Version classiqueVersion mobile

Ce que le genre fait aux personnes

 | 
Irène Théry
, 
Pascale Bonnemère

Résumés

Abstracts

Texte intégral

Irène Théry

1Pour une anthropologie comparative de la distinction de sexe

2De quoi parlons-nous – nous sociologues, historiens, ethnologues, anthropologues – quand nous parlons du « genre » ? Répondre à cette question n’est rien d’autre que clarifier l’objet de l’enquête en sciences sociales sur les rapports sociaux de sexe et la distinction masculin/féminin. On ignore encore trop souvent que l’ethnographie des sociétés les plus différentes des nôtres a considérablement renouvelé les perspectives dans ce domaine, en découvrant l’impossibilité de transposer dans d’autres sociétés la conception occidentale moderne du genre comme « attribut des personnes ». Incitant à renouer avec les ambitions d’une anthropologie comparative et historique capable de prendre distance avec nos certitudes et de nous mettre nous-mêmes en perspective, ce travail prend appui sur deux ouvrages importants : The gender of the gift, de Marilyn Strathern et Sexe relatif ou sexe absolu ? dirigé par Catherine Alès et Cécile Barraud. Il argumente les raisons qu’on peut avoir de définir le genre comme une « modalité des relations » et de considérer la « distinction de sexe » comme un outil décisif de la comparaison entre les différents usages du genre. Ainsi, on peut montrer que ce que vise l’enquête en sciences sociales n’est jamais la seule relation de sexe opposé, mais bien l’articulation entre les quatre formes de relations sociales que le genre permet de modaliser : les relations de sexe opposé, de même sexe, de sexe indifférencié et de sexe combiné.

3La première partie de l’étude s’attache surtout à montrer pourquoi l’approche relationnelle du genre a mis au centre de son enquête la question des diverses conceptions de la personne. La seconde partie démontre que cette approche, loin de ne valoir que pour les sociétés lointaines, permet de revenir vers notre propre histoire et d’éclairer l’imbroglio logique qui s’est mis en place à l’entrée dans la modernité autour de la notion de « différence des sexes ». Interroger le dualisme implicite des conceptions occidentales modernes de la personne (un « moi » et un « corps ») est sans doute l’un des enjeux majeurs liant aujourd’hui l’enquête en sciences sociales et le travail philosophique de clarification conceptuelle à propos du genre.

4For a comparative anthropology of the gender distinction

5What are sociologists, historians, ethnologists, and anthropologists talking about when then they speak of « gender »? Answering this question is nothing other than clarifying the object of inquiry in the social sciences on the social relations between sexes and the gender distinction. Even today, we tend to overlook the renewal of perspectives in this field by the ethnography of societies very different from ours by the discovery that it is impossible to transpose the modern Western conception of gender as an « attribute of persons » on other societies. Inviting renewal with the ambitions of a comparative and historical anthropology capable of distancing itself from our convictions and placing ourselves in perspective, this study is based on two important works: M. Strathem’s The gender of the gift and C. Alès and C. Barraud’s edited Sexe relatif ou sexe absolu? It discusses the reasons for defining gender as a « modality of relations » and considering the « gender distinction » as a decisive tool of comparison between different uses of gender. Thus, it can be shown that the inquiry in social sciences never aims only at the relation between opposite sexes but looks at the articulation between four forms of social relations whose terms and conditions gender permits: the opposite gender relation, the same gender relation, the indistinguished gender relation and the combined gender relation.

6The first section of the study primarily seeks to show how the relational approach to gender has placed the question of different conceptions of personhood at the heart of its inquiry. The second part demonstrates that this approach, far from applying only to distant societies, permits us to revisit our own history and shed light on the logical imbroglio that was established around the notion of « difference of sexes » with the beginning of modernity.

7Questioning the implicit dualism of modern Western conceptions of personhood (a « self » and a « body ») - is no doubt one of the major stakes that links the inquiry in the social sciences today to the philosophical work of conceptual clarification concerning gender.

Laura Lee Downs

8Si « femme » n’est qu’une catégorie sans contenu, pourquoi ai-je peur de rentrer seule le soir ? Les politiques de l’identité saisies par le sujet post-moderne

9Ce travail est d’abord paru dans le contexte de la discussion épistémologique autour du « tournant linguistique », qui concernait le statut du sujet et de sa capacité d’agir, ainsi que la pertinence des catégories d’analyse du monde social héritées de la tradition anglo-américaine. Les féministes avaient joué un rôle central dans ce débat, notamment au travers de la transmission chez les historiens des techniques poststructuralistes de lecture et d’analyse. Ce travail prend pour point de départ l’une des principales pièces de ce débat : l’important livre de Joan Scott, Gender and the politics of history (1988). C’est par ce livre que la plupart des historiens étrangers au domaine des études sur le genre avaient été introduits à la pensée poststructuraliste (en particulier à la « déconstruction » de Jacques Derrida), s’agissant notamment du concept de genre considéré comme catégorie discursive plutôt qu’instrument d’analyse sociale. Cette étude restitue l’itinéraire intellectuel d’une historienne du social engagée dans une critique du style des analyses « macro-sociales » des années soixante-dix (autour du lien mal problématisé entre expérience individuelle, identité sociale et capacité d’agir politique) et cependant concernée par la manière dont les études du genre comme catégorie purement discursive semblaient effacer la capacité d’agir des femmes comme sujet historique. Après une discussion critique de la force et des faiblesses du concept de genre chez Joan Scott, l’auteur examine les manières très différentes de conceptualiser le lien entre expérience, connaissance, subjectivité et capacité d’agir développées par la psychanalyste Jessica Benjamin et l’historienne Carolyn Steedman, ainsi que la façon dont elles mettent l’accent sur la fonction communicative du langage plutôt que sur son incapacité à représenter le monde social de façon transparente.

10If « woman » is just an empty category, then why am I afraid to walk alone at night? Identity politics meets the postmodern subject

11This study was first published in the midst of the epistemological upheaval surrounding history’s famous « linguistic turn » that fierce and prolonged debate over the status of the subject, the question of agency, and the viability of inherited categories of social analysis that rent the Anglo-American academic tradition from the late 1980s through the mid-1990s. It was a debate in which feminist scholars played a central role, notably in the transmission of post-structuralist techniques of reading and analysis to historical scholarship. The study takes as its points of departure one of the key documents in this debate, Joan Scott’s influential Gender and the politics of history (1988). It was through this book that most historians outside the fields of women’s and gender history were first introduced to post-structuralist thought (in particular, Jacques Derrida’s technique of deconstructive reading) and to the concept of gender, understood as a category of discursive, versus social analysis. This study records the intellectual journey of one social historian who, though critical of the ways that 1970s-style macro-social analysis unproblematically linked individual experience to social identity and political agency, was nonetheless concerned by the ways in which gender, conceived as a purely discursive category, seemed to efface the agency of women as historical subjects. After discussing some of the strengths and weaknesses of Scott’s concept of gender, the study explores at some length the very different ways that psychoanalyst Jessica Benjamin and historian Carolyn Steedman conceptualize the links among knowledge, experience, subjectivity and agency, ways that place the focus on language’s communicative function rather than on its inability to represent the world transparently.

Pascale Bonnemère

12Du corps au lien L’implication des mères dans les initiations masculines des Ankave-Anga

13Dans la région occupée par l’ensemble des groupes anga, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, les initiations masculines ont toujours été analysées à partir d’observations menées uniquement dans l’espace rituel investi par les hommes, la forêt. Cette étude propose une interprétation des rituels initiatiques collectifs des Ankave-Anga, qui tient également compte de la présence des mères et des sœurs des novices dans un autre espace rituel, l’orée du village. L’étude des comportements et des interdits que ces catégories de personnes doivent adopter simultanément dans des espaces différents révèle que l’initiation consiste, dans un premier temps, à mettre en scène la relation, localement considérée comme symbiotique, entre le novice et sa mère, puis, à l’issue du rituel, à rendre visible un nouveau type de relation entre eux. Vue ainsi, l’initiation masculine collective est la première étape d’un long processus de construction de la personne masculine impliquant une série de transformations relationnelles qui ne peuvent avoir lieu qu’en présence des deux termes de la relation.

14From body to bond. Mothers’ involvement in Ankave-Anga male initiations

15In the region occupied by all the Anga groups in Papua New Guinea, male initiations have always been analysed from observations made uniquely in the forest where men occupy the ritual space. This study’s interpretation of these rituals also takes into account the presence of the novices’ mothers and sisters in another ritual space on the outskirts of the village. The study of behaviours and taboos that these categories have to adopt simultaneously in different spaces reveals that in the first place initiations consist of enacting the relationship, considered by locals as symbiotic, between the novice and his mother, then at the conclusion of the ritual, of rendering visible a new type of relationship between them. Seen in this way, collective male initiation is the first step of a long process of construction of the male person, implying a series of relational transformations that can only take place in the presence of the two parties.

Anne-Christine Taylor

16Corps, sexe et parenté Une perspective amazonienne

17La description des rapports entre les sexes dans les groupes amazoniens de culture jivaro offre des traits apparemment contradictoires. D’un côté, les hommes exercent sur les femmes, leurs trajectoires sociales et spatiales ainsi que leur vie relationnelle, un contrôle sans commune mesure avec celui que les femmes peuvent exercer sur les hommes. D’un autre côté, les fondements de cette asymétrie sont difficiles à cerner, tant sur le plan sociologique que sur le plan des représentations : les Indiens eux-mêmes (des deux sexes) perçoivent les relations entre hommes et femmes comme symétriques et complémentaires, et ils n’avancent aucune justification idéologique (par exemple, sur la nature d’une corporéité ou d’une subjectivité propre aux femmes) pour le caractère objectivement inégalitaire des relations entre sexes. Ces caractéristiques se retrouvent dans l’ethnographie de nombreuses autres sociétés des basses terres d’Amérique du Sud. Elles ont pu mener les spécialistes de cette région à s’enfermer dans un débat stérile sur la juste qualification des rapports de genre en Amazonie, les uns y voyant une franche subordination des femmes aux hommes, les autres arguant pour une définition en termes d’égalitarisme, et accusant les premiers de ne pas prendre en compte le sens que les Indiens eux-mêmes attachent à leurs comportements. Pour échapper à cette querelle sans solution, quelques ethnologues ont cherché à comprendre comment et pourquoi les Indiens pouvaient, sans avoir le sentiment de vivre une contradiction, juger que les femmes devaient être soumises à un contrôle masculin tout en les tenant pour équivalentes aux hommes. Une manière de rendre cohérents ces faits est de supposer que les rapports de sexe sont subordonnés à d’autres types de rapports plus englobants et plus lourds d’enjeux sur le plan des ontologies locales. Cette hypothèse a été proposée notamment par Philippe Descola et Eduardo Viveiros de Castro, le premier montrant comment l’opposition hommes/femmes est souvent subsumée en Amazonie dans l’opposition consanguinité/affinité, le second développant l’idée que ce contraste-là est l’une des actualisations possibles d’une opposition plus fondamentale, celle entre humains et non-humains, beaucoup plus importante dans l’économie du monde amazonien que celle entre genres. La présente contribution s’inscrit dans le sillage de ces apports. Elle veut corroborer leurs intuitions tout en approfondissant l’étude de leurs implications. L’auteur cherchera ainsi à montrer que la manière dont se met en place dans les ontologies amazoniennes la position de sujet/ « personne corporée », assortie à une conceptualisation de la société ou de la collectivité en termes d’espèce (living kind), rend très problématique le recours à la notion même de « genre ». En effet, la différence des sexes y est tantôt annulée au profit d’un postulat d’identité (sameness) entre hommes et femmes dans le cadre d’une opposition hiérarchiquement supérieure entre espèces différentes, tantôt, au contraire, exacerbée et tirée vers un pôle antagonique dès lors qu’elle est assimilée à, ou fusionne avec, cette dernière opposition. Cette oscillation contextuelle entre un pôle où hommes et femmes (définis tels par leur corps) se perçoivent comme congénères (plutôt que différents), et un autre pôle où ils se voient les uns les autres comme membres de deux espèces distinctes liées par une relation « proie/prédateur » (plutôt que congénères) expliquerait les « inconsistances » relevées par l’ethnographie dans la caractérisation des rapports entre les sexes dans cette partie du monde.

18Body, sex and kinship. An amazonian perspective

19The description of relations between sexes among Amazonian groups of Jivaro culture apparently offers contradictory features. On the one hand, men exercise a control over women’s social and spatial trajectories as well as over their relational life that far exceeds any control women can exercise over men. On the other hand, the foundations of this asymmetry are difficult to grasp, both on the sociological level and on the level of representations: Indians themselves (of the two sexes) perceive relations between men and women as symmetrical and complementary and they propose no ideological justification (such as the nature of the body or a subjectivity peculiar to women) for the objectively unequal nature of relations between sexes. These features appear in the ethnography of many other societies of the lower regions of South America. They could lead specialists to remain imprisoned in a sterile debate on the exact qualification of gender relations in Amazonia. Some considered women as clearly subordinate to men, others argued for a more egalitarian definition and accused the former of not taking account of the meaning Indians themselves attached to their behaviours. As a way out of this insoluble quarrel, some ethnologists sought to understand how and why Indians could conclude that women had to be subjected to a masculine control while considering them to be equal to men, without having the sentiment of living a contradiction. One way of making sense of these facts is to suppose that the relations between sexes are subordinated to other kinds of more englobing relations with heavier stakes at the local ontological level. Philippe Descola and Eduardo Viveiros de Castro suggested this hypothesis in particular. The former showed how in Amazonia the opposition men/women is often included in the opposition consanguinity/affinity. The latter developed the idea that this contrast is one of the possible actualisations of a more fundamental opposition between humans and non-humans, much more important than gender in the economy of the Amazonian world. The present study seeks to corroborate their insights while developing their implications. The author shows that the manner in which the position of agent/bodied person is established in Amazonian ontologies, accompanied by a conceptualisation of the society or the collectivity in terms of living kind, renders the use of the very notion of « gender » very problematic. Indeed, the difference between sexes is sometimes cancelled in favour of a postulate of sameness between men and women in the frame of a hierarchically superior opposition between different species. Sometimes on the contrary, it is aggravated and pulled towards an antagonist pole when it is assimilated to or merges with this latter opposition. This contextual oscillation between a pole where men and women (defined as such by their bodies) perceived themselves as congeneric (of the same species) (rather than different) and another pole where they see themselves as members of two distinct species linked by a relation of « prey/predator » (rather than congeneric), would explain the « inconsistencies » noted by ethnography in the characterisation of relations between sexes in this part of the world.

Ccile Barraud

20Régimes de temporalité et de localité Conjoints et germains de sexe opposé en relation

21À travers quelles valeurs, idées, représentations, les sociétés assurent-elles leur permanence, maintiennent-elles une certaine configuration des relations sociales, ou envisagent-elles leur reconduction dans l’ordre du temps ? Dans nombre d’entre elles, et notamment les sociétés contemporaines, dites non modernes par contraste avec les sociétés occidentales dites modernes, le système des relations de parenté met en œuvre un certain ordre de la temporalité, une représentation du temps, manifestés dans les vocabulaires de parenté. C’est le cas des relations fondées sur la distinction de sexe, notamment la relation entre germains de sexe opposé ou frère-sœur, et la relation époux-épouse.

22Comprendre la distinction de sexe, c’est-à-dire une relation, par son emprise sur la temporalité et sa capacité à fonder un ordre du temps et à reconduire les valeurs d’une société, montre comment cet ordre du temps dépasse les individus empiriques et permet d’ouvrir des perspectives comparatives pour aborder ensemble des phénomènes que les sociétés occidentales contemporaines habituellement dissocient : le rapport au temps, l’occultation de la mort, le rapport entre générations, et les bouleversements de la distinction entre les sexes.

23Regimes of temporality and place. Relationships between spouses and siblings of opposite sexes

24What values, ideas, and representations do societies require to ensure their permanence, maintain a certain order of social relations, or envisage their renewal over time? In many societies, particularly contemporary ones, labelled non-modern as opposed to modern Western societies, systems of kinship relations apply a certain order of time that is revealed in kinship vocabularies. This is the case of relationships based on the gender distinction, especially the relation between opposite sex siblings such as brother-sister and that between husband-wife. Understanding the gender distinction, which is always a gender relation, by its control over temporality, its capacity to establish an order of time and to renew social values shows how this order of time transcends empirical individuals and opens a comparative perspective to deal collectively with phenomena that contemporary Western societies habitually disassociate: the reference to time, the blackout of death, the relations between generations and the upheavals of gender distinction.

Anne Verjus

25« Rétablir les mœurs par la police domestique ». « Influence des femmes » et « organisation sociale » dans la pensée de Pierre-Louis Roederer à l’issue de la Révolution française

26On sait qu’à l’époque de la Révolution règne un lourd silence sur la question des droits politiques des femmes ; ce silence n’est pourtant pas général : en effet, il existe une masse non négligeable de références aux fonctions qui, dans la République, doivent être imparties aux femmes. Parce que l’influence féminine figure parmi les notions le plus couramment rencontrées dans les publications de cette époque, nous avons décidé de la prendre au sérieux et, partant, de la comprendre en la resituant dans le contexte philosophique, politique et institutionnel de son époque. Il ne s’agira donc pas, ici, de tenter une évaluation de l’influence des femmes en déterminant si elle est directe ou indirecte, et doit être perçue comme un pouvoir réel ou un hochet de compensation, mais de présenter l’usage qui est fait, à l’époque, de cette notion. Cette notion d’influence féminine est un point d’entrée particulièrement intéressant pour aborder, par l’implicite et les évidences, les conceptions dominantes de la citoyenneté, du pouvoir et de l’autorité politique à l’époque révolutionnaire. D’une part, elle permet de mieux comprendre la situation politique des femmes qui, pour être en position d’extériorité relative, n’en a pas moins une consistance théorique et pratique précise ; d’autre part, elle donne un sens politique tout à fait particulier à la « distinction de sexe » lorsqu’elle s’offre à la comprendre, comme c’est le cas pour toute la période et au-delà, à travers la notion d’unité familiale.

27« Re-establishing morals through the domestic police ». « Women’s influence » and « social organisation » in Pierre-Louis Roederer’s thought at the end of the French Revolution

28We know that during the Revolutionary period the question of women’s political rights was surrounded by a heavy silence. This silence was however not general: indeed, a considerable volume of references indicates roles that had to be given to women during the Republic. As feminine influence featured among the most commonly found notions in the publications of this period, I consider this seriously by relocating it in the philosophical, political and institutional context of the time. Thus, the question is not of evaluating women’s influence by determining if it was direct or indirect and must be perceived as a real power or as a compensatory rattle but of presenting its contemporary uses. This notion of feminine influence is a particularly interesting point of entry to dominant conceptions of citizenship, power and political authority in the revolutionary period through the implicit and the obvious. On the one hand, it helps us to better understand women’s political situation, which, though a position of relative exteriority, still had a specific theoretical and practical consistence; on the other hand, it gives a very precise political meaning to the « gender distinction » when it is understood through the notion of family unity as is the case for this period and beyond.

Christelle Taraud

29Genre, classe et « race » en contexte colonial et post-colonial? Une approche par la mixité sexuelle

30Ce travail tente d’analyser pourquoi l’existence d’une catégorie de l’entre-deux, les prostituées « indigènes » – catégorie née de la pauvreté, de la déstructuration des sociétés traditionnelles, de l’exode rural et de la naissance d’un sous-prolétariat dans les agglomérations urbaines coloniales – est aussi souvent le produit de l’intercommunautarité et de l’hybridation sociale, de la déviance sexuelle et de la sédition politique. Catégorie complexe et problématique de la société coloniale, les prostituées « indigènes » nous disent aussi beaucoup de choses, au travers de liens avérés entre sexualité transgressive, mixité sexuelle et aliénation à la colonisation – donc à l’Occident – sur des problèmes plus contemporains de la France et de l’Algérie post-coloniales.

31Gender, class and « race » in the colonial and post-colonial context. An approach through sexual mixity

32This study analyzes why the existence of an in-between category of the « indigenous » prostitutes – issuing from poverty, the destructuration of traditional societies, rural exodus and the birth of an underclass in colonial urban agglomerations – is often the product of inter-communitarism and social hybridity, sexual deviation and political mutiny. The « indigenous » prostitutes are a complex and problematic category of colonial society and their acknowledged links with transgressive sexuality, sexual mixity and colonial alienation – hence with the Occident – reveal a lot about contemporary problems of post-colonial France and Algeria.

Jérôme Baschet

33Distinction des sexes et dualité de la personne dans les conceptions anthropologiques de l’Occident médiéval

34Cette étude analyse la place et le statut de la distinction des sexes dans l’anthropologie chrétienne médiévale, en s’efforçant d’entrelacer la dualité du masculin et du féminin et celle du corporel et du spirituel. Ces deux dualités, constitutives de l’humain, se caractérisent par une double dimension : d’une part, un rapport vertical de gouvernement, d’autre part, une unité essentielle fondant un rapport horizontal d’équivalence. L’équivalence entre les deux sexes est particulièrement marquée au plan spirituel puisque l’âme, échappant à toute distinction de sexe, institue, pour la femme et pour l’homme, un même rapport d’image vis-à-vis de Dieu. Même la création du corps d’Ève à partir de celui d’Adam établit, selon les exégèses médiévales, une véritable unité substantielle entre les deux sexes. Enfin, à partir de l’analyse de la sexualité édénique et des corps glorieux des élus ressuscités, on souligne que la théologie médiévale est traversée par une dynamique de valorisation croissante de la dualité des sexes, parallèle à la dynamique anti-dualiste repérable dans les conceptions de la personne. On propose d’y voir l’expression du renforcement de la position dominante/ englobante de l’institution ecclésiale et de la logique de spiritualisation du charnel qui la fonde : il lui faut tout à la fois produire des formes démultipliées et ordonnées d’un « corporel spirituel », et entrelacer, jusque dans le monde divin, les figures du masculin et du féminin.

35Distinction between sexes and duality of personhood in the anthropological conceptions of the medieval West

36This study analyses the place and status of the distinction between sexes in medieval Christian anthropology by trying to interweave two dualities, the masculine/feminine one and the corporal/spiritual one. These two human dualities are characterised by a twin dimension: on the one hand, a vertical relationship with government, on the other, an essential unity establishing an equivalent horizontal relationship. The equivalence between the two sexes is particularly pronounced on the spiritual level, since the soul that is beyond all distinction of sexes establishes the same visual relation with God in the case of both woman and man. Even the creation of Eve from Adam’s body establishes a true substantial unity between the two sexes according to medieval exegesis. Finally, by analyzing edenic sexuality and the glorious bodies of those chosen for resurrection, I emphasize that medieval theology is overlapped by a dynamics of increasing appreciation of the duality of sexes, parallel to the anti-dualist dynamics that can be noted in the conceptions of personhood. I suggest this expresses the consolidation of the ecclesial institution’s dominant/ englobing position and the logic of spiritualization of the flesh that founded it: it had to produce reduced and ordered forms of a « spiritual body » and interweave the masculine and feminine figures all the way to the divine world.

Sylvie Steinberg

37Sexe et genre au xviiie siècle. Quelques remarques sur l’hypothèse d’une « fabrique du sexe »

38Depuis la parution en 1990 du livre de Thomas Laqueur, Making sex (traduit en français sous le titre La fabrique du sexe, en 1992), un certain nombre de travaux, principalement anglo-saxons, se sont employés à approfondir sa thèse principale : l’idée qu’une rupture s’est produite entre le xviie et le xviiie siècle dans la conception médicale de la différence des sexes et, qu’à une conception unisexe de l’individu où hommes et femmes se trouvaient à la fois dans un rapport de hiérarchie au regard de la grande chaîne des êtres, et d’homologie au regard de leurs organes génitaux et des humeurs de leurs corps, les médecins ont substitué – avec des superpositions et des survivances parfois très durables –, une conception qui consacre l’invention de deux sexes biologiques, isolés de tout prolongement cosmologique et agissant dans un rapport de différence, voire d’incommensurabilité. Cette étude se propose de dresser un bilan des apports méthodologiques de l’ouvrage de Thomas Laqueur et de faire état des principales discussions qui ont prolongé ses travaux, qu’il s’agisse des débats sur le noyau même de sa démonstration (bien-fondé de l’hypothèse unisexe, datation de la rupture, utilisation de la dichotomie sexe/genre…) ou des discussions sur les effets induits de cette rupture dans la vie sociale, dans les relations familiales et sexuelles, ou dans le domaine politique pour les hommes et les femmes du xviiie siècle.

39Sex and Gender in the 18th century Further comments on the hypothesis of a « making sex »

40Since Thomas Laqueur’s Making sex (translated into French in 1992 as La fabrique du sexe), a certain number of largely Anglo-Saxon works have developed his principal thesis: the idea that a rupture took place between the 17th and 18th centuries in the medical conception of difference between sexes. To a unisex conception of the individual where men and women stand simultaneously in a hierarchical relation in the broader chain of beings and in a homological relation concerning their genital organs and body humours, doctors – with superpositions and sometimes enduring survivals – substituted a conception that confirmed the invention of two biological sexes cut off from all cosmological extension and acting in a relation of difference, even incommensurability.

41This study reviews the methodological contributions of Thomas Laqueur’s work and the main discussions around it, whether debates on the very core of his demonstration (grounds of the unisex hypothesis, dates of the rupture, uses of the dichotomy sex/gender…) or their consequences for eighteenth century men and women in social life, family and sexual relations or in the political field.

Pierre-Henri Castel

42Distinguer sexe et genre. De l’exigence empirique à l’impasse conceptuelle : le moment stollérien

43Cet essai restitue d’abord un vif débat des années 1960, entre Robert Stoller, pionnier des études sur le transsexualisme et soucieux d’élucider ses aspects intrapsychiques, et John Money, le père de la sexologie américaine, comportementaliste et anti-freudien, qui est parti de la réassignation des enfants intersexuels. Car ce débat a popularisé la distinction sexe/genre en convoquant ses premiers acteurs – médecins, psychanalystes, sociologues, militants des minorités sexuelles. Or, leur focalisation sur le « sentiment d’identité » des individus a surtout révélé une impasse conceptuelle. L’opposition sexe/ « identité de genre » n’a pas la portée subversive qu’on croit. Car sexe et genre sont en fait logiquement dépendants l’un de l’autre. Ils ne peuvent donc être ni opposés comme une réalité sociale à une autre, biologique, ni servir l’un à dénoncer les « illusions » consubstantielles à l’autre. L’argument s’appuie sur l’analyse wittgensteinienne des régularités et des règles.

44Distinguishing sex and gender. From empirical requirement to conceptual deadlock: the stollerian moment

45This essay recalls a lively debate in the 1960s, between Stoller, pioneer of studies on transsexuals and concerned with the elucidation of its intrapsychic aspects, and Money, father of American sexology, behaviouralist and anti-Freudian, whose point of departure was intersexual child reassignment. This debate popularized the distinction sex/gender by summoning its initial actors such as doctors, psychoanalysts, sociologists, and activists of sexual minorities. Their focus on individuals’ « sentiment of identity » above all revealed a conceptual dead end. The opposition sex/ « gender identity » does not have the subversive scope one imagines. In fact, sex and gender are logically interdependent. They can therefore neither be opposed as one social reality to another biological one, nor serve one of them to denounce the similar « illusions » of the other. The argument is based on the Wittgensteinian analysis of regularities and rules.

Agnès Fine

46La production du féminin. L’exemple de l’écriture de soi

47Comment l’anthropologue peut-il identifier et analyser les modalités concrètes par lesquelles se réalisent les passages à l’âge d’homme ou de femme dans les sociétés européennes du présent ? Ce travail prend l’exemple des analyses anthropologiques sur les écritures de soi pour mettre en évidence la manière dont elles expriment et produisent à la fois appartenance de sexe (ici le sexe féminin) et appartenance à un groupe d’âge. De sorte que pratique et abandon d’une forme d’écriture peuvent être interprétés à la fois comme des rites d’institution et des rites de passage. En conclusion, l’auteur s’interroge sur le dialogue entre les outils conceptuels mobilisés par l’anthropologie et par la sociologie, cette dernière se fondant plutôt sur les notions de socialisation et/ou d’interactions.

48Producing feminity. The example of self-writing

49How can the anthropologist identify and analyse the concrete terms and conditions through which female and male transition to adulthood is realized in contemporary European societies? The author takes the example of anthropological analysis of self-writing to highlight the ways they both express and produce gender belonging (here the feminine gender) and membership of an age group. So much so that the practice and abandon of a form of writing can be interpreted both as rites of institution and rites of passage. To conclude, the author questions the dialogue between the conceptual tools mobilized by anthropology and sociology, the latter basing itself more on the notions of socialisation and/or interactions.

Dominique Guillo

50Les théories naturalistes du sexe et du genre. Éléments d’analyse interne

51Les explications naturalistes du genre font très généralement l’objet en sciences sociales d’un vif rejet, appuyé sur un mode de critique essentiellement externe, qui consiste à proposer de montrer en quoi elles constituent autant de discours idéologiques de justification de la domination masculine. Ce mode de critique soulève des difficultés lorsqu’il n’est pas accompagné et régulé par une discussion interne de ces explications, fondée sur un examen rigoureux de leurs arguments théoriques et empiriques. Le présent travail entend proposer quelques éléments de critique du naturalisme relevant de ce type d’analyse. Ce mode de discussion interne s’impose d’autant plus aujourd’hui que ces théories dessinent une constellation assez diversifiée, qui s’appuie sur une explication profondément renouvelée de l’apparition et de l’évolution des sexes dans le monde vivant. On propose de montrer également que la prédominance de la critique externe en sciences sociales n’est pas sans conséquences pour la manière dont celles-ci traitent la question du genre et pour la force des arguments qu’elles font valoir dans ces débats.

52Naturalist theories of sex and gender. Elements for an internal analysis

53Naturalist explanations of gender are generally rejected in the social sciences, backed by an essentially external criticism that proposes to show how they are ideological discourses justifying male domination. This form of criticism raises difficulties when it isn’t accompanied and regulated by an internal discussion of these explanations based on a rigorous examination of their theoretical and empirical arguments. The study proposes a critique of naturalism depending on this type of analysis. Today, this form of internal discussion is even more necessary as these theories outline a rather varied constellation that bases itself on a profoundly renewed explanation of the appearance and evolution of sexes in the living world. Furthermore, the predominance of external criticism in the social sciences has repercussions on their treatment of gender and the arguments they put forward in these debates.

Françoise Douaire-Marsaudon

54La crise des catégorisations relatives à l’identité sexuée. L’exemple du « troisième sexe »

55Ce travail propose de mettre en discussion la notion de « troisième sexe », en prenant appui sur deux cas rangés classiquement sous cette appellation : chez les Inuit, les personnes auxquelles la société impose un chevauchement de la frontière entre les sexes, selon la formule de l’anthropologue Bernard Saladin d’Anglure ; en Polynésie, les hommes-à-la-manière-des-femmes, comme, par exemple, le mahu à Tahiti. On verra que la notion de troisième sexe non seulement renforce le cloisonnement et la réification des catégories sexuées (homme/femme, masculin/féminin) mais, surtout, échoue à rendre intelligible la richesse des expériences ici en jeu, à savoir le chevauchement de la frontière entre les sexes. La notion de « troisième sexe », telle qu’elle est appréhendée en sciences sociales, offre ainsi un témoignage éclairant de la crise actuelle des catégorisations relatives à l’identité sexuée.

56The crisis of categorizations relating to gender identity. The example of the « third sex »

57This study proposes a discussion of the notion of « third sex » through two cases conventionally placed under this label: among Inuits, people whom society forces to straddle the frontier between sexes, according to the formula of the anthropologist Bernard Saladin d’Anglure; in Polynesia men-who-act-like-women, like the mahu in Tahiti. It is seen that the notion of the third sex not only reinforces the boundaries and reification of sex categories (man/woman, male/female) but above all it fails to make sense of the wealth of experiences in play here, mainly the overlapping of boundaries between sexes. The notion of the « third sex » such as it is understood in the social sciences thus offers evidence that sheds light on the current crisis of categories relating to gender identity.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search