Version classiqueVersion mobile

La cumulativité du savoir en sciences sociales

 | 
Bernard Walliser

À quelles conditions la sociologie peut-elle être cumulative ?

Under what conditions can sociology be cumulative?

Alban Bouvier

Résumé

La sociologie (au sens institutionnel et contingent) est, de l’aveu général, faiblement cumulative, comparée à d’autres sciences sociales. Après avoir identifié la sociologie (en un sens épistémologiquement acceptable proche de celui de Max Weber et de Paul Veyne), l’auteur récuse vigoureusement l’idée répandue que cette faible cumulativité serait due essentiellement à des conflits de paradigmes. L’usage laxiste du terme « paradigme » voile considérablement la véritable nature des problèmes, mais, même prise rigoureusement, l’idée apparaît mal fondée. L’auteur préfère distinguer deux grands types de conditions (d’un côté formelles, de l’autre ontologiques) qu’une science doit remplir pour être cumulative. Les conflits de paradigmes sont du second type mais c’est de carences du premier que la sociologie souffre surtout. L’auteur distingue enfin morcellement regrettable et autonomisation légitime de certains sous-domaines de la sociologie.

Texte intégral

1Cette contribution prend pour point de départ le jugement largement répandu, mais assez indéterminé et rarement étayé précisément, que la cumulativité globale de la sociologie est assez faible, comparée à celle d’autres disciplines. Elle cherche à évaluer de façon circonstanciée la pertinence de ce jugement. À cette fin, l’essentiel de notre étude consiste à proposer une formulation aussi analytique que possible des diverses conditions de la cumulativité d’une discipline scientifique en général, et à examiner de façon détaillée les différents aspects de la cumulativité effective de la sociologie au regard de ces normes.

  • 1 L’analyse présente se limite au seul plan épistémologique, comme la plupart des autres contribution (...)

2La première partie entreprend de préciser les contours de la sociologie par rapport aux autres sciences sociales, institutionnellement autonomisées, notamment l’ethnologie et l’histoire, et tire de cette description la conclusion qu’il n’est pas pertinent d’envisager la cumulativité de la sociologie tout à fait séparément de celle des autres disciplines constituant les sciences sociales. La deuxième partie expose un des arguments les plus répandus concernant la nature de la cause essentielle du manque de cumulativité globale de la sociologie, à savoir son morcellement, certains disent même sa « balkanisation » en une multitude de paradigmes. La troisième partie entend rappeler que si l’on donne au terme « paradigme » (et, en conséquence, au terme de « cumulativité ») un sens strict, il n’est utilisable qu’au sein de perspectives qui satisfont des conditions épistémologiques élémentaires, c’est-à-dire des perspectives qui ont adopté une posture et un mode de pensée scientifique ; or nombre de perspectives sociologiques ont adopté une posture différente et de façon nettement plus marquée que dans les autres sciences sociales. La quatrième et la cinquième partie s’interrogent sur les conditions respectivement linguistiques et logiques (ou architectoniques) de la cumulativité au sein même de la sociologie de type scientifique. La sixième partie ne s’intéresse plus aux conditions formelles de la cumulativité, comme les trois parties précédentes, mais aux conditions matérielles ou ontologiques de la cumulativité ; c’est là que se situent, de facto, les conflits authentiques de paradigmes en sociologie. Ma thèse essentielle est que l’on a largement majoré les carences à ce niveau – et donc l’importance de la pluri-paradigmaticité et des conflits de paradigmes – comparativement aux carences formelles – logiques, linguistiques, épistémologiques – précédemment examinées1.

  • 2 Le cadre conceptuel utilisé ici est proche dans l’inspiration générale de celui proposé par Bernard (...)

3Dans la conclusion, je risque un jugement sur la cumulativité différenciée de la sociologie selon ses sous-domaines, en suggérant que certains pourraient être en voie d’autonomisation relative non pas seulement en raison de contingences institutionnelles mais pour des raisons épistémologiques solides. Cette autonomisation raisonnée de certains domaines ou sous-domaines de la sociologie ne se confond pas avec le morcellement de la discipline en paradigmes et en postures, de toute façon moins aigu et moins difficile à réduire qu’on ne le prétend en général ; elle pourrait même être un signe de maturité et donc de plus grande cumulativité de ces sous-domaines de la sociologie2.

I. La sociologie au sein des sciences sociales

  • 3 Les découpages et les regroupements sont, au demeurant, assez variables selon les pays.

4On doit prendre acte, pour commencer, que le terme « sociologie » est actuellement utilisé en deux sens extensionnels très différents, l’un très explicite, l’autre plus implicite. Il désigne explicitement, le plus souvent, une discipline particulière au sein des sciences sociales, une discipline dont les frontières épistémologiques avec celles de ses voisines (démographie, économie, ethnologie, sciences politiques, histoire, voire géographie humaine, psychologie sociale, linguistique, etc.) sont, en l’occurrence, notoirement assez floues, mais dont une histoire contingente complexe justifie une certaine forme d’autonomie institutionnelle en même temps que celle de ses voisines3. Mais il désigne parfois aussi la science sociale dans son ensemble, i.e. une sorte de matrice commune ou de fonds commun à toutes les sciences sociales. J’examinerai successivement la sociologie selon ces deux acceptions en vue de cerner ce qu’on doit exactement envisager lorsqu’on se propose d’examiner la cumulativité de la sociologie.

La sociologie comme science sociale particulière

  • 4 Voir, par exemple J. Goldthorpe, On sociology, Oxford, Oxford University Press, 2000, chap. 2 et 4.

5On identifie souvent plus ou moins explicitement la sociologie avec l’étude des phénomènes sociaux des sociétés contemporaines occidentales ou occidentalisées (ou, ce qui revient à peu près au même, à celle des sociétés industrialisées ou en voie d’industrialisation), l’ethnologie avec l’étude des phénomènes sociaux des sociétés contemporaines non occidentales et non occidentalisées (ou des sociétés non industrialisées) et l’histoire avec l’étude des phénomènes sociaux des sociétés occidentales ou non (ou industrialisées ou non) non contemporaines4. Ce partage est à première vue commode. Mais, outre qu’il laisse dans l’ombre les frontières de la sociologie avec des disciplines comme l’économie ou la démographie, il ne correspond pas exactement à ce que l’on enseigne dans les différentes disciplines, au sens institutionnel du terme : l’histoire recourt abondamment à des modèles institutionnellement dits « sociologiques » (par exemple, à une certaine époque, à la théorie marxiste des classes sociales), et la sociologie à des modèles institutionnellement dits « ethnologiques » (par exemple culturalistes). Et il est manifeste, à l’examen, qu’il n’a pas de légitimité épistémologique bien solide. Pourquoi faudrait-il, par exemple, des modèles explicatifs différents pour les sociétés du passé et pour celles du présent, puisque ce qui est présent sera nécessairement bientôt passé ? Et comment penser – autre exemple – l’articulation des modèles sociologiques et des modèles ethnologiques pour les sociétés non occidentales en voie d’occidentalisation ?

La sociologie comme science sociale générale

  • 5 En anglais on utilise souvent l’expression « social theory » pour désigner la sociologie (par exemp (...)
  • 6 P. Veyne, Le pain et le cirque, Paris, Seuil, 1976 ; Id., Comment on écrit l’histoire, 2e éd., Pari (...)

6Mais il est fréquent aussi que, conformément à l’usage ancien, celui d’Auguste Comte notamment, le même terme de « sociologie » désigne implicitement la science sociale en son ensemble, i.e. la science sociale générale5. Ce sens très englobant est tout particulièrement perceptible dans l’idée de sociologie historique conçue, à la manière de Paul Veyne6, comme un mode d’approche complémentaire d’une histoire sociologique. Le partage que propose Veyne me semble très éclairant et il vaut la peine de s’y attarder. Il rejoint, au demeurant, des partages analogues proposés dans d’autres contextes.

  • 7 Je reviens infra sur le sens de cette restriction.
  • 8 Voir aussi P. Veyne, « L’histoire conceptualisante », in J. Le Goff & P. Nora, eds, Faire de l’hist (...)

7Quand Veyne parle de « sociologie historique », il ne vise pas exactement ce qu’on entend habituellement par là, à savoir la partie de la sociologie qui étudierait les phénomènes du passé (spécialement dans leur devenir). La sociologie historique au sens de Veyne est caractérisée par la construction de concepts d’application de portée générale (ou au moins intermédiaire7), mais toujours illustrés par des cas singuliers destinés à montrer la portée heuristique des concepts. L’histoire sociologique est orientée symétriquement : elle est caractérisée par les études de cas (elle est case oriented), mais toujours éclairées par des concepts explicatifs : c’est une histoire conceptuelle8. Sociologie historique et histoire sociologique sont donc les deux versants complémentaires, orientés de façon divergente, d’une unique entreprise.

  • 9 C. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, t. 1, Paris, Plon, 1958 ; t. 2, Paris, Plon, 1973. Je m (...)
  • 10 Sur le sens épistémologique de l’analyse de cas, voir J.-C. Passeron & J. Revel, « Penser par cas. (...)

8Ce partage, à fondement exclusivement épistémologique, bouscule considérablement les distinctions institutionnelles. Non seulement les partages précédents entre sociologie et histoire disparaissent complètement, mais, en outre, la « sociologie historique » se trouve incorporer aussi ce que Lévi-Strauss proposait d’appeler « ethnologie » par opposition à l’« ethnographie9 ». Quant à l’« histoire sociologique », elle inclurait, outre l’histoire proprement dite, du moment qu’elle est conceptuelle, la sociographie et l’ethnographie, du moment également qu’elles sont conceptuelles, et elle serait caractérisée par l’analyse même de ces cas singuliers, analyse qui requiert, pour être explicative, l’usage de concepts de portée générale ou au moins intermédiaire10. L’économie pourrait a priori être soumise au même partage, comme étude des phénomènes économiques, tantôt dans leur singularité, tantôt dans leur généralité.

  • 11 On trouverait un jugement comparable sur ce point chez J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique(...)
  • 12 Sur le concept d’histoire-problème, cf. F. Furet, L’atelier de l’histoire, Paris, Flammarion, 1982.

9Veyne distingue un troisième niveau, celui qu’il appelle parfois celui de la sociologie générale, qui serait une sorte de sociologie pure (une science sociale générale pure) au sens où elle serait purement abstraite et, en conséquence, ne s’illustrerait dans aucun fait particulier ; elle serait donc entièrement « détachée » des faits en question. Veyne rejette ce type de construction intellectuelle, qu’il considère comme stérile11, à l’exception de la théorie générale de l’action ou praxéologie, laquelle incorpore essentiellement à ses yeux la théorie de la décision et la théorie des jeux. Par ailleurs, il ne réserve pas un seul mot à ce qui pourrait être le symétrique de la sociologie pure du côté de l’analyse du singulier, à savoir une sorte d’histoire pure qui analyserait les faits singuliers sans souci d’utiliser pour les comprendre des concepts généraux (dont des modèles d’explication) ; ce genre d’histoire existe pourtant et rend des services : c’est, d’un côté, l’histoire-récit, que l’on oppose à l’histoire conceptuelle ou histoire-problème (ou encore histoire explicative) dont relève l’histoire sociologique au sens de Veyne12, de l’autre, la pure ethnographie et la pure sociographie, c’est-à-dire les monographies purement descriptives.

  • 13 F. Dubet, La galère, Paris, Fayard, 1987 ; Id., Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1994.

10Ce partage correspond à certains partages effectifs, mais peu remarqués, au sein de la sociologie au sens institutionnel du terme. Veyne donne ainsi l’exemple même de l’œuvre de Max Weber. En effet, certaines œuvres de Weber sont conceptuellement orientées quoique les concepts soient toujours illustrés par des exemples historiques, manifestant ainsi leur pouvoir heuristique. C’est le cas de Économie et société, exemplaire donc de la sociologie historique au sens de Veyne. D’autres ouvrages de Weber, au contraire, sont orientés vers l’analyse de cas, quoique pour ce faire ils utilisent des concepts de portée générale. C’est le cas exemplairement de L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Dans la sociologie contemporaine, le même partage se trouve parfois aisé à faire. Ainsi La galère de François Dubet, consacré à une analyse de plusieurs cas (la vie des jeunes dans des banlieues de grandes villes françaises telles La Courneuve ou Les Minguettes et leurs mouvements de protestation), mais utilisant les concepts de la théorie de l’action collective et des mouvements sociaux, est un exemple d’« histoire sociologique » (ou de sociographie conceptuelle) ; alors que Sociologie de l’expérience, qui expose les concepts principaux de la sociologie que met en œuvre Dubet, notamment une typologie des « logiques d’action », en les illustrant d’exemples, relève de la « sociologie historique13 ».

11La distinction veynienne permet notamment de mettre en évidence que l’examen de la cumulativité de la sociologie au sens institutionnel devrait impliquer, si on prenait le terme dans son acception étendue, la considération simultanée de la cumulativité d’une discipline institutionnellement autonome, comme l’histoire (et réciproquement), ainsi que celle de l’ethnologie.

12Veyne formule, au demeurant, une thèse sur la cumulativité des sciences sociales dans leur ensemble, thèse qu’on peut résumer ainsi, en la stylisant pour lui donner la plus grande netteté : la « sociologie historique » est cumulative (au plan théorique), l’« histoire sociologique » est cumulative (au plan empirique), ce qui suppose qu’elles soient étroitement articulées ; en revanche la sociologie pure est stérile (au plan théorique), sauf exception (la praxéologie) et l’histoire pure elle-même (au plan empirique), au point qu’il ne convient pas même de la mentionner. Je soutiendrais volontiers, quant à moi, une position un peu plus sceptique concernant les extrêmes de ce spectre : la sociologie pure comporte peut-être plus d’exceptions que Veyne n’en reconnaît (j’y reviendrai) ; et il n’y a pas de raison de penser qu’il n’y a pas du tout de cumulativité dans l’analyse des cas singuliers envisagés dans leur seule singularité : telle monographie très descriptive peut constituer un progrès au plan proprement descriptif par rapport à une monographie antérieure et être, en outre, elle-même reprise comme point de départ d’une monographie ultérieure, éventuellement plus soucieuse de conceptualisation.

  • 14 On découvre la même dualité de démarches dans les sciences de la nature pour peu que l’on compare c (...)

13Mais l’essentiel de ma contribution visera à chercher les conditions d’une plus grande cumulativité en prenant comme point de départ la thèse centrale de Veyne, thèse selon laquelle les sciences sociales sont spécialement cumulatives lorsqu’elles adoptent l’une ou l’autre des deux orientations suivantes : lorsque la construction des concepts ou des modèles explicatifs généraux n’est pas séparée de la mise en évidence de leur pouvoir heuristique sur des exemples, lorsque l’analyse des cas singuliers n’est pas séparée de l’usage de concepts ou modèles explicatifs généraux14. Je chercherai à dégager les conditions en question sur le domaine restreint de la sociologie au sens institutionnel, i.e. de la sociologie conçue comme science des sociétés contemporaines occidentales ou occidentalisées.

II. La non-cumulativité relative de la sociologie est-elle essentiellement due à sa pluri-paradigmaticité ?

  • 15 C. Baudelot & R. Establet, Suicide. L’envers de notre monde, Paris, Seuil, 2006.
  • 16 C.-H. Cuin, Les sociologues et la mobilité sociale, Paris, Presses universitaires de France, 1993.
  • 17 Edgar Morin est crédité d’être le seul sociologue à avoir anticipé Mai 68 (dans un exposé fait à Mi (...)

14Qu’il y ait un certain progrès dans la connaissance des phénomènes sociaux des sociétés contemporaines occidentales ou occidentalisées n’est guère douteux. De l’avis général, on en sait ainsi certainement beaucoup plus sur les facteurs sociaux prédisposant au suicide qu’à la fin du xixe siècle15, et beaucoup plus sur la mobilité sociale dans les sociétés industrialisées qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale16. On en sait aussi sensiblement plus sur le fonctionnement de telle entreprise et sur la nature de tel mouvement social après que le sociologue s’est penché sur eux. Les difficultés commencent lorsqu’on veut évaluer plus précisément l’étendue de cette cumulativité et sa portée : quel est le gain par rapport à ce qu’un observateur profane attentif pourrait découvrir ou qu’il pourrait tirer de la lecture d’un article de journaliste à l’esprit aiguisé17 ? Et quel est l’intérêt de l’étude autre que celle d’éclairer ce cas particulier ? Cette dernière question peut s’entendre elle-même de deux manières. D’une façon théorique : qu’est-ce qui est éventuellement exportable sur d’autres cas dans les modèles utilisés ? Et d’une façon pratique, la sociologie étant, comme l’économie, la psychologie et la biologie humaine, sollicitée de contribuer à la résolution des maux de l’existence : la connaissance acquise permet-elle d’exercer une action raisonnée sur le cours des choses à venir ?

  • 18 P. Sorokin, Tendances et déboires de la sociologie américaine, Paris, Aubier-Montaigne, 1959 (1re é (...)
  • 19 On pourrait arguer que c’est à tort puisque des mesures politiques comme celles accordant des droit (...)

15Or c’est un fait que la sociologie a considérablement déçu les attentes qui avaient été mises en elle, notamment au début des années 1960, lorsque fleurissait une sorte d’optimisme positiviste lié au développement des méthodes quantitatives (essentiellement statistiques), ou du moins, au-delà des stériles vagues de « quantophrénie18 », à l’usage éclairé de celles-ci. On a reproché ainsi naguère à la sociologie de s’être montrée incapable non seulement de prévoir, mais même de pressentir la possibilité de mouvements protestataires aussi importants pourtant que Mai 68, tant en eux-mêmes que par leur influence ultérieure. Et la sociologie s’est montrée, dans un passé encore plus récent, peu capable de suggérer des moyens efficaces de prévenir les émeutes à répétition – parfois à composante raciale – des quartiers populaires des grandes métropoles, etc., malgré le nombre considérable de chercheurs qui se consacraient à ces objets, alors qu’on peut penser qu’une bonne connaissance des causes de ces troubles aurait dû conduire à les enrayer ; et, à tort ou à raison, la sociologie conserve cette réputation de faiblesse explicative19.

  • 20 Ce modèle dit nomologique-déductif, fortement inspiré par l’astronomie newtonienne, dit qu’il n’y a (...)
  • 21 Sans que cela exclue les erreurs spectaculaires au sein même de cet intervalle réduit, comme en tém (...)
  • 22 On peut soutenir que la supériorité épistémologique la plus nette de l’économie néo-classique sur l (...)
  • 23 Cf. notamment, pour la physique, C. Cartwright, How the laws of physics lie, op. cit., et, pour la (...)
  • 24 J’y reviens dans la dernière partie. Cf. P. Hedström & R. Swedberg, eds, Social mechanisms. An anal (...)

16Il y a bien sûr, dans certains de ces reproches, une profonde injustice car c’est, au mieux, une portion restreinte des sciences de la nature qui satisfait au modèle de Hempel d’une science prédictive20. Après tout, la vulcanologie ne sait pas (encore) prédire les éruptions volcaniques (tout au plus « pressentir » leur possibilité) et la météorologie ne sait (encore) prédire le régime des vents et des précipitations qu’à quelques jours d’intervalle21, quoique l’une et l’autre soient des sciences de la nature. Quant à l’économie, pourtant beaucoup plus sophistiquée que la sociologie, notamment dans son usage des modèles mathématiques, elle est elle-même incapable de prévoir l’explosion d’une « bulle financière » ou d’une « bulle immobilière » – aux conséquences pourtant parfois considérables sur la vie sociale elle-même – ou d’indiquer les moyens efficaces de juguler l’inflation22. Au demeurant, à y regarder de près, on s’aperçoit que dans nombre de sciences – de la vulcanologie et de la météorologie à l’économie en passant par la biologie –, on cherche moins des lois sous lesquelles subsumer les phénomènes observés que les mécanismes générateurs de ces phénomènes23. Une partie de la sociologie récente emprunte elle-même aujourd’hui aussi cette voie24. Mais elle est très minoritaire et, en outre, déficitaire en études de cas. Le sentiment général reste cependant que la sociologie (au sens d’une science sociale particulière) reste un savoir plus fragile que celui des autres disciplines des sciences sociales.

17Un des sentiments les plus répandus dans la communauté sociologique sur les causes de cette relativement faible productivité explicative est celui d’une grande perte d’information à la fois théorique et empirique au sein de la discipline, du fait du morcellement extrême des manières d’entreprendre les recherches – quels que soient, par ailleurs, la qualité des recherches effectuées et le progrès objectivement effectué ici ou là dans la connaissance de tel ou tel phénomène social. De sorte que des modèles qui ont fait leurs preuves dans un domaine sont vraisemblablement sous-employés. Le vocabulaire et les concepts utilisés d’un domaine à l’autre de la discipline sont parfois très éloignés sans qu’on dispose d’un dictionnaire terminologique ou conceptuel permettant de faire le pont entre les différents domaines. Dans le langage de Veyne, on dirait que si l’histoire sociologique peut se targuer de réussites (la sociographie conceptuelle), c’est moins vrai de la sociologie historique (la sociologie « exemplifiée »). Les divergences semblent parfois concerner des théories de même famille, mais elles semblent souvent plus profondes et engager des perspectives plus générales, des paradigmes.

  • 25 E. Friedberg, « Organisation », in R. Boudon, ed., Traité de sociologie, Paris, Presses universitai (...)
  • 26 J. Coleman, Foundations of social theory, op. cit., p. 179. Coleman (dont l’œuvre n’a pas été tradu (...)
  • 27 Si on utilise le modèle de l’homme intentionnel pour rendre compte de ce qui est perçu et donné pou (...)
  • 28 Une des limites les plus manifestes de la tentative colemanienne est son caractère toujours très un (...)
  • 29 Sur la quatrième de couverture, l’ouvrage est ainsi présenté : « Les Foundations construisent une s (...)

18Le sociologue français Erhard Friedberg écrivait ainsi, il y a une quinzaine d’années, de la sociologie des organisations, un des sous-domaines de la sociologie pourtant peut-être les plus cumulatifs : « Elle est fragmentée par une compétition sourde entre perspectives de recherche qui communiquent mal […] et elle a été le lieu de discontinuités et de retours en arrière proprement incompréhensibles25. » C’était faire écho au jugement plus général d’un des sociologues américains contemporains les plus renommés, James Coleman, qui écrivait ainsi à peu près à la même époque, au début d’un chapitre où il essayait de proposer une théorie qui rende compte des comportements collectifs dits irrationnels avec les mêmes concepts primitifs, les mêmes hypothèses générales et les mêmes méthodes globales d’analyse que ceux qu’il a lui-même utilisés en théorie des organisations : « L’éclectisme – ou, pourrait-on même dire, le désordre (disarray) intellectuel – des micro-fondements de la théorie sociologique apparaît évident si l’on compare l’opinion reçue dans la discipline concernant l’autorité bureaucratique et l’opinion reçue concernant les comportements collectifs tels que les émeutes, les paniques, les cohues et autres mouvements de foule, les modes et autres engouements collectifs26. » D’un côté, poursuivait Coleman, quand il s’agit d’expliquer les phénomènes bureaucratiques ou organisationnels, on recourt à l’idée d’hommes doués d’intentions exerçant leur autorité sur des individus eux-mêmes doués d’intention et au comportement essentiellement prévisible parce que rationnel dans le cadre institutionnel en question ; de l’autre, quand il s’agit d’expliquer les comportements de foule, les acteurs sont supposés essentiellement émotifs, suggestionnables, s’imitant les uns les autres, et globalement parlant irrationnels. Pourtant, concluait Coleman, il s’agit forcément foncièrement des mêmes individus (l’employé d’une administration est sujet aux modes et pourrait être pris dans une panique collective). Coleman ne niait pas qu’il puisse a priori y avoir eu progrès de la connaissance dans l’une comme dans l’autre de ces deux modélisations rivales, mais il constatait seulement que si c’était le cas, les découvertes théoriques effectuées en théorie de la bureaucratie ou en théorie des organisations n’étaient de toute façon pas exportables en théorie des comportements collectifs (et réciproquement) alors que la chose aurait pu être faite (avec des conséquences prévisibles au niveau de la cumulativité empirique27). C’est effectivement ce que se proposait aussi de faire Coleman (quoiqu’au profit du seul premier type de modélisation considéré28). Ce transfert de modèles, d’hypothèses et de méthodes d’un domaine à l’autre de la sociologie fait donc, au jugement de Coleman, grandement défaut29.

  • 30 Passeron insiste sur cet aspect et y voit la justification d’une proposition radicale : « 2.1. La s (...)
  • 31 I. Hacking, Concevoir et expérimenter, Paris, Christian Bourgois, 1989 (1re éd. Cambridge, 1983).

19Il est certain qu’entre théories, il peut a priori y avoir des emprunts, mais ceux-ci nécessitent, le plus souvent, une reconceptualisation. La diversité des théories et des paradigmes a inévitablement des conséquences au niveau de ce qui est comparable empiriquement, puisque les faits sont toujours plus ou moins « chargés de théorie », au sens où un fait ou un événement singulier est forcément pensé à travers des concepts30. Toutefois, comme Hacking le faisait remarquer à juste titre à propos même des sciences de la nature, c’est à des degrés très sensiblement différents que les faits sont chargés de théorie31. Ainsi, dès lors que l’on parle de « révolution avortée », de « révolte de la jeunesse », de « mouvement social » ou d’« émeutes » au quartier Latin à propos de Mai 68, on ne catégorise pas lesdits événements de la même manière et on n’en suggère pas le même type d’explication. Mais on peut pourtant aussi parler des « événements de Mai 1968 en France », ce qui est la caractérisation la plus minimaliste qui puisse en être donnée (une date, un lieu), laquelle peut être provisoirement commode. Dès que les schèmes explicatifs véhiculés par les concepts sont théoriquement un peu plus chargés et qu’il y a emprunt sans reconceptualisation explicite, on se trouve face à un certain désordre conceptuel. C’est précisément ce genre de désordre et d’emprunt non réglé que celui-ci risque d’engendrer que cherche à surmonter Coleman.

  • 32 Je ne partage donc pas du tout le point de vue de C. Cuin et F. Gresle (Histoire de la sociologie, (...)

20La suite de cette contribution distinguera différents éléments qui justifient qu’on parle de « paradigmes » et de « conflits de paradigmes » en sociologie. Il n’est pas question de nier que la faible cumulativité de la sociologie vienne d’une relative pluri-paradigmaticité de la sociologie ou de la difficulté de concevoir une cumulativité trans-paradigmatique, et j’examinerai de plein front cette dimension dans la dernière partie de cette étude. Mais la pluri-paradigmaticité n’est pas le trait le plus distinctif de la sociologie institutionnelle contemporaine. C’est en tout cas ce que je voudrais montrer32.

21L’idée que la faible cumulativité de la sociologie est due à sa pluri-paradigmaticité est une idée qui, d’une part, bénéficie d’un usage beaucoup trop généreux du terme de paradigme et qui suppose, d’autre part, une structuration de la sociologie qui ne correspond pas à la réalité des faits, ce que je vais essayer de montrer dans les parties suivantes. Coleman choisit en effet de ne pas du tout considérer dans ses analyses un ensemble très important de recherches qui sont pourtant communément désignées du nom de « sociologie », enseignées dans les départements de sociologie et qui jouent un rôle considérable dans l’image que la sociologie donne d’elle-même, sans que le terme de « paradigmes » à leur propos soit forcément justifié. En outre il propose une structuration de l’architecture de la sociologie copiée sur celle de toutes les autres sciences, mais que l’on peine à retrouver ou à découvrir dans une grande partie de la production sociologique. Enfin il suppose que soient respectées un certain nombre de normes argumentatives, ce qui n’est pas non plus toujours le cas.

III. Les conditions épistémologiques élémentaires de la cumulativité (au sens strict) : l’identification de la sociologie comme discipline de genre scientifique au sein d’autres genres ou postures

22Pour qu’on puisse parler de cumulativité au sens scientifique du terme (dans ses aspects à la fois théorique et empirique et dans ses aspects à la fois de construction de modèles explicatifs généraux et de connaissance du singulier), il faut que certaines conditions formelles et matérielles soient préalablement remplies.

  • 33 La sociologie historique et l’histoire sociologique (au sens de Veyne) satisfont toutes les deux ce (...)

23La plus évidente de ces conditions formelles – qui est loin d’être toujours remplie en sociologie – est que l’on ait affaire à un discours de type scientifique, i.e. à visée descriptive et explicative ; il doit, en outre, être clair qu’une explication doit avoir une portée générale (sinon universelle) dans un domaine donné (elle ne doit pas être ad hoc33). On peut appeler ce type de conditions : « conditions épistémologiques élémentaires », puisqu’il s’agit de savoir si on a affaire à une science. On peut opérer un premier « tri » dans la sociologie selon ce critère et en tirer quelques conclusions concernant le processus de cumulativité propre à la discipline.

Genre (ou posture) scientifique et genres (ou postures) non scientifiques en sociologie

24Une des caractéristiques de la sociologie comme discipline institutionnelle est qu’on y trouve, certes, des discours qui entrent dans le cadre du discours de type scientifique (les seuls que considère Coleman) mais aussi beaucoup d’autres qui l’excèdent (ce qui ne veut pas dire qu’ils soient dénués de toute valeur de connaissance), les discours hybrides n’étant, en outre, pas rares. Il s’agit de styles ou de genres de pensée différents et, plus largement, de modes différents de rapports au social, ce qu’on pourrait appeler des « postures ».

1. Le genre ou la posture phénoménologique

  • 34 H. Garfinkel, Studies in ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1967.

25Certaines perspectives sont non seulement essentiellement descriptives mais revendiquent un idéal descriptif : il s’agit de la phénoménologie sociale et de ce que l’on peut considérer comme l’une de ses formes radicales, l’ethnométhodologie. Ces perspectives correspondent à une posture relevant d’abord de la théorie normative de la connaissance, i.e. à une conception de ce que doit être la connaissance du social, et plus précisément à la récusation de ce que celle-ci doive nécessairement être de type scientifique. Ainsi, ni l’une ni l’autre de ces perspectives – qu’il est, à mon sens, tout à fait déplacé d’appeler, comme c’est pourtant usuel, « paradigmes » – ne se reconnaissent dans l’exigence de « modéliser », donc de donner une représentation simplifiée du réel, clairement et nettement définie, et de mettre ensuite ces modèles à l’épreuve de l’observation. Leur but est, au contraire, de décrire le plus finement possible l’expérience du vécu social, l’ethnométhodologie poussant jusqu’à la radicalité cette exigence de « coller » au vécu même des acteurs sociaux sans y surimposer une interprétation quelle qu’elle soit34 : le travail du sociologue se réduit à rendre compte le plus fidèlement possible de la manière dont les acteurs sociaux appréhendent eux-mêmes leur vécu social, i.e. à restituer les « méthodes » par lesquelles ceux-ci s’orientent dans les diverses situations qu’ils vivent et qu’ils contribuent eux-mêmes à définir.

  • 35 P. Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, 1994.
  • 36 Chose peu connue en France, Bourdieu et Coleman ont co-organisé un colloque à Chicago ; mais il s’e (...)
  • 37 L’influence du style phénoménologique est présente aussi dans la conception de la sociologie que pr (...)

26On sous-estime peut-être le fait que Bourdieu lui-même, de son propre aveu, s’est d’abord pensé comme phénoménologue social, dans la continuité tout spécialement de Merleau-Ponty et des analyses que celui-ci a données du corps propre et des processus d’incorporation dans La Phénoménologie de la perception35. Or une part de l’opposition de Bourdieu, et de certains sociologues à sa suite, à des entreprises comme celle de Coleman n’a probablement pas à voir uniquement avec l’opposition au modèle élémentaire que met en œuvre Coleman dans la plus grande partie des Foundations, celui d’un homme intentionnel visant rationnellement la satisfaction de son self-interest matériel, mais avec l’idée même de modélisation36. Bourdieu n’oppose en effet pas seulement le modèle de l’habitus, i.e. d’un homme ayant incorporé des types de comportements et agissant conformément à eux sans claire intention de ce qu’il fait, aux modèles de type colemanien, mais semble s’opposer à l’idée même de modélisation, au profit d’une description plus fine du vécu, tout à fait dans le style phénoménologique37.

2. Le genre ou la posture critique

  • 38 J. Habermas, Théorie de l’agir communicationnel, trad. de l’allemand par J.-M. Ferry, Paris, Fayard (...)
  • 39 Voir par exemple, J. Scott, Sociological theory. Contemporary debates, Aldershot, Edward Elgar, 199 (...)
  • 40 R. Boudon, Le juste et le vrai, Paris, Fayard, 1995 ; P. Pharo, La sociologie morale, Paris, Gallim (...)
  • 41 Parfois aussi c’est à une forme de « personnalisme » moral (défense de la dignité et de la responsa (...)

27D’autres perspectives sont à la fois descriptives ou/et explicatives et critiques, au sens de la critique sociale et politique, mais aussi de la critique éthique, voire de la critique esthétique, enfin même parfois au sens d’une sorte de critique quasi métaphysique de l’existence. C’est bien entendu évident de la tradition marxiste en elle-même et dans les diverses traditions plus mélangées qui se réclament de Marx. Dans la sociologie française : chez Bourdieu (passim), chez le Boltanski du Nouvel esprit capitaliste, chez Alain Caillé (Anthropologie du don). En Allemagne : chez Habermas38 et dans l’héritage habermassien. Au niveau plus largement international, donc anglo-saxon, ce sont probablement plutôt les gender et les racial studies qui expriment de la manière la plus manifeste ce type de posture en sociologie39. Il est moins remarqué qu’il existe aussi une critique sociale et politique libérale et « de droite », depuis au moins Pareto. Et l’économie présente elle-même sous ce rapport des traits comparables à la sociologie, avec une critique sociale et politique « de droite » (Hayek, Mises, l’école austro-américaine) comme « de gauche » (les écoles françaises de la régulation et des conventions) ; ce trait n’est donc pas un trait propre à la sociologie. On ne remarque guère non plus qu’il existe aussi une critique de type plus encore morale que politique. Ainsi Raymond Boudon et Patrick Pharo lient-ils de façon intrinsèque sociologie morale et philosophie morale40. Les débats concernant la pertinence respective des paradigmes, par exemple de l’individualisme méthodologique (IM) ou de la théorie du choix rationnel, se redoublent ainsi souvent de débats de type politique ou moral qui n’ont, logiquement parlant, aucun rapport avec le débat scientifique ; mais ces paradigmes ont souvent (mais non toujours) été défendus par des chercheurs qui, comme Böhm-Bawerk et Hayek, soutenaient des positions libérales, au sens des politiques économiques, parfois très directement hostiles au communisme41.

  • 42 Une des anciennes élèves de Bourdieu, Nathalie Heinich, adopte, au contraire, une démarche purement (...)
  • 43 Ainsi, selon Boudon, les œuvres de Klee auraient objectivement plus de valeur esthétique que, par e (...)

28On pourrait faire une remarque analogue au niveau de la sociologie de l’art, la posture des sociologues étant parfois explicitement de type critique. C’est le cas, au sens fort et quasi kantien du mot « critique » (il s’agit, chez Kant, de fonder des jugements normatifs sur des principes supposés universels), chez Bourdieu, notamment dans La Distinction. L’ouvrage est sous-titré en effet Critique sociale du jugement, en réplique explicite à la Critique du jugement (ou Critique de la faculté de juger) de Kant, consacrée pour une part substantielle à la question de la normativité esthétique. Il y a donc une dimension philosophique assumée et même revendiquée dans cet ouvrage, sous la forme d’une thèse réductionniste des normes esthétiques à des conventions sociales caractéristiques des diverses couches de la société42. Une posture philosophique est adoptée également par R. Boudon en matière esthétique, cette fois pour défendre la spécificité des normes esthétiques par rapport aux normes sociales, non seulement dans le cadre de ce qui pourrait être une simple épistémologie de la sociologie de l’art, mais aussi dans le but d’établir une hiérarchie objective entre les œuvres elles-mêmes43.

  • 44 Z. Bauman, Modernité et holocauste, Paris, La Fabrique, 2002 (1re éd. Cambridge, 1989) ; Id., Le pr (...)

29Moins remarquée encore est la présence, probablement longtemps latente mais de plus en plus manifeste dans la sociologie, d’une posture d’un autre type encore mais qui relève elle-même d’une forme de critique indirecte de la modernité appuyée sur une sorte de posture quasi métaphysique plus encore que simplement morale ou politique. Cette posture consiste à se décentrer des sociétés occidentales pour offrir une vision en quelque sorte décalée des sociétés contemporaines. Particulièrement représentatifs de cette posture ou de ce style sont, à mon sens, des auteurs (institutionnellement sociologues) comme Zygmund Bauman ou Ulrich Beck44.

La cumulativité de la sociologie en fonction du critère du genre (ou de la posture)

30Nous pouvons maintenant tirer quelques conclusions explicites concernant la cumulativité de la sociologie quant à la satisfaction des conditions épistémologico-formelles ainsi dégagées. À strictement parler, il serait possible d’envisager le type de cumulativité des recherches en fonction de leur genre, quel que soit celui-ci, i.e. au-delà même du genre scientifique, par exemple envisager une cumulativité à l’intérieur de la phénoménologie sociale ou à l’intérieur de la critique sociale elle-même. Mais il ne s’agirait, dans ces derniers cas, que de cumulativité en un sens dérivé par rapport à la cumulativité stricte, de type scientifique.

31Deux traits méritent particulièrement d’être notés. Premièrement, certaines œuvres sociologiques, parfois parmi les plus visibles, relèvent simultanément de plusieurs genres : pour une part du genre scientifique, pour une part du genre critique, pour une part du genre phénoménologique ; leur caractère hybride rend particulièrement difficile leur appréciation quant à leur participation à la cumulativité de la discipline. Deuxièmement, on observe parfois aussi, dans la progression de la discipline, une curieuse dialectique dans la succession des styles, selon un processus fort différent d’un processus kuhnien.

  • 45 P. Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de Trois études d’ethnologie kabyle, Pa (...)

321. L’hybridation des styles de pensée ou des postures est le cas, pour ainsi dire idéal-typiquement, de l’œuvre de Bourdieu. Il n’est pas impossible que ce qui subsiste de l’œuvre de Bourdieu, ce ne soit pas la théorie mais la partie la plus ethnographique (comment, par exemple, intégrer à la sociologie scientifique la théorie bourdieusienne de la domination dans la mesure où elle est, en même temps, une dénonciation des formes de domination en question ?). Même les sociologues les plus réticents à l’égard de l’œuvre de Bourdieu reconnaissent le talent ethnographique de celui-ci dans les Trois études d’ethnologie kabyle ; on peut aussi apprécier la finesse et la justesse ethnographiques de La distinction ou de Homo academicus45.

  • 46 En revanche, on considère en général que l’analyse durkheimienne du cas australien en tant que tell (...)

33La comparaison vaut d’être faite entre La distinction de Bourdieu et Les formes élémentaires de Durkheim. Chez l’un et l’autre, en effet, même ambition théorique : Durkheim entendait établir une théorie générale de la religion, le cas des religions australiennes n’étant là qu’à titre d’illustration, démarche sous ce rapport typique de ce que Veyne appelle l’histoire sociologique. Chez l’un et chez l’autre, en outre, même ambition philosophique puisque, si Bourdieu entendait rivaliser avec la Critique de la faculté de juger, c’est très explicitement que Durkheim prétendait construire une théorie de la connaissance alternative à celle qu’avait construite Kant dans la Critique de la raison pure et, selon Durkheim, mieux fondée qu’elle. Pourtant, outre qu’aucun philosophe n’a jamais pris au sérieux la théorie de la connaissance (beaucoup trop fruste) de Durkheim, il ne reste pour ainsi dire rien non plus de sa théorie générale de la religion46.

34Déborde le sujet de la présente contribution l’appréciation du type de « cumulativité » que peuvent représenter des œuvres comme The structure of social action de Parsons ou la Théorie de l’agir communicationnel d’Habermas, lesquelles constituent toutes des synthèses d’œuvres antérieures de science sociale, spécialement de sociologie, visant précisément à rendre plus cumulatives les sciences sociales, mais dans lesquelles n’apparaît pas l’idée même de modélisation ni de théorie conçue comme articulation de modèles. Une œuvre comme celle d’Habermas entend, en outre, faire la synthèse non seulement des classiques de la sociologie (Durkheim et Weber notamment) et de la philosophie sociale (G.-H. Mead), mais aussi de la phénoménologie sociale et de l’ethnométhodologie ainsi que de la critique sociale néo-marxiste, i.e. mêler donc des styles de pensée (ou de postures) différents.

  • 47 J. Turner, The structure of sociological theory, 5e éd., Wadsworth Publishing Company, Belmont, 199 (...)
  • 48 P. Veyne, Le pain et le cirque, op. cit., 1976. Il y a une injustice dans l’excès du jugement de Ve (...)
  • 49 Les concepts propres à l’ethnométhodologie sont ainsi de nature essentiellement épistémologiques (i (...)
  • 50 Caractéristique encore de cette confusion épistémologique est le livre fameux de C. W. Mills, L’ima (...)

352. Un des éléments les plus frappants, toutefois, de l’histoire de la discipline sociologique (au sens institutionnel du terme), est l’existence d’une sorte de mouvement de balancier dans la succession des styles de pensée, succession qui est fort loin d’aller toujours dans la direction d’un développement de la démarche scientifique (donc modélisatrice). Ainsi, le style phénoménologique de Goffman et celui de Garfinkel constituent une réaction explicite à ce qu’on peut considérer comme la fausse abstraction d’une grande partie de l’œuvre de Talcott Parsons (l’un et l’autre ont été des élèves de Parsons47). C’est l’œuvre de Parsons en général qu’a stigmatisée pour ainsi dire idéal-typiquement Veyne comme œuvre globalement stérile, en ce qu’elle relèverait de quelque chose comme une sociologie « pure », une sociologie qui articulerait des concepts sans montrer systématiquement leur puissance heuristique, ce qui aurait exigé de les illustrer par des « exemples », i.e. par la référence à des études de cas48. L’ethnométhodologie constitue sous ce rapport une réaction extrême, tentée par un empirisme absolu poussé jusqu’à la recherche, bien entendu impossible, d’une analyse sans concepts de la réalité sociale au profit d’une analyse « indexicale » de la réalité, i.e. des aspects de celle-ci les plus situés spatialement et temporellement (le hic et nunc49). La naissance et le développement d’un véritable « style » critique (au sens d’une critique sociale et politique) dans la sociologie anglo-saxonne est, pour une part également, une réaction à la vision hyperfonctionnaliste de la société développée par Parsons et ses disciples, i.e. une réaction à ce qui était devenu une doctrine tendant à établir que la société américaine était harmonieuse puisque tout y remplissait une fonction. Il y aurait eu cumulativité au sens strict si la réaction au parsonisme avait pris la forme, d’un côté, d’une réaction « historisante » à l’abstraction (le développement des études conceptuelles de cas), de l’autre, d’une diversification des modèles (usage de modèles conflictualistes). Mais l’histoire de la discipline sociologique a pris un autre tour, la contestation portant de facto sur le style scientifique lui-même50.

  • 51 Dans le cas de Michel Maffesoli, cela va même jusqu’au para-scientifique au sens où on parle des pa (...)

36L’histoire de la sociologie ne correspond donc pas à un cas de figure typiquement kuhnien, où la succession d’un « paradigme » à un autre s’expliquerait par la rencontre d’énigmes impossibles à résoudre au sein du paradigme précédent. On se situe dans un cas de figure soit antérieur soit parallèle à la constitution d’une science, puisque le débat porte sur le style même de la démarche à adopter pour « penser » le social (la démarche doit-elle être scientifique ou non ?), et non seulement sur le type de paradigme à adopter. On pourrait dire que toute une partie de la démarche en sociologie (au sens institutionnel) a été et demeure non seulement pluri-paradigmatique mais encore soit « péri-scientifique » soit même pré-scientifique puisque l’histoire du péri-scientifique semble rester mêlée à l’histoire du scientifique51.

37Contexte pré-scientifique ou péri-scientifique ? La question mérite d’être posée car la constitution d’une sociologie sans ambiguïté de genre scientifique aux États-Unis ne s’est pas faite non plus en quelque sorte « en réaction à la réaction » même à Parsons, i.e. dans une sorte de Contre-Réforme, mais parallèlement aussi bien à l’élaboration de l’œuvre de celui-ci qu’à la critique de ses limites ; nullement non plus dans un contexte de conflit (de « paradigmes »), mais au contraire, dans un contexte de co-existence pacifique, à travers d’un côté l’œuvre de Lazarsfeld, de l’autre celle de Merton.

IV. Les conditions linguistiques ou discursives de la cumulativité (au sens strict) : l’identification du style argumentatif spécifiquement scientifique au sein d’autres styles argumentatifs en sociologie

  • 52 Voir aussi l’exigence que Jean-Claude Gardin formule de dégager le noyau cognitif (par exemple les (...)

38Parmi les conditions formelles de la cumulativité d’une science en général et donc aussi de la sociologie en particulier, il faut compter des conditions proprement linguistiques ou discursives. Il faut entendre par là l’exigence que les propositions ainsi que les relations logiques que celles-ci entretiennent doivent être aussi transparentes que possible, ce qui implique notamment l’usage d’un vocabulaire aussi dénué d’ambiguïté que possible et d’une syntaxe grammaticale elle-même univoque. Les propositions et leurs relations doivent en outre être compréhensibles et acceptables par les pairs auxquels elles s’adressent, ce qui implique l’usage d’une rhétorique argumentative appropriée, mais exclut l’usage d’artifices rhétoriques ou stylistiques superflus, i.e. autres que strictement pédagogiques. Je parlerai de styles discursifs ou – la dimension argumentative du discours pouvant être considérée comme englobant les autres (lexicale et syntaxique) – de styles argumentatifs52.

39On pourrait penser à première vue que la question du style argumentatif est redondante par rapport à celle du style de pensée qui vient de nous occuper dans la précédente partie. C’est en partie vrai et on retrouverait parfois simplement sous un autre angle certains des traits de la sociologie précédemment aperçus. Ce n’est pourtant que partiellement vrai, car les contraintes portant sur la forme d’expression de la pensée sont en tant que telles distinctes des contraintes portant sur le contenu même de la pensée (la clarté de la pensée conduit probablement assez naturellement à la clarté discursive mais la confusion ou l’obscurité du discours peut avoir d’autres sources que la seule confusion conceptuelle). Les deux types de contraintes méritent donc d’être distingués. Au demeurant, on rencontre nombre de recherches sociologiques qui multiplient les hybridations : elles sont hybrides non seulement dans leur style de pensée ou dans leur posture mais également dans leur style argumentatif.

40On peut distinguer commodément trois types simples de styles argumentatifs en sociologie au sens institutionnel du terme, correspondant à trois types de normes argumentatives et prédisposant très inégalement à la cumulativité (au sens strict) des idées que ces styles véhiculent puisque seul le style argumentatif scientifique satisfait les conditions requises. Je caractériserai ensuite une pratique argumentative remarquable parce qu’extrêmement répandue dans les sciences de l’homme – entre autres en sociologie – ainsi qu’en philosophie, à savoir l’usage de l’hyperbole ; celle-ci peut tantôt être interprétée comme une mise en œuvre de normes argumentatives non scientifiques mais tantôt aussi comme la simple transgression des normes argumentatives scientifiques, une transgression aux fondements néanmoins pour ainsi dire structurels. Je terminerai en mentionnant quelques particularités idiosyncrasiques significatives, consistant pour l’essentiel en une hybridation des divers styles ou pratiques précédents.

Le style strict, proprement scientifique

  • 53 C’est une des raisons pour lesquelles Durkheim, dans Le suicide (Paris, Presses universitaires de F (...)

41Le premier type de style argumentatif est celui-là même qui est commun à toutes les sciences empirico-formelles et que l’on a exposé pour commencer (idéal de transparence lexicale et syntaxique, sobriété rhétorique). Le recours aux modèles mathématiques contraint par nature à un tel style53. Mais il n’en est pas la condition nécessaire et une modélisation purement conceptuelle doit elle-même, pour être performante, obéir aux mêmes exigences discursives. Une grande partie de la sociologie y recourt aussi, notamment lorsqu’elle a affaire à des données mathématiquement manipulables, i.e. essentiellement au niveau macro ou au niveau méso (penser à la sociologie de la stratification et de la mobilité sociales et à l’analyse des réseaux sociaux, network analysis). Je ne reprendrai pas ici d’exemples spécifiques, me réservant plutôt d’introduire quelques nuances quant au respect effectif des normes en question dans quelques-uns des exemples de sociologies déjà évoqués, car il existe des manières parfois subtiles de s’y soustraire. Mais une bien plus grande partie de la sociologie (au sens institutionnel) se caractérise au contraire par un grand laxisme argumentatif aux plans aussi bien lexical que syntaxique ou rhétorique, sans que les exigences du style argumentatif scientifique soient pour autant remises en cause, comme dans les deux types de styles argumentatifs suivants. La cumulativité de ces travaux est, en conséquence, très réduite, pour ne pas dire à peu près nulle.

Le style souple

  • 54 Je ne parle pas ici de style littéraire (cf. infra) car le but n’est pas, en principe, la recherche (...)
  • 55 De la justification, Paris, Gallimard, 1991.
  • 56 C’est bien ce que font, du reste, certains des économistes de l’école des conventions (O. Favereau, (...)

42On doit distinguer un deuxième type de style argumentatif, qui se distingue par la non-reconnaissance même des exigences du style précédent au nom, par exemple, de la souplesse conceptuelle, lexicale et syntaxique nécessaire à la description toute en finesse du social. On trouve cette posture souvent défendue dans les perspectives de type phénoménologique ou dans celles qui visent le singulier dans sa pure singularité (l’histoire pure au sens plus haut défini, donc aussi la pure sociographie et la pure ethnographie). Au nom de l’exigence d’adéquation au réel, on valorisera par exemple la multiplication des concepts différents mais très proches les uns des autres, ou encore l’usage des métaphores, dans la mesure où celui-ci permet encore d’accroître l’éventail des concepts et d’éviter de fixer le contenu des définitions54. Caractéristique de ce type de posture et spécialement de l’usage de métaphores est, dans la sociologie française récente, De la justification de Boltanski et Thévenot55, qui parlent de « cités », de « grandeurs » (pour désigner des types différents de hiérarchies de valeurs et à l’aune desquels des personnes peuvent juger de façon très différente les mêmes conflits sociaux tout en se sentant également « justifiées » à le faire), etc., en reprenant, en outre, ces métaphores à un classique, en l’occurrence Pascal, chargeant donc celles-ci de toute une sédimentation historique. En raison de ce trait rhétorique, la participation de ce genre d’œuvre à la cumulativité de la sociologie est difficile à apprécier. Et si on veut transcrire les métaphores sous forme de modèles conceptuels, on perd évidemment quelque chose. Comment pourtant faire autrement si on veut intégrer ces analyses aux modèles existants56 ?

Le style post-moderne

  • 57 On pourrait probablement distinguer, dans les sciences sociales elles-mêmes, un quatrième style, le (...)
  • 58 De ce point de vue, l’essai de Veyne consacré à Foucault brouille considérablement les pistes (P. V (...)

43Un troisième type doit encore être dégagé, particulièrement pernicieux puisqu’il tend à valoriser la transgression même des normes du langage scientifique au nom du « gai savoir » nietzschéen et donc de la transgression de ce que l’esprit scientifique est censé exprimer, par son ascétisme, de « haine de la vie ». Michel Foucault en a été le chantre brillant, spécialement à la fin de Les mots et les choses, introduisant le post-modernisme au sein même des sciences de l’homme (le modernisme, c’était la valorisation du processus de rationalisation, notamment scientifique ; le post-modernisme, c’est la mise en évidence des limites réelles ou supposées de ce processus). Cela conduit concrètement à valoriser le style dit « littéraire » en raison de sa force expressive (l’expression de la vie sans contraintes) et non pas pour des raisons d’une éventuelle plus grande adéquation au réel57. Ce style discursif a eu une influence considérable sur une certaine production sociologique américaine (les cultural studies) ; les œuvres de Foucault, renforcées par les productions convergentes de Deleuze et de Derrida ont même contribué à fixer sur les côtes est et ouest des États-Unis la représentation d’un style de discours en sciences humaines supposé typiquement français58.

  • 59 Certaines disciplines sont spécialement concernées par le style littéraire (si on doit distinguer c (...)

44Les deux derniers types ne doivent pas être confondus avec le simple affaiblissement du respect des exigences du style scientifique et des transgressions de celles-ci par simple laxisme. Ils obéissent en effet tous les deux à des règles très exigeantes. Mais du point de vue de la cumulativité scientifique ils constituent tout autant des obstacles. Et on ne peut pas dire non plus qu’il y ait une évolution telle que le premier style s’imposerait progressivement, de telle sorte que les conditions argumentatives de la cumulativité scientifique s’amélioreraient. Si, d’un côté, on peut concéder que le post-modernisme a fait pour l’essentiel long feu (le troisième type), ce n’est pas du tout le cas du style métaphorique (le deuxième type)59.

L’usage de l’hyperbole ou de l’emphase

45Il existe par ailleurs une pratique argumentative fréquente dans les sciences de l’homme (et peut-être pas plus en sociologie qu’ailleurs), qui n’est pas rare non plus en philosophie alors qu’elle est à peu près absente des sciences de la nature : il s’agit de l’usage de l’hyperbole ou de l’emphase. On la rencontre de façon en quelque sorte naturelle au sein du troisième type de styles (l’hybris est expression de la puissance vitale) ; mais c’est le genre de manquement aux exigences du style argumentatif scientifique probablement à la fois le plus répandu et, en même temps, curieusement le plus tacitement toléré dans la communauté des sciences de l’homme (et dans la communauté philosophique, même de type analytique). Il est fréquent ainsi qu’une perspective soit présentée comme révolutionnaire alors qu’à l’analyse, il se révèle qu’elle ne l’est guère ; le mode d’expression choisie seul donne une forme fortement paradoxale (très contre-intuitive) à la thèse. Il résulte évidemment de la pratique de l’hyperbole ou de l’emphase en sociologie et dans les sciences de l’homme en général une perte considérable d’énergie et un affaiblissement considérable de la cumulativité.

46La source profonde de cette pratique rhétorique si répandue est probablement que l’essentiel des principes explicatifs dans les sciences de l’homme relève du sens commun et qu’il n’y a donc à peu près aucune chance de faire en ces disciplines des découvertes spectaculaires, comme le sont au contraire nombre de découvertes des sciences de la nature. Dans le cas de ces dernières, le caractère spectaculaire ou frappant des découvertes tient au fait qu’elles concernent des réalités longtemps inobservables et dont personne n’a, en conséquence, pendant longtemps la moindre idée de ce que celles-ci sont ni même si elles existent (structure du noyau de l’atome, composition de la molécule d’ADN, etc.).

47Certaines variétés du structuralisme, en sociologie comme ailleurs, sont typiques de cette manière. Prétendre, par exemple, que seule compte la structure et que les éléments n’ont, en conséquence, aucune valeur en eux-mêmes mais ne valent que dans leur place dans la structure est assurément plus frappant parce que plus radical que de dire que la valeur des éléments d’un système ne peut pas être stipulée de façon entièrement isolée mais que compte aussi leur place respective dans la structure d’ensemble du système ; mais la seconde formulation est clairement intelligible, la première ne l’est pas.

  • 60 Les procédures rhétoriques se répètent. Robert Merton avait ainsi montré exactement le même genre d (...)

48Le débat qui a eu lieu dans les années 1970 sur le déterminisme dans différents secteurs des sciences de l’homme, dont la sociologie, a une source du même type. La thèse explicitement défendue était, par exemple, que les apparents choix scolaires des élèves ou de leurs parents sont en réalité déterminés par la structure sociale (par exemple si on est né dans un milieu populaire, on est destiné à une formation courte). La thèse forte est frappante, mais intenable à l’analyse. La thèse, plus faible, que la structure sociale prédispose fortement à des choix plutôt qu’à d’autres (par exemple, si on est né dans un milieu populaire, on sera plus porté à choisir une formation courte) est aisément acceptable, mais évidemment moins frappante et donc moins susceptible de retenir l’attention60. Suggérer qu’il y avait là un conflit de paradigmes, entre déterminisme et liberté, par exemple, c’est confondre les débats opposant des modèles d’explication authentiquement différents avec la simple critique d’excès rhétoriques.

  • 61 Il s’agit d’un mécanisme proche de celui de la prédiction créatrice, bien analysé par Robert Merton (...)
  • 62 Je pense bien sûr à la littérature considérable qui a entouré La reproduction de Bourdieu et Passer (...)

49Plus intéressant, y compris rhétoriquement parlant : on trouve souvent défendues dans les mêmes œuvres, la thèse forte (intenable mais frappante) – en général au niveau de l’énoncé des principes – et la thèse faible (acceptable mais triviale en tant que telle) – lorsqu’il s’agit de rendre compte des phénomènes de manière effective. C’est au niveau de la thèse faible que devrait seul se situer le débat scientifique puisque le reste n’est que le résultat d’un artefact rhétorique. Ainsi, c’est une vraie question scientifique et une question qui n’est plus du tout triviale de savoir s’il existe un mécanisme psychologique du type de l’habitus, à l’œuvre par exemple dans le fait qu’un certain nombre d’enfants des milieux populaires contribuent eux-mêmes plus ou moins inconsciemment à se destiner à une formation courte tant ils ont intériorisé l’idée que leurs chances de réussir dans une formation longue étaient faibles61. Et c’est une question méthodologique non triviale que de savoir quelle place on doit donner à ce genre d’hypothèse dans un programme de recherche sur la mobilité sociale dans une société donnée. Mais ce débat se trouve, de fait, subordonné à – et voilé par – un débat qui ne devrait pas avoir lieu tant il devrait être clair que sa source est de nature rhétorique : l’habitus est-il ou non un processus déterminant de façon nécessaire le comportement des acteurs62 ?

  • 63 Voir Gingras, « “Please, don’t let me be misunderstood” : the role of argumentation in a sociology (...)

50Le « programme fort » de la sociologie contemporaine des sciences constitue probablement un exemple particulièrement spectaculaire de très faible cumulativité, notamment théorique, due à une pratique rhétorique de ce type, alors même qu’il suscitait des travaux empiriques parfois remarquables (cf. infra). Il semble, en effet, qu’une bonne partie de la dynamique de ce programme très influent ait consisté : a) en une prise de position initiale à la fois théorique et épistémologique (en fait une posture « anti-épistémologique ») intenable par sa radicalité (un mélange de relativisme et d’idéalisme un peu naïfs selon lequel il n’y a plus de différence entre le vrai et le faux, ni entre le réel et le fictif, les uns et les autres étant de purs construits sociaux, effets de simples « négociations » entre chercheurs) mais propres à susciter l’attention ; b) en des débats passionnés consécutifs à ces prises de position ; c) débats aboutissant au bout du compte à des positions fort modérées – manifestement les seules tenables depuis le début, mais tout à fait triviales63.

Hybridation des styles et particularités

51On ajoutera pour terminer que les œuvres concrètes effectives présentent forcément de multiples particularités au sein même de chaque style, et qu’elles participent parfois aussi de plusieurs styles argumentatifs (hybridation). L’appréciation de leur contribution à la cumulativité de la discipline en est rendue plus difficile.

  • 64 Coleman présente lui-même des particularités rhétoriques, quoique d’un autre type. Ainsi, il a tend (...)

52Ainsi Bourdieu et Passeron, dans La reproduction, ne valorisent nullement le style métaphorique ou impressionniste et il n’y a pas trace chez eux du postmodernisme nietzschéen ; on peut même dire qu’ils assument apparemment les exigences du style argumentatif scientifique. Pourtant, on peut arguer qu’ils miment parfois le style scientifique plus qu’ils ne le mettent réellement en œuvre. Cet ouvrage est typique de ce cas de figure, les auteurs prétendant présenter leur œuvre à la façon de Spinoza dans L’Éthique, i.e. more geometrico (d’où un schéma au début du livre supposé montrer l’agencement logique des différentes propositions entre elles). Mais les sciences empirico-formelles ne peuvent pourtant pas se développer de façon purement déductive, à la façon de l’axiomatique euclidienne : elles sont forcément faites d’allers-retours entre hypothèses et tests empiriques. Ce ne peut donc être qu’un mode de présentation artificiel et trompeur, une coquetterie qui nuit à l’appréciation de la valeur épistémologique de l’œuvre et donc à sa participation même à la cumulativité de la discipline64.

  • 65 La première observation de ce genre de comportement concerne probablement le type de folie caractér (...)

53Et pourtant, même des œuvres argumentativement douteuses peuvent apporter leur contribution à la cumulativité d’une science sociale, en l’occurrence de la sociologie. Ce peut être le cas, par exemple, si un auteur ultérieur reprend certaines des intuitions de l’œuvre en question dans un cadre scientifiquement solide et argumentativement correct. Hacking, ainsi, a repris les intuitions du Foucault – pourtant éminemment post-moderniste – de Histoire de la folie concernant le rôle que des concepts d’états mentaux peuvent avoir sur l’émergence même puis la reproduction de certains états mentaux. Foucault suggérait qu’il n’y avait eu des « fous » que parce que le concept de folie avait émergé au xviie siècle à titre d’opposé conceptuel de la raison, et que la Renaissance ignorait à proprement parler la folie parce qu’elle ignorait le grand partage entre raison et déraison, de sorte que l’idée qu’il y ait des gens réellement fous pourrait bien n’être qu’une pure construction sociale. Hacking reprend l’idée et élabore même, pour rendre compte de phénomènes de ce genre, le concept de looping effect, mais il soutient une thèse plus faible : ainsi dans les sociétés où existe et est diffusé le concept de tueur en série (serial killer), on observera en règle générale davantage de tueurs en série que dans les sociétés où un tel concept n’est pas usité, avec éventuellement un scénario réglé identique si le concept en vigueur véhicule un tel scénario65. Mais Hacking, à la différence de Foucault, ne nie nullement qu’il puisse y avoir un noyau pathologique effectif au fondement de tels cas.

  • 66 Cf. B. Latour, La science en action, Paris, La Découverte, 1989. Une des études dont la qualité emp (...)

54Même les études motivées par le programme fort en sociologie des sciences ont apporté leur contribution à la cumulativité empirique de la discipline (quoique cette cumulativité soit incertaine vu les défauts de conceptualisation ; cf. supra). Pas du tout à cause de leur « constructivisme » épistémologique intenable – dont la discussion a pourtant occupé l’essentiel de l’activité intellectuelle la plus voyante du domaine – mais à cause de l’incitation (épistémologiquement sans rapport avec le constructivisme radical et entièrement justifiable par un constructivisme modéré, i.e. par un interactionnisme classique), à multiplier les études de cas spécialement attentives aux interactions entre chercheurs, et tout spécialement au sein de la science la plus contemporaine, i.e. la science « en train de se faire66 ».

55La conclusion de cette partie est qu’une raison forte de la faible cumulativité globale de la discipline est de nature linguistique (l’existence d’une énorme gangue rhétorique noyant le noyau cognitif de la discipline). Les défauts de ce genre affectent essentiellement les styles de pensée non scientifiques (au sens précédemment défini) mais pas seulement, d’une part parce que les œuvres particulières transgressent parfois les normes argumentatives mêmes qu’elles semblent pourtant assumer, d’autre part parce qu’elles obéissent parfois à des normes argumentatives différentes.

V. Les conditions logiques ou architectoniques de la cumulativité (au sens strict) : l’identification de l’architecture logique élémentaire de la sociologie de genre scientifique

  • 67 Je laisse de côté la caractérisation du type de « logique » qui est ici à l’œuvre ; il s’agit le pl (...)
  • 68 L’analyse de la structure logique interne des théories scientifiques, qui était au cœur de la philo (...)

56D’autres conditions formelles doivent encore être remplies pour que la cumulativité au sens strict soit optimale dans une œuvre dont il est déjà acquis, d’une part, que sa posture ou son mode de pensée relève du genre (ou de la posture) scientifique, i.e. que sa visée est explicative et que les explications proposées ont une certaine portée générale, d’autre part, que son style discursif ou argumentatif est lui-même de type scientifique. On peut appeler « logiques » ou architectoniques ces conditions supplémentaires67. Elles concernent l’identification de la structure logique de la discipline sociologique de genre scientifique. Par là, il faut entendre l’articulation de toutes les propositions d’une théorie entre elles ou des différentes théories composant une discipline, ce qui requiert notamment que les niveaux d’analyse et les relations ou passerelles entre ceux-ci soient clairement identifiés. Cette structure logique, cette architecture, se trouve, en réalité, souvent largement voilée dans la sociologie contemporaine68.

  • 69 M. Kistler, ed., Reduction and emergence, n° spécial de la revue Synthèse, 2006.
  • 70 G. Lloyd, Magie, raison et expérience. Origines et développement de la science grecque, Paris, Flam (...)
  • 71 J. Kim, Trois essais sur l’émergence, Paris, Ithaque, 2006.
  • 72 Le schéma qu’a dessiné Coleman de ces niveaux et de leurs relations ressemble à un bateau, de sorte (...)
  • 73 D. Courgeau, Du groupe à l’individu : synthèse multiniveau, Paris, Éd. de l’INED, 2004, et ici-même (...)

57On peut soutenir que toutes les sciences empirico-formelles ont une même structure d’ensemble en ce qu’elles comportent toutes nécessairement des niveaux différents d’analyse, de sorte que l’on peut et même que l’on doit envisager, d’un côté, des programmes de recherche propres à chaque niveau (ce que j’appellerai, pour faire bref, des « programmes de niveau »), de l’autre des programmes de recherche établissant des passerelles entre ces niveaux (ce que j’appellerai des « programmes passerelles »). C’est vrai par exemple de la physique, qui étudie des phénomènes au niveau agrégé ou « macro », par exemple la thermodynamique des gaz, puis qui recherche les fondements « micro » de ces phénomènes dans les mouvements des molécules composant les gaz (ce qu’a commencé à faire Bernouilli, par exemple, en utilisant la mécanique newtonienne69). C’est vrai de la biologie, notamment de la génétique contemporaine où l’on se pose la question de savoir à quel niveau se situent les mécanismes de sélection (le groupe, l’individu, le gène70). C’est vrai de la psychologie, notamment de la psychologie cognitive71. C’est vrai enfin des sciences sociales, et ce n’est pas le moindre mérite de Coleman que d’avoir popularisé dans les sciences sociales, et au-delà de la seule sociologie, cette structuration en niveaux72. Bien entendu, ces différents niveaux sont articulables entre eux d’une discipline à une autre : le micro de l’analyse sociologique constitue du macro pour l’analyse psychologique, le micro de l’analyse psychologique, du macro pour l’analyse physiologique, etc. La description précédente a, au demeurant, quelque chose d’encore simplificateur car, dans une même discipline, il est parfois nécessaire de distinguer un nombre plus important de niveaux que les seuls niveaux macro et micro. Ainsi on peut disposer de statistiques au niveau national mais aussi aux niveaux régional et local (qui peut encore être celui d’une ville mais aussi celui d’une entreprise ou d’une administration dans cette ville) ou encore au niveau d’une partie ou d’une autre de la population (selon les classes sociales, les classes d’âge, le sexe, etc.). On peut étudier des institutions de niveau national mais aussi de niveau régional, local, etc., ainsi que les effets des unes sur les autres. On peut aussi mettre en évidence des relations de causalité impliquant plusieurs niveaux. Certains démographes soutiennent ainsi avec une particulière netteté l’idée de cette structure « multi-niveaux » des sciences sociales73.

58En sociologie, on peut aisément concevoir a priori des programmes de recherche qui se situent à un niveau donné, par exemple au niveau macro ou au niveau micro. Ainsi un programme de recherche de niveau macro étudiera, par exemple, les corrélations entre, d’un côté, les taux de suicide dans une région et, de l’autre, la proportion de protestants et de catholiques dans la même région, ou la proportion de gens mariés et de gens non mariés, ou la proportion de gens actifs et de gens non actifs (retraités, chômeurs, etc.), etc. On parle alors parfois de programmes de recherche macro-macro, du fait que l’on étudie des corrélations entre diverses données agrégées. Le même programme pourra établir des comparaisons entre les régions, entre les pays, entre les époques, etc. Il aura besoin de recourir à des outils statistiques, perfectibles et permettant en conséquence une exploitation toujours plus complète des mêmes données. Une cumulativité au niveau macro est clairement envisageable, à la fois au niveau de la collecte des données (celle-ci est plus complète, elle est mieux faite, etc.) et de l’exploitation de celles-ci.

59Mais, de même qu’en physique il apparaît à un moment ou à un autre nécessaire de comprendre les phénomènes micro (par exemple les mouvements des molécules de gaz) à la source des phénomènes agrégés (par exemple les variations de chaleur), il apparaît ou il devrait apparaître nécessaire en sociologie de découvrir les fondements micro des phénomènes macro tels que, par exemple, la raison d’être de l’existence d’une corrélation régulière entre taux de suicide et proportion de protestants et de catholiques (selon les données statistiques dont disposait Durkheim, plus il y a de protestants proportionnellement aux catholiques, plus il y a de suicides). Une explication possible sera que, d’un côté, l’église protestante, du fait de son organisation moins hiérarchisée que celle de l’église catholique et de ses rites moins communautaires que ceux de l’église catholique, offre un réseau social moins dense et, de l’autre, que l’individu humain est ainsi constitué qu’il a précisément besoin d’une bonne intégration sociale. Une trop faible densité du réseau social prédispose donc au suicide. On peut voir qu’ainsi exposé, ce genre d’explication requiert deux niveaux d’analyse en plus du niveau macro : un niveau « méso » – celui de la structure sociale respective des églises – et un niveau « micro » – celui du fonctionnement psychologique normal des individus.

  • 74 C’est la raison explicite pour laquelle Durkheim récusait, dans le cadre de ce genre de recherche, (...)
  • 75 On aura reconnu les deux des quatre types de suicide (respectivement « égoïste » et « altruiste ») (...)

60Cette recherche des fondements micro du macro consiste en une modélisation du fonctionnement psychologique en quelque sorte standard des individus, non en une analyse des motivations effectives des suicidants (parmi lesquelles le besoin d’intégration pourrait, bien entendu, apparaître parmi d’autres motifs mais il pourrait aussi ne pas être spécialement manifeste74). Si l’on veut donner une explication raisonnable de l’élévation du taux des suicides dans une population donnée à une grande échelle (nationale, internationale, etc.), il est évidemment impossible de soumettre l’entourage de chaque suicidé ou suicidant à une enquête détaillée. On doit se contenter de ce genre de modélisation, dont la pierre de touche sera son aptitude à rendre compte des données agrégées. Ainsi, si dans des milieux a priori très intégrants, comme l’armée, il y a comparativement beaucoup de suicides, on devra penser soit que l’hypothèse d’un besoin d’intégration n’est pas valide, soit que cette hypothèse n’est valide que dans un secteur donné et qu’un autre type de motif – et un autre type de structure sociale – expliquent le suicide (par exemple que la personne humaine a besoin d’intégration mais dans certaines limites, au-delà de laquelle l’effet de l’intégration est inverse, de sorte qu’un milieu trop intégratif se trouve être aussi suicidogène qu’un milieu qui ne l’est pas assez75).

  • 76 La distinction entre les niveaux d’analyse (macro, micro) est orthogonale à la distinction entre so (...)

61Ce genre de programme de recherche des fondements micro et méso du macro est un programme « reconstructif » au sens où le chercheur reconstruit indirectement une structure sociale plausible et un fonctionnement psychologique plausible à partir d’une connaissance pour ainsi dire de sens commun des milieux sociaux en question et du fonctionnement psychologique standard des individus. Ce genre de programme est légitime lorsqu’il s’agit de rendre compte de données agrégées qui concernent des grands nombres. Mais il ne tient évidemment pas lieu d’un programme de description directe des milieux sociaux en question et du fonctionnement effectif des individus concernés, i.e. de programmes de niveau méso ou de niveau micro. Supposons qu’il y ait une vague de suicides dans un lycée ou dans quelques-uns des lycées d’une grande ville. La méthode sociologique requise pourrait être ici une analyse en quelque sorte « de proximité » visant à mettre en évidence les différentes interactions entre les individus dans les lycées concernés, leurs réseaux de relations régulières à l’intérieur et à l’extérieur des lycées, le fonctionnement structurel des établissements, éventuellement celui des quelques familles directement impliquées, etc. On serait ici au niveau d’analyses tantôt mésosociologiques, tantôt microsociologiques et du rapport entre les deux (on parle parfois de programme micro-micro quand on veut désigner un programme qui analyse les relations et interactions entre individus). Il n’est pas exclu que ce genre de recherche conduise à affiner les hypothèses intervenant dans la démarche reconstructrice partant de données agrégées ; mais les deux démarches sont foncièrement différentes et indépendantes et il serait notamment déraisonnable d’espérer éclairer les données agrégées de niveau national en recourant exclusivement à des enquêtes de niveau micro et méso (i.e. en allant du micro ou du méso vers le macro), tant les micro-contextes sociaux et les micromotivations individuelles peuvent être variées. Les méthodes reconstructrices ou indirectes ne donnent certes pas un grain d’explication très fin mais elles donnent un type d’explication de grande amplitude. La réciproque est vraie des méthodes directes76.

62Si on ne peut pas de facto, pour les raisons indiquées ci-dessus, montrer dans le détail comment les phénomènes agrégés de grande ampleur sont le résultat de comportements individuels, il est néanmoins hors de doute que les phénomènes agrégés sont les effets (pour une part voulus pour une part non voulus) des actions individuelles. Hors de doute aussi que ces actions individuelles sont cependant contraintes par les actions de chacun et par les phénomènes agrégés eux-mêmes (les statistiques du suicide dans un lycée sont le résultat pur et simple des suicides individuels, mais ces suicides sont en partie dépendants de la structure relationnelle du lycée dans son ensemble et du taux de suicide lui-même si celui-ci est connu : on tend à se suicider davantage dans un milieu où on se suicide déjà beaucoup).

  • 77 S. Lukes, « Methodological individualism reconsidered », British Journal of Sociology, 19, 1968, p. (...)
  • 78 Par symétrie avec l’individualisme méthodologique, Dan Sperber propose d’appeler infra-individualis (...)

63L’existence de différents niveaux (macro, micro, méso) et de programmes de recherche propres à chacun (notamment macro-macro, micro-micro), l’existence de différents types de rapports entre les niveaux constituent une représentation de la structure logique ou architectonique de la sociologie en tant que telle triviale et d’autant plus triviale qu’elle n’est propre ni à la sociologie ni même aux sciences sociales. Lorsque, comme c’est souvent le cas, on appelle « individualisme méthodologique » la recherche des fondements micro des données macro (agrégées) et que l’on dit que l’individualisme méthodologique (IM) constitue en ce sens une exigence triviale77, on ne dit pas autre chose. Et le fait que certains se refusent à reconnaître la légitimité de l’IM compris en ce sens ne peut relever que de malentendus. Il devrait apparaître évident aussi que l’IM compris en ce sens, i.e. l’analyse des fondements micro des données macro que constituent les analyses statistiques des taux de suicide, des taux de protestants, des taux de chômeurs, etc. n’est pas le dernier mot de l’analyse en sciences de l’homme et que l’on peut descendre à un niveau inférieur encore à celui de l’individu (celui des neurones, par exemple, en passant éventuellement par un niveau intermédiaire comme celui des « modules » cognitifs78). On perçoit aussi aisément comment ces différents programmes de recherche peuvent être complémentaires.

  • 79 M. Borlandi & M. Cherkaoui, eds, Le suicide, un siècle après Durkheim, Paris, Presses universitaire (...)
  • 80 C. Baudelot & R. Establet, Durkheim et le suicide, Paris, Presses universitaires de France, 1984 ; (...)
  • 81 R. Boudon, L’analyse mathématique des faits sociaux, Paris, Plon, 1967 ; Id., L’inégalité des chanc (...)
  • 82 C’est le genre de problèmes que devrait résoudre une sociologie de la connaissance sociologique : p (...)
  • 83 Mais Cuin développant une piste boudonienne, soutient que Durkheim revient de facto au niveau micro (...)

64Si on compare les modes d’analyse effectivement employés dans les deux œuvres les plus célèbres des deux plus grands fondateurs de la sociologie avec le tableau multi-niveaux précédent, on peut mesurer le chemin parcouru. Ainsi, dans Le suicide, Durkheim propose de façon très explicite un programme d’analyse macrosociologique (étude des corrélations statistiques, recherche des variations concomitantes, hypothèses sur les rapports de causalité que l’on peut en tirer, déduction à partir de ces hypothèses, confrontation de ces hypothèses à des données, etc.). Et on peut certes observer une cumulativité dans l’analyse macrosociologique de ce phénomène jusqu’à nos jours79 en passant notamment par Halbwachs80, même si cette cumulativité est discontinue (le programme général d’analyse macrosociologique a été presque abandonné en France ; il est réapparu à Columbia avec Lazarsfeld, revenu ensuite en France, notamment avec Raymond Boudon81), pour des raisons contingentes externes82. En revanche, Durkheim ne se pose pas explicitement la question des fondements microsociologiques des données observées au niveau macro (les taux de suicide)83.

  • 84 Weber tire très sélectivement partie des données agrégées disponibles. Ainsi, il ne tient pas compt (...)
  • 85 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, op. cit., 1979.

65De son côté, dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Weber part bien lui aussi de données macrosociologiques (concernant les corrélations entre types de religions et développement du capitalisme) ; mais on ne peut pourtant pas dire qu’il développe véritablement un programme d’analyse macro. Au contraire, la faiblesse de son analyse est ici patente et a été révélée très tôt84. En revanche, Weber cherche à remonter aux fondements micro de ces phénomènes macro et il le fait explicitement. Pourtant, la voie que trace alors Weber n’est pas très claire et ce qu’on appelle aujourd’hui un peu faussement (cf. section suivante) « l’individualisme méthodologique » pour désigner un programme d’analyse des fondements micro du macro (cf. ci-dessus) ne reprend pas la voie wébérienne. En effet, ce qu’on appelle aujourd’hui « individualisme méthodologique » est un programme particulier de recherche des fondements micro du macro qui construit un modèle du comportement-type d’individus anonymes et qui ne recherche pas, comme le fait Weber, les individus singuliers historiques (Luther, Franklin, notamment) qui ont effectivement joué un rôle majeur dans l’apparition du phénomène observable au niveau agrégé (de même que le physicien ne remonte pas aux mouvements de molécules singulières mais modélise le mouvement de molécules indéterminées). Ce que fait Weber, c’est en fait de l’analyse microsociologique et sur le mode de l’histoire sociologique (au sens de Veyne) ou de la sociographie conceptuelle en analysant quelques comportements jugés par lui comme typiques (essentiellement, au demeurant, celui de Benjamin Franklin). C’est ce que soutient Veyne lui-même85.

  • 86 J. Alexander, Theoretical logic in sociology, Londres, Routledge, 1982-1984, vol 1-4.

66L’une des particularités les plus frappantes de la sociologie actuelle comparativement à un certain nombre d’autres disciplines scientifiques est que la structure logique élémentaire de toute science, rappelée au début de cette partie, n’est que rarement explicitée, voire même reconnue. S’il y a bien progrès sur ce plan (comme l’illustre, par exemple, l’œuvre de Coleman), il est loin d’être partout observable. Ce qui arrive le plus souvent, au contraire, c’est que cette structure fondamentale – complètement neutre quant aux types d’explication convoqués – est voilée par des modes de théorisation qui prétendent dépasser les difficultés d’articulation des analyses des différents niveaux ou des différentes relations causales. Un des problèmes considérés comme majeurs de l’analyse sociologique est, en effet, ce que l’on appelle souvent « le problème du macro-micro link ». On désigne par là, en général, la double question de savoir comment les phénomènes observables au niveau agrégé sont produits par les comportements individuels et comment ceux-ci, en retour, sont influencés par ces phénomènes agrégés. Les sociologues les plus ambitieux tendent tous de résoudre ce problème86, assez souvent en remettant complètement en cause les termes de la question, c’est-à-dire la distinction en niveaux, passerelles, etc., pourtant solidement établie dans toutes les sciences.

  • 87 A. Giddens, La constitution de la société. Éléments de la théorie de la structuration, Paris, Press (...)
  • 88 A. Van den Berg, « Is social theory too grand for social mechanisms ? », in P. Heström & R. Sweberg (...)
  • 89 Berg (ibid.) se livre effectivement à une analyse critique du même genre concernant les entreprises (...)

67L’entreprise d’Anthony Giddens87, le plus renommé des sociologues britanniques contemporains, est assez exemplaire de ce genre de volonté de dépassement d’une difficulté aboutissant, à mon sens, à voiler l’architecture pourtant trivialement élémentaire de la sociologie. Au lieu de distinguer niveaux, programmes de recherche propres à chaque niveau, programmes passerelles et, en conséquence, rapports de causalité de divers types, il propose une conceptualisation qui se substitue à toutes les précédentes ou qui, au minimum, les transcende. Il oppose ainsi notamment la structure et l’agentivité (agency) (au lieu du macro et du micro). Axel Van den Berg a montré de façon convaincante comment le bénéfice de cette conceptualisation supposée résoudre les difficultés majeures de la sociologie était essentiellement verbal88. La théorie bourdieusienne des « structures structurantes » et des « structures structurées » joue selon Van den Berg une fonction analogue89.

  • 90 E. Lazega, « Rationalité, discipline sociale et structure », in A. Bouvier & P. Steiner, eds, La th (...)
  • 91 R. Boudon, Traité de sociologie, op. cit., Introduction.
  • 92 J. Coleman, Foundations of social theory, op. cit., chap. 19, « The Self ».

68On doit cependant noter que, même chez les auteurs les plus soucieux de rendre transparente l’architecture de la discipline, cette architecture n’apparaît pas toujours de façon complète. Ainsi il a été récemment reproché à Coleman lui-même de sous-estimer le niveau méso (celui auquel l’analyse des réseaux et donc de la densité des relations se consacre90). On pourrait reprocher à Boudon qui, au demeurant, ne parle pas davantage que Coleman du « méso », d’avoir tant insisté sur la nécessité de développer les programmes d’analyse des fondements micro du macro que les programmes purement macro ou purement micro apparaissent a priori sinon complètement dévalués, du moins réduits à l’état d’expédients91. Enfin, si Coleman réserve a priori une place au niveau infra-individuel92, on n’en voit guère la trace dans l’architecture générale qu’il expose. Toutes les perspectives apparaissent donc peu ou prou « tronquées » par rapport à ce qu’elles pourraient pourtant sans inconvénient exposer.

  • 93 J. Goldthorpe, On sociology, op. cit.
  • 94 On pourrait citer dans le même sens un sociologue américain lui aussi fameux, Randall Collins, qui (...)

69Que la conceptualisation précédente en niveaux et en passerelles entre niveaux soit éclairante tout en étant foncièrement neutre par rapport aux grands choix paradigmatiques (auxquels je vais venir), on pourrait peut-être s’en convaincre quand on remarque qu’un sociologue qui ne partage pourtant pas le type particulier de programme de recherches des fondements micro du macro de Coleman (la théorie du choix rationnel, cf. infra) et qui a contribué essentiellement au programme de recherche macro-macro comme John Goldthorpe93 – un des sociologues britanniques les plus renommés – voit pourtant dans une entreprise « multi-niveaux » comme celle de Coleman un point de ralliement salutaire pour les sciences sociales94.

  • 95 Je développe ces idées dans A. Bouvier, « L’architecture de la sociologie », Revue du MAUSS, 28, 20 (...)

70Un des résultats les plus frappants de ce manque d’identification ou de reconnaissance de l’architecture logique la plus élémentaire de la sociologie – défaut qui n’est pas dû aux « grandes théories » que je viens d’évoquer, mais que celles-ci semblent aggraver plus qu’elles ne le comblent – est que les résultats obtenus à un niveau ou à un autre s’intègrent difficilement ou pas du tout à la structure d’ensemble de la discipline, en dehors même des difficultés qui pourraient venir des conflits de paradigmes (problème auquel je vais bientôt arriver95).

  • 96 J. Baechler, Les suicides, Paris, Calmann-Lévy, 1975.
  • 97 P. Besnard, « Anti- ou ante- durkheimisme ? Contribution au débat sur les statistiques officielles (...)
  • 98 Baechler (Les suicides, op. cit.) élabore une œuvre qu’on dirait de sociologie historique (au sens (...)

71Un exemple frappant de ce cas de figure, et qui n’est pas dû à la référence à une quelconque des théories précédentes, est celui de l’appréciation très critique qui a pu entourer l’ouvrage Les suicides de Jean Baechler96 quant à sa cumulativité par rapport aux travaux de Durkheim, Halbwachs, etc., auxquels il prétendait pourtant évidemment répondre. Philippe Besnard, en effet, dans un article retentissant97, reprochait à l’ouvrage de Baechler non seulement de ne pas apporter une pierre supplémentaire à la compréhension du suicide comme phénomène social dans les sociétés contemporaines occidentales mais même de faire faire marche arrière à l’analyse sociologique en revenant à un état antérieur à la démarche durkheimienne98.

VI. Les conditions ontologiques de la cumulativité (au sens strict) : l’identification de la nature des objets de la sociologie. Ce qu’il en est réellement de la pluri-paradigmaticité et des conflits inter-paradigmatiques

  • 99 Relèvent de l’ontologie au sens de Kuhn des questions comme celle de savoir si la matière est ou no (...)

72Après avoir examiné les diverses conditions formelles (épistémologiques, linguistiques, logiques) de la cumulativité scientifique – sur lesquelles mon but était d’insister – et la façon dont la sociologie y répond, il reste à envisager les conditions matérielles de la cumulativité scientifique et la façon dont la sociologie satisfait ces conditions. Il s’agit donc de porter désormais son attention sur ce que Kuhn appelait la dimension « ontologique » ou « métaphysique » des paradigmes, pour la distinguer de leur dimension épistémologique et méthodologique99.

  • 100 Cf. les deux sens extensionnels très différents distingués dans la première partie.

73C’est à ce niveau matériel ou ontologique aussi que l’idée de paradigmes et de conflits de paradigmes apparaît la plus pertinente en sociologie. Ces conflits se situent à la fois au niveau de la sociologie conçue comme science sociale générale et au niveau des différentes sous-disciplines particulières institutionnellement autonomisées (dont la sociologie prise en ce sens100). Tous ces conflits sont donc virtuellement transdisciplinaires, ce dont je donnerai quelques exemples tout en me concentrant sur le domaine plus limité de la sociologie institutionnelle. Il se trouve qu’ils y sont aussi particulièrement manifestes. Ils le sont un peu moins en ethnologie parce que la discipline est traditionnellement plus empiriquement orientée que la sociologie : les analyses de cas (relevant de l’histoire sociologique au sens de Veyne lorsqu’elles sont éclairées par des concepts généraux ou de ce que l’on pourrait appeler « l’ethnographie conceptuelle ») y occupent traditionnellement beaucoup plus de place que la théorie (la sociologie historique au sens de Veyne, l’ethnologie au sens de Lévi-Strauss). Ils le sont encore moins en histoire parce que la discipline est encore plus orientée vers les analyses de cas (c’est soit de l’histoire sociologique ou conceptuelle au sens de Veyne soit de l’histoire pure ou histoire-récit). En revanche, s’ils sont moins manifestes en économie, c’est pour la raison toute différente qu’un paradigme y est ou y a été jusqu’à récemment largement dominant (le paradigme de l’équilibre général).

  • 101 Cf. supra.

74On peut ranger commodément ces conflits de paradigmes en deux classes. Certains, les plus manifestes, concernent essentiellement les programmes de recherche de niveau macro (ou méso) ou les programmes passerelles du macro (ou du méso) vers le micro. Les autres concernent essentiellement les programmes de recherche de niveau micro ou du micro vers le macro (ou le méso). Je les considérerai successivement. C’est ici, au niveau ontologique, que se situe le « désordre » de la sociologie dont parle Coleman101. Les divers paradigmes ne sont guère ordonnés les uns par rapport aux autres, pas même en fonction de leur degré de complexité ou de subtilité. Une condition d’une plus grande cumulativité serait donc une identification plus aboutie des divers paradigmes et donc des divers « objets » que ces paradigmes circonscrivent au sein des phénomènes sociaux. Coleman lui-même donne de l’éventail des paradigmes disponibles en sociologie une représentation très restrictive.

75Le premier type de conflits ontologiques en sociologie concerne la nature même du social (et concerne donc virtuellement toutes les sciences sociales). Il est particulièrement manifeste lorsque l’on développe un programme de recherche au niveau macro (ou méso) ou un programme de recherche examinant les effets du niveau macro (ou méso) des phénomènes sur le niveau micro des mêmes phénomènes. Le second type de conflits ontologiques concerne essentiellement les programmes de recherche de niveau micro ou les programmes passerelles du micro vers le macro (ou le méso).

L’identification de l’objet de la sociologie au niveau macro (ou méso) et dans le rapport macro-micro (ou méso-micro)

76Il faut d’abord prendre conscience de ce que la distinction de différents niveaux d’analyse des phénomènes sociaux, assurément essentielle, n’est toutefois pas encore suffisante. Il se trouve en effet qu’au niveau macro ou agrégé, on a affaire à des agrégats de types très différents, dont certains peuvent être dits « exister » en tant que tels.

  • 102 Cette exigence a son analogue dans les sciences de la nature, en l’occurrence tout spécialement en (...)

77Des statistiques peuvent concerner l’évolution du nombre de suicides dans un pays donné, ou celle du nombre de voyageurs qui prennent le métro dans une grande ville, ou du nombre de protestants dans une petite commune, d’employés syndiqués dans une entreprise, de manifestants dans une période de conflits sociaux, etc. On est, à chaque fois, en face de données agrégées. Mais ces agrégats sont de deux types très distincts. Dans un cas, les individus qui composent ces agrégats n’ont pour la plupart aucun lien les uns avec les autres et ignorent jusqu’à leur existence (l’ensemble des suicidés, l’ensemble des voyageurs du métro) ; dans d’autres cas, ils peuvent avoir entre eux des rapports étroits (les protestants d’une petite commune, les employés d’une entreprise, les employés syndiqués de la même entreprise, etc.). On réserve souvent la dénomination de « tout » ou de « collectif » à ce second type d’agrégats. Ils méritent évidemment un traitement spécifique102. Certains des rapports qu’entretiennent les individus entre eux dans ces touts sont intentionnels et institutionnalisés ; un sous-domaine très important de la sociologie se trouve précisément être la sociologie des organisations (avec des sous-sous domaines comme la sociologie des entreprises, la sociologie de l’administration et de l’État, la sociologie de l’école, des églises, etc., plus ou moins autonomisés et développés). D’autres rapports sont moins intentionnels et moins institutionnalisés ou ne le sont pas du tout, par exemple les rapports entre des manifestants ou à l’intérieur d’un groupe de partisans, entre les membres d’une famille, etc., et doivent être l’objet d’un traitement lui-même spécifique. Ils donnent lieu aussi parfois à des sociologies spécialisées comme la sociologie des mouvements sociaux ou la sociologie de la famille, sans que la distinction entre les différents types d’agrégats puis de touts soit cependant en général bien explicite.

  • 103 Je laisse de côté un conflit secondaire qui concerne la validité du fonctionnalisme ; il s’agit, en (...)
  • 104 A. Caillé, Une théorie sociologique générale est-elle pensable ? De la science sociale, n° spécial (...)

78Le plus important conflit de paradigmes à ce niveau surgit quand on se pose la question de savoir le rôle que l’on accorde à ces collectifs (intentionnels ou non, institutionnalisés ou non) dans l’explication des phénomènes sociaux103. On peut appeler proprement « individualisme méthodologique » une position qui soutient que ces collectifs n’ont qu’une existence dérivée et que toute explication des phénomènes sociaux doit pouvoir redescendre au niveau micro des comportements individuels, comme dans n’importe quel type de recherche des fondements micro du macro. On peut appeler, en revanche, « holiste » une position qui soutient que les véritables acteurs du social sont les collectifs et que l’objet véritable de la sociologie, le noyau de la discipline, ce sont ces collectifs en tant que tels, au point qu’il est fréquent que les partisans du holisme soutiennent que les individualistes méthodologiques ne sont pas vraiment des sociologues. Les positions ne sont pourtant pas en soi incompatibles, mais elles se sont présentées historiquement comme telles et, pour l’instant, il est clair que la communauté sociologique n’est pas arrivée à un consensus sur cette question. La cumulativité globale de la discipline en est affaiblie et on peut considérer comme Alain Caillé avec quelque raison, que la résolution de ce conflit ou de cet apparent conflit est l’une des conditions nécessaires de l’unification de la discipline (donc de son degré optimal de cumulativité104).

79Je n’ai pas la prétention de résoudre ce conflit en quelques lignes mais de faire quelques remarques sur les différents types de confusions qui l’entourent, pour éclairer une nouvelle fois les conditions d’une plus grande cumulativité. Le premier type de confusions me semble résider dans la tendance à confondre la question même de la pertinence respective du holisme et de l’individualisme méthodologiques avec la question de la pertinence respective des différents types de programmes de niveaux et de programmes passerelles. Ce que j’espère avoir déjà écarté. Restent les autres types de confusions, qu’un petit détour par l’histoire du conflit peut éclairer.

  • 105 Il s’agit du marxisme auquel s’oppose l’individualisme méthodologique. Mais il y a de bonnes raison (...)

80La spécificité historique de l’individualisme méthodologique (chez Weber comme chez Menger) est de s’opposer à l’usage non réglé des concepts renvoyant à des entités collectives, par crainte d’hypostasier des pseudo-causes. Le contexte de cette opposition militante, notamment chez Weber, était celui de l’émergence d’une sorte de néo-hégélianisme (chez Schmoller, notamment), associée à la permanence du marxisme. Le néo-hégélianisme inverse l’ontologie spontanée : il considère que les véritables acteurs du social, ce ne sont pas les individus, mais les États, qui seuls existent proprement. Les individus, quant à eux, n’existent donc que de manière dérivée, en tant que membres de cet État. Ils profitent de la vie de celui-ci et ne contribuent à sa propre survie que comme les organes d’un corps vivant, incapables de subsister si le corps meurt. De sorte que l’on peut – et même que l’on doit – écrire l’histoire en considérant essentiellement les États ou les entités du même type comme les nations ou, pour l’Antiquité grecque, les Cités. Le marxisme considère certes, au contraire, que les États sont des entités fictives, mais c’est pour affirmer ou tendre à affirmer que les vrais acteurs (et les vrais « existants ») sont les classes sociales ; le marxisme prétend donc encore que les vrais acteurs sont des collectifs, non les individus105. De sorte que l’on peut – et même l’on doit – écrire l’histoire comme l’histoire de la lutte des classes. Le holisme auquel s’oppose initialement l’individualisme méthodologique est un holisme ontologique.

81Or ce que peut fort bien concéder l’individualiste méthodologique au holisme, c’est qu’il arrive, dans certains cas bien précis, qu’il n’y a pas d’inconvénient à faire comme si les véritables acteurs étaient les États, les Cités ou les classes sociales, et que cela peut même présenter un intérêt en termes d’économie dans l’explication. On peut dire, par exemple, sans inconvénient, que « la France a déclaré la guerre à l’Allemagne », s’il est clair que « France » n’est qu’une abréviation pour dire, par exemple, que le président de la République française, au terme d’un débat avec ses ministres, en accord avec le Parlement élu par ses concitoyens, et en conformité avec les pouvoirs qui lui sont conférés par la Constitution, a pris la décision de déclarer la guerre à l’Allemagne. La décision imputée à une entité collective peut être reconstruite comme une décision individuelle finale (celle du président) rendue possible elle-même par toute une chaîne de décisions individuelles impliquant sinon tous les Français du moins tous les Français en âge de voter. On pourrait dire aussi, sans inconvénient, dans un autre cas de figure : « La France est partie en guerre en 1914 », si on veut dire par là que les Français étaient si épris d’esprit patriotique à la déclaration de la guerre de 14 qu’ils étaient prêts à se sacrifier pour la permanence de leur patrie (autrement dit, ils se voyaient eux-mêmes comme s’ils étaient de simples membres d’un tout qui les dépassait). Sur le modèle de ce second cas de figure, l’individualisme méthodologique pourrait convenir que, dans certains cas de conflits sociaux, les ouvriers se sentent si liés les uns avec les autres et les détenteurs des usines et des capitaux si liés eux-mêmes entre eux – comme, par exemple, en 1871, pendant la Commune de Paris – que les uns et les autres ne forment plus de chaque côté que comme un seul corps ; de sorte que l’on peut dire sans inconvénient en pareil cas : « il s’agit d’un affrontement du prolétariat avec la bourgeoisie » (voire, plus abstraitement encore, du « Capital » avec le « Travail »). On en conclut que si l’individualiste méthodologique ne peut accepter le holisme ontologique, il n’entre nullement en conflit avec un holisme épistémologique ainsi conçu (ce qui, bien sûr, paraît paradoxal, au vu des représentations communes).

  • 106 M. Olson, La logique de l’action collective (1965), Paris, Presses universitaires de France, 1978.

82Mais, en règle générale, les expressions abréviatives sont fallacieuses. Le plus souvent, en effet, les membres d’une nation n’ont pas un sentiment bien puissant de former un seul tout et chacun voudrait bien plutôt vaquer à ses occupations personnelles (par exemple la majorité des Français en 1939). De même, le plus souvent, ouvriers et bourgeois vivent leurs propres vies sans se soucier des intérêts supposés de leur classe ni même de ce qu’ils pourraient retirer personnellement de certains sacrifices à l’intérêt de celle-ci, tant qu’ils perçoivent que d’autres pourraient les faire à leur place. C’est pourquoi, comme Olson l’a brillamment montré, l’action collective est finalement assez rare106.

  • 107 R. Nisbet a remarquablement montré comment une grande partie de la tradition holiste (à laquelle il (...)
  • 108 Le terme « holisme » désigne au moins trois autres types de perspectives toutes différentes dans le (...)

83De leur côté, les partisans du holisme en quelque sorte historique entendaient, quant à eux, s’opposer aux reconstructions du social de type hobbésien, lockéen ou rousseauiste à base de contrats. Or, il est clair que des contrats ne créent pas vraiment du lien social ou qu’ils ne créent qu’un type de lien trop abstrait, trop rationnel pour qu’on puisse prétendre que le social s’y réduise107. Les partisans du holisme contemporain, au sens où je prends ici l’expression (en conformité, je crois, avec son sens initial), s’opposent moins au principe de l’individualisme méthodologique qu’à une variété répandue de celui-ci qui ne dote les individus que d’intentions rationnelles et ne peut donc penser le lien social que sur le modèle du contrat ou du quasi-contrat ou à des perspectives qui semblent restreindre l’analyse sociologique au seul programme de recherche des fondements micro du macro (désigné lui-même comme « individualiste méthodologique108 »). Mais un programme initialement de type micro-micro, donc analysant les interactions entre les individus, peut aussi rendre compte de façon cohérente du lien social, et donc de l’émergence de collectifs non clairement intentionnels et non institutionnalisés (donc déboucher sur un programme passerelle du micro vers le macro), du moment que ce programme dote les individus d’autres motivations que les seules motivations rationnelles du contractualisme. Le « besoin d’intégration » de Durkheim conviendrait ici fort bien. Mais les relations de confiance authentique aussi.

  • 109 Cf. supra. Voir également les inquiétudes dans le même sens de F. Dubet, « Pourquoi rester “classiq (...)
  • 110 R. Tuomela, The importance of us. A philosophical study of basic social notions, Stanford, Stanford (...)

84On pourra considérer de ce point de vue qu’il y aurait un progrès au niveau de la résolution du conflit de paradigmes holisme/individualisme (au sens ici retenu) et donc un espoir plus grand de cumulativité de la discipline si sa solution était cherchée du côté des programmes micro-micro. Et on pourrait penser aussi que l’évolution de la discipline va précisément dans ce sens quand on remarque la vogue générale de l’analyse micro-micro en sociologie, notamment chez les anciens marxistes (auparavant, donc, plutôt holistes). Mais, d’un côté, l’abandon du marxisme peut, bien évidemment, avoir d’autres raisons que purement épistémologiques ; et, de l’autre, on peut s’alarmer de ce que la prolifération des programmes de recherche micro-micro semble souvent prendre le sens d’un abandon pur et simple des programmes d’analyse macro et des programmes d’analyse de recherche des fondements micro du macro ; s’alarmer aussi de ce que les limites des programmes du micro vers le macro ne soient pas clairement perçues (on ne peut pourtant expliquer ainsi que la genèse de petits collectifs ou de petits aspects des grands collectifs, vu les limites matérielles de toute enquête109). Il y a peut-être plus de raisons d’espérer dans le fait que la philosophie sociale analytique contemporaine propose depuis presque une vingtaine d’années des modèles conceptuels variés et raffinés de l’émergence du collectif à partir d’interactions, à la fois sur le mode de l’« intentionnalité collective » et sur celui de modes pré-intentionnels ou non intentionnels de construction des collectifs110. Ces modèles pénètrent beaucoup plus lentement en sociologie qu’en économie, fort probablement parce que les exigences de rigueur analytique sont plus unanimement partagées en économie qu’en sociologie (au sens institutionnel de ces termes). Il n’y a pourtant aucune différence de nature entre la philosophie sociale de ce type et la théorie sociologique dans sa partie la plus conceptuelle.

85Une seconde source de confusion quant au conflit entre holisme et individualisme me semble donc résider en ce que ces dénominations restent associées à des perspectives historiquement datées avec lesquelles les différentes manières contemporaines de poser le problème, qui ont hérité de plus d’un siècle de débats, n’ont qu’un air de famille.

L’identification de l’objet de la sociologie au niveau micro et dans le rapport micro-macro (ou micro-méso)

  • 111 Voir par exemple, J. Turner, The structure of sociological theory, op. cit. ; J. Scott, Sociologica (...)

86Par ailleurs, comme on l’a dit, un certain nombre d’autres conflits de paradigmes se situent, en sociologie, plutôt au niveau des programmes micro-micro et micro-macro (ou micro-méso). C’est du moins ce qui apparaît lorsqu’on essaie de mettre un peu d’ordre dans la prolifération, dans la sociologie classique comme dans la sociologie contemporaine, de paradigmes qui se situent manifestement à un autre niveau ou à d’autres niveaux que les deux précédents paradigmes. La lecture de n’importe quel ouvrage anglo-saxon de théorie sociologique (je prends cet exemple car cette littérature couvre en général un champ de théories sensiblement plus étendu que les ouvrages francophones de même type) met en évidence, par exemple, l’existence de paradigmes « conflictualistes », différents des paradigmes « de l’échange », différents eux-mêmes du paradigme de l’« interactionnisme symbolique » (ou « dramaturgique ») et d’autres paradigmes interactionnistes, etc.111 Je ne mentionne plus ici le fait que les mêmes ouvrages ne font pas nettement la différence entre les divers styles de pensée (au sens ici retenu), les différents niveaux d’analyse, etc.

  • 112 Cf. Foundations, Ve partie, p. 667-949.

87Je ne m’attarderai pas à énumérer les paradigmes en question. Mais la prise de conscience de l’existence de ces si nombreux paradigmes a au moins le mérite de mettre en évidence le caractère contingent des modélisations du social les mieux reçues et de montrer, notamment, comment les modélisations élémentaires que propose Coleman ne s’imposent pas absolument. Coleman formule un programme d’analyse des fondements micro du macro et il en donne une réalisation en son genre exemplaire, offrant même un cadre formel entièrement mathématisé de tout ce qui est ou lui semble mathématisable dans l’explication des phénomènes sociaux112. Mais il offre aussi un cadre pour penser certains types d’interactions (donc pour réaliser un programme micro-micro et micro-macro).

  • 113 Georges Homans est réputé avoir formulé le premier ce paradigme (« Social behavior as exchange », A (...)

88Coleman choisit pour point de départ provisoire les échanges, mais sans justification spéciale. Et il cherche à penser les phénomènes sociaux sous ce cadre conceptuel, ce qui situe sa théorie, au niveau micro, au sein d’une grande famille de théories relevant toutes du paradigme de l’échange113. Il est vrai qu’on peut penser bien des phénomènes sociaux sous ce modèle conceptuel. Mais il serait a priori possible aussi de penser les phénomènes sociaux sous un autre concept ou sous un autre schème (un schème est une esquisse de modèle moins bien dessinée qu’un vrai modèle), par exemple, celui du conflit. Dire qu’on utilise le paradigme de l’échange, cela ne veut pas dire que l’on va prendre pour objets particuliers les échanges et faire une sociologie spécialisée qui serait celle des échanges ; c’est dire qu’on va essayer d’analyser tous les phénomènes sociaux en cherchant si le fait de les concevoir comme des échanges (spécialement ceux qui ne semblent pas l’être a priori) les éclaire d’un jour nouveau. Symétriquement, dire qu’on utilise le paradigme du conflit, ce n’est pas dire qu’on va se spécialiser dans l’étude des conflits mais dire que l’on va chercher à examiner dans quelle mesure analyser tous les phénomènes sociaux comme s’ils étaient des conflits ou des réponses à des conflits éclaire même des phénomènes qui n’apparaissaient pas conflictuels à première vue. Sous ce rapport, la théorie marxiste apparaît relever typiquement, au sein de toute une famille d’autres théories, du paradigme conflictualiste (famille qui comporte aussi parmi les classiques, par exemple, certaines esquisses théoriques de Simmel, et parmi les contemporains, les théories de Dahrendorf et Coser).

89Coleman, à vrai dire, reprenant une suggestion d’Herbert Simon, propose de remonter à une relation plus primitive que celle d’échange, celle de transfert (l’échange étant alors pensé comme transfert bilatéral ou réciproque), laquelle lui permet de penser sous le même concept – assorti d’autres relations primitives comme celles de recherche de la satisfaction du self-interest et celle d’autorité – aussi bien les relations au sein d’une administration que les relations au sein d’une foule prise de panique (cf. le début de cette contribution). D’autres sociologues, comme Goffman, utilisent un schème qu’on dit parfois « dramaturgique ». Le paradigme dramaturgique cherche à expliquer les relations sociales en supposant que les individus jouent toujours un rôle, et pas seulement celui que leur fixent éventuellement leurs fonctions : ce sont des acteurs et qui sont leurs propres metteurs en scène.

90Ce qui manque foncièrement à la sociologie, à ce niveau, c’est une mise en ordre de ces divers schèmes et modèles, quel que soit le paradigme que l’on choisisse, et une évaluation de leur pertinence respective. Tous ne se valent pas et tous n’ont pas non plus le même degré de sophistication, de sorte qu’il existe forcément un ordre meilleur dans lequel examiner la pertinence des différents modèles. Il devrait apparaître déraisonnable, par exemple, de commencer par analyser les relations dans une entreprise en pensant que les individus jouent un rôle et jouent donc éventuellement aussi avec le rôle qui leur est assigné par leur fonction. Ce modèle peut permettre de mettre en évidence des micro-phénomènes mais il est trop sophistiqué pour une première approche. Or la sociologie contemporaine n’offre pas de hiérarchisation raisonnée de ces différents schèmes. Ils coexistent plutôt.

  • 114 P. Hedström & R. Swedberg, eds, Social mechanisms, op. cit.
  • 115 J. Elster, Psychologie politique, op. cit. ; P. Veyne, Le pain et le cirque, op. cit. En référence (...)
  • 116 Je développe ces idées dans A. Bouvier, « La théorie sociologique générale comme système hiérarchis (...)

91Une des tendances les plus récentes de la sociologie, toutefois, est de chercher une relative unification à un niveau moins général que la hiérarchisation des grands modèles de relations possibles que Coleman a tentée dans les Foundations. Il se donnait, en effet, la contrainte très forte de tout ramener à quelques types, en nombre très réduit, de relations primitives (self-interest, contrôle, confiance, autorité, sympathie). Le risque est grand alors de retomber dans cette sorte de verbalisme caractéristique de la sociologie générale « pure » que fustigeait avec raison Paul Veyne. L’idée est donc plutôt, avec des préoccupations analytiques par ailleurs analogues à celles de Coleman, d’isoler des mécanismes de moins grande abstraction, de renoncer donc à chercher les « atomes » du social pour identifier plutôt des mécanismes déjà moléculaires, du type de la « prédiction créatrice » de Merton, difficilement décomposable en des mécanismes plus primitifs. Il s’agit ensuite de chercher à modéliser ces mécanismes moléculaires, donc à construire ce que Merton appelait des middle-range theories. Jon Elster, Richard Swedberg, Mark Granovetter et un certain nombre d’autres auteurs cherchent dans cette direction114. Elster crédite Veyne d’avoir lui-même déjà dégagé un certain nombre de ces mécanismes, comme celui dit des « raisins verts » ou des « préférences adaptatives115 », et d’avoir ainsi donné des exemples du niveau d’abstraction auquel devrait se tenir la conceptualisation de l’histoire sociologique et de la sociologie historique116.

  • 117 G. Obeyesekere (The apotheosis of Captain Cook. European mythmaking in the Pacific, Princeton, Prin (...)

92Je terminerai en évoquant le fait que ces débats entre paradigmes situés au niveau des programmes de recherche micro se retrouvent aussi au sein des autres sciences sociales. Je viens de citer Veyne pour l’histoire au sens institutionnel du terme à propos du mécanisme des raisins verts, mais j’aurais pu ajouter que Veyne discute également la pertinence de modèles du self-interest et du choix rationnel analogues à ceux de Coleman puisque le modèle des préférences adaptatives peut se concevoir dans la continuité critique du paradigme du choix rationnel. Veyne fait usage de ce modèle dans la théorie de l’autorité politique qu’il propose pour rendre compte de l’évergétisme, théorie qui peut être considérée comme une sophistication de celle de Coleman. On pourrait faire des commentaires comparables concernant l’ethnologie. Obeyesekere, dans sa célèbre controverse avec Marshall Shalins sur les motifs pour lesquels les Hawaïens ont assassiné Cook lors de son second voyage, use ainsi d’une variante élaborée du modèle du choix rationnel, fondé lui-même sur le principe de l’individualisme méthodologique ou, plus exactement, sur un programme de recherche des fondements micro du macro117.

Conclusion : l’archipel des sciences sociales

93Je rappellerai brièvement une dernière fois la thèse essentielle de cette contribution : on majore beaucoup, me semble-t-il, l’importance des conflits de paradigmes en sociologie. Cette thèse s’impose, me semble-t-il, si, d’un côté, on considère l’ensemble de la production dite institutionnellement « sociologique » et si, de l’autre, on donne à la notion de conflits de paradigmes le sens rigoureux de conflits portant sur l’ontologie du social. D’une part, la question de la résolution des conflits ontologiques ou « matériels » ne se pose vraiment, en effet, que lorsque les analyses conceptuelles ou les analyses empiriques satisfont un certain nombre de conditions purement formelles, dont j’ai cherché à faire l’inventaire : conditions épistémologiques élémentaires, conditions linguistiques ou discursives, conditions logiques ou architectoniques. Or une grande partie de la production sociologique – y compris d’excellente qualité eu égard à certaines normes (par exemple à certaines normes argumentatives) – ne satisfait que très partiellement à ces conditions. D’autre part, ces conflits ne sont pas aussi irréductibles que le sont, en général, les conflits dans les sciences de la nature, qui portent souvent, quant à eux sur des inobservables, au moins provisoirement (la lumière est-elle faite d’ondes ou de corpuscules ? la combustion dégage-t-elle du phlogistique ou consomme-t-elle de l’oxygène ?).

94Il me reste à revenir sur la place de la sociologie comme science sociale particulière au sein des sciences sociales. Je suis parti, en effet, d’une définition de la sociologie comme étude des phénomènes sociaux des sociétés contemporaines occidentales ou occidentalisées, définition toute conventionnelle mais qui permettait de faire un partage provisoire entre sociologie, ethnologie et histoire. J’ai cherché à montrer le peu de fondement épistémologique de ces distinctions et la solidité, au contraire, de la distinction entre sociologie historique et histoire sociologique proposée par Veyne, i.e. entre des études théoriquement orientées (mais dont la puissance heuristique est systématiquement exemplifiée) et des études « case oriented » (mais systématiquement éclairées par des modèles conceptuels). J’ai, en revanche, évoqué sans la résoudre la question des rapports de la sociologie comme science sociale générale avec des disciplines comme la démographie et l’économie, pourtant spécialement intéressante pour notre propos puisque la cumulativité dans ces disciplines est, de l’avis général, particulièrement nette. Il y a probablement un enseignement précieux à tirer de cette comparaison.

  • 118 J’ai évoqué, à plusieurs reprises, les conflits paradigmatiques dans le cas de l’économie. Mais la (...)

95On ne doit pas confondre, en effet, le « désordre » dommageable et particulièrement voyant de la sociologie (au sens institutionnel du terme), dont la pluri-paradigmaticité n’est qu’un aspect, avec l’autonomisation de certains des sous-domaines de la sociologie comme science sociale générale, autonomisation qui pourrait, quant à elle, être salutaire. Si la démographie et l’économie sont plus cumulatives que la sociologie, c’est certainement d’abord parce qu’elles satisfont nettement mieux à des conditions formelles du type de celles que j’ai dégagées. Mais constater un fait n’est pas l’expliquer. On peut, de même, constater que si les conflits de paradigmes existent aussi en économie et en démographie, ils y sont nettement moins accentués118. Reste aussi à expliquer pourquoi. Il me semble que la raison générale essentielle réside dans le fait que, à la différence de l’autonomisation de l’histoire, de l’ethnologie et de la sociologie, qui a des origines contingentes assez superficielles, l’autonomisation de la démographie et de l’économie a des fondements épistémologiques profonds.

  • 119 B. Walliser, ici-même.
  • 120 On reconnaît ici le « holisme » au sens de Mauss-Descombes (cf. supra).

96La démographie et l’économie ont, en effet, en commun, d’une part, de porter sur des phénomènes discrets, au sens de phénomènes bien distincts les uns des autres119, ce qui permet de limiter en quelque sorte naturellement l’étendue empirique des controverses, d’autre part, de disposer d’indicateurs bien formés au niveau agrégé, ce qui rend possible le développement de programmes de recherche macro ou macro-micro, lesquels font tout simplement défaut dans d’autres sous-domaines de la sociologie ou n’existent qu’à l’état embryonnaire. Le noyau de l’objet de l’économie est ainsi constitué par les échanges marchands ; ceux-ci sont clairement identifiables, du moins dans les sociétés contemporaines occidentales ou occidentalisées. Et l’économie dispose, en outre, des prix comme source d’information essentielle « agrégée » sur la nature de ces échanges. Par voie de conséquence, lorsque, comme c’est le cas dans les sociétés dites « primitives », les échanges marchands n’existent pas comme tels ou qu’ils y occupent une place très réduite parce que la plupart des échanges obéissent à d’autres règles que celle du marché et s’accomplissent au sein d’actes rituels, tels la kula ou le potlatch, tout à la fois politiques et religieux (l’échange y est, comme dit Mauss, un « fait social total120 »), l’économie n’a, comme telle, à peu près rien à dire. La démographie, de son côté, a pour objet les naissances, les mariages, les décès et les migrations. Ce sont également des objets discrets, on ne peut plus clairement délimités (en tout cas les trois premiers) et repérables au travers des « indicateurs » peu contestables que constituent les données de l’état civil. Mais lorsque ces indicateurs manquent parce que le pays en question n’a institué des recensions systématiques que récemment ou partiellement, ou/et lorsque les alliances entre les sexes ne correspondent pas, dans telle ou telle société, à ce qu’on entend par « mariage » dans les sociétés occidentales (ce qui est un cas très fréquent), l’objet même de la démographie tend à disparaître.

  • 121 Comme je l’ai déjà indiqué précédemment, étudier ces échanges bien circonscrits que sont les échang (...)
  • 122 G. Akerlof & R. Kranton, « Economics and identity », Quarterly Journal of Economics, 65 (3), p. 715 (...)

97On peut donc prétendre avec quelque raison que l’économie et la démographie se sont autonomisées pour des raisons épistémologiquement légitimes. Autonomisation simplement et non indépendance pourtant puisque, d’une part, comme on l’a vu, on y retrouve les mêmes débats paradigmatiques que dans les autres sciences sociales et que, d’autre part, c’est un fait évident que même des phénomènes discrets comme les échanges marchands, les naissances, les mariages et les décès ont lieu dans un contexte social beaucoup plus englobant qui doit, à un moment ou à un autre, être pris en compte121. On ne peut pas ignorer, par exemple, même pour rendre compte des seuls échanges marchands, bien délimités comme tels, que dans telle société – par exemple la société indienne contemporaine, pourtant assurément occidentalisée – la fierté ou le sens de l’honneur familial limiteront ou, au contraire, commanderont certains types d’échanges marchands ; et que, dans telle autre, par exemple les sociétés européennes, des produits pourront être boycottés pour des motifs moraux ou politiques (les oranges d’Afrique du Sud à l’époque de l’apartheid, les avocats du Chili sous Pinochet122). De la même manière, naissances, mariages et morts sont entourés de rites, dans toutes les sociétés, et de rites très sensiblement différents des unes aux autres. Et la structure des familles constituées par les mariages est elle-même fort variable et donc la manière dont ces événements seront vécus. Économie et démographie apparaissent donc plutôt comme des îlots qui émergent, de façon particulièrement nette, mais qui sont néanmoins nécessairement rattachés au socle commun de la science sociale générale. La sociologie institutionnelle, comme science sociale particulière, constitue, pour les sociétés contemporaines, ce socle commun constitué par l’étude d’objets aux contours en grande partie en eux-mêmes beaucoup plus flous (sociologie des religions, sociologie politique, sociologie de la famille).

98Mais la sociologie institutionnelle n’est pas figée une fois pour toutes en ses contours et on peut penser que certains sous-domaines de cette sociologie institutionnelle sont en voie d’autonomisation, sur le modèle de la démographie et de l’économie. Ce serait donc une erreur d’y voir un autre indice du morcellement de la sociologie. Je me risquerai à formuler deux exemples, qui me semblent caractéristiques, chacun à leur manière : d’abord, celui de la sociologie de la stratification et de la mobilité sociale, ensuite, celui de la sociologie des entreprises, voire, plus globalement, de la sociologie des organisations.

  • 123 A. Desrosières & L. Thévenot, Les catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte, 1988.
  • 124 M. Cherkaoui, « Stratification », in R. Boudon, Traité de sociologie, op. cit., p. 97-152 ; Id., «  (...)
  • 125 L’exemple de la sociologie du suicide, que j’ai évoqué également pour commencer, relèverait d’un tr (...)

99Le premier exemple est peut-être le plus net, en tout cas le plus facile à penser à partir de l’exemple de la démographie. La sociologie dite de la mobilité sociale, en effet, qui étudie les trajectoires sociales des individus à l’intérieur d’une même génération ou entre les générations dans un pays donné, peut être pensée comme un domaine particulier d’une sociologie de la mobilité sociale en général, dont la démographie des migrations serait un autre sous-domaine : l’une étudie les « transferts » de population d’une catégorie sociale à une autre, l’autre les transferts de population d’un pays à un autre. Il y a, certes, davantage de débats sur la bonne manière de « classer » socialement les gens que sur la manière de les classer nationalement puisque l’identité nationale est, en général sinon toujours, un fait d’état civil mais pas l’identité sociale123 ; et les indicateurs de mobilité d’une catégorie sociale à une autre sont nettement moins établis que les indicateurs de mobilité d’un pays à un autre. Mais les objets de ces deux sous-domaines sont néanmoins fort comparables. Il n’est pas étonnant que la sociologie de la stratification et de la mobilité sociale, dont j’ai évoqué l’exemple au tout début de cette contribution, soit l’un des sous-domaines de la sociologie qui donne le plus l’impression de cumulativité124. Et qui donne aussi l’impression de prendre progressivement son autonomie125.

  • 126 Je réserve, par simple manque de compétence, la question de la cumulativité de ce champ comparé à d (...)
  • 127 On pourrait probablement observer le même phénomène d’autonomisation de sous-domaines de l’ethnolog (...)

100La sociologie des entreprises constitue un deuxième exemple, de nature un peu différente et peut-être moins nette car on ne dispose pas ici de données agrégées aussi abondantes ni, peut-être, aussi exploitées (sur les créations d’entreprises, leur disparition, leur transfert ou « délocalisation » d’un pays à un autre, etc.), de sorte que je me contente ici de l’évoquer. Mais là aussi on a bien affaire à des objets discrets, en l’occurrence de vrais « touts » (des touts intentionnels et formels) et pas de simples agrégats (cf. supra) : Péchiney est bien distinct de Renault et Renault de Microsoft. Il n’est pas étonnant non plus que la sociologie des entreprises donne un sentiment voisin d’autonomisation relative126. C’est sûrement moins vrai de la sociologie des organisations prise en général, et probablement parce que toutes les organisations ne sont pas aussi formellement instituées que les entreprises. Les églises, par exemple, ont certes une dimension formelle et intentionnelle (hiérarchie ecclésiastique, notamment) mais une grande partie de ce qui unit les membres d’une église reste très informel et plus ou moins inintentionnel, de sorte que les « touts » que ces organisations constituent ne sont pas des entités discrètes127.

101La sociologie de la stratification et de la mobilité sociales, la sociologie des entreprises, d’autres sous-domaines encore certainement, semblent ainsi en voie d’autonomisation au sein de la science sociale générale et en voie de constituer peut-être un jour de nouveaux îlots disciplinaires au sein de cette science sociale. Mais, comme dans le cas de la démographie et de l’économie, ces sous-domaines ne peuvent pas être conçus de façon tout à fait indépendante des autres domaines de la science sociale : l’étude des causes de la mobilité intergénérationnelle, par exemple, n’est pas concevable sans référence à la sociologie des familles ni l’étude du fonctionnement d’une entreprise sans référence à la sociologie des mouvements sociaux, sans parler des liens évidents qu’entretiennent entre eux l’objet de la sociologie de la mobilité sociale et celui de la sociologie des entreprises (par exemple l’évolution des carrières au sein d’une entreprise), ou ceux-ci avec l’objet de l’économie. C’est donc l’image d’un archipel, i.e. d’un ensemble d’îlots séparés les uns des autres mais appartenant pourtant à un même massif qui leur sert de socle, qui se présente naturellement à l’esprit. Les conflits existent sur ces îlots, bien entendu, et ce sont un peu les mêmes sur chacun d’eux (les conflits de paradigmes), mais ils présentent l’avantage d’être à chaque fois étroitement circonscrits.

Notes

1 L’analyse présente se limite au seul plan épistémologique, comme la plupart des autres contributions de ce volume (voir, au contraire, celle de Denise Pumain). Il serait bien entendu bienvenu de compléter ces analyses par une étude comparée de sociologie de la connaissance prenant pour objet la nature et le fonctionnement variés des institutions scientifiques, des groupes de chercheurs, etc., selon les disciplines.

2 Le cadre conceptuel utilisé ici est proche dans l’inspiration générale de celui proposé par Bernard Walliser (ici-même, Avant-propos et « Les trois sources de la cumulativité en économie »). Sa mise à l’épreuve systématique au cas de la sociologie m’a toutefois conduit à proposer un cadre général un peu différent.

3 Les découpages et les regroupements sont, au demeurant, assez variables selon les pays.

4 Voir, par exemple J. Goldthorpe, On sociology, Oxford, Oxford University Press, 2000, chap. 2 et 4.

5 En anglais on utilise souvent l’expression « social theory » pour désigner la sociologie (par exemple J. Coleman, Foundations of social theory, Cambridge, University of Harvard Press, 1990 ; ou P. Baert, Social theory in the twentieth century, Cambridge, Polity Press, 1998).

6 P. Veyne, Le pain et le cirque, Paris, Seuil, 1976 ; Id., Comment on écrit l’histoire, 2e éd., Paris, Seuil/Points, 1979.

7 Je reviens infra sur le sens de cette restriction.

8 Voir aussi P. Veyne, « L’histoire conceptualisante », in J. Le Goff & P. Nora, eds, Faire de l’histoire, t. 1, Nouveaux problèmes, Paris, Gallimard, 1974, p. 94-133. Veyne exprime de façon particulièrement élaborée une idée très répandue. Goldthorpe, un des sociologues britanniques contemporains les plus importants, cite ainsi Abrams : « L’histoire et la sociologie sont et ont toujours été la même chose », et Giddens : « Il n’y a tout simplement aucune différence ni logique ni même méthodologique entre les sciences sociales et l’histoire – conçues de façon appropriée. » (J. Godthorpe, On sociology, op. cit., p. 28.)

9 C. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, t. 1, Paris, Plon, 1958 ; t. 2, Paris, Plon, 1973. Je m’accorde donc aussi avec Gérard Lenclud (ici-même) sur ce point, et, de façon générale, avec sa conception des rapports entre ethnologie et sociologie. On pourrait parler de socio-ethnologie historique pour montrer l’unité épistémologique du domaine et du niveau.

10 Sur le sens épistémologique de l’analyse de cas, voir J.-C. Passeron & J. Revel, « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », in Id., eds, Penser par cas, Paris, Éd. de l’EHESS (« Enquête », 4), 2005. Je m’accorde avec Jacques Revel (ici-même) sur le sens de l’analyse de cas en histoire et, je pense, sur la conception générale des rapports entre sociologie et histoire.

11 On trouverait un jugement comparable sur ce point chez J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique, nouvelle éd. rev. et augm., Paris, Albin Michel 2006 (1re éd. Paris, 1991). Passeron soutient que les concepts pertinents des sciences qu’il appelle « idiographiques » (lesquelles incluent notamment l’histoire, la sociologie et l’ethnologie) ne doivent jamais être « détachés » de référents empiriques singuliers.

12 Sur le concept d’histoire-problème, cf. F. Furet, L’atelier de l’histoire, Paris, Flammarion, 1982.

13 F. Dubet, La galère, Paris, Fayard, 1987 ; Id., Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1994.

14 On découvre la même dualité de démarches dans les sciences de la nature pour peu que l’on compare ce qui est comparable dans les sciences de l’homme et les sciences de la nature. La planétologie, la vulcanologie et la météorologie, par exemple, présentent cette caractéristique.

15 C. Baudelot & R. Establet, Suicide. L’envers de notre monde, Paris, Seuil, 2006.

16 C.-H. Cuin, Les sociologues et la mobilité sociale, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

17 Edgar Morin est crédité d’être le seul sociologue à avoir anticipé Mai 68 (dans un exposé fait à Milan en février 1968, repris in E. Morin, Sociologie, Paris, Fayard, 1984, p. 269-279). Mais cette anticipation n’était nullement fondée sur quoi que ce soit qui ressemblât à une déduction. On peut à peine dire que Morin avait dégagé le mécanisme sous-jacent ; il n’en avait en tout cas pas proposé un modèle. Il s’agissait plutôt d’une sorte de pressentiment fondé sur un sens probablement profond mais essentiellement intuitif de la vie sociale. Dans la série d’articles publiés dans Le Monde, en plein mois de mai (repris in E. Morin, C. Lefort & C. Castoriadis, Mai 68 : la brêche. Premières réflexions sur les événements, Paris, Fayard, 2008 [1968]), on peut dire que Morin décrit des mécanismes à peu près au moment même où ils se passent sous ses yeux. Mais il récuse – d’une façon on ne peut plus radicale – toute idée de modélisation : « Mai 68 nous impose une pensée métacartésienne, je veux dire qui doive abandonner les idées claires et distinctes (sic) qui cataloguent, classifient et typifient les événements. » (Ibid., p. 232.)

18 P. Sorokin, Tendances et déboires de la sociologie américaine, Paris, Aubier-Montaigne, 1959 (1re éd. Chicago, 1956).

19 On pourrait arguer que c’est à tort puisque des mesures politiques comme celles accordant des droits aux minorités, suggérées par certaines études sociologiques, ont eu un impact notable sur la diminution des émeutes raciales aux États-Unis.

20 Ce modèle dit nomologique-déductif, fortement inspiré par l’astronomie newtonienne, dit qu’il n’y a pas d’explication stricto sensu (i.e. certaine) si l’on ne peut subsumer les phénomènes sous des lois universelles et que lorsqu’on sait expliquer en ce sens fort on sait aussi ipso facto prévoir ; réciproquement, si on sait prévoir, c’est que l’on sait expliquer (au sens fort). La pertinence de ce modèle a été beaucoup mise en question, même dans le cas des sciences de la nature. Il semble, en effet, que la plupart des lois scientifiques, sinon toutes, ne sont valides que ceteris paribus (ce qui revient à dire au minimum que ces lois admettent des exceptions, voire que c’est seulement dans des conditions exceptionnelles qu’elles sont elles-mêmes valides). Cf. N. Cartwright, How the laws of physics lie, Oxford, Clarendon Press, 1983 ; Id., The dappled world : a study of the boundaries of science, Cambridge, CUP, 1999.

21 Sans que cela exclue les erreurs spectaculaires au sein même de cet intervalle réduit, comme en témoignent les deux grandes tornades (tout à fait non anticipées, i.e. non prévisibles par le modèle) de fin décembre 1999 en France.

22 On peut soutenir que la supériorité épistémologique la plus nette de l’économie néo-classique sur la sociologie ne réside pas dans son pouvoir de prédiction supérieur (et donc d’explication au sens de Hempel, cf. supra), mais dans sa formalisation nettement plus élaborée et dans l’axiomatisation de certaines de ses parties (Debreu, Arrow, etc.), ce qui lui donne, seule parmi toutes les sciences sociales, un statut comparable à celui de la mécanique.

23 Cf. notamment, pour la physique, C. Cartwright, How the laws of physics lie, op. cit., et, pour la biologie, L. Darden, « Mechanisms and models », in D. Hull & M. Ruse, eds, The philosophy of biology, Cambridge, CUP, 2007. Ces modèles d’explication s’opposent, en outre, à celui de Hempel en ce que ce sont des modèles d’explication causale.

24 J’y reviens dans la dernière partie. Cf. P. Hedström & R. Swedberg, eds, Social mechanisms. An analytical approach to social theory, Cambridge, CUP, 1998 ; J. Elster, Alchemies of the mind. Rationality and the emotions, Cambridge, CUP, 1999 ; Id., Proverbes, maximes et émotions, Paris, Presses universitaires de France, 2003.

25 E. Friedberg, « Organisation », in R. Boudon, ed., Traité de sociologie, Paris, Presses universitaires de France, 1992, p. 381.

26 J. Coleman, Foundations of social theory, op. cit., p. 179. Coleman (dont l’œuvre n’a pas été traduite en français), l’un des plus brillants élèves de Lazarsfeld et de Merton, a été président de l’Association américaine de sociologie ; il s’est rendu célèbre dans les années 1960 aux États-Unis par un rapport (officiel) fracassant sur le système scolaire. Il a ensuite publié dans maints domaines de la sociologie. Sa contribution à la modélisation mathématique des phénomènes sociaux est, en outre, remarquable. Sur la quatrième de couverture de Foundations, Thomas Fararo écrit que l’œuvre entière de Coleman, « culminant dans [cette] synthèse théorique, assure à Coleman une place dans l’histoire de la sociologie à un niveau au moins égal à celui de Weber, de Durkheim et de quelques autres peu nombreux ». Le jugement est probablement excessif mais il donne une idée de la stature de l’œuvre. Voir notamment J. Clark, ed., James S. Coleman, Londres, The Falmer Press, 1996.

27 Si on utilise le modèle de l’homme intentionnel pour rendre compte de ce qui est perçu et donné pour « émeute », il se peut que dans tel cas (et pas dans tel autre) on mette en évidence des comportements calculateurs et stratégiques que l’on n’avait pas du tout aperçus chez certains « émeutiers » ou que l’on avait inconsciemment négligés (par exemple des pillages programmés de magasins).

28 Une des limites les plus manifestes de la tentative colemanienne est son caractère toujours très unilatéral. Je me permets de renvoyer ici à A. Bouvier, « Dans quelle mesure la théorie sociale de James Coleman est-elle trop parcimonieuse ? », in A. Bouvier & P. Steiner, eds, La théorie du choix rationnel. Les Foundations of social theory de James S. Coleman en débat, n° spécial de la Revue française de sociologie, 44-2, 2003. Voir également les diverses contributions réunies ibid.

29 Sur la quatrième de couverture, l’ouvrage est ainsi présenté : « Les Foundations construisent une structure conceptuelle unifiée capable de décrire et de quantifier à la fois la stabilité et le changement dans les systèmes sociaux […] Cette […] théorie donne aussi les éléments permettant de relier entre eux les niveaux individuel, organisationnel et sociétal du comportement. » On considère en général que les éléments idiosyncrasiques sont peu nombreux dans les Foundations et que Coleman systématise la théorie du choix rationnel en sociologie, dont les divers éléments ont été construits par un nombre considérable de chercheurs.

30 Passeron insiste sur cet aspect et y voit la justification d’une proposition radicale : « 2.1. La sociologie n’a pas et ne peut prendre la forme d’un savoir cumulatif, c’est-à-dire d’un savoir dont un paradigme théorique organiserait les connaissances cumulées. » (Le raisonnement sociologique, op. cit., p. 551-554.)

31 I. Hacking, Concevoir et expérimenter, Paris, Christian Bourgois, 1989 (1re éd. Cambridge, 1983).

32 Je ne partage donc pas du tout le point de vue de C. Cuin et F. Gresle (Histoire de la sociologie, Paris, La Découverte, 1992, 2 t.), par ailleurs remarquablement informé. Voir notamment, au tome 2, leur chapitre conclusif : « Une explosion de paradigmes (1968-1990) ». Les auteurs me semblent avoir une idée beaucoup trop généreuse de ce qu’est un paradigme.

33 La sociologie historique et l’histoire sociologique (au sens de Veyne) satisfont toutes les deux ce dernier critère puisqu’elles comportent l’une et l’autre un élément de généralité. Cette définition de l’explication est moins forte que celle de Hempel, qui exige que l’explication ait une portée non seulement générale mais même universelle dans le domaine considéré (cf. supra).

34 H. Garfinkel, Studies in ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1967.

35 P. Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, 1994.

36 Chose peu connue en France, Bourdieu et Coleman ont co-organisé un colloque à Chicago ; mais il s’est soldé par une sorte de dialogue de sourds (P. Bourdieu & J. Coleman, Social theory for a changing society, New York, Westview Press/Russell Sage Foundation, 1991).

37 L’influence du style phénoménologique est présente aussi dans la conception de la sociologie que propose Dubet (Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1994) et qu’il met en œuvre (La galère, op. cit. ; F. Dubet & D. Martucelli, À l’école. Sociologie de l’expérience scolaire, Paris, Seuil, 1996), jusque dans l’intitulé même qu’il donne à sa perspective : sociologie de l’expérience sociale.

38 J. Habermas, Théorie de l’agir communicationnel, trad. de l’allemand par J.-M. Ferry, Paris, Fayard, 1987 (1re éd. Francfort-sur-le-Main, 1981).

39 Voir par exemple, J. Scott, Sociological theory. Contemporary debates, Aldershot, Edward Elgar, 1995, chap. 8.

40 R. Boudon, Le juste et le vrai, Paris, Fayard, 1995 ; P. Pharo, La sociologie morale, Paris, Gallimard, 2004.

41 Parfois aussi c’est à une forme de « personnalisme » moral (défense de la dignité et de la responsabilité de la personne) qu’est discrètement mais nettement associée la défense de l’IM ; ainsi chez Boudon (ibid.), opposé à l’invocation réelle ou supposée du poids des structures et du déterminisme social et à la proclamation, par les tenants du holisme et/ou du structuralisme, de la « mort de l’homme ».

42 Une des anciennes élèves de Bourdieu, Nathalie Heinich, adopte, au contraire, une démarche purement sociologique (Le triple jeu de l’art contemporain, Paris, Minuit, 1998). On se permettra d’y voir un progrès du point de vue de la cumulativité même de la sociologie.

43 Ainsi, selon Boudon, les œuvres de Klee auraient objectivement plus de valeur esthétique que, par exemple, celles de Mondrian. Ce dernier, en effet, à la différence de Klee, ne réussirait pas « malgré ses prétentions, à faire passer le message qu’il prétend exprimer » (Le sens des valeurs, Paris, Presses universitaires de France, 1999, p. 291).

44 Z. Bauman, Modernité et holocauste, Paris, La Fabrique, 2002 (1re éd. Cambridge, 1989) ; Id., Le présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaire, Paris, Seuil, 2007 (1re éd. Cambridge, 2006) ; U. Beck, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, 2001 (1re éd. Francfort, 1986). Voir aussi P. Baert (Philosophy of the social sciences. Towards pragmatism, Oxford, Bardwell Press, 2005) pour une réflexion épistémologique sur des postures analogues.

45 P. Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de Trois études d’ethnologie kabyle, Paris, Droz, 1972 ; Id., La distinction, Paris, Minuit, 1979 ; Id., Homo Academicus, Paris, Minuit, 1984.

46 En revanche, on considère en général que l’analyse durkheimienne du cas australien en tant que telle est une excellente analyse, et qui domine de très haut les différentes monographies qui avaient été données préalablement des religions du centre de l’Australie, autrement dit qu’il y a une cumulativité empirique de cette œuvre. Les Formes se révèlent donc constituer un excellent exemple d’histoire sociologique (au sens de Veyne) ou d’« ethnographie conceptuelle », alors même que la visée de Durkheim était opposée.

47 J. Turner, The structure of sociological theory, 5e éd., Wadsworth Publishing Company, Belmont, 1991 (1re éd. Homewood, 1974) ; J. Scott, Sociological theory, op. cit., 1995.

48 P. Veyne, Le pain et le cirque, op. cit., 1976. Il y a une injustice dans l’excès du jugement de Veyne. Bourricaud a probablement tiré un des meilleurs partis possibles de Parsons en éliminant en quelque sorte tous les concepts et principes parsoniens sans portée heuristique (L’individualisme institutionnel. Essai sur la sociologie de Talcott Parsons, Paris, Presses universitaires de France, 1977).

49 Les concepts propres à l’ethnométhodologie sont ainsi de nature essentiellement épistémologiques (ils ne visent pas à donner une théorie du social mais une épistémologie de la bonne manière d’analyser celui-ci) : accountability des situations (disposition, en quelque sorte, des situations à ce qu’il puisse en être rendu compte), indexicalité du discours, etc.

50 Caractéristique encore de cette confusion épistémologique est le livre fameux de C. W. Mills, L’imagination sociologique, Paris, La Découverte 1997 (1re éd. New York, 1959), qui consiste en effet en une réaction non seulement à la fausse abstraction de la sociologie d’Harvard (Parsons), mais aussi à l’empirisme (pourtant nullement « pur » au sens de ce que j’ai appelé « l’histoire pure ») des démarches de Columbia (Lazarsfeld et Merton), renvoyés dos à dos.

51 Dans le cas de Michel Maffesoli, cela va même jusqu’au para-scientifique au sens où on parle des parasciences. Il semble, en effet, assumer des principes directement contraires à la pensée non seulement scientifique mais plus généralement rationaliste puisqu’il prône le recours, pour penser le social, au principe de la coincidentia oppositorum (sic) cher aux alchimistes et astrologues de la Renaissance ou à celui de la « participation mystique » (sic) que Lévy-Bruhl croyait trouver chez les « primitifs » (M. Maffesoli, « La raison interne », Sociétés, 44, 1994, p. 142).

52 Voir aussi l’exigence que Jean-Claude Gardin formule de dégager le noyau cognitif (par exemple les « modèles ») d’une théorie de sa gangue rhétorique (par exemple les « récits ») (J.-C. Gardin, « Le modèle et le récit », in J.-M. Berthelot, ed., Épistémologie des sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, 2001).

53 C’est une des raisons pour lesquelles Durkheim, dans Le suicide (Paris, Presses universitaires de France, 1897), use d’un style qui satisfait souvent sinon toujours à ces exigences, à la différence, par exemple, de Weber (cf. infra) ou de Simmel, parmi les classiques.

54 Je ne parle pas ici de style littéraire (cf. infra) car le but n’est pas, en principe, la recherche esthétique ; le but est bien ici, en principe, un but scientifique. Le style discursif de Weber dans L’éthique protestante relève de ce type : Weber donne des exemples de l’esprit du capitalisme, il le caractérise par des traits successifs dans une démarche presque pointilliste, mais il n’en donne jamais une définition en bonne et due forme.

55 De la justification, Paris, Gallimard, 1991.

56 C’est bien ce que font, du reste, certains des économistes de l’école des conventions (O. Favereau, par exemple) qui cherchent à intégrer les idées de ces auteurs à leurs propres conceptions. Le nombre des « cités » est alors limité et leur caractérisation simplifiée.

57 On pourrait probablement distinguer, dans les sciences sociales elles-mêmes, un quatrième style, le style littéraire pur, qui viserait la beauté esthétique, sans avoir la prétention de subvertir le style scientifique lui-même, comme le style post-moderne. Il est moins exemplifié dans la production contemporaine que le style post-moderne (et moins dangereux). Il est possible que, dans la sociologie contemporaine, le style de Luc Boltanski en relève en partie.

58 De ce point de vue, l’essai de Veyne consacré à Foucault brouille considérablement les pistes (P. Veyne, « Foucault révolutionne l’histoire », in Id., Comment on écrit l’histoire, op. cit.) Au demeurant, Veyne lui-même n’échappe pas aux séductions du style littéraire (cf. note précédente) sinon à celles du style post-moderne ; ainsi les concepts de la sociologie historique qu’il propose sont parfois dessinés de façon très impressionniste et dans une langue assez flamboyante. Une part conséquente de l’œuvre d’Elster consiste en une modélisation des mécanismes psychologiques évoqués par Veyne, dégagée de ces artifices rhétoriques (J. Elster, Psychologie politique, Paris, Minuit, 1990 ; Id., Alchemies of the mind, op. cit., 1999 ; Id., Proverbes, maximes et émotions, op. cit., 2003).

59 Certaines disciplines sont spécialement concernées par le style littéraire (si on doit distinguer ce 4° type ; cf. supra), quelles que soient les motivations de celui-ci, mais probablement pas au même point ou avec les mêmes conséquences : l’historien et l’ethnographe-ethnologue notamment. Le souci proprement littéraire est évident, par exemple, chez le Malinowski des Argonautes du Pacifique occidental (Paris, Gallimard, 1963 [1re éd. Londres, 1922]) ou chez le Griaule de Dieu d’eau (Paris, Fayard, 1975). L’économie elle-même n’y échappe pas tout à fait si l’on en croit Mc Closkey (The rhetoric of economics, Madison, University of Wisconsin Press, 1985).

60 Les procédures rhétoriques se répètent. Robert Merton avait ainsi montré exactement le même genre de glissement (par exemple, du « prédispose » ou du « conditionne » au « détermine ») dans la sociologie marxisante de la connaissance de Mannheim (Éléments de théorie sociologique, Paris, Armand Colin, 1998 [1re éd. New York, 1967]). Certains classiques parmi les plus rigoureux ont usé aussi de l’hyperbole, parfois servie par l’ambiguïté lexicale, en vue d’attirer l’attention. Ainsi Durkheim quand il écrit : « Toute société a son contingent de morts nécessaires » ou le fameux : « Il faut traiter les faits sociaux comme des choses » (inévitablement compris comme une invitation à « réifier » les personnes).

61 Il s’agit d’un mécanisme proche de celui de la prédiction créatrice, bien analysé par Robert Merton (ibid.).

62 Je pense bien sûr à la littérature considérable qui a entouré La reproduction de Bourdieu et Passeron.

63 Voir Gingras, « “Please, don’t let me be misunderstood” : the role of argumentation in a sociology of academic misunderstandings », Social Epistemology, 4, 2000, p. 369-389. Gingras montre très bien comment certains auteurs (Harry Collins notamment, mais Barry Barnes aussi) soutenaient souvent en même temps une thèse forte (mise en relief dans le discours) et une thèse faible (dans des incises ou comme en passant), la seconde pouvant toujours être sollicitée face à des objections qui porteraient de façon dirimante contre la thèse forte.

64 Coleman présente lui-même des particularités rhétoriques, quoique d’un autre type. Ainsi, il a tendance, comme maints économistes, à présenter comme des thèses doctrinales de simples principes régulateurs de la recherche. Ainsi, quand il reprend Helvetius (Foundations, p. 28-29), selon qui le principe de l’économie est que les hommes recherchent la satisfaction de leur self-interest, il devrait être clair d’emblée que cela ne doit pas être pris comme une thèse ou un principe métaphysique (ce que peut suggérer pourtant la référence à Helvétius), mais comme un principe régulateur de la recherche.

65 La première observation de ce genre de comportement concerne probablement le type de folie caractéristique de la Malaisie et appelé « amok ». Voir notamment I. Hacking sur la multiplication impressionnante de cas dits « de personnalités multiples » aux États-Unis suite à la diffusion du concept de personnalité multiple dans la presse médicale puis dans les medias. Hacking est institutionnellement un philosophe ; mais cette partie de son œuvre relève de l’histoire sociologique (au sens de Veyne) des catégories médicales (L’âme réécrite. Étude sur la personnalité multiple et les sciences de la mémoire, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo, 1998 [1re éd. Princeton, 1995]).

66 Cf. B. Latour, La science en action, Paris, La Découverte, 1989. Une des études dont la qualité empirique est le plus unanimement reconnue au sein de ce programme concerne cependant la science du xviie siècle (S. Shapin, A social history of truth, Chicago, University of Chicago Press, 1994).

67 Je laisse de côté la caractérisation du type de « logique » qui est ici à l’œuvre ; il s’agit le plus souvent de penser des relations logiques entre des propositions qui expriment des relations méréologiques entre des éléments du réel (relations de partie [le micro] à tout [le macro] et réciproquement).

68 L’analyse de la structure logique interne des théories scientifiques, qui était au cœur de la philosophie des sciences de Duhem (La théorie physique, son objet, sa structure, Paris, Chevalier et Rivière, 1906) au début du xxe siècle, est passée ensuite dans l’ombre au profit de l’analyse logique des rapports entre les théories scientifiques et les données observables avec notamment Carnap, Reichenbach, Hempel et Popper ; ce genre d’analyse a lui-même laissé place à l’analyse du processus historique de constitution des sciences, avec Kuhn, Lakatos et Feyerabend, Laudan dans les pays anglo-saxons (et avec Bachelard et Canguilhem en France). Il y a aujourd’hui un retour bienvenu à ces analyses de l’architecture interne des disciplines scientifiques.

69 M. Kistler, ed., Reduction and emergence, n° spécial de la revue Synthèse, 2006.

70 G. Lloyd, Magie, raison et expérience. Origines et développement de la science grecque, Paris, Flammarion, 1990 (1re éd. Cambridge, 1979).

71 J. Kim, Trois essais sur l’émergence, Paris, Ithaque, 2006.

72 Le schéma qu’a dessiné Coleman de ces niveaux et de leurs relations ressemble à un bateau, de sorte qu’il est devenu courant, dans la littérature anglo-saxonne, de parler du Coleman’s boat (Foundations…, op. cit.). On pourra aussi se reporter à l’ouvrage de Turner, The structure of sociological theory, op. cit. Après une présentation d’ambition, pour ainsi dire exhaustive, des courants sociologiques et théories existants dans la sociologie contemporaine (l’ouvrage comporte 650 pages serrées), Turner présente dans une dernière partie un essai de théorie synthétique (chap. 29 à 32) ; celle-ci est organisée autour de trois niveaux de théorisation : micro theorizing (chap. 30), macro theorizing (chap. 31), meso theorizing (chap. 32). Mais Turner ne dit rien de l’exigence de passerelles entre ces niveaux.

73 D. Courgeau, Du groupe à l’individu : synthèse multiniveau, Paris, Éd. de l’INED, 2004, et ici-même, p. 263-269. Voir aussi, en philosophie des sciences sociales, M. Bunge, Finding philosophy in social science, New Haven, Yale University Press, 1996 ; Id., Social science under debate. A philosophical perspective, Toronto, University of Toronto Press, 1998 ; et R. K. Sawyer, Social emergence. Societies as complex systems, New York, Cambridge University Press, 2005. On pourrait retrouver la même structure en économie ; mais c’est moins net car la distinction entre macro-économie et micro-économie, beaucoup plus répandue, ne correspond pas exactement à ce partage : la macro-économie c’est essentiellement l’étude d’entités collectives de niveau national ou international.

74 C’est la raison explicite pour laquelle Durkheim récusait, dans le cadre de ce genre de recherche, la pertinence du recours à l’analyse des journaux des suicidés ou à l’enquête auprès des membres de leur famille.

75 On aura reconnu les deux des quatre types de suicide (respectivement « égoïste » et « altruiste ») que Durkheim a cru pouvoir dégager (Le suicide, op. cit.). On considère aujourd’hui que Durkheim a interprété de façon très abusive comme suicides les morts héroïques de soldats au combat.

76 La distinction entre les niveaux d’analyse (macro, micro) est orthogonale à la distinction entre sociologie historique et histoire sociologique (au sens de Veyne) : on peut étudier, par exemple, ou bien le suicide dans la société française à partir de données agrégées ou bien le suicide dans tel lycée à partir d’enquêtes, en sollicitant dans l’un et l’autre cas des hypothèses et des concepts généraux mais avec pour but d’éclairer les cas particuliers en question (ce sont donc des études de cas ou de « l’histoire sociologique » ou de la « sociographie conceptuelle »). Mais on peut vouloir construire une théorie générale du suicide, illustrée d’exemples divers pris tant au niveau macro qu’au niveau micro (ce sera de « la sociologie historique » ou de la théorie sociologique « exemplifiée »). Ou, pour prendre d’autres exemples : L’inégalité des chances de R. Boudon, consacré à l’examen du rôle respectif de l’école et du milieu social d’origine en France et aux États-Unis, et donc case oriented (sur des données macro), est à La logique du social, théoriquement orienté, ce que La galère, étude case oriented (sur des données micro) est à Sociologie de l’expérience, théoriquement orienté.

77 S. Lukes, « Methodological individualism reconsidered », British Journal of Sociology, 19, 1968, p. 119-129, rééd., in M. Martin & L. McIntyre, Readings in the philosophy of social science, Cambridge, MIT Press, 1994, p. 451-458 ; J. Elster, Karl Marx. Une interprétation analytique, Paris, Presses universitaires de France, 1989 (1re éd. Cambridge, 1985) ; Id., Nuts and bolts for the social sciences, Cambridge, CUP, 1989.

78 Par symétrie avec l’individualisme méthodologique, Dan Sperber propose d’appeler infra-individualisme méthodologique la famille de programmes de recherche en question (« Individualisme méthodologique et cognitivisme », in R. Boudon, A. Bouvier & F. Chazel, eds, Cognition et sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 123-136).

79 M. Borlandi & M. Cherkaoui, eds, Le suicide, un siècle après Durkheim, Paris, Presses universitaires de France, 2000 ; C. Baudelot & R. Establet, Suicide, l’envers de notre monde, op. cit.

80 C. Baudelot & R. Establet, Durkheim et le suicide, Paris, Presses universitaires de France, 1984 ; J.-C. Marcel, « Halbwachs et le suicide : de la critique de Durkheim à la fondation d’une psychologie collective », in M. Borlandi & M. Cherkaoui, eds, Le suicide, un siècle après Durkheim, op. cit.

81 R. Boudon, L’analyse mathématique des faits sociaux, Paris, Plon, 1967 ; Id., L’inégalité des chances. La mobilité sociale dans les sociétés industrielles, Paris, Armand Colin, 1985 (1973).

82 C’est le genre de problèmes que devrait résoudre une sociologie de la connaissance sociologique : pourquoi ces discontinuités, voire ces retours en arrière, sur l’origine desquels Friedberg s’interrogeait concernant la sociologie des organisations (cf. supra) ?

83 Mais Cuin développant une piste boudonienne, soutient que Durkheim revient de facto au niveau microsociologique du seul fait qu’il classe les types de suicides (altruiste, anomique, etc.) à partir des besoins psychologiques supposés des individus (besoin d’intégration, de normes, etc.) (« Une méthode peut en cacher une autre : des Règles au Suicide », in Id., ed., Durkheim. D’un siècle à l’autre. Lectures actuelles des “Règles de la méthode sociologique”, Paris, Presses universitaires de France, 1997). Caillé dit à peu près la même chose (Anthropologie du don, Paris, Desclée de Brouwer, 2000), et Baudelot et Establet eux-mêmes (Durkheim et le suicide, op. cit., 1984). On ne peut pourtant pas dire qu’il y ait encore un consensus sur cette question d’histoire de la sociologie chez les sociologues.

84 Weber tire très sélectivement partie des données agrégées disponibles. Ainsi, il ne tient pas compte de ce que l’Écosse, pays très protestant (calviniste) a été un des derniers pays européens à voir le capitalisme émerger, tandis que les Flandres, un des premiers pays où le capitalisme est apparu, n’étaient pas spécialement protestantes. Ce sont deux cas qui infirment nettement l’hypothèse d’une corrélation systématique entre protestantisme et capitalisme. Cf. P. Besnard, Protestantisme et capitalisme. La controverse post-wébérienne, Paris, Armand Colin, 1970, pour une riche sélection des textes classiques discutant la démarche wébérienne et un fin commentaire de ceux-ci.

85 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, op. cit., 1979.

86 J. Alexander, Theoretical logic in sociology, Londres, Routledge, 1982-1984, vol 1-4.

87 A. Giddens, La constitution de la société. Éléments de la théorie de la structuration, Paris, Presses universitaires de France, 1987 (1re éd. Cambridge, 1984).

88 A. Van den Berg, « Is social theory too grand for social mechanisms ? », in P. Heström & R. Sweberg, eds, Social mechanisms, op. cit., 1998, p. 204-237.

89 Berg (ibid.) se livre effectivement à une analyse critique du même genre concernant les entreprises de Bourdieu, Habermas et Alexander en ce qu’elles entendent toutes résoudre ce problème. Le jugement de Berg n’est pas loin de celui de Veyne fustigeant les théories sociologiques vides. Au demeurant, Habermas (Théorie de l’agir communicationnel, op. cit.) et Alexander (Theoretical logic in sociology, op. cit.) ont explicitement voulu reconduire le type d’entreprise de Talcott Parsons, la cible favorite de Veyne (Le pain et le cirque, op. cit.) lorsque celui-ci veut fustiger la stérilité de la sociologie « pure ». Ce que j’ajoute c’est que ces théories sont non seulement vides, mais qu’elles finissent par voiler des distinctions élémentaires et même triviales, pourtant non seulement utiles mais nécessaires.

90 E. Lazega, « Rationalité, discipline sociale et structure », in A. Bouvier & P. Steiner, eds, La théorie du choix rationnel, op. cit., 2003, p. 331-356.

91 R. Boudon, Traité de sociologie, op. cit., Introduction.

92 J. Coleman, Foundations of social theory, op. cit., chap. 19, « The Self ».

93 J. Goldthorpe, On sociology, op. cit.

94 On pourrait citer dans le même sens un sociologue américain lui aussi fameux, Randall Collins, qui va jusqu’à concéder l’avantage qu’il y aurait à se rallier, même provisoirement, à la Théorie du Choix Rationnel (variété de programme de fondement micro du macro) en raison de l’exigence de rigueur qui s’y trouve et donc du rempart qu’une telle théorie constitue contre le laxisme et le post-modernisme (R. Collins, « Can rational action theory unify future social science ? » in J. Clark, ed., James S. Coleman, op. cit., 1996).

95 Je développe ces idées dans A. Bouvier, « L’architecture de la sociologie », Revue du MAUSS, 28, 2006, p. 391-402.

96 J. Baechler, Les suicides, Paris, Calmann-Lévy, 1975.

97 P. Besnard, « Anti- ou ante- durkheimisme ? Contribution au débat sur les statistiques officielles du suicide », Revue française de Sociologie, 17 (2), 1976, p. 313-341.

98 Baechler (Les suicides, op. cit.) élabore une œuvre qu’on dirait de sociologie historique (au sens de Veyne) en construisant une théorie microsociologique du suicide beaucoup plus diversifiée que celle de Durkheim quant aux types de motivations possibles des individus (il distingue onze cas-types) et quant à la diversité des causes possibles du suicide (Baechler cherche à élaborer une « suicidologie » autonome, comme il y a une criminologie), mais en rejetant, selon Besnard, de façon expéditive et injustifiée la méthodologie durkheimienne d’analyse statistique au lieu de la discuter pas à pas et de l’intégrer dans ce qu’elle a de décisif. D’après Besnard, la critique baechlérienne du traitement durkheimien – et halbwachsien – des données statistiques est le plus souvent mathématiquement erronée.

99 Relèvent de l’ontologie au sens de Kuhn des questions comme celle de savoir si la matière est ou non énergie, s’il y a des forces de gravitation, si le phlogistique existe, etc.

100 Cf. les deux sens extensionnels très différents distingués dans la première partie.

101 Cf. supra.

102 Cette exigence a son analogue dans les sciences de la nature, en l’occurrence tout spécialement en biologie. Et la biologie a souvent servi sur ce point de modèle à la sociologie.

103 Je laisse de côté un conflit secondaire qui concerne la validité du fonctionnalisme ; il s’agit, en gros, de savoir si on peut penser les collectifs inintentionnels ou non institutionnalisés sur le modèle des collectifs intentionnels et institutionnalisés, i.e. comme des organisations. Ce conflit a à peu près disparu (au profit d’une réponse en gros négative à la question posée) ; on pourra y voir un excellent exemple de cumulativité théorique.

104 A. Caillé, Une théorie sociologique générale est-elle pensable ? De la science sociale, n° spécial de la Revue du MAUSS, 24, 2004, Présentation, p. 7-44.

105 Il s’agit du marxisme auquel s’oppose l’individualisme méthodologique. Mais il y a de bonnes raisons de douter que Marx lui-même ait été holiste en ce sens-là. Voir J. Elster, Karl Marx, op. cit., 1989, qui met en évidence nombre de raisonnements méthodologiquement individualistes chez Marx.

106 M. Olson, La logique de l’action collective (1965), Paris, Presses universitaires de France, 1978.

107 R. Nisbet a remarquablement montré comment une grande partie de la tradition holiste (à laquelle il identifie cependant à tort la tradition sociologique en son entier) était née dans les milieux hostiles à l’esprit des Lumières, spécialement à la tradition contractualiste (La tradition sociologique, Paris, Presses universitaires de France, 1984 [1re éd. New York, 1966]).

108 Le terme « holisme » désigne au moins trois autres types de perspectives toutes différentes dans les sciences sociales contemporaines. Il désigne parfois, par exemple dans les recherches sur les « systèmes complexes », ce que j’ai appelé ici le « systémisme » (forme de l’analyse multi-niveaux). Il arrive qu’il désigne aussi une forme de structuralisme qui invite à ne pas étudier les comportements des individus en dehors du système des rôles et du système des normes qui existent dans une société donnée. C’est le cas notamment chez V. Descombes (Les institutions du sens, Paris, Minuit, 1996), qui s’autorise ici de Mauss. Il arrive enfin qu’il désigne des programmes de recherche macro-micro, i.e. des programmes de recherche qui examinent le rôle causal des structures sociales (prises comme un tout) sur les individus, plutôt que le rapport causal symétrique. Ce dernier sens est fréquent en économie. C’est en ce sens aussi que l’on dit que Bourdieu est « holiste ».

109 Cf. supra. Voir également les inquiétudes dans le même sens de F. Dubet, « Pourquoi rester “classique” ? », Revue du MAUSS, 24, 2004, p. 219-232.

110 R. Tuomela, The importance of us. A philosophical study of basic social notions, Stanford, Stanford University Press, 1995 ; Id., The philosophy of social practices. A collective acceptance view, Cambridge, CUP, 2002 ; M. Gilbert, On social facts, Princeton, Princeton University Press, 1989 ; Id., Marcher ensemble. Essais sur les fondements des phénomènes collectifs, Paris, Presses universitaires de France, 2003 ; P. Pettit, « Groups with minds of their own », in F. Schmitt, Socializing metaphysics : the nature of social reality, Lanham, Rowman & Littlefield, 2003 ; Id., Penser la société. Essais de métaphysique sociale et de méthodologie, Paris, Presses universitaires de France, 2004.

111 Voir par exemple, J. Turner, The structure of sociological theory, op. cit. ; J. Scott, Sociological theory, op. cit. ; P. Baert, Social theory in the twentieth century, op. cit. Il est question, à vrai dire, tantôt de paradigmes et tantôt de théories. Je fais ici la différence suivante : un paradigme fixe seulement les principes régulateurs d’un cadre de pensée, une théorie stipule comment mettre en œuvre ceux-ci pour rendre compte effectivement d’un certain type de phénomènes.

112 Cf. Foundations, Ve partie, p. 667-949.

113 Georges Homans est réputé avoir formulé le premier ce paradigme (« Social behavior as exchange », American Journal of Sociology, 63, 1958, p. 597-606). Mais on peut le voir déjà implicitement à l’œuvre dans l’Essai sur le don de Mauss puis, plus tard, sans dette aucune à l’égard de Homans, chez le Lévi-Strauss des Structures élémentaires de la parenté. Exemple, donc, de paradigme transdisciplinaire.

114 P. Hedström & R. Swedberg, eds, Social mechanisms, op. cit.

115 J. Elster, Psychologie politique, op. cit. ; P. Veyne, Le pain et le cirque, op. cit. En référence à la fable Le Renard et les Raisins de La Fontaine, dans laquelle le renard, quand il s’aperçoit qu’il ne peut atteindre la treille de raisins vermeils qu’il convoitait se persuade qu’ils sont en réalité encore assez verts, ce qui le conduit à ne plus les désirer et à s’adapter ainsi à la situation sans trop d’amertume.

116 Je développe ces idées dans A. Bouvier, « La théorie sociologique générale comme système hiérarchisé de modèles de portée intermédiaire », in F. Chazel & J. Coenen-Huther, eds, La sociologie en quête d’une théorie générale, n° spécial de la Revue européenne des sciences sociales, 46 (140), 2008, p. 87-106.

117 G. Obeyesekere (The apotheosis of Captain Cook. European mythmaking in the Pacific, Princeton, Princeton University Press, 1992) met en œuvre le principe de rationalité (« principe de charité ») dans la formulation que lui a donnée Donald Davidson (« Paradoxes de l’irrationnalité », in Id., Paradoxes de l’irrationnalité, Combas, Éd. de l’Éclat, 1991 [1re éd. Cambridge, 1982]) et qui introduit la considération de la rationalité des croyances relativement à un contexte d’information donnée. On est proche ici de ce que d’autres auteurs appellent la rationalité cognitive aussi bien en sociologie (R. Boudon, L’art de se persuader des idées douteuses, Paris, Fayard, 1990) qu’en économie (B. Walliser, L’économie cognitive, Paris, Odile Jacob, 1994). Voir notamment G. Lenclud (ici-même, p. 366) sur cet exemple. Il est à peine besoin de préciser que cette méthodologie « individualiste » (ou macro-micro) rencontre en ethnologie des obstacles analogues à ceux qu’elle a rencontrés en sociologie (pour une bonne part, en raison de malentendus comparables). Et si les conflits de paradigmes sont moins flagrants dans une discipline aussi case oriented que l’histoire (J. Revel, ici-même), il est pourtant patent que, sur cette même question de la pertinence de l’individualisme méthodologique (ou de programmes macro-micro), Paul Veyne se situe sur un pôle opposé à celui de l’école des Annales. Il suffit, pour s’en convaincre, de comparer l’estime appuyée dans laquelle Paul Veyne tient l’œuvre de Weber au manque d’intérêt notoire et affiché de Fernand Braudel à l’égard de l’auteur de L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme.

118 J’ai évoqué, à plusieurs reprises, les conflits paradigmatiques dans le cas de l’économie. Mais la question de la pertinence de l’introduction de « l’individualisme méthodologie » (ou plutôt de programmes de recherche des fondements micro du macro) en démographie a également été conflictuelle (de même que, par voie de conséquence, la pertinence de l’introduction de l’analyse multi-niveaux). Voir notamment les remarques de Courgeau (ici-même, p. 259 sq) sur les réticences de certains démographes à accepter la méthodologie des « trajectoires de vie ». Mais ces conflits n’ont pas l’ampleur qu’ils ont pu avoir en sociologie.

119 B. Walliser, ici-même.

120 On reconnaît ici le « holisme » au sens de Mauss-Descombes (cf. supra).

121 Comme je l’ai déjà indiqué précédemment, étudier ces échanges bien circonscrits que sont les échanges marchands et mettre en œuvre le paradigme de l’échange (éventuellement même, plus précisément, de l’échange marchand), ce n’est pas la même chose. User d’un paradigme, c’est en effet décider d’examiner en quoi le fait de considérer chaque phénomène comme s’il avait telle ou telle forme (par exemple comme si le mariage était un échange marchand et qu’il y avait donc un « marché du mariage ») a un pouvoir heuristique en termes d’explication desdits phénomènes.

122 G. Akerlof & R. Kranton, « Economics and identity », Quarterly Journal of Economics, 65 (3), p. 715-753 ; A. Sen, « Des idiots rationnels. Critique de la conception du comportement dans la théorie économique », in Id., Éthique et économie, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

123 A. Desrosières & L. Thévenot, Les catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte, 1988.

124 M. Cherkaoui, « Stratification », in R. Boudon, Traité de sociologie, op. cit., p. 97-152 ; Id., « Mobilité sociale », ibid., p. 153-194.

125 L’exemple de la sociologie du suicide, que j’ai évoqué également pour commencer, relèverait d’un traitement un peu différent mais convergent ; il ne s’agit pas vraiment ou pas vraiment encore, malgré les efforts d’un Baechler, d’un sous-domaine de la sociologie. L’objet, les méthodes, bien plus proches encore de ceux de la démographie, pourraient même faire de la sociologie du suicide un chapitre de la démographie prise au sens large puisque, d’une part, le suicide est un type de décès parmi d’autres et que, d’autre part, l’analyse des fondements micro des données macro, partie intégrante aujourd’hui des programmes de recherche de la démographie, devrait conduire à analyser les motivations mêmes des suicidés.

126 Je réserve, par simple manque de compétence, la question de la cumulativité de ce champ comparé à d’autres champs.

127 On pourrait probablement observer le même phénomène d’autonomisation de sous-domaines de l’ethnologie sur la base de l’étude d’objets discrets. C’est ainsi, semble-t-il, le cas de l’étude des systèmes de parenté : les règles qui les constituent sont facilement isolables des autres règles sociales ainsi que des pratiques elles-mêmes. De sorte qu’on observe aussi l’existence d’une sorte de sous-discipline quasi autonome au sein de l’ethnologie. Mais l’exemple le plus imposant par son amplitude d’autonomisation d’une discipline au sein de la science sociale générale selon un tel mode est celui de la linguistique ; c’est que, quelles que soient les sociétés, on peut y isoler la langue, i.e. la distinguer aisément des autres phénomènes ; et les langues constituent également entre elles des entités discrètes.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search