Version classiqueVersion mobile

Ce que le genre fait aux personnes

 | 
Irène Théry
, 
Pascale Bonnemère

Sexe/genre, âme/corps : la personne et la question de la dualité

Les théories naturalistes du sexe et du genre. Éléments d’analyse interne

Naturalist theories of sex and gender. Elements for an internal analysis

Dominique Guillo

Résumé

Les explications naturalistes du genre font très généralement l’objet en sciences sociales d’un vif rejet, appuyé sur un mode de critique essentiellement externe, qui consiste à proposer de montrer en quoi elles constituent autant de discours idéologiques de justification de la domination masculine. Ce mode de critique soulève des difficultés lorsqu’il n’est pas accompagné et régulé par une discussion interne de ces explications, fondée sur un examen rigoureux de leurs arguments théoriques et empiriques. Le présent travail entend proposer quelques éléments de critique du naturalisme relevant de ce type d’analyse. Ce mode de discussion interne s’impose d’autant plus aujourd’hui que ces théories dessinent une constellation assez diversifiée, qui s’appuie sur une explication profondément renouvelée de l’apparition et de l’évolution des sexes dans le monde vivant. On propose de montrer également que la prédominance de la critique externe en sciences sociales n’est pas sans conséquences pour la manière dont celles-ci traitent la question du genre et pour la force des arguments qu’elles font valoir dans ces débats.

Texte intégral

1La référence aux données organiques constitue un point d’ancrage de prédilection pour les divers avatars d’idéologies sexistes. La possibilité de faire ressortir sans grande difficulté une série de différences biologiques séparant les hommes et les femmes, associée au sentiment, largement répandu et fermement ancré, d’une différence universelle de caractère entre les sexes permettent de bâtir sans difficulté des discours qui ont l’allure de l’évidence « naturelle ». Cette rhétorique, qui sollicite ce sentiment d’évidence et se sert du lexique scientifique – du moins du lexique de la nature biologique – comme d’un paravent justificateur, a suscité de vives critiques de la part des sciences sociales, au point que les discours sur ce thème qui, d’une manière ou d’une autre, font référence à la biologie ont fait l’objet d’un rejet assez global, appuyé le plus souvent sur un mode de critique externe.

2Ce type de critique a assurément enrichi la connaissance, en particulier en montrant les conditions historiques et sociales qui favorisent l’émergence des discours naturalisants. Et il a puissamment contribué à lever le voile sur les mécanismes idéologiques de la discrimination sexuelle. Toutefois, cette perspective a son revers : très souvent présente comme un pôle antagoniste auquel il s’agit de s’opposer fermement, la constellation des discours naturalistes est traitée le plus souvent, dans les sciences sociales, comme un ensemble homogène unifié par un fondement idéologique commun qu’il s’agit de mettre au jour. Or une telle perspective n’impose guère, en elle-même, d’entrer dans le détail d’une critique interne. L’usage, fort répandu, de la critique externe a ainsi pour effet de lisser les différences entre tous ces discours, et d’alimenter une méconnaissance relative de leurs articulations internes, jugées peu ou prou secondaires dans un tel cadre, au regard de ce qui est considéré comme constituant leurs finalités idéologiques. Or ces articulations ont sensiblement changé depuis une trentaine d’années, avec l’avènement du néo-darwinisme. Et la littérature naturaliste sur le thème du sexe et du genre s’est développée depuis lors dans de très importantes proportions et remporte de vifs succès, en particulier dans les pays anglo-saxons. Aussi est-il sans doute important de connaître le nouveau paysage dessiné par ces théories et d’en présenter les rouages argumentatifs principaux.

3L’objectif de la présente contribution est de donner, dans un premier temps, une présentation aussi fidèle que possible des explications du sexe et du genre proposées par les théoriciens naturalistes contemporains et d’exposer les différences que l’on peut mettre au jour dans l’ensemble qu’ils forment. Dans une seconde partie, on tentera de proposer quelques éléments de critique interne de ces théories. Enfin, en conclusion, seront évoquées les conséquences de la prédominance excessive de la critique externe en sciences sociales, en particulier pour les rapports entre sciences sociales et sciences de la vie et pour le traitement et la place accordés, en sciences sociales, à l’hypothèse de l’existence de dispositions « naturelles » propres à chaque sexe.

Les théories naturalistes contemporaines du sexe et du genre : variations autour d’un noyau théorique commun

  • 1 On s’en tiendra ici aux théories produites par des chercheurs institutionnellement rattachés aux sc (...)
  • 2 En simplifiant, on peut dire que les tenants de ce modèle considèrent que le processus évolutif qui (...)
  • 3 Voir, par exemple, J. Lopreato, Crisis in sociology…, part. III, chap. vi ; ou encore S. Pinker, Th (...)

4Une bonne partie des théories naturalistes proposées aujourd’hui sur le thème du sexe et du genre par les chercheurs dans les institutions scientifiques1 s’appuient sur un noyau théorique semblable bâti à partir du néo-darwinisme, un modèle explicatif qui occupe depuis quelques décennies une position dominante en biologie de l’évolution2. L’argumentation développée à propos du sexe et du genre par les défenseurs de ce naturalisme néo-darwinien débute par l’affirmation qui consiste à soutenir que l’on observe empiriquement des différences universelles entre les hommes et les femmes, pour certaines conduites, certaines dispositions cognitives ou certains affects. Autrement dit, il y aurait, dans toutes les sociétés humaines, dans tous les sous-groupes sociaux humains, des corrélations statistiques entre, d’une part, la variable sexe – dont le critère principal est ici le type d’organe génital – et, d’autre part, l’intensité moyenne de certaines dispositions cognitives et émotionnelles ou la fréquence de certaines conduites. Il y aurait donc des « standards comportementaux » typiquement masculins et des « standards comportementaux » typiquement féminins. Ces différences sont le plus souvent présentées par les théoriciens naturalistes comme des différences statistiques moyennes. Par exemple, soulignent-ils, les hommes sont, en moyenne, plus violents physiquement que les femmes. Ce qui n’implique pas qu’ils soient tous plus violents que toutes les femmes. Certaines femmes sont plus violentes que certains hommes, parfois même que beaucoup d’hommes. Selon ces auteurs, la distribution des traits comportementaux individuels dans chaque sexe suit une loi normale, une courbe de Gauss plus ou moins évasée selon les dispositions et les conduites étudiées3 ; et pour certaines d’entre elles, ajoutent-ils, les courbes présentées par chacun des deux sexes ne sont pas superposables. Enfin, soulignent-ils, le fait que ces « standards comportementaux » moyens soient universels constitue un premier élément qui conduit à présumer qu’ils sont très probablement l’expression de dispositions biologiques trouvant leur siège dans le cerveau et ayant un fondement génétique.

L’explication néo-darwinienne des sexes dans le monde vivant

  • 4 Voir, par exemple, ibid., chap. xii.
  • 5 La littérature sur les différences anatomiques et éthologiques entre les sexes dans le monde vivant (...)
  • 6 Ce point est essentiel pour saisir le sens de la conception du sexe dans la biologie néo-darwinienn (...)

5L’hypothèse d’un fondement génétique de ces « standards » chez l’être humain est renforcée, selon les naturalistes néo-darwiniens, par ce que l’on sait des autres espèces vivantes4. L’explication néo-darwinienne des différences de caractéristiques physiques et comportementales entre les sexes dans le monde vivant est, aujourd’hui, généralement la suivante5. On suppose d’abord que, chez les ancêtres des espèces sexuées actuelles, il existait certes deux sexes différents, mais que ceux-ci étaient dépourvus non seulement des propriétés distinctives morphologiques, physiologiques et éthologiques que la biologie observe dans les espèces sexuées d’aujourd’hui, mais également, sans doute, de presque toute propriété distinctive. Chacune de ces espèces ancestrales aurait été simplement divisée en deux groupes d’individus – les deux sexes – qui se distingueraient seulement par le fait que les membres d’un groupe se reproduisaient avec les membres de l’autre groupe6. Dans la logique de la sélection naturelle, qui est celle de l’optimisation du nombre de descendants susceptibles d’avoir eux-mêmes des descendants, un même problème se serait alors posé pour chaque individu des deux sexes : avoir un maximum de rejetons capables de se reproduire avant de disparaître. Comme les individus de ces deux sexes appartiennent à la même espèce et, en outre, à ce stade, ne diffèrent pas ou très peu par leurs caractéristiques morphologiques, physiologiques et éthologiques générales, on suppose qu’ils ont tous une même quantité d’énergie à consacrer à cet objectif.

  • 7 Chacune des propositions du raisonnement qui suit est formulée et posée, comme celle-ci, « toutes c (...)

6Compte tenu de ces conditions initiales, poursuivent les néo-darwiniens, la question qui se pose est celle de la répartition optimale de cette énergie. Dans un tel jeu – car c’est la théorie des jeux qui est le plus souvent utilisée pour formaliser ces problèmes –, deux stratégies d’investissement symétriques sont possibles et également optimales, toutes choses égales par ailleurs7.

7La première consiste à investir beaucoup dans le développement de chaque gamète, aussi bien physiologiquement que comportementalement, ce qui implique d’en faire peu, et d’être doté d’affects qui poussent à maximiser les chances de survie de chaque gamète fécondé. Il y aurait donc, par définition, des standards comportementaux qui amélioreraient l’efficacité de cette stratégie : le plus souvent – mais pas toujours –, l’attachement à la progéniture, les précautions dans le choix d’un « conjoint » dont on peut présumer qu’il apportera un patrimoine génétique susceptible d’optimiser les chances de survie de la progéniture, les comportements visant à pousser au maximum l’individu de l’autre sexe à s’occuper des rejetons, etc. Tout ce qui irait dans ce sens, tout ce qui renforcerait ces dispositions, lorsqu’elles sont initialement présentes, serait favorisé par la sélection naturelle et renforcerait ainsi ces propriétés physiques et ces prédispositions. Dans l’histoire des espèces sexuées, le sentiment d’attachement à la progéniture, par exemple, aurait donc été nécessairement renforcé au fil des générations chez les descendants des individus qui le possédaient un tout petit peu plus que les autres, avant de se stabiliser à un niveau et sous une forme qui dépend des propriétés biologiques et éthologiques de l’espèce, ainsi que des conditions écologiques dans lesquelles elle est placée.

8La seconde stratégie consiste, à l’inverse, à investir très peu dans le développement de chaque gamète, mais à en produire et à en répandre le nombre maximum auprès des individus de l’autre sexe. Cette seconde stratégie est d’autant plus efficace, toutes choses égales par ailleurs, soulignent les éthologistes néo-darwiniens, qu’elle s’accompagne de dispositions et de conduites qui poussent l’individu à être non seulement volage mais aussi capable de berner un concurrent, qui utilisera alors son énergie à assurer la descendance d’un autre, en croyant qu’il assure la sienne. Voilà pourquoi, par exemple, les mâles félins tuent la progéniture des autres mâles lorsqu’ils parviennent à chasser ceux-ci de leur territoire et à s’emparer de leurs femelles. Au fil des générations, la sélection naturelle tendra également à favoriser, dans les lignées d’individus qui ont commencé à suivre cette stratégie, les penchants qui poussent à ne pas être trop attaché à sa progéniture, ainsi que les affects et les traits physiques qui permettent à chacun de lutter contre ceux qui poursuivent la même stratégie que lui : par nature, ces individus seront nécessairement en vive concurrence puisque la stratégie consiste ici à féconder un nombre maximum d’individus du sexe opposé, dont l’effectif est limité. De là l’agressivité, présente chez nombre de mâles, mais également les parures, comme celles du paon ou encore les fréquents combats pour les femelles, autant de choses qui sont expliquées depuis Darwin comme des conséquences d’une telle « sélection sexuelle ».

9En résumé, ce modèle possède deux variables : l’énergie dépensée à multiplier le nombre de gamètes, d’une part ; et celle dépensée pour chacun d’entre eux, depuis sa production jusqu’à sa reproduction, d’autre part. Toutes choses égales par ailleurs, ces variables varient en sens inverse : plus un être vivant consacre d’énergie à multiplier le nombre de gamètes et à en répandre un nombre maximal, moins il peut consacrer d’énergie au développement de chacun d’entre eux. Les combinaisons possibles des valeurs accordées à ces deux variables se situent donc entre deux extrêmes, ou deux pôles opposés : le premier pôle donne la valeur minimale à la première variable – le nombre de gamètes – et la valeur maximale à la seconde – l’énergie consacrée au développement de chaque gamète – ; pour le second pôle, c’est l’inverse. Ces deux pôles et les combinaisons qui leur sont proches correspondent globalement, dans le monde animal, à ce que le langage courant appelle les deux sexes : les femelles et les mâles. Selon les biologistes, cette situation explique en particulier pourquoi les cellules sexuelles femelles sont généralement plus grandes, plus consommatrices d’énergie et moins nombreuses que les cellules reproductrices mâles.

  • 8 Sur tous ces points, voir en particulier R. Dawkins, The selfish gene, chap. ix. Pour une variante (...)
  • 9 Les comportements comme ceux des mâles qui, dans certaines espèces, gardent les nids, ne sauraient (...)

10À partir de ce modèle, soutiennent alors les éthologistes néo-darwiniens, il est possible de reconstruire la façon dont l’évolution des sexes s’est déroulée. Chez les ancêtres communs aux espèces sexuées actuelles, il y aurait donc eu initialement deux sexes, pour lesquels ces deux variables avaient une valeur égale, qui est une valeur moyenne. Dès que la moindre différence génétique serait apparue, dans un sens ou dans l’autre, chez des individus d’un des deux sexes, elle se serait accrue et renforcée d’elle-même. Elle aurait entraîné ainsi la séparation, la divergence morphologique et comportementale des sexes en direction de chacun de ces deux pôles. Cette évolution se serait stabilisée ensuite, dans chaque espèce, autour de points d’équilibres correspondant à des combinaisons plus ou moins proches des deux pôles. Cet équilibre final dépendrait des caractéristiques physiques et comportementales générales propres à l’espèce, d’une part, et des conditions écologiques dans lesquelles elle vit, d’autre part. Dans certains cas, les mâles seraient très proches du premier pôle, comme chez certains grands prédateurs, dans d’autres cas, beaucoup moins8. Les mâles d’une espèce pourraient même, sous la pression de conditions environnementales et phylogénétiques particulières, posséder certains caractères physiques ou comportementaux que l’on retrouve davantage chez les femelles dans la majorité des autres espèces, et réciproquement. En effet, comme on l’a souligné plus haut, le raisonnement général restitué dans les lignes qui précèdent est développé « toutes choses égales par ailleurs ». Ainsi d’autres variables secondaires peuvent-elles intervenir et modifier le contenu de l’éthogramme sexuel propre à une espèce9.

L’application à l’homme du modèle zoologique néo-darwinien

  • 10 Voir par exemple D. P. Barash, Sociobiology and behavior, New York, Elsevier, 1977, p. 293.

11Reprenant ce scénario explicatif, les défenseurs du néo-darwinisme en sciences humaines soutiennent généralement que les prédictions de ce modèle zoologique correspondent à ce que l’on observe empiriquement dans les comportements respectifs des hommes et des femmes, par-delà les variations culturelles – autrement dit dans les corrélations évoquées dans la section précédente. Ces corrélations – par exemple une agressivité, en moyenne plus grande chez les hommes – correspondraient à ce que prédit le modèle10.

  • 11 D. P. Barash, The whisperings within. Evolution and the origins of human nature, New York, Harper  (...)
  • 12 Voir par exemple E. O. Wilson, La sociobiologie, dernier chapitre.

12Au terme de cette argumentation, les naturalistes néo-darwiniens proposent une théorie que l’on peut résumer ainsi : certaines différences universelles, à leurs yeux empiriquement constatables, de conduites, de croyances et de sentiments chez les hommes et les femmes n’ont pas leur source dans la culture, dans le choix rationnellement motivé ou encore dans les mobiles inconscients relevés, par exemple, par la psychanalyse, mais dans des dispositions naturelles, qui ont leur siège dans le cerveau. En ce sens, le naturalisme est une théorie émotiviste puisqu’elle donne la primauté aux affects ; et c’est une théorie des dispositions, mais dont le principe est situé dans la logique de l’histoire naturelle des gènes et de la concurrence que ceux-ci se font depuis l’origine de la vie. La cause proche des comportements, des croyances et des sentiments, qui sont censés être propres à chaque sexe est donc, dans un tel cadre, une disposition génétique qui conduit l’individu, irrépressiblement, en moyenne, à endosser une conduite définie ; c’est, pour reprendre le mot du sociobiologiste David P. Barash, la traduction du « murmure intérieur chuchoté par nos gènes11 ». Et la cause lointaine, qui explique l’existence dans l’espèce humaine de tels « standards », ce sont les conditions dans lesquelles s’est exercée la sélection naturelle pour toutes les espèces sexuées en général et, plus spécifiquement, celles dans lesquelles l’espèce humaine a évolué. Sur cette question, les naturalistes néo-darwiniens accordent le plus souvent une importance capitale aux chasseurs-cueilleurs du Pléistocène. À leurs yeux, c’est principalement durant cette période d’évolution et de sélection accélérée que se serait façonnée la « nature humaine », telle qu’elle existe aujourd’hui12.

Les variantes du néo-darwinisme

13Une fois dessiné ce cadre théorique de référence, on peut distinguer trois groupes à l’intérieur de l’ensemble formé par les explications néo-darwiniennes du sexe et du genre. Les théories qui composent chacun de ces différents sous-ensembles se distinguent par leur origine disciplinaire et, également, par le fait que certaines sont assurément beaucoup plus radicales et sommaires que les autres tant au plan des hypothèses explicatives qu’au plan des prolongements politiques explicitement affichés ou objectivement associés à la doctrine.

La psychologie évolutionniste

  • 13 En traduisant evolutionary par « évolutionniste », plutôt que par « évolutionnaire », nous reprenon (...)
  • 14 Le degré d’autonomie attribué à la culture reste toutefois assez variable selon les auteurs.

14Le premier sous-groupe est composé de spécialistes des neurosciences ou des sciences cognitives, qui adhèrent à ce que l’on appelle la « psychologie évolutionniste » (evolutionary psychology)13. Les théoriciens classés dans ce premier groupe reconnaissent une forme d’autonomie à la logique culturelle14. Ils nient également que les différences de conduites, de sentiments et de croyances repérables empiriquement entre les sexes aient toutes un substrat biologique. En ce sens, ils peuvent admettre, jusqu’à un certain point du moins, variable selon les auteurs, une distinction réelle entre le sexe, d’une part, et le genre, d’autre part. En revanche, ces auteurs considèrent qu’une partie des différences de sexe, partie qu’il s’agit, à leurs yeux, d’établir empiriquement, a une base biologique et que l’on ne peut admettre l’hypothèse selon laquelle l’esprit humain serait initialement une cire vierge, identique chez les individus et intégralement façonnée par les forces culturelles.

  • 15 Voir S. Pinker, The blank slate…, chap. xviii.
  • 16 Ibid., p. 344.

15Les arguments et les conclusions proposés par le neurolinguiste Steven Pinker dans un ouvrage récent résument assez fidèlement le point de vue de ce courant explicatif15. Dans le chapitre qu’il consacre au genre, Pinker propose de dresser la liste des ressemblances et des différences moyennes entre les dispositions cognitives et émotionnelles des deux sexes. S’appuyant sur les conclusions d’une série d’enquêtes empiriques, Pinker recense tout d’abord les traits qui, selon lui, sont distribués de façon identique chez les hommes et chez les femmes. C’est le cas en particulier, dit-il, pour le « niveau d’intelligence », « la manière d’utiliser le langage et la pensée à l’égard du monde physique et du monde vivant ». Et les femmes et les hommes ressentent, ajoute Pinker, les « mêmes émotions de base », « sont jaloux, font des sacrifices pour leurs enfants, sont en compétition pour le statut et les partenaires, et quelquefois commettent des agressions en poursuivant leurs intérêts16 ».

  • 17 Sur tous ces points, voir ibid., p. 344-345.

16Toutefois, ajoute-t-il, ces mêmes études empiriques révèlent également des différences. En moyenne, les hommes sont davantage portés à « entrer dans des luttes violentes, quelquefois mortelles ». Ils auraient, en moyenne, un goût plus prononcé pour les « relations sexuelles avec des partenaires multiples ou anonymes » et pour les films pornographiques. Les jeunes garçons pratiqueraient davantage les jeux violents et ils seraient en moyenne « plus habiles dans la manipulation par l’esprit des objets tri-dimensionnels et de l’espace ». Les hommes seraient également, en moyenne, plus souvent dyslexiques ; on en trouverait également davantage qui souffrent d’une « incapacité à apprendre », d’une « attention déficiente », de « troubles de l’émotion », et de « retards mentaux ». D’autres traits distinctifs seraient également indubitables, quoique moins accusés que les précédents. Par exemple, en moyenne, les hommes « se débrouilleraient un peu mieux mentalement que les femmes avec les objets en rotation et les cartes ; tandis que les femmes se remémoreraient un peu mieux les paysages et les positions d’objets ». Les femmes seraient en moyenne un peu plus « sensibles aux sons et aux odeurs », auraient « une meilleure perception de la profondeur » et « liraient mieux que les hommes les expressions faciales et le langage du corps ». Les hommes seraient également « meilleurs dans la résolution des problèmes mathématiques », tandis que « les femmes se débrouilleraient mieux dans le calcul mathématique ». On peut ajouter à cette liste que, dans la lutte pour le statut, les hommes utiliseraient volontiers la violence, tandis que les femmes préféreraient la « dépréciation et les autres formes d’agression verbale ». En outre, les femmes seraient « plus attentives aux cris quotidiens de leurs enfants » (les deux sexes répondant néanmoins de la même manière aux cris de détresse extrême) et auraient « plus de sollicitude pour eux en moyenne17 ».

  • 18 Reprenant une distinction à Christina Hoff Sommers (cf. C. H. Sommers, Who stole feminism ?, New Yo (...)
  • 19 Sur tous ces points, voir par exemple ibid., chap. xviii.

17En général, les chercheurs appartenant à ce premier sous-groupe de théoriciens naturalistes néo-darwiniens défendent un certain type de féminisme18. Les différences de dispositions moyennes qu’ils évoquent ne constituent aucunement, à leurs yeux, un argument susceptible de justifier quelque inégalité de droit ou de fait entre hommes et femmes. Ils soutiennent ainsi que l’on doit combattre, par exemple, toute entrave à la liberté de choix – en particulier professionnel –, mais aussi les inégalités de salaire à qualification égale, ou encore toutes les formes de pressions morales ou d’incitations susceptibles de décourager les jeunes filles de s’engager dans telle ou telle voie professionnelle. En revanche, comme on l’a vu, les représentants de ce premier sous-groupe sont en désaccord avec l’idée selon laquelle l’esprit des individus des deux sexes serait à la naissance une cire vierge identique, une « ardoise blanche », dont les dispositions auraient une origine purement socio-culturelle et donc acquise. En conséquence, ils estiment qu’il serait aussi illusoire qu’injuste et dangereux pour les individus de nier certaines différences statistiques de dispositions entre hommes et femmes et de considérer que l’on a un état social juste lorsque l’on a imposé dans une profession 50 % d’hommes d’un côté et 50 % de femmes de l’autre19.

La sociobiologie humaine

  • 20 E. O. Wilson, On human nature, Cambridge, Harvard University Press, 1978, p. 167.

18Le deuxième sous-ensemble de théoriciens regroupe les représentants de ce que l’on a appelé la sociobiologie humaine, au sens strict, comme, par exemple, Edward O. Wilson ou David P. Barash. Ce sont en général des biologistes, souvent éthologues ou généticiens, dont les écrits sur ce thème ont été publiés, pour l’essentiel, dans les années 1970 et 1980. Dans les modèles développés par ce courant de pensée, le lien qui unit le gène à la norme culturelle est beaucoup plus direct et univoque que dans la psychologie évolutionniste, dont nous venons de voir les principales caractéristiques. « Les gènes tiennent la culture en laisse », dit ainsi E. O. Wilson20. Dans un tel cadre, les variations culturelles sont considérées comme des différences résiduelles et contingentes, étroitement enfermées dans les limites des dispositions inscrites directement dans les gènes. En d’autres termes, aux yeux des sociobiologistes, les différences entre les genres se ramènent directement à des standards comportementaux qu’ils regardent comme universels. À leurs yeux, ces « standards » ont leur principe dans les différences de sexe et s’expliquent, en dernière instance, par la théorie néo-darwinienne, telle qu’elle a été formulée en éthologie zoologique. Les normes sociales et culturelles sont donc ici considérées comme l’expression directe de penchants biologiques.

19En général, dans ce second groupe, les dispositions jugées caractéristiques, respectivement, des hommes et des femmes sont plus nombreuses et beaucoup plus définies et précises que pour les représentants du groupe précédent. Toutefois, ces auteurs n’en tirent généralement pas argument pour justifier ou appeler de leurs vœux des différences de statut inscrites dans le droit ou des politiques incitatives ou répressives d’orientation des individus vers les activités censées correspondre aux dispositions propres à leur sexe. Ils s’appuient, assez souvent – c’est le cas en particulier de Wilson – sur les conclusions qu’ils tirent au terme de leurs argumentaires pour souligner le danger des politiques volontaristes qui voudraient ignorer les différences de dispositions moyennes innées. Ainsi s’opposent-ils, tout comme les représentants de la psychologie évolutionniste, aux politiques qui visent à imposer une répartition égale des sexes dans les professions. Mais dans la mesure où, à leurs yeux, les différences biologiques hommes/femmes sont souvent plus nombreuses et plus définies que ne le pensent les psychologues évolutionnistes, les sociobiologistes sont davantage portés à ne pas regarder comme des inégalités, comme des discriminations, les différences effectives observées dans la division sexuelle des activités au sein des sociétés humaines. En ce sens, les situations de fait leur apparaissent généralement nettement moins inégalitaires qu’elles ne le sont aux yeux de nombreux chercheurs qui inscrivent leurs vues dans le cadre de la psychologie évolutionniste.

Le sexisme naturaliste comme credo politique

  • 21 Voir, par exemple, le politiste Harvey Mansfield qui considère, dans un éditorial du Wall Street Jo (...)
  • 22 Ibid., p. 339.

20Enfin, dans un troisième groupe, on trouve des auteurs d’origines assez diverses (politistes, économistes, essayistes, journalistes, éthologues ou généticiens de la frange la plus radicale de la sociobiologie, etc.), dont le discours est explicitement et principalement orienté vers l’idée d’une réorganisation du droit calquée sur de prétendues différences « naturelles » entre les sexes. Aux yeux des représentants de ce troisième groupe, qui ne s’embarrassent généralement guère d’études empiriques solides ou de modèles explicatifs complexes, et dont la rhétorique joue essentiellement sur l’appel à de prétendues « évidences » tirées de l’« expérience ordinaire », on doit, en particulier, inciter les femmes à rester au foyer et à s’occuper de leurs enfants, tandis que les hommes consacreront leur temps à ramener pour leur famille le fruit du labeur qu’ils auront conquis de haute lutte en dehors de chez eux21. La discrimination sexuelle est donc ici une idéologie politique et morale explicite. Chez ces auteurs, le nombre des différences entre sexes regardées comme innées est porté au maximum, tandis que le poids de la culture est réduit à néant. Et les différences supposées de dispositions qu’ils invoquent – que Pinker juge pour le moins « douteuses » et « confirmant les pires craintes du féminisme22 » – sont considérées, dans leurs écrits, comme un état « naturel » qui, s’il n’est pas garanti par le droit, entraînera la société occidentale dans une décadence qui s’amorcerait déjà avec la libéralisation des mœurs et l’égalité des droits. Le volontarisme politique et le moralisme inquiet et vindicatif, qui se manifestent dans ces discours ouvertement sexistes, se situent dans le prolongement direct des idéologies qui, depuis le xixe siècle, s’articulent autour de l’idée selon laquelle la société peut et doit réguler les destinées et les penchants – il faudrait dire les corps – de chacun, conformément à de prétendues « exigences » imposées par la nature. Ces penseurs, à la différence des précédents, considèrent ainsi que l’on ne doit pas laisser les individus libres de leurs choix et de leurs activités. En somme, dans ces discours, l’invocation de la « nature » sert de justification idéologique à la domination masculine la plus violente et la plus totale.

Néo-darwinisme, naturalisme et biologie des sexes

  • 23 On trouvera ce type d’études, par exemple, dans les bibliographies de S. Pinker (ibid.), ou encore (...)

21Bien que les frontières susceptibles d’être dessinées à l’intérieur des perspectives naturalistes sur le genre soient parfois floues et labiles, tant il est vrai que les différents points de vue, y compris ceux qui s’opposent les uns aux autres, sont reliés par toute une série de positionnements intermédiaires, qui marquent autant de degrés dans la radicalité du propos au plan positif comme au plan normatif, il est assurément important d’évoquer un quatrième ensemble, qui désigne peut-être moins une communauté bien définie de chercheurs qu’une orientation prise, parfois, par certaines recherches. Il existe en effet une constellation de travaux, menés en particulier en neurosciences et en psychologie du développement, dont on peut dire qu’ils sont naturalistes, au sens où ils proposent de mettre en évidence, sur une base empirique, des différences neurophysiologiques, cognitives et émotionnelles entre les sexes, mais sans s’inscrire expressément dans un cadre explicatif néo-darwinien – ou, du moins, pouvant en être détaché sans difficulté –, ni proposer nécessairement une théorisation de la culture ou quelque argumentaire d’ordre éthico-politique23. En ce sens, ce type de recherche s’articule essentiellement autour d’un questionnement empirique bien particulier : celui des éventuels mécanismes neurophysiologiques impliqués dans les différences psychologiques susceptibles d’être mises en évidence entre les sexes aux différents âges de la vie.

  • 24 On pourra se reporter, sur ce point, par exemple, aux études évoquées par Pinker à ce sujet (in S. (...)

22Trois points importants méritent d’être ici soulignés. Tout d’abord, les conclusions qui sont formulées dans ces travaux vont parfois contre les « évidences » du sens commun invoquées, notamment, par les naturalistes du troisième sous-groupe24. En second lieu, contrairement à ce que laissent parfois entendre certains néo-darwiniens, le naturalisme n’implique pas nécessairement le néo-darwinisme. Comme l’atteste l’exemple de Noam Chomsky – certes, dans un autre domaine que celui du genre –, on peut fort bien défendre une position naturaliste sans adhérer pour autant à l’explication évolutionniste du fonctionnement de l’esprit. Bref, les enquêtes effectuées en sciences cognitives et en neurophysiologie ne peuvent être tenues pour des travaux qui valident inévitablement l’explication néo-darwinienne du sexe et du genre. Enfin et surtout, il est essentiel de souligner qu’étudier les mécanismes biologiques éventuellement impliqués dans la différenciation des conduites et croyances des hommes et des femmes n’impose pas que l’on adopte intégralement une explication déterministe au sens génétique, telle que l’entend par exemple la sociobiologie. Les forces émanant du milieu, en particulier du milieu culturel, peuvent elles-mêmes avoir une incidence importante sur le développement des mécanismes neuronaux qui sous-tendent les affects et les dispositifs cognitifs. C’est là en tout cas une possibilité, l’expérience devant trancher en dernière instance. Et, de fait, certains modèles explicatifs proposés dans les sciences cognitives ou dans la psychologie évolutionniste associent étroitement les dispositifs innés et les forces environnementales, en particulier culturelles, l’impact et le rôle des unes et des autres dans la formation des dispositions effectives des individus variant selon l’objet étudié. En d’autres termes, ce programme de recherche ne suppose pas de considérer que les conduites et les croyances humaines sont l’expression de dispositions dont le contenu et l’orientation seraient inscrits intégralement et irréversiblement dans les gènes.

Éléments pour une discussion critique interne des théories néo-darwiniennes du sexe et du genre

Difficultés pour interpréter les enquêtes visant à isoler une disposition génétique

  • 25 On peut citer, comme exemple d’une telle analyse critique détaillée, l’article de Claude Dumas et G (...)

23Comme on l’a souligné plus haut, l’argumentation développée par les naturalistes néo-darwiniens sur le genre s’appuie, en premier lieu, sur des enquêtes dont l’objectif est de montrer que, sur certains points, on observe empiriquement des corrélations entre des standards comportementaux et l’appartenance à un sexe. Les enquêtes affichant de telles conclusions se sont multipliées durant les trente dernières années. Bien entendu, il n’est pas ici question d’effectuer une critique détaillée de ces travaux. Pour être pertinente, une telle critique doit porter sur la méthodologie impliquée dans la collecte des données et dans l’interprétation qui en est faite, ou se fonder sur une contre-expertise effectuée sur un même plan empirique25. Cela étant dit, on peut remarquer que ces enquêtes sont généralement confrontées à deux difficultés méthodologiques, qu’il n’est assurément pas aisé de contourner – même si cela n’est pas impossible –, et qui rendent parfois fort délicate l’interprétation des résultats.

24Tout d’abord, tenter de mettre au jour empiriquement, de manière certaine et définitive, l’existence de dispositions psychologiques génétiquement déterminées et, surtout, le degré de précision de l’information génétique qui leur est associée et l’étendue de son influence, c’est emprunter un chemin complexe et parsemé d’embûches, dans la mesure où l’on ne les observe – c’est le cas dans les enquêtes évoquées plus haut – qu’à travers leur expression comportementale ou verbale, c’est-à-dire à travers les conduites et les paroles, dont on sait qu’elles impliquent également, souvent de façon inextricable et à un haut degré, des éléments d’origine socio-culturelle.

  • 26 Sans doute simplifions-nous ou transfigurons-nous ici un peu les choses, en n’utilisant pas exactem (...)

25L’une des questions essentielles soulevée par ces recherches est, en effet, de déterminer le contenu et le degré de précision de ce que commandent fonctionnellement les gènes. Cette information peut avoir un contenu assez indéfini et un caractère très général, et, dans ce cas, ouvrir un très large spectre de spécifications possibles dans la formation des dispositions psychologiques effectives des individus. À l’inverse, si l’information a un contenu très précis et défini, autrement dit si la disposition génétique est déjà initialement très spécifique – ce serait le cas, par exemple, d’une disposition qui pousserait un animal à « systématiquement montrer les dents lorsqu’il voit un animal rouge » –, la gamme de variations susceptibles d’être introduites par le milieu est beaucoup plus étroite. Cette question du contenu et du degré de précision d’une disposition génétique peut être illustrée, par exemple, par les faits mis au jour par Konrad Lorenz : la disposition génétique qui semble être celle des oisons à un âge précis de leur vie ne dit pas, en caricaturant un peu les choses, « suivez à ce moment de votre vie votre mère », mais « suivez à ce moment de votre vie cet objet mobile qui est près de vous ». Dans le monde animal, il se trouve que c’est généralement la mère ; en conséquence, la fonction biologique du comportement est remplie. Mais le contenu de la disposition n’est ici pas aussi précis que celui de la fonction : il n’implique pas de reconnaissance de ce qu’est une mère oie, et peut donc être « piégé » expérimentalement, comme l’a fait Konrad Lorenz en parvenant à se substituer à la mère oie26.

  • 27 C’est une erreur d’interprétation que l’on retrouve également en sciences sociales et qui a assurém (...)

26Or, de fait, les enquêtes d’inspiration naturaliste ne sont pas toujours prudentes sur ce point. Même lorsque l’on prend pour objet d’étude un caractère physique, dont le substrat génétique est indéniable – comme la taille, par exemple –, l’expression finale de la potentialité génétique – autrement dit la taille effective de l’individu – peut varier considérablement selon les conditions de milieu dans lesquelles l’individu a effectué sa croissance. Plus précisément, et conformément à ce que l’on vient de dire sur la nature de l’information génétique, le gène ou, si l’on veut, la disposition génétique, quelle qu’elle soit, d’une part, et le milieu, d’autre part, ne peuvent pas être considérés, dans l’étiologie des caractères physiologiques et psychologiques de l’individu, comme de simples facteurs concurrents dont il s’agirait de déterminer les poids respectifs à l’aide de pourcentages27. Il y a, entre ces deux éléments, non pas un rapport de variation inverse entre deux facteurs, mais le rapport d’une potentialité à ses conditions d’expression, ce qui est totalement différent. Ceci entraîne deux conséquences majeures. Tout d’abord, le schéma « un gène/une conduite », de même que l’opposition « inné/acquis », sont beaucoup trop rigides, voire trompeurs, et ne peuvent décrire qu’imparfaitement le lien qui unit une conduite à une éventuelle disposition génétique ; ensuite, comme on l’a dit, mettre au jour le contenu d’une disposition génétique et déterminer son degré de précision à partir du seul examen de son expression sont des opérations fort délicates.

27On notera que, réciproquement, il est sans doute tout aussi difficile d’isoler avec précision le rôle du milieu dans la formation des dispositions ; et qu’on ne peut conclure à l’absence ou à la faiblesse d’un fondement génétique lorsque l’on a simplement mis en évidence l’action de forces environnementales dans la formation ontogénétique d’une disposition, ou mis au jour l’existence de variations chez des individus placés dans des milieux différents. En effet, dans la mesure où le rapport entre l’information génétique et le milieu culturel est un rapport d’une potentialité à ses conditions d’expression, ce qui est concédé à la culture ou, plus largement, au milieu n’est pas nécessairement retiré à la nature. Ainsi, lorsque les biologistes évoquent une détermination génétique, par exemple lorsqu’ils soutiennent que la taille d’un individu ou la forme de la main dans l’espèce humaine sont commandées par des gènes, ils ne veulent pas dire qu’aucune force environnementale n’intervient dans le résultat final : et ceci non pas parce qu’ils concéderaient l’existence d’une « part » due au milieu, prise, en quelque sorte, sur la « part » due aux gènes ; mais parce qu’une telle affirmation est un non-sens. Un gène n’est qu’une potentialité, plus précisément le support d’une information, qui ne peut se traduire par un organe ou une disposition effective qu’au terme d’une « interaction » avec un environnement. Les mêmes gènes donneront des tailles différentes – ou, éventuellement, des dispositions différentes – s’ils s’expriment dans des conditions de milieu différentes ; mais cela n’enlève rien au caractère pleinement génétique de la taille ou de la forme de la main. Le déterminisme génétique, même le plus total, n’implique donc pas la négation d’une « action » du milieu : plus encore, il la requiert.

28De là une conséquence capitale : faire état d’un rôle du milieu dans la formation ontogénétique des dispositions observables des individus ne permet pas de démontrer l’absence d’un fondement génétique, ni même d’en minorer a priori l’impact. En réalité, dans un tel cadre, la véritable question n’est pas celle des « poids » respectifs du milieu et des gènes, de l’« inné » et de l’« acquis » – comme on l’a vu, ce ne sont pas exactement deux facteurs concurrents –, mais celle du degré de précision et de définition de l’information génétique, de la gamme de variations qu’elle laisse aux conditions de milieu particulières qui viendront spécifier, au cours du développement de l’individu, les éventuelles dispositions initiales inscrites dans ses gènes. En résumé, dans un tel cadre, la véritable question est, comme on l’a déjà souligné plus haut – si l’on accepte de poser le problème en ces termes, car on peut assurément avoir de bonnes raisons de poser le problème des rapports entre les sciences sociales et les sciences de la vie dans un autre langage –, de déterminer dans chaque cas étudié si le champ de variation et de spécification ouvert par les gènes est extrêmement étendu et général, voire presqu’infini, comme le pensent certains culturalistes, ou, à l’inverse, très réduit et précis, comme le pensent les naturalistes.

  • 28 Comme l’illustre, par exemple, l’agressivité qui peut résulter de l’absorption d’une drogue.

29Seconde difficulté méthodologique soulevée par une bonne partie des argumentations naturalistes, l’observation de corrélations universelles entre la variable du sexe, d’une part, et certaines conduites ou dispositions cognitives et émotionnelles, d’autre part, ne fournit pas, à elle seule, de certitude définitive sur l’origine biologique de celles-ci : l’universalité d’un trait n’est pas une preuve décisive de son fondement biologique, encore moins génétique. Les naturalistes néo-darwiniens jouent ainsi parfois sur l’ambiguïté qui entoure l’idée de « nature humaine », en rendant synonymes les termes « universel », « naturel », « biologique » et « génétique ». Or l’universel commun aux humains, ce n’est pas nécessairement et exclusivement le patrimoine biologique. On ne peut rejeter l’idée que certaines conduites, par exemple, soient universelles pour des motifs rationnels ; ou encore en raison de règles culturelles elles-mêmes présentes dans toutes les sociétés. De même, les termes « biologique » et « organique » ne sont pas équivalents à ceux de « génétique » ou « inné » : rien ne dit, a priori, que l’orientation de telle disposition biologique ou l’intensité de tel penchant organique chez un individu ne sont pas les conséquences d’événements contingents28 ou de causes principalement environnementales. Réciproquement, il faut admettre que l’argument des différences entre les cultures n’est pas a priori décisif, à lui seul, pour prouver que les conduites ou les croyances ne sont sous-tendues par aucune disposition génétique spécifique : les naturalistes peuvent rétorquer, à cette étape de l’argumentation du moins, que les différences culturelles trouvent leur fondement dans des différences génétiques.

Des dispositions génétiques aux faits sociaux : l’impossibilité d’établir une ligne directe et univoque

  • 29 Voir E. O. Wilson, La sociobiologie, lexique.

L’argumentation des naturalistes ou, du moins, parmi eux, des sociobiologistes et a fortiori de ceux qui appartiennent au troisième sous-ensemble évoqué précédemment – les naturalistes les plus radicaux – soulève une troisième difficulté, davantage théorique cette fois, qui tient à la conception du fait social ou culturel sur laquelle ils s’appuient. Comme on l’a souligné plus haut, l’objet des théories naturalistes néo-darwiniennes, tel qu’elles le définissent elles-mêmes, est le comportement, décrit dans un langage qui renvoie aux effets des mouvements du corps, effets mesurés en terme de chances de survie et de nombre de descendants. Le comportement altruiste, par exemple, est défini comme le comportement qui « augmente les chances de survie d’autrui29 ». De même, les affects sont qualifiés, dans un tel cadre, en fonction de la signification et des effets biologiques des comportements auxquels ils prédisposent. Quelles sont les difficultés soulevées par un tel point de vue théorique ?

  • 30 Pour davantage de précisions et de développements sur ce point, voir D. Guillo, « Théorie des résid (...)

30Tout d’abord, les conduites réunies par les naturalistes néo-darwiniens sous le vocable « altruisme » ne recouvrent pas exactement celles que le sens commun ou encore les sciences sociales désignent par ce terme, par exemple dans le cadre d’une sociologie « compréhensive ». En effet, certains actes qui procèdent d’intentions altruistes affichées n’augmentent pas objectivement « les chances de survie d’autrui » : l’enfer est ainsi souvent pavé de bonnes intentions. Rien n’interdit, bien entendu, de choisir la définition des néo-darwiniens et d’étudier ensuite les phénomènes qu’elle recouvre. Mais la théorie de l’altruisme qui sous-tend cet emploi ne peut pas permettre, directement du moins et sans plus de précisions – contrairement à ce qu’affirment parfois les tenants du néo-darwinisme –, d’expliquer l’« altruisme » au sens où l’entendent les sciences sociales ou le langage ordinaire, ni les phénomènes désignés par des mots synonymes ou à la signification proche, comme, par exemple, celui du « don »30. Les définitions n’étant pas superposables, l’explication donnée par les néo-darwiniens ne peut directement valoir pour rendre compte de tels phénomènes.

31Surtout, puisque l’objet d’étude des néo-darwiniens, tel qu’ils le définissent, consiste en des comportements, décrits en termes de mouvements physiques et de conséquences biologiques – plus précisément, de conséquences pour la darwinian fitness du gène censé commander ces mouvements –, les naturalistes dont il est ici question sont portés à expliquer les normes et les croyances collectives, comme on l’a souligné plus haut, en considérant que celles-ci ne sont rien d’autre que l’expression directe du « murmure intérieur chuchoté par nos gènes ». Ainsi les différences qui séparent les « standards » attachés à chacun des deux sexes dans toutes les cultures sont-elles, à leurs yeux, l’expression de dispositions génétiques. Celles-ci s’exprimeraient dans le langage humain à travers des préceptes et des croyances. Les sociétés n’accorderaient ainsi telle caractéristique au masculin, par exemple l’agressivité ou le goût pour la compétition, que parce que les hommes seraient naturellement davantage disposés à l’agressivité et poussés à ressentir le désir d’en découdre. Éprouvée par les femmes et les hommes, de l’intérieur, dans leurs propres sentiments, et de l’extérieur, dans les sentiments qu’ils observeraient chez autrui, la différence d’agressivité ou de goût pour la lutte, qui distinguerait chacun des deux sexes, conduirait les êtres humains à regarder ces deux dispositions, dans toutes les sociétés, comme des caractéristiques ou des vertus typiquement masculines. De la même façon, les sociétés humaines prohiberaient l’inceste parce que la majorité des humains ressentiraient un dégoût pour les rapports sexuels avec leurs proches parents. L’interdit serait ici l’expression d’une aversion.

32Or, exprimée comme telle, cette théorie de la norme comme expression d’affects naturels soulève une difficulté. En effet, les dispositions attribuées par les naturalistes à chacun des deux sexes sont parfois assez générales et indéfinies, du moins chez certains sociobiologistes et chez les psychologues évolutionnistes. Ces savants évoquent, par exemple, des différences moyennes d’« agressivité », d’« attachement aux enfants », ou encore de « goût pour la lutte et la concurrence » entre les hommes et les femmes. Or les normes sociales, mais également les conduites effectives des individus, autrement dit tout ce que les sciences sociales cherchent à expliquer, ne recouvrent pas exactement la table des dispositions psychologiques que les naturalistes néo-darwiniens regardent comme ayant un fondement génétique. On ne peut donc pas dire que les conduites et les normes sont des expressions ou des spécifications, ou des particularisations directes de dispositions plus générales et indéfinies inscrites dans les gènes.

  • 31 Fabriquer de la fausse monnaie dans nos sociétés, par exemple. Ces points avaient déjà été souligné (...)

33Prenons l’exemple de l’agressivité et du crime. Supposons que des mécanismes d’origine génétique soient impliqués dans l’agressivité physique, le comportement violent. Même si une telle hypothèse était vérifiée, elle ne suffirait pas pour rendre compte de ce que les sciences sociales se donnent généralement pour objet. Une disposition d’origine génétique ou même simplement organique à l’agressivité ne pourrait permettre d’expliquer, par exemple, le comportement criminel en général. En effet, pour expliquer le comportement criminel, et même tout simplement pour le décrire, le répertorier et le dénombrer, il faut mobiliser le critère « crime », autrement dit la définition qu’une société donne de ce phénomène. Or, non seulement cette définition n’est pas stable d’une société à l’autre ou, dans une même société, d’une période à l’autre – autrement dit, les types de comportements qui sont regroupés sous la catégorie crime varient –, mais surtout, elle recouvre toujours aussi des comportements qui ne supposent pas de dispositions agressives, au sens où l’entendent généralement les biologistes31. De sorte que l’agressivité ne peut suffire pour rendre compte du phénomène du crime, dont l’explication relève d’une logique explicative intégrant des éléments socio-historiques indépendants au plan épistémologique.

  • 32 Tarde, en particulier, développe un semblable argument lorsqu’il critique la théorie de la « prosti (...)
  • 33 Des exemples de telles enquêtes empiriques ont été présentés ici dans la section consacrée à la psy (...)
  • 34 Par exemple, des variations très fortes de l’agressivité moyenne des hommes dans les différentes so (...)

34Plus généralement, une même disposition peut trouver à s’exprimer dans des carrières sociales très différentes : la disposition agressive peut sans doute se déployer librement et avec succès dans des carrières comme celles de boxeur, de militaire, ou encore de théoricien naturaliste du troisième groupe évoqué plus haut (celui qui comprend les plus radicaux d’entre eux). Réciproquement, une conduite humaine décrite en des termes comme le crime, la guerre, le contrat, le don, le sport ou l’éducation, peut être le terrain d’expression de dispositions psychologiques très variées : les affects mobilisés par les joueurs d’une même équipe de football lors d’un match, par exemple, diffèrent largement d’un individu à l’autre32. En conséquence, la table des affects humains, à supposer qu’elle puisse être établie définitivement et qu’elle recoupe une gamme définie de dispositifs génétiques, ne recouvre pas exactement celle des conduites sociales et, encore moins, celle des normes et représentations collectives. Aussi, les résultats des enquêtes qui se proposent de mettre au jour des corrélations empiriques entre le sexe et certains « standards comportementaux »33, à supposer qu’ils soient valides, ne peuvent suffire pour expliquer les phénomènes sociaux et culturels humains. Ces enquêtes peuvent simplement permettre d’établir, dans le meilleur des cas, un réservoir de dispositions générales, définies en un sens statistique ou probabiliste, dispositions susceptibles, d’une part, de se traduire chez les individus, selon l’environnement – en particulier culturel – dans lequel leur esprit se développe, en conduites réelles variées – du moins jusqu’à un certain point –, et, d’autre part, de se trouver impliquées dans la constitution de normes socio-culturelles plus variées encore. Mais elles ne peuvent suffire pour rendre compte des variations fortes dans les dispositions observées d’une société à l’autre34 – or ce sont précisément ces variations que les sciences sociales se proposent souvent d’expliquer – ni, directement du moins, des conduites ou des faits sociaux, tels qu’ils sont qualifiés par les sciences sociales.

  • 35 La séparation disciplinaire suppose, en effet, simplement une distance épistémologique, elle n’exig (...)
  • 36 C’est d’ailleurs ce que reconnaissent certains anthropologues, qui ont défendu, un temps, dans les (...)

35Aussi doit-on probablement reconnaître – sans qu’il soit nécessaire pour cela d’entrer dans les méandres complexes du débat épistémologique sur le « réductionnisme », ou d’admettre l’idée d’une « coupure » ontologique entre nature et culture, d’une « autonomie » radicale des phénomènes humains – que le lien entre les affects et les faits sociaux est suffisamment complexe pour justifier l’existence d’une séparation disciplinaire entre les sciences sociales et les sciences de la vie. Ce qui ne signifie pas – bien au contraire – que l’on doive renoncer à étudier les modalités selon lesquelles les phénomènes étudiés par les sciences sociales s’articulent avec ceux qui relèvent de la biologie35, ni que les connaissances accumulées par l’une de ces disciplines sont sans incidence sur les hypothèses et les conclusions développées par l’autre. Simplement, pour reprendre le thème dont il est ici question, les réflexions sur la différence des sexes ne peuvent assurément épuiser les multiples questions suscitées par la distinction des genres36.

36*

37L’objectif poursuivi dans cet article était de présenter les théories naturalistes contemporaines du sexe et du genre, pour en proposer ensuite une discussion critique interne. Car le fait que la critique externe domine assez largement en sciences sociales a assurément des conséquences non négligeables.

  • 37 On notera, à cet égard, que la critique externe est très abondamment utilisée par les naturalistes (...)

38Tout d’abord, on peut se demander si elle ne contribue pas, au bout du compte, à atténuer le poids des objections adressées par les sciences sociales, dans la mesure où elle a sans doute moins de force que la critique interne, en particulier aux yeux des lecteurs extérieurs aux sciences sociales37. Surtout, il est possible qu’à s’en tenir au rejet en bloc, les sciences sociales aient parfois abandonné ou laissé à d’autres un champ d’investigation, un problème – celui du mode d’articulation qui doit être établi entre la nature et la culture, entre le biologique et le culturel, entre le sexe, tel qu’il est étudié dans les sciences de la vie, et le genre, tel qu’il est étudié en sociologie et en anthropologie –, considérant, dans le même mouvement, que l’acceptation de l’hypothèse selon laquelle il existe des dispositions propres à chaque sexe, liées d’une manière ou d’une autre à des variables biologiques, vaudrait comme une contestation de leurs acquis et, corrélativement, comme une concession au naturalisme.

39Or une telle attitude soulève deux questions qui méritent d’être posées, même si on les laisse largement ouvertes dans le cadre de cet article.

40Tout d’abord, l’hypothèse de l’existence d’éventuelles dispositions, biologiques ou non, propres, en moyenne, à chaque sexe, est un problème empirique. Aussi paraît-il difficile de se prononcer sur cette hypothèse, en particulier de considérer qu’elle n’est pas valide, comme le font par exemple les culturalistes extrêmes, sans mener d’enquêtes précises et détaillées à l’intérieur de ce champ d’investigation, c’est-à-dire sur le terrain même où les naturalistes pensent pouvoir les mettre au jour. Comme on l’a vu, prouver qu’il existe une différence de dispositions génétiques entre les sexes à partir de corrélations statistiques est une opération délicate ; mais on peut se demander s’il n’est pas tout aussi difficile de prouver qu’il n’en existe pas.

  • 38 Sur cette idée appliquée au thème du genre, on peut se reporter, entre autres, à Melford Spiro, « P (...)
  • 39 Nous faisons ici référence au mot « biologie », avec toutes les précisions et les nuances évoquées (...)

41En outre, il est important de souligner que la reconnaissance de l’existence de dispositions génétiques propres à chaque sexe n’implique pas nécessairement l’adoption d’une explication naturaliste du genre, encore moins l’adoption du modèle néo-darwinien. Toute une série de modèles explicatifs développés en sciences sociales peuvent s’accommoder en effet de l’existence de telles dispositions, sans pour autant voir leur intégrité fondamentalement affectée. Comme on l’a souligné plus haut, l’hypothèse de l’existence d’une différence entre les sexes dans certaines dispositions ne constitue qu’un maillon, parmi beaucoup d’autres, de la chaîne du raisonnement naturaliste néo-darwinien, qui présente d’ailleurs, comme on a tenté de le montrer, des visages assez divers. On peut donc fort bien admettre cette hypothèse et refuser les attendus et les conclusions de l’explication néo-darwinienne du genre dans l’espèce humaine. En d’autres termes, on peut sans doute reconnaître le profond caractère historique et culturel du phénomène du genre, sans qu’il soit nécessaire pour autant de considérer que l’esprit humain est, à l’origine, une cire totalement vierge, parfaitement identique dans les deux sexes. La validité de la première hypothèse n’est pas suspendue à celle de la seconde38. Défendre l’hypothèse d’une historicité profonde de la distinction des genres, soutenir que l’on ne peut déduire des données de la biologie les explications des faits sociaux se rapportant au couple féminin/masculin, ou encore prendre acte de la variabilité culturelle des standards comportementaux qui leur sont attachés, tout ceci n’impose pas de considérer que les cultures façonnent intégralement les esprits, qu’il n’y a aucune différence, liée d’une manière ou d’une autre à la biologie39, dans les dispositions moyennes observables dans les deux sexes. Et admettre l’existence de telles différences n’impose pas de renoncer à défendre le principe éthique d’une égalité entre les sexes ; car le principe d’égalité n’est pas conditionné par l’existence d’une identité entre les propriétés objectives des sexes ou des genres.

42On choisira de conclure cet article en appliquant au genre les réflexions générales proposées naguère par Claude Lévi-Strauss à propos de la sociobiologie :

  • 40 C. Lévi-Strauss, Le regard éloigné, Paris, Plon, p. 57-58.

C’est surtout cette pensée relâchée qui inquiète de la part des sociobiologistes ; car si leurs réflexions naïves et simplistes ne les entraînaient pas toujours trop loin sur leur lancée : de la considération du langage en général, ou de l’aptitude générale à la culture, à la prétention exorbitante d’expliquer par la génétique les caractères particuliers de telle ou telle culture, on conviendrait aisément avec eux que la recherche des rôles respectifs de l’inné et de l’acquis dans la condition humaine constitue un problème de première importance, et qu’il est possible de l’aborder avec sérieux depuis que l’ancienne anthropologie physique, et ses hypothèses raciales ont fait place à la génétique des populations […] Si l’universalité du langage articulé chez l’homme tient à l’existence de certaines structures cérébrales propres à notre espèce, il en résulte que, comme ces structures elles-mêmes, l’aptitude au langage articulé doit avoir une base génétique. On n’a pas le droit de fixer des bornes aux recherches de ce type, à la condition, toutefois, de se convaincre que les problèmes posés par la diversité des groupes humains requièrent, de la part des chercheurs, une prudence qui leur a trop souvent manqué40.

Notes

1 On s’en tiendra ici aux théories produites par des chercheurs institutionnellement rattachés aux sciences de la vie ou aux sciences sociales lato sensu. On n’évoquera pas, ou peu, les vues proposées sur ce thème, par exemple, dans la vulgarisation scientifique, dans la presse ou dans la littérature.

2 En simplifiant, on peut dire que les tenants de ce modèle considèrent que le processus évolutif qui a conduit aux êtres vivants actuels a pour fondement principal la modification cumulative des fréquences des gènes dans les populations biologiques au fil des générations – il faudrait toutefois ajouter l’isolement reproductif, qui conduit à la spéciation. Selon eux, cette modification est causée par une série de mécanismes dont le principal est la sélection naturelle, c’est-à-dire la reproduction différentielle des individus, les autres mécanismes étant la mutation, la migration et la dérive génétique. Sur ces points, voir E. Sober, The nature of selection. Evolutionary theory in philosophical focus, Chicago, University of Chicago Press, 1984. Pour les applications de ce modèle à la question des différences entre sexes, voir en particulier R. L. Trivers, « Parental investment and sexual selection », in B. Campbell, ed., Sexual selection and the descent of man, Chicago, Aldine, 1972 ; E. O. Wilson, La sociobiologie, Monaco, Le Rocher, 1987, p. 536-537 (trad. de l’édition abrégée de Sociobiology. The new synthesis, Cambridge, Havard University Press, 1975) ; R. Fox, « La sélection sexuelle et le rôle du choix féminin dans l’évolution du comportement humain », in E. Sullerot, ed., Le fait féminin, Paris, Fayard, 1978, p. 359-373 ; D. Symons, The evolution of human sexuality, Oxford, Oxford University Press, 1979 ; et Id., « Beauty is in the adaptations of the beholder. The evolutionary psychology of human female sexual attractiveness », in P. R. Abramson & S. D. Pinkerton, eds, Sexual nature, sexual culture, Chicago, University of Chicago Press, 1995 ; M. Daly & M. Wilson, Sex, evolution and behavior, Belmont, Wadsworth, 1983 ; et Id., « Evolutionary psychology of male violence », in J. Archer, ed., Male violence, Londres, Routledge, 1994 ; J. Lopreato, Crisis in sociology. The need for Darwin, New Brunswick, Transactions Publishers, 1999, part. III, chap. vi ; ou encore S. Pinker, The blank slate. The modern denial of human nature, Londres, Penguin Books, 2002, chap. xviii. Enfin, pour une présentation en français du néo-darwinisme et de ses différentes applications à l’homme, voir D. Guillo, Sciences sociales et sciences de la vie, Paris, Presses universitaires de France, 2000.

3 Voir, par exemple, J. Lopreato, Crisis in sociology…, part. III, chap. vi ; ou encore S. Pinker, The blank slate…, chap. xviii.

4 Voir, par exemple, ibid., chap. xii.

5 La littérature sur les différences anatomiques et éthologiques entre les sexes dans le monde vivant est extrêmement abondante. Ce champ de recherche s’est considérablement développé durant les trente dernières années, tant au plan théorique qu’au plan empirique. Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut citer les travaux de G. A. Parker, R. R. Baker & V. G. F. Smith, « The origin and evolution of gametic dimorphism and the male-female phenomenon », Journal of Theoretical Biology, 36, 1972, p. 529-553 ; J. M. Smith, The evolution of sex, Cambridge, Cambridge University Press, 1978 ; et Id., Game, sex and evolution, New York, Harvester Wheatsheaf, 1988 ; R. Dawkins, The selfish gene, Oxford, Oxford University Press, 1976, chap. ix. Ces travaux reprennent, en l’adaptant au cadre conceptuel nouveau proposé par l’éthologie néo-darwinienne et en la complexifiant considérablement, l’idée d’une « sélection sexuelle » proposée par Charles Darwin, in C. Darwin, The origin of species, Londres, John Murray, 1859, chap. iv. Pour une présentation, à la fois historique et analytique des vues générales développées en éthologie, voir le remarquable ouvrage de synthèse de J.-L. Renck & V. Servais, L’éthologie. Histoire naturelle du comportement, Paris, Seuil, 2002, qui, bien qu’il ne soit pas spécifiquement consacré aux sexes, livre davantage d’éléments empiriques que les travaux cités ci-dessus. On trouve dans la littérature néo-darwinienne et, plus généralement, dans la littérature éthologique d’autres variantes du modèle explicatif que nous présentons ici. On notera que, sous l’effet des discussions et des recherches, le modèle s’est progressivement complexifié et modifié depuis trente ans. Toutefois, c’est généralement sous la forme que l’on a choisi de présenter ici, du moins sous une forme approchée, qu’il est apparu dans les argumentaires proposant d’étendre à l’homme les vues développées sur les sexes en biologie.

6 Ce point est essentiel pour saisir le sens de la conception du sexe dans la biologie néo-darwinienne, qui rompt à certains égards avec le sens ordinaire de la notion. Selon les néo-darwiniens, l’existence de deux sexes dans ces espèces ancestrales pourrait tenir simplement aux avantages que procure le mélange génétique qu’elle entraîne, à travers la reproduction, dans les populations biologiques. Or pour obtenir de tels avantages, il n’est pas nécessaire que les individus des deux groupes présentent des différences autres que celles qui sont indispensables pour orienter la reproduction de chaque individu vers des individus de l’autre groupe, ce qui peut être réalisé par des mécanismes d’orientation très simples, très localisés et identiques dans chacun des deux groupes qui composent l’espèce. Voilà pourquoi les différences morphologiques, physiologiques et éthologiques entre les individus des deux sexes de cette espèce ancestrale peuvent être presque nulles ou insignifiantes. En un sens, il n’y aurait ici, ni mâles, ni femelles : deux sexes – c’est-à-dire en fait, dans le sens que prend ici la notion, deux groupes d’individus qui ne peuvent se reproduire que par paires composées d’un individu de chaque groupe – existent, mais sans différence qualitative originelle importante. En particulier, dans cette espèce ancestrale, le comportement et les organes de reproduction des deux sexes peuvent être parfaitement identiques.

7 Chacune des propositions du raisonnement qui suit est formulée et posée, comme celle-ci, « toutes choses égales par ailleurs ». Pour éviter d’alourdir le texte, nous avons pris le parti de ne pas réécrire à chaque fois cette expression, qui est toutefois, il faut le souligner, d’une grande importance épistémologique dans l’argumentaire des néo-darwiniens.

8 Sur tous ces points, voir en particulier R. Dawkins, The selfish gene, chap. ix. Pour une variante un peu différente et plus complexe, voir J. M. Smith, The evolution of sex ; et Id., Game, sex and evolution.

9 Les comportements comme ceux des mâles qui, dans certaines espèces, gardent les nids, ne sauraient ainsi constituer a priori des réfutations de ce modèle : les néo-darwiniens sont en mesure d’en bâtir une explication théorique. Sur ces points complexes, voir par exemple R. Dawkins, The selfish gene, p. 213-214, et, plus largement, le chapitre ix.

10 Voir par exemple D. P. Barash, Sociobiology and behavior, New York, Elsevier, 1977, p. 293.

11 D. P. Barash, The whisperings within. Evolution and the origins of human nature, New York, Harper & Row, 1979.

12 Voir par exemple E. O. Wilson, La sociobiologie, dernier chapitre.

13 En traduisant evolutionary par « évolutionniste », plutôt que par « évolutionnaire », nous reprenons ici la traduction française la plus utilisée pour désigner ce courant du néo-darwinisme. Pour une présentation générale de ce paradigme, voir J. Barkow, L. Cosmides & J. Tooby, The adapted mind. Evolutionary psychology and the generation of culture, Oxford, Oxford University Press, 1992.

14 Le degré d’autonomie attribué à la culture reste toutefois assez variable selon les auteurs.

15 Voir S. Pinker, The blank slate…, chap. xviii.

16 Ibid., p. 344.

17 Sur tous ces points, voir ibid., p. 344-345.

18 Reprenant une distinction à Christina Hoff Sommers (cf. C. H. Sommers, Who stole feminism ?, New York, Simon & Schuster, 1994), Pinker défend ainsi un « equity feminism », qu’il oppose au « gender feminism ». Le premier est, selon lui, une doctrine morale qui « s’oppose à la discrimination sexuelle et aux autres formes d’injustice envers les femmes ». Le second, quant à lui, est une « doctrine empirique », qui repose, aux yeux de Pinker, sur des propositions erronées, en particulier, l’hypothèse de la « cire vierge », autrement dit d’une absence totale de différences de dispositions biologiques moyennes entre hommes et femmes (S. Pinker, The blank slate…, p. 341-343).

19 Sur tous ces points, voir par exemple ibid., chap. xviii.

20 E. O. Wilson, On human nature, Cambridge, Harvard University Press, 1978, p. 167.

21 Voir, par exemple, le politiste Harvey Mansfield qui considère, dans un éditorial du Wall Street Journal, que « l’élément protecteur de l’humanité est mis en danger par le fait que les femmes ont un accès égal à celui des hommes aux travaux en dehors de la maison » (cité in S. Pinker, The blank slate…, p. 339), ou encore Leon Kass, président du Comité d’éthique de la Maison Blanche (cité in ibid., p. 341). On notera que Pinker rejette fermement ces points de vue, tant au plan scientifique qu’au plan éthique.

22 Ibid., p. 339.

23 On trouvera ce type d’études, par exemple, dans les bibliographies de S. Pinker (ibid.), ou encore dans certaines études mentionnées in D. C. Geary, Hommes, femmes. L’évolution des différences sexuelles humaines, Bruxelles, De Boeck, 2003.

24 On pourra se reporter, sur ce point, par exemple, aux études évoquées par Pinker à ce sujet (in S. Pinker, The blank slate…, p. 344-358).

25 On peut citer, comme exemple d’une telle analyse critique détaillée, l’article de Claude Dumas et Gilles Kirouac, « Analyse critique des fondements empiriques de l’interprétation sociobiologique de l’évitement de l’inceste chez l’humain », Social Sciences Information, 23 (6), 1984, p. 895-913. Les auteurs y font la critique d’une étude de Joseph Shepher très régulièrement citée dans la littérature sociobiologique, sur les jeunes filles et garçons des Kibboutz (J. Shepher, « Mate selection among second-generation kibbutz adolescents and adults : incest avoidance and negative imprinting », Archives of Sexual Behavior, 1, 1971, p. 293-307).

26 Sans doute simplifions-nous ou transfigurons-nous ici un peu les choses, en n’utilisant pas exactement le vocabulaire des biologistes. Mais le but est ici avant tout de souligner toute la complexité de ce dont parlent les biologistes lorsqu’ils évoquent l’existence de comportements innés ou ancrés dans les gènes.

27 C’est une erreur d’interprétation que l’on retrouve également en sciences sociales et qui a assurément eu des effets fort négatifs dans la conceptualisation des rapports entre nature et culture, et les débats qui l’ont accompagnée.

28 Comme l’illustre, par exemple, l’agressivité qui peut résulter de l’absorption d’une drogue.

29 Voir E. O. Wilson, La sociobiologie, lexique.

30 Pour davantage de précisions et de développements sur ce point, voir D. Guillo, « Théorie des résidus et sociobiologie : un regard critique », in A. Bouvier, ed., Pareto aujourd’hui, Paris, Presses universitaires de France, 1999. Ceci est toutefois davantage vrai pour les sociobiologistes que pour les théoriciens naturalistes du premier groupe (les psychologues évolutionnistes), dont une partie est beaucoup plus nuancée sur ce thème, dans la mesure où ils accordent une place importante à la complexité des mécanismes psychologiques et, pour certains, culturels. Les vues théoriques générales développées par Dan Sperber (par exemple in D. Sperber, La contagion des idées, Paris, Odile Jacob, 1996), en particulier, ne nous paraissent pas tomber sous le coup de cette critique, ni de celle formulée dans les paragraphes qui suivent.

31 Fabriquer de la fausse monnaie dans nos sociétés, par exemple. Ces points avaient déjà été soulignés par Gabriel Tarde, dans son livre La criminalité comparée, Paris, Alcan, 1886 ; et par Émile Durkheim, De la division du travail social, Paris, Alcan, 1893.

32 Tarde, en particulier, développe un semblable argument lorsqu’il critique la théorie de la « prostituée-née » de Cesare Lombroso : voir G. Tarde, La criminalité comparée, p. 60-61.

33 Des exemples de telles enquêtes empiriques ont été présentés ici dans la section consacrée à la psychologie évolutionniste, p. 262.

34 Par exemple, des variations très fortes de l’agressivité moyenne des hommes dans les différentes sociétés, qui peuvent être très importantes, beaucoup plus que celles qui séparent les hommes et les femmes en général.

35 La séparation disciplinaire suppose, en effet, simplement une distance épistémologique, elle n’exige pas l’existence d’une rupture ontologique.

36 C’est d’ailleurs ce que reconnaissent certains anthropologues, qui ont défendu, un temps, dans les années 1970, la sociobiologie, comme William H. Durham (in Coevolution. Genes, culture and human diversity, Stanford, Stanford University Press, 1991), ou certains théoriciens de la sociobiologie animale, comme Richard Dawkins, qui développe une théorie de la culture – la théorie des mèmes –, dans laquelle celle-ci est considérée comme obéissant à une logique évolutive autonome à l’égard des gènes (R. Dawkins, The selfish gene, chap. xi).

37 On notera, à cet égard, que la critique externe est très abondamment utilisée par les naturalistes eux-mêmes, qui ne proposent guère, souvent, de véritable critique interne des sciences sociales, comme l’illustrent, par exemple, les écrits de Pinker. Sur ce point, voir S. Pinker, The blank slate…

38 Sur cette idée appliquée au thème du genre, on peut se reporter, entre autres, à Melford Spiro, « Préculture et genre », in Id., Culture et nature humaine, Paris, Presses universitaires de France, 1995, p. 91-106 (1re éd. Chicago, 1987). Notons que les différents points évoqués dans cette conclusion sont développés dans D. Guillo, « Les sciences de la vie, alliées naturelles du naturalisme ? De la diversité des articulations possibles entre biologie et sciences sociales », in M. de Fornel & C. Lemieux, eds, Naturalisme versus constructivisme ?, Paris, Éd. de l’EHESS, 2008 (« Enquête » 6), p. 187-212.

39 Nous faisons ici référence au mot « biologie », avec toutes les précisions et les nuances évoquées plus haut à propos de la nature de l’information génétique et des mécanismes organiques dans lesquels elle est impliquée.

40 C. Lévi-Strauss, Le regard éloigné, Paris, Plon, p. 57-58.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search