Version classiqueVersion mobile

Théories ordinaires

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Jacques Cheyronnaud

II. Théories et savoirs opératoires

Quels commencements pour la technologie ? Théories ordinaires de la technique et économie artisanale au xviiie siècle

What beginnings for technology ? Ordinary theories of technology and the artisanal economy in the 18th century

Liliane Hilaire-Pérez

Résumé

Au début du xixe siècle, dans le sillage des sciences camérales, de l’économie politique et des refondations savantes qui accompagnent la Révolution française, se forme une nouvelle discipline, la technologie. Aux descriptions des arts et métiers, fondées sur l’état des matières travaillées et sur les produits réalisés, elle substitue un classement des activités par opérations et entend réduire – par analogie – la diversité des pratiques en principes d’action. Elle se donne pour but d’éclairer les artisans et de favoriser leur inventivité par la transposition de techniques entre métiers. L’auteur montre que l’historiographie de la technologie a postulé l’incapacité des artisans à synthétiser et à théoriser leurs techniques, alors que les enquêtes sur les actes de la pratique au xviiie siècle révèlent une compréhension de leurs gestes en termes opératoires, comme le prouve la montée d’un langage verbal dans leurs comptabilités.

Texte intégral

  • 1 Jacques Guillerme et Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie », Thalès, 12, 1968, p. 1- (...)
  • 2 Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie. Postface/Préface », ibid., 2007, p. 123-133, p (...)
  • 3 Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie. Postface/Préface », op. cit., p. 126.

1En 1968 paraissait un article de Jacques Guillerme et Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie », dans la revue Thalès de l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques dirigé par Georges Canguilhem1. Comme l’a rappelé récemment Jan Sebestik lors de la réédition de ce texte essentiel, l’intérêt de Canguilhem pour la technique tenait au fait que « les opérations techniques sont irréductibles au savoir théorique », contrairement à toute vision restrictive de la technique comme science appliquée2. Jan Sebestik expliquait que, pour Canguilhem, même si le fonctionnement des machines relevait de la physique, elles étaient d’abord des organes de l’espèce humaine. L’activité technique était organique, œuvre d’un vivant, ce que Canguilhem résumait dans la formule « L’homme est en continuité avec la vie par la technique3 ».

  • 4 Alfred Espinas, Les origines de la technologie, Paris, Alcan, 1897.
  • 5 Jacques Lafitte, Réflexions sur la science des machines, Paris, Vrin, 1932. Voir à ce sujet Françoi (...)
  • 6 François Sigaut, « Haudricourt et la technologie », op. cit., p. 23-24 ; Joost Mertens, « Éclairer (...)
  • 7 Jacques Guillerme et Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie », op. cit., p. 1.
  • 8 Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie. Postface/préface », op. cit., p. 127.

2Cette irréductibilité étant posée entre technique et science, l’enjeu du séminaire de Canguilhem était de comprendre la formation d’un discours théorique sur la technique, c’est-à-dire d’une science de la technique ou technologie, un mot dont le sens s’était perdu dans la seconde moitié du xixe siècle et que de rares philosophes avaient essayé de ressusciter, tel Alfred Espinas4, ou encore Jacques Lafitte à travers la mécanologie5. Retrouver cette science de la pratique, sa formation, ses ramifications – ainsi entre technologie descriptive, ou spéciale, et technologie théorique, ou générale6 –, tel était le but de l’article de Guillerme et Sebestik : le terme de « commencements » signifiait « la constitution du discours sur les opérations techniques comme discours de type scientifique7 ». Il ne s’agissait pas d’une quête des origines mais de la compréhension du processus de construction d’une « théorie de la technique », selon la formule d’Alfred Espinas. Mais à la différence d’Espinas, porté par la quête des origines (grecques) de la technologie, les deux philosophes privilégiaient la recherche sur l’« instauration d’une discipline », soit l’« émergence de nouveaux concepts qui finissent pas délimiter et organiser un nouveau champ de savoir8 ».

3Nous voudrions revenir sur ce que recouvraient pour eux la science de la technique et la possibilité d’en faire l’histoire. Guillerme et Sebestik répondaient de deux façons, et les voies qu’ils traçaient ainsi ont indiqué des directions de recherche très utiles, encore récemment.

  • 9 Jacques Guillerme et Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie », op. cit., p. 35.
  • 10 Hélène Vérin et Pascal Dubourg-Glatigny, « Rédiger et réduire en art. Un projet de rationalisation (...)

4D’une part, ils s’appuyaient sur la constitution d’un corpus de textes entre lesquels ils décelaient une continuité, courant des traités techniques de la Renaissance à la science des manufactures en passant par la Description des arts et métiers et l’Encyclopédie, dont l’article « Art » exprime l’ambition de constituer un « vocabulaire homogène », « une terminologie technique unitaire » car « tous les mouvements sont réductibles, sans aucune erreur considérable, au mouvement rectiligne et au mouvement circulaire9 ». Sur la longue durée, dans le sillage des « réductions en art » de la Renaissance, s’était constituée une science de l’action visant à collecter les pratiques et, dans certains cas, à les réduire en principes élémentaires, par la comparaison et l’analogie. Cette deuxième approche, plus théorique que descriptive, avait donné le coup d’envoi aux recherches sur les langages d’action, dont l’une des expressions serait la proposition de Charles Babbage, Method of Expressing by Signs the Action of Machinery, en 1826, à la Royal Society of London. Cette possibilité de réduire les pratiques à des opérations génériques reposait sur un effort de synthèse, sur un mouvement de comparaison du concret au concret en vue de produire une abstraction. Identifier ce sens de la technologie, repérer les textes fondateurs était la première ambition des auteurs. Cette ambition est restée féconde, comme le montre le livre récent d’Hélène Vérin et Pascal Dubourg-Glatigny, qui trace la continuité de cette abstraction technologique au sein d’un large corpus de textes à visée théorique et « fait apparaître un domaine de savoir particulier, celui des “arts”, distincts à la fois des métiers transmis dans les ateliers et sur les chantiers, et de la connaissance scientifique enseignée dans les universités10 ».

  • 11 Jean-Claude Perrot, « Histoire des sciences, histoire concrète de l’abstraction », dans Roger Guesn (...)

5D’un autre côté, tous ces auteurs ont aussi proposé une approche plus ouverte, en prise avec les dynamiques sociales et politiques, soit un point de vue d’« histoire concrète de l’abstraction » pour reprendre l’expression de Jean-Claude Perrot11. Guillerme et Sebestik montraient que la technologie s’était nourrie d’une production scripturaire variée, par exemple la presse, et qu’elle avait été portée par les pratiques d’enseignement.

  • 12 Philippe Minard, « Les corporations en France au xviiie siècle. Métiers et institutions », dans Ste (...)

6C’est cette histoire pratique de la science technologique que nous nous proposons d’approfondir. En effet, si l’enquête sur les pratiques constitutives de la technologie a été entamée, elle laisse en grande partie les praticiens de côté, comme le signalent Vérin et Dubourg-Glatigny, et en particulier les artisans – un groupe social que ces deux auteurs ne citent pas. Il existe une raison forte à cet oubli : la confusion entre institutions et pratiques effectives des métiers12. Dans cette logique, largement marquée par les discours justificateurs des ingénieurs, architectes et artistes du passé, les artisans sont considérés comme prisonniers des cloisonnements corporatifs et d’une classification des activités par matières travaillées ou par produits finis, donc incapables de comparaisons et d’analogies, et par-là des synthèses opératoires qui sous-tendent la technologie théorique. Sur le long terme, y compris dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, court une même critique du cloisonnement des activités productives. Les promoteurs de la technologie revendiquent sa mission civique, au service d’un espace public de la technique, ouvert, fluide, harmonieux. Nous y reviendrons.

  • 13 Liliane Hilaire-Pérez et Catherine Lanoë, « Pour une relecture de l’histoire des métiers. Les savoi (...)
  • 14 Dinah Ribard, « Le travail intellectuel. Travail et philosophie, xviie-xixe siècles », Annales HSS, (...)
  • 15 Karl Marx, Le Capital. Critique de l’économie politique, Livre premier. Le procès de production du (...)

7L’enjeu de mon étude est d’enquêter sur les capacités de synthèse et de formalisation scripturaire des pratiques professionnelles, mises en œuvre par les acteurs du monde du travail, artisans, marchands, entrepreneurs13, non sans écho avec les enquêtes de Dinah Ribard sur les « moments d’émergence du travail intellectuel dans le travail14 ». Ce faisant, un pan de l’histoire de la technologie rarement abordé est placé au premier plan, sa dimension économique et commerciale, et plus particulièrement son inscription dans l’essor des marchés de consommation au xviiie siècle, alors que la technologie a le plus souvent été associée à son acception terminale, la science des machines et le calcul du travail moyen – la « science toute moderne » que Karl Marx évoque dans Le Capital15.

8Après une mise en perspective de l’histoire de la technologie à partir de textes théoriques considérés comme fondateurs, j’insisterai sur les pratiques constitutives de cette science et sur le nécessaire élargissement des corpus, jusqu’à inclure les savoirs des praticiens qui ne visent aucunement à faire science et que livrent les actes de la pratique artisanale et marchande, ceci à partir d’un terrain d’enquête spécifique, l’économie du produit dans l’Angleterre du xviiie siècle.

La technologie à la lumière des textes fondateurs

9L’histoire de la technologie à partir d’un corpus de textes fondateurs a présenté deux atouts, d’une part la résurgence de son sens hors des acceptions contemporaines de science appliquée et d’autre part l’ouverture de l’enquête sur ce corpus, en rien monolithique, au contraire hautement différencié à l’échelle européenne. Plusieurs foyers de constitution de la technologie au tournant des xviiie et xixe siècles sont clairement identifiés en Allemagne, en France et en Grande-Bretagne. Cette configuration est source de diversité, à la mesure des trajectoires locales de la science économique mais aussi de l’accueil réservé à cette science nouvelle par les institutions savantes.

  • 16 Guillaume Garner, « Commerce et mobilité dans la littérature administrative en Allemagne au xviiie  (...)
  • 17 Jacques Guillerme et Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie », op. cit., p. 29.
  • 18 Guillaume Garner, « État et information économique en Allemagne à la fin du xviiie et au début du x (...)
  • 19 Jacques Guillerme et Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie », op. cit., p. 38.
  • 20 Hélène Vérin, « La technologie : science autonome ou science intermédiaire ? », Documents pour l’hi (...)
  • 21 Guillaume Garner, « État et information économique », op. cit., p. 296.
  • 22 Johann Beckmann, Plan de technologie générale (1806), éd. par Guillaume Carnino, Liliane Hilaire-Pé (...)
  • 23 Joost Mertens, « Analogie : principe structurant de la technologie générale, principe dynamique du (...)

10C’est en Allemagne, dès le xviiie siècle, que la technologie reçoit sa première consécration officielle comme science enseignée, dans le cadre de l’essor des sciences camérales, une « trilogie » selon Guillaume Garner, réunissant « l’économie (comme science de la gestion de la richesse des personnes privées ou des ménages), la science des finances publiques et la “science de la police”, qui synthétise et organise le savoir universitaire nécessaire à la formation des administrateurs des États territoriaux de l’Empire16 ». À l’université de Halle, dotée d’une première chaire de sciences camérales en 1727, se développe un enseignement visant à la connaissance des ressources artisanales et manufacturières, participant non seulement des comptes de la puissance, mais aussi de la recherche de la « félicité temporelle » des sujets, comme pierre angulaire de la félicité générale, sous l’égide d’« un appareil gouvernemental et administratif ». C’est le sens des manuels et traités qui paraissent dans ce contexte, tel celui de Christian Wolff, Philosophia rationalis sive logica, de 1728, qui définit et instaure la technologie comme « discours rationnel sur la technique » et lui assigne « une place dans l’ensemble des sciences exactes », rompant ainsi avec le sens hérité de l’Antiquité de rhétorique des arts17. Dans un deuxième temps, c’est l’extension de la statistique, au milieu du siècle, qui intègre les enquêtes sur l’artisanat, les manufactures et les fabriques, c’est-à-dire la « connaissance plus exacte des capacités productives de la monarchie », « au-delà des finalités fiscales », qui contribue à asseoir la technologie comme science académique, en particulier dans le sillage de la « statistique universitaire », « implantée à Göttingen à partir de 1748 par Gottfried Achenwall », soit « une science descriptive de la “puissance des États”, essentiellement destinée aux futurs serviteurs des États18 ». Dans ce contexte, Johann Beckmann, qui a étudié les sciences camérales à Göttingen entre 1759 et 1762, puis a accompli des voyages en Hollande, en Russie et en Suède au cours desquels il a visité des ateliers et des mines – « à la manière d’un naturaliste », selon Guillerme et Sebestik –, publie son Anleitung zur Technologie en 1777, après être devenu professeur de sciences camérales à Göttingen en 176619. Son projet, une classification naturelle des métiers suivant « l’égalité ou la similitude des procédés », ne trouve pas d’aboutissement réel en 1777, l’Anleitung reprenant les descriptions classiques des arts et métiers20. C’est dans un deuxième ouvrage, l’Entwurf der allgemeinen Technologie, paru en 1806 dans le contexte de la réforme de la statistique en Prusse qui vise une uniformisation des enquêtes sous l’égide d’un Bureau de statistique en 180521, que Beckmann innove. Il explique qu’« un très grand nombre de métiers – quels que soient les matériaux et les marchandises fabriquées, ont à exécuter des travaux divers dans la même intention » : « le travail au rabot d’un menuisier, le polissage des verres, le calandrage des toiles sont des activités procédant de la même intention, à savoir “surfacer les corps”22 ». Élargissant la portée des anciennes réductions en art, le technologue entend « dresser un catalogue de tous les buts poursuivis par les artisans et les artistes au cours de leurs diverses opérations, ainsi qu’un catalogue de tous les moyens par lesquels ils savent atteindre chacun de ces buts. Je dénommerais un pareil catalogue la technologie générale ». Ainsi est ébauchée une théorie générale des opérations, transversales aux métiers, fondée sur un langage d’action resserré sur des verbes qui structurent l’essai de Beckmann : vingt-trois opérations fondamentales sont listées, dont les deux premières, lisser et fragmenter (couvrant respectivement dix-neuf et trente et une opérations analogues) constituent l’essentiel du traité23.

11Dans le sillage du caméralisme, la technologie est donc instituée dans les universités allemandes afin d’instruire les administrateurs des méthodes d’enquêtes sur la richesse de l’État. Si la diffusion dans un public plus large est bien envisagée par les technologues allemands, ainsi dans les écoles municipales, comme le souligne Joost Mertens, dans le but d’éclairer les artisans sur leurs pratiques, la dimension administrative reste prédominante.

  • 24 Liliane Hilaire-Pérez, « Des entreprises de quincaillerie aux institutions de la technologie. L’iti (...)
  • 25 Louis-Sébastien Lenormand et Louis-Benjamin Francœur, Dictionnaire technologique ou nouveau diction (...)
  • 26 Joost Mertens, « Technology as a science of the industrial arts : Louis-Sébastien Lenormand (1757-1 (...)
  • 27 Alain Cottereau, « La désincorporation des métiers et leur transformation en “publics intermédiaire (...)
  • 28 Hélène Vérin, La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du xvie au xviiie siècle, Paris, A (...)
  • 29 Joost Mertens, « Éclairer les arts… », op. cit.
  • 30 Joost Mertens, « Le déclin de la technologie générale… », op. cit.

12C’est en France que la visée pédagogique d’une technologie à l’usage des classes laborieuses s’affirme, alors que son instauration comme discipline reste cantonnée aux marges des sciences instituées. Bien que les ambitions de rationaliser la production ne soient en rien étrangères à la monarchie française, que la politisation de l’invention ait conduit à des plans de réforme nationaux visant l’uniformisation des façons et la modularité des fabrications, que cela se soit accompagné d’une inflation de mémoires et de traités technico-économiques produits par un public mêlé d’administrateurs et d’entrepreneurs, le concept d’une science technologique ne s’impose que par la médiation de passeurs, tel Jean-Henri Hassenfratz, et dans l’espace des sociétés savantes révolutionnaires, tel le Lycée des Arts de Charles-Emmanuel Gaullard-Desaudray, fondé en 1792, dans le contexte de la naissance du droit des inventeurs et des projets d’émancipation des artisans face à la science académique24. C’est dans ces milieux novateurs, qui rencontrent parfois les ambitions du pouvoir central – ainsi Jean-Antoine Chaptal, fondateur de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale en 1801 –, que se déploie la technologie en France. Comme l’industrie, la technologie revêt un sens hautement politique, en particulier sous la Restauration quand plane la menace d’un retour à la société d’ordres. Guillerme et Sebestik avaient déjà pointé l’enjeu pédagogique de la technologie chez Gaspard Monge, chez Chaptal, partisan d’une « évangélisation technographique », chez Gérard-Joseph Christian, directeur du Conservatoire des arts et métiers et auteur de la Technonomie. On doit aussi insister sur sa dimension civique, ainsi chez Louis-Sébastien Lenormand, inspecteur des salpêtres devenu professeur de technologie à l’École centrale d’Albi puis auteur du Dictionnaire technologique25, d’une série de manuels, et actif collaborateur à la presse technique naissante, ainsi les Annales des arts et manufactures. Pour Lenormand, la technologie est fille de la Révolution, du serment du Jeu de paume, de l’abolition des privilèges et de celle des corps de métiers26. Elle appartient au processus de « désincorporation des métiers », selon l’expression d’Alain Cottereau27. Elle ouvre la possibilité de penser les activités humaines au-delà des divisions héritées des corps de métiers, elle institue l’« espace de la technique28 ». C’est pourquoi l’éducation des classes industrieuses est au cœur du projet technologique. Le but est de les inciter à comparer et à transposer les procédés entre les métiers pour développer leur génie inventif et servir la Nation – par l’invention et par la concorde sociale que promettent ces décloisonnements. Le Dictionnaire offre ainsi une synthèse des tâches artisanales, dont il propose un classement opératoire. Des renvois entre les notions permettent de croiser les métiers, d’une part en fonction de procédés analogues – ainsi l’impression, pour la fabrication des livres, des papiers peints, des indiennes, de la faïence –, d’autre part en fonction de techniques contiguës – ainsi l’horlogerie, connectée au polissage, à la dorure, à la fabrication des ressorts, etc. Cette technologie se déploie en France à travers l’essor d’un marché éditorial et de la presse – une production d’ampleur dont l’étude ne fait que commencer29. Ce courant s’essouffle cependant dès le milieu du xixe siècle, comme l’a montré Joost Mertens30, à mesure que s’affirment la science des machines et plus généralement les sciences appliquées – cette « science toute moderne » de la technologie selon Marx.

  • 31 Karl Marx, Le Capital, op. cit., p. 546.
  • 32 Ibid., p. 43.

13Quand Marx s’en prend à la technologie, il ne s’agit plus de la science des arts née sur le Continent. La technologie pour Marx se donne pour principe de « dissocier tout procès de production », « sans aucun égard pour la main humaine en ses éléments constitutifs », et de mettre à nu les « quelques formes fondamentales du mouvement selon lesquelles, malgré toute la variété des instruments utilisés, toute action productive du corps humain procède nécessairement31 ». De même, tout mouvement d’une machine, aussi complexe soit-il, se réduit à la « répétition perpétuelle de puissances mécaniques simples ». La technologie, en ce sens, fait écho au principe d’abstraction du travail ; elle repose sur la réduction du « caractère déterminé de l’activité productive » en une seule « dépense de force de travail humaine », en « travail moyen simple32 ». Ce « travail humain abstrait », l’unité de mesure de la valeur d’échange, à laquelle toutes les choses, aussi différentes soient-elles, peuvent être réduites, est quantifiable en « fractions de temps ».

14Cette définition de la technologie, à la lumière des progrès de la grande industrie et de la recherche des gains de productivité, fait écho au tournant pris en Angleterre par la science technologique dans les années 1830, relayant ainsi la discipline continentale. Si le mot technology est rarement employé à cette période pour désigner la science de la technique, les termes philosophy et economy y suppléent, par exemple chez Charles Babbage, On the Economy of Machinery and Manufactures, en 1832, et Andrew Ure, The Philosophy of Manufactures : An Exposition of the Scientific, Moral, and Commercial Economy of the Factory System of Great-Britain, en 1835.

  • 33 Maxine Berg, The Machinery Question and the Making of Political Economy 1815-1848, Cambridge, Cambr (...)
  • 34 Andrew Ure, Philosophie des manufactures ou économie industrielle de la fabrication du coton, de la (...)
  • 35 Jacques Guillerme et Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie », op. cit., p. 111.
  • 36 Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie. Postface/préface », op. cit., p. 128.
  • 37 Joost Mertens, « The mere handicrafts : Ure’s Dictionary (1839-1853) compared with the Dictionnaire (...)
  • 38 Steve Edwards, « Factory and fantasy in Andrew Ure », Journal of Design History, 14, 2001, p. 17-33
  • 39 Joost Mertens, « The mere handicrafts… », op. cit.

15L’économie politique anglaise, née de la question des machines devenue cause nationale face aux résistances ouvrières33, recouvre non seulement une « économie morale du système automatique », comme le dit Ure34, mais aussi une théorisation de la technique qui se donne pour but d’abstraire le travail en opérations, transférées des humains aux machines, programmées et combinées à l’envi, agencées, disposées en vue du meilleur rendement. En ce sens, la technologie, rameau des sciences du génie, des arts du projet et, à long terme, de la pensée complexe, « commence au moment où l’homme et la machine échangent leurs fonctions35 ». L’analyse d’Andrew Ure est la plus radicale ; « libéralisme intégral » pour Jan Sebestik36, « utopie automatique » pour Joost Mertens37, la technologie de Ure décompose les opérations en vue de leur mécanisation généralisée et de l’éviction du travail humain38. Ainsi, dans le Dictionary of Arts, Manufactures, and Mines qu’il publie à partir de 1839, Ure fait-il silence sur l’agriculture, l’artisanat, les transports, la distribution et le commerce, mais aussi sur l’ingénierie civile et mécanique39. On ne trouve d’entrées ni pour les ponts ni pour les routes, les canaux, les machines à vapeur, les fourneaux, etc. dans le dictionnaire. Ure liste les procédés et c’est dans ce seul cadre opérationnel que sont décrits les équipements et les produits.

16Loin de prendre sa source en Angleterre seulement, cette approche analytique visant à mesurer le travail (des humains, des animaux, des machines) se déploie aussi en France comme fondement de la rationalité de l’ingénieur moderne. Elle prend par-là ses distances avec le sens extensif donné à l’industrie et à sa science par la première génération de technologues continentaux, de Beckmann à Lenormand. À mesure que s’affirme cette science opérative, en lien étroit avec la mécanisation industrielle, se perd ainsi un rameau de la technologie, une source et même un « commencement ».

  • 40 Thomas Hodgskin, Labour Defended against the Claims of Capital, Londres, Knight and Lacey, 1825.
  • 41 François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras »…, op. cit., 2e partie.
  • 42 Christine MacLeod, Heroes of Invention : Technology, Liberalism and British Identity 1750-1914, Cam (...)

17Cet héritage n’est certes pas perdu au xixe siècle, comme l’atteste la critique radicale de l’économie politique anglaise dès les années 1820, à l’instar d’un Thomas Hodgskin plaidant pour que le labeur et l’ingéniosité soient les seules sources de la valeur des marchandises et pour valoriser le rôle des compétences (skill) dans la production de richesses40. Les prolongements de cette autre technologie dans les revendications ouvrières sont établis41. C’est l’amont de cette valorisation du travail et de l’habileté – formulée par Hodgskin en termes d’intelligence de l’acte, de capacité combinatoire et d’ingéniosité42 – qui nous intéresse plus directement.

18La critique de Hodgskin suggère qu’un double processus de recouvrement de l’ingéniosité artisanale a eu lieu, par la technologie continentale, caméraliste et civique censée éclairer les praticiens, par la technologie industrielle qui donne un nouveau sens à la division du travail en séparant le travail de la main de celui de l’esprit et éloigne encore un peu plus le lecteur de la densité intellectuelle du travail artisanal, pourtant le véritable creuset de la pensée de synthèse qui sous-tend la technologie.

La technologie et la « pensée commune » : pratiques et corpus

  • 43 Jean-Claude Perrot, « Quelques préliminaires à l’intelligence des textes économiques », dans Id., U (...)
  • 44 Hélène Vérin et Pascal Dubourg-Glatigny, « Rédiger et réduire en art… », op. cit., p. 22.

19Dans Une histoire intellectuelle de l’économie politique, Jean-Claude Perrot interrogeait la validité du filtre qui consiste à retenir un corpus d’œuvres fameuses au détriment du « milieu nourricier » – « les autres petites réussites et les milles défaites d’une pensée commune à laquelle concouraient toutes les strates de la société43 ». Il ajoutait : « Il faut cesser de voir les textes comme le seul véhicule des théories et compter aussi avec les objets et les dispositifs matériels. » C’est l’une des directions adoptées par les historiens de la technologie, dont les études se partagent de plus en plus entre textes fondateurs, pratiques constitutives et élargissement des corpus. C’était par exemple l’intention d’Hélène Vérin et Pascal Dubourg-Glatigny en étudiant les réductions en art, rappelant que Neal W. Gilbert, l’un des rares auteurs sur le sujet, limitait son étude à « la sphère universitaire du trivium et du quadrivium » et ne prenait pas « en considération les contributions des artistes et ingénieurs de la Renaissance, architectes, peintres, mécaniciens, fortificateurs, artilleurs, mais aussi maîtres de danse, d’escrime, de musique44 ». Si, comme le disait Perrot, « les vestiges de l’archéologie industrielle, les plans d’un domaine », ou encore une charrue et son attelage « portent des idées économiques », nous voudrions montrer le rôle actif des artisans dans le développement d’une pensée technologique non seulement par leur participation à l’entreprise savante de collecte et de codification des savoirs pratiques, mais aussi à travers une production scripturaire inscrite dans leurs pratiques professionnelles mêmes.

  • 45 Dinah Ribard, « Le travail intellectuel… », op. cit.
  • 46 Alain Cottereau, « La désincorporation des métiers et leur transformation en “publics intermédiaire (...)
  • 47 Eric Hobsbawm et Joan Wallach Scott, « Des cordonniers très politiques » (1980), rééd. dans Revue d (...)
  • 48 Non sans écho avec l’autonomisation du savoir économique au tournant des xviiie et xixe siècles, ho (...)

20En ce sens, notre approche participe du débat sur la référentialité de l’expression (écrite) des praticiens. Plusieurs voies d’analyse existent. Dinah Ribard distingue ainsi deux approches : l’une, portée par le linguistic turn et défendue par Gareth Stedman Jones, qui conçoit les « productions intellectuelles » artisanales comme des textes au sein d’« un corpus discursif »« plutôt que par rapport à un réel extratextuel », et une autre, qui privilégie l’étude des « usages différenciés du langage » afin d’« interroger historiquement le rapport entre le statut vécu du travail et le travail de la pensée45 ». Notre point de vue est un peu différent. Il nous semble que les efforts des historiens qui, depuis l’« économie morale de la foule » d’Edward P. Thompson, et les « cordonniers philosophes » d’Eric Hobsbawm, ont voulu prendre leurs distances avec des traditions déterministes qui réduisaient l’exercice politique des métiers à la « position de leurs membres dans la division sociale du travail46 », entretiennent des liens avec la compréhension historique des capacités d’abstraction en milieu artisanal, c’est-à-dire la possibilité de penser le travail hors du cadre des métiers, en termes opératoires. Le fait que la « culture de métier » des « cordonniers anglais » au xixe siècle se doublait d’une ouverture à « la culture et aux idées politiques d’un monde plus large47 » entre pour nous en résonance avec la possibilité d’une pensée de synthèse substitutive, analogique, abstraite, en milieu artisanal. On l’a vu, pour Le Normand, la technologie était fille du serment du Jeu de paume. Ce civisme de la technologie ne se limite pas à l’arène politique, au sens strict. On voudrait montrer que l’émergence d’un « espace de la technique » sur le long terme s’inscrit dans un mouvement de décloisonnement, constitutif de l’espace public. La technique – soit les capacités à concevoir, projeter, comparer, agencer, produire des artifices par le moyen de rapprochements, soit la recherche du moyen terme – est reconnue comme telle parce qu’elle devient un savoir public, extrait des logiques de corps (professionnels, savants48). Le procès de publicisation est constitutif de la notion même de technique et de sa science, la technologie.

  • 49 Roger Hahn, « The application of science to society : The societies of arts », Studies on Voltaire (...)
  • 50 Liliane Hilaire-Pérez, « Les sociabilités industrielles en France et en Angleterre au xviiie siècle (...)
  • 51 BnF, factum F27662, article I.
  • 52 Irène Passeron avec la collab. d’Olivier Courcelle, « La Société des arts, espace provisoire de ref (...)

21Les cheminements sont multiples. Comme l’avait suggéré Roger Hahn, les artisans disposent d’un modèle d’ouverture des savoirs, celui de la science académique49. C’est ainsi qu’il analysait la Société des arts de Paris, issue de la commission académique réunie en vue de la Description des Arts et Métiers50. La Société, fondée en 1718, bouscule les clivages hérités de l’Ancien Régime, elle remet en cause la barrière entre otium et negotium, elle se veut une « assemblée de personnes, les premières appliquées à la pratique des Arts et les autres aux connaissances qui peuvent en opérer la perfection51 ». Comme l’a révélé l’enquête menée par Irène Passeron et Olivier Courcelle, les listes de membres de la Société reflètent effectivement une composition novatrice : les praticiens forment la moitié des membres52.

22La Société inaugure ainsi une sociabilité transversale, pour assurer le progrès des « méthodes suivies dans la pratique des arts ». Chaque technique (agriculture, « œconomique », « ouvrages de soie, laine et fil », « art de mesurer le temps », « métallique », etc.) est confiée à une commission dans laquelle se côtoient savants et praticiens. Pour les « arts de travailler les verres qui ont rapport à l’optique », on fera appel à deux géomètres opticiens, un physicien, un mécanicien, un chimiste, un verrier, deux lunetiers et un émailleur. La saisie synthétique de l’objet technique, dans ses causes et ses effets, opératoires et esthétiques, est révélatrice d’une conception des arts comme desseins et méthodes. La Société transcende les frontières entre métiers d’une part, savants et praticiens de l’autre.

  • 53 A.N., F/12/1316, F/12/2230.
  • 54 Stéphane Baciocchi et Jérôme David (eds.), Les Études sociales, 142-143-144, Frédéric Le Play. Anth (...)

23Si elle disparaît en 1736, étouffée par l’Académie des sciences, elle est porteuse de sociabilités ouvertes qui se développent au cours du siècle, à de multiples occasions. C’est le cas des procédures d’expertise d’inventions qui instaurent des sociabilités éphémères ouvertes. Pour les aciers de Sanche, entrepreneur de la manufacture d’Amboise, des expériences sont organisées au Luxembourg devant des membres du Conseil, des académiciens et des artisans : deux serruriers, un taillandier, deux couteliers, un serrurier-machiniste, deux horlogers, un sculpteur, un ciseleur, trois ingénieurs en instruments mathématiques, un mécanicien, deux graveurs, un fourbisseur, un marchand d’outils, un marchand quincaillier53. Chacun estime le comportement des aciers au regard de ses propres usages. Dans la réunion de cette communauté technicienne prend place un reclassement opératoire des compétences, au nom d’une science des matériaux née des pratiques comparatives, dont on sait la longue durée, jusqu’aux enquêtes de Le Play au xixe siècle54.

  • 55 Robert Dossie, The Handmaid of the Arts (1758), Londres, J. Nourse, 1764.
  • 56 Joseph Jacob, Observations on the Structure and Draught of Wheel-Carriages, Londres, B. & C. Dilly, (...)

24Mais c’est en Angleterre, en 1754, que ce modèle ouvert a trouvé sa plus forte expression institutionnelle, avec la Society of Arts. Fondée par le peintre William Shipley, sur le modèle de la Société des arts de Paris, elle postule l’union des arts – beaux-arts et arts utiles. Non seulement la Society of Arts et ses membres produisent en nombre des publications techniques, tels les ouvrages de Robert Dossie, fils d’apothicaire, dont le Handmaid of the Arts au plan tripartite épouse les opérations fondamentales des arts, composition, modelage, surfaçage55, mais elle sollicite les artisans inventifs. Le carrossier Joseph Jacob, rompu aux techniques de réparation (assemblage et substitution), devenu inventeur de systèmes amovibles pour toutes sortes d’objets (carrosses, roues, grues, machines), écrit pour la Society of Arts un traité sur la traction des voitures, proposant une technologie du comportement des véhicules en fonction de critères d’utilisation optimaux, vitesse, sécurité, facilité de démarrage, réduction des dépenses d’entretien56. C’est ce cheminement, des techniques d’assemblage et de composition inscrites dans l’organisation pratique et marchande du travail carrossier jusqu’à l’écriture d’un traité technologique pour une société savante, qui nous intéresse.

  • 57 Celina Fox, The Arts of Industry in the Age of Enlightenment, Londres-New Haven, Yale University Pr (...)
  • 58 British Library, Collectanea (D. Lysons) : C.191.c.16, vol. II, f° 181.

25Avant de préciser ces rationalités, notons enfin d’autres interférences avec les mondes pratiques, manifestes à la Society of Arts. Dans un livre récent, Celina Fox souligne les résonances entre les modes d’exposition décloisonnés des artefacts à la Society of Arts (un dépôt de machines primées, le Repository of Art, au rez-de-chaussée, et un salon de peintures, dessins, moulages, à l’étage) et les mises en scène déployées dans le monde marchand et artisanal57. L’exemple du bimbelotier (toyman) et mécanicien Christopher Pinchbeck l’atteste. Membre de la Society of Arts, il y expose ses modèles mécaniques qui, auparavant, étaient placés dans son magasin de curiosités (également repository), aux côtés d’horloges musicales, de tableaux mouvants et de multiples accessoires, étuis, montres, dés, globes, bijoux, qui occupent une place dans l’essor consumériste anglais58.

26Il semble donc de plus en plus difficile de soutenir que les sociétés des arts aient fourni aux artisans le modèle de la science pour se donner les moyens de comparer, décloisonner et abstraire leurs activités, comme le suggérait Roger Hahn. Dans un précédent travail, nous avions montré que les sociétés des arts étaient aussi l’expression de compétences et d’ambitions à l’œuvre dans le monde de l’entreprise, de capacités d’innovation liées à la mobilité croissante des acteurs économiques et à leurs aptitudes au réseau et à l’échange. La Société des arts de Paris est en effet l’émanation d’hommes à projets, des horlogers anglais débauchés par John Law lors du transfert technique qui accompagne son plan de refonte des finances publiques. Il nous semble que c’est dans ces liens avec les marchés, avec l’entreprise, la spéculation et l’essor des consommations que se tient le « milieu nourricier » des capacités de synthèse et de comparaison qui sous-tendent la science technologique. C’est aussi en ce sens que le corpus de textes peut être élargi aux théories ordinaires.

  • 59 Pamela H. Smith, The Body of the Artisan : Art and Experience in the Scientific Revolution, Chicago (...)
  • 60 Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000.

27Plusieurs recherches montrent l’existence d’une littérature technique et prescriptive foisonnante, entre récits de voyage, livres de secrets, livres de chirurgie, manuels en tous genres mais aussi modes d’emploi pour de multiples objets nouveaux. Dans cette production écrite, les praticiens de l’échange et de la production sont en première ligne. Il est assuré que certains ont cherché à « faire science » et à participer ainsi au mouvement des réductions en arts et des descriptions des arts et métiers, empruntant les formes de l’édition savante. Des études récentes existent sur ces artisans-auteurs depuis l’essor de cette littérature technique à la Renaissance jusqu’à son déploiement à partir de la fin du xviie siècle. Ces recherches permettent de commencer à analyser leur « travail intellectuel », selon l’expression de Dinah Ribard59. On ne reviendra pas ici sur les interférences entre la figure de l’auteur et celle de l’inventeur60, mais on voudrait insister sur le rôle de l’échange marchand dans la formulation de théories ordinaires de la technique.

28Deux dynamiques liant les marchés et les technologies des praticiens entrent en jeu, selon qu’il s’agit de publications portant l’expression d’une culture marchande ou d’écrits promotionnels censés aider leurs auteurs à construire des marchés.

  • 61 Liliane Hilaire-Pérez, « Cultures techniques et pratiques de l’échange, entre Lyon et le Levant. In (...)
  • 62 Pierre Jeannin, « Distinction des compétences et niveaux de qualification. Les savoirs négociants d (...)

29D’une part, l’inscription de la technologie dans une culture marchande apparaît clairement de la lecture attentive des grands textes, comme la Technologie de Beckmann. L’une des œuvres qu’il cite est le traité d’un négociant, Jean-Claude Flachat. Nous ne développerons pas ici cet exemple, sauf à rappeler que Flachat, installé en France et dans l’Empire ottoman, est chargé par le Bureau du commerce d’une mission, en 1755, pour renseigner l’État sur les fabrications orientales61. Il en rapporte des Observations sur le commerce et les arts d’une partie de l’Europe et de l’Asie (1766), récit de voyage empli de descriptions techniques, offrant une typologie des procédés et de leurs variantes, incitant à la comparaison et proposant des transferts afin d’innover. Ce récit d’un marchand technologue signale le rôle des savoirs négociants dans la constitution de la technologie. Les travaux sur la culture négociante ont en effet montré l’importance des savoirs comparatifs dans l’exercice du choix entre les produits, comme l’expliquait Pierre Jeannin : un « bon sens de l’orientation dans l’univers matériel de la marchandise supposait une familiarité avec des corps de techniques souvent séparés62 ».

  • 63 Jean-Jacques Perret, La pogonotomie ou l’art d’apprendre à se raser soi-même, avec la manière de co (...)
  • 64 Dinah Ribard, « Le travail intellectuel… », op. cit., p. 735-738.

30Au marchand technologue, nous voudrions ajouter une autre figure, celle de l’entrepreneur en technologie. Dans ce cas, la commercialisation constitue l’espace de réalisation du profit pour l’artisan-entrepreneur, usant de l’écrit comme d’une ressource supplémentaire pour l’action. L’histoire de la consommation qui a promu l’étude des appropriations culturelles permises par l’essor des marchés a rarement intégré les techniques, tant ce courant historiographique entendait relativiser les facteurs de l’offre dans l’essor économique du xviiie siècle. C’est pourtant au cœur des stratégies de commercialisation que se développe un écrit technique nourri de traités et de multiples formes éditoriales, livrets, recueils, prospectus, cartes publicitaires, annonces de presse. Prenons le cas d’un traité, La pogonotomie ou l’art d’apprendre à se raser soi-même, du coutelier Jean-Jacques Perret63. Perret entend profiter du marché du rasoir à barbe grâce à ce manuel et à son invention, un instrument pour apprendre à se raser sans barbier ni domestique. Adepte des annonces dans les almanachs et dans la presse, il mise sur l’apprentissage de gestes réservés à des professionnels pour commercialiser ses produits. Traité de maniement des rasoirs de son invention, c’est aussi un catalogue raisonné des aciers, des pierres et des cuirs, déclinés pour être ajustés aux besoins des consommateurs. La manipulation, loin d’être un « simple geste », suppose la connaissance des matières et des usages. Elle est étroitement codifiée. La technique est encadrée, quantifiée, géométrisée (à l’aide de dessins qui fixent les mouvements de la main pour affiler la lame, par exemple). La formule n’est en rien atypique. Elle serait à rapprocher de L’art du peintre, de Watin, marchand-épicier, entrepreneur qui vend aussi bien son traité que des méthodes de peinture (pour apprendre rapidement) et des vernis64.

  • 65 Liliane Hilaire-Pérez et Marie Thébaud-Sorger, « Les techniques dans l’espace public. Publicités de (...)

31Il est acquis que l’espace public de la technique est non seulement le fait de technologues érudits mais aussi d’hommes à projets, tels les horlogers jacobites fondateurs de la Société des arts de Paris, mêlant les ambitions de réforme, les affaires de charité et leurs propres entreprises. Il en va de même pour la littérature technique, y compris celle qui se réclame du bien commun. Ainsi, dans le sillage de l’improvement, paraît le premier journal anglais comportant une rubrique technologique, en 1692. Il est l’œuvre du boutiquier, courtier et membre de la Royal Society, John Houghton65. Si les auteurs, tel Houghton ou Perret, appartiennent au monde des métiers, s’ils sont aussi membres d’académies ou proches d’elles, ils sont également entrepreneurs et leurs écrits techniques, tels des produits, prennent place parmi de multiples activités, concaténées, comme celles des comprehensive firms des artisans-entrepreneurs londoniens offrant des gammes élargies d’articles et de services et mobilisant des vastes chaînes de sous-traitants.

32Nous proposons de les appeler des entrepreneurs de la technologie (tels les « entrepreneurs de science »), bâtissant leurs marchés par la réputation qu’offre un éventail de publications. Perret est aussi l’auteur de « L’art du coutelier » dans la Description des arts et métiers (1771), ouvrage qui fait suite à La pogonotomie. Il joue pleinement le jeu académique, remporte le concours de la Société des arts de Genève, en 1776, sur « les différentes espèces d’acier ». Il compose une activité d’écriture technologique autant qu’il emprunte un modèle savant de rationalisation des savoirs pratiques.

33Nous faisons l’hypothèse que l’objet de connaissance que ces auteurs exposent – la technique – est aussi le moyen de connaissance qu’ils ont forgé pour comprendre leurs propres activités comme des séquences opératoires. À ce niveau d’analyse, l’enquête doit donc se porter sur les actes de la pratique, comme source d’une théorisation de la technique.

Économie artisanale et savoirs opératoires : le cas de londres

34L’histoire de la consommation a montré que les savoir-faire artisans, loin d’être immobiles, routiniers, ont été au centre de l’affirmation d’une culture technique à part entière, dans de larges couches du monde du travail. Au cœur de l’économie du produit se sont intensifiées des capacités inventives qui ne se confondent en rien avec la recherche des gains de productivité mais recouvrent de multiples registres (outillage, matériaux, modèles, améliorations de qualité – « unité de conception ») et reposent sur des aptitudes croissantes à imiter, transposer, adapter des modèles, des matières, des opérations – en somme, une intelligence synthétique.

35Dans ce contexte, au xviiie siècle, au sein de l’économie artisanale londonienne, se développe une pensée opératoire qui ne doit rien aux formalisations savantes. La compréhension du procès de travail en processus naît de la complexification des fabrications aux mains d’artisans-entrepreneurs polyvalents, concentrant des activités, composant des circuits et assemblant des pièces fournies par des réseaux de fournisseurs et de sous-traitants, eux-mêmes multifonctionnels. Les métiers urbains sont ainsi reclassés, les compétences conformées aux besoins des entrepreneurs, qui mettent sur pied un décompte des gestes effectués – un langage verbal, sans la médiation de technologues et sans aucunement viser l’abaissement des coûts de revient. La variabilité, l’adaptation et la composition des objets, en somme leur qualité, qui repose notamment sur l’intensification des techniques de réparation, justifient la maîtrise technologique du procès de production.

36Comment l’identifier ? Cette technologie artisanale a laissé peu de traces, ou plutôt elle ne s’est pas constituée en science. Elle a de plus été effacée par les technologies savantes. Je me suis donc tenue à distance de l’écrit normatif ; j’ai privilégié les sources privées, entre cartes de commerce, catalogues de vente, polices d’assurances et inventaires après-décès, et surtout comptabilités d’entreprises. Je me concentrerai ici sur deux types d’archives qui mettent en valeur les aptitudes de synthèse que recouvrent ces produits : les catalogues de vente et les archives comptables, dans le contexte anglais où, depuis les années 1660, sont produites des gammes d’articles de consommation, hautement composites, courant de l’horlogerie à la carrosserie, en passant par l’orfèvrerie et la quincaillerie, appelée toy, toyware (jeu, artifice, manipulation).

37Une économie sectorielle d’assemblage se met en place au-delà des catégories de métiers. Elle est porteuse d’une définition fonctionnaliste de la qualité des produits, qui s’exprime tout au long du siècle dans les reclassements taxinomiques de l’écrit marchand. C’est ce que livrent les catalogues de vente, pattern books ou trade catalogues de quincaillerie des années 1760. Édités par les négociants en gros des Midlands, à partir de planches de cuivre qui circulent entre eux, ils classent les articles par motifs de base et combinaisons de motifs et par proportions, recouvrant ainsi deux principes technologiques de base, le formatage et le dimensionnement. Sur ces classements se greffe un autre principe, celui des assemblages. Dans les pattern books, la finition, caractéristique du toyware, est la voie d’entrée des logiques d’assemblage, par l’adjonction des pièces et les effets de composition. Les fixations sont finement répertoriées, classées, déclinées pour permettre la multiplication des choix. Des catalogues spécialisés de pièces et de composants apparaissent. C’est par la finition, le travail des apparences, la recherche des variations que se profile une culture (écrite) de l’empiècement, de la fixation et de l’ajustage, une technologie des fittings, terme fondamental dans l’organisation des marchés, dans l’écrit marchand et dans la rhétorique de l’économie politique smithienne. Un code graphique leur est associé, bipartite, rococo pour les ornements, sobre, fonctionnaliste pour les pièces de jeu, jusqu’à suggérer les volumes et le mouvement par le dessin ombré. Ce code signe l’affirmation de la technicité du toyware, et l’émergence des exigences qui lient le design au geste, la forme à la manipulation. C’est en ce sens qu’il faut comprendre la parution, à la fin du siècle, d’un troisième groupe de pattern books, les catalogues d’outillage, ou Toys and tools de Birmingham, où les outils sont classés par opérations quels que soient les métiers et les produits concernés. Dans le toyware se dessine une filiation entre les accessoires et l’outillage, entre toys et tools, un lien qui unit par la manipulation, l’habileté, le skill, des classes d’objets en apparence divers.

38À ces produits, composites et liés par des correspondances opératoires que manifestent les catalogues, répond une organisation du travail artisanal qui ouvre la voie à une compréhension synthétique et opératoire du procès de production. C’est ce que livrent les archives comptables.

39Le développement des entreprises artisanales comme structures fonctionnelles s’accompagne de l’émergence de langages opératoires ancrés dans les nécessités pratiques de la gestion des entreprises. Pour régler les travaux de sous-traitants nombreux, pour établir le prix d’articles composites ou celui des réparations, les entrepreneurs artisans mettent en œuvre des décomptes d’opérations et par-là énumèrent des actes, listent des séries séquencées de gestes (ainsi les démontages, remontages, ajustages), détaillent par le menu les mouvements composant une action. Ces praticiens pensent l’action, ils produisent un savoir pratique – une expression à entendre à deux niveaux : une intelligence de l’action (gestes et transformations), issue de l’activité gestionnaire d’une part, et destinée à la servir d’autre part. Il ne s’agit en rien d’une « science pratique ». Ces comptabilités ne permettent pas non plus, comme les devis d’ingénieurs, de réduire les paramètres en équations, de négocier l’accord des parties et d’anticiper l’action. Elles constituent des calculs ex post en vue de la facturation, donc de l’établissement d’un prix marchand. Cette rationalisation technologique naît de l’évaluation des multiples actes de transformation qui imposent à chaque commande de solder ou de reporter les comptes, d’en faire le « détail », c’est-à-dire d’en rassembler les données éparses. La logique est marchande. La compréhension technologique du produit, « détaillé » en procès de travail, pièce par pièce, passe par les instruments de comptabilités marchands, la facturation et la double entrée (débit, crédit), réappropriées pour le calcul des activités productives.

40C’est ce qu’illustrent les archives des horlogers, assembleurs par excellence. Les archives des Gray et Vulliamy, qui courent sur trois générations, permettent de saisir l’essor d’une économie de la réparation et de l’accommodement, née de l’horlogerie et prolongée pour toute gamme d’articles de finition, hautement composites, dans l’orfèvrerie.

  • 66 Guidlhall (Londres), Clockmakers’ Company Library, Ms 23.7262.

41Dans les années 1700, le livre de comptes de Benjamin Gray66, dans lequel les réparations concernent l’ensemble des montres passant par l’atelier, révèle une hiérarchisation des verbes, entre verbes génériques modulaires, ordonnant les séquences comptables, en général « mended » ou « cleaned », et verbes précis, verbes-action « polished », « boyled », « finished », à la faveur de la division systématique du prix des produits pièce par pièce. Dans certains cas, les gestes sont dissociés sur une même pièce et dessinent un processus (ainsi pour la réparation d’un étui : polissage, épongeage, vernissage, donc un processus de surfaçage, suivi d’un remodelage, sur la même zone, avec petites accolades pour chaque procès). La logique verbale prend le pas sur celle du produit, des éléments, de la topographie.

  • 67 The National Archives (Kew), C 104/58 II, Day Book, 1798-1800.

42À la fin du siècle, chez son successeur Benjamin Vulliamy, le langage verbal est omniprésent67. Dans une logique d’intensification des réparations et donc des gestes sur des composants spécifiques, l’entrepreneur développe des modules séquentiels et des processus opératoires répétitifs. Les séquences du livre de Vulliamy, toutes organisées suivant un même déroulement (nettoyage des mouvements, réparation, puis réfection des boîtiers et pièces externes), se caractérisent par un double jeu de décomposition, calquée sur les différentes pièces contenues dans la zone de travail, et de réduction. Les décompositions peuvent donner lieu à l’usage de vocables différenciés, donc à un enrichissement lexicographique, surtout les gestes d’ajustage qui sont ainsi détaillés, comme « free », « set upper », « set deeper », « giving shake ». Cette diversification des verbes ne signifie en rien que règnent le désordre et les pratiques les plus éparses. Non seulement Vulliamy fait un large usage des verbes génériques pour ordonner les séquences (nettoyer, réparer), mais il multiplie les modules d’expressions verbales, répétitives, formatées, qu’il agence en séquences, en somme un répertoire, un code – une « langue des gestes » : « fitted in a new main spring », « setting cylinder wheel in new action », « burnishing the teeth », « repairing wheel pivot & made new hole », etc. Il utilise, enfin, de manière transverse les « verbes-actions » tels que « polir » appliqué au travail sur différentes pièces (pour les pivots, pour les dents de rouages), resserrant ainsi les activités sur des opérations. Le verbe est devenu l’unique principe ordonnateur de l’énoncé ; la décomposition par pièces, et donc par gestes, ouvre la voie à un classement opératoire des interventions. Dans cette formulation comptable d’un langage verbal s’exprime, par la rédaction, une réduction, une abstraction du geste, faisant des livres de comptes des archives de la technologie. À Londres, au xviiie siècle, ces pratiques technographiques sont largement partagées. Au-delà de leur foisonnement et bien qu’elles ne suivent pas de norme établie, elles expriment la montée de rationalités de l’action, dans tout métier où règnent les techniques de finition et d’assemblage.

*

43L’histoire de la technologie comme « science des intentions fabricatrices », science des opérations, est le plus souvent associée à un temps fort, le début du xixe siècle, le temps des technologues et des débuts de la grande industrie. Pourtant, une rationalité technologique s’est aussi développée en milieu artisanal et marchand, via la production imprimée commerciale et, de manière moins visible, au fil des pratiques d’organisation du travail des artisans-entrepreneurs. Une culture opératoire se met en place dans ces écrits foisonnants – une technologie certes rudimentaire comparée aux réductions en art, mais massivement partagée – une « pensée commune ».

44Cet effort de synthèse est porté par l’essor des marchés pour des produits de plus en plus variés, composites, déclinés, adaptés, imitatifs, dont la production repose sur l’agencement incessant de pièces et d’attaches et sur la coordination des gestes d’intervenants multiples. Ces logiques se marquent dans le déploiement d’un langage d’action. Les comptabilités artisanales livrent de véritables technographies, avec sophistication croissante de l’usage des verbes et des énoncés modulaires. Le langage verbal, déterminant dans l’émergence de la technologie, appartient donc aussi au monde artisanal. L’essor de cette « langue des gestes », son autonomisation progressive, pose la question de l’existence de passerelles (ou de leur absence) entre cet univers et celui des ingénieurs et des technologues, puisque tous parlent une même langue, ou plutôt partagent une même syntaxe qui traduit l’existence d’un concept commun, celui d’opération.

Notes

1 Jacques Guillerme et Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie », Thalès, 12, 1968, p. 1-72, rééd. dans Documents pour l’histoire des techniques, 14, 2007, p. 49-122.

2 Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie. Postface/Préface », ibid., 2007, p. 123-133, p. 124. Voir également, Id., « Le rôle de la technique dans l’œuvre de Georges Canguilhem », dans Georges Canguilhem. Philosophe, historien des sciences, Paris, Albin Michel, 1992, p. 243-250.

3 Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie. Postface/Préface », op. cit., p. 126.

4 Alfred Espinas, Les origines de la technologie, Paris, Alcan, 1897.

5 Jacques Lafitte, Réflexions sur la science des machines, Paris, Vrin, 1932. Voir à ce sujet François Sigaut, « Haudricourt et la technologie », Préface dans André-Georges Haudricourt, La technologie, science humaine. Recherche d’histoire et d’ethnologie des techniques, Paris, Éd. de la MSH, 1987, p. 9-34, p. 28-29 ; Ronan Le Roux, « L’impossible constitution d’une théorie générale des machines ? La cybernétique dans la France des années 1950 », Revue de synthèse, 130 (1), 2009, p. 5-36.

6 François Sigaut, « Haudricourt et la technologie », op. cit., p. 23-24 ; Joost Mertens, « Éclairer les arts. Eugène Julia de Fontenelle (1780-1842), ses manuels Roret et la pénétration des sciences appliquées dans les arts et manufactures », Documents pour l’histoire des techniques, 18, 2009, p. 95-112 ; Id., « Le déclin de la technologie générale. Léon Lalanne et l’ascendance de la science des machines », Documents pour l’histoire des techniques, 20, 2011, p. 85-95.

7 Jacques Guillerme et Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie », op. cit., p. 1.

8 Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie. Postface/préface », op. cit., p. 127.

9 Jacques Guillerme et Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie », op. cit., p. 35.

10 Hélène Vérin et Pascal Dubourg-Glatigny, « Rédiger et réduire en art. Un projet de rationalisation des pratiques », dans Id. (eds.), Réduire en art. La technologie de la Renaissance aux Lumières, Paris, Éd. de la MSH, 2008, p. 17-58, p. 22.

11 Jean-Claude Perrot, « Histoire des sciences, histoire concrète de l’abstraction », dans Roger Guesnerie et François Hartog (eds.), Des sciences et des techniques. Un débat, Éd. de l’EHESS (coll. « Cahiers des Annales », 45), 1998, p. 25-37.

12 Philippe Minard, « Les corporations en France au xviiie siècle. Métiers et institutions », dans Steven L. Kaplan et Philippe Minard (eds.), La France, malade du corporatisme ? xviiie-xxe siècles, Paris, Belin, 2004, p. 39-51, p. 45.

13 Liliane Hilaire-Pérez et Catherine Lanoë, « Pour une relecture de l’histoire des métiers. Les savoirs des artisans en France au xviiie siècle », dans Vincent Milliot, Philippe Minard et Michel Porret (eds.), La grande chevauchée. Faire de l’histoire avec Daniel Roche, Genève, Droz, 2011, p. 354-358.

14 Dinah Ribard, « Le travail intellectuel. Travail et philosophie, xviie-xixe siècles », Annales HSS, 3, mai-juin 2010, p. 715-742, p. 718.

15 Karl Marx, Le Capital. Critique de l’économie politique, Livre premier. Le procès de production du capital (1867), 4e éd. allemande (1890), éd. par Jean-Paul Lefebvre, Paris, Puf (coll. « Quadrige »), 1993 (1983), p. 546.

16 Guillaume Garner, « Commerce et mobilité dans la littérature administrative en Allemagne au xviiie siècle », dans Albrecht Burkardt (ed.), Commerce, voyage et expérience religieuse xvie-xviiie siècles, Rennes, PUR, 2007, p. 41-53, p. 41 ; Id., État, économie, territoire en Allemagne. L’espace dans le caméralisme et l’économie politique, 1740-1820, Paris, Éd. de l’EHESS, 2005.

17 Jacques Guillerme et Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie », op. cit., p. 29.

18 Guillaume Garner, « État et information économique en Allemagne à la fin du xviiie et au début du xixe siècle », dans Dominique Margairaz et Philippe Minard (eds.), L’information économique xvie-xixe siècle, Paris, CHEFF, 2008, p. 291-309, p. 292-293.

19 Jacques Guillerme et Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie », op. cit., p. 38.

20 Hélène Vérin, « La technologie : science autonome ou science intermédiaire ? », Documents pour l’histoire des techniques, 14, 2007, p. 134-143.

21 Guillaume Garner, « État et information économique », op. cit., p. 296.

22 Johann Beckmann, Plan de technologie générale (1806), éd. par Guillaume Carnino, Liliane Hilaire-Pérez et Joost Mertens, trad. fr. Joost Mertens et Guillaume Carnino, en cours d’édition.

23 Joost Mertens, « Analogie : principe structurant de la technologie générale, principe dynamique du transfert interindustriel », dans Sophie A. de Beaune et Liliane Hilaire-Pérez (eds.), L’analogie et les techniques, Paris, CNRS Éd., à paraître.

24 Liliane Hilaire-Pérez, « Des entreprises de quincaillerie aux institutions de la technologie. L’itinéraire de Charles-Emmanuel Gaullard-Desaudray (1740-1832) », dans Jean-François Belhoste, Serge Benoît, Serge Chassagne et Philippe Mioche (eds.), Autour de l’industrie, histoire et patrimoine. Mélanges offerts à Denis Woronoff, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France (CHEFF), 2004, p. 547-567.

25 Louis-Sébastien Lenormand et Louis-Benjamin Francœur, Dictionnaire technologique ou nouveau dictionnaire universel des arts et métiers, et de l’économie industrielle et commerciale, Paris, Thomine & Fortic, 1822-1835.

26 Joost Mertens, « Technology as a science of the industrial arts : Louis-Sébastien Lenormand (1757-1837) and the popularization of technology », History and Technology, 18 (3), 2002, p. 203-231.

27 Alain Cottereau, « La désincorporation des métiers et leur transformation en “publics intermédiaires”. Lyon et Elbeuf, 1790-1815 », dans Steven L. Kaplan et Philippe Minard (eds.), La France, malade du corporatisme ?…, op. cit., p. 97-145.

28 Hélène Vérin, La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du xvie au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1993, chap. vii.

29 Joost Mertens, « Éclairer les arts… », op. cit.

30 Joost Mertens, « Le déclin de la technologie générale… », op. cit.

31 Karl Marx, Le Capital, op. cit., p. 546.

32 Ibid., p. 43.

33 Maxine Berg, The Machinery Question and the Making of Political Economy 1815-1848, Cambridge, Cambridge University Press, 1980 ; Andrew Zimmerman, « The ideology of the machine and the spirit of the factory : Remark on Babbage and Ure », Cultural critique, 37, 1997, p. 5-29 ; François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle, Rennes, PUR, 2009.

34 Andrew Ure, Philosophie des manufactures ou économie industrielle de la fabrication du coton, de la laine, du lin et de la soie, avec la description des diverses machines employées dans les ateliers anglais, Paris, Mathias, 1836.

35 Jacques Guillerme et Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie », op. cit., p. 111.

36 Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie. Postface/préface », op. cit., p. 128.

37 Joost Mertens, « The mere handicrafts : Ure’s Dictionary (1839-1853) compared with the Dictionnaire technologique (1822-1835) », dans Patrice Bret, Irina Gouzévitch et Liliane Hilaire-Pérez (eds.), Documents pour l’histoire des techniques, 19, Les techniques et la technologie entre France et Grande-Bretagne (xvie-xixe siècles), 2010, p. 269-277.

38 Steve Edwards, « Factory and fantasy in Andrew Ure », Journal of Design History, 14, 2001, p. 17-33.

39 Joost Mertens, « The mere handicrafts… », op. cit.

40 Thomas Hodgskin, Labour Defended against the Claims of Capital, Londres, Knight and Lacey, 1825.

41 François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras »…, op. cit., 2e partie.

42 Christine MacLeod, Heroes of Invention : Technology, Liberalism and British Identity 1750-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 165.

43 Jean-Claude Perrot, « Quelques préliminaires à l’intelligence des textes économiques », dans Id., Une histoire intellectuelle de l’économie politique (xviie-xviiie siècle), Paris, Éd. de l’EHESS (coll. « Civilisations et sociétés », 85), 1992, p. 7-60, p. 9.

44 Hélène Vérin et Pascal Dubourg-Glatigny, « Rédiger et réduire en art… », op. cit., p. 22.

45 Dinah Ribard, « Le travail intellectuel… », op. cit.

46 Alain Cottereau, « La désincorporation des métiers et leur transformation en “publics intermédiaires”… », op. cit. Citant Jacques Rancière, l’auteur rappelait que « les ouvriers demandaient, non pas d’être rabattus sur leur classe, mais de participer en citoyens à l’humanité ». Le propos résonne avec celui d’Edward P. Thompson décelant dans les mouvements de foule au xviiie siècle une « vision cohérente des normes sociales, des obligations et des fonctions », à l’inverse d’une « économie politique réduisant les relations humaines aux rapports salariaux » : Edward P. Thompson, « L’économie morale de la foule dans l’Angleterre du xviiie siècle » (1971), dans Florence Gauthier et Guy-Robert Ikni (eds.), La guerre du blé au xviiie siècle. La critique populaire contre le libéralisme économique au xviiie siècle, Montreuil, Éd. de la Passion, 1988, p. 30-92, p. 34, 92.

47 Eric Hobsbawm et Joan Wallach Scott, « Des cordonniers très politiques » (1980), rééd. dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 53 (4bis), 2006, p. 29-50, p. 35.

48 Non sans écho avec l’autonomisation du savoir économique au tournant des xviiie et xixe siècles, hors de la sphère des agents de l’État : Dominique Margairaz, « Introduction. De Colbert à la Statistique générale de la France », dans Dominique Margairaz et Philippe Minard (eds.), L’information économique. xvie-xixe siècle, Paris, CHEFF, 2008, p. 143-153.

49 Roger Hahn, « The application of science to society : The societies of arts », Studies on Voltaire and the 18th century, XXV, 1963, p. 829-836.

50 Liliane Hilaire-Pérez, « Les sociabilités industrielles en France et en Angleterre au xviiie siècle. Réseaux, institutions, enjeux », dans Serge Benoît, Gérard Emptoz et Denis Woronoff (eds.), Encourager l’innovation en France et en Europe. Autour du bicentenaire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, Paris, CTHS, 2006, p. 203-240.

51 BnF, factum F27662, article I.

52 Irène Passeron avec la collab. d’Olivier Courcelle, « La Société des arts, espace provisoire de reformulation des rapports entre théories scientifiques et pratiques instrumentales », dans Éric Brian et Christiane Demeulenaere-Douyère (eds.), Règlement, usages et science dans la France de l’absolutisme, Paris, Tec & Doc-Lavoisier, 2002, p. 109-132.

53 A.N., F/12/1316, F/12/2230.

54 Stéphane Baciocchi et Jérôme David (eds.), Les Études sociales, 142-143-144, Frédéric Le Play. Anthologie et correspondance, II-2005/2006 ; voir les chapitres « Ramifications épistémologiques. Décrire, définir, évaluer, comparer », et Alain Cottereau, « Statistique et critique de l’économie politique. Le Play, économiste », p. 119-191 ; Jean-François Belhoste, « Pourquoi Frédéric Le Play, métallurgiste, explorateur de la Russie, s’intéressa à la question sociale », dans Jean-François Belhoste, Serge Benoît, Serge Chassagne et Philippe Mioche (eds.), Autour de l’industrie, histoire et patrimoine…, op. cit., p. 3-21.

55 Robert Dossie, The Handmaid of the Arts (1758), Londres, J. Nourse, 1764.

56 Joseph Jacob, Observations on the Structure and Draught of Wheel-Carriages, Londres, B. & C. Dilly, 1773.

57 Celina Fox, The Arts of Industry in the Age of Enlightenment, Londres-New Haven, Yale University Press, 2009.

58 British Library, Collectanea (D. Lysons) : C.191.c.16, vol. II, f° 181.

59 Pamela H. Smith, The Body of the Artisan : Art and Experience in the Scientific Revolution, Chicago, University of Chicago Press, 2004, chap. i, « The Artisanal World » ; Pamela O. Long, Openness, Secrecy, Authorship : Technical Arts and the Culture of Knowledge from Antiquity to the Renaissance, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2001 ; Id., Artisan/Practitioners and the Rise of the New Sciences 1400-1600, Corvallis, Oregon State University Press, 2011 ; William Eamon, Science and the Secrets of Nature : Books of Secrets in Medieval and Early Modern Culture, Princeton, Princeton University Press, 1994 ; Dinah Ribard, « Le travail intellectuel… », op. cit. ; Catherine Lanoë, La poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2008 (l’auteure analyse notamment le premier ouvrage de cosmétique rédigé par un parfumeur, Simon Barbe, en 1693). Voir aussi les études sur les publications de fabricants d’instruments, tel Joseph Moxon à Londres : David J. Bryden, « A 1701 dictionary of mathematical instruments », dans Robert G.W. Anderson, James A. Bennett et W.F. Ryan (eds.), Making Instruments Count : Essays on Historical Scientific Instruments Presented to Gerard L’Estrange Turner, Brookfield, Ashgate, 1993, p. 364-379 ; Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste. Entreprises, cultures opératoires et marchés à Londres au xviiie siècle, habilitation à diriger des recherches, Paris-I Panthéon-Sorbonne, 2008, chap. i et ii.

60 Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000.

61 Liliane Hilaire-Pérez, « Cultures techniques et pratiques de l’échange, entre Lyon et le Levant. Inventions et réseaux au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 49 (1), avril 2002, p. 89-114.

62 Pierre Jeannin, « Distinction des compétences et niveaux de qualification. Les savoirs négociants dans l’Europe moderne », dans Franco Angiolini et Daniel Roche (eds.), Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris, Éd. de l’EHESS (coll. « Civilisations et sociétés », 91), 1995, p. 365-366.

63 Jean-Jacques Perret, La pogonotomie ou l’art d’apprendre à se raser soi-même, avec la manière de connoître toutes sortes de pierres propres à affiler tous les outils et instrumens ; et les moyens de préparer les cuirs pour repasser les rasoirs, la manière d’en faire de très bons ; suivi d’une observation importante sur la saignée, Paris, Dufour, 1769.

64 Dinah Ribard, « Le travail intellectuel… », op. cit., p. 735-738.

65 Liliane Hilaire-Pérez et Marie Thébaud-Sorger, « Les techniques dans l’espace public. Publicités des inventions et littérature d’usage en France et en Angleterre au xviiie siècle », Revue de synthèse, 2, 2006, p. 393-428, p. 408-409.

66 Guidlhall (Londres), Clockmakers’ Company Library, Ms 23.7262.

67 The National Archives (Kew), C 104/58 II, Day Book, 1798-1800.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search