Version classiqueVersion mobile

La cumulativité du savoir en sciences sociales

 | 
Bernard Walliser

Le pied du diable. Sur les formes de la cumulativité en histoire

The devil’s foot. Types of cumulativity in history

Jacques Revel

Résumé

Depuis qu’elle s’est constituée en discipline professionnelle, dans la seconde moitié du xixe siècle, l’histoire se pense volontiers comme productrice d’un savoir cumulatif, dans une double acception du terme : celui d’une accumulation des données et celui d’un progrès général de la discipline en tant que telle. Celle-ci s’est accordée sur un certain nombre de procédures de connaissance et de contrôle, même si, dans les faits, ces procédures sont inégalement mises en œuvre selon les domaines d’activité. Sur cette conviction s’est fondé un optimiste scientiste durable, dont on a connu plusieurs versions successives. Les choses apparaissent bien différentes si l’on s’attache aux modèles dont usent les historiens, explicitement ou, plus souvent, implicitement. Jusqu’à quel point sont-ils susceptibles de révision, rendant ainsi possible la reformulation de cadres théoriques et d’hypothèses plus efficaces ? Qu’en est-il des programmes, c’est-à-dire d’horizons de savoir partagés ? En se situant au niveau des pratiques qui sont celles des historiens, cet article suggère la coexistence de plusieurs régimes de cumulativité selon le niveau considéré.

Texte intégral

Tell me where all past years are
Or who cleft the Devil’s foot

  • 1 A. Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, 1996, p. 67.

1I. Avec la sociologie, l’anthropologie ou la géographie, l’histoire partage des traits communs qui l’opposent, par exemple, à l’économie ou à la démographie. Elle se caractérise par l’indétermination de son objet d’étude : tout peut être, tout sera probablement un jour objet d’histoire. Il est vrai qu’elle est moins définie par un objet (ou par un répertoire d’objets) qui lui serait propre que comme un projet et comme un procédé de connaissance. Rien en effet ne qualifie les réalités du passé comme des objets de connaissance spécifiques puisque, comme le rappelle Antoine Prost, « tous les faits passés ont d’abord été des faits présents. Entre les uns et les autres, aucune différence de nature1 ». Ce passé, en revanche, les historiens ne l’appréhendent qu’à travers des témoignages indirects qui nous ont été conservés de façon partiellement aléatoire, des traces qu’ils constituent en sources et à partir desquelles ils se donnent pour tâche de produire un discours vrai – des connaissances vérifiées et vérifiables – sur des réalités qui, par définition, leur sont inaccessibles parce qu’elles ont été soustraites par le temps.

2Si l’on accepte cette pré-définition très générale, de multiples histoires sont possibles. Elles sont, de fait, attestées selon des formes ou des régimes de coexistence qui ont varié dans les temps. Alors même que le sentiment d’une identité disciplinaire, tel qu’il s’est affirmé en particulier depuis le milieu du xixe siècle, demeure très fort, ce qui est reconnu comme « histoire » couvre une très large variété de pratiques hétérogènes. Elles sont en tout cas difficilement réductibles les unes aux autres, même si l’on choisit de se limiter, comme je le fais ici, à celles des historiens professionnels (ou de ceux dont ceux-ci reconnaissent et utilisent les travaux). Cette hétérogénéité des pratiques est renforcée par deux propriétés qu’il importe de prendre en considération :

    • 2 Exceptionnel reste, à cet égard, le statut de la revue américaine History and Theory, publiée depui (...)

    la première est bien connue et elle a souvent été rappelée : depuis qu’ils ont explicité leur ambition d’inscrire leur activité dans un cadre disciplinaire scientifique professionnel – en gros, depuis cent cinquante ans –, les historiens ont manifesté une réticence continuée à l’égard de tout cadrage théorique. Il s’agissait au départ d’une volonté de rupture avec les diverses philosophies de l’histoire élaborées au xviiie et surtout au xixe siècle. Mais, alors même que ces philosophies ont été abandonnées, souvent discréditées, le soupçon est resté fortement ancré. Il en est venu à porter sur toute réflexion épistémologique, communément jugée inutile, voire dangereuse. De fait, sauf en de rares exceptions, c’est du dehors de la discipline que cette réflexion a été menée. Elle l’a été, pour l’essentiel, par des philosophes, qu’il s’agisse de la critique de la raison historique entreprise en Allemagne à la fin du xixe siècle autour de l’opposition entre sciences de la nature et sciences de l’esprit, entre connaissance nomologique et savoirs idiographiques ; ou, plus proche de nous, de celle qui a été poursuivie dans le cadre de la philosophie analytique en Angleterre et aux États-Unis. Il importe de noter que, tandis que ces projets ont été menés par des auteurs qui ne pratiquaient pas l’histoire et qui ne prêtaient pas nécessairement attention à la manière dont elle était concrètement pratiquée, les praticiens eux-mêmes ont massivement ignoré les efforts réflexifs qui portaient sur leur propre discipline. Leur méfiance ne portait pas seulement sur les prétentions d’une épistémologie théorique, elle a souvent mis en cause jusqu’à l’idée d’une épistémologie des pratiques. Les points de passage sont donc restés peu nombreux, qu’il s’agisse de rares auteurs individuels ou d’entreprises collectives2. Cette double extériorité, on l’imagine aisément, n’a pas été sans conséquences.

  • il en est allé d’autant plus ainsi que, genre littéraire ou modalité d’écriture avant de se transformer en discipline de plein exercice, l’histoire est elle-même inscrite dans une très longue tradition – même si l’on se limite à n’en prendre en compte, comme on le fait ici, que les versions occidentales. Or, avec cette tradition, elle entretient des rapports ambigus. Elle la conçoit bien évidemment comme inséparable d’un progrès dans l’histoire de la connaissance, qu’elle ne cesse de revendiquer. Mais, en même temps, elle ne considère pas volontiers que ces progrès invalident nécessairement des états antérieurs, récents ou anciens, de la connaissance historique, parce que ces états restent associés à des configurations du savoir dont il est possible de rendre compte, précisément, en termes historiques (« Thucydide n’est pas un collègue », pour reprendre la formule de Nicole Loraux) ; et donc parce que ces états antérieurs peuvent à leur tour être transformés en traces, en témoignages médiats d’un passé. Il en résulte que l’histoire peut à bon droit apparaître comme une discipline conservatoire, pour laquelle rien n’est jamais radicalement ni définitivement obsolète puisque des remplois y sont toujours possibles. Le constat vaut, bien sûr, pour les « sources », mais il vaut tout autant pour les élaborations historiographiques qui ont traité ces sources et qui, à des titres divers, peuvent à leur tour être traitées comme des sources.

3Une cartographie de la discipline aujourd’hui présenterait donc une juxtaposition de pratiques hétérogènes, ce qui ne veut pas dire indifférenciées, moins encore indifférentes. À travers des formes de consensus qui sont certainement plus fortes qu’elles ne le sont dans des disciplines voisines comme la sociologie ou l’anthropologie, par le relais de formes de certification ou d’arbitrage professionnelles (des formations, des institutions savantes, des comités ou des jurys, la circulation des évaluations, etc.), les historiens sont tout à fait capables de décider de ce qu’ils reconnaissent comme recevable dans un cadre disciplinaire dont, par ailleurs, ils ne remettent guère en cause l’évidence ni l’utilité. Une telle cartographie ferait bien entendu apparaître des formes de regroupement, qui correspondraient, sans surprise, tantôt à des sous-disciplines définies par un domaine spécifique de recherche (l’histoire des sciences, la business history, l’étude de la civilisation matérielle, la démographie historique, etc.), tantôt par la mise en œuvre d’une conceptualisation d’ensemble de procédures spécifiques, plus souvent par l’association entre un domaine et une démarche spécifique. Il n’y a sans doute rien là que de très normal. Mais le problème n’est pas là. Il me paraît plutôt être dans le fait que ces différentes pratiques, celles qui sont les plus visibles parce qu’elles ont donné naissance à des regroupements intra-disciplinaires, et celles qui le sont moins et qui cheminent pour leur compte en attendant mieux, ne relèvent pas d’une même régie. Il leur est consenti d’exister et souvent de perdurer dans une relative indifférence, qui ne paraît au fond guère poser de problème.

4Le même constat pourrait sans nul doute être fait pour l’anthropologie ou pour la sociologie. Mais ces disciplines, pour de multiples raisons (en particulier, dans le cas français, du fait de l’enracinement philosophique qui a longtemps été le leur), n’ont cessé de poser le problème d’une unification du cadre théorique dans lequel seraient appelés à s’inscrire les travaux qui se réclament d’elles, qu’il s’agisse des règles communes qu’elles se donneraient (Durkheim, le moment structuraliste) ou de l’« architecture » d’ensemble selon laquelle elles s’entendraient pour s’organiser (Alban Bouvier). On pourrait décrire leur histoire comme celle d’une unification problématique, généralement déçue, mais qui, à travers les vicissitudes et les crises, reste perçue comme un horizon, comme leur accomplissement – toujours ajourné, mais toujours revendiqué. Rien de tel du côté de l’histoire. Les relations qui existent au sein de la discipline y sont plutôt plus pacifiques qu’ailleurs et, en particulier, elles passent rarement par le déni d’une identité professionnelle (un historien n’énoncera qu’exceptionnellement que « ce n’est pas de l’histoire » ; il se contentera éventuellement de dire que « ça ne l’intéresse pas » ; plus souvent, il discutera les aspects méthodologiques d’un travail, ou bien encore il se passera de jugement prescriptif en considérant qu’il ne met pas en cause ses conceptions ni sa pratique personnelles).

  • 3 On en trouvera un bon exemple dans Peter Novick, That noble dream. The « objectivity question » and (...)

5Une telle hétérogénéité de la discipline historique dans ses manières de faire, dans ses productions et dans ses programmes, est-elle constitutive ? On notera, en tout cas, que même dans les moments où elle a entendu se rallier explicitement autour d’exigences communes, elle ne l’a fait qu’autour de règles de méthodes – plus rarement autour d’un projet –, et que celles-ci n’ont pas réduit de façon significative la diversité des histoires3. Il en va de même des programmes qui se sont proposés d’en redéfinir les orientations majeures, que l’on pense aux Annales, à la social science history américaine des années 1960-1970, ou encore à la new economic history qui en est, en gros, contemporaine. Pour spectaculaires qu’elles aient été, ces tentatives sont d’ailleurs toujours restées minoritaires dans un univers disciplinaire qui reste caractérisé par l’éclectisme, ce qui ne signifie pas, une fois encore, l’indifférence. On aura l’occasion d’y revenir.

6II. Pourtant les historiens conçoivent volontiers leur discipline comme productrice d’un savoir cumulatif. De cette conviction, il existe des versions robustes, fortement datées, et qui peuvent prêter à sourire aujourd’hui. Alors que l’on préparait la première version de la Cambridge Modern History, Lord Acton déplorait, en 1896, que l’on ne fût « pas encore en mesure de donner une interprétation définitive ». Ce n’était pourtant à ses yeux qu’une question de temps, « car aujourd’hui, toutes les données factuelles sont à portée de main et tous les problèmes sont désormais susceptibles de trouver une solution ». Il s’agissait, bien entendu, d’une formulation extrême, et qui porte sa date, au terme d’un siècle qui avait révéré les faits et souvent identifié les sources et les faits. Ce temps est passé, sans nul doute. Mais la conviction reste forte parmi les historiens que l’acquisition des données, leur confrontation, leur éventuelle constitution en corpus ou en séries, est une forme essentielle de l’accumulation du savoir et des progrès de la discipline. On objectera qu’il en va ainsi de toute démarche scientifique, et qu’en outre, dans un nombre de cas non négligeable, ces données peuvent d’ailleurs être communes aujourd’hui à l’histoire et à d’autres sciences sociales. Le problème ne se situe pourtant pas exactement en ce point.

  • 4 B. Lepetit & J. Revel, « L’expérimentation contre l’arbitraire », Annales ESC, 47 (1), 1992, p. 261 (...)

7Les données que constituent les historiens sont soustraites au temps à travers les témoignages qu’ils apprennent à repérer, à critiquer et à utiliser. De ce point de vue, les « sciences auxiliaires de l’histoire » sont bien mal nommées puisqu’elles continuent de se situer au cœur de l’activité historienne. Une bonne part de celle-ci s’est mobilisée depuis des siècles sur le traitement de ces témoignages et sur leur conversion en sources. Le premier et le plus ancien souci a été celui de séparer le vrai du faux : de Lorenzo Valla aux bollandistes et à la codification des techniques érudites au xixe siècle, il est l’axe autour duquel la discipline s’est définie dans sa version savante. Ce travail a été progressivement complété et spécifié par des techniques d’identification et de traitement des documents, plus largement des « données ». Sous les diverses formes qu’elle a prises, l’entreprise a été à l’origine d’immenses travaux d’érudition critique, d’imposantes collections savantes qui restent souvent mis à contribution. Les uns et les autres sont bien évidemment susceptibles de révisions, voire de refontes, mais qui ne remettent pas pour autant en cause la pertinence du projet originel : celui d’une accumulation de données sûres qui sont conçues comme un stock nécessaire, durable et, d’une certaine manière, indéfiniment exploitable. La constitution de banque de données, que l’on se plaisait il n’y a pas si longtemps à concevoir les plus exhaustives qu’il soit possible, relevait de la même représentation, modernisée, du rapport aux sources (faut-il dire : de la même illusion4 ?). Là où les autres sciences sociales considèrent volontiers cette accumulation comme purement factuelle et certainement distincte des différentes formes de cumulativité que l’on peut identifier au sein des disciplines particulières, les historiens restent, me semble-t-il, davantage attachés à des formes de capitalisation qu’ils perçoivent comme essentielles à leur activité. De façon implicite au moins, la possibilité en fonctionne un peu comme une idée régulatrice de la recherche historique.

  • 5 On en trouvera un exemple parlant dans la manière dont Jean-Claude Perrot, l’un des historiens fran (...)

8Cette conviction a été particulièrement portée par l’érudition positive à partir du xixe siècle, même si elle n’a pas commencé avec elle. C’est alors que l’on a imaginé que les données pouvaient être constituées en tant que telles, indépendamment de toute question posée, parce qu’elles étaient investies d’une valeur absolue, homologue à celle des archives dont elles livraient, au fond, un double contrôlé et certifié. Les corpus des inscriptions grecques ou latines, les grandes séries documentaires, les publications de fouilles archéologiques mais aussi les premières séries de prix illustraient, avec bien d’autres, un investissement de ce type. On se tromperait, pourtant, en imaginant que cette représentation de leur activité collective a disparu de l’imaginaire des historiens à la faveur d’une sophistication plus grande de leurs procédures de travail ou, en sens contraire, du fait de l’affaiblissement de leurs certitudes positives. Elle reste très présente dans la manière dont ils conçoivent leur travail, même lorsque le type d’histoire qu’ils pratiquent ne relève pas de l’érudition au sens strict5. Elle est attestée par des usages professionnels communément acceptés : ainsi le régime de la citation, celui de la référence. Elle nourrit la rhétorique conquérante qui évoque les progrès de la discipline sous la forme d’une expansion conquérante (« le territoire de l’historien ») ou d’une accumulation encyclopédique (« du nouveau sur… »). De façon plus discrète, elle est importante aussi parce qu’elle joue un rôle central dans les formes de contrôle interne qui règlent la circulation de l’information et les échanges qui sont constitutifs du cadre disciplinaire. Un historien travaille fréquemment à partir de larges ensembles de données dont il ne maîtrise la production que pour une part qui demeure nécessairement limitée. Pour le reste, il doit pouvoir s’appuyer sur le savoir commun élaboré par la communauté et sanctionné par elle, auquel il apporte lui-même sa contribution. Il reste que les domaines de la recherche qui sont associés à la maîtrise d’un corpus relativement fermé, en tout cas maîtrisable par un nombre fermé de spécialistes, sont ainsi réputés plus savants, parce que mieux contrôlables, que ceux pour lesquels les données sont abondantes et échappent de ce fait à toute possibilité de contrôle systématique. L’Année épigraphique joue ainsi durablement le rôle d’une instance arbitrale au sein d’une spécialité très fortement constituée. Rien de comparable, on s’en doute, n’existe pour les utilisateurs des sources massives et très diversifiées de l’histoire sociale ou politique des xixe et xxe siècles.

  • 6 On trouvera sur ce point des éléments de réflexion utiles (et souvent contradictoires) dans le numé (...)
  • 7 Je renvoie sur ce point à l’article classique de François Furet, « L’histoire quantitative et la co (...)

9Ce n’est pourtant là qu’un aspect des choses. Il serait abusif de poser que les historiens ne distinguent pas entre accumulation et cumulativité des données6. Parce que, pour des raisons qui tiennent à la fois à l’ancienneté de la discipline et à son mode de fonctionnement, ces données recueillent des objets de provenance et d’âge variables, elles sont communément soumises à des protocoles qui sont destinés à vérifier leur compatibilité avec celles qui sont déjà disponibles, enclenchant du même coup des procédures de révision des données anciennes et nouvelles rassemblées au sein d’un même corpus. L’histoire des prix, depuis la seconde moitié du xixe siècle, est un exemple classique de cet effort explicite de standardisation dont on attendait, en particulier, qu’il permît la comparaison entre des séries d’origine souvent hétérogène. Plus généralement, l’histoire quantitative telle qu’elle s’est développée à partir des années 1930, parce qu’elle a entrepris d’étayer ses assertions sur des grandeurs mesurables, peut servir à illustrer cette exigence, qu’elle a l’avantage de présenter de façon particulièrement visible, et d’abord dans les débats souvent vifs qui l’ont durablement occupée7. Mais on se tromperait si l’on réservait à la production et à l’exploitation des données quantitatives la mise en œuvre de procédures de ce type. Une bonne part de l’activité professionnelle des historiens, qui reste inséparable de leur travail critique, peut être identifiée à des procédures de révision et d’homologation destinées à garantir la compatibilité des données sur lesquelles ils s’appuient. Le fonctionnement d’une revue-institution comme L’Année épigraphique, déjà citée, qui propose l’examen critique de toutes les publications nouvelles dans son domaine de compétence et les confronte au corpus déjà existant, suggère un modèle de mise à jour permanente de l’information à la disposition des chercheurs. Il va de soi, encore une fois, qu’une spécialité relativement étroite, en tout cas hautement spécifiée dans ses méthodes, se prête mieux à un tel contrôle collectif de la production que des domaines moins rigoureusement définis et circonscrits. On peut pourtant retenir l’idée que ce type de fonctionnement, même s’il est inégalement attesté, est un modèle communément accepté et mis en pratique par la communauté des historiens.

  • 8 F. Furet & J. Ozouf, Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, (...)

10Le problème ne se pose pas sous le seul aspect du contrôle savant. Comme dans toute démarche scientifique, la pertinence des données retenues pour le traitement d’un problème fait normalement l’objet d’une vérification spécifique, plus ou moins sophistiquée, plus ou moins formalisée. Soit un exemple : l’histoire de l’alphabétisation a constitué un vaste chantier international dans les années 1970, avec une attention particulière portée aux rapports de l’acquisition de la lecture et de l’écriture avec l’institution scolaire avant que celle-ci soit généralisée. On a beaucoup débattu, à cette occasion, de la mesure du phénomène avant que l’alphabétisation ne fasse l’objet d’un enregistrement systématique dans la seconde moitié du xixe siècle, et en particulier sur la signification (et donc sur la valeur relative) de l’indicateur que pouvaient constituer les signatures portées par les témoins présents sur les actes notariés ou dans les registres paroissiaux. La manière la plus convaincante d’en décider, celle qui a nourri le débat scientifique de ces années, a consisté à tester la validité des données à travers une double mise à l’épreuve, en termes de cohérence interne des séries et par comparaison avec d’autres séries pour les périodes où celle-ci était possible. L’enjeu de l’opération était clairement formulé : il s’agissait de se doter d’un indice simple permettant, à des échelles diverses, de rendre comparables les mesures d’un phénomène complexe dont on entendait suivre l’évolution dans la durée et dans l’espace – en un mot, de créer un nouveau corpus de données compatibles et cumulables8.

  • 9 F. Hartog, Évidence de l’histoire. Ce que voient les historiens, Paris, Éd. de l’EHESS, 2005.

11Reste un ensemble de problèmes qui ne sont pas propres à l’histoire, mais qu’elle partage avec l’ensemble des disciplines dans lesquelles la production des données est inséparable d’un régime de description (qui peut d’ailleurs varier de l’une à l’autre). Pour les historiens, ces données ont longtemps paru aller et parler d’elles-mêmes, ce que traduit bien l’ambiguïté du terme anglais evidence, qui relève à la fois de l’évidence visuelle et du vocabulaire de la preuve judiciaire9. Ce n’est sans doute plus le cas aujourd’hui, même si, de façon implicite au moins, ce jeu de représentations continue souvent d’informer le rapport que les historiens entretiennent avec leurs sources et avec leurs objets.

  • 10 Réciproquement : les concepts que nous utilisons restent des « semi-noms propres », selon la formul (...)
  • 11 P. Veyne, L’inventaire des différences, Paris, Seuil, 1976, p. 38-39. Le thème est repris par J.-M. (...)
  • 12 P. Veyne, L’inventaire des différences, op. cit. p. 12.

12Ces données n’existent pas dans les sources, pas plus qu’elles n’existent dans les situations qu’observent les anthropologues ou les sociologues, dans les agencements spatiaux dont les géographes ont longtemps privilégié l’observation. Il est devenu trivial de rappeler qu’elles sont construites et que – parce que nous sommes dans le registre de la description –, elles ont le plus souvent fait l’objet d’élaborations antérieures comme elles le feront d’élaborations à venir. Alors même que l’on insiste, à juste titre, sur l’originalité et sur l’authenticité de la description du monde dont elles sont supposées constituer les instruments sémantiques, elles relèvent inséparablement de la nomenclature et de l’interprétation. Les mots que nous utilisons pour les qualifier sont à la fois des noms communs et des notions ou des concepts10. D’où la double observation de Paul Veyne, qui n’est qu’en apparence contradictoire puisqu’elle relève, en fait, l’ambiguïté qui s’attache aux modalités de la sémantique historique. D’un côté : « Nombre de faits historiques sont presque de vrais jumeaux, ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau ; ils n’en sont pas moins deux individus distincts, et quand l’historien en fait le recensement, ils comptent pour deux. Ce n’est qu’aux yeux du sociologue qu’ils tombent dans une seule et même catégorie. Il ne faut pas dire que l’histoire consiste à aimer ce qu’on ne verra jamais deux fois, elle consiste à aimer deux fois ce qu’on revoit à l’occasion11. » Par tradition disciplinaire, mais sans doute aussi parce qu’il est plus que tout autre soumis aux contraintes d’historicité qui pèsent sur son activité de connaissance, l’historien tend à exagérer ce souci de l’individuation des données d’observation. Et pourtant, reprend Veyne : « Les historiens voudraient-ils être positivistes qu’ils n’y parviendraient pas ; même s’ils ne veulent pas le savoir, ils ont une sociologie puisqu’ils ne pensent ouvrir la bouche sans prononcer les mots de guerre ou de cité, et sans se fonder, à défaut d’une théorie digne de ce nom, sur la sagesse des nations ou sur de faux concepts tels que féodalité ou redistribution12. » On est d’ailleurs en droit de s’interroger sur l’opposition posée, de façon récurrente, entre histoire et sociologie : est-elle de nature épistémologique ou doit-elle se comprendre, de façon plus prosaïque, en termes de style et de posture disciplinaires ?

  • 13 F. Simiand, « Méthode historique et science sociale » (1903), et plus généralement l’ensemble des t (...)

13Mais il y a plus. Tandis que l’économie et la démographie tirent leur efficacité de travailler sur des phénomènes discrets qu’elles appréhendent à travers des données spécifiées et décontextualisées, l’histoire (mais aussi l’anthropologie et la sociologie) cherche préférentiellement à appréhender des réalités contextuelles à travers des données porteuses de significations multiples et qui se prêtent à des associations multiples comme le rappelle ici même Alban Bouvier. Il est d’autant plus difficile de les réduire à des unités simples, « items informationnels » d’une nomenclature généralisable à toute opération de description ou d’enregistrement du monde social. Le problème n’est pas nouveau d’ailleurs : c’est celui-là même que François Simiand posait aux historiens et aux géographes, entre autres, à l’occasion de polémiques mémorables dans les premières années du xxe siècle. Le modèle scientifique qu’il invoquait alors était celui des sciences naturelles et passait, aux yeux du sociologue, par l’identification de « types » et « d’espèces » et par l’établissement de relations stables entre les phénomènes qui leur sont associés13. Si puissante qu’ait été l’influence exercée par Simiand sur le développement d’un programme d’histoire quantitative qui a été l’un des aspects les plus originaux de l’historiographie du dernier siècle, on ne peut manquer de reconnaître qu’il a été souvent adapté et, en quelque sorte, dénaturé. On n’en a souvent gardé que des recommandations générales pour la production des données, mais en les mettant en œuvre dans un cadre monographique qui paraissait en garantir la meilleure pertinence à travers une insertion systématique dans un contexte singulier. Les conditions de la cumulation et de la comparaison de ces données s’en sont bien évidemment trouvées altérées.

  • 14 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, Seuil, 1971, p. 24-25, 253 sq.

14III. Dans un livre qui suscita quelque émoi dans les rangs des historiens, il y aura bientôt quarante ans, Paul Veyne s’en est pris aux ambitions scientifiques des historiens. C’étaient, selon lui, des prétentions mal fondées. L’histoire, qu’il n’a pas cessé de pratiquer lui-même avec un très remarquable talent, était mal située de ce côté-là. À dire vrai, elle n’y était pas située du tout : « connaissance mutilée », entièrement dépendante de la conservation d’une documentation par définition mutilée, elle aussi, elle est par position dans l’impossibilité d’aborder le passé avec un questionnaire général et « préétabli ». Elle ne procède et elle ne peut progresser que par l’« allongement » indéfini de « la liste des questions qu’il [l’historien] saura poser à ses documents », et celui-ci renvoie, en dernière analyse, à sa capacité de lutter « contre notre tendance naturelle à banaliser le passé ». L’activité historienne, qui consiste aux yeux de Veyne à circonstancier toujours davantage des observations singulières, relève donc d’une topique. Il en tire une conclusion radicale : « Il n’y a pas de progrès de la synthèse historique ; on comprend plus ou moins de choses, mais on s’y prend toujours de la même manière pour les comprendre. Simple description sans méthode, l’histoire ne peut avoir de ces mutations qui sont la dialectique des sciences physiques et humaines14. » Il s’inscrit donc en faux contre l’idée même d’un savoir cumulatif capable de procéder par des révisions limitées ou globales mais contrôlées, puisque toute transformation des connaissances ne relève pour lui que de l’enrichissement ou du déplacement d’un répertoire d’intérêts qui n’est pas susceptible de stabilisation, même provisoire, moins encore de totalisation.

  • 15 Cf. J.-C. Passeron & J. Revel, eds, Penser par cas, Paris, Éd. de l’EHESS (« Enquête », 4), 2005.

15Nous ne lisons plus aujourd’hui les analyses ravageuses de Veyne avec le sentiment d’indignation (et parfois, reconnaissons-le, d’effroi) qui caractérisa l’accueil pour le moins réticent qu’elles reçurent au moment de la publication de son livre, dans les années 1970. Il est vrai qu’entre-temps, les ambitions scientifiques de la plupart des sciences sociales ont été revues à la baisse, pour des raisons complexes sur lesquelles il n’est pas possible de s’arrêter ici. Mais peut-être ces ambitions scientifiques sont-elles, elles aussi, formulées, pour une part au moins, de façon différente et moins simple qu’elles ne l’étaient alors. Ce qu’écrivait Veyne de l’allongement du questionnaire est-il fondamentalement différent du mode d’élaboration et de fonctionnement d’une casuistique ? C’est-à-dire d’une démarche que l’on redécouvre aujourd’hui et qui, à travers la prise en compte de circonstances nouvelles, s’assigne pour tâche de mettre à l’épreuve des habitudes perceptives, des conventions descriptives, des schèmes explicatifs ou interprétatifs disponibles à un moment du temps ? Et les cas que produit la casuistique sont-ils autre chose que des modèles stylisés de la réalité dont on ambitionne de rendre compte, et qui sont susceptibles à ce titre d’être comparés entre eux et même hiérarchisés selon les prises qu’ils proposent sur cette réalité15 ?

  • 16 G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gal (...)

16Soit un exemple. Un historien des sociétés préindustrielles, Giovanni Levi, a repris l’analyse – classique – de ce que pouvait être un marché local de la terre au xviie siècle. Il commence par ordonner des valeurs unitaires en fonction de la qualité reconnue aux lots qui ont fait l’objet d’une transaction devant notaire pendant une période de quarante ans et il observe une dispersion qui lui laisse penser qu’un autre facteur intervenait dans la formation des prix. Dans un second temps, il introduit dans l’analyse la position des contractants au sein de la société locale et les liens de plus ou moins forte réciprocité qui existaient entre eux. Il peut ainsi faire apparaître un marché feuilleté, fait de plusieurs marchés superposés, définis par des logiques relationnelles. Pour reprendre les termes de Veyne, d’un moment à l’autre de sa recherche, Levi a bien enrichi son questionnaire. Mais il ne l’a pas fait de façon aléatoire ni arbitraire : il a cherché à rendre compte d’un ordre entre les données factuelles qu’il avait collectées dans les sources notariales et, ce faisant, il est passé d’un modèle d’analyse (celui du marché au sens trivial) à un autre (un marché incorporant dans son fonctionnement « certains des principes normatifs autour desquels la communauté s’organisait »). La prise en compte d’un ensemble de données nouvelles permet d’opposer un modèle à un autre et aussi d’en comparer l’efficacité heuristique16.

17En fait, les historiens ne cessent de produire des modèles, des « représentations schématiques formées de “grandeurs” mises en relation » et qui obéissent à des exigences d’homogénéité et de cohérence.

  • 17 Plutarque le formule explicitement : « Si nous ne relatons pas tous les faits célèbres ni chacun à (...)

18Longtemps, ils l’ont fait sous des formes qui nous sont devenues étrangères. Les histoires exemplaires, morales, religieuses, politiques ou autres, de Plutarque à l’hagiographie médiévale et aux vies des rois, des artistes ou des savants, ont composé une part sans doute majoritaire de la production historiographique entre l’Antiquité et le xviiie siècle. Elles illustraient une conception de l’historia magistra vitae qui posait que les mêmes valeurs intemporelles pouvaient être immédiatement mobilisées par les hommes de toutes les époques et qu’il revenait à l’histoire de les fixer et de les transmettre. Mais qui ne voit qu’elles procédaient par une sélection et par une stylisation de la matière historique qui visaient à présenter un modèle reconnaissable de telle vertu ou de telle passion : mais, précisément, un modèle17 ?

  • 18 E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle, Paris, Dall (...)

19Au xxe siècle, cette activité de modélisation est devenue beaucoup plus explicite et elle a été étroitement associée à des programmes de connaissance. Un exemple classique – et l’un des premiers – en est l’œuvre d’Ernest Labrousse et le modèle de l’économie préindustrielle qu’elle a proposé18. Il s’agit à vrai dire d’une série de modèles qui n’ont cessé d’être affinés, complétés, critiqués aussi par la suite. La construction statistique d’un certain nombre d’indicateurs de l’activité économique dans la France du xviiie siècle a permis à l’historien de mettre au jour les relations d’interdépendance existant entre les divers secteurs de cette activité, entre l’économie agricole dominante, la manufacture et les formes de l’échange, entre la campagne et la ville, entre les différents types d’acteurs économiques, en particulier dans les moments de crises caractéristiques de l’économie d’ancien type. Il s’agit aussi, en second lieu, d’un modèle temporel dont l’ambition était d’articuler entre eux les différents rythmes de cette activité : rythme saisonnier, annuel, mouvement de longue durée à la hauteur du siècle, mais surtout le cycle (et la crise cyclique) auquel Labrousse conférait un rôle quasi institutionnel et certainement déterminant. Le modèle labroussien n’a pas cessé d’être enrichi, par lui-même, puis par deux générations d’historiens après lui, avec l’introduction de nouvelles variables permettant de prendre en compte la production, les échanges, le mouvement de la population, etc. Il a fait l’objet de reformulations partielles à la faveur de cet enrichissement et il se peut qu’on en ait même reconnu les limites : mais c’est précisément le rôle d’un modèle que de permettre ces enrichissements empiriques à partir de la formulation d’hypothèses dont ils permettent de tester la validité.

  • 19 F. Furet & J. Ozouf, Lire et écrire…, op. cit.
  • 20 Mais aussi pour tester les hypothèses des économistes sur des données temporelles. Cf. R. Andreano, (...)
  • 21 F. Bourguignon & M. Lévy-Leboyer, L’Économie française au xixe siècle. Analyse macro-économique, Pa (...)

20C’est bien sûr dans le domaine de ce que l’on appelait traditionnellement l’histoire économique et sociale que les expériences de modélisation de ce type ont été les plus nombreuses, parce que les données sur lesquelles elles pouvaient se fonder, quantitatives et sérielles, étaient celles qui se prêtaient le plus évidemment à de telles expérimentations. À partir d’un modèle central, englobant, intégrateur, on a aussi assisté à des tentatives pour construire des modèles plus circonscrits : modèles démographiques des sociétés préindustrielles et de la transition démographique, modèles de croissance urbaine (Jean-Claude Perrot, Bernard Lepetit, Paul Bairoch, Denise Pumain), modèle de la transition industrielle ou de la proto-industrialisation (Franklin Mendels), modèles d’organisation et de hiérarchisations des espaces (Witold Kula, Marcel Roncayolo, Bernard Lepetit, Immanuel Wallerstein). Ce ne sont pourtant pas les seuls. Sur la base d’une documentation statistique lourde, François Furet et Jacques Ozouf ont ainsi proposé un modèle original (et par bien des aspects iconoclaste) de la croissance de l’alphabétisation et de ses déterminants : modèle explicatif et qui leur a permis de trancher dans une très ancienne querelle idéologique sur le rôle de l’institution scolaire dans l’accès à l’écrit19. On pourrait multiplier les exemples, en particulier du côté de la new economic history américaine (et de ses prolongements européens), c’est-à-dire de tentatives délibérées pour introduire les démarches (et les exigences) de l’économétrie dans les pratiques historiennes20. Un exemple désormais classique et qui reste l’un des plus achevés, en est l’essai d’une analyse macroéconomique de l’économie française au xixe siècle proposée par François Bourguignon et Maurice Lévy-Leboyer, qui, sur la base de séries statistiques familières aux historiens, montre ce qu’il est possible d’attendre de techniques de simulation statique et dynamique pour tenter de répondre à des questions proprement historiques21.

21Mais il est tout aussi important, peut-être, d’observer que chacune de ces tentatives de modélisation a été à l’origine de programmes de recherches souvent coordonnés, parfois systématiques. Elles permettent de mieux en comprendre le rôle dans le fonctionnement de certains secteurs de la discipline qui, à cet égard, ne se comportent pas de manière substantiellement différente par rapport aux autres sciences sociales, compte tenu des contraintes spécifiques qu’exercent les sources sur le travail des historiens.

22On ne saurait en rester pour autant sur ce constat somme toute encourageant. Car l’usage même des modèles a posé un certain nombre de problèmes qui restent largement ouverts.

  • 22 Dans une littérature désormais nourrie, on se référera utilement à J.-Y. Grenier, C. Grignon & P.-M (...)
  • 23 On peut d’ailleurs, sans abuser du paradoxe, proposer de lire la modélisation des temporalités sur (...)

23Les premiers touchent à des questions que l’on a déjà croisées et sur lesquelles on ne revient ici que cursivement, encore qu’elles soient constamment présentes à l’arrière-plan des débats en cours : celles qui renvoient à l’opposition régulièrement invoquée entre le modèle et le récit22. Cette opposition sert le plus souvent à caractériser deux types de traitement de l’information historienne qui sont ordinairement présentés comme deux choix incompatibles. Les choses sont, en fait, un peu moins simples. Tout paraît en effet séparer des énoncés en langue naturelle mettant en œuvre une sémantique incertaine, instable, évolutive, de modèles formels construits sur l’agencement de variables fortement conceptualisées et mesurables. Semblablement, le rendu « au vrai » de la narration historique a longtemps revendiqué un réalisme auquel un modèle ne prétend pas (encore que les exemples ne manquent pas de naturalisation de modèles, et pas seulement de la part des historiens). Les choses sont-elles pour autant aussi simplement tranchées ? Il est permis d’en douter. De façon répétée, ces dernières années, on a utilement rappelé que la description qui se donne pour la plus réaliste repose, elle aussi, sur une sélection de traits retenus comme pertinents à la fois par celui qui en est l’auteur et par les destinataires de son texte. Elle propose donc elle aussi, sans se confondre avec elle, une maquette intelligible de la réalité dont elle entend rendre compte, mais elle le fait avec d’autres moyens. Il va de soi que la remarque se vérifie encore davantage lorsque l’on a affaire à des tentatives de modélisation en langue naturelle. La Méditerranée de Fernand Braudel, puis sa trilogie Civilisation matérielle, économie et capitalisme, en offrent d’éclatants exemples, constamment réélaborés par le grand historien pendant cinquante ans. Il y propose une modélisation des temporalités ainsi qu’une série de propositions sur l’articulation entre les différentes sphères de la production, de l’échange et de la consommation et, enfin, un modèle de la « dynamique du capitalisme ». Mais cette modélisation ne s’appuie pas sur des procédures de formalisation explicites (elle s’énonce plutôt sous forme de généralisations parfois abruptes), ni même sur la quantification systématique des variables prises en compte (faut-il rappeler que, dans sa première version, La Méditerranée ne comportait que fort peu de chiffres23 ?). Déniera-t-on pour autant à Braudel sa capacité à avoir proposé quelques-uns des grands modèles d’analyse des économies et des sociétés préindustrielles ? Sans doute pas. Le même constat ne peut-il d’ailleurs s’appliquer à toute une série de grandes modélisations (et de moins grandes aussi) qui forment le fonds commun des sciences sociales, de Max Weber à Norbert Elias, de Karl Polanyi à Michel Foucault, et qui, d’ailleurs, pour la plupart d’entre elles, ont été élaborées sans davantage de respect pour les manières de faire des historiens ? Ce bref rappel n’entend pas minimiser ce qui distingue le récit du modèle – et, en particulier, que du second, il est possible de tirer des conséquences non triviales de ses hypothèses. Mais il peut nous suggérer de penser les rapports qu’ils entretiennent en termes plus complexes et plus dynamiques qu’on ne le fait habituellement.

  • 24 Je renvoie sur ce point aux très utiles analyses de M. Aymard, « La formalisation à l’épreuve de l’ (...)
  • 25 D. Pumain, T. Saint-Julien & L. Sanders, Villes et auto-organisation, Paris, Economica, 1989.

24On ne saurait, bien entendu, en rester là. Un second ensemble de problèmes a été mis en évidence par les tentatives répétées des historiens – au sens large du terme – pour user de modèles formalisés dans leurs analyses24. Lorsque les sources dont ils disposent s’y prêtaient (ce qui implique, bien entendu, une limitation considérable du champ de leurs possibilités), ils ont recouru à des modèles empruntés, pour l’essentiel, à la science économique. Ces tentatives appellent un certain nombre d’observations, utilement rappelées par Jean-Yves Grenier. La première souligne la difficulté d’intégrer des hypothèses temporelles satisfaisantes pour l’historien dans le modèle. À propos du modèle d’auto-organisation des dynamiques urbaines élaboré et testé par des géographes sur une séquence contemporaine25, il note que « le modèle ne sait pas reproduire les formes différenciées du temps », ni ne permet « d’identifier avec certitude les bifurcations », le temps n’y intervenant comme une variable extérieure, simplifiée et insatisfaisante pour les attentes qui sont celles des historiens. « Le choix des équations pour les modèles d’auto-organisation relève d’une théorisation extrêmement simple, peu en rapport avec la richesse des analyses empiriques qui n’ont guère informé les hypothèses théoriques, bien plus déterminées par les contraintes qu’a imposées le choix du modèle. » On objectera que le modèle n’a pas pour ambition de décrire la réalité, historique ou non, mais, à partir d’un choix d’un cadre théorique et d’une série d’hypothèses, d’en construire une représentation intelligible et explicative. Cela, les historiens sont sans doute capables de le comprendre, à cette réserve près que le temps, dans sa complexité et ses multiples dimensions, est la dimension spécifique et fondamentale dont il leur revient de rendre compte dans l’analyse de leurs objets singuliers – qu’il s’agisse des temporalités propres aux phénomènes qu’ils étudient ou des modèles temporels qui étaient ceux des acteurs du passé, qui informaient leurs comportements et leurs choix. L’observation vaut pour toute une série d’autres tentatives récentes de modélisation.

  • 26 Cf. B. Lepetit, « Séries longues, histoire longue », in Carnet de croquis, op. cit., p. 245 ; M. Ay (...)
  • 27 J.-Y. Grenier, « Du bon usage des modèles », op. cit. p. 77-83 et, en particulier, note 7.
  • 28 Ibid., p. 82.

25Mais elle n’est pas la seule. Les essais d’économétrie rétrospective, comme ceux qu’a proposés la new economic history ou, vers le même moment, le projet (moins élaboré) d’une histoire quantitative de l’économie française ont posé de façon frontale le problème crucial des « conventions d’équivalences entre des expériences sociales passées » préalables à toute possibilité d’une comparaison dans le temps26. Ce qu’est un marché dans différents contextes temporels n’est pas susceptible de se réduire à une seule définition et plusieurs types de marchés de nature très différente ont pu coexister au sein d’une même formation historique. Mais ce sont les valeurs mêmes qui sont inséparables de l’élaboration du cadre théorique du modèle qui peuvent poser problème, comme le rappelle Grenier à propos de l’application de la théorie des jeux, soit de « l’expression achevée de l’idée de modèle pour les sciences sociales car c’est une représentation qui part d’un principe unique, celui postulé par la théorie du choix rationnel, et qui fait intervenir un nombre minimal de paramètres explicatifs pour rendre compte de réalités aussi essentielles que l’organisation politique ou l’efficience économique. » Or, l’usage en pose des difficultés qu’un historien ne saurait tenir pour négligeables. Le recours au principe de rationalité pose d’emblée le problème de son historicisation, c’est-à-dire de la reconstruction des situations temporelles spécifiques dans lesquelles les acteurs sociaux ont cherché à maximiser leur niveau d’utilité, sur la base d’expériences et d’interactions que rien n’autorise à penser comme constantes27. De ces tentatives, Grenier tire de façon convaincante le constat qu’elles conduisent « à mettre sur le même plan et à articuler au sein d’un même raisonnement (voire à substituer les unes aux autres) des notions historiques et des concepts de la théorie des jeux très différents – et c’est peu dire ! – quant à leur nature (empirique et descriptive d’un côté, abstraite et déductive de l’autre) et à leur statut épistémologique, confusion d’autant plus envisageable que la théorie des jeux fait volontiers usage d’une sémantique ordinaire et du sens commun (réputation, coalition, coopération, dissuasion…), c’est-à-dire celle des récits historiques, pour qualifier des concepts et caractériser des conjectures au contenu en fait très technique et délimité28 ». On retrouve ici des problèmes qui ont été évoqués plus haut. Pourtant, si importante que soit l’objection, la difficulté n’est pas seulement d’ordre sémantique.

  • 29 J.-C. Perrot, Préface, in B. Lepetit, Carnet de croquis, op. cit., p. 9.

26Dans les usages historiens des modèles et, plus encore dans les commentaires critiques dont ils ont fait l’objet, un motif revient de façon récurrente : la nécessité d’un va-et-vient permanent entre la simplification théorique que propose le modèle et la prise en compte de situations et de contextes particuliers, plus précisément des données pertinentes et qui sont restées extérieures au modèle. On ne saurait se contenter de l’explication traditionnelle qui définit trop généralement l’histoire comme une connaissance du particulier – sinon l’on voit mal au nom de quelle attente le problème de la modélisation (avec les difficultés qui l’accompagnent) vaudrait d’être posé. Plus intéressantes paraissent les analyses qui mettent en valeur l’usage « principalement descriptif » des modèles en histoire. Jean-Claude Perrot l’a résumé avec une efficace simplicité : « Dans les rares domaines où la discipline peut supporter aujourd’hui sans ridicule un peu de formalisme, l’interprétation obéit à un protocole reposant, sinon commode : on espère échafauder un fragment de modèle, à tout le moins des hypothèses un peu précises sur la question étudiée ; le calcul probabiliste en réfute ou valide provisoirement le contenu ; en cas d’échec, le retour vers une analyse plus fine des données suggère souvent une autre issue29. » Le constat est tout sauf trivial. Il attire notre attention sur deux aspects importants et complémentaires de la pratique des historiens (mais sans doute aussi de celle des sociologues et des anthropologues).

27Le premier est, bien sûr, la dimension irréductible du contexte. Non celle de conditions générales indifférenciées, mais de situations impliquant une multiplicité de variables qui changent dans le temps et qui imposent de prendre en compte les spécificités et la complexité du temps historique. Cette exigence peut déboucher sur un enrichissement du modèle, l’allongement du questionnaire se traduisant ici par l’augmentation du nombre des paramètres, au risque de perdre de la simplicité et de la puissance du modèle. Tel est le cas, on le sait, de nombre de ceux, souvent très complexes, qu’ont élaborés les historiens. Mais elle peut aussi conduire à la conclusion que le retour au contexte est un moment nécessaire de la démarche, non pas au sens d’un rappel rituel au concret mais plutôt d’une définition des conditions de l’expérimentation et de sa possibilité. On touche ici au second aspect.

28Contrairement aux apparences, il existe une manière de continuité entre les descriptions en langage formel et celles qui sont faites en langage naturel. Le jeu d’allers et de retours que l’on a mentionné plus haut peut certes être compris comme l’expression d’une insatisfaction face au contraste entre la pauvreté du modèle et la richesse de l’observation empirique (ou, à l’inverse, entre la puissance analytique du premier et la fragilité interprétative de la seconde). Mais il fait voir aussi qu’il s’agit là d’un balancement heuristique, la prise en compte des particularités contextuelles invitant en permanence à réinterroger le modèle, non seulement dans son élaboration mais aussi sur les attendus qui sont prescrits par le cadre théorique et par les instruments de la formalisation. En retour, le recours à la modélisation n’engage pas seulement les historiens à réfléchir de façon plus exigeante sur le choix de données pertinentes ou à stabiliser la sémantique de la description, il les invite à (et, parfois, il leur permet de) enrichir leur panoplie analytique en recourant, par exemple, à la simulation voire à des hypothèses contre-factuelles. Il permet ainsi de relancer le raisonnement et l’enquête. Revenons-y une dernière fois : à partir de ces observations, il n’est peut-être pas abusif de suggérer que l’opposition entre le modèle et le récit appelle une sérieuse révision critique pour ce qui est des sciences historiques.

29Nous ne nous sommes pas pour autant éloignés des problèmes de la cumulativité. Car les remarques qui précèdent posent bien évidemment le problème de savoir jusqu’à quel point et sous quelles conditions les modèles, tels qu’en usent les historiens, peuvent faire l’objet de révisions et rendre possible la reformulation d’un cadre théorique et d’hypothèses plus efficaces.

  • 30 J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit., p. 553.

30La réponse n’est pas évidente. À propos des travaux des historiens, on peut souvent être tenté de reprendre le dur constat de Jean-Claude Passeron pour l’ensemble des sciences historiques : leur progression évoque souvent celle d’une « agriculture sur brûlis successifs30 ». Bien des choses y concourent : la tradition disciplinaire du chef-d’œuvre monographique, la relative indifférence au cadrage théorique d’une recherche au nom de l’exigence descriptive, la revendication si souvent exprimée d’une fidélité aux choses mêmes. De là, sans doute, les nombreux exemples d’enquêtes qui se superposent sans se confronter. Sur le particularisme vendéen depuis deux siècles, il existe ainsi, depuis le Tableau politique de la France de l’Ouest d’André Siegfried (1906), une série d’études, remarquables pour la plupart, mais qui présentent l’inconvénient de ne pouvoir être effectivement comparées, non qu’elles s’ignorent mais parce que chacune d’elle déplace souverainement les conditions de l’expérience. Une part non négligeable de la très importante (et très précieuse) production d’histoire économique, sociale et culturelle, accumulée depuis plus d’un demi-siècle se prêterait à un tel constat : on peut toujours réutiliser les données qu’elle a livrées, mais il est bien plus difficile d’aller au-delà.

  • 31 Ibid., p. 91, 93-94.

31Mais la critique de Passeron est plus radicale, on le sait. Les sciences historiques, écrit-il, « soumettent en effet à l’enquête une réalité toujours différemment configurable ». Sans doute, la recherche « ne cesse de produire, bon an mal an, des séries de connaissances empiriques et d’interprétations conceptuelles, dont les formulaires […] accroissent continûment un capital discontinu d’intelligibilités partielles », mais elle le fait « sans jamais se cumuler ni se prolonger ». De ces intelligibilités partielles, l’auteur du Raisonnement sociologique note pourtant qu’elles « ne sont jamais non plus complètement étrangères les unes aux autres : forme paradoxale mais bien réelle de connaissance scientifique31 ». Ce statut paradoxal est certainement celui dans lequel la plupart des historiens peuvent le mieux se reconnaître. Au-delà des limitations évidentes qu’il impose, il nous interroge sur ce qu’engage cette mitoyenneté des démarches et des résultats de recherches qui, tant s’en faut, « ne sont pas non plus complètement étrangers les uns aux autres ».

  • 32 R. Baehrel, La Basse-Provence rurale de la fin du xvie siècle à 1789 : une croissance. Essai d’écon (...)
  • 33 B. Lepetit, « Une logique du raisonnement historique », in Carnet de croquis, op. cit. p. 29-33.

32Il est vrai qu’ils peuvent s’ignorer. Soit un exemple. Au modèle dominant de l’économie d’ancien type proposé par Ernest Labrousse et qui a informé les travaux de deux générations d’historien un contre-modèle d’analyse, explicitement présenté en ces termes, a été opposé par un chercheur isolé, René Baehrel, dont l’argumentation n’a été prise en compte que longtemps plus tard et le plus souvent de façon subreptice32. On objectera que l’exemple relève de la sociologie des savoirs universitaires (et de ceux qui les produisent) et l’on n’aura pas forcément tort. Mais il se trouve que Baehrel posait de front le problème qui nous retient ici, que son travail a bien été publié (par un grand éditeur scientifique) et ceci peut nous en dire long aussi sur la manière dont la discipline use des ressources qu’elle produit. Cet exemple n’est pas isolé, même s’il n’est pas le plus fréquent. Les débats et les disputes ne manquent pas plus parmi les historiens que ce n’est le cas dans les autres sciences sociales. Mais le cas le plus fréquent est celui de propositions qui ne se conforment pas aux règles minimales de cohérence et de continuité qui rendraient possibles des formes de révision et d’invalidation. « Peut-on falsifier un modèle historique ? » s’interrogeait Bernard Lepetit en mettant en regard celui de l’économie-monde (Wallerstein) et celui de la proto-industrialisation dans l’Europe moderne (Mendels). Certainement pas au sens poppérien du terme, puisque de tels énoncés historiques ne peuvent, par définition, être « à propos de tous » mais qu’« ils ne se réfèrent qu’à une classe finie d’éléments spécifiés dans une région spatio-temporelle, particulière et limitée ». Est-il au moins possible de comparer ces modèles entre eux ? Pas davantage, puisque l’épreuve empirique ne saurait départager des modèles relevant de protocoles qui sont différents parce qu’ils ont été construits à chaque fois pour rendre compte d’un état particulier du monde, et dont il ne peut exister de version unifiée33. On retrouve en ce point l’objection de la double historicité des objets et des conditions de l’observation, qui se trouve à la base de la critique du raisonnement sociologique d’inspiration weberienne qu’a développée Passeron. Le constat vaudrait sans nul doute pour la plupart des grands débats qui ont occupé ou qui occupent encore la scène historiographique et qui ne relèvent pas seulement, comme on a coutume de le penser, du conflit des interprétations.

  • 34 Cf. J.-Y. Grenier & B. Lepetit, « L’expérience historique. À propos de C.-E. Labrousse », Annales E (...)

33Doit-on pour autant en rester là ? Il peut être utile de rappeler que les modèles historiens sont susceptibles de révisions partielles, ceux qui relèvent le plus souvent de l’« allongement du questionnaire » : ainsi quand un certain nombre de variables essentielles (la production, la dynamique démographique, la distribution des ressources, et en particulier de la terre) sont venues enrichir, complexifier, et, jusqu’à un point, réorganiser le modèle développé par Labrousse pour l’économie d’Ancien Régime. Elles ont été intégrées et n’ont, pendant longtemps, pas suffi à déterminer une révision d’ensemble, ce qui renvoie sans doute, comme on l’a suggéré, à la difficulté, propre aux historiens, de concevoir le rapport entre la « copie théorique » qu’est le modèle et la réalité dont ils ambitionnent de rendre compte. À défaut de réfutation, il est possible, en revanche, de rendre compte de l’altération d’un modèle historiographique à travers les usages dont il a fait l’objet et des conditions de son épuisement34.

34Reste enfin la formule restreinte à laquelle correspond le plus souvent (mais est-ce si souvent, au fait ?) la pratique des historiens : celle d’un permanent va-et-vient entre les hypothèses explicites que le modèle lie entre elles et l’analyse empirique des singularités. Il s’agit en fait d’un exercice à double entrée puisqu’il invite, à chaque moment de la démarche, à tester les insuffisances du modèle et donc à relancer la procédure de formalisation, en même temps qu’il impose de renouveler la sélection et les conditions de l’observation : c’est-à-dire, dans l’un et l’autre cas, de décider de ce qui est représentable et du langage de la représentation. Ce langage n’est pas unifié et il n’est sans doute pas susceptible de l’être. Les conséquences qu’il est possible d’en déduire quant à la cumulativité des opérations de modélisation sont évidentes.

  • 35 J.-C. Perrot, Préface, op. cit., p. 13-14 (les italiques sont de l’auteur).

35Doit-on pour autant considérer comme négligeable ce qui relève du constat d’une non-cumulativité et dont le bénéfice heuristique n’est pourtant pas sans importance pour le progrès de l’analyse historique ? Confrontant le traitement des mêmes données temporelles par une analyse fondée sur les méthodes de décomposition des séries, d’une part, par un traitement probabiliste de l’autre, Jean-Claude Perrot l’a résumé de façon convaincante en rappelant les ressources offertes par l’expérimentation dans une discipline qui n’est certes pas une science expérimentale : « Le changement de représentation redonne ainsi une latitude interprétative perdue. Sous réserve d’un examen propre à chaque cas, on parlera d’un progrès des méthodes35. »

36IV. Abordons un dernier point. Existe-t-il en histoire des programmes, au sens où ils sont définis par Bernard Walliser dans le texte qui introduit ce volume : « des cadres généraux d’appréhension de la réalité empirique qui servent à l’élaboration du savoir » ? Reconnaissons avec lui qu’il s’agit d’« objets conceptuels hybrides », qui, à la manière des paradigmes de Kuhn, associent plusieurs dimensions hétérogènes : une ontologie des objets sociaux qui reste le plus souvent à l’état implicite ; le choix d’un langage d’expression ; une stratégie de recherche préférentielle, en tout cas reconnaissable, mais qui peut être déclinée selon une multiplicité de démarches pratiques ; un style, qui fait souvent l’objet d’une autoinstitution. Au total, un composé instable, malaisé à définir, mais dont tous les praticiens des sciences sociales sont probablement prêts à reconnaître la prégnance, ce qui peut suggérer que c’est moins en termes d’« écoles de pensées fondées sur des postulats » que du côté d’une sociologie des communautés et des pratiques savantes autour de quoi elles s’organisent qu’il faut chercher à vérifier l’existence de tels programmes.

37En histoire, il ne s’agit certainement pas de cadres théoriques, qui serviraient de références communes à l’ensemble des pratiques. Toute l’histoire de la discipline, depuis qu’elle s’est professionnalisée à la fin du xixe siècle, fait voir que s’il a été possible de s’accorder sur des règles méthodologiques communes, voire d’en faire la condition d’entrée dans le « métier », l’éclectisme est ensuite considéré comme de droit. Il est en tout cas dans les faits. Les raisons n’en sont pas difficiles à identifier : outre que le programme d’une histoire vraiment générale n’a probablement pas grand sens (qu’on se rappelle la polémique naguère lancée par Lucien Febvre contre Spengler et Toynbee, contre « une histoire qui n’est pas la nôtre »), l’ambition (ou le cauchemar) d’une théorie unifiée n’a pratiquement jamais été attestée au sein de la corporation depuis qu’elle se reconnaît comme telle. Lorsqu’il arrive qu’elle soit invoquée, elle est généralement empruntée – par la force des choses – hors de la discipline, soit du côté d’autres disciplines dont on estime, à tort ou à raison, qu’elles sont mieux pourvues (la sociologie, l’anthropologie, l’économie), soit sur ce que l’on pourrait appeler le marché libre (comme dans le cas du positivisme, du marxisme ou des différentes versions du fonctionnalisme). Mais, avec ses propres ressources, l’histoire n’a pas développé de programme général au sens où, par exemple, la sociologie durkheimienne a d’emblée eu la préoccupation d’en constituer un, tant à des fins de codification de la discipline en interne que pour servir de base à une réunification de l’ensemble des sciences sociales ; ou encore au sens où, un demi-siècle plus tard, la démarche structuraliste a brièvement paru pouvoir être utilisée aux mêmes fins. En régime normal, des programmes reposant sur des attendus différents, voire opposés (au mois en apparence) peuvent exister simultanément, comme c’est, par exemple, le cas aujourd’hui avec ceux d’une micro-histoire et d’une macro-histoire, qui peuvent d’ailleurs être l’un et l’autre être énoncés et développés en plusieurs versions non identiques.

38Il ne fait pas de doute, en revanche, que la discipline a pu s’accorder sur des « horizons de savoir » communément acceptés. Les règles de l’érudition, que l’on a plusieurs fois évoquées déjà, en sont un bon exemple, ce qui n’impliquait en rien d’ailleurs qu’elles renvoient à une ontologie commune. Tout au contraire, on le sait, c’est au moment où la codification des pratiques savantes a fait l’objet de la revendication la plus générale, autour de 1900, que le débat sur la nature de la connaissance historique a été le plus durement clivé, sans que cela ait pour autant exercé, d’ailleurs, d’effets déterminants sur les pratiques empiriques des historiens. On pourrait en dire autant du « positivisme », parfois explicitement revendiqué, plus souvent implicite (ce qui, rappelons-le, n’a pas interdit qu’il soit rituellement dénoncé). Il ne s’agit pas ici, sauf en de rares exceptions, d’une théorie philosophique ou sociologique de référence, mais plus modestement d’une confiance dans la factualité des objets de l’historien, qui a porté les différentes versions de l’histoire « positive ». Il est évident que celle-ci a joué un rôle essentiel dans la mise en commun des objets et des résultats de la recherche, dans la circulation intra- (et parfois extra-) disciplinaire : elle a permis à des praticiens de reconnaître qu’ils s’occupaient des mêmes choses, fût-ce, à l’occasion, au prix de sérieux malentendus.

  • 36 On s’en convaincra en comparant sur près d’un siècle, par exemple, les textes de F. Simiand, « Méth (...)

39Plus souvent ces programmes ont été circonscrits à un ensemble de pratiques, qu’ils n’ont pas nécessairement réussi à unifier, mais qu’ils rassemblaient sur la base d’exigences partagées. L’histoire quantitative – et, dans sa version élargie, l’histoire sérielle –, en offre un bon exemple. Elle a d’abord été pensée comme une ressource technique adaptée à un type particulier de données (les prix). Elle a ensuite été reformulée et mise au service d’une conception constructiviste de la démarche scientifique mettant en œuvre une série d’expérimentations raisonnées (le modèle Simiand-Labrousse). À partir de là, elle a connu des évolutions divergentes. Celles-ci pouvaient aller dans le sens de la formalisation et de la modélisation, mais tout aussi bien dans celui d’utilisations descriptives, dont on se souvient qu’elles ont successivement été mises en œuvre dans une gamme de domaines de la recherche, de l’histoire économique à l’histoire sociale et, pour finir, à l’histoire culturelle (« le quantitatif au troisième niveau » dont Pierre Chaunu annonçait triomphalement l’avènement, il y a une quarantaine d’années). À mesure que les usages se diversifiaient, ils se sont faits de plus en plus hétérogènes. Il est pourtant légitime de rappeler que, dans ses très nombreuses versions empiriques, l’histoire quantitative engageait les historiens dans le choix d’une attitude vis-à-vis de leurs sources, dans la logique d’une démarche ainsi que dans la poursuite d’un programme36. Ils renvoyaient à un ensemble de références partagées. Au sein de la discipline, ces pratiques n’ont certainement jamais été majoritaires, ni dominantes, même au moment de leur plus grand succès : mais pendant une génération, peut-être deux, comme le formule justement Bernard Lepetit, elles ont constitué « la référence par rapport à laquelle furent longtemps jaugées les manières de faire de l’histoire », dont elles proposaient une version conquérante, rigoureuse et moderne.

  • 37 Voir, à titre d’illustration, J.-Y. Grenier & B. Lepetit, « L’expérience historique », op. cit.
  • 38 On en trouvera un témoignage remarquable dans le dossier réuni par David S. Landes et Charles Tilly (...)

40L’exemple peut être utile pour penser ce qu’est un programme en histoire. Il s’identifie, en premier lieu, à l’explicitation d’un certain nombre d’attendus et de conventions qui orientent une partie, mais une partie seulement, de la recherche. Les mises en œuvre peuvent ensuite en être déclinées selon des modalités très diverses : sous forme d’enquêtes systématiques, comme ce fut le cas pour l’histoire des prix, des revenus, des échanges et des productions, ou encore pour les vastes entreprises de la démographie historique ; mais aussi à travers l’utilisation empirique de ressources et de traitements plus ou moins élaborés des données. Elles peuvent se prêter à l’expérimentation, mais aussi se soumettre à la répétition à l’identique de techniques éprouvées et de schèmes analytiques usés et réifiés (ce qui, notons-le, engage des ontologies différentes des objets d’études sans qu’on en prenne toujours la mesure37). Un programme explicite enfin ce qu’est, pour un temps, l’horizon régulateur (pour être plus proche de l’expérience effective, il serait sans doute plus juste de dire : de l’un des horizons régulateurs) de la discipline. Toute une série de textes a accompagné et encouragé les développements de l’histoire quantitative, dont certains étaient très sophistiqués, d’autres certainement plus naïfs ; les uns, circonscrits à un projet particulier, d’autres, ambitionnant de conformer l’ensemble de la discipline à une codification nouvelle : tel avait été le cas de Simiand, impatient, au début du xxe siècle, de soumettre les historiens aux règles de la méthode sociologique ; tel a été, jusqu’à un certain point, le cas de l’« histoire économique et sociale » dans sa version française, sous le double magistère de Labrousse et de Braudel dans les années 1950-1970, mais aussi, de façon plus explicitement revendiquée encore, celui de la social science history aux États-Unis un peu plus tard38.

  • 39 La bibliographie du linguistic turn est immense, même si on la limite à ce qui concerne les concept (...)

41Encore, avec le cas de l’histoire quantitative a-t-on affaire à un corps de conventions et de procédures de travail identifiables et, en gros, acceptées en commun. Mais il n’en va pas toujours ainsi. Les années 1980-1990 ont vu déferler sur une part de l’historiographie anglo-saxonne, puis, à partir de là, sur de larges pans des historiographies à travers le monde (à l’exception notable de la France), la vague du linguistic turn (qu’il aurait sans doute mieux valu nommer « tournant discursif »). Cet épisode, qui a affecté, au-delà de l’histoire, des secteurs importants des sciences sociales, a mis en cause les certitudes scientifiques de la période précédente, désormais dénoncées comme scientistes. Il s’est inscrit dans une période de turbulences épistémologiques fortes, auxquelles il a apporté une amplification et une consistance considérables. Ce programme général de déconstruction des catégories et des procédures communément en usage parmi les historiens répondait sans nul doute à de vraies questions auxquelles il apportait des réponses, dont le relativisme sceptique qui les caractérisait n’emportait pas nécessairement l’adhésion. Mais le problème n’est pas là. Ce programme reposait aussi sur un ensemble de références théoriques et critiques que l’on peut juger désaccordées, ou, en tout cas, difficiles à unifier, puisqu’elles allaient de Marx à Barthes et à Lacan, de Raymond Williams et Hayden White à Derrida et à Bourdieu, de la philosophie analytique anglo-saxonne à l’école de Francfort et à Foucault. On conviendra qu’il n’est nullement évident, à partir d’une telle base, de définir un programme de recherche cohérent. Il n’en reste pas moins que ces années d’intense production ont été caractérisées par un style d’analyse, par un jeu de renvois et de références partagées aisément identifiables, indépendamment même des revendications qui étaient fortement affichées par le mouvement lui-même. Les produits du linguistic turn ont été extraordinairement divers, on s’en doute. Est-il pour autant illégitime de parler de programme à son propos, alors qu’une partie non négligeable des historiens professionnels a défini ses positions par rapport à lui (y compris contre lui)39 ?

42Les deux exemples que l’on vient d’évoquer sont, bien sûr, asymétriques. Le premier, celui de l’histoire quantitative dans ses multiples versions, renvoie fondamentalement à la conviction que les faits sociaux sont mesurables et que, sur cette mesure, des relations stables peuvent être mises en évidence entre eux. Le second, le linguistic turn, engage un projet général de déconstruction des instruments et des opérations qui sont celles, communes, des historiens, mais il ne prétend pas unifier le champ ni les modalités de la mise en œuvre de ce projet. Le premier s’inscrit dès l’origine dans une conception cumulative de la connaissance historique tandis que le second en met radicalement en doute la possibilité. Il reste que l’un et l’autre renvoient, implicitement pour le premier, plus explicitement pour le second, à des ontologies particulières (ce qui n’implique pas qu’elles aient toujours été cohérentes). Et que l’un et l’autre ont orienté de larges secteurs de la recherche qui se sont reconnus dans le cadrage et dans les attendus qu’ils proposaient. Il serait assurément très exagéré de parler ici de théorie (même si le tournant linguistique a sans doute eu l’ambition d’en proposer une, voire plusieurs). Il serait tout aussi abusif de réduire ces programmes à de simples effets de mode, que l’on a parfois invoqués pour rendre compte du succès puis du déclin relatif du paradigme quantitatif. Comme les autres corps de métier, les historiens ne font pas seulement ce que font d’autres historiens, mais ce à quoi les portent des convictions qui sont aussi, pour une part d’entre elles, des convictions scientifiques.

43Voici qui peut nous suggérer, pour finir, de réfléchir un instant sur ce que sont les régimes de vérité en histoire et les programmes qui sont susceptibles de leur correspondre. Dans l’essai qu’il consacre dans ce même volume à l’anthropologie sociale et culturelle, Gérard Lenclud observe qu’il n’est pas possible de parler de théorie en ce domaine, au sens où, d’un noyau de propositions, il serait possible d’en déduire d’autres, susceptibles d’être soumises à une validation empirique. Le constat est encore plus vrai pour l’histoire, discipline dans laquelle la formation des chercheurs, les traditions professionnelles et les pratiques de la recherche ne nourrissent même pas le rêve d’un cadrage théorique commun (comme ce peut être le cas, au moins à titre d’invocation, dans les disciplines voisines, l’anthropologie ou la sociologie, qui ont été conformées de façon substantiellement différente : mais il n’y a rien de surprenant, après tout, à ce que l’histoire se comporte comme la plus historique des sciences historiques). Les programmes historiens reposent eux aussi sur des « évidences axiologiques », qui renvoient à leur tour à un « climat » intellectuel et scientifique, voire, plus largement, à des formes de convictions plus générales, quand bien même ce serait pour se démarquer des évidences du sens commun. Sont-ils pour autant privés de toute pertinence scientifique ? Non, dans la mesure où ils découpent des classes d’objets bons à penser et où ils identifient des conventions d’étude que l’on peut comprendre, comme le propose Lenclud, comme autant d’« instructions pour être dans le vrai » : des espaces de véridicité dans lesquels il est, pour un temps, possible de produire et d’échanger des observations, d’argumenter à propos d’elles. Ces espaces sont, on l’a vu, très généralement définis, ils ne sont jamais co-extensifs à l’ensemble disciplinaire, mais ils servent effectivement de cadres à l’activité des chercheurs et à la confrontation de leurs résultats. À propos de tels programmes, a-t-il encore un sens de parler de cumulativité ?

44Tout invite à répondre par la négative à une question qui peut sembler bien rhétorique. Et pourtant, à ce niveau aussi, l’on observe des phénomènes de saturation ou d’épuisement, qui sont attestés dans l’historiographie comme dans les autres sciences sociales. Le paradigme, si puissant tout au long du xixe siècle, d’une histoire construite autour de l’affirmation de l’État national et dont Ranke reste l’emblème, a cessé à un moment donné de servir de référence. Il en est probablement allé de même du programme (fortement invocatoire) d’une « histoire totale », qui a été celui des deux premières générations des Annales, et peut-être aussi de celui d’une histoire quantitative qui était devenue, dans une large mesure, conventionnelle, menacée à la fois par la loi des rendements décroissants et par l’oubli de l’expérimentation. À propos de chacun de ces exemples, on peut à bon droit parler d’une érosion dans le temps et en lier le constat au caractère très approximatif des termes dans lesquels un programme avait été défini. Il reste que l’on constate qu’à partir d’un moment, le régime de l’accumulation des données et des connaissances ne suffit plus à répondre aux attentes des historiens. Empiriquement, la communauté professionnelle perçoit alors qu’un programme cesse d’offrir un cadre de référence à une partie de la discipline. On ne saurait ici parler de révision, en tout état de cause improbable lorsqu’il s’agit de cadres de recherches qui font l’objet de définitions aussi larges. Un programme ne saurait donc se substituer à un autre à partir de ses seules ressources, sur la base d’un ensemble de propositions qui suffiraient à invalider celles sur lesquelles se fondaient le ou les programme(s) antérieur(s). Mais il naît du constat que des limites ont été atteintes et par rapport auxquelles il se définit, implicitement ou explicitement. Il serait sans nul doute abusif de parler ici de cumulativité ; il le serait tout autant de penser que les programmes ne sont définis que par une relation d’extériorité (ou d’indifférence) les uns par rapport aux autres.

Notes

1 A. Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, 1996, p. 67.

2 Exceptionnel reste, à cet égard, le statut de la revue américaine History and Theory, publiée depuis 1960, même si ses sommaires continuent d’attester une durable division des tâches entre les historiens qui prennent en charge la dimension historiographique du programme, et les philosophes qui y assurent la réflexion proprement épistémologique.

3 On en trouvera un bon exemple dans Peter Novick, That noble dream. The « objectivity question » and the American historical profession, Cambridge, Cambridge University Press, 1988.

4 B. Lepetit & J. Revel, « L’expérimentation contre l’arbitraire », Annales ESC, 47 (1), 1992, p. 261-265.

5 On en trouvera un exemple parlant dans la manière dont Jean-Claude Perrot, l’un des historiens français contemporains dont les exigences épistémologiques ont été les plus fortement explicitées, présente le repérage et la description sommaire de 2676 séries temporelles concernant l’économie française d’Ancien Régime dans ses aspects les plus divers. De ce « trésor de données numériques », Perrot souligne lucidement le caractère hétérogène et l’irrégularité des données qu’il rassemble en fonction des préoccupations institutionnelles ou savantes qui ont présidé à leur production. Mais il conclut : « Notre corpus ressemble en fin de compte à une chimère et pourtant c’est le seul dont nous disposions. » Cf. J.-Y. Grenier, Séries économiques françaises (xvie-xviiie siècles), Paris, Éd. de l’EHESS, 1985, Préface, p. 9.

6 On trouvera sur ce point des éléments de réflexion utiles (et souvent contradictoires) dans le numéro thématique de History and Theory, 46 (4), « Revision in History », 2007.

7 Je renvoie sur ce point à l’article classique de François Furet, « L’histoire quantitative et la construction du fait historique », Annales ESC, 26 (1), 1971, p. 63-75. Un bon exemple des débats surgis au sein du projet quantitativiste est celui qui a opposé les historiens de tradition « labroussienne » au projet d’une Histoire quantitative de l’économie française, dirigée par Jean Marczewski au début des années 1960. Cf. P. Vilar, « Pour une meilleure compréhension entre économistes et historiens. “Histoire quantitative” ou économétrie rétrospective ? », Revue historique, 89, 1965, p. 293-312.

8 F. Furet & J. Ozouf, Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, Minuit, 1977 ; F. Furet & W. Sachs, « La croissance de l’alphabétisation en France, xviiie-xixe siècle », Annales ESC, 29 (3), 1974, p. 714-737.

9 F. Hartog, Évidence de l’histoire. Ce que voient les historiens, Paris, Éd. de l’EHESS, 2005.

10 Réciproquement : les concepts que nous utilisons restent des « semi-noms propres », selon la formule de Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, nouvelle éd. rev. et augm., Paris, Albin Michel 2006 (1re éd. Paris, 1991). D’où : « Il n’existe pas et ne peut exister de langage protocolaire unifié de la description empirique du monde historique » puisque de telles descriptions, faute de pouvoir s’entendre « implicitement à contexte historique constant […] doivent en conséquence être reformulées en changeant de contexte » (p. 549-550).

11 P. Veyne, L’inventaire des différences, Paris, Seuil, 1976, p. 38-39. Le thème est repris par J.-M. Berthelot, Les vertus de l’incertitude. Le travail de l’analyse dans les sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, 1996, chap. 4.

12 P. Veyne, L’inventaire des différences, op. cit. p. 12.

13 F. Simiand, « Méthode historique et science sociale » (1903), et plus généralement l’ensemble des textes réunis et présentés par M. Cedronio, Méthode historique et sciences sociales, Paris, Éd. des Archives contemporaines, 1987.

14 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, Seuil, 1971, p. 24-25, 253 sq.

15 Cf. J.-C. Passeron & J. Revel, eds, Penser par cas, Paris, Éd. de l’EHESS (« Enquête », 4), 2005.

16 G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard, 1989, chap. 3 (1re éd. Turin, 1985).

17 Plutarque le formule explicitement : « Si nous ne relatons pas tous les faits célèbres ni chacun à fond et que nous abrégeons la plupart, qu’il [le lecteur] ne nous fasse pas une mauvaise querelle […] Comme les peintres saisissent les ressemblances à partir du visage et des formes visibles par quoi se laisse voir le caractère, de même on doit nous permettre de pénétrer dans les signes de l’âme et, par leur truchement, de dessiner la vie de chacun. » (Vie d’Alexandre, 1, 1-3, trad. M. Casevitz.) Sur l’historia magistra vitae, voir R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éd. de l’EHESS, 1990 (1re éd. Francfort-sur-le-Main, 1979).

18 E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle, Paris, Dalloz, 1932 ; La crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révolution, Paris, Presses universitaires de France, 1944. Sur le projet labroussien, ses attendus et sa mise en œuvre, on dispose désormais de l’excellente étude critique de Maria Novella Borghetti, L’œuvre d’Ernest Labrousse. Genèse d’un modèle d’histoire économique, Paris, Éd. de l’EHESS, 2005.

19 F. Furet & J. Ozouf, Lire et écrire…, op. cit.

20 Mais aussi pour tester les hypothèses des économistes sur des données temporelles. Cf. R. Andreano, ed., La nouvelle histoire économique, Paris, Gallimard, 1977, en particulier l’excellente présentation de J. Heffer, « Le dossier de la question », p. 7-83.

21 F. Bourguignon & M. Lévy-Leboyer, L’Économie française au xixe siècle. Analyse macro-économique, Paris, Economica, 1985.

22 Dans une littérature désormais nourrie, on se référera utilement à J.-Y. Grenier, C. Grignon & P.-M. Menger, eds, Le modèle et le récit, Paris, Éd. de la MSH, 2001.

23 On peut d’ailleurs, sans abuser du paradoxe, proposer de lire la modélisation des temporalités sur laquelle est construite La Méditerranée comme le triple récit d’une même histoire sous trois ensembles de conventions narratives. Cf. J. Revel, « Ressources narratives et connaissance historique », Enquête, anthropologie, histoire, sociologie, 1, 1995, p. 43-70.

24 Je renvoie sur ce point aux très utiles analyses de M. Aymard, « La formalisation à l’épreuve de l’anachronisme : les historiens et le marché », in J.-Y. Grenier, C. Grignon & P.-M. Menger, eds, Le modèle et le récit, op. cit., p. 179-195, et de J.-Y. Grenier, « Du bon usage des modèles en histoire », ibid., p. 71-99. À ces références, on ajoutera le précieux recueil de B. Lepetit, Carnet de croquis. Sur la connaissance historique, Paris, Albin Michel, 1999. Je me référerai à plusieurs reprises à leurs analyses dans les pages qui suivent.

25 D. Pumain, T. Saint-Julien & L. Sanders, Villes et auto-organisation, Paris, Economica, 1989.

26 Cf. B. Lepetit, « Séries longues, histoire longue », in Carnet de croquis, op. cit., p. 245 ; M. Aymard, « La formalisation à l’épreuve de l’anachronisme », op cit., p. 180 sq.

27 J.-Y. Grenier, « Du bon usage des modèles », op. cit. p. 77-83 et, en particulier, note 7.

28 Ibid., p. 82.

29 J.-C. Perrot, Préface, in B. Lepetit, Carnet de croquis, op. cit., p. 9.

30 J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit., p. 553.

31 Ibid., p. 91, 93-94.

32 R. Baehrel, La Basse-Provence rurale de la fin du xvie siècle à 1789 : une croissance. Essai d’économie historique statistique, Paris, SEVPEN, 1960. Le livre a été tardivement réédité avec une utile présentation de M. Aymard, Paris, Éd. de l’EHESS, 1988.

33 B. Lepetit, « Une logique du raisonnement historique », in Carnet de croquis, op. cit. p. 29-33.

34 Cf. J.-Y. Grenier & B. Lepetit, « L’expérience historique. À propos de C.-E. Labrousse », Annales ESC, 6, 1989, p. 1337-1360, repris dans B. Lepetit, Carnet de croquis, op. cit., p. 45-79 ; M. N. Borghetti, L’œuvre d’Ernest Labrousse, op. cit.

35 J.-C. Perrot, Préface, op. cit., p. 13-14 (les italiques sont de l’auteur).

36 On s’en convaincra en comparant sur près d’un siècle, par exemple, les textes de F. Simiand, « Méthode historique et science sociale » (1903), op. cit. ; de F. Furet, « L’histoire quantitative et la construction du fait historique », Annales ESC, 26 (1), 1971, p. 63-75 ; de B. Lepetit, « L’histoire quantitative : deux ou trois choses que je sais d’elle » (1989), repris dans Carnet de croquis, op. cit., p. 231-243.

37 Voir, à titre d’illustration, J.-Y. Grenier & B. Lepetit, « L’expérience historique », op. cit.

38 On en trouvera un témoignage remarquable dans le dossier réuni par David S. Landes et Charles Tilly pour le Behavioral and Social Sciences Committee, History as Social Science, Prentice-Hall, Englewood Cliffs, NJ, 1971. Sur le programme ainsi esquissé s’est constituée, quelques années plus tard, la puissante Social Science History Association (1976).

39 La bibliographie du linguistic turn est immense, même si on la limite à ce qui concerne les conceptions et la pratique de l’histoire. Mais, pour mesurer l’ampleur réelle du phénomène dans la communauté historienne, il faudrait prendre en compte les très nombreuses rencontres, conférences, tables-rondes, ainsi que les travaux universitaires qui, pendant quinze ou vingt ans, se sont référés à ce programme (une partie de ces remarques vaudrait, d’ailleurs, pour l’histoire quantitative dans la période précédente). Tout aussi significatif me paraît le fait qu’il soit possible de marquer, au moins approximativement, le moment où l’on sort d’un tel programme : voir, à titre d’exemples, et dans des sens différents, V. E. Bonnell & L. Hunt, eds, Beyond the cultural turn. New directions in the studies of society and culture, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1999, et G. M. Spiegel, ed., Practicing history. New directions in historical writing after the linguistic turn, New York, Routledge, 2005. Il faut enfin faire la part de ceux qui, de l’extérieur, mettent en cause les attendus du programme et contribuent ainsi à en dessiner les contours (et, indirectement, à en renforcer la consistance) : tel a, par exemple, été le cas de Carlo Ginzburg, à travers une série d’interventions au cours des années 1980 et 1990. Ce qui vient d’être trop brièvement mentionné peut suggérer que l’identification d’un programme relève aussi, et peut-être d’abord, d’une sociologie de la production et, plus largement, des formes de la vie scientifique au sein d’une discipline et sur ses frontières.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search