17th Century to the Present, Oxford, Oxford University Press, 2002.

12 « Manifeste coopératif des intellectuels et universitaires français, 1921 », dans Valérie Tesnière, Le Quadrige…, op. cit., p. 249-250 [1re éd. dans Revue des études coopératives, 1, octobre-décembre 1921, p. 7-9] (souligné dans l’original).

13 Maurice Caullery, Les universités et la vie scientifique aux États-Unis, Paris, A. Colin, 1917.

14 On peut songer à l’investissement multiple de François Simiand, prématurément décédé en 1935, à la fois théoricien et organisateur de la vie scientifique, impliqué dans la réflexion sur l’apport des techniques de documentation à la méthode sociologique, et directeur de plusieurs entreprises éditoriales majeures.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search