Version classiqueVersion mobile

La cumulativité du savoir en sciences sociales

 | 
Bernard Walliser

Les méthodes logicistes en archéologie. Perspectives et limites1

Logicistical methods in archaeology. Perspectives and limits

Alain Gallay et Jean-Claude Gardin

Résumé

Ce chapitre aborde l’impact possible de la méthode logiciste sur la cumulativité en archéologie et en ethnoarchéologie. Il se situe donc à un niveau de généralité supérieur pouvant impliquer des paradigmes très variés. Une présentation des divers paradigmes caractérisant l’archéologie révèle une bonne cumulativité des données descriptives et compilatoires, mais une situation plus confuse au niveau des paradigmes interprétatifs. Le renouvellement rapide de ces derniers au cours du temps apparaît en effet suspect au regard de la démarche scientifique. Jean Claude Gardin témoigne du développement historique du programme logiciste et Alain Gallay évalue la pertinence de ce type d’approche à travers ses recherches sur la céramique traditionnelle du Mali tant au niveau ethnoarchéologique qu’au niveau historique et archéologique. En terme de cumulativité et sur un plan très général ce tour d’horizon démontre la nécessité d’une réduction et d’une normalisation des formes de l’argumentation en sciences humaines.

Texte intégral

  • 1 Nous remercions vivement Robert Franck pour ses judicieuses remarques épistémologiques qui nous ont (...)

1Les réflexions présentées ici se placent dans la perspective de l’archéologie logiciste et ne prétendent en aucune manière donner une vue d’ensemble des problèmes posés par la cumulativité en archéologie. Les préoccupations dont se fait l’écho cette étude touchent néanmoins des questions essentielles soulevées par la pratique de cette discipline, bien au-delà des positions dites logicistes largement développées ici.

2Cette contribution comprendra quatre parties. Une première, générale, est consacrée à la position de la discipline « archéologie » dans une hiérarchie des questions épistémologiques permettant de situer le niveau général où se situe, ici, notre réflexion. Dans une deuxième, en forme de constat, Alain Gallay rappelle les définitions de ce que l’un de nous entend par paradigmes et programmes en archéologie et tente de dresser, à travers un exemple concret, les études sur le mégalithisme néolithique européen, un tableau historique de la cumulativité affectant notamment les divers programmes abordés par les archéologues dans ce cadre. Dans une troisième partie, Jean-Claude Gardin aborde le programme logiciste dans une perspective historique, en mettant en évidence l’intérêt croissant de la communauté scientifique pour cette perspective de recherche. Dans la quatrième partie, normative, Alain Gallay aborde à travers un exemple pratique, l’étude ethnoarchéologique des traditions céramiques de la boucle du Niger au Mali, les conditions pratiques permettant d’introduire une plus grande cumulativité en archéologie. Les questions touchant la cumulativité dans les théories et les modèles sont développées à travers cet exemple concret de recherche impliquant à la fois l’ethnoarchéologie et l’archéologie dans un secteur limité de l’espace-temps : l’archéologie récente de la zone sahélienne de l’Afrique de l’Ouest.

I. L’archéologie face à la question de la généralisation des savoirs

3On distinguera ici la méthode logiciste des notions de paradigmes et de programmes.

4Le terme méthode permet en effet de qualifier le logicisme, qu’il soit appliqué à l’archéologie ou à toute autre discipline, et de distinguer cette approche de ce que l’on qualifie ici de paradigmes et de programmes.

5En deux mots, il s’agit d’une épistémologie pratique de la présentation de la preuve. La démarche est épistémologique puisqu’elle tend à préciser les modalités de la connaissance ; elle est pratique car elle s’attache essentiellement à produire des outils facilitant le travail de l’archéologue ; elle concerne l’administration de la preuve puisqu’elle n’aborde pas les processus cognitifs de la découverte, mais uniquement les moyens permettant de formuler de façon articulée, et donc de communiquer, les démonstrations proposées et les résultats obtenus. Par contre, elle dépasse le cadre limité de la seule archéologie puisque les problèmes abordés se retrouvent dans d’autres disciplines des sciences humaines ou des sciences de la nature.

6Cette distinction est importante car elle permet d’articuler la stabilité relative atteinte aujourd’hui par le logicisme (ce qui ne signifie pas que tout est résolu) avec la dynamique propre à des recherches particulières sur les plans L (lieux), T (temps) et F (fonction), du point de vue tant théorique que pratique.

7Rechercher la possibilité de construire un savoir présentant une véritable cumulativité des connaissances nécessite que l’on dépasse le cadre limité de l’archéologie et de l’anthropologie pour rechercher des niveaux de plus grande généralité. La méthode logiciste qui sera le cœur de cet article ne se situe en effet pas au même niveau que certains programmes disciplinaires abordés dans cet ouvrage, une situation qui peut créer une certaine confusion. Cet éclaircissement est nécessaire pour fixer les limites de l’exercice et dissiper l’idée d’une quelconque suprématie de la méthode logiciste sur les autres programmes de l’archéologie. Notre approche n’est que complémentaire et ne remet nullement en cause la légitimité d’autres approches de l’archéologie ou de toute autre discipline. Le terme de hiérarchie n’implique strictement que le plus ou moins grand degré de généralité de certains problèmes épistémologiques. La maîtrise du niveau de plus grande compatibilité n’est ni indispensable, ni surtout suffisante, pour assurer le succès des programmes disciplinaires.

8Nous voyons au moins trois niveaux de généralisation croissante au-dessus des préoccupations d’ordre disciplinaire, soit un total de quatre niveaux. Le schéma de la figure 1 rend compte de cette situation.

Figure 1. Intégration des programmes disciplinaires dans des questionnements plus généraux

Figure 1. Intégration des programmes disciplinaires dans des questionnements plus généraux

1. Originalité des paradigmes disciplinaires

9Chaque discipline développe un langage scientifique (plus contraint que le langage naturel) qui lui est propre et qui répond à son objet et aux questions posées. Il n’y a donc pas lieu de chercher à tout prix des concepts passe-partout. La terminologie de la physique ne rend pas compte des phénomènes liés à la biologie de l’évolution. La terminologie de la biologie ne s’applique pas aux sciences humaines. Cette variété n’est en aucun cas contraire à la méthode scientifique sensu lato. La transposition du langage d’une discipline dans une autre peut au contraire provoquer de graves malentendus.

10Les termes théories et modèles seront utilisés à ce niveau dans le cadre de ces recherches particulières illustrant le potentiel de chaque programme en particulier, notamment dans le domaine de la cumulativité qui nous occupe ici (quatrième partie).

2. Opposition des sciences humaines et des sciences de la nature

11On peut montrer que les sciences de l’homme partagent entre elles un certain nombre de particularités qui les distinguent des sciences de la nature, notamment des sciences de la vie. Plusieurs disciplines revendiquent en effet la possibilité de construire des savoirs originaux distincts de ceux des sciences de la nature.

12Trois domaines de réflexion se situent à ce niveau stratégique.

    • 1 Cf. A. Vetta & D. Courgeau, « Comportements démographiques et génétique du comportement », Populati (...)

    Le comportement humain résulte à la fois de contraintes génétiques, culturelles et environnementales. On sait qu’on ne peut évaluer la part du génétique et du culturel dans la détermination d’un trait comportemental humain, car ces traits ne s’additionnent pas1. Les sciences humaines se distinguent donc des sciences naturelles, en l’occurrence biologiques, puisque leur(s) discours s’applique (nt) à cette réalité complexe correspondant à des propriétés émergentes qui leur sont propres, et non au seul déterminisme biologique.

    • 2 Voir sur www.alaintestart.com: Les modèles biologiques sont-ils utiles pour penser l’évolution des (...)
    • 3 S. J. Gould, La structure de la théorie de l’évolution, trad. par M. Blanc, Paris, Gallimard (« NRF (...)

    Les connaissances humaines évoluent selon le principe de l’hérédité des caractères acquis. Selon Alain Testart, les sciences sociales ne peuvent, en tant qu’objets, être assimilées aux sciences biologiques, notamment en ce qui concerne leur nature et leurs mécanismes de transformation dans le temps2. Dans la théorie de l’évolution des espèces, conçue à l’origine par Darwin comme une réponse pour penser l’évolution biologique à l’encontre du transformisme social issu de la philosophie des Lumières, les changements situés à l’origine de l’innovation sont aléatoires et indépendants de la sélection. Ils affectent, selon Darwin, les individus séparément les uns des autres, ce qui fait de l’adaptation un concept clé de ces disciplines, du moins dans la nouvelle synthèse qui trouve son équilibre dans les années 1960 (équilibre remis en question notamment par Stephen J. Gould3). Ces caractéristiques ne se retrouvent pas dans les sciences humaines.

    • L’homme ne fait et n’imagine que des solutions adaptées ou, au minimum, peu adaptées tant au niveau technique que social.
    • Les changements sociaux ne sont en aucune façon aléatoires, comme le conçoit Darwin. Les changements sociaux mettent toujours en jeu la volonté. Ils sont, pour la plupart, intentionnels et préparés ou, du moins, suscitent-ils des actions ou des réactions volontaires.
    • L’homme est capable de corriger lui-même les conduites et les formes sociales les moins bien adaptées.
    • Il n’y a rien dans le monde social qui ressemble à la dualité entre une cause interne comme les mutations en biologie et une autre comme l’adaptation.
    • Dans une culture, il convient de distinguer les connaissances des conduites, idées acquises, partagées et considérées comme normales dans la société considérée.
    • On peut établir à la rigueur un parallèle entre la transmission génétique et la transmission des connaissances. Par contre, la circulation des idées constitutives de la culture ne suit pas ce type de transmission : elle n’obéit pas à des lois précises, les idées peuvent être reçues ou refusées, elles ne circulent pas obligatoirement par paquets mais en tous sens au sein d’un groupe social, horizontalement ou verticalement, de haut en bas ou de bas en haut ; celui qui reçoit une information n’est pas fait à l’image de la personne émettrice, les idées ne sont pas mises à l’épreuve, elles sont acceptées ou rejetée a priori avant de les tester.

  1. De nombreuses disciplines des sciences humaines mettent en avant, sous des dénominations et des contenus variables, l’importance de la volonté et/ou de la rationalité des acteurs dans la construction des faits sociaux, un niveau de conscience qui n’existerait pas, du moins à ce niveau de complexité, dans le monde animal.

3. Opposition entre processus scientifiques et histoire au sein de l’explication

13L’identification d’un troisième niveau de réflexion repose sur la constatation que toutes les disciplines d’observation analysant des phénomènes complexes se déroulant dans le temps – qu’ils soient d’origine naturelle (évolution de l’univers, de la croûte terrestre, des espèces vivantes) ou humaine – se situent toujours au sein d’une opposition entre des processus récurrents généraux, sinon toujours universels, appelés ici mécanismes, et des phénomènes diachroniques irréversibles relevant de l’histoire. Cette opposition entre sciences nomothétiques et sciences idiographiques reste fondamentale dans la méthodologie de la connaissance en ce qu’elle permet d’opposer deux types d’« explications » distinctes, bien que relevant toutes deux du processus scientifique : les prédictions locales (au plan F) liées aux mécanismes et les explications a posteriori (aux plans L et T) relevant de l’histoire, une distinction essentielle relevée par exemple par le paléontologue Gould à propos de la théorie de l’évolution.

14Nos contributions distinguent ainsi :

  1. les mécanismes qui répondent aux exigences les plus fortes concernant la compréhension des phénomènes et leur généralité. Nous sommes ici dans le domaine de l’explication, au sens fort du terme, telle qu’elle se pratique dans les sciences dures, mais aussi dans les sciences humaines, pour autant qu’on admette la possibilité de construire une anthropologie générale, partiellement ou totalement affranchie des contingences contextuelles ;

  2. les scénarios qui s’attachent à restituer des faits synchroniques et diachroniques à travers la recherche d’une plus grande « objectivité » possible et à les disposer dans une perspective historique. Constater des faits et décrire comment cela est arrivé et comment cela s’est déroulé dans un contexte particulier est travail d’historien et relève déjà de l’interprétation ;

    • 4 Voir P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil (« Univers historique »), 1971 ; A. Gallay (...)

    les régularités, ou modèles, correspondent à la phase typologique et modélisatrice de la recherche. Cette phase permet une première approche prédictive des phénomènes sans pour autant postuler toujours une compréhension en profondeur de ces derniers. Les régularités présentent deux faces. Du côté des sciences, elles postulent une base objective fondée sur des mécanismes généraux. Du côté de l’histoire, elles servent à donner sens aux faits collationnés et ordonnés dans le temps, selon le principe de rétrodiction des significations4.

15Dans notre esprit, la prise en compte d’« événements non répétables » ne distingue donc pas les objets abordés par les sciences humaines de ceux abordés par les sciences de la nature, mais les disciplines historiques, ou idiographiques, quelles qu’elles soient (astrophysique, histoire géomorphologique de la terre, paléontologie, histoire des sociétés humaines, etc.) des sciences expérimentales, ou nomothétiques, qui peuvent parfaitement aborder des phénomènes humains.

4. Constitution d’un niveau scientifique permettant d’opposer nos pratiques à celles de la littérature et des beaux-arts

  • 5 W. Lepenies, Les trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Paris, (...)

16Il y a plus de vingt-cinq ans, Jean-Claude Gardin avait proposé d’utiliser le terme de « logicisme » pour désigner une méthode d’analyse et d’évaluation des écrits archéologiques. Les réflexions développées dans ce cadre dépassent pourtant les limites de cette discipline et peuvent s’appliquer à l’ensemble des objets relevant des disciplines dites scientifiques. Elles se fondent sur l’hypothèse d’une séparation claire entre les pratiques de la littérature et des beaux-arts, et celles qui relèvent de la recherche scientifique en tant que méthode générale et se fondent sur le rejet d’une « troisième voie », propre aux sciences humaines, qui ne serait ni science, ni littérature5. Cette position établit l’une des conditions, parmi d’autres, qui permet la réfutabilité des résultats et le cumul des connaissances.

  • 6 J.-B. Grize, « Logique mathématique, logique naturelle et modèles », Jahresbericht der Schweizerisc (...)

17Le logicisme repose sur le postulat que, dans les sciences de l’homme, comme dans celles de la nature, le discours est « construit », pour les raisons et selon les modalités qui sont celles des disciplines empiriques en général. Le terme de logicisme s’applique au projet de reconstruction du discours scientifique sur des fondements logiques plus clairs mais distincts de la logique formelle des logiciens. Il teste les fondements méthodologiques des constructions et non, dans un premier temps tout au moins, l’utilité empirique des produits. En ce sens le logicisme est une épistémologie résolument pratique qui se rattache au positivisme ou à l’empirisme logique. Alors que des sémiologues comme Jean-Blaise Grize6 distinguent dans l’argumentation en sciences humaines trois aspects : raisonner (aspect inférentiel), représenter (aspect sémiologique) et dire (aspect discursif), le logicisme ne retient que les deux premiers aspects et en écarte les questions proprement linguistiques qui, par exemple dans la perspective d’application à l’informatique, restent secondaires. Le logicisme ne concerne d’autre part que l’administration de la preuve, une fois le raisonnement constitué, et non le cheminement de la découverte, dont la progression « anarchique » a été comparée à un cheminement darwinien par essai et erreur.

18Cette structuration des questions posées par la recherche scientifique n’illustre pas des pratiques disjointes mais les diverses composantes de toute recherche de connaissance.

  • 7 A. Houot, avec la collab. de A. Gallay, Le soleil des morts, Bruxelles, Éd. du Lombard (« Chronique (...)
  • 8 A. Gallay, « Les jarres de mariage décorées du delta intérieur du Niger (Mali) : essai de délimitat (...)
  • 9 A. Gallay, « Céramiques, styles, ethnies : les traditions céramiques du delta intérieur du Niger (M (...)

19Il est en effet nécessaire de préciser ici que notre pratique de l’archéologie fait référence simultanément ou successivement à des questions situées à ces divers niveaux de généralité. Chez Alain Gallay, l’approche des relations entre science et littérature et la nécessité de séparer clairement les deux domaines se sont concentrées sur les questions de la vulgarisation des connaissances scientifiques à travers une iconographie statique (reconstitutions de scènes du passé) ou dynamique (bande dessinée)7. Outre un cours régulièrement donné à l’université de Genève, il a expérimenté la démarche logiciste à travers diverses publications construites selon ces préceptes en abordant les questions de formalisation de la démarche scientifique (fig. 1, niveau 4)8. Les relations entre science et histoire et la question de la place du discours des acteurs dans la construction d’un savoir scientifique ont été abordées à travers nos recherches ethnoarchéologiques sur la céramique traditionnelle africaine (fig. 1, niveaux 2 et 3)9. Des préoccupations disciplinaires plus classiques sont développées dans le cadre de nos recherches sur le Néolithique européen et la Pré- et Protohistoire africaine (fig. 1, niveau 1). Sur le plan pratique, ce constat justifie le fait d’aborder ces questions générales à propos de la seule archéologie en particulier.

20Les questions abordées ici opposent donc aux programmes disciplinaires une vue générale des questions touchant la cumulativité, une réflexion qui se situe au niveau 4 de la figure 1. Il est évident qu’une réflexion identique pourrait être menée aux niveaux 2 (sciences humaines/sciences de la nature) et 3 (sciences/ histoire), thèmes que nous ne ferons qu’effleurer.

II. Stabilité et précarité des paradigmes et programmes de l’archéologie

21Afin de nous conformer à l’orientation générale de cet ouvrage, nous présenterons tout d’abord une évaluation de la cumulativité des programmes de l’archéologie au niveau 1, disciplinaire. Nous nous appuierons pour cela sur deux travaux récents, l’un consacré aux paradigmes et aux programmes repérables en archéologie, des origines à nos jours, l’autre consacré à l’histoire des recherches mégalithiques en Europe, ce dernier travail pouvant servir de constat concret pour la question de la cumulativité qui nous intéresse ici.

  • 10 A. Gallay. « Quels paradigmes pour la préhistoire ? Un historique », in Congrès du centenaire…, op. (...)
  • 11 A. Gallay. « La place de Gordon Childe dans les études mégalithiques », in Mélanges offerts à Jean (...)

22Un premier travail consacré aux paradigmes qui ont guidé, depuis leur origine, les études préhistoriques10 nous servira de cadre et permettra d’évaluer la pertinence des nombreuses théories émises pour « expliquer » les monuments mégalithiques européens11.

23Nous distinguerons ici des paradigmes externes et des programmes internes.

  1. Les paradigmes correspondent à certaines orientations théoriques rencontrées dans les sciences humaines ou dans les sciences de la nature depuis le xviiie siècle. Nous les identifions la plupart du temps en dehors du champ propre de la discipline. Ces paradigmes influencent, qu’on le veuille ou non, la réflexion de l’archéologie à travers le temps.

  2. La notion de programme (nous avions précédemment utilisé le terme « école », que nous jugeons dans le cadre de ce livre moins adéquat) permet de son côté de réunir certains travaux épistémologiquement proches pour mieux les situer dans le développement de la recherche.

24Les paradigmes, comme les programmes qui en découlent, structurent la pratique archéologique à travers le temps. Dans notre esprit, ils ne constituent donc pas des étapes historiques sur le chemin d’un développement continu et harmonieux des connaissances, mais plutôt des clés pour comprendre la nature de ces dernières. Les paradigmes retenus agissent de façon récurrente sur le long terme avant de disparaître sous l’impact de nouvelles façons de penser, plus conformes aux modes et à l’air du temps. Ils se retrouvent donc dans des travaux d’époques différentes, parfois chez le même auteur, et s’intègrent synchroniquement dans des champs de connaissances qui évoluent, tant sur le plan des technologies employées que sur celui des bases factuelles en constante croissance.

  • 12 A. Gallay. « Quels paradigmes pour la préhistoire ? Un historique », op. cit.

25Paradigmes et programmes sont ordonnés ici selon leur ordre historique d’apparition dans la problématique des recherches mégalithiques et non selon l’ordre dans lequel les paradigmes sources sont historiquement apparus, comme nous l’avions présenté dans notre précédent travail12. Le tableau 1 permet de reconnaître les paradigmes retenus et les programmes qui s’en inspirent.

Tableau 1. Paradigmes inspirant les recherches préhistoriques des origines à nos jours

Paradigmes
Sources théoriques ⇒

Programmes
Intégrations pratiques

1. Les Antiquaires. L’observation directe des documents et de leur organisation interne permet d’accéder à leur compréhension

Archéologie descriptive

2. Le Romantisme allemand. Les développements historiques des peuples sont spécifiques et irréductibles

Archéologie des peuples, diffusionnisme

3. Le Transformisme. L’histoire de l’homme s’organise selon la trajectoire unilinéaire du progrès

Évolutionnisme unilinéaire

4. Les Lumières. Les besoins élémentaires de l’homme et le principe d’utilité déterminent une approche systémique de l’histoire

Archéologie des processus

5. L’Évolutionnisme. Les relations entre l’homme et son environnement déterminent une évolution multilinéaire des civilisations

(Néo) évolutionnisme

6. L’Actualisme. La recherche des causes actuelles permet de comprendre le passé

Ethnoarchéologie

7. Le Structuralisme. L’analyse interne des documents permet d’accéder à l’idéologie inconsciente et irréductible caractérisant chaque société

Archéologie contextuelle

26Il n’est pas question de reprendre ici l’ensemble de l’argumentaire développé dans ces deux articles. Le tableau 1 permet de présenter les idées clés présidant aux différents paradigmes et de nous concentrer sur les programmes, sans développer l’historique de leurs apparitions et de leurs développements. Nous retrouvons dans ce cas la plupart des programmes développés en archéologie à propos d’autres contextes spatiaux, temporels ou fonctionnels.

27Ce survol permet de déceler deux ruptures essentielles.

    • 13 A. Gallay, « Reconstituer la vie quotidienne au Paléolithique supérieur : en guise de conclusion », (...)

    La première, d’ordre épistémologique, sépare les approches descriptives des interprétations plus ambitieuses dites de « haut rang », dont nous avons dit à plusieurs reprises qu’elles étaient séparées des bases compilatoires par un véritable fossé épistémologique13. Les programmes descriptifs se développent de façon cumulative dès les origines de la discipline. À l’opposé, les programmes interprétatifs ont tendance à se relayer, les nouvelles conceptions chassant les anciennes jugées caduques selon les modes intellectuelles de l’époque, sans que l’on puisse toujours déceler un véritable processus cumulatif.

  1. La seconde rupture est d’ordre technique et concerne la révolution opérée grâce aux possibilités de datations absolues par le carbone 14 (1949), puis par la calibration des dates (1966). Elle sépare les anciennes interprétations des conceptions actuelles qui peuvent désormais s’appuyer sur un cadre chronologique fiable. Il est intéressant de constater que cette seconde rupture intervient au moment où se développent les programmes issus de la nouvelle archéologie nord-américaine se référant aux paradigmes 4 à 7 (fig. 2).

Figure 2. Paradigmes et programmes de recherches présents dans les études consacrées aux constructions mégalithiques européennes, des origines à nos jours

Figure 2. Paradigmes et programmes de recherches présents dans les études consacrées aux constructions mégalithiques européennes, des origines à nos jours

X : programmes aujourd’hui rejetés ou en cours de rejet par la communauté scientifique

28Le schéma de la figure 2 permet de juger de la stabilité et de la cumulativité des programmes en les regroupant par paradigme. Plusieurs programmes successifs peuvent s’inspirer d’un même paradigme. Alors que les programmes initiaux découlant du paradigme descriptif (colonne de gauche) génèrent un processus cumulatif de connaissances, les programmes interprétatifs restent plus instables.

Paradigme descriptif

  • 14 A. Leroi-Gourhan, G. Bailloud & M. Brézillon, « L’hypogée II des Mournouards (Mesnil-sur-Oger, Marn (...)
  • 15 P. Chambon, Les morts dans les sépultures collectives néolithiques en France. Du cadavre aux restes (...)

29Les premières observations architecturales du début du xviiie siècle sont progressivement enrichies par des expertises de plus en plus fines qui se placent dans un cadre chrono-culturel de plus en plus élaboré. Les recherches sur les structures architecturales périphériques et les sols d’occupations épargnés par les fouilles anciennes polarisées sur les chambres sépulcrales se multiplient à notre époque, parallèlement aux impératifs de la taphonomie des inhumations14 qui se développe à partir de l’expérience conduite par Leroi Gourhan à l’hypogée des Mournouards14. Des origines à nos jours se constitue ainsi un corpus de données de plus en plus fourni se référant à un cadre chronologique de plus en plus précis : attribution à une époque préceltique, système des trois âges, enfin cadre chrono-culturel reconnaissant diverses civilisations hiérarchisées en complexes culturels et situés de façon absolue dans le temps grâce aux datations15C. Ce programme permet désormais des expertises de plus en plus précises par rapport à L et T, mais ces dernières restent dépourvues de toute interprétation anthropologique.

Paradigme populationniste

  • 16 V. G. Childe, L’Europe préhistorique. Les premières sociétés européennes, Paris, Payot (« Petite Bi (...)
  • 17 C. Renfrew & P. Braudel, Les origines de l’Europe. La révolution du radiocarbone, Paris, Flammarion (...)
  • 18 H. J. Case, « Settlement pattern in the North Irish Neolithic », Ulster Journal of Archaeology, 32, (...)

30Ce paradigme est le premier à influencer l’interprétation du phénomène mégalithique. Le plus ancien programme développé concerne l’identification d’un « peuple des dolmens » et la recherche du sens de diffusion de cette population depuis son lieu d’origine supposé. Ce programme ne résiste pas à l’accumulation des données factuelles montrant la diversité des composantes culturelles associées au mégalithisme. Gordon Childe développera donc à partir de 1925 un nouveau programme diffusionniste associant diffusion de composantes culturelles à partir du Proche-Orient et déplacements limités de certaines populations à l’intérieur de l’Europe16. Ce programme liant le développement du mégalithisme à l’influence du Proche-Orient ne résistera pas à la remise en question du cadre culturel provoqué par la « révolution du carbone 1417 ». De nos jours, le seul programme populationniste actif, d’ailleurs initié par Gordon Childe, est celui qui tente d’évaluer la part des populations mésolithiques locales dans l’origine du mégalithisme18. Ce programme actuellement limité à la façade atlantique de l’Europe pourrait être étendu à l’avenir à la péninsule Ibérique.

Paradigme transformiste

  • 19 V. G. Childe, What happened in history, Londres-Harmondsworth, Penguin, 1946, éd. rev. 1954 (1re éd (...)

31Le paradigme transformiste affecte essentiellement la préhistoire naissante et ne résistera pas à l’accumulation des connaissances témoignant de l’étonnante variété des adaptations. Le dernier à se référer à ce paradigme est Gordon Childe qui, influencé par l’archéologie de l’Union soviétique et par le cadre évolutionniste développé par Levis Morgan (1877), utilise encore les termes de sauvagerie, barbarie et civilisation, termes qui seront par la suite définitivement abandonnés19.

32Les autres programmes se développent tous après la révolution du carbone 14 et apparaissent dans le cadre de la nouvelle archéologie nord-américaine. Propres au monde anglo-saxon, ils affectent peu, à l’exception du programme actualiste, l’archéologie continentale européenne dominée par le programme descriptif.

Paradigme processuel

33L’archéologie des processus propose une approche systémique des composantes culturelles. Les unités retenues pour caractériser les systèmes ont, la plupart du temps, un caractère très général dont l’expression au niveau archéologique est loin d’être évidente. On parle de l’importance numérique de la population, de pratiques liées à la culture des plantes, de complexité et de hiérarchie sociale. L’agencement des variables peut prendre des formes diverses et intégrer des variables environnementales. L’étude de l’évolution des systèmes met en avant les variables considérées, souvent à tort, comme indépendantes, responsables des trajectoires historiques.

  • 20 C. Renfrew & P. Braudel, Les origines de l’Europe…, op. cit.
  • 21 G. L. Cowgill, « On causes and consequences of ancient and modern population changes », American An (...)

34Le paradigme processuel n’affecte que peu l’Europe, mis à part l’importance du facteur démographique considéré par certains chercheurs comme Colin Renfrew comme absolument stratégique, et parfois hissé à la hauteur de variable indépendante20. Le programme démographique souffre en fait de deux maux qui le condamnent à terme. Le premier concerne les difficultés d’estimation des densités de peuplement sur la base des données archéologiques. Le second concerne le fait que la démographie ne constitue aucunement une variable indépendante dans le développement des sociétés, comme l’archéologie processuelle l’a longtemps prétendu21.

Paradigme néo-évolutionniste

  • 22 C. Renfrew, Before civilization. The radiocarbon revolution and prehistoric Europe, Londres, Pengui (...)

35Le paradigme et programme néo-évolutionniste, qui se développe essentiellement dans le cadre de l’archéologie précolombienne, ne se retrouve que chez Colin Renfrew dans son analyse des relations entre le mégalithisme et la notion de chefferie22.

  • 23 Voir A. Testart, Éléments de classification des sociétés, Paris, Errance, 2005.

36Les classements des sociétés proposés par les anthropologues nord-américains sont restés longtemps les seuls disponibles sur le marché, d’où leur succès auprès des archéologues. Depuis peu pourtant, Alain Testart a, en France, remis en cause ces conceptions23. Cette question est essentielle car elle concerne les conditions dans lesquelles il est possible de transférer des données ethnoarchéologiques au domaine de l’archéologie (quatrième partie).

37La première critique formulée porte sur le caractère ambigu des classements. Ces derniers confondent en effet principes de classement et modèles de l’évolution des sociétés. Comme dans les sciences du vivant, le classement devrait être, du moins dans un premier temps, indépendant de tout a priori sur la façon dont les sociétés (les espèces) évoluent réellement dans le temps, et fondé uniquement sur des caractéristiques structurelles internes, quelles qu’elles soient. Contrairement à ce qu’on peut penser, les communautés humaines ne se dirigent pas obligatoirement du simple vers le complexe et d’une intégration régionale de faible amplitude vers une intégration à la fois plus large et plus stricte. Les lignées évolutives sont d’autre part très diverses et présentent des trajectoires souvent inattendues.

38La seconde critique concerne les fondements mêmes des classements néo-évolutionnistes. Ces derniers sont en effet inadéquats dans la mesure où le seul critère de classement utilisé, qui n’est d’ailleurs jamais clairement défini, est celui de « complexité » et de niveau d’« intégration spatiale ». On se pose en effet la question : quelle complexité ? S’agit-il de complexité technique, économique ou sociale, ou de tout cela à la fois ? Comment mesure-t-on cette complexité ? Quelle est l’échelle territoriale de cette intégration ? Cette dernière est-elle, là aussi, technique, économique ou sociale ? On sait en effet que la complexité de certaines sociétés dites « simples », comme les aborigènes australiens, peut être particulièrement forte dans certains domaines ; on pense notamment aux structures sociales.

  • 24 Cf. A. Gallay, L’archéologie demain, op. cit., p. 73.

39On peut donc considérer le programme néo-évolutionniste comme actuellement en cours de rejet. Comme Colin Renfrew avait dépassé le classement de Morgan, nous devons désormais dépasser le programme néo-évolutionniste – dont nous avions également souligné les limites24 –, afin de mieux rendre compte de la diversité des sociétés sur des bases anthropologiques plus précises.

Paradigme actualiste

  • 25 C. Renfrew, « Monuments, mobilization and social organization in Neolithic Wessex », op. cit. ; Id. (...)
  • 26 Voir P. Pétrequin & A.-M. Pétrequin, Écologie d’un outil. La hache de pierre en Irian Jaya (Indonés (...)

40Si des données actualistes se référant aux « sociétés primitives » se retrouvent sporadiquement dès les origines, il faut attendre le développement du programme ethhnoarchéologique pour que se développe une véritable réflexion théorique sur les conditions d’application des références anthropologiques aux réalités archéologiques. Colin Renfrew utilise largement l’ethnologie dans ses interprétations du mégalithisme du Wessex, ainsi que des îles Arran et Rousay25. Plusieurs chercheurs continentaux enrichissent aujourd’hui le débat26. Les paradigmes et programmes ethnoarchéologiques sont donc aujourd’hui actifs.

Paradigme structuraliste et contextuel

41L’intérêt pour les composantes symboliques de la société se retrouve dans les tentatives de déchiffrement de l’art mégalithique. Dès l’origine, cet intérêt se concrétise autour de quelques stéréotypes relevant plus d’une sémantique naïve et de concepts appliqués sans critique aux productions artistiques néolithiques les plus diverses.

  • 27 I. Hodder, « Sequences of structural change in the Dutch Neolithic », in Id., ed., Symbolic and str (...)
  • 28 S. Cassen & J. Vaquero, « La forme d’une chose », in S. Cassen, C. Boujot & J. Vaquero, eds, Élémen (...)
  • 29 Voir A. Gallay, L’archéologie demain, op. cit., p. 95-97.
  • 30 S. Cassen, C. Boujot & J. Vaquero, eds, Éléments d’architecture…, op. cit., p. 751.

42À la suite de Ian Hodder27, Serge Cassen fait dans ce contexte figure d’exception en prenant le contre-pied des interprétations habituelles. Son analyse des motifs de la grande stèle de Locmariaquer28 mobilise à la fois un corpus ethnographique tous azimuts et propose une analyse structurale digne de Lévi Strauss. Nous avons présenté ailleurs29 les limites inhérentes à ce type de programme ; nous n’y reviendrons donc pas. L’exercice, aussi brillant et convaincant soit-il, relève plus de l’interprétation littéraire que de la démarche scientifique. Serge Cassen ne s’y est du reste pas trompé en affirmant que « ces principes généraux ne sont pas réfutables et ne constituent donc pas une théorie30 ». Le programme contextuel se situe donc en dehors de la cumulativité exigée par les disciplines scientifiques et pose un problème spécifique que l’on retrouve également à propos de l’art paléolithique, problème que les récentes polémiques sur l’art « chamanique » sont loin d’avoir éclairci.

43Notre première présentation opposait une archéologie descriptive présentant toutes les caractéristiques de la cumulativité à des archéologies interprétatives plus anthropologiques, mais beaucoup plus éphémères. Notre appréciation de ces dernières en terme de cumulativité reste néanmoins nuancée car la situation diffère selon les programmes. Les anciennes conceptions peuvent en effet faire l’objet de véritables rejets selon des argumentaires parfaitement scientifiques, du moins pour certains programmes.

  • 31 A. Gallay, « Cistes de type Chamblandes, 15 ans de recherches, quels progrès ? », op. cit.

44On notera également que les programmes interprétatifs actuellement en vigueur n’ont pas tous le même statut. L’analyse des relations entre émergence du mégalithisme et acculturation des chasseurs est aujourd’hui un programme dynamique qui demande à être étendu au-delà des régions atlantiques et septentrionales de l’Europe. La question du rôle des pressions démographiques demande à être abordée sur de nouvelles bases portant à la fois sur une meilleure évaluation des densités de peuplements et sur les modalités d’insertions de la variable démographique dans l’évolution des sociétés, un sujet éminemment anthropologique31. Le cadre classificatoire néo-évolutionniste fait aujourd’hui l’objet de critiques qui demandent ici aussi un approfondissement des critères anthropologiques utilisés. Le développement des approches transculturelles de l’ethnoarchéologie reste donc aujourd’hui l’une des voies essentielles pour faire progresser les études mégalithiques, et c’est encore à ce niveau qu’il faut travailler si l’on veut faire passer l’interprétation de l’art mégalithique (comme de tout art dépourvu de commentaires écrits) du commentaire littéraire à un début de compréhension scientifique.

III. Le programme logiciste : une perspective historique

45Les questions touchant au programme logistique sont considérées ici dans leur dimension historique. Les pages qui suivent traitent d’une très courte période, depuis 1950. Les raisons d’une telle limitation sont doubles. La première est que nous avons vu naître, au milieu du xxe siècle, une multiplication d’archéologies « nouvelles » dans de nombreuses régions – Europe et Amérique principalement –, certaines allant jusqu’à se présenter comme des révolutions de pensée relatives à l’histoire des sociétés anciennes à partir des matériaux recueillis sur le terrain. La seconde raison est que les travaux personnels des auteurs de ce chapitre se sont développés au cours des mêmes décennies, jusqu’à ce jour inclus, tournés plutôt vers une évolution probable des constructions scientifiques de l’archéologie, à plus ou moins long terme. Nous commencerons par un bref rappel de l’ensemble de ces innovations, réparties en trois étapes, pour aborder ensuite l’évolution probable des recherches qui nous occupent.

1. Innovations

1.1. Étape 1950-1970

  • 32 L. R. Binford, « Archaeological perspectives », in S. R. Binford & L. R., Binford, eds, New perspec (...)

46La plus avancée de ces innovations dans le monde archéologique fut initialement celle que présenta Lewis Binford aux États-Unis. Elle demandait un passage radical de l’archéologie dite classique ou traditionnelle à une archéologie qualifiée de nouvelle et de scientifique, dont Binford et ses disciples multiplièrent les exemples32.

  • 33 J.-C. Gardin, « Problèmes de la documentation », Diogène, 11, 1955, p. 107-124 ; Id., « On the codi (...)
  • 34 J.-C. Gardin, M. Coyaud, R.-C. Cros et al., Étude d’un système général de documentation automatique(...)
  • 35 J.-C. Gardin, « Methods for the descriptive analysis of archaeological materials », American Antiqu (...)

47Dans le même temps, naissaient en Amérique et en Europe des techniques nouvelles de documentation dite mécanographique ou informatique, dont certains chercheurs jugeaient utile de tester en France la fécondité en archéologie33 ou dans les sciences humaines en général34. Des doutes s’accumulèrent cependant assez vite à ce sujet35, conduisant à des changements de méthodologie résumés plus loin (1.2. Point C. Schématisations et émergences du logicisme).

  • 36 A. Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, 2 vol., Paris, Albin Michel, 1964-1965, vol. 2, p. 259-266

48Au même moment, Leroi-Gourhan publiait en France des textes prophétiques sur le développement de « Technique et Langage » dans l’évolution à long terme de la science anthropologique36. Nous retrouverons des anticipations semblables au cours de l’étape qui suit, touchant l’archéologie (1.2. Point D. Élargissement à une épistémologie pratique : les systèmes experts, 2).

1.2. Étape 1970-1995

49Les renversements spectaculaires des constructions archéologiques sont la caractéristique la plus frappante de cette autre période, mais ils prennent des formes souvent différentes dans le monde anglo-saxon et en Europe.

Point A. Archéologies contextuelle et cognitive-processuelle

  • 37 I. Hodder, Reading the past. Current approaches to interpretation in archaeology, Cambridge, Cambri (...)
  • 38 C. Renfrew & P. Bahn, Archaeology. Theories, methods and practice, Londres, Thames and Hudson, 1991 (...)
  • 39 C. Renfrew & E. B. W. Zubrow, eds, The ancien mind. Elements of cognitive archaeology, Cambridge, C (...)

50Les novateurs les plus connus, dans le premier cas, sont Ian Hodder et Colin Renfrew, Britanniques, qui ont acquis l’un et l’autre une large renommée dans le monde. Leur position commune fut d’abord, au début des années 1970, une critique des interprétations matérialistes ou écologiques de Binford et al. On les remplaçait ou les complétait par la prise en compte de facteurs humains différemment nommés (symboliques, contextuels, structuralistes, marxistes, etc.). Les appels à des « révolutions » apparaissaient à nouveau, parfois aussi violents qu’à l’époque précédente. Ainsi, aux libertés interprétatives de l’archéologie « contextuelle post-processuelle » de Hodder37, Renfrew demandait bientôt que soit substituée une archéologie « cognitive-processuelle38 », et ses mots se faisaient peu après plus durs : étant donné « the outcome of the “critique” offered by the anti-processualistic school [Hodder, Shanks, Tilley] […] there is nothing to distinguish the research which they would produce from the most fantastical assertion of the lunatic fringe about flying saucers, earth magic and corn circles39 ».

Point B. Archéologies « traditionnelles »

  • 40 B. Trigger, Time and tradition, Édimbourg, Edinburgh University Press, 1978 ; A. Gallay, L’archéolo (...)
  • 41 C. Renfrew & P. Bahn, Archaeology…, op. cit., p. 434a.

51On aurait tort cependant de considérer que ces réactions fortes furent les contributions les plus productives de la réflexion archéologique après 1970. Les travaux appelés vingt ans plus tôt classiques ou traditionnels demeurèrent les plus abondants dans le monde ; et rien ne permet d’affirmer que leur contribution au progrès des connaissances en archéologie soit moindre que celle des nouveautés que l’on vient d’évoquer. Il n’est d’ailleurs pas inutile de rappeler ici quelques réserves contre les « révolutions » elles-mêmes, quelles qu’elles soient, sous la plume d’archéologues aussi productifs que réfléchis – par exemple Bruce Trigger au Canada, Alain Gallay en Suisse, Kent Flannery aux États-Unis40. De ce dernier, Colin Renfrew n’écrivait-il pas lui-même que « ses études de cas apprennent plus sur la structure de l’explication que la plupart des travaux sur l’archéologie théorique41 » ?

Point C. Schématisations et émergences du logicisme

  • 42 J.-C. Gardin & M.-S. Lagrange, Essais d’analyse du discours archéologique, Paris-Valbonne, Éd. du C (...)
  • 43 J.-C. Gardin, Une archéologie théorique, Paris, Hachette, 1979 (éd. originale, Archaeological const (...)

52Quant aux changements de méthodologie décidés en France à la fin de l’étape précédente, ils aboutirent d’abord à des essais d’analyse de discours archéologiques publiés sur quelques objets limités42. L’ouvrage majeur vint ensuite dans Une archéologie théorique, où J.-C. Gardin exposait à la fois les impasses de ses entreprises antérieures et les modalités du programme de recherches à long terme qui devait selon lui les dépasser43. Une bonne part des pages qui suivent concerne des applications de ce programme, jusqu’à ce jour inclus. Il peut donc être utile d’en rappeler ci-dessous les principes, encore mal connus.

  1. Le point de départ est la prise en compte d’un état de fait : le progrès des connaissances en archéologie a pour véhicule une succession de constructions techno-historiques d’ordre largement narratif, même si le raisonnement mathématique y tient une certaine place. Armés de ce seul bagage discursif, nous abordons « le terrain », et nous constatons qu’une partie au moins du savoir ainsi acquis manifeste une certaine efficacité, à en juger par les diagnostics, reconnaissances et prévisions « justes » que nous sommes capables d’énoncer, vérifiés au fil des explorations. En d’autres termes, on doit admettre que ces constructions discursives jouent en partie le rôle des modèles théoriques mieux formés des sciences naturelles (par exemple la géologie ou la paléontologie, sans aller nécessairement chercher la physique ou l’astronomie), même si leur forme masque à première vue cette fonction.

    • 44 J.-B. Grize, « Logique mathématique, logique naturelle et modèles », op. cit., p. 210.
    • 45 C. Morris, Foundations of the theory of signs, International Encyclopedia of Unified Sciences, I (2 (...)
    • 46 J.-C. Gardin, ed., Archéologie et calculateurs…, op. cit.

    L’idée vient alors assez naturellement de chercher à extraire de cette littérature narrative les modèles ou pseudo-modèles cognitifs que nous en retenons lorsque nous édifions nos constructions discursives. Mutatis mutandis, un tel projet rejoint celui que le logicien Jean-Blaise Grize proposait à la Société suisse de sciences humaines visant à bâtir des « schématisations » de nos raisonnements, définies comme « des modèles engendrés par un discours tenu dans une langue naturelle44 ». Tel est bien l’objectif du programme « logiciste » présenté dans le livre de 1979 ; mais pourquoi ce qualificatif ? On voulait d’une part disposer d’un nom qui distinguât ce programme en mettant l’accent sur un certain rapport avec la logique, du moins celle que Grize appelait « naturelle » et qui ne prétend pas à la rigueur formelle de la logique mathématique. Et l’on évoquait d’autre part une certaine parenté avec le programme logiciste de l’école de Vienne, et plus particulièrement avec l’image qu’en avait donnée l’un de ses membres, Charles Morris, en traitant de problèmes sémiologiques45 repris dans notre premier colloque46 et dont le Centre de recherches sémiologiques que dirigeait Grize à Neuchâtel tirait son nom.

    • 47 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris (...)

    Quant à la forme de la modélisation logiciste, il s’agit d’une représentation de type computationnel où l’on distingue d’une part les données de base sur lesquelles s’appuie la construction (propositions déclaratives sans antécédents explicites dans le discours), d’autre part les opérations d’inférence (réécriture, dérivation, détachement, etc.) pratiquées par l’auteur pour engendrer ses conclusions ou pour étayer ses hypothèses, selon sa façon de présenter la construction (mode empirico-inductif ou hypothético-déductif, respectivement). L’argumentation proprement dite prend ainsi l’allure d’une suite d’opérations de réécriture de type
    « pq » (lire : si p, ALORS il s’ensuit ou je suis en droit de poser q). Chacune de ces opérations marque dans le discours le passage d’un ensemble de propositions (Pi) à un autre ensemble (Pj), suivant la logique du « raisonnement naturel » propre aux disciplines historiques, tel que l’intitulera plus tard J.-C. Passeron47, mais sans égard à la place de ces propositions dans l’ordre linéaire du texte publié.

    • 48 J.-C. Gardin, Une archéologie théorique…, op. cit., p. 295-300 et 3e de couverture.

    L’intérêt de telles « schématisations », pour reprendre le terme de J.-B. Grize, est qu’elles font ressortir l’architecture des raisonnements interprétatifs réduits à leurs composantes essentielles du point de vue cognitif. On aperçoit mieux dès lors, par voie de différence, la fonction des parties du discours qui ne sont pas retenues dans la modélisation logiciste ; et l’on est de ce fait mieux armé pour établir la place de la création « littéraire » lato sensu dans nos représentations du
    passé, à la fois distincte et tributaire de la construction « scientifique » (fig. 3). Cette complémentarité des deux voies est déclarée avec force dès la première formulation du programme logiciste48. Curieusement, nos critiques l’ont toujours passée sous silence, jusqu’à ce qu’elle s’impose aujourd’hui dans les débats épistémologiques plus généraux qui nous occuperont plus loin (1.3. Point C. Ethnoarchéologie et rapport à la littérature, 2).

    • 49 S. Cleuziou, A. Coudart, J.-P. Demoule & A. Schnapp, « The use of theory in French archaeology », i (...)

    Une autre particularité de ce programme, affirmée dès le départ, est son caractère méta-théorique, en ce sens que les constructions soumises à l’analyse logiciste peuvent relever d’écoles de pensée les plus diverses : archéologie « traditionnelle » ou « nouvelle », post-processuelle, marxiste, structurale, post-moderne, contractuelle, symbolique, cognitive même, citées pêle-mêle, et l’on en passe certainement. Toutes ces écoles sont justiciables de recherches destinées à mettre en lumière les mécanismes et les fondements des raisonnements qu’elles pratiquent, sans imposer une prise de parti pour ou contre l’une ou l’autre : l’objectif reste le même dans tous les cas, qui est de faciliter l’inventaire des mérites et des fragilités de chacune. Un tel projet n’est sans doute pas sans risques ; il en est un, cependant, que nous n’avions pas prévu jusqu’à la lecture d’une condamnation sévère de ses « effets stagnants » sur toute réflexion théorique en archéologie49.

    • 50 J.-C. Gardin, Une archéologie théorique…, op. cit., p. 244-273.

    Enfin et surtout, un chapitre entier du même livre fondateur s’intitule « La forme des publications archéologiques50 » : on y ébauche une évolution des modes d’écriture qui sont au centre de nos questionnements présents, comme une sorte de corollaire du programme logiciste (infra, 1.3. Étape 1995-2005).

Point D. Élargissement à une épistémologie pratique : les systèmes experts

53La parution d’Une archéologie théorique fut suivie de travaux individuels ou collectifs marquant certains élargissements du programme qui porte ce nom ; il peut être utile ici encore de rappeler les principaux, par ordre chronologique.

    • 51 J.-C. Gardin, M.-S. Lagrange et al., La logique du plausible. Essais d’épistémologie pratique en sc (...)

    Vint d’abord la visée d’une épistémologie pratique applicable à des constructions théoriques variées, outre l’archéologie, et séparable au moins pour un temps de la réflexion philosophique51.

    • 52 J.-C. Gardin, O. Guillaume et. al., Systèmes experts et sciences humaines. Le cas de l’archéologie, (...)
    • 53 A. Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, op.cit., p. 261-264.

    Cette volonté pratique du programme logiciste se manifesta plus crûment sur le plan technologique lorsque furent mises en chantier un certain nombre d’études relatives aux applications des systèmes experts en archéologie52. L’homologie entre les schématisations logicistes et les bases de connaissance de l’intelligence artificielle nourrissait des exemples de conversion d’une approche à l’autre, avec ou sans l’écriture d’un programme sur ordinateur. L’aboutissement majeur était un ensemble de réflexions finales sur la signification et la portée de ces développements possibles voire probables, dans la perspective évolutionniste où se plaçait Leroi-Gourhan plus de vingt ans plus tôt53.

  1. La décennie 1980 fut aussi marquée par un certain nombre de séminaires d’épistémologie pratique en Amérique, organisés dans des pays de culture bilingue ou du moins ouverts à des échanges en français et en anglais. Le domaine de référence était chaque fois différent : la sémiologie, l’anthropologie ou l’intelligence artificielle au Québec, à la faveur d’une symbiose particulière avec Pierre Maranda, professeur à l’université Laval, également à l’aise dans ces trois domaines et qui n’a cessé de prendre part en France à des programmes de recherche où tous sont impliqués. Vinrent aussi l’archéologie à Mexico, l’histoire et les sciences de l’information au Brésil… mais ces rencontres contribuèrent-elles à l’évolution des modes de discours dans ces disciplines ? On peut en douter. Elles eurent au moins l’intérêt de suggérer quelques leçons dont il sera question plus loin, touchant l’évolution des modes d’écritures et de leur cumulativité en archéologie, différenciée d’autres disciplines dans les humanités (quatrième partie).

Point E. Place des références ethnographiques et relations à la littérature

  • 54 A. Gallay, L’archéologie demain, op. cit.

54L’archéologie demain publiée quelques années plus tôt par Alain Gallay54 avait déjà soulevé la plupart des questions que l’on vient d’énumérer (Point D). Ses visions de l’avenir, illustrées par des applications plus nombreuses et plus riches que celles d’Une archéologie théorique, donnèrent naissance à de nouveaux courants de recherche ouverts pendant l’époque qui nous occupe, avant 1995, mais qui se développèrent plus largement encore au cours de la suivante (période actuelle). L’un d’eux concerne la place que peuvent ou doivent tenir en archéologie des modes de présentation distincts de ceux de l’analyse scientifique proprement dite (1) ; l’autre porte sur l’ethnoarchéologie vue comme une manière de mettre à l’épreuve les principes de l’analyse logico-empirique en général, appliqués à différentes catégories d’espace-temps (2).

    • 55 A. Gallay, ed., Dans les Alpes, à l’aube du métal…, op. cit.

    Un livre instructif sur le premier plan est l’ouvrage collectif sur les relations entre archéologie et bande dessinée édité par Gallay55. Le point de départ est la publication d’un album intitulé Le soleil des morts par le dessinateur et scénariste André Houot, avec une étroite collaboration d’Alain Gallay, directeur des fouilles de la nécropole du Petit-Chasseur à Sion (fin du Néolithique au Valais). Le livre collectif rassemble les vues d’une vingtaine d’archéologues sur les utilités et qualités des deux modes de représentations, professionnelles et imaginaires. Comme prévu, les opinions sont à ce sujet diverses, pour ne pas dire plus. Il n’est donc pas surprenant que Gallay ait repris quelques années plus tard l’une d’elles en particulier, à propos du statut épistémologique de travaux publiés sur le même genre de données archéologiques à des niveaux d’espace-temps variables (infra, 1.3. Point C. Ethnoarchéologie et rapport à la littérature, 1).

    • 56 A. Gallay & C. Sauvain-Dugerdil, Le Sarnyéré Dogon : archéologie d’un isolat, Mali, Paris, Éd. ADPF (...)
    • 57 A. Gallay, « L’ethnoarchéologie entre sciences et histoire : une réflexion fondée sur le développem (...)
    • 58 A. Gallay, « À propos de la céramique actuelle du delta intérieur du Niger (Mali)… », op. cit.

    Dès son livre de 1986, Gallay comprenait l’ethnoarchéologie comme un domaine de recherche nécessaire au progrès de la « science archéologique », point de vue qu’il illustra largement quelques années plus tard en se référant à ses travaux déjà entrepris en Afrique56. Leurs résultats trouvèrent bientôt place dans des rencontres internationales organisées en Espagne et en France sur les relations entre l’Europe et l’Afrique, l’histoire et l’archéologie. La première, en juin 1991, fut l’occasion de souligner combien le développement des sciences de la nature joue un rôle fondamental dans l’interprétation des données de l’ethnoarchéologie africaine, « entre science et histoire57 ». La seconde, en octobre 1991, présenta une situation semblable à propos des règles transculturelles avancées au sujet de la céramique actuelle de la boucle du Niger au Mali58.

1.3. Étape 1995-2005

55Les échanges pluridisciplinaires de la décennie précédente à propos du programme logiciste en archéologie manifestaient des impasses ou des dissensions dominantes ; l’étape suivante fut un retour à des travaux personnels propres à éclairer les fonctions ou les modalités de ce programme plus précisément qu’elles ne l’avaient été à l’origine.

Point A. Questions épistémologiques en suspens

56Plusieurs textes cités (ordre chronologique) portent sur des questions théoriques jusqu’alors passées sous silence, comme :

    • 59 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique…, op. cit.
    • 60 J.-C. Gardin, « Les embarras du naturel », Archives européennes de Sociologie, 34, 1993, p. 152-165

    les écarts entre le « raisonnement naturel » propre aux disciplines historiques selon J.-C. Passeron59 et certaines constructions logico-empiriques pratiquées dans des domaines comme l’archéologie, la préhistoire, la paléontologie60 ;

    • 61 J.-C. Gardin, « Formalisation et simulation des raisonnements », in J. Revel & N. Wachtel, eds, Une (...)

    la part importante de la formalisation et de la simulation dans la genèse de ces constructions et leur apparition pratique dans nos relations avec l’EHESS61 ;

    • 62 J.-C. Gardin, « Cognitive issues in archaeology », Archaelogia Polona, 34, 1996, p. 205-232.

    la prépondérance accordée aux tests cognitifs dans l’évaluation des constructions interprétatives en « archéologie théorique », à quelque école qu’elles tiennent à se référer62, comme le programme ainsi nommé l’avait dès le départ annoncé (supra, 1.2. Point C. Schématisations et émergences du logicisme, 5) ;

    • 63 J.-C. Gardin, « Le questionnement logiciste et les conflits d’interprétation », Enquête, anthropolo (...)

    certaines différences entre les conflits d’interprétation présentés en sociologie et leur place dans le questionnement logiciste en archéologie63 ;

    • 64 A. Gallay, « Mathematics and logicism in archaeology : a historical approach », in S. Tabaczynski, (...)

    les rapports entre mathématiques et logicisme en archéologie64 ;

    • 65 J.-C. Gardin, « Cognitive issues and problems of publication in archaeology », in S. Tabaczynski, e (...)

    de l’approche cognitive à de nouvelles formes de publication en archéologie65 ;

    • 66 J.-C. Gardin, « La pensée réfléchie et ses progrès dans les sciences de l’homme », Le génie humain, (...)

    les insuffisances de la « pensée réfléchie » dans les sciences de l’homme, vue à travers les progrès de l’informatique66.

Point B. Analyse logiciste de textes traditionnels

  • 67 J.-C. Gardin, O. Guillaume et al., Systèmes experts et sciences humaines…, op. cit.

57Apparaissent par ailleurs, à partir de 1995, des publications où figure une analyse logiciste de textes livrés d’abord sous forme d’écriture traditionnelle. Un ouvrage antérieur sur les systèmes experts en archéologie67 était du même ordre, mais sans cette reproduction initiale des documents analysés.

    • 68 E. A. Wrigley, « Le processus de modernisation et la révolution industrielle en Angleterre », Annal (...)
    • 69 M. N. Borghetti, « Studi di un caso : l’analisi di un testo di storia economica », in M. N. Borghet (...)

    Le premier exemple est l’analyse d’un article paru dans Annales sur les rapports entre le commerce international et la révolution industrielle en Angleterre aux xviie et xviiie siècles68. Sa réécriture logiciste est une combinaison de trois éléments : (a) les données Po, observations ou contre-exemples mobilisés par l’auteur ; (b) un ensemble d’opérations d’inférences de type {Pi} →{Pj} pour passer de groupes de {Po} à des propositions {P1}, {P2}, {P3}, etc. ; (c) des propositions {Pn} exprimant les conclusions finales de l’auteur69.

    • 70 J.-C. Gardin, Prospections archéologiques en Bactriane orientale (1974-1978), 3, Description des si (...)

    Un second exemple est, dans un livre archéologique sur une région de l’Asie centrale, l’addition d’un chapitre intitulé « Problèmes de forme » où sont présentées des réécritures possibles de la construction70. Leur structure est plus sommaire que dans l’article précédent, mais l’argumentation en sa faveur reste celle dont « Une archéologie théorique » faisait état dix ans plus tôt (supra, 1.2. Point C. Schématisations et émergences du logicisme, 6). S’y ajoutent maintenant des références explicites à l’informatique, présente dès l’origine de notre programme logiciste, mais devenue à la fin du xxe siècle un outil nécessaire des nouvelles publications souhaitées.

    • 71 V. Roux, ed., Cornaline de l’Inde. Des pratiques techniques de Cambay aux techno-systèmes de l’Indu (...)

    Le fait le plus remarquable à ce titre fut la parution peu après d’un livre collectif, Cornaline de l’Inde, sous la direction de Valentine Roux71. Il est divisé en deux parties conçues selon des modes d’écriture distincts : (a) d’une part, en langage dit naturel, la présentation des nombreuses techniques de fabrication étudiées (lieux, artisans, outillages, économies, etc.), suivie d’hypothèses concernant les significations socio-historiques qu’on pouvait en tirer ; (b) d’autre part, une expression des constructions précédentes sous forme d’un ensemble d’analyses logicistes soumises aux principes de l’épistémologie pratique et aux modes d’écriture informatiques. La première partie est un livre considérable (ca. 500 pages), riche en enquêtes scientifiques de toutes sortes (psycho-métriques, mathématiques, économiques, etc.), aboutissant chacune aux genres de conclusions où Jean-Claude Passeron voyait dix ans plus tôt le produit du « raisonnement naturel ». La seconde partie est un CD-ROM, sur lequel Valentine Roux réunissait l’ensemble des « données » mentionnées dans ce livre en les répartissant entre les « inférences » successives pratiquées dans les constructions logico-empiriques pour aboutir aux « hypothèses » avancées à leur sujet. Il devient dès lors possible d’utiliser le CD-ROM comme un outil commode pour consulter tantôt des matériaux particuliers, tantôt des types d’interprétation réunis à leur propos, jusqu’aux idées historiques les plus élevées annoncées à partir des uns et des autres. Il apparut assez vite que la pratique la plus efficace pour ces consultations était une mise en scène multimédia des constructions logicistes conçue selon le format SCD (Scientific Construct and Data), développé à cette époque par Philippe Blasco et les Éditions Epistèmes.

Point C. Ethnoarchéologie et rapport à la littérature

58Les deux nouveaux courants de recherche signalés au cours de l’étape antérieure (1.2. Point E. Place des références ethnographiques et relations à la littérature) se développent parallèlement aux recherches sur les systèmes experts.

    • 72 A. Gallay, « Archéologie et bande dessinée : mérites et limites d’une utopie », op. cit.
    • 73 A. Gallay, « À propos du statut épistémologique des travaux publiés sur la nécropole du Petit-Chass (...)

    La question des rapports entre archéologie et bande dessinée est reprise dans un colloque de 2001 sur les recherches préhistoriques en Suisse, où l’on revient aux critiques antérieures de W. Stockowski sur le sujet ; on y répond sans trop de peine en se référant aux travaux récents de J.-C. Gardin sur les rapports entre modèles et récits72. Une vision plus générale sera présentée la même année à une conférence internationale organisée à Sion sur l’histoire du Néolithique et de l’âge du bronze en Europe. Sont alors mises en balance du point de vue épistémologique les grandes catégories de constructions scientifiques dites compilatoires, typologiques et explicatives, d’une part, et, de l’autre, les extensions dites littéraires, lato sensu, dont il paraît difficile de ne pas reconnaître la place dans les publications archéologiques73.

  • 74 A. Gallay, « Maîtriser l’analogie ethnographique : espoirs et limites », in F. Djindjian & P. Mosca (...)

59L’année 2001 est aussi celle du XVIIe Congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques (Liège, Belgique), où la Commission IV que dirige François Djindjian réunit un certain nombre d’archéologues intéressés par les questions théoriques. Les sujets que l’on vient de rappeler sont abordés là dans une perspective plus large : sont prises en compte notamment des positions avancées dernièrement par des chercheurs connus pour leurs travaux dans des disciplines différentes en sciences de l’homme (histoire, anthropologie, linguistique, sociologie) mais aussi bien dans des sciences de la nature ou en philosophie. L’utilisation de l’analyse ethnographique dans l’interprétation des données archéologiques est alors vue comme une source de malentendus qu’il serait bon d’analyser afin de pouvoir les éviter74.

  • 75 A. Gallay & G. de Ceuninck, « Les jarres de mariage décorées du delta intérieur du Niger (Mali) : a (...)
  • 76 A. Gallay, E. Huysecom & A. Mayor, Peuples et céramiques du delta intérieur du Niger (Mali) : un bi (...)
  • 77 A. Gallay, « La tradition céramique des forgerons djémé na de la plaine du Séno (Mali) », Bulletin (...)

60Les programmes de recherche ethnoarchéologique commencés en Afrique au cours des années 1980 se poursuivent massivement, marqués par des rapports qui constituent autant d’études de cas : jarres de mariage décorées et « biens de prestige » au delta intérieur du Niger75, peuples et céramiques dans la même région76 ; traditions céramiques de forgerons dans la plaine du Séno, Mali77. La plupart de ces publications sont présentées sous des formes qui tendent à suivre les considérations théoriques et l’engagement pratique résumés dans la quatrième partie de ce texte. C’est à leur propos que seront présentées des réponses à la question finale de notre titre : quelles cumulativités ?

2. Vues évolutionnistes

61Les innovations que nous venons de passer en revue ne représentent qu’une très petite partie des éléments que devrait prendre en compte tout essai d’histoire de l’archéologie récente, même limité aux quelques années et régions citées. De telles restrictions ne signifient aucunement un manque d’intérêt ou une position négative de notre part au sujet des événements négligés. L’objectif maintenant est de prévenir à ce sujet quelques malentendus.

Point A. Modèle et récit : rapports aux sciences de la nature

  • 78 J.-Y. Grenier, C. Grignon & P.-M. Menger, eds, Le modèle et le récit, Paris, Éd. de la MSH, 2001.
  • 79 J.-C. Gardin, « Entre modèle et récit. Les flottements de la troisième voie », in J.-Y. Grenier, C. (...)

62Les années 1990 ont été marquées par des travaux multidisciplinaires où des questions parallèles aux nôtres ont été abordées par des chercheurs de spécialités différentes. Tel fut le cas du séminaire entrepris en 1995, à l’initiative du sociologue Claude Grignon avec l’appui de Maurice Aymard, administrateur de la Maison des sciences de l’homme. Son premier aboutissement fut, en l’an 2000, la préparation d’un ouvrage collectif intitulé Le modèle et le récit78. Ce titre exprimait une dualité propre à des modes de construction considérés dans des disciplines différentes (histoire, économie, sociologie, etc.) ou combinés à l’intérieur d’une ou plusieurs d’entre elles. Dans une « lecture critique » demandée au titre de l’archéologie, nous retrouvions des raisons d’en revenir aux questions soulevées vingt ans plus tôt sous couvert de l’épistémologie pratique79.

63Le séminaire de 1995 à 2000 s’adressait pour l’essentiel aux spécialistes des sciences de l’homme (SdH). C. Grignon et M. Aymard décidèrent en 2004 de le prolonger, en élargissant son champ jusqu’à inviter des spécialistes des sciences de la nature (SdN) au nombre des exposants. Les premiers exemples retenus portèrent sur des sujets d’ordre socio-historique ou philosophique intéressants mais où l’on ne retrouvait pas immédiatement les problèmes épistémologiques qui distinguent ou rapprochent les écrits scientifiques dans la perspective comparée SdH/SdN. Les exposés confiés en 2005-2006 à des chercheurs avancés dans l’enseignement et la pratique de sciences naturelles (biologie, immunologie, cosmologie et astrophysique, mathématiques, éthologie) aboutissent en revanche à orienter les débats du séminaire dans le sens souhaité dès l’origine. L’archéologie théorique telle que nous la concevons pourrait être une des disciplines des sciences humaines qui gagnera parmi d’autres à cette évolution, un point qui est illustré dans la dernière partie de cet article.

Point B. Place et rôle des nouvelles technologies

64Une manière de contourner les questions théoriques propres aux rapports SdH/SdN avait cependant pris corps au cours des années 1990. Les publications collectives se multipliaient alors pour faire connaître les croissances de l’informatique et de ses outils à des fins documentaires en archéologie.

  • 80 J.-P. Dalbéra, « Des bases de données aux applications multimédia. Actions, initiatives, partenaria (...)
  • 81 P. Poirrier & L. Valdelorge, eds, Pour une histoire des politiques du patrimoine, Paris, Comité d’h (...)

65« Informatique et conservation-restauration du patrimoine culturel », ce titre indiquait l’ascension commencée au ministère de la Culture dès 197580, et ce n’est nullement critiquer les cinquante auteurs de l’ouvrage que de noter l’absence d’aucune composante théorique dans leurs écrits. Il serait d’ailleurs injuste de soupçonner le ministère de la Culture de chercher dans l’expansion des ordinateurs une manière moderne de favoriser le patrimoine culturel : l’histoire des politiques du patrimoine de la IIIe République à nos jours montre la séparation nécessaire des deux programmes81.

  • 82 M. Katzen, ed., Scholarship and technology in the humanities. Proceedings of a conference held at E (...)
  • 83 A. Kenny, « Technology and humanities research », in M. Katzen, ed., Technology and the future of s (...)

66D’autres différenciations aussi utiles conduisaient à d’intéressantes questions touchant l’emploi des nouvelles technologies dans les humanités. Une conférence internationale venait d’être organisée sur ce thème par la British Academy82. La personne à qui revint l’honneur de l’ouvrir était Sir Anthony Kenny, théologien et philosophe, successivement passé de l’université d’Oxford au Vatican « and back », comme il venait de le raconter sous un titre humoristique (A path from Rome), et qui présidait alors la British Academy. Il fit état d’une enquête commanditée pour son domaine de recherche ; les résultats montraient qu’il ne pouvait espérer lire qu’une partie infime des livres et articles relatifs aux sujets de recherche qui l’occupaient. Sa conclusion tenait en deux lignes : (a) pouvons-nous continuer longtemps à soutenir des systèmes de publication de ce genre ? (b) Les nouvelles technologies de l’information sont-elles de nature à les améliorer83 ? Notre surprise fut qu’aucune de ces deux questions – et plus particulièrement la seconde – ne fut traitée pendant les cinq journées que dura la conférence, y compris dans les courtes discussions qui suivirent notre présentation du même problème préparée longtemps avant notre rencontre avec Anthony Kenny.

  • 84 A. Iacovella, ed., Sémantiques et archéologie. Aspects expérimentaux (titre provisoire). Table rond (...)
  • 85 J.-C. Gardin, « Archaeological discourse, conceptual modelling and digitalisation : an interim repo (...)

67Les avancées remarquables de la technologie finirent par constituer autour de l’an 2000 l’objet majeur des rencontres consacrées aux progrès scientifiques en archéologie. Tel fut par exemple le cas de colloques internationaux organisés en Méditerranée aux mêmes années, à Athènes, à Rome, en Crète84. Curieusement, certains d’entre nous étaient invités à présenter d’abord les avancements que nous espérions tirer de méthodes logico-empiriques nouvelles, sur le plan scientifique, mais c’était aux progrès d’ordre techno-informatique que s’intéressaient l’ensemble des participants85.

  • 86 Z. Kobylinski, Quo vadis archaeologia ? Whither archaeology in the 21st century ? Varsovie, Institu (...)
  • 87 Ibid., p. 22-29.

68Un cas semblable de séparation entre les objectifs de rencontre en archéologie et les questions d’épistémologie qui nous occupent connut une autre manifestation lorsque l’Académie des sciences de Pologne organisa, en 2001, un colloque international sur l’avenir des activités archéologiques dans différents pays. Le Quo vadis publié peu après86 eut la sagesse de prendre en compte des objectifs différents selon les régions ou les genres d’intérêt visés, autres que les recherches d’ordre épistémologique dont nous avions été invités à rappeler d’abord l’intérêt général87.

Point C. Accès aux savoirs

  • 88 J. Perriault, L’accès au savoir en ligne, Paris, Odile Jacob, 2002.
  • 89 Ibid., p. 24.

69Les phénomènes précédents ont pour caractéristique commune l’application de techniques et d’outils destinés au progrès de ce qu’on appellera bientôt l’accès au savoir en ligne88. Une particularité de cette évolution est qu’elle fait en général appel à des institutions politiques variées – « l’État, les organisations régionales, les collectivités territoriales89 ». Tel fut le cas des sciences de l’homme désireuses de participer aux sciences et techniques d’information et de communication (STIC) mises à la disposition des chercheurs en physique, chimie, astronomie, etc. S’agissant plus particulièrement de l’archéologie, les travaux de cet ordre occupent une place croissante non seulement dans les colloques internationaux évoqués plus haut mais aussi dans la préparation de thèses consacrées au sujet des techniques documentaires plutôt qu’aux recherches scientifiques proprement dites.

  • 90 A. Chaillou, Nature, statut et traitements informatisés des données en archéologie : les enjeux des (...)
  • 91 Ibid., p. 206-245.

70L’une d’elles, par exemple, fut présentée récemment sous forme d’un gros ouvrage en deux volumes encore inédit mais clairement nommé : Nature, statut et traitements informatisés des données en archéologie. Les enjeux des systèmes d’informations archéologiques90. Il s’agit d’une étude sur de nombreuses bases de données archéologiques développées en France au cours des années 1980 et 1990 ; leurs mérites et limites sont parfois mis en rapport avec nos vues anciennes sur le sujet, au cours des années 1970 (supra, 1.2. Point B. Archéologies « traditionnelles). L’ennui, cependant, est que rien n’est dit de nos vues postérieures aboutissant aux recherches logicistes qui nous occuperont longuement par la suite (supra, 1.2. Point C. Schématisations et émergences du logicisme), jusqu’au programme de constructions archéologiques dont il a été plus haut question, aussi « informatisées » que les premières mais d’une autre ambition (supra, 1.3. Étape 1995-2005), et sans rapport avec les outils d’aide à l’interprétation que recommande cette thèse au titre de l’accès au savoir en ligne91.

Point D. Aujourd’hui

71Une avancée récente sur le plan des recherches ouvertes en France est l’Agence nationale de la recherche sur les « Corpus et outils de la recherche en sciences humaines et sociales » (projet « Corpus logicistes en archéologie des techniques ») et sur le « Réseau national des Technologies logicielles » (projet « Dynamic ontology for information retrieval »), en 2008-2010. Les auteurs réunis tiendront sans doute à manifester l’évolution à long terme des mots utilisés pour le progrès scientifique de l’archéologie dans ce processus :

  • 92 R. Tallis, « Parmenides », Prospect, 142, 2008, p. 48-51.

We no longer seem to know how to proceed in attempting to make better sense of the kind of beeings we are able and the universe in which we are situated […] In the 21st century we may need to embark on entirely new cognitive journey92.

IV. Le programme logiciste : les conditions pratiques d’une cumulativité

  • 93 A. Gallay, E. Huysecom & A. Mayor, Peuples et céramiques du delta intérieur du Niger (Mali), op. ci (...)

72Dans le cadre du logicisme, la question de la cumulativité des savoirs est posée par Alain Gallay, à la fois sur le plan théorique et dans le contexte de la pratique de l’ethnoarchéologie et de l’archéologie africaine, à l’occasion des travaux menés depuis une vingtaine d’années dans la boucle du Niger au Mali par l’université de Genève93.

73Précisons de prime abord que la situation que nous décrirons nous paraît caractériser les sciences d’observation intégrant des phénomènes complexes se déroulant dans le temps, que ces phénomènes soient d’origine humaine ou naturelle. Le naturalisme dont nous nous réclamons n’est pas une doctrine philosophique, mais une référence méthodologique selon laquelle les approches qui ont fait leur preuve dans les sciences de la nature peuvent être étendues aux faits humains. Les réflexions que nous développons ici se réfèrent donc à tous les niveaux épistémologiques cités en introduction. Elles ont pour ambition de combler le fossé mentionné entre les programmes descriptifs relevant de la cumulativité et les multiples programmes interprétatifs dont le statut est souvent ambigu, comme le montre la précédente analyse des études mégalithiques.

  • 94 A. Gallay, « Céramiques, styles, ethnies : les traditions céramiques du delta intérieur du Niger (M (...)
  • 95 C. Levi-Strauss, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1966, p. 326 ; A. Gallay « Les mécanismes (...)

74Sur le plan de la théorie sont abordées les questions touchant la notion de style et ses relations avec les entités ethnolinguistiques actrices de l’histoire94, une théorie qui approfondit l’idée jadis développée par Lévi-Strauss, selon laquelle l’ethnie peut être définie comme une entité aux limites de laquelle la communication (des messages, des femmes et des biens) passe par un minimum95.

  • 96 A. Testart. Des dons et des dieux. Étude sur la circulation non marchande, Paris, Syllepse, 2007 (« (...)

75Alain Testart montre néanmoins aujourd’hui que la notion de communication et d’échange, cheval de bataille du structuralisme depuis les années 1950, oblitère en fait la complexité des situations évoquées, et qu’elle ne peut être opératoire au niveau anthropologique96. Sans renier la pertinence des remarques de Lévi-Strauss, qui nous fournit un schéma cinétique utile dans un premier temps, Alain Gallay tente de préciser ici ce qu’il en est, dans le cas présenté, de la « communication des femmes » et de la « communication des biens ».

  • 97 A. Gallay & G. de Ceuninck, « Les jarres de mariage décorées du delta intérieur du Niger (Mali)… », (...)

76Sur le plan du modèle, sont abordées les questions plus pointues touchant à l’élaboration d’un modèle actualiste reliant culture matérielle (en l’occurrence la céramique) et entités ethnolinguistiques, et son application au domaine archéologique97.

1. Considérations théoriques

  • 98 Voir la première partie de cet article, et A. Gallay, L’archéologie demain, op. cit. ; Id., « L’eth (...)

77Le problème qui nous occupe ici, relève du programme actualiste et ethnoarchéologique ; il nécessite que l’on se place d’abord au niveau 3 (opposition entre science et histoire) du schéma général présenté au début de cet article (fig. 1). Nous ne reviendrons donc pas ici sur les distinctions que nous proposons entre mécanismes, régularités et scénarios, ce cadre théorique ayant fait l’objet de multiples présentations98. Dans cette perspective, l’ethnoarchéologie, discipline relevant d’une approche nomothétique, se situe sur l’axe reliant les mécanismes aux régularités et l’archéologie, discipline historique et idiographique, sur celui reliant les régularités aux scénarios (fig. 3). À la démarche ethnoarchéologique articulant mécanismes et régularités (modèle) s’oppose la démarche historique articulant régularités et scénarios. Les schématisations logicistes se placent sur les deux axes, les propositions s’enchaînant selon le mode prédictif (ethnoarchéologie) ou rétrodictif (archéologie).

Figure 3. Application du programme logiciste aux démarches ethnoarchéologiques et archéologiques

Figure 3. Application du programme logiciste aux démarches ethnoarchéologiques et archéologiques

L’explication au niveau des mécanismes

78L’ethnoarchéologie, comme l’archéologie expérimentale, cherche à dégager la généralité de certains phénomènes, d’où cette question : existe-t-il des significations générales, sinon universelles, qui ne soient pas banales et qui puissent servir à la connaissance du passé ?

  • 99 J. Revel, « Les sciences historiques », in J.-M. Berthelot, ed., Épistémologie des sciences sociale (...)
  • 100 R. Ogien, « Philosophie des sciences sociales », in J.-M. Berthelot, ed., Épistémologie des science (...)
  • 101 R. Franck, ed., The explanatory power of models. Bridging the gap between empirical and theoretical (...)

79L’explication ne porte que sur un secteur limité de la réalité parfaitement isolé et sur des phénomènes de même nature. La cause n’est autre chose qu’un phénomène antécédent et peut donc se formuler sous l’expression d’une règle de type si pi alors pi + 1. Il s’agit de découvrir et de réunir certaines conditions théoriques pour que le processus ou le mécanisme puisse en effet produire le phénomène qu’on cherche à expliquer. C’est la combinaison de concepts par laquelle sont définies les conditions théoriques nécessaires et suffisantes à la production du phénomène qui peut avoir le statut de loi scientifique. Un tel schéma explicatif théorique repose sur une base d’ordre empirique : il décrit comment certains faits ou certains événements peuvent, en se combinant, provoquer l’apparition d’un phénomène, ou conduire un système d’un état dans un autre état99. Ce qui peut être une relation causale, ou une loi, est présenté sous une forme partiellement décontextualisée. Le concept de mécanisme permet de dégager la théorie de l’observable et de proposer des formulations normatives. On ne se contente pas de présenter une explication scientifique, on considère qu’il s’agit d’une norme. On ajoute la notion de nécessité à celle de généralité100. On fera néanmoins remarquer que toute explication n’est pas obligatoirement causale. La notion de mécanisme peut ne pas impliquer des causes ; il existe des explications reposant sur la compréhension des structures ; la raison des acteurs n’est pas une relation causale, etc.101

80La logique des sciences expérimentales ou semi-expérimentales rejette les explications ad hoc dans le cadre d’une causalité dure. La validation porte sur le renouvellement des expériences sur un ou plusieurs autre(s) corpus de faits. Les limites de ce type d’approche sont précises :

  1. les mécanismes mis en évidence n’expliquent que des secteurs extrêmement limités de la réalité ;

  2. on ne peut mettre en évidence ces derniers qu’à travers l’observation du monde vivant actuel selon le paradigme actualiste. L’examen de certains scénarios historiques limités dans le temps et étroitement circonscrits dans l’espace ouvre néanmoins une voie vers l’individualisation de certains processus dynamiques qui pourraient ne plus s’actualiser aujourd’hui ;

  3. les seules explications possibles sont de type fonctionnel et portent sur la description de « ce qui se passe ». Rien à voir par conséquent avec les explications fonctionnalistes proposées par des ethnologues comme Malinowski qui s’apparentent à des causes finales ;

  4. ces dernières ont pour cible la genèse des régularités (ou modèles) construits à partir de l’observation du monde, en aucun cas les scénarios de l’histoire. Il est donc nécessaire de rejeter la causalité globale en histoire.

L’explication au niveau des scénarios

L’hypothèse d’identité

  • 102 V. Roux & D. Corbetta, Le tour du potier. Spécialisation artisanale et compétences techniques, Pari (...)
  • 103 J. H. Steward, Theory of culture change, Urbana, University of Illinois, 1955 ; E. R. Service, Prim (...)
  • 104 A. Testart, Éléments de classification des sociétés, op. cit.

81Dans le domaine des relations anthropologie-histoire, s’engager dans la restitution d’un scénario historique implique, à chaque pas de la restitution, des hypothèses d’identité entre deux contextes spatio-temporels : le domaine actualiste où ont été élaborés les mécanismes et le domaine dans lequel se déroulent les événements historiques pris en compte. Le point oméga de la démarche devrait regrouper des mécanismes suffisamment généraux pour pouvoir s’appliquer à n’importe quel contexte historique. Ces conditions ne sont pas, aujourd’hui, empiriquement réalisées à l’exception de cas bien particuliers, et encore discutés, comme celui de la relation entre céramique tournée et spécialisation artisanale102. L’hypothèse d’identité repose donc sur une réflexion concernant la proximité L, T ou F des contextes présents et passés (Lieux, Temps, Fonctions). Une des voies possibles peut mettre en œuvre une taxonomie préalable des types de sociétés qui permet de préciser les contextes dans lesquels les transferts sont a priori possibles. Les écoles néo-évolutionnistes américaines avaient proposé une typologie simple, sinon simpliste, dans la mouvance de l’écologie culturelle de Steward103, qui sert aujourd’hui de cadre conceptuel, notamment pour l’archéologie du Nouveau Monde. Les sociétés humaines évolueraient selon un processus d’intégration de plus en plus large des unités sociales à travers un certain nombre de paliers : tribus, chefferies, États, empires. Ce classement a été remis récemment en cause par Alain Testart104. Ce débat situé au cœur des problématiques de l’ethnoarchéologie ne peut être évacué.

82L’idée d’une évolution des sociétés selon un ou plusieurs schémas unitaires n’est plus à l’heure actuelle, en dehors du monde américain, et encore pas dans toutes les écoles, acceptée par personne en anthropologie sociale. Il existe aujourd’hui trois raisons de parler des classifications nord-américaines : elles sont les seules sur le marché ; elles jouissent d’une certaine faveur auprès des préhistoriens ; elles montrent ce qu’il ne faut pas faire.

  1. Cette classification est fondée sur le niveau social d’intégration, mais le concept n’est jamais défini. Elle donne l’image vague selon laquelle ces niveaux correspondent à la taille des sociétés. Ce critère est aussi peu pertinent en sociologie qu’en biologie.

  2. Cette classification est faite dans l’ignorance des catégories les plus élémentaires de l’anthropologie sociale ; il n’y a aucune analyse des structures, mais une seule hypothèse, celle de la progression du simple vers le complexe.

  3. Il existe un seul critère permettant de classer toutes les sociétés en quatre ou cinq groupes sur une échelle unique. L’intégration est qualifiée tour à tour de culturelle, socio-économique, politique.

    • 105 A. Gallay. Les sociétés mégalithiques, pouvoir des hommes, mémoire des morts, Lausanne, Presses pol (...)

    L’évolution décrite n’est pas une évolution, mais un classement hiérarchique ordonné. Il n’y a aucune raison de penser que ce classement corresponde au cours de l’histoire. L’évolution doit se penser dans le temps réel à partir des données archéologiques sur des séquences suffisamment longues105. Dans notre terminologie, l’évolution est un phénomène qui doit être constaté empiriquement dans son déroulement temporel ; il est donc du domaine de l’histoire et des scénarios, non de celui des régularités.

  4. Il y a méconnaissance de la différence fondamentale qui sépare les lois de l’évolution technique de celles qui président aux transformations des sociétés. L’État n’est pas plus complexe que la chefferie. Le terme de complexification ne peut s’appliquer qu’aux changements techniques.

Des explications a posteriori

83L’histoire se présente sous forme de scénarios dont la compréhension repose sur certains concepts généraux qui ne sont autre chose que des régularités. Le scénario admet les interprétations ad hoc, ce qui fait de l’histoire un domaine distinct de celui des sciences expérimentales. Ici, l’explication est toujours une explication a posteriori, donc assez différente de l’explication scientifique. Une explication ad hoc fait intervenir des paramètres auxiliaires qui ne sont pas compris au départ dans l’explication que l’on donne d’un phénomène et que l’on se trouve contraint d’ajouter pour rendre compte du phénomène observé et ainsi sauver l’explication proposée.

  • 106 R. Franck, « Histoire et structure », op. cit.

84L’explication historique reste un concept délicat à appréhender106.

85L’histoire comme processus fait appel à la notion de causalité. Le processus nous apprend d’où provient le phénomène à expliquer. Ce point de vue rencontre immédiatement de nombreuses limites.

86La détermination d’un événement est en effet toujours multifactorielle. Un événement a plusieurs causes et chacune des causes découle également d’une multitude d’autres causes, d’où une double limite à l’explication historique. Première limite : il est impossible de pondérer objectivement l’influence de chacun des facteurs déclenchants, le plus souvent de natures différentes. Une évaluation objective nécessite en effet que l’on applique aux diverses « causes » un même étalon de mesure, instrument impossible à mettre en œuvre dans une situation de ce type. Seconde limite : les « causes » d’un événement sont d’autant plus nombreuses que l’on remonte loin dans le temps. L’approche de la causalité historique nécessite donc que l’on fixe arbitrairement le moment de l’évaluation. La situation est strictement symétrique et rencontre les mêmes limites en ce qui concerne les conséquences d’un événement, d’autant plus nombreuses qu’on se situe loin de ce dernier.

  • 107 J. Revel, « Les sciences historiques », op. cit.

87Il n’est pas nécessaire de démontrer ici que l’évolution d’un système complexe dans le temps ne peut se prédire, qu’il s’agisse d’un système naturel ou d’un système humain. L’histoire ne peut donc être pensée que comme contingente107.

88Si la logique des sciences expérimentales rejette les explications ad hoc dans le cadre d’une causalité « dure », l’explication causale des processus historiques se trouve donc constamment devant la nécessité de faire intervenir des explications de ce type.

89Cette situation n’exclut pourtant pas la possibilité d’identifier, sous certaines conditions, et a posteriori, des causes. Ce débat concerne aussi bien l’histoire humaine que les phénomènes naturels, comme en témoigne cette réflexion de Stephen Gould à propos de la conception qu’avait Darwin des mécanismes de l’évolution :

  • 108 S. J. Gould, Les coquillages de Léonard. Réflexions sur l’histoire naturelle, Paris, Seuil (« Scien (...)

Dans ses travaux, Darwin se référait à ce que nous appelons maintenant « contingence », autrement dit, l’imprédictibilité due à l’extrême complexité des séquences historiques, et non pas le hasard dans le sens du jeu de dés. Cette distinction ne peut pas être plus importante, car le pur hasard interdit toute explication de détails, tandis que la contingence, bien qu’au départ incompatible avec des prédictions, permet réellement d’expliquer l’existence de tel ou tel détail, après coup. La contingence est au cœur du mode de connaissance de l’historien, tandis que le hasard pur nie que l’on puisse même expliquer les détails108.

90L’histoire comme nécessité fait appel à la notion de régularité ou de modèle et nous apprend pourquoi, ou plutôt comment, le processus engendre le phénomène.

  • 109 R. Franck, « Histoire et structure », op. cit.

91On dit aujourd’hui que le xixe siècle a développé l’utopie de la présence de lois de l’histoire et que l’examen du déroulement des événements contemporains suffit à montrer l’étendue du fossé qui sépare la soi-disant « logique de l’histoire » du déroulement réel des trajectoires historiques. Mais le xixe siècle ne réfléchissait pas en terme de causes, mais en termes de régularités109. Le fait qu’il se soit souvent fourvoyé sur la nature de ces régularités ne remet pas en cause l’originalité du point de vue.

92Le terme de scénario que nous retenons pour désigner les trajectoires historiques fait donc d’abord référence à des explications de nature structurale et, plus indirectement, à des recherches de nature causale. Découvrir le caractère ambivalent de l’explication en histoire c’est reconnaître que ses trajectoires sont contingentes sur le plan des processus, mais qu’elles peuvent suivre certaines logiques sur le plan des régularités.

2. Engagement pratique

Cumulativité dans l’étude des mécanismes

93Les programmes de recherches développés au Mali se réfèrent aux limites démontrées des programmes populationnistes et se placent dans la perspective des approches actualiste et logiciste. L’un des buts des études illustrant nos propos théoriques concerne l’établissement d’un modèle. Ce dernier porte sur les relations que l’on peut établir entre traditions céramiques et identités ethnolinguistiques. Les modèles ou régularités établies sur la base des observations ethnoarchéologiques et l’identification d’un certain nombre de mécanismes repérables dans le présent sont utilisés pour écrire une histoire des groupes ethnolinguistiques de la même région. Le champ géographique couvert par les enquêtes ethnoarchéologiques englobe la situation observable aujourd’hui dans la boucle du Niger au Mali (delta intérieur du Niger et Pays dogon). Le champ géographique concerné par les restitutions historiques couvre une zone légèrement plus étendue allant du Dhar Tichitt en Mauritanie à la partie occidentale du Niger depuis trois millénaires.

Approche ethnoarchéologique des mécanismes

  • 110 A. Gallay, « Céramiques, styles, ethnies… », op. cit.

94Le premier objectif concerne l’établissement d’un modèle général permettant de relier les découvertes archéologiques de céramiques à des entités ethnolinguistiques particulières. Ce modèle sera d’autant plus pertinent qu’il sera fondé sur des mécanismes solidement établis dans le présent, dont on peut penser qu’ils ont une certaine généralité opératoire. Les mécanismes impliqués dans cette formulation appartiennent à plusieurs domaines distincts : discours sur l’identité, chaînes opératoires de montage des céramiques, réseaux matrimoniaux, réseaux économiques. Ces domaines permettent de définir une théorie reliant « styles » et « entités ethnolinguistiques110 ».

95– Processus identitaires

  • 111 J.-L. Amselle, « Ethnie et espaces : pour une anthropologie typologique », in J.-L. Amselle & E. M’ (...)

96Les personnes côtoyées revendiquent la plupart du temps une appartenance nommée à un groupe social. Le discours identitaire se réalise à travers des pratiques techniques et/ou économiques particulières. Il est fondé sur une histoire justificatrice des partitions de la société et s’insère dans une structure lignagère patrilinéaire remontant plus ou moins loin dans le passé. L’identité revendiquée repose sur des mécanismes généraux dont l’étude est du ressort de la psychologie interculturelle111.

97– Technologie et chaînes opératoires de montage des céramiques

  • 112 A. Gallay, E. Huysecom & A. Mayor, Peuples et céramiques du delta intérieur du Niger (Mali)…, op. c (...)

98Le montage des céramiques répond à des contraintes liées aux relations entre le geste, la matière et la forme, qui se concrétisent au sein d’une séquence opératoire : ébauche, préforme, finitions. Ces contraintes laissent à la potière une certaine marge de liberté d’action, marge dans laquelle opèrent des préoccupations d’affirmation identitaire : se distinguer des autres. L’identification des actions techniques liées à cet espace de liberté où s’exerce le style (les « degrés de fait » de Leroi-Gourhan) permet d’identifier les fondements culturels des diverses traditions céramiques rencontrées112.

99– Réseaux matrimoniaux et diffusion des savoirs

  • 113 A. Gallay & G. de Ceuninck, « Les jarres de mariage décorées du delta intérieur du Niger (Mali)… », (...)

100La société réunit plusieurs groupes largement endogames. Les principales frontières se marquent entre les « nobles » et les diverses castes artisanales. La production céramique est entre les mains de femmes de castes, notamment des femmes de forgerons. Certaines exceptions existent pourtant chez les Dogon où la production céramique peut être le fait de femmes (tradition A) ou d’hommes et de femmes (tradition E) de cultivateurs nobles ou affranchis. La diffusion des savoir-faire artisanaux dans l’espace repose sur un mécanisme simple. La future épouse apprend la céramique avec sa mère dans le village où elle est née. Elle exerce son métier dans le village où elle se marie. Les contraintes liées essentiellement aux déplacements à pied, ou éventuellement en charrette ou en pirogue, et aux contacts sociaux par là même restreints qui en découlent limitent la zone géographique à l’intérieur de laquelle les mariages sont conclus. Les lieux d’origine des potières dont les lieux de naissance ne sont pas dans le village où elles se sont mariées ne dépassent donc pas certaines limites. On peut distinguer à ce niveau des mécanismes élémentaires et les structures spatiales qui en découlent sur le plan des régularités113.

101Les données factuelles recueillies permettent de définir les conditions dans lesquelles se créent les sphères d’endogamie des femmes de caste qui produisent la céramique (mécanismes) et les caractéristiques topologiques qui en résultent sur le plan spatial (régularités).

102Mécanismes. Le premier type de courbe associe deux informations distinctes correspondant à des propositions P0 : 1. la sphère géographique et sociale à l’intérieur de laquelle les potières sont susceptibles de trouver un conjoint, et 2. la fréquence des mariages qui implique un mari habitant un autre village. Dans le delta du Niger, toutes origines confondues, les déplacements entre le village de naissance et le village de résidence après mariage n’excèdent pas 46,9 km dans 85 % des cas pour les mariages ayant lieu à l’extérieur du village (63,1 % des cas).

103Régularité. Le second type de courbe intègre les deux types de mécanismes dans une configuration d’ensemble P1 unique qui rend compte des modalités de mariage assurant la diffusion de la tradition céramique. Globalement parlant, et en tenant compte des mariages conclus dans le village même (36,9 %), le lieu de naissance de la potière, dans 85 % de cas, n’excède pas 38,6 km du village où elle vit après son mariage.

104– Réseaux économiques et diffusion des biens artisanaux

  • 114 P. Bohannan & G. Dalton, eds, Markets in Africa, Evanston, Northwestern University Press (« Northwe (...)

105La distribution des biens vivriers et manufacturés dans l’espace repose sur une économie dite à marchés périphériques114. À l’économie d’autosubsistance fonctionnant sur le mode de l’échange et de la redistribution se superposent des échanges marchands qui pouvaient utiliser traditionnellement plusieurs types de monnaies de commodité, cauris, petites barres de cuivre, lingots de fer, pagnes, poudre d’or, etc., mais qui fonctionnent actuellement avec une monnaie d’État (les CFA). Ces échanges marchands prennent deux formes institutionnellement séparées :

  1. le marché où l’on vend une partie de sa propre production et qui fait partie intégrante de l’économie de subsistance,

  2. le commerce où des négociants achètent pour revendre.

  • 115 A. Gallay « Les mécanismes de diffusion de la céramique traditionnelle dans la boucle du Niger (Mal (...)

106Dans une économie à marchés périphériques, les marchés locaux et régionaux ne constituent pas la source d’approvisionnement principale, notamment au niveau de biens vivriers (mil, riz, poisson, etc.), et les participants peuvent échanger ou vendre dans d’autres conditions. La diffusion de la poterie s’intègre dans la première des formes marchandes, dans la mesure où les potières vendent directement leur production au consommateur (ou l’échange avec lui) sur les marchés, ou dans les villages, sans passer par des négociants intermédiaires. L’étude de ces divers phénomènes est du ressort de la théorie économique115.

107Les données factuelles recueillies permettent de distinguer les mécanismes économiques multiples assurant la diffusion des céramiques des caractéristiques topologiques qui en résultent sur le plan spatial (régularités). Les données chiffrées issues de l’observation concernent quatre mécanismes distincts et formant autant de propositions P0 : 1. les déplacements des potières dans les villages, 2. les déplacements des potières sur les marchés, 3. les déplacements des acheteurs sur les marchés, 4. les déplacements des acheteurs aux domiciles (ateliers) des potières.

108Ces mécanismes concourent à la formation d’une régularité unique rendant compte de l’approvisionnement d’une concession en poteries. Cette régularité est illustrée par une courbe exprimant la seule réalité accessible à l’archéologie, l’origine géographique des poteries découvertes dans une maison ou un village. La proposition P1 qui en rend compte est la suivante : les contraintes liées essentiellement aux déplacements à pied ou, éventuellement, en charrette ou en pirogue, et aux contacts sociaux par là même restreints qui en découlent, limitent la zone géographique à l’intérieur de laquelle on peut acquérir des céramiques. Les céramiques acquises hors des villages où elles sont consommées viennent donc de distances limitées. Dans le delta intérieur du Niger les lieux d’origines des céramiques, toutes origines confondues et y compris les céramiques acquises dans le village même (68,3 %), n’excèdent pas 17,4 km dans 85 % des cas.

109Ces divers mécanismes forment la base empirique sur laquelle va se construire le modèle général suivant une argumentation de type logiciste. L’intégration des divers mécanismes aboutit à une structure d’ensemble ne présentant pas, dans le cas présent, de phénomènes d’émergence puisque les propriétés du modèle sont entièrement prédictibles à partir des propriétés des constituants des niveaux inférieurs. En effet, il n’y a émergence à un niveau d’organisation donné que si, bien que réductible en principe aux propriétés de ses constituants de niveau inférieur, sa survenance semble impossible à prédire a priori à partir de la connaissance que l’on a de ses propriétés. Il y a alors plus dans une propriété émergente que dans les propriétés des constituants qui lui ont pourtant donné naissance, ce qui n’est manifestement pas le cas dans l’exemple qui nous occupe ici.

Formulation d’un modèle général

110La structure spatiale d’une tradition céramique donnée (une régularité) présente trois cercles concentriques présentant, du centre vers la périphérie, une décroissance significative du nombre des récipients :

  • une zone centrale, correspondant aux limites externes des sphères matrimoniales et donc au cœur de l’ethnie, qui regroupe l’ensemble du corpus céramique, y compris les céramiques richement décorées (dans certaines traditions) dont la circulation fait l’objet de dons divers, notamment à l’occasion des mariages ;

  • une zone périphérique parcourue par les potières au-delà des limites de l’ethnie (céramique commune faisant l’objet de transactions commerciales), dont l’extension peut être appréciée sur la base des distances parcourues par les potières pour se rendre sur les marchés ;

  • une zone de présence sporadique résultant uniquement des mécanismes d’acquisition par des individus étrangers à l’ethnie (céramiques communes), dont l’extension peut être appréciée à travers les trajets des acheteurs fréquentant les marchés.

  • 116 G. de Ceuninck, « Production et consommation de la céramique : l’exemple peul et somono du delta in (...)

111La zone centrale, ou zone de production de la tradition, correspond à un groupe ethnolinguistique formé de plusieurs sous-groupes à tendance endogame : cultivateurs-éleveurs d’une part, castes attachées diverses au sein desquelles la céramique est produite d’autre part. Cette structure spatiale identifiable au niveau archéologique peut être validée par des cartes de répartitions116.

Quelle cumulativité dans la restitution des mécanismes et des régularités ?

112D’une manière générale, nous devons distinguer, tant au niveau de l’étude des mécanismes qu’au niveau de la restitution des scénarios, deux processus de cumulativité distincts. Le premier concerne le domaine où se développe une étude particulière x en un point t de la progression des savoirs, et donc la démonstration proposée ; le second concerne l’avenir et la mobilisation ultérieure de nouvelles données aujourd’hui non disponibles ou de nouvelles façons de mobiliser ces dernières. Ce second domaine de la cumulativité est indissociable des questions touchant à la validation des savoirs.

Tableau 2. Les principaux types de cumulativité dans les recherches ethnoarchéologiques (mécanismes) et archéologiques (scénarios)

Tableau 2. Les principaux types de cumulativité dans les recherches ethnoarchéologiques (mécanismes) et archéologiques (scénarios)

113– Au sein d’une construction

114Dans le domaine des mécanismes, et sur le plan interne d’une démonstration particulière, nous trouvons une première cumulativité « horizontale » concernant la collecte des données factuelles et la constitution des corpus sur lesquels repose la construction dans les différents champs retenus : processus identitaires, technologie, réseaux matrimoniaux, réseaux économiques. Les données recueillies dans les divers champs empiriques doivent répondre à certaines normes de qualité et de représentativité statistique comme dans n’importe quelle approche scientifique.

115Un second type de cumulativité « verticale » est indissociable de la manière dont les données des divers champs empiriques sont intégrées et articulées au sein d’une structure d’ensemble correspondant à la régularité ou au modèle recherché. Nous sommes ici dans le domaine des démonstrations de type logiciste permettant de passer de propositions P0 à des propositions Pn de rang plus élevé, en l’occurrence le schéma de la diffusion des céramiques d’une tradition x dans l’espace. La cumulativité se rapporte dans ce cas aux conditions qui nous permettent de passer d’un niveau inférieur d’intégration à des propositions de rangs plus élevés.

116– Au-delà de la construction

  • 117 J.-C. Gardin, O. Guillaume et al., Systèmes experts et sciences humaines…, op. cit., p. 41 ; A. Gal (...)
  • 118 J.-C. Gardin, « The role of “local knowledge” in archaeological interpretation », in S. J. Shennan, (...)

117La validation de la construction nécessite, elle, une extension du domaine étudié sur les plans L (lieu) ou T (temps), essentiellement L puisque nous nous situons dans des recherches de type actualiste. Elle porte par contre sur les mêmes domaines empiriques F (fonctionnels). L’objectif de la validation concerne alors le passage d’une sémantique locale à une sémantique plus générale, sinon universelle. Ce faisant nous tentons de donner aux règles obtenues un caractère plus fortement prescriptif. Pour passer d’un constat {Pi} → {Pj} à une prescription pq, nous sommes le plus souvent contraints d’enrichir considérablement la partie gauche ou la partie droite des règles, selon que l’opération est inductive ou déductive117. Transformer les opérations d’écritures d’une démonstration en règles générales de raisonnement ne permet pas de démontrer qu’une règle est vraie ou fausse, mais qu’elle peut être incomplète ou locale : locale parce qu’il existe des cas où, partant des mêmes prémisses, on arrive à d’autres conclusions ; incomplète par conséquent : car la formulation de la règle nécessite que l’on ajoute des prémisses pour aboutir à des conclusions correctes dans chaque cas. Lorsque cette exigence est satisfaite, la règle cesse d’être incomplète, mais elle reste locale. Les informations supplémentaires servent à spécifier le contexte dans lequel une règle est applicable118.

  • 119 J.-C. Gardin, « Questions d’épistémologie pratique dans les perspectives de l’intelligence artifici (...)
  • 120 J.-C. Gardin, « Le questionnement logiciste et les conflits d’interprétation », op. cit.

118Les constructions liées à de nouveaux contextes L peuvent déboucher sur des interprétations contradictoires. Cette situation de multiinterprétation n’est pas en soi catastrophique puisqu’elle se rencontre fréquemment en sciences. Mais les règles du jeu scientifique lui imposent de considérer cette situation comme un problème à régler119 en dehors de toute analyse socio-historique visant à dégager les facteurs de toutes espèces qui pourraient être à l’origine de ces « divergences de vue120 ». Il convient en effet d’écarter cette forme spécieuse de rationalisation qui consiste à inclure dans {p’} le nom de l’auteur de l’opération si {p} alors {q}, son appartenance culturelle ou le courant théorique dont il se réclame. Le logicisme n’est pas une explication de texte.

  • 121 Ibid.

119Les conflits d’interprétation méritent néanmoins d’être traités comme des problèmes justifiables de quelque solution et exigent qu’on s’emploie à chercher celles-ci par les voies habituelles de la recherche. L’aboutissement est, au mieux, une contextualisation plus marquée des opérations d’inférence121.

  • 122 J.-C. Gardin, Le calcul et la raison. Essais de formalisation du discours savant, Paris, Éd. de l’E (...)

120Cette remarque nous entraîne dans l’identification des facteurs C, selon la terminologie utilisée par Jean-Claude Gardin – Contexte ethnographique, Connaissances établies, Croyances plus ou moins partagées, sens Commun –, le plus souvent présents dans les constructions. Le but de l’analyse n’est pas en effet de démontrer que les propositions sont vraies ou fausses, mais qu’elles sont le plus souvent incomplètes et qu’elles méritent donc d’être enrichies en tenant compte des données inexprimées122. Une manière de rationaliser les divergences consiste à les inclure dans la sphère des antécédents. On obtient alors des formules univoques de type {si p. Ci alors qi} selon les convictions Ci de l’auteur Ai, le contexte d’observation qu’il a choisi pour justifier cette inférence, son image personnelle du sens commun Ci, etc., bref, les circonstances Ci où se situe l’énoncé, compris dans le sens le plus large.

121Formellement parlant, une ambiguïté de type :

122{pq1} OU {q2}… OU {qn}

123pourrait se réduire en enrichissant la partie gauche de l’expression de règles non ambiguës telles que :

124{p. C1 → q1} ; {p. C2 → q2} ; {p. Ci → qi} ; {p. Cnqn}

125On constate que les facteurs C se répartissent alors en trois grands ensembles liés :

  • aux cultures particulières concernées par l’étude ou aux conditions environnementales naturelles ou humaines (restrictions L, T, F),

  • à l‘influence de l’observateur, idéologie, contexte socioculturel, circonstances de l’étude, etc.,

  • à l’influence de l’informateur et de ses croyances (pour ce qui touche à l’ethnoarchéologie).

126Le jeu normatif ou prescriptif qui pourrait prolonger cette mise en forme pourrait consister à introduire, dans une problématique de logique des champs, les premiers facteurs dans la construction, tout en cherchant à diminuer sinon à supprimer l’influence des deux seconds. Ce jeu, qui permet de juxtaposer des propositions reformulées dans leurs nouvelles complexités au lieu de les opposer, est clairement une forme de cumulativité.

127Néanmoins, le fait que l’explication ne soit pas générale ou universelle est une information importante en soi, une situation qui ne justifie pas obligatoirement un enrichissement, sauf dans une perspective anthropologique. Nous concevons en effet ici cette discipline comme la recherche de propositions non triviales ayant le plus haut niveau de généralité possible par rapport à L et/ou T et/ou F.

Cumulativité dans la restitution des scénarios

  • 123 R. J. McIntosh, The peoples of the Middle Niger. The island of gold, Blackwell, Oxford, 1998.
  • 124 A. Testart, Éléments de classification des sociétés, op. cit.
  • 125 T. Tamari, Les castes de l’Afrique occidentale. Artisans et musiciens endogames, Paris-Nanterre, So (...)
  • 126 A. Mayor, Traditions céramiques et histoire du peuplement…, op. cit.

128Dans l’exemple développé ici, l’identité postulée des contextes actualiste et historique paraît à première vue ne pas poser de problèmes fondamentaux puisque nous nous situons dans la même zone géographique et dans un contexte socio-historique défini par des sociétés hiérarchisées dominées par une gestion hétérarchique des ressources123, soit, dans la terminologie de Testart124, dans des sociétés appartenant à des semi-États. La situation reste néanmoins complexe puisqu’on admet que le système des castes artisanales n’apparaît qu’au xiie siècle, entraînant, dans le domaine concerné, de profonds remaniements avec le passage d’une production non spécialisée de la céramique à une production spécialisée125. Notre présentation suit la démonstration proposée dans sa thèse par Mayor126 : analyse des données ethnohistoriques, réunion des sources archéologiques, mobilisation des modèles ethnoarchéologiques et restitution historique.

  • 127 T. Tamari, Les castes de l’Afrique occidentale, op. cit. ; A. Mayor, E. Huysecom, A. Gallay, M. Ras (...)

129Une synthèse de l’histoire des empires sahéliens permet de situer la profondeur historique des populations actuelles et les principaux événements ayant influencé leur évolution et leurs relations avec les voisins. On précise à ce niveau la complexité des peuplements et des processus de différenciation ethnico-professionnelle (question de l’origine des castes notamment) et l’on ordonne chronologiquement les principaux événements responsables de la répartition actuelle des groupes. Le bilan montre que certaines populations ont des racines dont la profondeur historique remonte à plusieurs siècles, voir plus d’un millénaire pour les populations dites autochtones, même si elles n’ont pas traversé l’histoire de façon linéaire, monolithique et autarcique. La principale rupture intervient aux xive et xve siècles au moment de l’empire du Mali, suite à l’installation de nouvelles populations qui se sont la plupart du temps superposées aux peuplements antérieurs127.

Approche archéologique

  • 128 A. Gallay, « À propos de la céramique actuelle du delta intérieur du Niger (Mali)… », op. cit. ; E. (...)
  • 129 A. Mayor, Traditions céramiques et histoire du peuplement…, op. cit.

130Une synthèse des données archéologiques vise à faire le bilan des éléments ayant un sens dans la problématique de l’histoire des peuplements et de l’évolution des traditions céramiques : traits techno-économiques principaux, caractéristiques de la céramique, hypothèses avancées par les auteurs concernant l’histoire du peuplement (origine des populations, liens entre régions, causes d’abandon des sites). L’accent est mis sur l’identification des traits jugés pertinents au niveau ethno-archéologique. Les mécanismes de production, de consommation et de diffusion des céramiques observés dans le présent sont en effet déjà en place aux périodes protohistoriques et permettent d’expliquer la variabilité des assemblages céramiques des sites archéologiques. Les éléments les plus pertinents pour accéder à l’identité des producteurs de céramiques sont ceux qui permettent de retrouver les techniques de façonnage (macrotraces, morphologie de la base, outils de potières128) et certaines techniques de décoration, principalement les différents types d’impressions roulées129.

Histoire culturelle des traditions céramiques

131Avec l’histoire des traditions céramiques nous atteignons un niveau d’intégration supérieur réunissant à la fois les données archéologiques et les données ethnohistoriques. Le scénario dégagé correspond à la cible de la construction historique recherchée intégrant histoire des traditions céramiques et histoire des populations.

132La mise en place des populations s’est principalement faite au cours des deux derniers millénaires par des processus d’emboîtement ou de superposition plutôt que par des remplacements complets de groupes. Au-dessus d’un substrat commun issu du Néolithique, caractérisé par le moulage sur forme convexe et les impressions de cordelette torsadée, s’individualisent à l’âge du fer trois groupes qu’il est possible d’associer à de grandes familles linguistiques, à un niveau taxonomique large :

  1. un groupe nord-ouest et centre (delta) lié à des locuteurs de la famille Mandé ouest-nord-ouest (Soninké, Bozo, Nono). Il se caractérise par le moulage sur forme convexe, remplacé entre le ve et le xie siècle dans le delta par le moulage sur forme concave, ainsi que par les impressions de roulette de fibre plate pliée, progressivement relayées par les impressions de cordelettes tressées ;

  2. un groupe oriental lié à des locuteurs de la famille Nilo-saharienne (Sonraï) intégrant des éléments autochtones Gur marqués par le pilonnage sur forme concave au-dessus d’une vannerie. Cette technique se disperse par la suite, d’une part en remontant le cours du Niger avec les Proto-Sonraï qui adoptent le support de vannerie diagonale et d’autre part en progressant vers l’ouest au sein de la famille linguistique Gur (Kurumba notamment), qui utilise soit la vannerie droite à brins cordés, soit le moule massif ;

  3. un groupe méridional lié à d’autres locuteurs de la famille Gur (Bwa notamment), caractérisé par la technique du creusage de la motte et des impressions roulées de scoubidou.

133Les principales traditions techniques et stylistiques se sont donc constituées peu avant ou pendant l’empire du Ghana, soit avant l’apparition présumée des artisans de castes dans le contexte de l’empire du Mali. La charnière xiiie-xve siècle est marquée par de nombreux mouvements de populations et correspond à la période où se mettent en place la plupart des traditions céramiques et des groupes ethnolinguistiques actuels.

  1. Les traditions associées aux populations actuelles dites autochtones sont maintenues (Bwa, Bozo-Somono).

  2. La progression des Sonraï jusque dans le Gimbala est à l’origine de l’adoption du pilonnage sur forme concave et de la vannerie diagonale par les Peul (tradition peul du Nord), les Somono (tradition somono du Nord) et les Bambara (tradition bambara du Nord) de cette région, et l’adoption de nouveaux types de supports propres au delta (moule de bois chez les Peul, moule d’argile chez les Somono du Nord).

  3. La progression des agriculteurs bambara aux xvie-xviie siècles jusqu’au Néma et au Gimbala assure une nouvelle diffusion de la technique du moulage sur forme convexe.

  4. À leur arrivée supposée du Mandé, entre le xiiie et le xve siècle, les Dogon adoptent la technique du pilonnage sur forme concave au-dessus d’une vannerie droite à brins cordés (tradition dogon A) ou au-dessus d’un moule massif d’argile cuite (tradition dogon B) et s’adjoignent, à partir du xvie siècle, deux nouveaux clans de forgerons empruntant aux groupes voisins leurs techniques de montage (traditions céramiques dogon C et D).

134Les correspondances s’établissent désormais à un niveau taxonomique plus précis.

  • 130 Pour l’empire du Ghana, par exemple, cf. B. Van Doosselaere, « Technologie céramique et histoire à (...)

135Cette restitution montre que les innombrables événements politiques et guerriers dont parlent les traditions historiques n’ont, le plus souvent, pas affecté directement la transmission des savoirs techniques spécifiques au sein des divers groupes130. L’influence des empires se ressent en fait surtout à travers les migrations qu’ils ont provoquées pour des motifs économiques, politiques ou religieux.

Quelle cumulativité dans la restitution des scénarios ?

  • 131 A. Mayor, Traditions céramiques et histoire du peuplement…, op. cit.
  • 132 A. Gallay & C. Sauvain-Dugerdil, Le Sarnyéré Dogon…, op. cit.

136Anne Mayor construit un (des) scénario(s) plausible(s)131. Mais on ne peut pas ne pas être attentif à certaines explications ad hoc permettant notamment de passer d’une modalité de montage à une autre en passant d’une population à une autre, ou de changer de tradition lors de l’occupation d’une nouvelle région, une situation qui contredit la solidité des liens entre tradition céramique et entités ethno-linguistiques établis dans le présent et prédits par le modèle. On retrouve une histoire faite de ruptures. Citons quelques exemples de transitions de ce type. Les groupes somono adoptent, au moment de leur constitution en tant qu’entité socio-économique distincte, une technique plus ancienne, le moulage sur forme concave. Le pilonnage sur forme concave, présent dans un premier temps chez les Protosonraï, se transmet par la suite aux groupes linguistiques Gur, puis aux Dogon, transmission s’accompagnant de changements dans le type de support. Les Dogon du Sarnyéré abandonnent à un certain moment de leur histoire le pilonnage sur forme concave (tradition A) pour adopter la technique peul du pilonnage sur forme convexe (tradition E132). Sur le plateau, une tradition orale recueillie par Anne Mayor révèle la formation d’une nouvelle caste de forgerons, dont les femmes « inventent » une nouvelle tradition céramique, la tradition D, pour « faire mieux » ; on comprend « se distinguer des autres ». N’est-ce pas là dévier de l’approche scientifique en proposant, de cas en cas, les aménagements qui nous arrangent pour conserver la cohérence du modèle ? Rencontrer de telles explications dans les scénarios de l’histoire n’est pas en soi gênant. Dans ce domaine, l’explication est toujours une explication a posteriori, donc assez différente de l’explication scientifique, bien que nous soyons dans un domaine générant, comme dans les sciences dures, des savoirs cumulatifs et contestables, donc capables d’évoluer.

  • 133 J.-C. Passeron & J. Revel, « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », in Id., eds, Pen (...)

137Ce type d’explication, qui relève de l’histoire, est à notre avis superposable à la notion de cas ou de singularité étudiée dans le livre de Passeron et Revel133 :

  • 134 Ibid., p. 17-18.

Pour pouvoir être énoncé et explicité, le rendu de cette singularité requiert que le descripteur s’attache au suivi temporel de l’histoire dont elle est le produit (et un moment), en remontant aussi loin qu’il est nécessaire et qu’il est possible dans le passé du cas, en même temps qu’à une exploration détaillée du devenir corrélatif du (ou des) contextes(s) dans lesquels il s’inscrit : une singularité est en effet d’autant moins substituable par une autre
– plus singulière, donc – que son contexte est davantage spécifié. La liaison entre ces deux traits constitue le ressort logique et méthodologique de l’interrogation qu’appelle toute qualification d’une occurrence comme cas134.

138Il ne constitue pas par contre, comme les auteurs de l’ouvrage susmentionné semblent parfois le laisser entendre, une spécificité des sciences humaines ou une situation qui s’écarte du domaine scientifique. Les découvertes astronomiques actuelles sont pleines de singularités et de cas non prévus par la théorie. Cette situation pose trois types de questions complémentaires, dont la résolution contribue au cumul des connaissances :

  1. La description d’une singularité est du ressort de l’explication historique et se réfère à la dynamique des systèmes complexes. Cette dernière pose donc le problème de la causalité multifactorielle d’un événement ;

  2. La singularité relève d’une contextualisation des phénomènes. La résolution de cette question dépend de l’explicitation des facteurs C déjà évoquée. Loin d’être isolée et irréductible, l’étude de cas permet de déboucher sur un enrichissement du savoir, et donc, ici aussi, sur un processus cumulatif ;

    • 135 A. Gelbert, Traditions céramiques et emprunts techniques…, op. cit.

    Les explications ad hoc révèlent que le modèle utilisé pour rendre compte des singularités rencontrées est incomplet et qu’il convient de rechercher, d’identifier et de préciser la nature de mécanismes négligés. L’étude de cas ne s’oppose donc pas à une approche nomothétique de la réalité. Elle n’en est qu’une phase préliminaire possible ayant même statut que l’expérimentation. Le cas n’est pas seulement un fait exceptionnel ; c’est un fait qui pose problème et requiert donc une solution. Dans le cas qui nous intéresse ici, les ruptures découvertes se situent en effet dans des domaines ignorés de l’approche ethnoarchéologique proposée : les processus de l’invention et de l’emprunt. Le modèle construit sur la base des observations effectuées dans la boucle du Niger met en jeu des mécanismes exclusivement synchroniques. Il convient donc de l’enrichir en intégrant certains processus dynamiques, une dimension étudiée notamment pas Gelbert135 sur le fleuve Sénégal. Ce point est important car il démontre le potentiel des études historiques dans l’identification de certains mécanismes et s’oppose ainsi à un actualisme dur qui limiterait au seul présent la possibilité d’identifier des mécanismes. Cette question se retrouve en paléontologie :

  • 136 S. J. Gould, La structure de la théorie de l’évolution, op. cit.

Je reconnais, bien sûr, que les paléontologues ne peuvent accéder directement aux mécanismes demandant l’observation directe de l’ontogénèse et des interactions avec l’environnement […] Si les paléontologistes ne peuvent pas tirer de leurs données certaines idées sur les mécanismes, alors c’est admettre que toute science historique, de quelque nature qu’elle soit, est impossible, car ce n’est pas voir que toute étude scientifique du passé est nécessairement obligée de déduire des mécanismes en analysant les résultats de processus qui ne peuvent être directement observés136.

139– Au sein d’une construction

140Sur le plan interne d’un scénario particulier, nous trouvons, comme précédemment, une première cumulativité « horizontale » concernant la collecte des données factuelles sur lesquelles repose la construction dans les différents champs retenus : ethnohistoire et archéologie. Les données recueillies dans les divers champs empiriques, ici encore, doivent répondre à certaines normes de qualité et de représentativité statistique comme dans n’importe quelle approche scientifique.

141La cumulativité « verticale » suit également le cheminement d’une démonstration logiciste permettant d’intégrer les divers champs empiriques retenus en mobilisant les modèles construits à partir des démarches actualistes et de proposer un scénario historique plausible de l’histoire de peuplements de la boucle du Niger.

142– Au-delà de la construction

143La validation du scénario proposé se situe dans le même contexte géographique et chronologique ; il ne nécessite donc pas une extension du domaine étudié sur les plans L ou T. Cette extension de la recherche historique met par contre en cause à la fois des données empiriques de base et la pertinence des modèles ethnoarchéologiques mobilisés. Sur le plan des données empiriques la croissance des corpus de base due à de nouvelles recherches archéologiques ou ethnoarchéologiques peut entraîner une réorganisation et/ou un enrichissement des scénarios proposés.

144La question de la validité des modèles utilisés pose d’autres questions. On ne valide pas un modèle ethnoarchéologique en le mobilisant pour interpréter des vestiges archéologiques ; on l’applique à un contexte temporel qui n’est pas celui où il a été élaboré. Le modèle met en effet en relation des vestiges observables (la céramique) et des interprétations non observables (les entités ethno-linguistiques). On ne peut donc valider ces interprétations puisque qu’elles ne donnent pas lieu à des observations factuelles directes dans le nouveau contexte. Une application ethnoarchéologique à une réalité archéologique est donc, par construction, toujours valide. Il n’y a aucun moyen de savoir si une dérivation – qui n’est que plausible – est acceptable en dehors des deux points suivants :

  1. la règle a été élaborée sur des bases factuelles suffisamment solides ; la structure dégagée est statistiquement fondée ; les relations potentielles entre observations factuelles et modalités d’interprétation sont clairement explicitées ;

  2. l’hypothèse d’identité entre le domaine d’élaboration de la règle et son domaine d’application est fondée.

  • 137 A. Mayor, Traditions céramiques et histoire du peuplement…, op. cit.

145Au-delà de ces questions et des problèmes posés par la mobilisation des données archéologiques, les critiques que l’on pourra adresser à la construction historique ne sont pas recevables. Y a-t-il moyen de sortir de cette impasse afin de réamorcer la discussion sur la cumulativité du processus ? Nous ne voyons à cette question qu’une seule issue : obtenir les mêmes conclusions par des voies indépendantes. La seule possibilité de confirmer une interprétation est encore une fois une banalité sur le plan scientifique. Elle réside dans le principe de convergence des résultats obtenus par des méthodes indépendantes. Il est possible de considérer une interprétation comme provisoirement fondée si des règles d’inférences indépendantes mobilisant des faits empiriques distincts génèrent le même résultat. Anne Mayor nous entraîne sur cette voie en constatant certaines concordances entre les groupements territoriaux obtenus à partir de la céramique et les divers rites funéraires137.

146Pour conclure, les références issues des pratiques des sciences de la nature se révèlent empiriquement efficaces à travers notre expérience concrète d’une démarche ethnoarchéologique et archéologique en terrain africain. La question du cumul de nos connaissances ne se pose pas ici en d’autres termes que ceux qui animent des « sciences » d’observation portant sur des phénomènes dynamiques complexes dotés de trajectoires temporelles. Nous pensons notamment à un certain nombre de domaines au sein desquels se pose également la question des relations entre mécanismes généraux et trajectoires historiques, comme dans les couples suivants pour lesquels certains modèles (entre parenthèses) assurent la médiation :

astrophysique - (galaxies/étoiles/systèmes planétaires) - histoire de l’univers,
géophysique du globe - (plaques tectoniques) - histoire des continents,
biologie fondamentale - (espèces/clades/espèces/dèmes/organismes) - paléontologie.

147On peut s’étonner que les sciences humaines continuent à soulever ces questions, que les sciences de la nature ne se posent guère, tant les réponses paraissent évidentes dans des pratiques qui ont, depuis longtemps, apporté la preuve de leur efficacité, c’est-à-dire de leur cumulativité.

En conclusion

148Les démarches proposées se situent en dehors des paradigmes reconnaissables au niveau de la discipline quant à la manière dont nous envisageons le progrès des connaissances en archéologie (cf. supra, section II) ; et l’on peut s’en étonner. La raison est assez simple : c’est que l’évolution de l’archéologie elle-même a suivi depuis soixante ans des changements à cet égard si brutaux que nous ne pourrions pas les retenir au seul titre de la cumulativité. Dans le monde anglo-saxon notamment, on a vu naître successivement une « révolution scientifique » opposée aux méthodes dites traditionnelles de l’archéologie sur toute espèce de plans (écologiques, etc.) ; puis une évolution dite « contextuelle » marquant la nécessité de prendre en compte bien d’autres phénomènes (sociologiques, etc.) réduisant la scientificité à autant de cas particuliers ; puis un retour aux interprétations dites « cognitives » de l’archéologie fondées indifféremment sur les unes et les autres selon des visions rationnelles de leurs destins. Qui plus est, l’archéologie dite « technologique » vient d’être présentée comme une façon moderne de distinguer le monde réel ou virtuel de ses constructions indépendamment des modalités précédentes. Aucune de ces positions considérées comme plus ou moins révolutionnaires n’apportent de réponse claire à la question de la cumulativité des connaissances.

149Cet article défend au contraire deux thèses complémentaires permettant, selon ses auteurs, de relever le défi.

1501. La première relève du logicisme et donc de la forme de nos constructions. Nous citerons à ce sujet un essai d’anticipation déjà ancien touchant nos recherches sur ce point.

  • 138 A. Bouvier, cité dans J.-C. Gardin, « Modèles et récits », in J.-M. Berthelot, ed, Épistémologie de (...)

La tendance lourde de l’évolution est bien dans la réduction et la normalisation [nos italiques] des formes d’argumentation en sciences de l’homme et de la société que préfigure un Durkheim dans Le suicide. On peut s’en désoler ; mais l’épistémologue doit s’en féliciter puisque le régime de l’argumentation se fixera sur celui de la preuve, condition même du progrès scientifique138.

151Ajoutons cependant que cette tendance lourde doit faire partie de phénomènes qui « suscitent tout ensemble adhésions et regrets » ; car toute lecture autre que la nôtre est a priori recevable d’une interprétation à ce titre. La part laissée aux éléments « littéraires » dans nos constructions est une façon de marquer cette relation ; mais elle est beaucoup moins précise à cet égard que certains paradigmes au sens actuel de ce terme.

1522. La seconde est enrichie par l’ethnoarchéologie et relève des contenus. On pourrait nous reprocher de bâtir notre argumentation sur une approche somme toute particulière de l’archéologie qui n’intéresse que marginalement les gens de la discipline et qui soulève de fortes réticences parmi les ethnologues et les anthropologues. C’est oublier un trait fondamental caractérisant l’interprétation des vestiges du passé. Toute interprétation repose sur la mobilisation d’un savoir extérieur au contexte de découverte et donc sur des connaissances anthropologiques et/ou historiques, plus ou moins générales, le plus souvent implicites ou mal maîtrisées. Ne pas reconnaître cette réalité au nom du rejet du comparatisme ethnographique ne permet guère de faire avancer la connaissance du passé. L’ethnoarchéologie n’est donc que la partie émergée d’un iceberg relevant de la constitution d’un savoir anthropologique général. La maîtrise de ce savoir est une composante essentielle de la cumulativité dans notre discipline.

Notes

1 Cf. A. Vetta & D. Courgeau, « Comportements démographiques et génétique du comportement », Population-F, 58 (4-5), 2003, p. 457-488.

2 Voir sur www.alaintestart.com: Les modèles biologiques sont-ils utiles pour penser l’évolution des sociétés ?

3 S. J. Gould, La structure de la théorie de l’évolution, trad. par M. Blanc, Paris, Gallimard (« NRF essais »), 2006 (1re éd. New York, 2002).

4 Voir P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil (« Univers historique »), 1971 ; A. Gallay, L’archéologie demain, Paris, Belfond (« Belfond/Sciences »), 1986.

5 W. Lepenies, Les trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Paris, Éd. de la MSH, 1990 (1re éd. Munich-Vienne, 1985).

6 J.-B. Grize, « Logique mathématique, logique naturelle et modèles », Jahresbericht der Schweizerischen Geisteswissenschaftlichen Gesellschaft, 1974, p. 201-207.

7 A. Houot, avec la collab. de A. Gallay, Le soleil des morts, Bruxelles, Éd. du Lombard (« Chroniques de la nuit des temps », 4), 1992 ; A. Gallay., « Archéologie et bande dessinée : mérites et limites d’une utopie », in P. Jud & G. Kaenel, eds., Lebensbilder – Scènes de vie. Colloque 13-14, Zoug, mars 2001, Lausanne, Groupe de travail pour les recherches préhistoriques en Suisse (« Documents du GPS », 2), 2002, p. 107-113 ; Id., Les sociétés mégalithiques, pouvoir des hommes, mémoire des morts, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes (« Le savoir suisse, histoire », 37), 2006.

8 A. Gallay, « Les jarres de mariage décorées du delta intérieur du Niger (Mali) : essai de délimitation archéologique d’un territoire ethnique », The Arkeotek Journal, 1 (http://www.thearkeotekjournal.org/), 2007 ; Id., « Le mégalithisme sénégambien : une approche logiciste », in C. Descamps & A. Camara, eds, Senegalia. Études sur le patrimoine ouest-africain (Hommage à Guy Thilmans), 2007, p. 205-222 ; Id., « Reconstituer la vie quotidienne au Paléolithique supérieur : en guise de conclusion », in A. de Beaune, ed., Chasseurs-cueilleurs. Comment vivaient nos ancêtres du Paléolithique supérieur, Paris, CNRS-Éditions, 2007, p. 261-270 ; Id., « 73 propositions pour rendre compte des sociétés alpines et périalpines du IIIe millénaire av. J.-C. », in J. Guilaine, ed., Le Chalcolithique et la construction des inégalités, 1. Le continent européen (séminaire du Collège de France), 2007, p. 95-122 ; Id., « 25 ans de logicisme : quel bilan ? », in Congrès du centenaire. Un siècle de construction du discours scientifique en préhistoire (XXVIe Congrès préhistorique de France, Avignon 21-25 septembre 2004), 2007, p. 23-36.

9 A. Gallay, « Céramiques, styles, ethnies : les traditions céramiques du delta intérieur du Niger (Mali) entre ethnologie et archéologie », in B. Martinelli, ed., L’interrogation du style. Anthropologie, technique et esthétique. Colloque « Style et expressions stylistiques », Collège de France, Paris 17-19 novembre 1999, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2005, p. 97-115.

10 A. Gallay. « Quels paradigmes pour la préhistoire ? Un historique », in Congrès du centenaire…, op. cit., p. 301-312.

11 A. Gallay. « La place de Gordon Childe dans les études mégalithiques », in Mélanges offerts à Jean Guilaine, à paraître.

12 A. Gallay. « Quels paradigmes pour la préhistoire ? Un historique », op. cit.

13 A. Gallay, « Reconstituer la vie quotidienne au Paléolithique supérieur : en guise de conclusion », op. cit.

14 A. Leroi-Gourhan, G. Bailloud & M. Brézillon, « L’hypogée II des Mournouards (Mesnil-sur-Oger, Marne) », Gallia préhistoire, 5 (1), 1962, p. 23-133.

15 P. Chambon, Les morts dans les sépultures collectives néolithiques en France. Du cadavre aux restes ultimes, Paris, Éd. du CNRS (« Gallia préhistoire, suppléments », 35), 2003.

16 V. G. Childe, L’Europe préhistorique. Les premières sociétés européennes, Paris, Payot (« Petite Bibliothèque Payot » 24), 1962 (1re éd. Harmondsworth, 1958).

17 C. Renfrew & P. Braudel, Les origines de l’Europe. La révolution du radiocarbone, Paris, Flammarion (« Nouvelle bibliothèque scientifique »), 1983 (1re éd. Londres, 1973).

18 H. J. Case, « Settlement pattern in the North Irish Neolithic », Ulster Journal of Archaeology, 32, 1969, p. 3- 27 ; Id., « Acculturation and the earlier Neolithic in Western Europe », in S. J. De Laet, ed., Acculturation and continuity in Atlantic Europe mainly during the Neolithic period and the Bronze Age. Atlantic Colloquium (4, Gand, 1975). Dissertationes archaeologicae Gandenses 16, Bruges, De Tempel, 1976, p. 45-59 ; A. G. Sherratt, « The genesis of megaliths, monumentality, ethnicity and social complexity in Neolithic North-West Europe », World archaeology, 22 (2), Monuments and the monumental, 1990, p. 147-167 ; R. Bradley, The significance of monuments. On the shaping of human experience in Neolithic and Bronze Age Europe, Londres-New York, Routledge, 1998 ; C. Boujot & S. Cassen, « Tertres armoricains et tumulus carnacéens dans le contexte de la néolithisation de la France occidentale », in J. Guilaine, ed., Sépultures d’Occident et genèses des mégalithismes, 9000-3500 avant notre ère. Séminaire du Collège de France, Paris, Errance (« Hespérides »), 1998, p. 109-128.

19 V. G. Childe, What happened in history, Londres-Harmondsworth, Penguin, 1946, éd. rev. 1954 (1re éd. Harmondsworth, 1942).

20 C. Renfrew & P. Braudel, Les origines de l’Europe…, op. cit.

21 G. L. Cowgill, « On causes and consequences of ancient and modern population changes », American Anthropologist, 77, 1975, p. 505-525 ; A. Gallay, L’archéologie demain, op. cit.

22 C. Renfrew, Before civilization. The radiocarbon revolution and prehistoric Europe, Londres, Penguin, 1973 ; Id., « Monuments, mobilization and social organization in Neolithic Wessex », in Id. ed., The explanation of culture change. Models in prehistory, Meeting of the research seminar in archaeology and related subjects, University of Sheffield, Gloucester Crescent, Duckworth, 1973, p. 539-558 ; Id., Investigations in Orkney. Londres, Thames and Hudson (« Thames and Hudson Reports on the Research Commission of the Society of Antiquaries of London », 38), 1979.

23 Voir A. Testart, Éléments de classification des sociétés, Paris, Errance, 2005.

24 Cf. A. Gallay, L’archéologie demain, op. cit., p. 73.

25 C. Renfrew, « Monuments, mobilization and social organization in Neolithic Wessex », op. cit. ; Id., Before civilization…, op. cit. ; C. Renfrew & P. Braudel, Les origines de l’Europe…, op. cit.

26 Voir P. Pétrequin & A.-M. Pétrequin, Écologie d’un outil. La hache de pierre en Irian Jaya (Indonésie), Paris, Éd. du CNRS (« Monographies du Centre de recherches archéologique », 12), 1993 ; P. Pétrequin & C. Jeunesse, eds, La hache de pierre. Carrières vosgiennes et échanges de lames polies pendant le Néolithique (5400- 2100 av. J.-C.), Paris, Errance, 1995 ; P. Pétrequin, S. Cassen, C. Croutsch & M. Errera, « La valorisation sociale des longues haches dans l’Europe néolithique », in J. Guilaine, ed., Matériaux, productions, circulations du Néolithique à l’âge du bronze, Paris, Errance (« Hespérides »), 2002, p. 67-98 ; S. Cassen, C. Boujot & J. Vaquero, eds, Éléments d’architecture (Exploration d’un tertre funéraire à Lannec er Gadouer, Erdeven, Morbihan. Constructions et reconstructions dans le Néolithique morbihannais. Propositions pour une lecture symbolique), Chauvigny, Éd. chauvinoises (« Mémoire », 19), 2000 ; A. Gallay, « L’ethnoarchéologie, science de référence de l’archéologie », in T. Judice Gamito, ed., Arqueologia hoje, 1, Etno-arqueologia, Coloquio, Faro, 4- 5 mars 1989, Faro, université d’Algarve, 1990, p. 282-302 ; Id., « À propos de la céramique actuelle du delta intérieur du Niger (Mali) : approche ethnoarchéologique et règles transculturelles », Ethnoarchéologie : justification, problèmes, limites. Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire, n° 12, CNRS-CRA, Antibes, 17-19 octobre 1991, Antibes, Éd. APDCA, 1992, p. 67-89.

27 I. Hodder, « Sequences of structural change in the Dutch Neolithic », in Id., ed., Symbolic and structural archaeology, Cambridge, The University Press, (« New directions in archaeology »), 1982, p. 162-177.

28 S. Cassen & J. Vaquero, « La forme d’une chose », in S. Cassen, C. Boujot & J. Vaquero, eds, Éléments d’architecture…, op. cit. ; S. Cassen, « Un pour tous, tous pour un… : symboles, mythe et histoire d’après une stèle morbihanaise du Ve millénaire », in L. Baray, P. Brun & A. Testart, eds, Pratiques funéraires et sociétés : nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale. Colloque interdisciplinaire, Art, archéologie et patrimoine, Sens 12-14 juin 2003, Dijon, Éd. universitaires, 2007, p. 37-67.

29 Voir A. Gallay, L’archéologie demain, op. cit., p. 95-97.

30 S. Cassen, C. Boujot & J. Vaquero, eds, Éléments d’architecture…, op. cit., p. 751.

31 A. Gallay, « Cistes de type Chamblandes, 15 ans de recherches, quels progrès ? », op. cit.

32 L. R. Binford, « Archaeological perspectives », in S. R. Binford & L. R., Binford, eds, New perspectives in archaeology, Chicago, Aldine Publishing Co., 1968, p. 1-32.

33 J.-C. Gardin, « Problèmes de la documentation », Diogène, 11, 1955, p. 107-124 ; Id., « On the coding of geometrical shapes and other representations, with references to archaeological documents », Papers of the International Conference on Scientific Information (ICSI), Washington, 1958, p. 107-124 ; Id., « Four codes for the description of artifacts. An essay in archaeological technique and theory », American Anthropologist, 60, 1958, p. 335-357 ; J.-C. Gardin & P. Garelli, « Étude des établissements assyriens en Cappadoce par ordinateurs », Annales ESC, 16 (5), 1961, p. 837-876.

34 J.-C. Gardin, M. Coyaud, R.-C. Cros et al., Étude d’un système général de documentation automatique, 4 vol., Bruxelles, Presses académiques européennes, 1964 ; M. Allard, M. Elzière, J.-C. Gardin & F. Hours, Analyse conceptuelle du Coran sur cartes perforées, 2 vol., Paris-La Haye, Mouton, 1964.

35 J.-C. Gardin, « Methods for the descriptive analysis of archaeological materials », American Antiquity, 32 (1), 1967, p. 13-30 ; Id., ed., Archéologie et calculateurs : problèmes sémiologiques et mathématiques. Colloque international du CNRS sur l’emploi des calculateurs en archéologie, Marseille, 7-12 avril 1969, Paris, Éd. du CNRS, 1970.

36 A. Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, 2 vol., Paris, Albin Michel, 1964-1965, vol. 2, p. 259-266.

37 I. Hodder, Reading the past. Current approaches to interpretation in archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

38 C. Renfrew & P. Bahn, Archaeology. Theories, methods and practice, Londres, Thames and Hudson, 1991, p. 431-434.

39 C. Renfrew & E. B. W. Zubrow, eds, The ancien mind. Elements of cognitive archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 9.

40 B. Trigger, Time and tradition, Édimbourg, Edinburgh University Press, 1978 ; A. Gallay, L’archéologie demain…, op. cit. ; K. V. Flannery, ed., The early mesoamerican village, New York, Academic Press, 1976.

41 C. Renfrew & P. Bahn, Archaeology…, op. cit., p. 434a.

42 J.-C. Gardin & M.-S. Lagrange, Essais d’analyse du discours archéologique, Paris-Valbonne, Éd. du CNRS (« Notes et Monographies Techniques du Centre de Recherches Archéologiques », 7), 1975 ; M.-S. Lagrange & C. Bonnet, Les chemins de la memoria. Nouvel essai d’analyse du discours archéologique, Valbonne, Éd. du CNRS, 1978.

43 J.-C. Gardin, Une archéologie théorique, Paris, Hachette, 1979 (éd. originale, Archaeological constructs. An aspect of archaeological theory, Cambridge, Cambridge University Press, 1980).

44 J.-B. Grize, « Logique mathématique, logique naturelle et modèles », op. cit., p. 210.

45 C. Morris, Foundations of the theory of signs, International Encyclopedia of Unified Sciences, I (2), Chicago, Chicago University Press, 1938.

46 J.-C. Gardin, ed., Archéologie et calculateurs…, op. cit.

47 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991 (éd. rev. et aug., Paris, Albin Michel, 2006).

48 J.-C. Gardin, Une archéologie théorique…, op. cit., p. 295-300 et 3e de couverture.

49 S. Cleuziou, A. Coudart, J.-P. Demoule & A. Schnapp, « The use of theory in French archaeology », in I. Hodder, ed., Archaeological theory in Europe : the last three decades, Londres-New York, Routledge, 1991, p. 100-103 sq.

50 J.-C. Gardin, Une archéologie théorique…, op. cit., p. 244-273.

51 J.-C. Gardin, M.-S. Lagrange et al., La logique du plausible. Essais d’épistémologie pratique en sciences humaines, Paris, Éd. de la MSH, 1981 (2e éd. rev. et aug., 1987).

52 J.-C. Gardin, O. Guillaume et. al., Systèmes experts et sciences humaines. Le cas de l’archéologie, Préface de J.-L. Laurière, Paris, Eyrolles, 1987.

53 A. Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, op.cit., p. 261-264.

54 A. Gallay, L’archéologie demain, op. cit.

55 A. Gallay, ed., Dans les Alpes, à l’aube du métal…, op. cit.

56 A. Gallay & C. Sauvain-Dugerdil, Le Sarnyéré Dogon : archéologie d’un isolat, Mali, Paris, Éd. ADPF (« Recherche sur les grandes civilisations », Mémoire 4), 1981 ; A. Gallay, « L’ethnoarchéologie, science de référence de l’archéologie », op. cit.

57 A. Gallay, « L’ethnoarchéologie entre sciences et histoire : une réflexion fondée sur le développement des sciences de la nature », in A. Bazzana & M.-C. Delaigue, eds, Ethno-archéologie méditerranéenne : finalité, démarches et résultats. Table ronde, Madrid, Casa de Velázquez, 3-5 juin 1991, Madrid, Casa de Velázquez (coll. de la Casa de Velázquez, 54), 1995, p. 17-27.

58 A. Gallay, « À propos de la céramique actuelle du delta intérieur du Niger (Mali)… », op. cit.

59 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique…, op. cit.

60 J.-C. Gardin, « Les embarras du naturel », Archives européennes de Sociologie, 34, 1993, p. 152-165.

61 J.-C. Gardin, « Formalisation et simulation des raisonnements », in J. Revel & N. Wachtel, eds, Une école pour les sciences sociales. De la VIe section à l’École des hautes études en sciences sociales. Paris, Éd. du Cerf/Éd. de l’EHESS, 1996, p. 185-208.

62 J.-C. Gardin, « Cognitive issues in archaeology », Archaelogia Polona, 34, 1996, p. 205-232.

63 J.-C. Gardin, « Le questionnement logiciste et les conflits d’interprétation », Enquête, anthropologie, histoire, sociologie, 5, 1997, p. 35-54.

64 A. Gallay, « Mathematics and logicism in archaeology : a historical approach », in S. Tabaczynski, ed., Theory and practice of archaeological research, 3, Dialogue with the data : the archaeology of complex societies and its context in the90s, Varsovie, Scientia, 1998, p. 115-137.

65 J.-C. Gardin, « Cognitive issues and problems of publication in archaeology », in S. Tabaczynski, ed., Theory and practice of archaeological research, ibid., p. 65-113.

66 J.-C. Gardin, « La pensée réfléchie et ses progrès dans les sciences de l’homme », Le génie humain, « Actualités du contemporain, hiver 1999-printemps 2000 ». Colloque de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, Seuil, 1999, p. 253-272.

67 J.-C. Gardin, O. Guillaume et al., Systèmes experts et sciences humaines…, op. cit.

68 E. A. Wrigley, « Le processus de modernisation et la révolution industrielle en Angleterre », Annales ESC, 28 (2), 1973, p. 519-540.

69 M. N. Borghetti, « Studi di un caso : l’analisi di un testo di storia economica », in M. N. Borghetti & J.-C. Gardin, L’architettura dei testi storiografici, a cura di Yvo Mattozzi, Bologne, CLUEB, 1995, p. 111-205.

70 J.-C. Gardin, Prospections archéologiques en Bactriane orientale (1974-1978), 3, Description des sites et notes de synthèse, Paris, Éd. Recherche sur les Civilisations, 1998.

71 V. Roux, ed., Cornaline de l’Inde. Des pratiques techniques de Cambay aux techno-systèmes de l’Indus, Paris, Éd. de la MSH, 2000.

72 A. Gallay, « Archéologie et bande dessinée : mérites et limites d’une utopie », op. cit.

73 A. Gallay, « À propos du statut épistémologique des travaux publiés sur la nécropole du Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse) », in M. Besse & J. Desideri, eds, Graves and funerary rituals during the late Neolithic and the Early Bronze Age in Europe (2700-2000 B.C.). Conférence internationale, Musée cantonal d’archéologie, Sion 4-7 octobre 2001, Oxford, Archaeopress (« BAR International series », 1284), 2004, p. 79-97.

74 A. Gallay, « Maîtriser l’analogie ethnographique : espoirs et limites », in F. Djindjian & P. Moscati, eds, Data management and mathematical methods in archaeology. Congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques, Liège, septembre 2001, Archeologia e Calcolatori, 13, 2002, p. 79-100.

75 A. Gallay & G. de Ceuninck, « Les jarres de mariage décorées du delta intérieur du Niger (Mali) : approche ethnoarchéologique d’un “bien de prestige” », in B. Fritsch, M. Maute, I. Matuschik, J. Müller & C. Wolf, eds, Tradition und Innovation. Prähistorische Archäologie als historische Wissenschaft : Festschrift für Christian Strahm, Rahden, M. Leidorf (« Internationale Archäologie, Studia honoraria », 3), 1998, p. 13-30.

76 A. Gallay, E. Huysecom & A. Mayor, Peuples et céramiques du delta intérieur du Niger (Mali) : un bilan de cinq années de missions (1988-1993), Mayence, P. von Zabern (« Terra Archaeologica », 3), 1998 ; A. Gallay, « Peuplement et histoire de la boucle du Niger (Mali) : un exemple de recomposition sociale dans l’artisanat du feu », in P. Pétrequin, P. Fluzin, J. Thiriot & P. Benoit, eds, Arts du feu et productions artisanales. Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire, n° 20, CNRS-CRA, Antibes, 21-23 octobre 1999, Antibes, Éd. APDCA, 2000, p. 237-259.

77 A. Gallay, « La tradition céramique des forgerons djémé na de la plaine du Séno (Mali) », Bulletin du Centre genevois d’anthropologie, 6, 2003, p. 11-66.

78 J.-Y. Grenier, C. Grignon & P.-M. Menger, eds, Le modèle et le récit, Paris, Éd. de la MSH, 2001.

79 J.-C. Gardin, « Entre modèle et récit. Les flottements de la troisième voie », in J.-Y. Grenier, C. Grignon & P.-M. Menger, eds, Le modèle et le récit, ibid., p. 456-488.

80 J.-P. Dalbéra, « Des bases de données aux applications multimédia. Actions, initiatives, partenariats du ministère de la Culture (1975-1997) », in Informatique & Conservation – Restauration du Patrimoine culturel, Champs-sur-Marne, SFIIC, 1997, p. 9-34.

81 P. Poirrier & L. Valdelorge, eds, Pour une histoire des politiques du patrimoine, Paris, Comité d’histoire du ministère de la culture, 2003.

82 M. Katzen, ed., Scholarship and technology in the humanities. Proceedings of a conference held at Elvetham Hall, Hampshire, UK, 9-12 May 1990, Londres-Melbourne, Bowker-Saur (« British Library Research »), 1991.

83 A. Kenny, « Technology and humanities research », in M. Katzen, ed., Technology and the future of scholarship in the humanities, Londres, Butterworh, 1991, p. 1-10.

84 A. Iacovella, ed., Sémantiques et archéologie. Aspects expérimentaux (titre provisoire). Table ronde à l’École française d’Athènes, 18-19 novembre 2000, Publication en attente ; S. Carrà, ed., I modelli nella ricerca archaeologica, Rome, Academia Nazionale dei Linci, 2000 ; M. Doerr & A. Sarris, eds, « Computer applications and quantitative methods in archaeology », in CAA 2002. The digital heritage of archaeology. Proceedings of the 30th Conference, Heraklion, Crete, April 2002, Athènes, Hellenic Ministry of Culture, 2003.

85 J.-C. Gardin, « Archaeological discourse, conceptual modelling and digitalisation : an interim report on the logicist program », in M. Doerr & A. Sarris, eds, Proceedings of the 29th CAA conference held at Heraklion, Crete, Greece, April 2002, Crète, Hellenic Ministry of Culture, 2003, p. 5-11.

86 Z. Kobylinski, Quo vadis archaeologia ? Whither archaeology in the 21st century ? Varsovie, Institute of Archaeology and Ethnology of the Polish Academy of Sciences, 2001.

87 Ibid., p. 22-29.

88 J. Perriault, L’accès au savoir en ligne, Paris, Odile Jacob, 2002.

89 Ibid., p. 24.

90 A. Chaillou, Nature, statut et traitements informatisés des données en archéologie : les enjeux des systèmes d’informations archéologiques, thèse de doctorat en sciences humaines et sociales, Lyon, Université Lumière Lyon 2, 2003, ms.

91 Ibid., p. 206-245.

92 R. Tallis, « Parmenides », Prospect, 142, 2008, p. 48-51.

93 A. Gallay, E. Huysecom & A. Mayor, Peuples et céramiques du delta intérieur du Niger (Mali), op. cit. ; A. Mayor, Traditions céramiques et histoire du peuplement dans la boucle du Niger (Mali) au temps des empires précoloniaux, thèse de doctorat en archéologie préhistorique, Genève, Faculté des sciences de l’université de Genève, 2005, ms.

94 A. Gallay, « Céramiques, styles, ethnies : les traditions céramiques du delta intérieur du Niger (Mali) entre ethnologie et archéologie », op. cit.

95 C. Levi-Strauss, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1966, p. 326 ; A. Gallay « Les mécanismes de diffusion de la céramique traditionnelle dans la boucle du Niger (Mali) : une évaluation des réseaux de distribution », in C. Manen, F. Convertini, D. Binder & I. Sénépart, eds, Organisation et fonctionnement des premières sociétés paysannes : structure des productions céramiques (Séance SPF, Toulouse, mai 2007), Mémoires de la Société préhistorique française, à paraître.

96 A. Testart. Des dons et des dieux. Étude sur la circulation non marchande, Paris, Syllepse, 2007 (« Matériologiques »).

97 A. Gallay & G. de Ceuninck, « Les jarres de mariage décorées du delta intérieur du Niger (Mali)… », op. cit. ; A. Mayor, Traditions céramiques et histoire du peuplement dans la boucle du Niger (Mali)…, op. cit.

98 Voir la première partie de cet article, et A. Gallay, L’archéologie demain, op. cit. ; Id., « L’ethnoarchéologie, science de référence de l’archéologie », op. cit. ; Id., « L’ethnoarchéologie entre sciences et histoire… », op. cit. ; Id., « Maîtriser l’analogie ethnographique… », op. cit.

99 J. Revel, « Les sciences historiques », in J.-M. Berthelot, ed., Épistémologie des sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, 2001, p. 21-76 ; R. Franck, « Histoire et structure », in J.-M. Berthelot, ed., Épistémologie des sciences sociales, ibid., p. 335.

100 R. Ogien, « Philosophie des sciences sociales », in J.-M. Berthelot, ed., Épistémologie des sciences sociales, ibid., p. 521-575 ; R. Franck, « Histoire et structure », op. cit.

101 R. Franck, ed., The explanatory power of models. Bridging the gap between empirical and theoretical research in the social sciences, Boston-Dordrecht-Londres, Kluwer Academic Publishers (« Methodos Series », 1), 2002.

102 V. Roux & D. Corbetta, Le tour du potier. Spécialisation artisanale et compétences techniques, Paris, Éd. du CNRS (« Monographies du Centre de recherches archéologique », 4), 1990.

103 J. H. Steward, Theory of culture change, Urbana, University of Illinois, 1955 ; E. R. Service, Primitive social organization. An evolutionary perspective, New York, Random House, 1962 ; M. H. Fried, The evolution of political society, New York, Random House, 1967.

104 A. Testart, Éléments de classification des sociétés, op. cit.

105 A. Gallay. Les sociétés mégalithiques, pouvoir des hommes, mémoire des morts, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes (« Le savoir suisse, histoire », 37), 2006.

106 R. Franck, « Histoire et structure », op. cit.

107 J. Revel, « Les sciences historiques », op. cit.

108 S. J. Gould, Les coquillages de Léonard. Réflexions sur l’histoire naturelle, Paris, Seuil (« Science ouverte »), 2001, p. 310-311.

109 R. Franck, « Histoire et structure », op. cit.

110 A. Gallay, « Céramiques, styles, ethnies… », op. cit.

111 J.-L. Amselle, « Ethnie et espaces : pour une anthropologie typologique », in J.-L. Amselle & E. M’bokolo, eds, Au cœur de l’ethnie. Ethnies, tribalisme et État en Afrique, Paris, La Découverte (« Textes à l’appui, série anthropologie »), 1985, p. 11-48 ; Id., « Préface », in M. De Bruijn & H. Van Dijk, eds, Peuls et Mandingues. Dialectique des constructions identitaires, Keyde, Afrika-Studiecentrum/Paris, Karthala (« Hommes et sociétés »), 1997, p. 9-11 ; C. Fay, « Car nous ne faisons qu’un : identités, équivalences, homologies au Maasina (Mali) », in Id., ed., Cahiers des sciences humaines, 31 (2), Identités et appartenances dans les sociétés sahéliennes, 1995, p. 427-456 ; Id., « Les derniers seront les premiers : peuplement et pouvoirs mandingues et peuls au Maasina (Mali) », in M. De Bruijn & H. Van Dijk, eds, Peuls et Mandingues…, op. cit., p. 165-191 ; P. Clastre, Archéologie de la violence. La guerre dans les sociétés primitives, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube, 1999 (« Monde en cours – intervention ») ; A. Gallay, « Céramiques, styles, ethnies… », op. cit. ; Id., « Cultures, styles, ethnies : quel choix pour l’archéologue ? », in R. De Marinis & S. Biaggio Simona, eds, I Leponti : tra mito e realtà, t. 1, Catalogo di mostra (maggio-dicembre 2000, Locarno, Castello Visconteo - Casorella), Giubiasco, Gruppo Archeologia Ticino, Locarno, A. Dad, 2000, p. 71-78.

112 A. Gallay, E. Huysecom & A. Mayor, Peuples et céramiques du delta intérieur du Niger (Mali)…, op. cit. ; A. Gelbert, « Ethnoarchaeological study of ceramic borrowings : a new methodological approach applied in the middle and upper valleys of the Senegal River », in S. Beyries & P. Pétrequin, eds., Ethno-archaeology and its transfers. Annual meeting of the European Association of Archaeologists, Bournemouth, mai 1999, Oxford, Archaeopress (« BAR International series », 983), 2001, p. 81-94 ; Id., Traditions céramiques et emprunts techniques. Étude ethnoarchéologique dans les haute et moyenne vallées du fleuve Sénégal (+ CD-ROM), Paris, Éd. de la MSH/Epistèmes, 2003.

113 A. Gallay & G. de Ceuninck, « Les jarres de mariage décorées du delta intérieur du Niger (Mali)… », op. cit.

114 P. Bohannan & G. Dalton, eds, Markets in Africa, Evanston, Northwestern University Press (« Northwestern University African studies », 9), 1962.

115 A. Gallay « Les mécanismes de diffusion de la céramique traditionnelle dans la boucle du Niger (Mali)… », op. cit.

116 G. de Ceuninck, « Production et consommation de la céramique : l’exemple peul et somono du delta intérieur du Niger », Origini : preistoria e protostoria delle civiltà antiche, 17, 1993, p. 407-426 ; Id., « La circulation des poteries dans le delta intérieur du Niger (Mali) », in P. Pétrequin, P. Fluzin, J. Thiriot & P. Benoit, eds, Arts du feu et productions artisanales. Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire, 20, CNRS-CRA, Antibes, 21- 23 octobre 1999, Antibes, APDCA, 2000, p. 221-235 ; A. Gallay & G. de Ceuninck, « Les jarres de mariage décorées du delta intérieur du Niger (Mali)… », op. cit. ; A. Gallay, « La tradition céramique des forgerons djémé na de la plaine du Séno (Mali) », op. cit. ; Id., « Les jarres de mariage décorées du delta intérieur du Niger (Mali)… », op. cit. ; E. Burri. « Cartographie des composantes stylistiques de la céramique dans le delta intérieur du Niger (Mali) », Bulletin du Centre genevois d’anthropologie, t. 6, 2003, p. 69-83.

117 J.-C. Gardin, O. Guillaume et al., Systèmes experts et sciences humaines…, op. cit., p. 41 ; A. Gallay, « À propos de la céramique actuelle du delta intérieur du Niger (Mali)… », op. cit. ; Id., « 25 ans de logicisme : quel bilan ? », op. cit.

118 J.-C. Gardin, « The role of “local knowledge” in archaeological interpretation », in S. J. Shennan, ed., One World archaeology, 10, Archaeological approaches to cultural identity, 1989, p. 110-122.

119 J.-C. Gardin, « Questions d’épistémologie pratique dans les perspectives de l’intelligence artificielle », Bulletin de la Société française de philosophie, 81 (3), 1987, p. 7-112.

120 J.-C. Gardin, « Le questionnement logiciste et les conflits d’interprétation », op. cit.

121 Ibid.

122 J.-C. Gardin, Le calcul et la raison. Essais de formalisation du discours savant, Paris, Éd. de l’EHESS (« Recherches d’histoire et de sciences sociales », 46), 1991, p. 238-248.

123 R. J. McIntosh, The peoples of the Middle Niger. The island of gold, Blackwell, Oxford, 1998.

124 A. Testart, Éléments de classification des sociétés, op. cit.

125 T. Tamari, Les castes de l’Afrique occidentale. Artisans et musiciens endogames, Paris-Nanterre, Société d’ethnologie (« Société africaine », 9), 1997.

126 A. Mayor, Traditions céramiques et histoire du peuplement…, op. cit.

127 T. Tamari, Les castes de l’Afrique occidentale, op. cit. ; A. Mayor, E. Huysecom, A. Gallay, M. Rasse & A. Ballouche, « Population dynamics and paleoclimate over the past 3000 years in the Dogon Country, Mali », Journal of anthropological Archaeology, 24, 2005, p. 25-61.

128 A. Gallay, « À propos de la céramique actuelle du delta intérieur du Niger (Mali)… », op. cit. ; E. Huysecom, « Les percuteurs d’argile : des outils de potières africaines utilisés de la préhistoire à nos jours », Bulletin du Centre genevois d’anthropologie, 3, 1991-1992, p. 71-98 ; Id., « Identification technique des céramiques africaines », Terre cuite et société. La céramique, document technique, économique, culturel. Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire, n° 14, CNRS-CRA-ERA, 36, Antibes, 21-23 octobre 1993, Antibes, Éd. APDCA, 1994, p. 31-44.

129 A. Mayor, Traditions céramiques et histoire du peuplement…, op. cit.

130 Pour l’empire du Ghana, par exemple, cf. B. Van Doosselaere, « Technologie céramique et histoire à Koumbi Saleh. Premiers résultats, premiers enjeux », Afrique. Archéologie et art, 3, 2004-2005, p. 63-80.

131 A. Mayor, Traditions céramiques et histoire du peuplement…, op. cit.

132 A. Gallay & C. Sauvain-Dugerdil, Le Sarnyéré Dogon…, op. cit.

133 J.-C. Passeron & J. Revel, « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », in Id., eds, Penser par cas, Paris, Éd. de l’EHESS (« Enquête », 4), 2005, p. 9-44.

134 Ibid., p. 17-18.

135 A. Gelbert, Traditions céramiques et emprunts techniques…, op. cit.

136 S. J. Gould, La structure de la théorie de l’évolution, op. cit.

137 A. Mayor, Traditions céramiques et histoire du peuplement…, op. cit.

138 A. Bouvier, cité dans J.-C. Gardin, « Modèles et récits », in J.-M. Berthelot, ed, Épistémologie des sciences sociales, op. cit., p. 453.

Notes de fin

1 Nous remercions vivement Robert Franck pour ses judicieuses remarques épistémologiques qui nous ont permis d’éclaircir plusieurs questions, notamment celles touchant à la nature de l’explication en histoire, ainsi que Bernard Walliser.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Intégration des programmes disciplinaires dans des questionnements plus généraux
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/20562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 2. Paradigmes et programmes de recherches présents dans les études consacrées aux constructions mégalithiques européennes, des origines à nos jours
Légende X : programmes aujourd’hui rejetés ou en cours de rejet par la communauté scientifique
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/20562/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Figure 3. Application du programme logiciste aux démarches ethnoarchéologiques et archéologiques
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/20562/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau 2. Les principaux types de cumulativité dans les recherches ethnoarchéologiques (mécanismes) et archéologiques (scénarios)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/20562/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search