Version classiqueVersion mobile

La cumulativité du savoir en sciences sociales

 | 
Bernard Walliser

L’espace, médium d’une construction spiralaire de la géographie, entre société et environnement

Space, medium of a spiral construction of geography, between society and environment

Denise Pumain

Résumé

La cumulativité des savoirs en géographie est ici envisagée, non pas à partir d’invariants épistémologiques, mais en fonction de l’histoire de la discipline, et non pas comme un processus linéaire d’accumulation sélective, mais comme une révision périodique et spiralaire de catégories fondatrices. On analyse ainsi le paradigme, à l’origine naturaliste, des relations des sociétés à leur milieu, que la prise en compte des interactions entretenues pas les réseaux entre les territoires a considérablement enrichi. On examine comment les modèles ont consolidé la connaissance de cette « spatialité des sociétés » en contribuant à mieux expliciter les fondements conceptuels et paradigmatiques de la géographie. Ce sont cependant les outils informatiques de la numérisation des informations géographiques et de leur traitement qui restent les vecteurs de cumulativité les plus importants. Le progrès technique a permis au paradigme géographique de la complexité du monde de mieux s’exprimer, notamment par la simulation des dynamiques des territoires, et d’exporter des concepts et des savoir-faire vers d’autres disciplines comme vers les différents acteurs sociaux.

Texte intégral

  • 1 Dans le cadre limité de cette contribution, le cas français est privilégié et seule la géographie c (...)

1Dans son projet initial ambitieux de décrire le monde et de l’expliquer, la géographie s’est attaquée d’emblée à des questions qu’elle ne pouvait pas résoudre et à des objets très complexes1. On pourrait lire son histoire comme un recentrage progressif sur des questionnements plus modestes, mais aussi comme un élargissement de ses thèmes, qui n’auraient plus guère en commun que de s’intéresser, dans la vie des sociétés, au rapport à l’espace des personnes et des groupes. Ce faisant, la géographie, plutôt que de les cumuler, aurait « exporté » certains de ses objets et de ses méthodes, en général ceux qui étaient les plus formalisés ou devenus opérationnels. D’autre part, dans l’univers des sciences sociales, la géographie se distingue par une position initiale très particulière, entre les sciences de la nature et les sciences de la société, et son évolution l’aurait fait passer du statut des sciences naturelles, dites « dures », à celui des sciences sociales, réputées « molles ».

2Ces deux récits justifieraient le regard chagrin ou sévère que portent certains sociologues des sciences sur la géographie, vue comme une profession dominée, au faible capital social et économique, voire intellectuel, et souvent oubliée dans les listes de champs disciplinaires. Je propose ici une autre lecture, qui met l’accent sur la résilience et la robustesse de certains concepts, voire de certaines lois ou théories de la géographie, et sur leur progressif enrichissement. En ce sens, l’évolution de la géographie ne diffère pas sensiblement de celle des autres sciences sociales. Cette interprétation suppose en effet de voir la cumulativité non comme un processus linéaire d’accumulation sélective, mais comme une révision périodique et spiralaire de catégories fondatrices, dans une histoire où la succession de quelques rares paradigmes forts n’interdit pas le parallélisme ordinaire de plusieurs courants. Comme dans bien d’autres disciplines, le processus cumulatif interne à la géographie s’effectue aussi sous la contrainte externe des évolutions sociales, des transferts conceptuels entre disciplines et de l’amélioration des moyens techniques de la recherche.

3La démarche adoptée dans ce chapitre ne se situe donc pas dans la ligne d’une épistémologie formelle qui établirait une fois pour toutes des conditions de cumulativité pour les connaissances relatives aux questions fondamentales de la géographie. Elle s’appuie davantage sur l’histoire de la discipline, et tente de déduire de l’observation séquentielle des savoirs révisés un sens, une orientation, parmi de multiples trajectoires, bien que celles-ci soient loin d’être continues ou linéaires. Il ne me semble pas en effet qu’on puisse exclure totalement l’idée d’une progression dans l’évolution des connaissances en géographie. Ce progrès ne concerne pas que les bases factuelles ou techniques – l’inventaire des richesses du monde, la réalisation de leurs représentations sous forme de cartes, de stockage de données et de figures aujourd’hui numérisées, et les méthodes de traitement de ces informations – mais bien les fondements conceptuels de la discipline. Plus qu’une accumulation des savoirs, analogue à l’accumulation d’un capital, il faut en effet comprendre la cumulativité en sciences comme l’enrichissement progressif de concepts et de modèles de plus en plus sophistiqués, intégrés dans des théories périodiquement révisées. L’évolution ne se résume pas à la succession des théories, qui privilégient successivement tel ou tel point de vue, mais consiste aussi à incorporer ces éclairages nouveaux dans des concepts et des schémas explicatifs plus anciens.

4Cette conception permet aussi d’identifier quelques formes de cumulativité des savoirs qui seraient propres à la géographie. La géographie a eu très tôt l’intuition de la complexité du monde, sans avoir les moyens intellectuels et techniques de passer de la pluralité des facteurs à la pluralité dans l’explication. Paradoxalement, c’est à l’occasion d’épisodes « réductionnistes », inspirés par des emprunts à l’idéologie marxiste, les modélisations mathématiques ou le cognitivisme des « représentations », que, par les compléments de sens ainsi apportés, la géographie a pu le mieux formaliser son intuition initiale de la complexité. Elle conserve cette quête dans le principe même de son explication du monde, en conservant parfois la forme du récit (ou de la description), et parfois celle de modèles capables de simuler, donc dans une certaine mesure de prédire, l’émergence de la complexité.

  • 2 M.-C. Robic et al., Couvrir le monde, Ministère des Affaires étrangères, Association pour la diffus (...)

5Il est bien difficile de restituer par un texte linéaire des éléments de cumulativité qui apparaissent dans un processus réitéré de révision ou d’oublis conceptuels, ainsi que l’enchevêtrement des postures épistémologiques sur lesquelles ils s’établissent et des contextes qui ont permis cette cumulativité. Plutôt qu’une analyse raisonnée, je propose ici un éclairage de quelques points saillants, autour de chaînes conceptuelles qui ont pu apparaître comme dominantes à un moment donné, dans des cadres paradigmatiques pas toujours bien affirmés, mais qui jalonnent de manière récurrente la production et l’argumentation géographiques. Pour plus de clarté, je regrouperai ces remarques en trois niveaux, celui des paradigmes explicatifs, celui de la conception des modèles et enfin celui de la constitution des corpus d’information. J’emprunte beaucoup à l’encyclopédie en ligne Hypergeo et à un ouvrage récent d’épistémologie et d’histoire de la géographie2.

I. Un paradigme résilient : la différenciation du monde (par la nature et par la société)

6En centrant son interrogation sur l’intelligibilité de la diversité des entités territoriales qui, pour d’autres sciences sociales, ne sont que des « contextes » dans lesquels se déploie l’action humaine ou la vie en société, la géographie a d’abord recherché les origines de cette diversité dans les conditions locales, avant de s’essayer à dégager des lois de l’organisation des sociétés dans l’espace. Pour rendre compte de la diversité des aménagements humains à la surface de la terre et des formes de la vie en société qui les produisent, les géographes ont eu recours à deux paradigmes explicatifs successifs. Les connaissances qui en sont issues sont-elles cumulables ? D’une part, les enchaînements de causalité qui fondent ces paradigmes sont assez difficiles à concilier, mais surtout, d’autre part, les méthodologies qui leur ont été associées pour l’établissement de la preuve relèvent de démarches souvent opposées. D’autres mondes disciplinaires que celui de la géographie réactualisent cependant l’intérêt de ce double fondement paradigmatique et pourraient aider à activer leur synthèse.

Les relations des sociétés à leur milieu

7Le programme de recherche de la géographie peut être qualifié de mésologique : il s’agit de décrire et d’expliquer les relations entre les milieux naturels et les sociétés. Ce paradigme, de la géographie dite aujourd’hui « classique », en faisait une science charnière, censée articuler d’une part la rationalité des sciences naturelles, ainsi que leurs pratiques d’observation (le « terrain ») et de classification, et d’autre part la contingence de l’histoire humaine pour découvrir des régions géographiques, interprétées comme des combinaisons particulières de phénomènes naturels et humains. Dans la pratique, il s’agissait bien plus souvent d’une juxtaposition de traits physiques et humains que d’une véritable articulation de processus ayant des temporalités extrêmement variables et des enchaînements de causalité de nature différente. La difficulté de cette intégration explique sans doute le malaise postural récurrent de la discipline lorsqu’il s’agit de se définir, non plus par un objet concret d’analyse, mais par une construction conceptuelle et méthodologique.

  • 3 V. Berdoulay & O. Soubeyran, « Lamarck, Darwin et Vidal : aux fondements naturalistes de la géograp (...)
  • 4 M.-C. Robic, ed., Le « Tableau de la géographie de la France » de Vidal de La Blache, Paris, CTHS, (...)

8Des notions construites par cette géographie « classique » (soit la première moitié du xxe siècle), il reste en effet peu de catégories qui soient encore mobilisables dans le corpus de la géographie. La notion intuitive de paysage, interprétée comme « physionomie » d’une région par exemple par Paul Vidal de La Blache, n’a pas résisté aux révisions conceptuelles imposées par les changements d’échelle ou l’interposition de la subjectivité dans les représentations cognitives, même si elle fait aujourd’hui l’objet d’intenses recherches de la part des architectes, des urbanistes, des paysagistes et des aménageurs. Pour autant, il ne s’agit pas de l’exportation d’un concept, resté insuffisamment instrumenté dans le champ de la géographie3. Plus riches et mieux articulées, les notions de milieu et de genre de vie n’ont pourtant guère mieux survécu, mais en raison d’autres faiblesses épistémologiques4. C’est ici le parti pris du principe de la recherche causale, « naturaliste » dans son déterminisme par la co-localisation des éléments naturels et humains d’un « milieu », autrement dit la seule prise en compte de relations explicatives « verticales » pour un site habité donné, qui a été par la suite rejeté comme beaucoup trop restrictif.

La fausse querelle du déterminisme

  • 5 Par exemple l’Institut de recherche pour le développement intitule son journal bimestriel paru à pa (...)

9Dans ses difficultés à apporter des démonstrations suffisamment convaincantes parce qu’en fait impossibles à établir avec les matériaux et les moyens disponibles pour les intellectuels de l’époque, la géographie s’est longtemps laissée enfermer dans la fausse querelle du déterminisme par les conditions naturelles, en partie sous l’influence de disciplines concurrentes. C’est ainsi que le souci vidalien de réserver un pré carré à la géographie, aux côtés de la sociologie : « la géographie est la science des lieux et non des hommes », pouvait laisser croire à une discipline d’inspiration naturaliste, ce qui permettrait par la suite aux autres sciences sociales de l’ignorer. De même, c’est l’historien Lucien Febvre qui assigne à la géographie l’impossible programme du « possibilisme » à partir de l’affirmation de Vidal : « la nature propose, l’homme dispose ». Sous l’apparence apaisante d’une réfutation de l’accusation de simplisme portée à son projet explicatif, la géographie se trouvait ainsi privée d’une partie essentielle de son argumentaire. La querelle se poursuit d’ailleurs bien au-delà, par exemple dans la contestation de l’étiquette « géographie tropicale » par les tenants d’une « géographie du sous-développement » vers le milieu des années 1980 – ce qui n’a pas empêché que l’appellation « tiers-monde », proposée par A. Sauvy mais jugée par la suite infamante, soit remplacée, après l’euphémisation des « pays en développement », par une nouvelle expression, « les suds », nominalement tout aussi « déterministe » que la tropicalité, et très répandue non seulement dans les médias mais aussi parmi l’ensemble des sciences sociales5 depuis la dernière décennie du xxe siècle…

Les apories de la monographie régionale

  • 6 La géographie anglaise adopte souvent dans le même temps le genre de la « systematic geography », s (...)

10Ces difficultés du paradigme explicatif rendent sans doute compte d’un repli sur le projet moins ambitieux de descriptions localisées de l’état du monde. La monographie régionale, grand succès de l’école française de géographie entre les deux guerres, est un genre qui continue le programme naturaliste en essayant d’épuiser la description du paysage visible au moyen d’enquêtes de terrain minutieuses, d’énumérations ou de cartographies exhaustives des limites d’une zone où les mêmes choix d’organisation matérielle de ressources et des conditions mésologiques similaires conduisent à une homogénéité paysagère et à l’identité des genres de vie. Dans les meilleurs des cas, la « synthèse » est réussie, dans les pires, c’est une juxtaposition d’observations géologiques, climatiques, pédologiques, botaniques, historiques, économiques et paysagères qui est réalisée6. Le projet de couverture du territoire par ces descriptions transparaît dans les partages opérés par les directeurs des thèses de doctorat d’État – et jalousement défendus par les impétrants, lesquels commencent très souvent leur travail par un exercice de délimitation de la région qu’ils étudient, et de justification de ces limites par divers critères d’homogénéité.

  • 7 Dans cet esprit, Jean Tricart fonde à Strasbourg la Revue de Géomorphologie dynamique, en 1949. À P (...)

11Mais même dans les meilleurs exemples de monographie régionale dans la première moitié du xxe siècle en France, on sent que deux régimes de scientificité se côtoient : dans les chapitres de « géographie physique », dans les emprunts à la géologie déjà bien installée voire à la climatologie naissante, le processus de cumulativité des savoirs par la recherche des causalités et l’administration de la preuve, soutenu par une compilation rigoureuse de la littérature, suit les protocoles développés par les sciences naturelles pour la construction d’une explication des architectures géomorphologiques et de la composition écologique des milieux naturels7. En revanche, le traitement des aménagements humains et des organisations sociales repose davantage sur l’observation directe et la description raisonnée, mais il y manque bien souvent, faute d’informations et de méthodes suffisantes, une démonstration de la qualité originale, de la singularité régionale, qui est très souvent proclamée sans vraie justification.

  • 8 A. Cholley, Guide de l’étudiant en géographie, Paris, Presses universitaires de France, 1952.
  • 9 P. George, Dictionnaire de la géographie, Paris, Presses universitaires de France, 1970 ; Y. Lacost (...)
  • 10 R. Brunet, Les phénomènes de discontinuité en géographie, Paris, Éd. du CNRS, 1967.

12La pauvreté du questionnement, l’absence de projet explicatif, tout comme d’un « programme de recherche » commun, se retrouvent jusque dans les postures disciplinaires des années 1950, qui font de la géographie une « science de synthèse », une « discipline carrefour », une « science du concret » dont l’objet serait d’identifier des « combinaisons » de faits naturels et humains8. L’insatisfaction devant la faible portée explicative des conditions du milieu naturel lorsqu’il s’agit non plus de décrire des paysages ruraux mais de comprendre des organisations territoriales par les villes, trouve une solution provisoire dans l’ajout à la description de variables qui étaient jusque-là insuffisamment prises en compte, voire occultées : l’économie et la politique9. L’homme producteur et consommateur de Pierre George s’opposait alors à l’homme-habitant de Maurice Le Lannou. Mais les diktats de l’establishment universitaire, qui règle les carrières sur la solidité d’une thèse en géomorphologie, et qui oblige ceux qui souhaitent travailler en géographie humaine à effectuer une thèse complémentaire de géographie physique, voire à commencer nécessairement leur description régionale par la mise en place des « facteurs naturels », sont de plus en plus difficilement supportés au cours des années 1950. C’est ainsi qu’à partir des années 1970, en France, l’unité de la géographie, apparemment maintenue dans la structure des départements universitaires, est remise en cause, sous la forme d’un schisme durable au plan de la recherche, entre géographie physique et géographie humaine, celle-ci se réclamant désormais de façon militante du champ disciplinaire des sciences humaines10. Ailleurs, aux Pays-Bas, en Allemagne, ou au Canada, en Suisse, la scission s’est même institutionnalisée en départements universitaires distincts.

L’environnement, exportation ou capture ?

  • 11 M.-C. Robic et al., Couvrir le monde, op. cit.
  • 12 C. Raffestin, « Écologie humaine », in A. Bailly, A. Ferras & D. Pumain, eds, Encyclopédie de géogr (...)
  • 13 Par exemple les travaux de M. Sorre, L’Homme sur la Terre, Paris, Hachette, 1961.
  • 14 M.-C. Robic et al., Couvrir le monde, op. cit.
  • 15 J. Diamond, De l’inégalité parmi les sociétés. Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire(...)

13Dans ce contexte, il est difficile de déterminer si la recherche sur l’environnement, qui échappe alors de plus en plus à la corporation des géographes, est une « exportation » consentie ou bien une « capture » par d’autres champs disciplinaires, notamment l’écologie ou l’agronomie11. Il reste que le développement d’une « écologie humaine » s’est effectué très largement en dehors de la géographie12, même si les questions que celle-ci avait initialement posées et les observations qu’elle avait accumulées auraient pu ou dû y contribuer13. Aujourd’hui, certes des géographes ont leur place dans les équipes qui sur le terrain animent les recherches conduites pour des agences de bassin ou des « zones ateliers », ou encore parmi celles qui étudient les conséquences du changement climatique, mais ils en sont rarement les leaders. L’ingénierie du paysage, pratiquée dans des instituts de recherche appliquée (à l’INRA, au CEMAGREF, au CIRAD) s’enrichit de plus en plus de considérations de sciences sociales, économie, droit, sciences politiques, et s’empare des questions de gestion et de développement des « territoires » qui étaient autrefois le fief des géographes locaux. De même, alors que les géographes se sont illustrés de façon récurrente – avec une bonne dizaine de séries menées à bien depuis la fin du xviiie siècle – dans des projets descriptifs de géographies universelles14, ce sont des biologistes ou des archéologues qui reprennent le flambeau des recherches visant à expliquer les inégalités de développement actuelles dans le monde à partir d’une articulation entre les conditions naturelles « initiales » et l’histoire des actions des sociétés15.

14C’est en fait un complet changement de paradigme scientifique, impliquant non seulement une modification du programme de recherche mais aussi un passage radical d’une conception idiographique à une conception nomothétique de la science, qui a non seulement renouvelé le savoir géographique mais aussi autorisé un nouveau régime de cumulativité des connaissances.

La spatialité des sociétés

  • 16 D. Pumain & M.-C. Robic, « Le rôle des mathématiques dans une “révolution” théorique et quantitativ (...)

15La « révolution théorique et quantitative » venue des États-Unis et des pays scandinaves, parfois via le Royaume-Uni, constitue à la fois un renversement paradigmatique et une transformation profonde de la sociologie disciplinaire16. Ces deux processus sont liés dans l’établissement de perspectives nouvelles pour envisager la cumulativité des savoirs en géographie.

Un renversement de la hiérarchie des facteurs

16L’idée que les différences et les inégalités observées à la surface de la terre ne résultent pas d’abord de la diversité des éventails de ressources disponibles dans leur environnement mais aussi des formes d’action des sociétés n’est pas apparue seulement dans les années 1950. On la trouve aussi bien chez des géographes allemands du xixe siècle comme Ritter que chez des historiens comme A. Toynbee (cependant sous la forme d’un déterminisme inversé), ou encore chez un géographe comme Pierre Gourou qui, dès les années 1930, met l’accent sur les capacités très inégales des sociétés en termes de pouvoir technique et de savoir-faire organisationnel pour expliquer les variations de niveau et de genre de vie constatées dans le monde tropical. Cependant, c’est à partir des années 1960 que s’opère un renversement dans le consensus autour du projet explicatif de la géographie, qui consiste désormais à rechercher les principales causes de la différenciation des régions non plus dans des interactions avec un « milieu naturel » local mais dans les formes et les processus de « l’organisation de l’espace » par les sociétés humaines. Schématiquement, on passe ainsi d’une recherche de causalité « verticale », de type écologique, fondée sur la co-localisation, à celle de causalité « horizontale » où c’est la réciprocité des actions, sous la forme d’interactions sociales et spatiales, et non plus la disposition de ressources et leur aménagement, qui règle le projet d’explication.

Le renouvellement passe par un changement d’école et de génération

  • 17 J. Labasse, L’Organisation de l’espace, Paris, Hermann, 1965.
  • 18 R. Brunet, « La composition des modèles dans l’analyse spatiale », L’Espace géographique, 4, 1980, (...)

17Le renversement ne concerne pas que le paradigme, mais aussi l’ordre international et sociologique établi dans la géographie : la perte d’influence de l’école de géographie française est manifeste, notamment parce qu’elle participe très peu à la création des concepts et des modèles qui vont représenter le socle désormais cumulable du savoir géographique. C’est un géographe américain, Edward Ullman, qui définit dès 1954 la géographie comme « interaction spatiale », et c’est en grande partie grâce aux traductions d’ouvrages de géographes anglais (Peter Haggett) ou américains (Brian Berry) que les nouvelles approches se diffuseront en Europe et en France. La géographie française, encore très marquée par ses carences démonstratives et ses méthodes encyclopédiques, connaît le même renversement paradigmatique dès les années 1960 mais n’en produit que des versions « molles », pas assez appuyées sur des fondements théoriques solides ou des modèles opérationnels pour permettre le jalonnement ou l’accumulation : l’organisation de l’espace17 ou la chorématique18 suscitent des engouements passagers qui font école mais ne s’exportent guère. Les concepts véritablement cumulables, au sens où ils sont reconnus avec un très large consensus comme faisant partie du bagage intellectuel de la géographie (par exemple la centralité, la polarisation, les modèles de gradients centre-périphérie, la théorie des lieux centraux, la théorie de la diffusion spatiale des innovations, la hiérarchie urbaine), dans leurs versions formalisées ou opérationnelles, sont pour la plupart importés d’écoles de géographie étrangères et bien souvent des États-Unis.

  • 19 Olivier Orain signale que l’expression apparaît pour la première fois chez Jean-Bernard Racine en 1 (...)
  • 20 A. Frémont et al., Géographie sociale, Paris, Masson, 1984.
  • 21 G. Di Méo & P. Buléon, L’Espace social, Paris, Armand Colin, 2005.
  • 22 J.-P. Ferrier, Antée, Avignon, Edisud, 1984.
  • 23 Y. Lacoste, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, op. cit.

18Cela explique que certains les aient d’abord refusés, pour des raisons politiques mais aussi par crainte du réductionnisme, et aient ouvertement dédaigné l’« illusion quantitative » et la « géographie des supermarchés » (Pierre George). Cette méfiance durable à l’encontre des applications commerciales du modèle gravitaire explique sans doute que, dans un premier temps, ce savoir géographique ait été « exporté » dans des écoles de commerce, le « géomarketing » ne regagnant que très tardivement sa place dans les départements de géographie, à la faveur de l’expansion des systèmes d’information géographique (SIG) dans les années 1990. Une autre conséquence de la suspicion d’un réductionnisme, assimilé à des postures réactionnaires, est la dénonciation par certains d’une « fétichisation19 de l’espace » (Jacques Lévy). S’oppose alors à l’« analyse spatiale », qui instaurerait comme nouveau déterminisme une explication par les « situations géographiques », une « géographie sociale20 » soucieuse des rapports sociaux de domination et respectueuse de la liberté des acteurs21 ou de la sensibilité de l’« habitant22 ». Est alors dénoncée une vision structuraliste dans les recherches sur la spatialité des sociétés, les formes ainsi identifiées dans l’espace géographique étant réinterprétées, dans les années 1970, comme une simple « projection » d’organisations sociales23.

  • 24 La géographie post-moderne réactivera, à partir des années 1990, une défiance à l’encontre du proje (...)
  • 25 J. Lévy, Le tournant géographique, Paris, Belin, 1999. Dès 1995, l’idée d’un « geographical turn » (...)

19Cependant, cette dissolution suicidaire de la géographie dans une science sociale aux contours indéterminés n’a pas duré24, ses protagonistes se ralliant dès les années 1980-1990 à l’idée d’un « tournant géographique25 ». La « révolution théorique et quantitative » en géographie correspond en effet sociologiquement à l’arrivée massive d’une nouvelle génération, issue du baby-boom et portée par le courant de Mai 1968. Elle a contribué à bouleverser les hiérarchies universitaires préétablies, en se posant contre l’establishment et la géographie « classique ». Mais les tenants de la contestation méthodologique n’étaient en général pas du côté conservateur en politique. C’est ainsi que la géographie « théorique et quantitative » n’a pas été contestée en France par un mouvement « radical » de même ampleur que celui qui a surgi aux États-Unis au milieu des années 1970 (création de la revue Antipode) et, plus tard, au milieu des années 1970 en Grande-Bretagne (publication du second ouvrage de David Harvey en 1973), d’une part parce qu’elle n’avait pas d’emblée pris des positions franchement « positivistes » ou par trop réductrices, et d’autre part parce que les postures scientifiques ne correspondaient pas à des positions institutionnelles ou politiques.

Un paradigme nomothétique et social qui permet la cumulativité

  • 26 W. Tobler, « A computer movie simulating urban growth in the Detroit region », Economic Geography, (...)

20Le nouveau programme de recherche est d’abord constructiviste, il abandonne résolument la position réaliste des générations précédentes en prônant l’explicitation de bases théoriques et méthodologiques (les colloques Géopoint organisés par le groupe Dupont à partir du milieu des années 1970 en témoignent à maintes reprises, avec des titres comme « Concepts et construits en géographie humaine », ou encore « Axiomes et théories en géographie »). Ce programme ne refuse plus l’interrogation épistémologique et l’investigation de l’histoire des sciences. Surtout, il réfute le statut dominant de la monographie et introduit un principe nomothétique considéré comme condition de possibilité d’une cumulativité des savoirs. La modélisation et les formalisations théoriques deviennent cumulatives et partageables avec d’autres disciplines (modèle gravitaire, théorie des lieux centraux, théorie de la diffusion spatiale des innovations). Elles donnent lieu à des énoncés sous forme de lois, la « première loi de la géographie » selon le cartographe américain Waldo Tobler étant que « certes tout interagit avec tout mais deux choses proches ont plus de chance de le faire que deux choses éloignées26 ».

21La rupture d’ordre épistémologique se situe bien dans l’intérêt manifesté pour les régularités : alors que les précédents précis de géographie physique ou humaine mettaient l’accent sur les classifications et des typologies de formes, ce sont désormais des processus généraux qui sont modélisés pour identifier des types structurels. La volonté de fonder une science géographique à partir de règles générales conduit même un géographe marxiste comme Roger Brunet à intituler un chapitre « Lois de l’espace » dans son ouvrage Mondes nouveaux, qui constitue le premier tome de la collection de Géographie universelle du GIP RECLUS (publiée à partir de 1990, d’abord chez Hachette puis chez Belin). Remarquons cependant que cette géographie générale est intégrée à une géographie régionale du monde, qu’elle introduit, et qu’elle s’inscrit largement dans une réflexion d’ordre classificatoire quant aux différentes façons de concevoir la régionalisation du monde. Mais surtout, notons bien les différences entre les approches américaines ou anglaises et l’approche française de la « nouvelle géographie ». Alors que les pays anglophones énoncent une « révolution quantitative », joliment illustrée par le dessin d’un aimable géant « Quantitativus » qui enlève une séduisante « Géographia » en lui faisant traverser le fleuve Calculus, les Français adoptent une démarche plus prudente, plus intégrative – et tout compte fait, peut-être bien plus « cumulative » !

22Dans les mises en forme de la notion d’un espace géographique qui serait une production sociale, deux formes de raisonnement sont utilisées. En France, Philippe Pinchemel, dans son plaidoyer pour une géographie « recentrée », tout comme Roger Brunet dans les Mondes nouveaux, propose une formalisation inductive de l’organisation de l’espace par les sociétés humaines, en identifiant des fonctionnalités sociales universelles qui produisent des formes repérables sur les cartes et dans les paysages, ainsi que des systèmes territoriaux résilients. La convergence est étonnante entre ces deux auteurs, complices dans la fondation de la nouvelle revue L’Espace géographique (en 1972), mais que tout oppose dans leur culture et dans leur pratique. Selon eux, cinq grandes fonctionnalités sont associées dans le territoire de toute société : l’appropriation du sol pour le contrôle politique ou économique, l’habitat pour la résidence et le travail, l’utilisation (ou exploitation) du sol pour la production, les réseaux de circulation pour les échanges et les maillages pour la gestion administrative. Ces cinq éléments structurels caractérisent une forme d’organisation sociale de la surface de la terre, la « mise en espace » d’un territoire. Cette présentation est originale parce qu’elle substitue un modèle géographique générique, appuyé sur des formes d’organisation de l’espace, de « mise en espace » des territoires par les sociétés, à l’inventaire classique en « tiroirs » de multiples composantes localisées qui faisaient l’ordinaire des médiocres « synthèses » de la géographie régionale – les plus talentueuses, comme celles que produisait un Pierre George par exemple, savaient sélectionner et articuler entre eux les faits saillants qui construisent l’identité d’une région, mais dans une perspective qui restait largement idiographique, ou qui du moins n’explicitait pas un modèle de référence.

  • 27 W. Bunge, Theoretical geography, Seattle, University of Washington, 1962 ; F. Schaeffer, « Exceptio (...)
  • 28 P. Haggett, Locational analysis in human geography, Londres, Edward Arnold, 1965.
  • 29 S. Rimbert, Carto-graphies, Paris, Hermès, 1990 ; C. Cauvin, « Pour une approche de la cognition in (...)

23De l’autre côté de la Manche ou de l’Atlantique, l’approche est bien plus révolutionnaire, beaucoup plus déductive qu’inductive, mais aussi bien plus réductrice. L’Américain William Bunge, à la suite des intuitions de Schaeffer, propose dès 1962 une « géographie théorique » qui commence par une formalisation géométrique et topologique de l’espace géographique, même si une présence humaine (individuelle) introduit asymétries et anisotropie dans la configuration de cet espace27. L’Anglais Peter Haggett propose de partir du concept de mouvement pour identifier ensuite des points, des lignes et des surfaces comme les éléments constitutifs de l’espace géographique28. Le propos est le même qu’en France, il s’agit de construire une intelligibilité des systèmes spatiaux, mais cette épistémologie est beaucoup plus formalisée, d’une part parce qu’elle utilise davantage de modèles et d’équations mathématiques, et d’autre part parce qu’elle explicite les relations à l’échelle individuelle, pour fonder la géographie sur des comportements ou des pratiques – sous l’influence des modèles de l’explication économique, ou encore de l’individualisme méthodologique. Les géographes français mettront longtemps, sinon à se doter d’un homo geographicus, toujours très contesté pour la réduction qu’implique une telle formulation, du moins à travailler à l’échelle des individus. Les initiatives en ce sens viendront de quelques cartographes formés aux méthodes du cognitivisme29 ou de la démographie (Brigitte Baccaïni) mais surtout, et plus tard, des courants phénoménologiques et postmodernes à partir des années 1980. Il reste que l’approche des géographes français, qui d’emblée réfléchissent aux échelles moyennes, intègre un contenu social plus riche que celui des géographies anglophones, plus proches de l’économie et de la science régionale.

  • 30 G. Nicolas, Erathostène, l’espace originel, Berne, Peter Lang, 1984.
  • 31 H. Reymond, « Une problématique théorique », in H. Isnard, J.-B. Racine & H. Reymond, Problématique (...)

24Il est intéressant à cet égard de comparer les quelques tentatives explicites d’axiomatisation de la géographie qui ont été produites : celle de l’américain William Bunge en 1962 est très largement géométrique, celle d’un George Nicolas en 1984 se fonde sur la pratique épistémologique la plus fréquente des géographes (axiome de différenciation : « est géographique tout objet qui différencie la surface terrestre », axiome de situation30), tandis que Henri Reymond propose un principe, un processus explicatif général, orienté dans le temps, de transformation, par les sociétés, de l’« étendue », c’est-à-dire la surface terrestre avec ses rugosités, ses orientations et ses discontinuités, en « espace » (avec l’injection de propriétés de continuité, d’homogénéité et d’isotropie31). On le voit, les deux propositions axiomatiques francophones sont très éloignées d’une simple géométrie, et elles rejoignent l’idée déjà avancée par Henri Lefebvre d’une « production de l’espace » par les sociétés humaines.

Vers une conciliation des deux paradigmes

25Les deux paradigmes dans lesquels la géographie s’est successivement reconnue sont-ils conciliables ? Dans quelle mesure les savoirs acquis par l’un et par l’autre sont-ils cumulables ? On pourrait penser à première vue que des explications fondées sur deux ensembles de relations « orthogonales », celles dites « verticales » entre les sociétés et leurs milieux, et celles dites « horizontales » entre des acteurs et des entités géographiques, ont peu de chances de se cumuler.

26Dans un premier temps, et en dépit des efforts de conciliation de la génération des géographes nés dans les années 1920-1930, l’articulation entre les savoirs de la géographie classique et ceux de la « nouvelle géographie » se fait difficilement. Il faut voir ici aussi un effet du changement des générations, et de la soudaine explosion du nombre des chercheurs, dans la multiplication et la diversification des centres d’intérêt, qui va de pair avec la spécialisation des savoirs et des méthodes : par exemple en France, alors qu’en 1935 on dénombrait seulement une trentaine de géographes en poste académique, ils n’étaient encore qu’une centaine d’universitaires et de chercheurs en 1965, mais plus d’un millier en 1995. L’éclatement des thématiques et l’hétérogénéité des postures autour de la géographie comme science de l’espace des sociétés conduisent au pluralisme des pratiques, au cours des décennies 1980-1990, avec des conflits très marqués et une succession de « modes » dans les pays anglophones, mais des oppositions plus feutrées, voire des ignorances réciproques et tacites dans les pays francophones entre des « courants », plus que des « chapelles », qui continuent à fonctionner en parallèle sur toute la période en s’ignorant plus ou moins délibérément.

  • 32 P. Pinchemel & G. Pinchemel, La face de la terre, Paris, Armand Colin, 1988, p. 27.

27En France, alors que la spécialisation des géographes était très faible avant 1960, une première coupure nette intervient à cette date entre géographie physique et géographie humaine, qui ne sont plus du tout pratiquées simultanément ou successivement dans une carrière par les mêmes personnes. L’isolement de la géographie physique a été préparé paradoxalement par son statut plus scientifique, elle s’était, plus tôt que la géographie humaine, frottée aux méthodes d’investigation de terrain et aux analyses de laboratoire, et s’est trouvée contrainte de se spécialiser davantage pour conserver une crédibilité face à l’appareillage démonstratif des sciences de la nature. Dans toute la géographie, les spécialisations thématiques, qui se limitaient auparavant à quelques grandes rubriques (géomorphologie, climatologie, biogéographie, plus rarement hydrologie pour la géographie physique, géographie rurale, géographie économique, géographie de la circulation pour la géographie humaine), se sont dans les décennies suivantes affinées et multipliées, au point qu’un Philippe Pinchemel se désole de ces proliférantes « géographies » (entre autres fondées sur le dénombrement des nuitées touristiques, ou les lieux de production de telle ou telle matière première agricole ou industrielle32), qui certes ont en commun la réalisation d’inventaires de faits localisés, mais qui ne sont que très rarement replacés dans l’un ou l’autre des grands systèmes d’intelligibilité proposés par la géographie.

  • 33 Pour illustrer ce point, il faut souligner la présentation tendancieuse et parfois erronée des conc (...)
  • 34 J.-F. Staszack, « La géographie », in J.-M. Berthelot, ed., Épistémologie des sciences sociales, Pa (...)
  • 35 P. Claval, Épistémologie de la géographie, op. cit., p. 183.
  • 36 Toutefois, sa dénonciation du conservatisme de l’analyse systémique ne laisse pas de surprendre : « (...)

28Contre la possibilité de cumuler les explications produites à l’intérieur des deux paradigmes, il n’y a pas que l’éclatement des savoirs plus spécialisés, mais aussi le maintien de postures hostiles à leur conciliation. Des hostilités bien déclarées, tout autant que le consensus mou qui les avait précédées, ne favorisent pas la recherche de fondements explicatifs solides à la discipline. Souvent, ces rivalités sont d’ailleurs bien davantage appuyées sur des postures politiques, celles qu’on affiche pour soi-même ou celles qu’on impute aux autres, ou encore sur des accusations d’oubli ou d’ignorance dans l’analyse d’un facteur jugé essentiel, plutôt que sur des interprétations alternatives et divergentes d’un même ensemble de faits géographiques qui feraient l’objet de discussions serrées33. Ces blocages idéologiques n’épargnent pas la géographie physique, et Gérard Hugonie se plaît à rappeler la querelle des années 1950-1960 entre les tenants de la tectonique « géosynclinale », soutenue par les géographes soviétiques et donc les géographes marxistes français (dont Jean Tricart), et la tectonique des plaques, défendue par leurs adversaires en politique au temps de la guerre froide. Le plus souvent, les prises de position quant au projet explicatif de la discipline demeurent peu explicites, ou caricaturent des points de vue adverses plus souvent qu’elles n’organisent le débat : ainsi de l’infamante étiquette « néo-positiviste », dont Jean-François Staszack, par ailleurs nuancé, affuble la nouvelle géographie, ou la dénonciation d’un « spatialisme » largement imaginaire par Michel Lussault34. Ces négations critiques valorisent au contraire la géopolitique (avec la revue Hérodote, créée par Yves Lacoste en 1976, et la revue Espaces-temps, lancée en 1975) qui questionne les mobiles idéologiques et la géographie culturelle (création par Paul Claval en 1992 de la revue Géographie et Cultures) pour sa dimension humaniste et son ouverture à la différence. C’est peut-être oublier un peu vite que Claval aussi avait participé à l’aventure de la création de L’Espace géographique, joué un rôle essentiel de « passeur » des travaux suédois et nord-américains alors qu’il enseignait à l’université de Besançon dans les années 1970, et souligné les apports non seulement méthodologiques mais aussi phénoménologiques et cognitifs de la « nouvelle géographie » américaine. Claval donne d’ailleurs, dans un ouvrage récent35, une vision beaucoup plus œcuménique du projet de la géographie36.

  • 37 D. Harvey, Social justice and the city, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1973.
  • 38 Cette initiative a donné lieu à une tradition vivace de colloques européens, qui réunissent tous le (...)

29Les anathèmes contribuant à réfuter toute idée de cumulativité entre les savoirs issus de différents paradigmes ont été encore plus virulents dans d’autres pays. La « nouvelle géographie » américaine des années 1950 a été contestée par une géographie « radicale », inspirée par les idées marxistes, selon une dynamique toutefois plus compassionnelle que révolutionnaire – si l’on excepte les vigoureuses argumentations anti-capitalistes de David Harvey37. Se sont ensuite succédé des géographies phénoménologiques, humanistes, des géographies des minorités, qui, combinées au succès de la « French theory » à partir de la fin des années 1980, aboutissent au relativisme quasi absolu des géographies postmodernes. Alors qu’aux États-Unis, à la fin du xxe siècle, le très grand nombre des géographes (le congrès de l’Association des géographes américains réunit bon an mal an quelque sept mille chercheurs et enseignants) autorise une coexistence relativement pacifique entre des courants très divers, en Grande-Bretagne le conflit fait rage entre les « postmodernes » parvenus au plus haut du pavé et les « quantitativistes » confinés à quelques centres très spécialisés, de niveau international, et très sollicités par les applications de la recherche. En Allemagne, le mandarinat universitaire a eu définitivement raison du petit groupe de géographes quantitativistes et radicaux qui avait émergé au milieu des années 1970 et qui participait, au même titre que Français et Britanniques, au premier colloque européen de géographie théorique et quantitative, organisé à Strasbourg en 1978 par Sylvie Rimbert, André Kilchenman et Richard Bennett38.

  • 39 F. Durand-Dastès, « La mémoire de Gaïa », Brouillons Dupont, 1990.
  • 40 P. Pinchemel & G. Pinchemel, La face de la terre, op. cit.
  • 41 A. Reynaud, Société, espace et justice, Paris, Presses universitaires de France, 1981.

30C’est donc en France que, par-delà les concessions aux modes postmodernes (par exemple la place faite aux acteurs) ou aux sollicitations d’applications techniques contemporaines (par exemple l’omniprésence du recours aux SIG), semble persister le projet d’une réunification de la géographie autour d’un programme de recherche qui synthétiserait les deux paradigmes. À côté des mobilisations collectives effectuées pour une géographie régionale renouvelée dans le cadre de la publication de la Géographie universelle du GIP RECLUS sous la direction de Roger Brunet (1990), où la réflexion la plus aboutie est sans doute celle de François Durand-Dastès qui replace nature et culture parmi les « mémoires du monde39 », avec leurs échelles temporelles propres, les suggestions de Philippe et Geneviève Pinchemel40, articulant les deux processus d’anthropisation des milieux et de spatialisation des sociétés, demeurent des pistes utiles pour une « géographie recentrée ». Cependant, on est obligé de constater l’échec relatif de ce recentrage sur la notion de système spatial, qui ne constitue pas un paradigme suffisamment fort ou assez partagé, parce qu’il propose encore une typologie sans associer une méthodologie à son programme de recherche, ou plutôt parce qu’il est assorti d’un grand éclectisme méthodologique. D’autres approches, comme celle illustrée par Alain Reynaud pour une analyse multiscalaire du modèle centre-périphérie et de ses avatars en différentes parties du monde41, proposent d’autres pistes pour un enrichissement croisé entre analyse spatiale et théorie marxienne des inégalités sociales. Mais le même Alain Reynaud, dans une « perspective cavalière » sur l’évolution de la discipline, reste sceptique, soulignant « diversité assumée, co-existence pacifique et ignorance mutuelle » comme pratiques usuelles du non-débat sur les fondements disciplinaires en géographie.

  • 42 Un bon exemple de cette démarche, appliquée à un terrain difficile, est l’étude de Frédéric Landy s (...)
  • 43 E. Soja, Postmetropolis…, op. cit.
  • 44 R. J. Johnston et al., Dictionary of human geography, 4e éd., Londres, Blackwell, 2000.
  • 45 O. Orain, De plain-pied dans le monde. Écriture et réalisme dans la géographie française au xxe siè (...)

31Il reste qu’après un demi-siècle de relative domination, chacun des deux paradigmes a plus ou moins explicitement trouvé sa place dans l’identité épistémologique de la géographie. Les notions de risque, de vulnérabilité, de nature socialisée impliquées dans les questions d’aménagement et d’environnement ont relégitimé les pratiques de la géographie physique. Un consensus s’est établi pour admettre que la géographie est une science humaine – les problématiques du changement climatique et du renouvellement des ressources ayant imposé cette vue également chez les tenants de la géographie physique les plus « durs », les plus proches des sciences de la terre – et surtout, au risque de quelques ambiguïtés du côté des astronomes et des spécialistes de télédétection, comme la « science de l’espace ». La réunification paradigmatique s’effectue au profit d’une approche multiscalaire des recherches de causalité, et c’est le jeu des interactions entre les niveaux d’échelles, plutôt que le choix entre explications verticales ou horizontales, qui constitue désormais l’horizon des recherches, quelle que soit la spécialisation thématique des géographes42. En dépit des postures postmodernes affichées par quelques individualités marquantes43 et encore très largement soutenues par certains courants des écoles anglaise et américaine44, la tendance dominante est au refus du relativisme absolu et du négativisme scientifique. Nous faisons l’hypothèse que ce consensus paradigmatique retrouvé, certes relatif, encore souvent assez implicite et dilué dans un foisonnement de spécialisations, a été rendu possible grâce à l’accumulation des savoirs issus de formalisations initialement « réductrices », mais dont les apports ont été introduits dans le capital intellectuel de la discipline. Ces apports sont de deux types : des enrichissements conceptuels par emprunt à d’autres disciplines, et des modèles propres, mais souples et modulables – si on les compare à ceux de disciplines plus formalisées comme l’économie. Ils ont été acceptés parce qu’ils allaient dans le sens du projet général de la géographie, qui ne veut rien lâcher de la complexité du monde. En revanche, il est plus difficile de déterminer quelle est la part du « constructivisme » ainsi importé dans une discipline traditionnellement très « réaliste45 », dans le processus de progression de la cumulativité des connaissances en géographie.

II. Une cumulativité par les modèles : l’ouverture systémique

  • 46 P. Pinchemel & G. Pinchemel, La face de la terre, op. cit., p. 441.

32La cumulativité en géographie passe par la consolidation de ses principaux concepts intégrateurs, revisités dans une perspective systémique : « systèmes spatiaux, régions, milieux, paysages, autant de “touts” qui sont plus que l’addition des “parties”46 », au cours des cinquante dernières années. Deux processus contraires ont opéré : d’une part, une simplification par des points de vue extrêmement tranchés, empruntés à d’autres disciplines ou à des courants de pensée, qu’il s’agisse de ceux de l’idéologie marxiste, de la formalisation mathématique, du cognitivisme ou du relativisme culturel ; d’autre part, une reprise et un enrichissement d’anciens concepts par ces apports nouveaux. En fait, ces deux processus relèvent d’une même démarche de modélisation, qui conduit à expliciter les univers de référence, les définitions et les moyens de mesure et de démonstration, en se situant de plus en plus dans la visée paradigmatique générale ouverte par les théories de la dynamique des systèmes.

L’enrichissement conceptuel : régions et territoires

  • 47 M.-C. Robic, ed., Le « Tableau de la géographie de la France » de Vidal de La Blache, op. cit.
  • 48 É. Juillard, « La région, essai de définition », Annales de Géographie, 71 (387), 1962, p. 484-499.

33On peut apporter un premier exemple d’enrichissement conceptuel intervenu à la suite de travaux réductionnistes, avec la notion de région. La notion de région n’avait été que sommairement formalisée par l’école vidalienne47. Parallèlement aux injonctions de justification de la délimitation des zones étudiées dans les thèses de géographie régionale, et aux querelles de frontière qui en résultaient éventuellement, la question cruciale du critère d’identification de la spécificité régionale avait été posée, par exemple dans le travail de Lucien Gallois sur « régions naturelles et noms de pays ». En soulignant la part importante de l’histoire dans certaines délimitations, par rapport à celle des limites géologiques ou pédologiques, l’auteur mettait en cause la pertinence du paradigme dominant le questionnement géographique de l’époque. Avec l’émergence du concept d’organisation de l’espace, une remise en cause plus radicale propose, à partir des années 1950, de substituer la « région polarisée » à la « région homogène ». Selon l’expression de Pierre George, « ce n’est plus la région qui fait la ville, mais la ville qui fait la région ». La région ne se repère plus alors par ses limites, par un changement de paysage lié à celui de la nature du sol, mais par son centre, qui polarise la vie de relations. Celle-ci s’organise en cercles d’intensité décroissante en fonction de l’éloignement du centre, et dès 1949, avec les étudiants de tous les instituts de géographie, George Chabot publie au CNRS une carte détaillée des zones d’influence des grandes villes françaises. Il montre comment la portée de l’influence varie selon l’indicateur choisi. Étienne Juillard formalise cette description de la région polarisée en la reliant à la vitesse et à la portée des relations, selon une approche de géographie historique et dans une perspective, plus normative, de comparaison des gabarits des régions européennes48.

34C’est un apport essentiel de l’analyse spatiale que d’avoir contribué à préciser, avec des moyens de validation scientifique, comment le concept de région se construit sur le plan méthodologique, en agrégeant des unités spatiales élémentaires à partir de batteries d’indicateurs variés et de modèles spatiaux relationnels. La région homogène se définit par des relations d’équivalence, selon divers ordres de similitude, à une échelle donnée. La région polarisée correspond à des champs d’attraction, repérés par des flux d’échanges, elle révèle les effets cumulés d’asymétries dans les interactions qui organisent l’espace géographique. Sur ces bases conceptuelles sont proposées des méthodes objectives et reproductibles de l’identification des entités régionales, assorties de mesures de la ressemblance dans le premier cas, de la dépendance dans le second cas. Certes, les premiers formalismes, encore très dépendants d’un état limité de la technique, ne donnent pas d’emblée tous leurs fruits, si bien que certaines applications peuvent à juste titre être considérées comme réductrices, appauvrissant la richesse des intuitions et des points de vue des descriptions régionales antérieures. Les « classiques » critiquent la réduction de l’information mobilisée aux seuls indicateurs quantifiables et la rareté des « découvertes » comparées à la lourdeur de l’investissement méthodologique, par la suite les tenants de la géographie sociale mettent en cause la déshumanisation de travaux qui substituent l’investigation statistique à l’enquête directe et suspectent les « facteurs » descriptifs issus des analyses d’occulter la recherche des stratégies des « vrais » acteurs.

  • 49 R. Brunet, Les phénomènes de discontinuité en géographie, op. cit. ; C. Grasland, « L’analyse des d (...)

35Cette première formalisation des constructions régionales à partir des analyses factorielles et des classifications automatiques d’unités spatiales élémentaires rassemblées en classes assorties d’une contrainte de contiguïté n’est en effet pas très innovante sur le plan conceptuel. Elle ne fait que formaliser méthodologiquement la notion très classique de combinaison régionale. Le tableau d’information géographique (Berry) transcrit de façon objectivée les observations sur lesquelles s’appuie cette notion, en les traduisant en indicateurs, physiques et humains, quantitatifs ou qualitatifs, qui sont ensuite soumis à l’analyse multivariée. Celle-ci donne une expression un peu plus cumulable au savoir géographique, parce qu’elle permet de hiérarchiser les facteurs de différenciation régionale et de mesurer (au moyen des analyses de variance par exemple) l’amplitude des écarts, des inégalités, qui conduisent à identifier des entités originales. L’analyse multi-variée résume les corrélations entre indicateurs et identifie ainsi des « dimensions » indépendantes, qui sont à la fois hiérarchisées et associées dans des typologies par classification automatique : les classes de ces typologies sont exactement la version formalisée, objective et reproductible, des « combinaisons » régionales de la géographie classique. La démarche intellectuelle ainsi formalisée conserve la même référence à un principe de description inductive de la diversité du monde. Mais le fait d’avoir mesuré l’amplitude des différences constatées permet d’ouvrir la porte à d’autres questionnements quant à leur explication, et d’interroger les discontinuités49.

  • 50 L. Anselin, Spatial econometrics. Methods and models, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 1988 ; (...)

36Surtout, les méthodes mises au point pour l’identification de régions, homogènes ou polarisées, ont aussi permis d’apporter des réponses à des recherches portées non plus par l’intérêt idiographique mais par des programmes nomothétiques. Elles s’inscrivent alors dans des procédures de test de théories et de modèles spatiaux. La mesure de l’autocorrélation spatiale dans des découpages variables, à des niveaux de résolution différents, a permis par exemple au géographe anglais Stan Openshaw d’établir, contre l’avis de statisticiens patentés, que les cas de leucémie infantile, en nombre restreint, apparus dans une région du nord de l’Écosse, et dont les méthodes classiques de la statistique considéraient la distribution comme purement aléatoire, étaient en fait spatialement concentrés de façon significative autour d’une usine d’incinération. Les méthodes de statistique spatiale se sont perfectionnées, proposant des solutions à la variabilité des unités de collecte d’information (MAUP ou Multiple Areal Units Problem) ou à l’intégration de données issues de sources multiples, et sont discutées dans des revues comme Geographical Analysis. Avec les systèmes d’information géographique, ce sont aussi des logiciels très complets qui sont désormais proposés aux utilisateurs de toutes disciplines (non seulement les géographes, mais aussi les archéologues, voire les économistes) comme ceux réalisés par Luc Anselin, pour tester les effets des proximités ou des distances dans des distributions géoréférencées, tandis que l’atlas mondial des maladies de Andrew Cliff et Peter Haggett apporte de nombreux autres exemples d’éclairage des théories de la diffusion géographique des épidémies par les mesures de ressemblance et de dépendance spatiale entre des indicateurs50.

  • 51 A. Frémond, La région, espace vécu, Paris, Presses universitaires de France, 1976.
  • 52 Les travaux de Renée Rochefort ont été reconnus pionniers dans cette voie.
  • 53 A. Bailly, La perception de l’espace urbain, Paris, CRU, 1977.
  • 54 E. Dardel, L’homme et la terre, Paris, CTHS, 1952.
  • 55 Y.-F. Tuan, Topophilia. A study of environmental perception, attitudes and values, Englewood Cliffs (...)
  • 56 M. Le Berre, « Territoires », in A. Bailly, R. Ferras & D. Pumain, eds, Encyclopédie de géographie, (...)
  • 57 Voir, par exemple, B. Debarbieux, « Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique », L’Espa (...)

37Mais l’enrichissement du concept de région est aussi venu de la géographie politique et de la géographie des représentations, nourries d’autres sciences sociales. Le principe idiographique sur lequel étaient fondées la reconnaissance et l’identification de cet « être géographique » (Vidal) s’est enrichi d’une plus grande explicitation du rapport des individus à l’espace et au territoire. L’ouvrage d’Armand Frémont, La région, espace vécu51, emprunte à la psychologie, individuelle et sociale, et est à l’origine de deux importants courants de recherches : la géographie sociale, orientée vers la mise à jour des intérêts, des stratégies et des conflits des acteurs individuels ou collectifs52, et la géographie de la perception53, rebaptisée ensuite géographie des représentations sous l’influence non pas tant d’un géographe français oublié54 que des géographes humanistes anglophones55. En modifiant la focale des échelles d’analyse, on serait ainsi passé de la personnalité régionale à la personnalisation des rapports au territoire56. D’une certaine manière, la notion d’identité territoriale qui traverse les échelles géographiques représente donc une certaine cumulativité, même pour cette approche apparemment très idiographique ou subjective des objets de la géographie57.

  • 58 Cf. J.-P. Gaudin, L’aménagement de la société, Paris, Anthropos, 1979.
  • 59 A. Giddens, La structuration de la société, Paris, Presses universitaires de France, 1984.

38Les emprunts aux autres sciences sociales ont été très nombreux, qu’il s’agisse de la philosophie phénoménologique, de la psychologie sociale, de l’ethnologie, ou des cultural studies. Dans la valorisation de la perception et des représentations individuelles, dans l’approfondissement du rapport au monde, sensible plus que cognitif, on retrouve certes des importations de l’engouement postmoderne pour les minorités ou de l’individualisme méthodologique, avec cependant un fil directeur qui est issu de la tradition géographique, et qui passe assez facilement du genre de vie à l’espace vécu. Mais un autre aspect de l’intérêt renouvelé des géographes pour les autres sciences sociales est certainement la fascination pour l’acteur (capable d’écriture sur la terre en tant qu’urbaniste ou aménageur, ou détenteur des leviers cachés du pouvoir de décision), qui est le pendant de l’impératif d’utilité que se sont assigné parfois les géographes (sous des expressions comme géographie appliquée, ou géographie active, et défendues par des militants de l’action régionale comme Michel Phlipponneau, ou politique comme Pierre George), dès les années 1950-1960 (cette évolution est liée au retour en métropole des ingénieurs aménageurs chassés des colonies et au contexte de développement industriel de la période58). À partir des années 1990, l’adoption généralisée du terme de « territoire » par des disciplines des sciences naturelles (écologie, hydrologie) ou de l’ingénierie (agronomie, eaux et forêts), dès lors qu’ils tentent d’insérer leur savoir dans un milieu social d’acteurs localisés, est la forme la plus banale mais peut-être aussi la plus triomphante de l’apport de la géographie à un savoir fondamental quant à la dimension « régionale » de la vie des sociétés59. Instruite par une longue histoire de savoirs accumulés, mais peu cumulables parce que peu formalisés, cette approche très multivariée, multiéchelles et multi-acteurs des « territoires », « du local au global », redécouvre une antienne de la géographie dans sa plus profonde tradition.

La modélisation des interactions spatiales

  • 60 C. Cauvin, « Pour une approche de la cognition intra-urbaine », op. cit.

39Les modèles, qui résument à la fois une position théorique et les résultats d’un certain nombre d’expériences empiriques, permettent l’accumulation des connaissances à partir du moment où ils sont représentés sous la forme d’équations mathématiques ou de simulations informatiques, et donc peuvent (en principe) faire l’objet d’expérimentations répétables et d’améliorations récurrentes. Cette précision au sujet de ce qu’on entend ici par modèle est nécessaire, car les géographes, qui s’appuient constamment sur la cartographie, sont fort friands de représentations iconiques, volontiers appelées « modèles » par certains. Certes, les cartes sont déjà des modèles, parce qu’elles simplifient plus ou moins violemment le « terrain » en fonction de l’échelle à laquelle elles le représentent, par la sélection qu’elles opèrent quant aux faits à représenter, mais aussi par la méthode de généralisation de ces faits, les symboles, les formes d’implantation cartographique et les variables visuelles qu’elles utilisent. Cependant, la transmission des informations par ce moyen est à la fois source d’imprécision et d’ambiguïté, que seules des mesures et des calculs mathématiques permettent de lever, par exemple lorsqu’il s’agit de comparer des cartes. À cet égard, seules des méthodes mathématiques comme celles mises au point par Waldo Tobler et propagées par Colette Cauvin60 pour comparer les représentations cognitives de l’espace peuvent extraire une connaissance cumulable à partir des « cartes mentales » (Peter Gould) dessinées par les individus.

40C’est le domaine de la modélisation des interactions spatiales qui a sans doute contribué avec le plus de succès à la cumulativité des savoirs en géographie au cours de la seconde moitié du xxe siècle. L’équation de base, celle du modèle gravitaire, s’est très vite libérée d’une analogie superficielle avec le modèle newtonien et de la « physique sociale » d’un Zipf ou d’un Stewart, pour s’enraciner durablement dans de multiples observations de l’effet de l’éloignement d’un centre sur la densité et la fréquence des interactions, qu’il s’agisse des densités urbaines, des navettes domicile-travail ou des migrations résidentielles, et même de types de communication (comme les échanges postaux ou les messages électroniques) a priori affranchis des contraintes matérielles de la distance. Le chapitre de l’interaction spatiale est ainsi l’un des domaines de la géographie où les savoirs « cumulables » sont les plus importants, avec des filières reconnaissables dans les familles de modèles et leurs sources d’inspiration théorique. Ce sont cette fois la physique et les mathématiques, mais aussi les statistiques et l’informatique, qui ont été mises à contribution pour la formalisation de cette « première loi » de la géographie.

  • 61 A. Wilson, Entropy in urban and regional modelling, Londres, Pion, 1970.
  • 62 W. Weidlich & G. Haag, eds, Interregional migrations. Dynamic theory and comparative analysis, Berl (...)
  • 63 A. Reynaud, Société, espace, justice, op. cit.
  • 64 M. Guérois, Les formes des villes vues du ciel, thèse de doctorat, Paris, Université de Paris I, 20 (...)
  • 65 D. Janelle, « Spatial reorganization », Annals of the Association of American Geographers, 59 (2), (...)
  • 66 A. Bretagnolle & M.-C. Robic, « Révolution des technologies de communication et représentations du (...)
  • 67 D. Pumain, « Pour une théorie évolutive des villes », L’Espace géographique, 2, 1997, p. 119-134.

41La formule générale est extrêmement simple à retenir : les échanges entre deux lieux sont directement proportionnels au produit de leurs masses et inversement proportionnels à la distance qui les sépare. C’est l’une des deux raisons majeures de la force du modèle. Mais l’efficacité du modèle en géographie n’a rien à faire avec une quelconque analogie : même les applications les plus directement inspirées par les théories physiques, comme les premières formalisations en termes de maximisation de l’entropie d’Alan Wilson61 ou dans les termes de la synergétique62 ne cherchent pas à trouver des analogues aux pressions ou températures de la thermodynamique, pas plus qu’une expression énergétique des facteurs d’ordre de l’auto-organisation. Au contraire, la seconde force du modèle, qui tient à son pouvoir d’« explication » statistique, très exceptionnelle en sciences sociales (on rend compte très couramment avec un modèle simple de près de deux tiers de la variance des flux observés dans un territoire à une échelle donnée), a conduit à interroger tous les termes de l’équation pour leur trouver des justifications socialement convaincantes. La mise en question du rôle des masses a conduit à évaluer des forces d’attraction et de répulsion des lieux, à en rechercher les causes dans les représentations individuelles et collectives de l’espace, à explorer les asymétries de la domination et de la valorisation63 ; l’examen des effets de la distance sur l’affaiblissement de l’intensité et de la fréquence des échanges a mis au jour des sensibilités différenciées selon les catégories sociales, les cultures et les moyens de communication, ouvrant la voie à des mesures du degré d’explication des homogénéités ou des polarisations régionales en fonction des distances exprimées en coût ou en temps. La dualité de l’organisation des espaces en réseaux de connexité et en territoires de continuité à différentes échelles se trouve ainsi reliée à la multifractalité de l’espace géographique selon la vitesse et la facilité des transports qui l’ont façonné64. La conception d’un espace géographique dépendant de la forme, de l’intensité et de la portée des interactions sociales aux différentes époques historiques, permet de produire une théorie de la « réorganisation spatiale65 » liée à la contraction de l’espace-temps des interactions sociales et des représentations collectives qui leur sont associées66. Elle est indispensable à la formulation d’une théorie évolutive des entités géographiques, qu’il s’agisse de réseaux, de territoires ou de systèmes urbains67.

42Le pouvoir d’un tel modèle pour assurer une cumulativité des savoirs s’étend à ce qu’il ne prend pas en compte : alors que les statisticiens tiennent les écarts au modèle, les résidus, pour du « bruit », les géographes ont très souvent conçu leur emploi des modèles, non pas tant pour confirmer la validité de l’expression d’une loi générale que pour en filtrer les effets, déjà connus et donc banaux, en vue d’identifier des spécificités locales ou régionales. Les résidus positifs ou négatifs des modèles d’interaction sont ainsi interprétés en termes de préférence pour les échanges entre des lieux ou de barrières opposées à la circulation. Le modèle prépare ainsi des investigations raisonnées de facteurs qui ne sont plus posés a priori comme explicatifs des différenciations, mais dont le pouvoir explicatif est révélé et mesuré par les écarts au modèle. Frontières politiques, barrières culturelles ou linguistiques, ou relations de longue date établies par des filières de migration sont ainsi resituées, avec leur dimension idiographique, dans un cadre nomothétique préalablement établi.

  • 68 C. Brunsdon, A. S. Fotheringham & M. E. Charlton, « Geographically weighted regression : A method f (...)

43En ce sens, il n’y a pas une incompatibilité paradigmatique entre le projet de la géographie classique et celui de l’analyse spatiale. L’attachement des géographes à la diversité des lieux et à l’explication de cette diversité les réunit. Cette posture transparaît le mieux dans les différences d’usages et de pratiques des analyses multivariées, par les géographes et par les économistes. Alors que les modèles économétriques sont des régressions multiples conçues pour identifier des relations reproductives et prédictives, qui intègrent une majorité des facteurs nécessaires à l’intelligence des variations d’une variable dépendante, les géographes, lorsqu’ils se servent de cet instrument, l’utilisent surtout pour faire apparaître des résidus locaux. Ils ont même mis au point récemment des opérateurs locaux qui réalisent des convolutions variables dans un certain voisinage, pour mieux explorer les variétés locales des associations d’indicateurs explicatifs68. Surtout, ils continuent d’employer d’autres analyses multivariées (analyses factorielles et classifications), qui mettent l’accent sur des relations statistiques entre des indicateurs mais dont aucun n’a d’emblée plus vocation que les autres à représenter l’enjeu de la modélisation, ils restent en cela fidèles au projet d’exhaustivité de la description géographique, tant en termes de localisation que de variété des descripteurs. La question « où », « pourquoi là et pas ailleurs », telle que la formule avec humour François Durand-Dastès, est bien toujours présente au cœur du questionnaire géographique.

Un saut conceptuel : du modèle linéaire (la combinaison statique) au systémisme (la dynamique des interactions)

  • 69 D. Pumain, « La géographie saurait-elle inventer le futur ? », Revue européenne des sciences social (...)

44Le modèle linéaire imprègne la vision épistémologique de la géographie classique, qui imagine l’addition des facteurs constituants, leur combinaison selon une combinatoire d’éléments insérés comme dans un jeu de construction. On retrouve des traces de cette vision linéaire dans la conception de l’espace géographique comme un feuilletage en plusieurs couches superposant milieu naturel et différents types d’activités humaines (Lacoste), dans l’emploi des analyses multivariées regroupant les indicateurs en combinaisons linéaires indépendantes, dans la combinatoire des structures élémentaires de l’espace dans des chorèmes. Cette vision, intégrée dans les systèmes d’information géographiques (SIG) sous forme de couches d’information distinctes et superposables, pourrait se pérenniser si ces outils sont employés dans des applications purement techniques, en dehors de modélisations de l’espace plus conformes à l’avancement actuel des connaissances de la science géographique. La vision linéaire se traduit aussi dans le temps, pour ceux qui définissent la géographie comme la « dernière couche de l’histoire », réduisant la connaissance en géographie à un simple constat, à une « mise à jour » d’états antérieurs69. Trop souvent, la notion de dynamique a été confondue en géographie avec celle de cinétique, ou de croissance et de développement (le dynamisme régional).

45À cette vision linéaire s’oppose celle des interactions qui façonnent les sous-systèmes interdépendants et qui sont susceptibles de produire des retournements de situation, telle la transformation de la « Champagne pouilleuse » en riche zone à blé, inversant son rapport de niveau de vie avec celui de la Champagne humide, ou encore le basculement des centres du système-monde, de la Méditerranée à la mer du Nord, puis vers les littoraux atlantiques et le Pacifique. En dépit de sa vision linéaire, la géographie classique avait perçu l’importance des solidarités et des interdépendances, sous la forme d’un organicisme peu formalisé (Maximilien Sorre intégrait des éléments de géographie humaine dans sa notion de « complexe pathogène », Pierre George évoquait un « complexe de situation »). Mais la géographie classique n’avait guère produit de représentation systématique des évolutions territoriales.

  • 70 O. Orain, De plain-pied dans le monde…, op. cit.

Le schème systémique est venu à point nommé pour redonner une légitimité scientifique au type d’objets épistémiques que les géographes affectionnent : des artefacts complexes et hétérogènes, non réductibles à une unité organique, et manifestant une certaine pérennité dans le temps70.

  • 71 Association française pour la cybernétique économique et technique.
  • 72 Groupe Dupont, « Le modèle AMORAL », L’Espace géographique, 4, 1986.
  • 73 D. Pumain, L. Sanders & T. Saint-Julien, Villes et auto-organisation, Paris, Economica, 1989.
  • 74 P. Frankhauser, La fractalité des structures urbaines, Paris, Economica, 1993 ; L. Sanders, Système (...)

46Nulle surprise donc à ce que les géographes aient été parmi les premiers en sciences humaines à suivre les activités de l’AFCET71, dès les années 1970, comme celles de la Société européenne des systèmes complexes, dans les années 2000. Prévisible aussi leur intérêt précoce pour des modélisations originales à partir des programmes de l’analyse de systèmes de Jay Forrester (AMORAL, le modèle dynamique d’un « pays » touristique proposé à la DATAR par le groupe Dupont72), des théories des structures dissipatives de Ilia Prigogine73 ou de la synergétique de Herman Haken74.

47La mise en œuvre des concepts de rétroaction n’est possible en géographie qu’avec des instruments de calcul très puissants, en raison de la croissance exponentielle du nombre des interactions spatiales à prendre en compte pour la modélisation des dynamiques. Cela n’a pas empêché quelques géographes de proposer des modélisations dynamiques très intéressantes sous des formes qualitatives, au moyen de graphes sagittaux, comme ceux que réalise François Durand-Dastès pour rendre intelligible la systémogenèse de certains territoires ou de catastrophes climatiques. Mais ce sont les performances nouvelles des calculateurs, ainsi que des outils de modélisation bien adaptés aux problématiques géographiques, comme les automates cellulaires ou les systèmes multi-agents, qui ont véritablement permis aux modèles géographiques d’intégrer les concepts du raisonnement systémique et d’élaborer dans cette perspective des savoirs cumulables.

  • 75 L. Sanders, J. M. Favaro, B. Glisse, H. Mathian & D. Pumain, « Artificial intelligence and collecti (...)
  • 76 D. Pumain et al., « The future of urban systems », in D. Lane, D. Pumain, S. Van der Leeuw & G. Wes (...)
  • 77 M. Batty & P. Torrens, « Modeling complexity : the limits to prediction », Cybergeo, 201, 2001.

48La notion de dynamique formalisée par des modèles d’équations différentielles ou de simulation spatio-temporelle apporte en effet une autre vision de la différenciation des entités géographiques, qui relativise une trajectoire observée comme une réalisation parmi un ensemble de trajectoires possibles. La recherche nomothétique est alors celle des conditions de possibilité, liées à des paramètres, des ordres de grandeur caractéristiques, des moments historiques qui font se rencontrer de manière contingente des chaînes causales déterminées, et de la path dependence ou enchaînement historique qui canalise, oriente et limite l’univers des trajectoires qui seront réalisées parmi toutes les trajectoires possibles, c’est-à-dire celles qui seraient compatibles et réalisables avec la dynamique du moment considéré. Par exemple, la mise à disposition de véhicules à moteur dans une société produit des étalements urbains de forme très différente en Europe, en Amérique du Nord et en Asie, à des niveaux de densité extrêmement inégaux, ce qui à la fois s’explique par une histoire matérielle et culturelle différente des rapports sociaux et des sociétés à leur espace dans ces régions du monde et ne peut manquer d’avoir des effets en retour sur les sociabilités urbaines qui se développent dans ces cadres spatiaux. Les évolutions de ces morphologies urbaines continuent d’être différentes, bien qu’elles soient soumises à des contraintes « externes » très semblables sous les effets de la mondialisation. Elles s’inscrivent, à une autre échelle, dans les dynamiques hiérarchiques de systèmes de villes qui sont aussi différenciées selon les formes historiques de la mise en réseau des territoires et dont la modélisation autorise la prévision, à l’échelle de quelques décennies (voir par exemple les modèles EUROSIM75, et SIMPOP276). Le modèle évolutif enrichit ainsi le récit historique et la description d’une compréhension rétrodictive et partiellement prédictive77.

  • 78 Par exemple, F. Auriac, Système économique et espace, un exemple en Languedoc, thèse de doctorat es (...)
  • 79 M. Batty, Cities and complexity, Cambridge-Londres, MIT Press, 2005.
  • 80 La première mention d’une telle conception serait celle de Jean Tricart, en 1952, à propos de la gé (...)

49On peut certes retrouver bien des intuitions de ces concepts dans des travaux antérieurs78, mais il est visible que les modèles apportent une nouveauté radicale, parce qu’ils ouvrent la voie à une cumulativité des connaissances appuyée sur l’expérimentation (in silico) et les comparaisons, assorties de mesures, explicites et répétables, et formalisables à différents niveaux de simplification (ou de généralisation). Le degré de participation des géographes au développement des formes de modélisation les plus récentes, dans la perspective des théories de la complexité79, est à cet égard très significatif. Ils y trouvent des moyens effectifs de mise en œuvre expérimentale des intuitions portées de longue date par l’interprétation géographique, notamment en termes du jeu des échelles80 qui, de l’individu au monde (et réciproquement), structurent les entités classiquement étudiées à meso-échelle, de l’écotone au géosystème, du quartier à la ville, de la région à la nation, du cluster industriel au réseau des places financières, sans oublier le fameux « système-monde ».

  • 81 E. Hölm & L. Sanders, « Spatial microsimulation models », in L. Sanders, ed., Models in spatial ana (...)

50Le style de ces modélisations demeure cependant très fortement data driven, ou plutôt contrôlé par des observations, donc adapté à des types de situations particulières, plutôt qu’il n’est porté par un souci de généralisation abstraite. Ainsi les modèles de microsimulation qui déduisent des configurations sociales ou géographiques agrégées à partir des paramètres des données individuelles sont-ils fréquemment employés dans les pays scandinaves81, où les registres de données individuelles permettent de nourrir les modèles. A contrario, en dehors de l’interaction spatiale, ne se sont guère développés en géographie de « petits modèles » (l’expression est de Bernard Walliser) formalisant des « faits stylisés », parce que les géographes n’ont pas, dans leur épistémologie, choisi une variable d’ajustement dominante, ils n’ont pas l’équivalent du rôle joué par les prix dans la relation entre offre et demande pour les économistes. Même dans leurs formalisations d’interactions contraintes par la distance, les géographes se gardent bien de formuler un modèle générique centre-périphérie comme ceux de la Nouvelle Économie Géographique, dit par Paul Krugman « de Dixit-Stiglitz » (où des agriculteurs produisant des biens de moindre valeur migrent pour bénéficier des hauts salaires urbains), tant ils ont conscience des multiples autres causes (politiques, culturelles) susceptibles d’intervenir dans la formation des structures centre-périphérie, selon l’échelle spatiale et le moment historique considérés. Comme l’histoire, la géographie est une « science historique » (au sens de Jean-Claude Passeron), dont les savoirs sont toujours à contextualiser.

51La formalisation par les modèles est-elle cependant une étape nécessaire dans la transmission et l’accumulation des savoirs ? Un exemple en serait donné par l’oubli durable des écrits des ingénieurs saint-simoniens sur les principes d’organisation de l’espace, telle cette théorie du « système général des villes » rédigée en 1841 par Jean Reynaud et redécouverte seulement en 1982 par Marie-Claire Robic. La théorie contient tous les éléments du raisonnement qui allait faire le succès de la théorie des lieux centraux de Walter Christaller un siècle plus tard. Si elle ne s’est pas diffusée, c’est peut-être que Jean Reynaud n’avait pas dessiné les constructions hexagonales qu’il mentionnait dans son texte, alors que celles de Walter Christaller allaient faire le tour du monde (au point que certains les ont confondues avec les fondements mêmes de la théorie). Cependant, une modélisation au sens de la représentation géométrique ou schématique (par exemple du type des chorèmes proposés par Roger Brunet) est peut-être nécessaire mais pas suffisante, il faut aussi un ensemble de propositions qui puissent être mises à l’épreuve de filtres calculatoires, pour que le savoir ainsi résumé dans un modèle soit à la fois questionnable et cumulable. Ces opérations de validation et de transmission sont extrêmement dépendantes de tout l’arsenal des techniques et des outils progressivement mis au point. L’aspect cumulatif du savoir ne serait-il alors qu’une illusion liée à ce progrès des techniques ? Nous ne le pensons pas, car la géographie a su passer d’une période d’emprunts passifs à des méthodes élaborées par la statistique ou les mathématiques à une construction créative d’outils véritablement adaptés à son projet scientifique, qu’elle est désormais capable d’exporter.

III. La cumulativité par les données : vers la mise en œuvre des théories de la complexité

52À vivre dans les facilités actuelles des systèmes de repérage embarqués dans les automobiles ou des voyages virtuels sur les paysages informés de Google Earth ou du Géoportail de l’IGN, on en oublierait presque le formidable travail d’accumulation de connaissances accompli depuis des siècles pour mettre au point ce simple B.A. ba de la géographie qu’est la production de référentiels pour des données localisées. Mais les données de la géographie ne sont pas que des coordonnées : la discipline prétend s’intéresser à tous les indicateurs, économiques, sociaux, culturels, symboliques ou cognitifs, produits par les enquêtes ou les inventaires issus d’autres disciplines, pour alimenter sa réflexion sur leur dimension spatiale, leur organisation dans l’espace des sociétés. L’exigence de représentation cartographique est ici consubstantielle à l’impératif d’exhaustivité que se sont assigné les géographes, ce qui d’un côté favorise et de l’autre freine leur capacité à produire des savoirs cumulables.

Couvrir le monde : de l’exploration à la cartographie

  • 82 M.-C. Robic et al., Couvrir le monde, op. cit.
  • 83 Voir M.-C. Robic, ed., Le « Tableau de la géographie de la France » de Vidal de La Blache, op. cit.
  • 84 G. Palsky, « Un monde fini, un monde couvert », in I. Poutrin, ed., Le xixe siècle. Sciences politi (...)
  • 85 M.-C. Robic et al., Couvrir le monde, op. cit., p. 153.
  • 86 Ibid., p. 100.

53Le programme de recherche de la géographie est d’abord chorologique, puisqu’elle s’identifie comme la science du découpage régional de la terre82. Son effort en ce sens s’est situé à l’intérieur d’un paradigme positif, soutenu par un réalisme descriptif. L’introduction à l’histoire générale de Lavisse réalisée par Vidal de La Blache en 1903 s’intitule « Tableau de la géographie de la France83 ». À peu près à la même époque, les membres de l’Union géographique internationale s’accordent sur la nécessité de produire une carte du monde au millionième. Certains ont pu confondre le projet de la géographie avec cet exercice de couverture cartographique, au point que bien souvent on imagine que le travail s’est terminé avec le remplissage du dernier blanc sur la carte de la surface de la terre ! Gilles Palsky a cependant montré que la fin de l’exercice donnait l’occasion d’une nouvelle impulsion pour élargir les interrogations de la discipline84. Mais, bien après la fin des explorations, l’impératif d’exhaustivité de la description du monde se manifeste de manière récurrente, au moins dans la géographie française, puisque pas moins de douze « géographies universelles85 » ont été réalisées entre 1876-1894 (celle d’Élisée Reclus) et 1989-1996 (celle du GIP RECLUS). Une solution à la Zénon a été trouvée par la géographie classique pour souscrire à cet impératif d’exhaustivité, par le « devisement du monde », et aurait négligé, voire repoussé le positivisme nécessaire à la cumulativité86. Le succès de la production d’atlas en tout genre participe, au moins partiellement, de cette même ambition de représentation exhaustive.

54Dans les congrès internationaux de géographie, au xixe siècle, existait pourtant une section de « géographie mathématique » où se rencontraient les experts, géomètres et arpenteurs, explorateurs et géographes voyageurs, mais aussi des militaires, qui discutaient des localisations, des méthodes de représentation et des systèmes de projection. Cette « géographie mathématique » a été complètement exportée de la géographie académique, les avatars ultérieurs de la carte d’état-major étant confiés à un institut national, un peu comme si la carte était une affaire trop sérieuse pour être laissée aux géographes. Certes, l’énorme logistique nécessaire aux triangulations, aux photographies aériennes, à la photogrammétrie, puis aux images satellitaires relève bien de l’investissement d’ingénieurs, et explique cette « exportation » hors de la sphère académique de pratiques qui se sont ensuite rapprochées de celles de la physique du globe ou des télécommunications. Mais le travail scientifique sur la représentation des informations cartographiques a continué et fait l’objet d’adjonctions significatives de la part des géographes universitaires, que ce soit dans le domaine de la sémiologie graphique (Jacques Bertin) ou dans celui des projections cartographiques d’espaces relationnels ou cognitifs (anamorphoses et transformations cartographiques). Waldo Tobler aux États-Unis dès le début des années 1970, Sylvie Rimbert et Colette Cauvin en France ou Jean-Claude Muller au Canada, ont été les artisans de ces représentations, à l’interface entre théories spatiales et cartographie. Leurs modèles sont aujourd’hui intégrés dans des logiciels commerciaux de traitement des informations géographiques.

La cumulativité en géographie sauvée par les SIG ?

55Il y a peu, quelques décennies seulement, la cartographie était majoritairement affaire de spécialistes, considérés comme des techniciens, des dessinateurs. En moins de quarante ans, l’introduction des ordinateurs a bouleversé les bases de ce travail, en même temps qu’elle faisait sortir la réalisation des cartes thématiques du secret des laboratoires et de l’élaboration fastidieuse avec des tables lumineuses et des couches à tracer. Les systèmes d’information géographique ont permis d’associer fonds de cartes, bases de données géoréférencées, logiciels de dessin et logiciels de traitement des informations et d’analyse spatiale, intégrés désormais à la panoplie des instruments de tout étudiant en géographie. Dans le même temps, tous ces savoirs passaient de l’université vers les multiples services producteurs d’information (le cadastre, les collectivités territoriales, le BRGM, la météorologie nationale ou les services cartographiques de la marine…), qui numérisaient et localisaient les bases de données utiles à leur gestion. Par les systèmes d’information géographique, les compétences du géographe intégrateur de données se trouvent valorisées et très largement diffusées. L’arrivée d’Internet et du Web2.0 a multiplié les sites qui offrent non seulement des collections de cartes, des atlas sous une forme classique, mais aussi des cartes interactives, complétées localement d’informations nominales ou statistiques, activées par l’utilisateur. À titre d’exemple, des cartes de résultats électoraux par comté sont publiées sur le site de journaux en Californie, avec en background une série de « filtres » interprétatifs, qui montrent la distribution d’indicateurs sociaux susceptibles d’expliquer le vote – sans qu’on puisse toutefois bien mesurer le risque d’« erreur écologique » (qui consiste à inférer une relation au niveau individuel à partir de données agrégées dans des unités administratives). Les cartes animées, qui restituent des relations ou des évolutions, commencent aussi à apparaître sur Internet.

56Dans la mesure où les outils de traitement et de représentation des informations géoréférencées se diffusent et se banalisent, se dessine une nouvelle tendance à l’exportation de ces savoirs géographiques vers les ingénieurs des services informatiques des producteurs de données. Les laboratoires de recherche ont en outre une difficulté croissante à trouver un accès pas trop dispendieux à des données qu’ils ne sont plus seuls à pouvoir représenter et manipuler. Le risque d’être coupé des sources d’information pertinentes grandit pour les géographes universitaires, et cela d’autant plus que la localisation (les coordonnées en x et y) est considérée par les producteurs nationaux de statistiques et par la CNIL comme une donnée « sensible », en termes de protection des informations sociales individuelles. L’exhaustivité et la précision de la localisation ont, de tout temps, suscité une défiance à l’encontre de la cartographie ou de l’analyse géographique de données jugées stratégiques, mais le contraste devient énorme entre la richesse des informations détenues par des opérateurs privés (par exemple sur les profils de consommation des ménages ou sur les communications et les déplacements individuels) et les obstacles opposés à la divulgation des statistiques publiques à des niveaux géographiques fins.

57Dans de nombreux pays, l’importance stratégique de l’information géographique a conduit à soutenir des programmes nationaux appuyés sur des instituts de géographie pour la mise au point, la valorisation et la diffusion des SIG : le NCGIA aux États-Unis, le programme GEOIDE au Canada, le RGI aux Pays-Bas, un réseau d’instituts de géographie spécialisés en géomatique en Grande-Bretagne et au Japon, la Fondation européenne pour la science a soutenu un programme GISdata, la plupart de ces programmes impliquant des géographes et des informaticiens. En France, en dehors de la création du GIP RECLUS, de 1988 à 1998, et de deux GDR, Cassini-Sigma et Libergeo (devenu Groupe de recherche européen S4 [Simulation spatiale pour les sciences sociales] en 2006), le soutien institutionnel aux initiatives académiques en ce domaine a été plus limité, alors même qu’un effort important était consenti pour construire le Référentiel géographique de l’IGN ou pour participer aux programmes spatiaux européens (SPOT, Galileo…). La diversité des responsabilités institutionnelles risque d’être un frein à la cumulativité dans ce champ nouveau et proliférant du traitement de l’information géographique.

  • 87 Je remercie Hélène Mathian de m’avoir signalé cet exemple.

58Pourtant, le profit à retirer des savoirs accumulés en ce domaine n’a pas échappé à des entreprises. À cet égard, il est significatif de rapporter ici une publicité conjointe des vendeurs des logiciels ESRI et SAS87 célébrant l’intelligence territoriale :

[…] à son plus haut degré, l’analytique spatiale [sic] permet d’ajouter une dimension géographique ou territoriale aux systèmes d’informatique décisionnelle et prédictive. Elle permet de visualiser les informations économiques sous forme de cartes et de pratiquer une analyse spatiale pour révéler, analyser et comprendre les relations géographiques existant entre les données. L’analytique spatiale et géographique s’apparente à une science de la localisation, de l’orientation et de la mise en relation des caractéristiques physiques et culturelles d’un paysage.

59Ainsi, les capacités de la géographie scientifique à produire du sens à partir d’informations localisées sont magnifiées, tout comme est reconnu l’intérêt de la connaissance des localisations :

Le lieu fait partie intégrante de la gestion de l’information. Les événements, les problèmes, les opportunités se produisent tous à un certain endroit (le lieu) et occupent un certain espace (la portée). Être informé des événements, des transactions, des politiques gouvernementales et des mesures de performance qui y sont liées n’a pas grand intérêt si l’on ignore où les choses se passent. De même, savoir prédire où les choses se produiront représente une valeur stratégique immense pour pouvoir atteindre ses objectifs. Les performances économiques et financières, la sécurité publique, les conditions sociales et environnementales sont en effet des facteurs intrinsèquement géographiques, que l’échelle soit locale, régionale ou globale. L’activité et les problèmes qui se manifestent quelque part affectent en effet les gens qui s’y trouvent, les écosystèmes économiques et naturels, les institutions et les communautés qui les entourent.

60Cet argumentaire d’ESRI en faveur de ses logiciels d’aide à la décision et de géomarketing résume bien l’un des apports majeurs de la géographie à l’économie générale de la société – d’aucuns pouvant déplorer que cette connaissance soit mise au service d’intérêts matériels ou d’entreprises capitalistes, mais bien entendu il s’agit aussi d’une connaissance accumulée, « partagée », « codifiée », qui n’est plus du ressort tacite du savoir académique et qui peut donc aussi être mise au service de n’importe quelle cause, sociale, humanitaire ou subversive.

  • 88 Cybergeo, European Journal of Geography, www.cybergeo.eu.
  • 89 R. Brunet, Le diamant. Un monde en révolution, Paris, Belin, 2003.

61C’est un point sur lequel il convient d’insister, en ce début du xxie siècle, après quelque vingt-cinq années d’expérimentation des usages d’Internet. Outre que les géographes ont très vite compris l’intérêt d’un médium interactif (rappelons immodestement que Cybergeo88, créée en 1996, a été la première revue entièrement électronique en sciences sociales, inscrite dans le mouvement de libre accès à l’information scientifique), ils se sont très vite emparés des potentialités de la publication en couleur, des cartes animées, des modèles en ligne, même si les immenses fonctions de la toile en tant que réservoir, mise en relation et création de connaissances sont encore insuffisamment exploitées. L’indexation en langage naturel des moteurs de recherche élargit l’espace sémantique, tandis que l’accès à des régions du monde éloignées et à des univers culturels dont les rencontres étaient jusqu’ici moins probables se trouve incroyablement facilité. Dans une présentation au festival de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges, en 2007, le géographe américain Michael Goodchild soulignait aussi l’émergence de la production d’informations géographiques par le grand public, sous forme de précisions ou de corrections apportées à des bases de données mises en ligne, ou d’apports d’images ou de petits faits très divers. Roger Brunet a rédigé un ouvrage sur le diamant uniquement à partir d’informations trouvées sur Internet89. Un nouveau monde à couvrir, celui de la toile et de ses multiples réseaux, s’ouvre à l’insatiable curiosité des géographes…

Cumulativité spiralaire : retours sur des concepts entre progrès technique et paradigme de la complexité

  • 90 T. Brossard & J.-C. Wieber, Paysage et information géographique, Hermès, Lavoisier, 2008.

62Le progrès des techniques n’assure pas que de meilleures conditions de stockage, de manipulation et de diffusion des informations localisées selon des protocoles déjà établis. Il permet aussi la mise en œuvre d’intuitions anciennes ou des enrichissements conceptuels qui n’auraient pas été possibles sans l’aide des outils adaptés. Un exemple parmi d’autres est l’évolution du concept de paysage, tel qu’il apparaît dans un ouvrage récent90. Le paysage ne se donne plus seulement à voir comme objet visible, il s’analyse aussi à partir de modèles numériques, d’images et de statistiques localisées, selon une « approche géonumérique » qui, sous bien des aspects, notamment celui de la gestion par de multiples acteurs, rejoint ce qui est par ailleurs appelé « territoire » (voir section I). Mais le paysage n’est pas traité que dans ses composantes visuelles, fonctionnelles et documentaires, il est aussi analysé en termes de relation sensible, et bénéficie alors autant des calculs de « visibilité », que des concepts de la psychologie environnementale, ou des enquêtes sur les mobilités et les routines, ou encore de notions plus philosophiques comme celles de « médiance » et de « trajection » élaborées par Augustin Berque, pour l’analyse des « médiations paysagères ». Aux travaux qui se proposent de « spatialiser le paysage idéel » ou de visualiser des images types, s’ajoutent ceux qui analysent la valeur des paysages par des méthodes de « prix hédoniques ». Que des approches aussi diverses puissent être coordonnées dans un même ouvrage, et incorporées à l’aide d’outils communs, dit assez combien la réalisation du rêve des géographes d’une approche intégrée de multiples points de vue dans un concept englobant est désormais effective. Cela, grâce à des protocoles spécifiques d’observation et d’acquisition de l’information et à des chaînes instrumentales de traitement, tout autant qu’à des collaborations multidisciplinaires, avec des architectes, des écologues, des informaticiens ou des économistes.

  • 91 A. Dauphiné, Les théories de la complexité chez les géographes, Paris, Economica, 2003.
  • 92 P. Frankhauser, La fractalité des structures urbaines, Paris, Anthropos, 1993 ; M. Batty & P. Longl (...)
  • 93 D. Pumain, « Pour une théorie évolutive des villes », op. cit. ; D. Pumain et al., Complexity persp (...)
  • 94 D. Delahaye, Apport de l’analyse spatiale en géomorphologie. Modélisation et approche multiscalaire (...)
  • 95 D. Pumain et al., Complexity perspectives on innovation and social change, op. cit.

63Les géographes ont aussi participé, non seulement à la mise en œuvre concrète par des modèles, mais encore à l’élaboration conceptuelle du nouveau paradigme de la complexité. Des notions transversales importantes comme celle d’auto-organisation, d’émergence, de bifurcation, de lois d’échelle, d’objets fractals, ont acquis un usage légitime en géographie parce que, étant en résonance avec un projet d’explication compréhensive et contextualisée, elles ont fait l’objet d’une réflexion épistémologique approfondie, qui s’est traduite par un véritable transfert, une intégration dans la discipline. La cumulativité des connaissances est ici aussi spiralaire, lorsque l’exercice ne s’est pas limité à des emprunts terminologiques mais a été accompagné d’une reprise de concepts ou de formulations plus anciennes91. On peut en donner bien des exemples, qu’il s’agisse de mettre en relation les analyses classiques de la densité des villes avec des processus d’urbanisme susceptibles d’engendrer de la fractalité et donc d’expliquer la morphogenèse des villes92, ou encore d’intégrer lois d’échelle, cycles d’innovation et modèles de croissance urbaine dans une théorie évolutive des systèmes de villes englobant et réinterprétant les anciennes théories des lieux centraux, de la diffusion des innovations et de la spécialisation urbaine93, ou encore d’interpréter les risques d’inondation en termes de configuration des réseaux hydrographiques à plusieurs échelles de temps et d’espace94. La complexité de l’espace géographique ne se laisse ainsi pas réduire, mais elle gagne en possibilités de compréhension plus précise du jeu de facteurs hétérogènes dont certains effets peuvent être formalisés et évalués dans un contexte donné. Là encore, l’approche géographique des systèmes complexes est à la fois nomothétique, par l’identification de processus évolutifs génériques, et idiographique, lorsque les simulations font apparaître des écarts significatifs, filtrés par le modèle, et interprétables par des variations de conditions initiales, d’événements ou de contextes historiques spécifiques95. Sans une validation par des informations nombreuses et multiples, sans vérification par des modèles expérimentés sur de nombreux cas, le gain ne serait qu’une reformulation selon le discours du temps et l’« intelligence territoriale » resterait un concept creux. La cumulativité de ces savoirs est donc liée à l’emploi d’informations pertinentes, et leurs apports se mesurent aussi au nombre et à la diversité des applications qui en sont faites.

Pour conclure

64Une présentation de la géographie sous l’angle de la notion de cumulativité scientifique conduit nécessairement à privilégier les sensibilités qui se sont donné pour objectif la construction d’un savoir cumulable. Il va de soi que la géographie dite « théorique et quantitative » se situe d’emblée dans cette perspective, moins évidente pour le paradigme mésologique, ou encore pour les tenants d’une approche subjective de la territorialité et de la construction des lieux. Ce chapitre ne prétend donc pas avoir restitué une image fidèle des positions épistémologiques des géographes dans leur ensemble. Il faut aussi rappeler que la cumulativité en question n’est pas une simple accumulation, non plus qu’un processus de filtrage temporel qui conserverait en l’état des concepts et des modèles validés une fois pour toutes. Il s’agit bien davantage d’une cumulativité spiralaire, par reformulation et enrichissements successifs d’intuitions ou de notions antérieures, exprimées sous des formes et dans le contexte, sinon de paradigmes, du moins de discours disciplinaires évolutifs.

65Nous nous sommes surtout placée dans l’approche logicienne et conceptuelle qui a été délibérément choisie pour cet ouvrage, mais il serait sans doute tout aussi fécond de glisser vers une approche plus sociologique et géographique des réseaux d’information qui sous-tendent ces exercices de pensée. Une telle approche apporterait sans doute des éléments de validation encore plus solides à notre intuition principale, quant au rôle joué par les modèles et les techniques dans la cumulativité des savoirs.

66C’est quand on ne les réduit pas à leur seule expression formelle, mais quand on les saisit avec toutes les implications de leur projet théorique et pratique qu’émerge l’importance de la modélisation et de la diffusion des nouveaux instruments de collecte, stockage et traitement des informations localisées, dans l’élaboration de savoirs cumulatifs. La meilleure preuve de cette médiation, instaurée par le paradigme de la géographie conçue comme science des interactions spatiales, ou plus largement de la spatialité des sociétés, c’est qu’une définition large et floue de la géographie comme science de l’espace s’est imposée partout, à l’intérieur de la géographie comme vis-à-vis des autres disciplines. La cumulativité des savoirs géographiques s’exprime ainsi dans la forte résilience de concepts comme ceux de territoire et de paysage, revisités certes par les apports des sciences politiques d’une part, ou cognitives d’autre part, ainsi que de multiples travaux de géographie physique ou humaine (sociale et culturelle, touristique) mais qui proposent désormais des savoirs cumulables et partageables parce qu’intégrés dans des SIG et des modèles interprétatifs d’analyse spatiale, voire dans des modèles de simulation. Elle se manifeste aussi dans les apports significatifs de la réflexion géographique à l’avancement des théories de la complexité, en cherchant à relier des formes spatiales à des processus sociaux au moyen de modèles formalisés qui explicitent les interactions à différentes échelles.

67Enfin, l’étendue des emprunts à d’autres disciplines, de même que les « exportations » fréquentes des savoirs géographiques les plus formalisés vers d’autres disciplines scientifiques ou professions témoignent d’une cumulativité « floue », à la faveur de la diffusion très large de savoirs géographiques désormais universels ou partagés, qui mériterait une analyse à part entière. N’est-il pas à cet égard symptomatique que le prix Nobel d’économie ait été attribué en 2008 à Paul Krugman, l’inventeur de la « nouvelle économie géographique », qui emprunte largement (mais sans toujours le dire) à la géographie ? D’aucuns pourraient arguer que les voies de la reconnaissance sociale de la création sont impénétrables. Retenons plutôt que c’est par l’exportation pas toujours contrôlée de ses connaissances les plus formalisées, captées par des disciplines socialement mieux implantées, que la discipline géographique contribue aussi à la cumulativité des savoirs des sciences sociales.

Notes

1 Dans le cadre limité de cette contribution, le cas français est privilégié et seule la géographie constituée en discipline scientifique, depuis le début du xxe siècle, est examinée. Pour des aperçus sur les savoirs géographiques d’époques plus anciennes, on peut se référer à P. Claval, Épistémologie de la géographie, Paris, Nathan, 2001 ; A. Berque, Être humains sur la terre, Paris, Gallimard, 1996 ; J.-M. Besse, Voir la terre. Six essais sur le paysage et la géographie, Arles, Actes Sud, 2000 ; ou C. J. Glacken, Traces on the Rhodian Shore. Nature and culture in Western thought from ancient times to the end of the eighteenth century, Berkeley, University of California Press, 1967, trad. fr., CTHS, 2007.

2 M.-C. Robic et al., Couvrir le monde, Ministère des Affaires étrangères, Association pour la diffusion de la pensée française, 2006.

3 V. Berdoulay & O. Soubeyran, « Lamarck, Darwin et Vidal : aux fondements naturalistes de la géographie », Annales de Géographie, 1991, 100, p. 617-634 ; A. Berque, Être humains sur la terre, op. cit.

4 M.-C. Robic, ed., Le « Tableau de la géographie de la France » de Vidal de La Blache, Paris, CTHS, 2000.

5 Par exemple l’Institut de recherche pour le développement intitule son journal bimestriel paru à partir de septembre 1999 Sciences au sud. La question « les suds » a été proposée au concours du CAPES interne d’histoire et de géographie en 2004 et 2005, et pour celui de l’agrégation de géographie de 2010 une question s’intitule « les suds dans la mondialisation ».

6 La géographie anglaise adopte souvent dans le même temps le genre de la « systematic geography », suite de chapitres très peu reliés entre eux, où l’objectif de cerner une identité régionale n’apparaît même plus.

7 Dans cet esprit, Jean Tricart fonde à Strasbourg la Revue de Géomorphologie dynamique, en 1949. À Paris Pierre Birot développe une géomorphologie structurale appuyée sur l’observation du terrain et les analyses de laboratoire, Pierre Pédelaborde propose une climatologie actualiste fondée sur l’observation météorologique des « types de temps ».

8 A. Cholley, Guide de l’étudiant en géographie, Paris, Presses universitaires de France, 1952.

9 P. George, Dictionnaire de la géographie, Paris, Presses universitaires de France, 1970 ; Y. Lacoste, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, Paris, Maspero, 1976.

10 R. Brunet, Les phénomènes de discontinuité en géographie, Paris, Éd. du CNRS, 1967.

11 M.-C. Robic et al., Couvrir le monde, op. cit.

12 C. Raffestin, « Écologie humaine », in A. Bailly, A. Ferras & D. Pumain, eds, Encyclopédie de géographie, Paris, Economica, 1992.

13 Par exemple les travaux de M. Sorre, L’Homme sur la Terre, Paris, Hachette, 1961.

14 M.-C. Robic et al., Couvrir le monde, op. cit.

15 J. Diamond, De l’inégalité parmi les sociétés. Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire, Paris, Gallimard, 1997 ; Id., Effondrement, Paris, Gallimard, 2006. J. Diamond se présente comme géographe et enseigne au département de géographie de l’UCLA, mais sa formation initiale est celle d’un biologiste.

16 D. Pumain & M.-C. Robic, « Le rôle des mathématiques dans une “révolution” théorique et quantitative : la géographie française depuis les années 1970 », Revue d’histoire des sciences humaines, 6, 2002, p. 123-144.

17 J. Labasse, L’Organisation de l’espace, Paris, Hermann, 1965.

18 R. Brunet, « La composition des modèles dans l’analyse spatiale », L’Espace géographique, 4, 1980, p. 253- 265.

19 Olivier Orain signale que l’expression apparaît pour la première fois chez Jean-Bernard Racine en 1976.

20 A. Frémont et al., Géographie sociale, Paris, Masson, 1984.

21 G. Di Méo & P. Buléon, L’Espace social, Paris, Armand Colin, 2005.

22 J.-P. Ferrier, Antée, Avignon, Edisud, 1984.

23 Y. Lacoste, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, op. cit.

24 La géographie post-moderne réactivera, à partir des années 1990, une défiance à l’encontre du projet d’une géographie scientifique, en insistant sur la subjectivité et l’individuation des perceptions et des points de vue, et en adoptant des méthodes proches de celles de l’ethnologie ou de la psychologie.

25 J. Lévy, Le tournant géographique, Paris, Belin, 1999. Dès 1995, l’idée d’un « geographical turn » dans les sciences sociales fait l’objet d’un débat dans la revue anglaise Society and Space (Environment and Planning D).

26 W. Tobler, « A computer movie simulating urban growth in the Detroit region », Economic Geography, 46 (2), 1970, p. 234-240.

27 W. Bunge, Theoretical geography, Seattle, University of Washington, 1962 ; F. Schaeffer, « Exceptionalism in geography : A methodological examination », Annals of the Association of American Geographers, 43 (3), 1953, p. 226-249.

28 P. Haggett, Locational analysis in human geography, Londres, Edward Arnold, 1965.

29 S. Rimbert, Carto-graphies, Paris, Hermès, 1990 ; C. Cauvin, « Pour une approche de la cognition intra-urbaine », Cybergeo, European Journal of Geography, 72, 1999, p. 2-21.

30 G. Nicolas, Erathostène, l’espace originel, Berne, Peter Lang, 1984.

31 H. Reymond, « Une problématique théorique », in H. Isnard, J.-B. Racine & H. Reymond, Problématiques de la géographie, Paris, Presses universitaires de France, 1981.

32 P. Pinchemel & G. Pinchemel, La face de la terre, Paris, Armand Colin, 1988, p. 27.

33 Pour illustrer ce point, il faut souligner la présentation tendancieuse et parfois erronée des concepts de l’analyse spatiale qui apparaissent dans deux récents dictionnaires de la géographie : R. Brunet, R. Ferras & H. Théry, Les mots de la géographie, RECLUS, La Documentation française, 1996 (1re éd. 1992), et surtout J. Lévy & M. Lussault, eds, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, où le propos négatif paraît bien plus systématique et délibéré ; voir par exemple mon analyse critique des articles relatifs à la hiérarchie urbaine (D. Pumain, « L’invention permanente : la hiérarchie urbaine », in P. Bridel, ed., Mélanges en l’honneur de Giovanni Busino, Genève, Labor & Fides, 2004, p. 66-86). De telles démarches sont d’autant plus opposées à la cumulativité des savoirs que ces ouvrages remportent par ailleurs un net succès éditorial.

34 J.-F. Staszack, « La géographie », in J.-M. Berthelot, ed., Épistémologie des sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, 2001, p. 77-106 ; M. Lussault, « Reconstruire le bureau (pour en finir avec le spatialisme) », in C. Chivallon, P. Ragouet & M. Samers, Discours scientifiques et contextes culturels. Géographies britanniques et françaises à l’épreuve postmoderne, Bordeaux, MSH d’Aquitaine, 2000, p. 225-251. Cela n’empêche pas certains de céder à la mode. On ne comprendrait pas sinon pourquoi le plus célèbre des géographes postmodernes, Edward Soja, a choisi d’intituler un chapitre de son ouvrage Postmetropolis. Critical studies of cities and regions (Oxford, Blackwell, 2000) « The fractal city », pour parler de fragmentation socio-spatiale et non pas de structure fractale, ou encore pourquoi un contempteur du « spatialisme » comme Michel Lussault publie un ouvrage sous le titre L’homme spatial (Seuil, 2007) – tout en passant à côté des principaux apports du courant qu’il dénonce par ailleurs, en tombant dans la facilité du recours à des événements exceptionnels (catastrophisme) pour illustrer ses thèses, et en oubliant la construction en niveaux d’échelles, qui fait toute la solidité des analyses contemporaines de l’espace géographique.

35 P. Claval, Épistémologie de la géographie, op. cit., p. 183.

36 Toutefois, sa dénonciation du conservatisme de l’analyse systémique ne laisse pas de surprendre : « La causalité systémique est faite pour rendre compte de la complexité. Bien souvent, elle est évoquée pour éviter de l’analyser de manière trop claire et pour dissuader les interventions humaines. »

37 D. Harvey, Social justice and the city, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1973.

38 Cette initiative a donné lieu à une tradition vivace de colloques européens, qui réunissent tous les deux ans quelque cent cinquante personnes, sans le soutien d’aucune institution formelle. Voir David Unwin, « Euroquant at 21 : “coming of age” ? », Cybergeo, 114, 1999.

39 F. Durand-Dastès, « La mémoire de Gaïa », Brouillons Dupont, 1990.

40 P. Pinchemel & G. Pinchemel, La face de la terre, op. cit.

41 A. Reynaud, Société, espace et justice, Paris, Presses universitaires de France, 1981.

42 Un bon exemple de cette démarche, appliquée à un terrain difficile, est l’étude de Frédéric Landy sur la modélisation des logiques paysannes de l’Inde du Sud (Paysans de l’Inde du Sud, Paris, Karthala, 2000). Quel que soit l’appareillage numérique, les opérations qualitatives de catégorisation et de sélection des informations à tous les niveaux d’analyse conditionnent la pertinence des recherches et leur cumulativité.

43 E. Soja, Postmetropolis…, op. cit.

44 R. J. Johnston et al., Dictionary of human geography, 4e éd., Londres, Blackwell, 2000.

45 O. Orain, De plain-pied dans le monde. Écriture et réalisme dans la géographie française au xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 2009.

46 P. Pinchemel & G. Pinchemel, La face de la terre, op. cit., p. 441.

47 M.-C. Robic, ed., Le « Tableau de la géographie de la France » de Vidal de La Blache, op. cit.

48 É. Juillard, « La région, essai de définition », Annales de Géographie, 71 (387), 1962, p. 484-499.

49 R. Brunet, Les phénomènes de discontinuité en géographie, op. cit. ; C. Grasland, « L’analyse des discontinuités territoriales. L’exemple de la structure par âge des régions européennes vers 1980 », L’Espace géographique, 26 (4), 1997, p. 309-326.

50 L. Anselin, Spatial econometrics. Methods and models, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 1988 ; A. Cliff & P. Haggett, World Atlas of epidemic diseases, Londres, Arnold, 2004.

51 A. Frémond, La région, espace vécu, Paris, Presses universitaires de France, 1976.

52 Les travaux de Renée Rochefort ont été reconnus pionniers dans cette voie.

53 A. Bailly, La perception de l’espace urbain, Paris, CRU, 1977.

54 E. Dardel, L’homme et la terre, Paris, CTHS, 1952.

55 Y.-F. Tuan, Topophilia. A study of environmental perception, attitudes and values, Englewood Cliffs, Prentice-Hall, 1974 ; A. Buttimer, Values in Geography, Washington, Commission on College Geography, 1974.

56 M. Le Berre, « Territoires », in A. Bailly, R. Ferras & D. Pumain, eds, Encyclopédie de géographie, op. cit., p. 601-621.

57 Voir, par exemple, B. Debarbieux, « Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique », L’Espace géographique, 2, 1995, p. 97-112 ; C. Chivallon, Espace et identité à la Martinique. Paysannerie des mornes et reconquête collective, Paris, CNRS-Éditions, 1998.

58 Cf. J.-P. Gaudin, L’aménagement de la société, Paris, Anthropos, 1979.

59 A. Giddens, La structuration de la société, Paris, Presses universitaires de France, 1984.

60 C. Cauvin, « Pour une approche de la cognition intra-urbaine », op. cit.

61 A. Wilson, Entropy in urban and regional modelling, Londres, Pion, 1970.

62 W. Weidlich & G. Haag, eds, Interregional migrations. Dynamic theory and comparative analysis, Berlin, Springer Verlag, 1988.

63 A. Reynaud, Société, espace, justice, op. cit.

64 M. Guérois, Les formes des villes vues du ciel, thèse de doctorat, Paris, Université de Paris I, 2003.

65 D. Janelle, « Spatial reorganization », Annals of the Association of American Geographers, 59 (2), 1969, p. 348- 364.

66 A. Bretagnolle & M.-C. Robic, « Révolution des technologies de communication et représentations du monde », 1, « Monde-point et monde difforme (années 1830-1840) », L’Information géographique, 69, 2005, p. 150-167 ; 2, « Du petit monde au monde sans échelles », ibid., 69, p. 168-183 ; 3, « Au risque de l’expérimentation », ibid., 70, 2006, p. 5-27.

67 D. Pumain, « Pour une théorie évolutive des villes », L’Espace géographique, 2, 1997, p. 119-134.

68 C. Brunsdon, A. S. Fotheringham & M. E. Charlton, « Geographically weighted regression : A method for exploring spatial nonstationarity », Geographical Analysis, 28 (4), 1996, p. 281-298.

69 D. Pumain, « La géographie saurait-elle inventer le futur ? », Revue européenne des sciences sociales, 110, 1998, p. 77-86.

70 O. Orain, De plain-pied dans le monde…, op. cit.

71 Association française pour la cybernétique économique et technique.

72 Groupe Dupont, « Le modèle AMORAL », L’Espace géographique, 4, 1986.

73 D. Pumain, L. Sanders & T. Saint-Julien, Villes et auto-organisation, Paris, Economica, 1989.

74 P. Frankhauser, La fractalité des structures urbaines, Paris, Economica, 1993 ; L. Sanders, Système de villes et synergétique, Paris, Anthropos, 1992.

75 L. Sanders, J. M. Favaro, B. Glisse, H. Mathian & D. Pumain, « Artificial intelligence and collective agents : the EUROSIM model », Cybergeo, 392, 2007, 15 p.

76 D. Pumain et al., « The future of urban systems », in D. Lane, D. Pumain, S. Van der Leeuw & G. West, eds, Complexity perspectives on innovation and social change, Berlin, ISCOM-Springer (« Methodos Series »), 2009, chap. 12.

77 M. Batty & P. Torrens, « Modeling complexity : the limits to prediction », Cybergeo, 201, 2001.

78 Par exemple, F. Auriac, Système économique et espace, un exemple en Languedoc, thèse de doctorat es lettres et sciences humaines, Montpellier, 1979.

79 M. Batty, Cities and complexity, Cambridge-Londres, MIT Press, 2005.

80 La première mention d’une telle conception serait celle de Jean Tricart, en 1952, à propos de la géomorphologie (M.-C. Robic et al., Couvrir le monde, op. cit., p. 162).

81 E. Hölm & L. Sanders, « Spatial microsimulation models », in L. Sanders, ed., Models in spatial analysis, Londres, ISTE, 2007, chap. 6.

82 M.-C. Robic et al., Couvrir le monde, op. cit.

83 Voir M.-C. Robic, ed., Le « Tableau de la géographie de la France » de Vidal de La Blache, op. cit.

84 G. Palsky, « Un monde fini, un monde couvert », in I. Poutrin, ed., Le xixe siècle. Sciences politiques et tradition, Paris, Berger-Levrault, 1995, p. 131-145.

85 M.-C. Robic et al., Couvrir le monde, op. cit., p. 153.

86 Ibid., p. 100.

87 Je remercie Hélène Mathian de m’avoir signalé cet exemple.

88 Cybergeo, European Journal of Geography, www.cybergeo.eu.

89 R. Brunet, Le diamant. Un monde en révolution, Paris, Belin, 2003.

90 T. Brossard & J.-C. Wieber, Paysage et information géographique, Hermès, Lavoisier, 2008.

91 A. Dauphiné, Les théories de la complexité chez les géographes, Paris, Economica, 2003.

92 P. Frankhauser, La fractalité des structures urbaines, Paris, Anthropos, 1993 ; M. Batty & P. Longley, Fractal cities, Londres, Academic Press, 1994.

93 D. Pumain, « Pour une théorie évolutive des villes », op. cit. ; D. Pumain et al., Complexity perspectives on innovation and social change, op. cit.

94 D. Delahaye, Apport de l’analyse spatiale en géomorphologie. Modélisation et approche multiscalaire des risques, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Université de Rouen, 2002.

95 D. Pumain et al., Complexity perspectives on innovation and social change, op. cit.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search