Version classiqueVersion mobile

La cumulativité du savoir en sciences sociales

 | 
Bernard Walliser

Résumés

Abstracts

Texte intégral

Claire Beyssade

1La constitution du savoir linguistique Des faits aux règles ou l’inverse ?

2Indéniablement, on en sait plus aujourd’hui qu’hier sur les langues et sur le langage : on a accès à plus de données et à plus d’outils pour les classer, les analyser, les comparer. Mais comment se constitue le savoir linguistique, comment les recherches avancent-elles, comment les interactions avec d’autres disciplines comme les sciences cognitives font-elles évoluer le savoir et les questionnements ? Peut-on mesurer l’état des connaissances en linguistique et dans quelle mesure peut-on parler de cumulativité des connaissances ? Pour répondre à ces questions, nous nous intéresserons d’abord à une évolution d’ensemble de la discipline, le passage de la linguistique structurale à la linguistique générative, qui correspond à un véritable changement de paradigme, puis nous nous focaliserons sur des évolutions spécifiques à tel ou tel champ disciplinaire. Nous illustrerons l’évolution du savoir linguistique en nous appuyant sur des exemples relevant de trois champs différents : la phonologie, la sémantique et la syntaxe formelle, dont les évolutions récentes ont été marquées par l’importation de connaissances d’autres champs disciplinaires.

3The constitution of linguistic knowledge Facts according to rules or the reverse ?

4There can be no doubt that we know more about languages and language today than we did : we have access to more facts and more tools for their classification, analysis and comparison. But how is linguistic knowledge constituted, how does research progress and how do interactions with disciplines like cognitive sciences further advances in knowledge and inquiries ? Can one measure the state of knowledge in linguistics and to what extent can one speak of the cumulativity of knowledge ? For answers to these questions, the chapter first considers the broad evolution of the discipline, the shift from structural linguistics to generative linguistics that corresponds to a real paradigm change. It then focuses on the specific evolutions of particular disciplinary fields. It illustrates the evolution of linguistic knowledge by using examples relevant to three different fields : phonology, semantics and formal syntax, whose recent evolutions have been marked by importing knowledge from other disciplinary fields.

Alban Bouvier

5À quelles conditions la sociologie peut-elle être cumulative ?

6La sociologie (au sens institutionnel et contingent) est, de l’aveu général, faiblement cumulative, comparée à d’autres sciences sociales. Après avoir identifié la sociologie (en un sens épistémologiquement acceptable proche de celui de Max Weber et de Paul Veyne), l’auteur récuse vigoureusement l’idée répandue que cette faible cumulativité serait due essentiellement à des conflits de paradigmes. L’usage laxiste du terme « paradigme » voile considérablement la véritable nature des problèmes, mais, même prise rigoureusement, l’idée apparaît mal fondée. L’auteur préfère distinguer deux grands types de conditions (d’un côté formelles, de l’autre ontologiques) qu’une science doit remplir pour être cumulative. Les conflits de paradigmes sont du second type mais c’est de carences du premier que la sociologie souffre surtout. L’auteur distingue enfin morcellement regrettable et autonomisation légitime de certains sous-domaines de la sociologie.

7Under what conditions can sociology be cumulative ?

8Sociology (in the institutional and contingent sense) is generally admitted to be faintly cumulative in comparison to other social sciences. Having identified sociology (in an epistemologically acceptable sense close to that of Max Weber and Paul Veyne), the author vigorously refutes the widespread idea that this weak cumulativity would be essentially due to conflicts of paradigms. The loose use of the term « paradigm » considerably hides the true nature of problems, but even when meticulously understood the idea appears ill founded. The author prefers to distinguish two broad kinds of conditions (formal on the one hand and ontological on the other) that a science must fulfil in order to be cumulative. The conflicts of paradigms are of the second kind but sociology suffers above all from the lack of the former. Lastly, the author distinguishes a regrettable break up and legitimate self-regulation of some sub-fields of sociology.

Daniel Courgeau

9Paradigmes démographiques et cumulativité

10L’examen de divers exemples permet de montrer que, si la cumulativité des connaissances en démographie est évidente, celle des paradigmes est loin d’être linéaire. Ainsi, le taux de masculinité des naissances conduit à des interprétations de plus en plus complexes du xviie au xviiie siècle, alors que sa mesure demeure identique. De même, l’additivité des effets de la nature et de la culture, à la base de la génétique du comportement, n’est en fait pas vérifiée et a conduit à la mise en place de modèles non additifs. Ensuite, le passage du paradigme longitudinal au biographique montre comment il a été nécessaire de lever les hypothèses de base du premier, pour pousser plus avant l’analyse. Enfin, l’intégration du paradigme transversal au biographique montre que l’analyse multiniveau qui en résulte n’est en rien une addition des deux précédentes. La pluralité des paradigmes permet ainsi d’en donner une vue stéréoscopique, qui restitue les faits démographiques dans une cumulativité non linéaire.

11Demographic paradigms and cumulativity

12If the cumulativity of knowledge in demography is evident, as an examination of different examples shows, that of paradigms is far from being linear. For example, the rate of male births leads to more and more complex interpretations from the 17th-18th century, even if its measurement remains the same. Similarly, the addition of the effects of nature and culture to the genetic stem of behaviour is in fact not confirmed and has led to the institution of non-additive models. So too, the shift from the longitudinal to the biographical paradigm shows the necessity of developing the formers’ basic hypothesis in order to advance analysis. Finally, integrating the transversal paradigm to the biographical shows that the resulting multilevel analysis is not at all an addition of the two preceding ones. The plurality of paradigms thus gives a stereoscopic view that replaces demographic facts in a non-linear cumulativity.

Robert Franck

13Allier l’investigation empirique et la recherche théorique : une priorité

14Comment remédier à la faible cumulativité des connaissances qu’on observe aujourd’hui dans les sciences sociales ? L’auteur impute cette faiblesse à l’écart qui s’est creusé dans ces disciplines entre la recherche empirique et la recherche théorique depuis une cinquantaine d’années. Après avoir décrit deux obstacles à la cumulativité qu’on rencontre actuellement, il montre de quelle manière la méthode inductive classique combine les approches empirique et théorique, assurant aux sciences naturelles leur progrès continu. L’induction classique est tout à fait différente de l’opinion qu’on s’en fait généralement. Cependant les sciences sociales peuvent-elles bénéficier de la méthode qui a fait le succès des sciences naturelles ? Réfutant les objections qui sont généralement avancées pour déclarer la chose impossible ou inopportune, l’auteur montre comment transposer la méthode inductive aux phénomènes sociaux, et il souligne que c’est à cette même méthode que les sciences sociales, et plus généralement les sciences humaines, ont recouru au xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle, générant les formidables résultats obtenus à l’époque. Il souligne aussi, en chemin, les solutions qu’apporte la méthode inductive classique aux difficultés que rencontre l’étude de la logique de la découverte, nouveau terrain d’exploration en philosophie des sciences.

15Combining empirical investigation and theoretical research : a priority

16How can the weak cumulativity of knowledge in the social sciences observed today be remedied ? The author attributes this weakness to the widening gap between empirical and theoretical research since the last fifty years in these disciplines. Having described two obstacles to cumulativity currently encountered, the chapter shows how the classic inductive method combines the empirical and theoretical approaches guaranteeing natural sciences their continuous progress. The classic induction is quite different from the idea generally believed. However, can the social sciences benefit from the method that has made for the success of natural sciences ? Refuting the objections generally advanced to declare it impossible or inopportune, the author shows how the inductive method can be transposed on social phenomena and emphasizes that the social sciences and more generally the human sciences had recourse to this very method in the 19th and first half of the twentieth century, generating the extraordinary results obtained at the time. Incidentally, he also underlines the solutions brought by the classic inductive method to the difficulties encountered by the study of the logics of discovery, the new area of exploration in the philosophy of sciences.

Alain Gallay, Jean-Claude Gardin

17Les méthodes logicistes en archéologie. Perspectives et limites

18Ce chapitre aborde l’impact possible de la méthode logiciste sur la cumulativité en archéologie et en ethnoarchéologie. Il se situe donc à un niveau de généralité supérieur pouvant impliquer des paradigmes très variés. Une présentation des divers paradigmes caractérisant l’archéologie révèle une bonne cumulativité des données descriptives et compilatoires, mais une situation plus confuse au niveau des paradigmes interprétatifs. Le renouvellement rapide de ces derniers au cours du temps apparaît en effet suspect au regard de la démarche scientifique. Jean Claude Gardin témoigne du développement historique du programme logiciste et Alain Gallay évalue la pertinence de ce type d’approche à travers ses recherches sur la céramique traditionnelle du Mali tant au niveau ethnoarchéologique qu’au niveau historique et archéologique. En terme de cumulativité et sur un plan très général ce tour d’horizon démontre la nécessité d’une réduction et d’une normalisation des formes de l’argumentation en sciences humaines.

19Logicistical methods in archaeology Perspectives and limits

20This chapter tackles the possible impact of the logicist method on cumulativity in archaeology and ethno-archaeology. It thus places itself at a level of higher generalisation that can involve very varied paradigms. A presentation of diverse paradigms characterizing archaeology reveals a good cumulativity of descriptive and compiling facts but a more confused situation at the level of interpretative paradigms. In fact the latter’s rapid renewal with time seems suspect from the viewpoint of the scientific approach. Jean-Claude Gardin gives evidence of the historical development of the logicist programme and Alain Gallay evaluates the relevance of this type of approach through his researches on traditional ceramics in Mali as much on the ethno-archaeological level as on the historical and archaeological level. In terms of cumulativity and on a very general level, this overview shows the necessity of reduction and normalisation of forms of argumentation in the social sciences.

Gérard Lenclud

21En sait-on plus et mieux, aujourd’hui qu’hier, en anthropologie ?

22L’anthropologie est-elle une science cumulative ? Certainement pas au sens où le sont les sciences de la nature ; l’anthropologie est une science bien trop historique pour cela (et n’a pas à en rougir). Les données de l’ethnographe ? Elles sont de même couleur que les faits de l’historien, entre gris pâle et gris foncé ; le noir de la réalité ne s’y laisse pas trouver à cause du blanc de la convention qui entre en elles et vient les griser. Les théories de l’anthropologue ? Elles sont si lâchement constituées qu’elles permettent la discussion mais pas la confrontation. Est-ce à dire qu’on ne saurait déceler en anthropologie la moindre cumulation ? Non, il existe de petites poches de cumulation sous la forme de modèles pour la description.

23Do we know better and more in anthropology today than we did in the past ?

24Is anthropology a cumulative science ? Certainly not in the sense of the natural sciences ; anthropology is too historical a science for that (and has nothing to blush about in that). The ethnographer’s data ? It has the same colour as the historian’s facts, between pale grey and dark grey. The black of reality can’t be found here because of the white shades of convention that permeate this data and make it grey. The anthropologist’s theories ? They are so loosely constituted that they permit discussion but not confrontation. Does that mean that we would not find the least cumulation in anthropology ? Not at all, for there do exist small pockets of cumulation in the form of models for description.

Pierre Livet

25Cumulativités et dynamiques des sciences sociales

26Les sciences sociales ne peuvent prétendre à une cumulativité additive que marginalement. Mais elles peuvent satisfaire les conditions d’une cumulativité dynamique : les suppressions et refontes se font en assurant de proche en proche une continuité partielle, du moins si l’on utilise rétrospectivement les catégories de la théorie plus récente, en tenant la théorie plus ancienne pour un modèle incomplet. On peut ainsi transposer en sciences sociales deux des trois conditions d’une cumulativité dynamique qui ont été définies comme principes de cohérence au cours de révisions (en économie entre choix collectifs et en logique entre raisonnements dont les conclusions sont révisables). Cette perspective permet de ne pas se borner en sciences sociales à des stratégies qui justifient l’absence de cumulativité par des défauts du domaine et des objets étudiés, et de donner des versions positives de ces justifications, en les reliant à la fois à l’incomplétude des modèles des interactions sociales et à la dynamique de révision perpétuelle qui est celle des sciences sociales.

27The cumulativities and dynamics of the social sciences

28The social sciences can lay claim only marginally to an additive cumulativity. But they can satisfy the conditions for a dynamic cumulativity : eliminating and recasting is carried out from one point to the other, thus ensuring a close partial continuity, at least if the categories of the most recent theory are used retrospectively by considering the oldest theory to be an incomplete model. In the social sciences one can thus transpose two of the three conditions of a dynamic cumulativity defined as principles of coherence during the revisions (in economy between collective choice and in logic between reasoning where conclusions are revisable). This perspective allows us to go beyond the limits of strategies in the social sciences that justify the absence of cumulativity by the defects of a field and its objects and give positive versions of these justifications by simultaneously linking them to the incomplete nature of models of social interactions and to the dynamics of perpetual revision of the social sciences.

Denise Pumain

29L’espace, médium d’une construction spiralaire de la géographie, entre société et environnement

30La cumulativité des savoirs en géographie est ici envisagée, non pas à partir d’invariants épistémologiques, mais en fonction de l’histoire de la discipline, et non pas comme un processus linéaire d’accumulation sélective, mais comme une révision périodique et spiralaire de catégories fondatrices. On analyse ainsi le paradigme, à l’origine naturaliste, des relations des sociétés à leur milieu, que la prise en compte des interactions entretenues pas les réseaux entre les territoires a considérablement enrichi. On examine comment les modèles ont consolidé la connaissance de cette « spatialité des sociétés » en contribuant à mieux expliciter les fondements conceptuels et paradigmatiques de la géographie. Ce sont cependant les outils informatiques de la numérisation des informations géographiques et de leur traitement qui restent les vecteurs de cumulativité les plus importants. Le progrès technique a permis au paradigme géographique de la complexité du monde de mieux s’exprimer, notamment par la simulation des dynamiques des territoires, et d’exporter des concepts et des savoir-faire vers d’autres disciplines comme vers les différents acteurs sociaux.

31Space, medium of a spiral construction of geography, between society and environment

32The cumulativity of knowledge in geography is considered here not from the perspective of epistemological invariables but in function of the history of the discipline. The latter does not evolve as a linear process of selective accumulation, but as a periodical and spiral revision of fundamental categories. The chapter analyzes the paradigm of societies’ relations with their environments, naturalist in their origins and enriched by taking into account the interactions maintained by inter-territorial networks. It examines how models consolidated knowledge of this « spatiality of societies » by contributing to a better clarification of the conceptual and paradigmatic foundations of geography. However, the computer tools of numerisation of geographical information and its treatment remains the most important vectors of cumulativity. Technological progress improved the expression of the geographical paradigm of the world’s complexity, especially by the simulation of territorial dynamics, by exporting concepts and know-how to other disciplines as well as to different social actors.

Jacques Revel

33Le pied du diable. Sur les formes de la cumulativité en histoire

34Depuis qu’elle s’est constituée en discipline professionnelle, dans la seconde moitié du xixe siècle, l’histoire se pense volontiers comme productrice d’un savoir cumulatif, dans une double acception du terme : celui d’une accumulation des données et celui d’un progrès général de la discipline en tant que telle. Celle-ci s’est accordée sur un certain nombre de procédures de connaissance et de contrôle, même si, dans les faits, ces procédures sont inégalement mises en œuvre selon les domaines d’activité. Sur cette conviction s’est fondé un optimiste scientiste durable, dont on a connu plusieurs versions successives. Les choses apparaissent bien différentes si l’on s’attache aux modèles dont usent les historiens, explicitement ou, plus souvent, implicitement. Jusqu’à quel point sont-ils susceptibles de révision, rendant ainsi possible la reformulation de cadres théoriques et d’hypothèses plus efficaces ? Qu’en est-il des programmes, c’est-à-dire d’horizons de savoir partagés ? En se situant au niveau des pratiques qui sont celles des historiens, cet article suggère la coexistence de plusieurs régimes de cumulativité selon le niveau considéré.

35The devil’s foot. Types of cumulativity in history

36Since its constitution as a professional discipline in the second half of the 19th century, history has voluntarily thought itself to be the producer of cumulative knowledge in a dual sense of the term : as an accumulation of data and a general progress of the discipline as such. It agrees upon a certain number of procedures of knowledge and control, even if in reality, these procedures are unevenly implemented according to the fields of activity. This conviction lies behind a lasting scientist optimism, several successive versions of which are known. Things appear quite differently if one is tied to models used by historians explicitly or more often implicitly. To what extent are they vulnerable to revision, thus permitting the reformulation of theoretical frameworks and making hypothesis more effective ? What about programmes, namely from horizons of shared knowledge ? Placing itself at the level of historians’ practices this chapter suggests the coexistence of several regimes of cumulativity according to the level considered.

Bernard Walliser

37Les trois sources de la cumulativité en économie

38L’existence d’une cumulativité en science économique ne fait guère de doute dans l’esprit des économistes et repose sur trois arguments. L’économie possède une ontologie unitaire fondée sur les idées de rationalité et d’équilibre, même si ces notions ont été progressivement affaiblies. L’économie dispose d’un accès relativement aisé à son champ empirique, à travers les données statistiques systématiquement recueillies. L’économie adopte une méthodologie consensuelle à base de modèles formalisés fortement idéalisés qui se prêtent à des restructurations constantes. D’un point de vue historique, si la période classique connaît une cohabitation de paradigmes, la seconde moitié du xxe siècle voit le règne sans partage des modèles alors que le siècle suivant semble dévolu à un essor des expérimentations.

39The three sources of knowledge in economy

40There is no doubt about the existence of cumulativity in economic science in the minds of economists. It stands on three arguments. Economy has a unitary ontology based on ideas of rationality and equilibrium, even if these notions were progressively weakened. Economy avails of a relatively easy access to its empirical field, through regularly collected statistical data. Economy adopts a consensual methodology on the basis of strongly idealized and formalized models that lend themselves to constant restructuring. From the historical point of view, if the classical period knew a cohabitation of paradigms, the second half of the twentieth century saw the rule of models without any sharing, while the following century seems to be reserved for a boom in experiences.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search