Version classiqueVersion mobile

Ce que le genre fait aux personnes

 | 
Irène Théry
, 
Pascale Bonnemère

Sexe/genre, âme/corps : la personne et la question de la dualité

Sexe et genre au xviiie siècle. Quelques remarques sur l’hypothèse d’une « fabrique du sexe »

Sex and Gender in the 18th century. Further comments on the hypothesis of a « making sex »

Sylvie Steinberg

Résumé

Depuis la parution en 1990 du livre de Thomas Laqueur, Making sex (traduit en français sous le titre La fabrique du sexe, en 1992), un certain nombre de travaux, principalement anglo-saxons, se sont employés à approfondir sa thèse principale : l’idée qu’une rupture s’est produite entre le xviie et le xviiie siècle dans la conception médicale de la différence des sexes et, qu’à une conception unisexe de l’individu où hommes et femmes se trouvaient à la fois dans un rapport de hiérarchie au regard de la grande chaîne des êtres, et d’homologie au regard de leurs organes génitaux et des humeurs de leurs corps, les médecins ont substitué – avec des superpositions et des survivances parfois très durables –, une conception qui consacre l’invention de deux sexes biologiques, isolés de tout prolongement cosmologique et agissant dans un rapport de différence, voire d’incommensurabilité. Cette étude se propose de dresser un bilan des apports méthodologiques de l’ouvrage de Thomas Laqueur et de faire état des principales discussions qui ont prolongé ses travaux, qu’il s’agisse des débats sur le noyau même de sa démonstration (bien-fondé de l’hypothèse unisexe, datation de la rupture, utilisation de la dichotomie sexe/genre…) ou des discussions sur les effets induits de cette rupture dans la vie sociale, dans les relations familiales et sexuelles, ou dans le domaine politique pour les hommes et les femmes du xviiie siècle.

Texte intégral

  • 1 T. Laqueur, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le sexe en Occident, Paris, Gallimard, 1992  (...)
  • 2 Voir la recension critique de K. Harvey, « The century of sex ? Gender, bodies and sexuality in the (...)
  • 3 L. Schiebinger, The mind has no sex ? Women in the origins of modern science, Cambridge, Harvard Un (...)
  • 4 On trouvera de nombreux éclairages dans F. Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, Paris, ENS Éditio (...)

1Depuis sa parution en 1990, l’ouvrage de Thomas Laqueur, Making sex, body and gender from the Greeks to Freud, est sans doute de ceux qui sont le plus fréquemment cités dans les bibliographies des ouvrages en français portant sur l’histoire de la différence des sexes. Pour autant, il n’a pas suscité en France, où il a été traduit en 1992 sous le titre La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le sexe en Occident, accompagné d’une préface nouvelle, les mêmes travaux et les mêmes débats que dans d’autres pays européens1. Pour s’en convaincre aisément, on se reportera par exemple au récent article de Karen Harvey2 qui fait le point sur les discussions et les recherches qu’il a inspirées chez les historiens de l’Angleterre moderne. On pourrait s’interroger utilement sur les raisons qui expliquent la singularité de la réception française aux thèmes développés par Laqueur ou, dans le même temps, par d’autres historiens américains, comme Londa Schiebinger3, en revenant sur l’évolution de l’histoire des femmes, sur la manière dont le concept de genre a été introduit et discuté dans les sciences humaines4, ou encore sur les discontinuités qu’a connues l’histoire de la sexualité en France depuis son âge d’or, dans les années soixante-dix. Ce n’est pourtant pas à l’historiographie que je m’intéresserai ici, puisque, d’une certaine manière, il est encore trop tôt pour dresser un bilan historiographique. Je me contenterai d’évoquer, à mon tour, les points de discussion que soulève le livre de Laqueur, plus de dix ans après sa traduction, ainsi que les axes de recherche qui se dégagent de sa fréquentation. Je m’intéresserai plus particulièrement à sa thèse centrale, du moins aux yeux des historiens de l’époque moderne, selon laquelle un tournant se serait opéré entre la fin du xviie siècle et la fin du xviiie siècle dans les conceptions médicales de la différence des sexes.

  • 5 Voir J. Cadden, The meanings of sex difference in the Middle Age, Cambridge, Cambridge University P (...)
  • 6 Sur ce point, voir L. Schiebinger, The mind has no sex ?…, p. 189-213.

2Rappelons d’abord les grands traits de cette thèse. La médecine ancienne, depuis l’Antiquité, c’est-à-dire depuis Hippocrate (ou plutôt l’ensemble de textes issus des corpus qui lui sont attribués), aurait représenté la différence des sexes suivant un modèle que Laqueur appelle « unisexe ». Les organes génitaux de l’homme et de la femme sont considérés par Galien (iie siècle de notre ère) comme identiques et inversés avec une série d’analogies entre les testicules et les ovaires (les testicules de la femme), le scrotum et l’utérus, le pénis et le vagin. Les fluides qui circulent à l’intérieur du corps de l’homme et de la femme sont identiques (ce qui est en particulier vrai pour la semence car, pour Hippocrate et Galien, la semence féminine joue un rôle dans la génération) et obéissent à des conversions internes (le sang menstruel se transformant, par exemple, en lait quand la femme accouche). En dernier ressort, les fluides corporels (le sang, la bile, l’atrabile, le flegme) s’inscrivent dans une médecine humorale qui oppose en couples binaires les qualités attribuées à chaque sexe, le chaud/le froid, le sec/l’humide, le haut/le bas, la droite/la gauche. Cette médecine ancienne hippocratique et galénique (je laisse de côté pour l’instant les théories de la génération d’Aristote) a eu une postérité immense durant le Moyen Âge – qui retient peu l’attention de Laqueur et qui reste assez mal connue5 – et, surtout, à partir de la Renaissance. Entre la fin du xviie siècle et la fin du xviiie siècle, ce modèle de représentation et d’explication est remis en cause, alors qu’un certain nombre de grandes découvertes anatomiques effectuées précédemment (pseudo-découverte ou plutôt description du clitoris par Realdo Colomb et Gabriel Fallope en 1559-1560, découverte des trompes par le même Gabriel Fallope en 1561) n’avaient pas entièrement entamé le modèle galénique, qui restait le paradigme dominant. S’impose alors, chez un certain nombre de médecins de la fin du xviiie siècle et plus encore au xixe siècle, l’idée que la femme présente des différences physiologiques incommensurables de fibres, de muscles, de vaisseaux et des particularités anatomiques (bassin très large, poitrine étroite, tête petite)6, comme si, suivant l’expression de Thomas Laqueur, elle différait de l’homme comme les pommes diffèrent des oranges.

Le genre comme outil heuristique

  • 7 Voir Y. Knibiehler, « Les médecins et la “nature féminine” au temps du Code civil », Annales ESC, 4 (...)
  • 8 Sur ce médecin, voir M. Le Dœuff, « Les chiasmes de Pierre Roussel », in Id., Recherches sur l’imag (...)

3Je voudrais d’abord noter que Laqueur n’est pas le premier à avoir étudié les innovations des médecins de la fin du xviiie siècle. En 1976, Yvonne Knibiehler faisait paraître un article intitulé « Les médecins et la “nature féminine” au temps du Code civil », où elle montrait que les législateurs qui avaient écarté définitivement les femmes de la représentation politique en 1793, par la voix du député Amar, et ceux qui avaient rédigé le Code civil consacrant l’infériorité juridique des femmes s’étaient appuyés sur une série d’écrits médicaux7. Parmi ceux-ci, elle distinguait en particulier les écrits, pionniers, de Pierre Roussel, auteur dans les années 1770 d’un fameux Système physique et moral de la femme, souvent réédité ensuite, où il appelait ses confrères (les Virey, Moreau de la Sarthe, Cabanis) à mener de nouvelles recherches pour découvrir les différences exactes entre l’homme et la femme, cette femme qui, d’après lui, est femme en tout et par tout8.

4Entre cette étude d’Yvonne Knibiehler et celle de Thomas Laqueur, une évolution historiographique importante a évidemment eu lieu, qui a été retracée par Françoise Thébaud dans son ouvrage de 1998, Écrire l’histoire des femmes. Sous plusieurs aspects, il existe néanmoins des points communs entre ces deux études. Dans les deux cas, les sources utilisées sont essentiellement médicales et conduisent à une histoire des représentations. La démarche intellectuelle est commune, qui consiste à mettre à distance la différence naturelle entre les sexes en recherchant la logique sous-jacente du discours médical, même si la démarche d’Yvonne Knibiehler s’emploie, dans l’urgence féministe des années soixante-dix, à « dénaturaliser » la femme, tandis que celle de Thomas Laqueur s’inspire, pour le dire vite, de la réflexion des constructivistes post-structuralistes. Enfin, pour ces deux auteurs, la même constatation s’impose que ce tournant médical est chronologiquement contemporain de vastes bouleversements, dont le plus important, pour le propos de Knibiehler, est politique et généré par la Révolution française.

  • 9 G. Duby & M. Perrot, eds, Histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, 1991-1992.
  • 10 G. Pomata, « Uomini mestruanti. Somiglianza e differenza fra i sessi in Europa in età moderna », Qu (...)

5D’un autre côté, il y a une évolution entre le travail d’Yvonne Knibiehler et celui de Thomas Laqueur, qui se manifeste par l’utilisation du concept de « genre », qui avait déjà une histoire quand la première étude a paru et dont il faut d’abord rappeler les effets heuristiques. Le premier effet est de déplacer le regard de l’historien du sujet « femme » pour le centrer sur le binôme homme/femme. Ici, on remarquera que l’avènement du concept de genre ne fait peut-être qu’entériner une évolution historiographique antérieure. Dans l’historiographie française, du moins, ce déplacement s’est opéré avant que le genre n’apparaisse sous la plume des historiens. Dans son introduction à l’Histoire des femmes en Occident, Michelle Perrot précisait bien qu’il s’agissait, pour les auteurs et contributeurs, de faire dans ces volumes l’histoire des relations entre les hommes et les femmes9. Ce déplacement devient-il plus radical lorsqu’on utilise le concept de genre ? C’est ici qu’on peut introduire une seconde objection, celle de l’historienne italienne Gianna Pomata, qui a pu considérer que Laqueur n’avait pas été suffisamment avant dans sa prise en considération des deux genres ; ayant elle-même travaillé sur un aspect très particulier de la physiologie ancienne, celui de la menstruation masculine que certains médecins des xvie et xviie siècles croient identifier dans le flux hémorroïdal, elle fait remarquer qu’en l’occurrence, c’est le corps féminin qui sert de référence dans l’homologie opérée entre le flux menstruel des femmes et le flux hémorroïdal des hommes. En ce cas, le modèle n’est pas le corps masculin, contrairement à la lecture faite le plus généralement des homologies galéniques par les médecins de l’époque moderne quand ils évoquent l’anatomie des femmes… et aussi par les historiens qui les suivent et qui ne s’intéressent qu’à ces passages-là de leurs œuvres10.

  • 11 On se persuadera encore de la disproportion entre les historiographies française et anglaise en con (...)
  • 12 Sur ce type de réflexion, voir l’article théorique de N.-C. Mathieu, « Identité sexuelle/sexuée/de (...)
  • 13 T. Laqueur, La fabrique du sexe…, p. 86.

6Un deuxième effet heuristique du concept de genre est d’introduire d’utiles distinctions pour appréhender la différence entre les sexes. Il permet de définir trois niveaux de compréhension à partir desquels on peut réfléchir sur les identités de genre, les rôles de sexe, les relations entre les sexes ou les rapports de domination (tous concepts utilisés selon les besoins de l’analyse et les prises de positions théoriques de chacun) : le sexe comme conformation physique des individus, qui leur assigne un rôle particulier dans la reproduction (ceux qui engendrent en eux et ceux qui engendrent hors d’eux-mêmes pour reprendre les distinctions d’Aristote) ; le genre comme construction psychologique, sociale et culturelle (et, à ce moment-là, le genre devient l’un des termes du couple sexe/genre et s’inscrit dans une opposition Nature/Culture, tout à la fois utile à ce premier stade d’analyse et, comme on le verra, contestable et contesté en un second temps) ; la sexualité comme ensemble de comportements et de fantasmes liés à la génitalité. L’un des intérêts de ces distinctions pour l’historien est d’envisager avec davantage de discernement des comportements anciens qui n’entraient pas, jusqu’à une époque très récente, dans ses grilles d’analyse. On songe bien entendu aux relations homosexuelles et aux interrogations qu’elles suscitent à partir du moment où on se met à raisonner sur les identités de genre (quel lien y a-t-il par exemple entre l’homosexualité masculine et l’effémination ?), sur les usages et les représentations de la sexualité (y a-t-il des actes sexuels et des fantasmes qui soient considérés durant une période donnée comme proprement homosexuels ?), sur les relations entre les sexes (comment sont définies à chaque époque les relations homosexuelles au regard des relations procréatives ?)11. L’autre intérêt que présentent ces distinctions est de faire réfléchir sur les modes de conceptualisation du rapport entre sexe et genre12 à chaque époque, autrement dit sur la manière dont le sexe et le genre sont exprimés conceptuellement l’un par rapport à l’autre : en ce sens, l’une des affirmations majeures de Laqueur est que, jusqu’au xviiie siècle, les différenciations de genre ont « précédé » les différenciations de sexe13.

  • 14 J. Butler, Gender trouble. Feminism and the subversion of identity, New York-Londres, Routledge, 19 (...)
  • 15 Par exemple à C. Kraus, « La bicatégorisation par sexe à l’“épreuve de la science”. Le cas des rech (...)

7Le troisième effet heuristique est, par voie de conséquence, d’inverser la certitude la plus spontanée que le sexe est, toujours et partout, un substrat à partir duquel s’élabore une expérience existentielle et se construisent des affects, des comportements privés et publics, des représentations, des symboles, des rapports de pouvoir qui dessinent les contours du genre (social et culturel). Le titre de l’ouvrage de Laqueur, Making sex, indique bien qu’il s’agit pour lui d’établir la manière dont s’est construite cette certitude. En ce sens, lorsqu’il retrace l’origine des concepts freudiens du masculin et du féminin, il fait la généalogie de cette pensée du substrat et recherche le moment où le genre s’est mis à exprimer le sexe, ce que Londa Schiebinger a, pour sa part, désigné comme un processus de « sexualisation » du corps. Que cette démarche ait été inspirée par un constructivisme dans lequel s’inscrivent des travaux discutant la validité scientifique d’une bicatégorisation par sexe des êtres humains – et, comme la philosophe Judith Butler, doutant qu’il puisse exister un fondement prédiscursif à cette bicatégorisation14 –, et que l’étude de Laqueur fournisse à son tour des instruments à cette déconstruction scientifique15 est une double évidence. Mais ceci ne me semble pas impliquer que ce soit cette dernière prise de position théorique et encore moins la caricature de cette prise de position théorique (« il n’y aurait pas de réalité biologique à cette bicatégorisation ») qui anime cette démarche, au reste considérée comme presque banale quand il s’agit d’autres objets d’histoire culturelle. Quand les historiens de la violence en décrivent les rituels ou les aspects symboliques, ils sont rarement soupçonnés de vouloir douter de sa réalité ou de son substrat biologique. On s’accorde simplement à penser que l’étude de l’influence des hormones sur les pulsions de violence n’est pas leur métier, à moins qu’il ne s’agisse de retracer l’histoire et les conditions de possibilité historique des recherches scientifiques en la matière, ou encore de mettre le doigt sur les présupposés historiquement avérés qui peuvent être à l’origine de telle ou telle interrogation scientifique.

Sur quelques équivoques

  • 16 Quelques exemples dans I. Mclean, The Renaissance notion of woman. A study in the fortunes of schol (...)

8Avant d’aller plus loin, il me semble nécessaire de dissiper quelques équivoques qu’a pu susciter çà et là la thèse de Thomas Laqueur. L’affirmation qu’il y a eu une « fabrication historique » du sexe (même si on le qualifie plus précisément de sexe biologique) peut prêter à confusion, comme prêtait également à confusion l’idée exprimée par Yvonne Knibiehler qu’il y a eu une invention de la « nature » féminine à la fin du xviiie siècle. On trouverait en effet quantité de textes antérieurs au xviiie siècle évoquant la « nature » féminine, ou du moins avançant l’argument de nature pour expliquer l’infériorité de la femme16, comme on trouverait quantité d’explications biologiques de la différence des sexes avant l’avènement de la biologie moderne. Simplement, il s’agit bel et bien d’autres modes d’explication « biologique », d’une autre « biologie » qui mobilise des explications différentes (les qualités, les humeurs, les tempéraments, les degrés). Et les fondements de cette « biologie » se situent dans une conception bien plus large, d’ordre cosmologique et théologique, qui relie les différents éléments du cosmos en une chaîne hiérarchique des êtres depuis les éléments inanimés, les êtres animés jusqu’aux orbes célestes.

  • 17 Cité par T. Laqueur, La fabrique du sexe…, p. 146.

9L’expression « modèle unisexe » a, elle aussi, pu prêter à confusion. Elle peut masquer en effet la hiérarchie entre les sexes qui est consubstantielle à cette représentation, hiérarchie que Laqueur ne nie pas, bien au contraire. Il y a certes des homologies dans la représentation des organes génitaux de l’homme et de la femme. Il y a certes un continuum entre les sexes le long d’une ligne horizontale qui va du plus viril (le plus chaud et sec) au plus féminin (le plus froid et humide), mais il y a aussi un axe vertical suivant le degré de perfection (de l’homme) et d’imperfection (de la femme). Ce dernier axe est, par exemple, tout à fait opératoire dans les explications que donnent les médecins du phénomène, avéré pour eux, de la transformation de femmes en hommes. Le chirurgien Ambroise Paré explique ainsi, au xvie siècle, qu’une jeune fille nommée Marie Germain se retrouva pourvue d’organes mâles en sautant un fossé, les organes génitaux qu’elle avait en elle s’étant retournés sous l’effet de la poussée de chaleur propre à l’adolescence et cause principale de la croissance de tous les êtres vivants. Par ailleurs, le principe aristotélicien que l’imparfait tend vers le parfait – et non l’inverse – peut expliquer une telle métamorphose, impossible dans le sens homme/femme car, comme le dit au début du xviie siècle le médecin Gaspard Bauhin, « Nature tend toujours vers ce qui est le plus parfait et non, au contraire, à opérer de telle manière que ce qui est parfait devienne imparfait17 ».

  • 18 Voir R. B. Shoemaker, Gender in English society, 1650-1850. The emergence of separate spheres ?, Lo (...)
  • 19 A. McLaren, « The pleasures of procreation : traditional and biomedical theorie of conception », in (...)
  • 20 Mise en perspective historiographique par T. Hitchcock, « Redefining sex in eighteenth-century Engl (...)
  • 21 R. Trumbach, Sex and the gender revolution. Heterosexuality and the third gender in Enlightenment L (...)
  • 22 T. Hitchcock, English sexualities, 1700-1800, Basingstoke-Londres, Mac Millan, 1997.
  • 23 L’idée même d’une contribution égalitaire dans les théories hippocratique et galénique de la généra (...)

10En ce sens, l’équivoque se poursuit quand on fait du modèle « unisexe » la matrice d’une égalité entre les sexes, le tournant du xviiie siècle étant alors considéré comme une période d’aggravation des inégalités. Cette thèse a trouvé un accueil particulier en Angleterre, notamment dans les études qui s’attachent à l’histoire de la distinction progressive des sphères privées et publiques18. Mais c’est aussi dans les études historiques sur la sexualité qu’elle se retrouve aujourd’hui. Avant Laqueur, Angus McLaren avait cherché à démontrer qu’il y avait une évolution parallèle et un lien de causalité entre la mise en cause par les médecins du xviiie siècle des théories hippocratique et galénique de la génération, où l’homme et la femme contribuaient également par leurs semences à la formation de l’embryon, et la remise en question de la nécessité du plaisir féminin dans les relations sexuelles, remise en question dont le paroxysme se situe à l’époque victorienne dans les classes moyennes et élevées de la société19. À partir de là, l’historiographie britannique a opéré un renversement sur le sens des évolutions observables dans le domaine de la sexualité. Edward Shorter et Lawrence Stone considéraient, dans les années 1970, qu’une révolution sexuelle s’était produite au xviiie siècle, révolution marquée par une certaine libération du plaisir – visible dans l’augmentation des naissances illégitimes tout autant que dans le développement de la littérature libertine – et par la valorisation du choix amoureux et des relations d’amour dans le mariage. Les historiens actuels ont plutôt tendance à souligner l’aggravation de la « condition sexuelle » des femmes, notamment de celles des milieux populaires20. À partir de sources judiciaires londoniennes, Randolph Trumbach se livre ainsi à une ample étude des relations entre les sexes, où il étudie des cas de violences conjugales, de séparations, de viols, ainsi que la prostitution dans les catégories populaires. La dégradation de la situation des femmes dans ces couches sociales serait liée principalement, selon lui, au fait que les hommes sont désormais assignés strictement à l’hétérosexualité quand le modèle « unisexe » s’accompagnait d’une indifférence ou même d’une tendance aristocratique à l’homoérotisme et à l’homosexualité : affirmation accrue des différences de genre, assignation à l’hétérosexualité, apparition d’une marginalité homosexuelle et soumission sexuelle des femmes seraient caractéristiques du tournant du xviiie siècle21. Pour Tim Hitchcock, la sexualité serait devenue, au cours du xviiie siècle, de plus en plus phallocentrique, ce dont témoigne à la fois la littérature pornographique très centrée sur les scènes de coït, la littérature infra-médicale à l’usage des couples mariés et les célèbres traités sur les méfaits de la masturbation22. Ces études ont toutes le mérite de rechercher les spécificités de la « révolution sexuelle » du xviiie siècle, révolution sans « libération de la femme », révolution sans égalité sexuelle. Mais la notion d’égalité est-elle bien adéquate ici ? Peut-on passer de la notion d’homologie corporelle à celle d’égalité dans les relations sexuelles et affectives ?23 Si aucune de ces recherches ne nie, évidemment, les discontinuités sociales qui peuvent exister au sein de la société du xviiie siècle, ne faudrait-il pas insister davantage encore sur le fait que la « condition sexuelle » des individus, hommes ou femmes, ne peut se comprendre hors des hiérarchies sociales dans lesquelles ils sont placés ? En d’autres termes, ni la question du choix amoureux, ni celle du plaisir sexuel, ni celle des pratiques contraceptives – qui pousse, elle aussi, à s’interroger sur les rapports d’égalité, d’intimité ou de complicité dans le couple – ne se posent de la même manière suivant la place de chacun dans une société qui, en tout état de cause, était organisée autour de la notion même de hiérarchie, a fortiori avant le xviiie siècle, quand régnait cette supposée « égalité » sexuelle.

Problèmes et débats

  • 24 Voir É. Berriot-Salvadore, Un corps, un destin. La femme dans la médecine de la Renaissance, Paris, (...)
  • 25 Voir É. Berriot-Salvadore, Un corps, un destin…, p. 40 sq.
  • 26 A. Jaulin, « Thomas Laqueur et Aristote », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, 14, 2001, p. 197-201 (...)
  • 27 A. McLaren, « The pleasures of procreation… ».
  • 28 Mais, pour le dire, il faudrait une étude sur le Moyen Âge, qui s’attelle vraiment à ce problème.

11Dater le moment où le modèle à deux sexes remplace le modèle « unisexe » est une entreprise particulièrement délicate. Thomas Laqueur donne des repères mouvants, désignant tantôt la fin du xviie et l’aube du xviiie siècle, tantôt l’espace entier du xviiie siècle, tantôt la fin du xviiie siècle et les années 1800. Dans la préface qu’il a ajoutée à l’édition française, il émet l’idée qu’il y avait, avant l’époque des Lumières, des textes disponibles, et même un modèle disponible, pour qui voulait insister sur la différence plutôt que sur la ressemblance entre les sexes. De fait, le doute à propos du modèle galénique des organes génitaux peut être identifié chez certains médecins comme Jean Riolan ou André du Laurens dès les premières années du xviie siècle24. En outre, dans les chapitres qu’ils consacrent aux maladies de femmes, les médecins des xvie et xviie siècles, s’inspirant d’Hippocrate et d’Aristote, attribuent à la matrice (cette matrice qualifiée d’animale par Platon dans le Timée) toutes sortes d’affections que connaissent les femmes, manière d’insister davantage sur la singularité de leur anatomie que sur sa ressemblance avec celle des hommes25. De fait aussi, comme l’a fait remarquer Annick Jaulin dans un article critique, où elle conteste que les théories aristotéliciennes de la génération puissent être qualifiées d’« unisexe26 », la théorie d’Aristote qui fait du sperme la cause formelle de la formation du fœtus et des catamenia (qui ne sont pas une semence, mais du sang menstruel) sa cause matérielle, donne des matériaux à ceux des médecins qui veulent mettre l’accent sur les différences. Et, alors que la contribution conjointe des semences de l’homme et de la femme est la théorie dominante aux xvie et xviie siècles, les théories ovistes qui naissent des observations de De Graaf, et animalculistes de celles de Leeuwenhoek, cherchent chez Aristote, tout au long du xviiie siècle, avec chacune des explications différentes, la même preuve de la passivité de la femme dans la conception27. Ainsi, à s’en tenir à l’anatomie d’une part et aux théories de la génération d’autre part, on peut supposer que les deux modèles ont, sinon toujours, du moins longtemps coexisté28, de la même manière qu’a longtemps survécu, après le xviiie siècle, le modèle « unisexe », encore présent à l’horizon de la thèse de médecine du propre père de Thomas Laqueur qui portait sur l’utérus de l’homme.

  • 29 K. Harvey, « The substance of sexual difference : change and persistence in representations of the (...)
  • 30 Voir P. A. d’Avack, « La Copula perfecta e la consummatio coniugii nelle fonti e nella dottrina can (...)
  • 31 Voir P. Darmon, Le tribunal de l’impuissance, Paris, Seuil, 1979, en particulier p. 159-181 ; et S. (...)

12La même constatation s’impose quand on se penche sur la littérature infra-médicale, ce qu’a fait Karen Harvey pour l’Angleterre du xviiie siècle29, ou quand on s’intéresse à la pratique médicale. La pratique médico-légale, par exemple telle qu’elle s’exerce dans les affaires de séparation pour impuissance devant les tribunaux d’Église, ne semble pas inspirée par le modèle « unisexe ». Si les homologies galéniques fonctionnaient réellement, les médecins légistes n’auraient-ils pas pris la peine d’examiner les femmes accusées d’impuissance pour déterminer si elles émettent bien la semence qu’elles sont censées secréter ? Or, ce n’est pas ce qu’ils faisaient. En l’occurrence, la théorie médicale est même complètement absente de la pratique. Les médecins qui officient auprès des tribunaux appliquent la doctrine canonique de la copula perfecta, élaborée au xive siècle dans le droit canon pour être mise en conformité avec la doctrine médicale dominante alors en matière de génération, à savoir la doctrine d’Aristote. Quand, au xvie siècle, les médecins spécialistes de la génération se tournent vers Hippocrate et Galien pour penser, au contraire, que la femme émet dans le coït une semence qui concourt à la formation de l’embryon, le médecin-légiste de la Rote, Paolo Zacchia, recommande de vérifier que la femme est bien apte au coït en vue de la génération et qu’elle émet une semence30. Mais, dans la pratique légale, les médecins, tout en entérinant la théorie de la double semence – Nicolas Venette en est un exemple –, n’en estiment pas moins que, dans les affaires d’impuissance, la visite des femmes n’est utile que pour constater un défaut de conformation anatomique31.

  • 32 R. Mandressi, Le regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident, Paris, Seui (...)
  • 33 L. Gowing, Domestic dangers. Women, words and sex in Early Modern London, Oxford, Clarendon Press, (...)

13Coexistence en amont, coexistence en aval, la thèse d’un passage, même imparfait et progressif entre les deux modèles, paraît donc largement entamée par toutes ces relectures de la théorie et de la pratique médicale. Cependant cette thèse garde, à mon avis, toute sa valeur si l’on prend en considération le fait que l’anatomie n’est probablement pas la manière la plus essentielle de définir la différence des sexes pour les médecins de l’époque moderne, qu’elle n’est pas encore le « destin » de l’individu sexué, contrairement à ce qu’affirme Thomas Laqueur, prisonnier en l’occurrence de son propre projet d’étude. Rafael Mandressi a récemment montré à quel point il avait fallu du temps pour que le regard de l’anatomiste sur le corps s’élabore et s’impose hors du cercle des seuls spécialistes de la dissection32. De ce point de vue, il n’est pas très étonnant que les gens « ordinaires », dont les plaintes pour injures sexuelles devant les juridictions londoniennes ont été étudiées par Laura Gowing pour la période 1570-1640, ne laissent transparaître aucune référence au modèle anatomique de Galien33. Cette anatomie se trouve en réalité intégrée dans une conception beaucoup plus large et englobante, qui est une conception humorale du corps, omniprésente dans la littérature médicale et infra-médicale, qu’il s’agisse d’érotique, de diététique ou de thérapeutique. En ce sens, la chronologie proposée par Yvonne Knibiehler me semble beaucoup plus convaincante puisque cette vieille théorie des humeurs reste opératoire et dominante jusqu’à l’extrême fin du xviiie siècle, où on la voit encore à l’œuvre sous des formes à peine modifiées chez des médecins comme Tissot ou encore chez le naturaliste Buffon.

  • 34 T. Laqueur, La fabrique du sexe…, p. 127-128.
  • 35 F. Héritier, Masculin/féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996.
  • 36 S. Steinberg, La confusion des sexes…, deuxième partie.

14Laqueur insiste bien sur le fait que l’anatomie s’inscrit dans cette conception cosmologique du monde mais, en même temps, il ne prend pas tout à fait au sérieux la physiologie humorale, doutant, par exemple, que les médecins aient pu croire qu’ils étaient capables de sentir réellement la froideur ou l’humidité du corps de leurs patients34. Il me semble au contraire qu’ils le croyaient, comme le montrent les exposés de cas cliniques qu’ils citent en exemple dans leurs traités, ou encore les procès-verbaux de médecine légale qu’ils ont laissés. Dans cette médecine ancienne, chaque sexe avait ses propres caractères physiques (grandeur, grosseur, aspect des chairs, couleur de la peau, des cheveux…) et moraux. En tant que science annexe de la médecine, la physiognomonie, vieille discipline héritée de l’Antiquité, a laissé un témoignage très précis de cet effort de classification humorale des individus qui est tout à la fois une caractérologie physique et morale. Plus qu’une caractérologie, il s’agit même d’une anthropologie, comparable à celle qu’a Françoise Héritier pour d’autres peuples35, puisque la même grille était appliquée pour définir les différences procédant de l’âge, de la situation sociale, de l’appartenance nationale (et principalement du climat) et du tempérament propre à chacun. Autrement dit, si les femmes se distinguaient par leurs formes charnues, molles, inarticulées, déliées, rondes, petites ou grasses, par leur couleur blanche, par leur blondeur, et par leur esprit doux, craintif, timide mais aussi parfois furieux ou avaricieux, les très jeunes hommes dont toute l’humidité n’était pas encore évacuée, ceux qui exerçaient une faible activité ou se complaisaient dans le luxe, les peuples faibles (les Indiens d’Amérique en particulier), les personnes dotées d’un tempérament flegmatique (froid et humide) pouvaient présenter des caractères identiques. Il me semble que, pour les gens ordinaires, cette anthropologie était bien plus opérante que les distinctions anatomiques, et qu’un certain nombre de perceptions du corps procédaient de cette manière de voir. Ainsi, dans les cas de travestissement que j’ai étudiés, il apparaît que les physionomies ambiguës attiraient peu la suspicion car elles pouvaient aisément prendre leur place dans un continuum caractérologique ; on ne s’étonnait guère de rencontrer une femme virile ou un homme féminin, d’autant que certains traits qui, pour nous, n’ont aucun caractère sexué (la peau blanche, la blondeur, les cheveux déliés et longs, la chair grasse pour les femmes, et le teint rembruni, la peau dure, le front carré, une grande bouche ou un grand nez pour les hommes) étaient précisément censés dénoter soit le sexe des individus soit leur genre plus ou moins viril ou efféminé. On s’étonnait encore moins de rencontrer un homme féminin si celui-ci était jeune, donc encore marqué par des humeurs humides qui lui donnaient une grâce encore féminine – qu’on songe aux beaux bras blancs et charnus de Chérubin36. Plutôt que de parler d’un modèle « unisexe » qui fait la part belle aux homologies anatomiques de Galien, mieux vaudrait en ce sens insister sur le modèle d’un continuum humoral.

  • 37 Voir en particulier G. Fraisse, La différence des sexes, Paris, Presses universitaires de France, 1 (...)
  • 38 T. Laqueur, La fabrique du sexe…, p. 21.
  • 39 Sur ce qui suit, voir S. Steinberg, La confusion des sexes…, p. 175-208.
  • 40 Voir J.-B. Bonnard, Le complexe de Zeus…, p. 156.
  • 41 M. Cureau de La Chambre, L’art de connaître les hommes, 3 vol., Paris, Rocolet & Barbin, 1659-1666, (...)

15Ces dernières remarques renvoient au problème du contenu du concept de genre. Beaucoup de ceux qui l’ont utilisé dans différentes disciplines en arrivent à se demander, à l’instar de Geneviève Fraisse par exemple, si son utilisation ne peut pas conduire à des inexactitudes historiques et en particulier à reconnaître partout la coupure Nature/Culture qui nous est familière37. Laqueur note aussi que « dans le modèle unisexe, le sexe et le genre, tels que nous les appelons, étaient explicitement liés dans un cercle de signification auquel il était impossible de s’échapper vers un hypothétique substrat biologique suivant la stratégie des Lumières38 ». Cependant, il semble nécessaire d’aller plus loin et d’« historiciser » cette notion en cherchant quelles significations le sexe et le genre pouvaient avoir à l’époque moderne. On constate qu’au xvie siècle, le mot genre n’avait pas qu’une acception grammaticale : il était aussi employé pour désigner les caractères sexués des personnes. Dans la physiognomonie, les savants cherchaient à définir le « féminin genre » et le « masculin genre » suivant l’expression d’Antoine du Moulin, auteur d’un traité publié en 1550. Or ces caractères ne sont ni uniquement moraux, ce qui ferait du genre un attribut culturel, ni uniquement physiques, ce qui définirait des caractères sexuels « secondaires » qui, dans ce système de représentation, n’existent précisément pas. Ce qu’est le genre jusqu’au xviiie siècle, un philosophe physiognomoniste comme Marin Cureau de La Chambre peut le faire comprendre, même si la modélisation qu’il propose dans les années 1660 n’est sans doute pas la seule possible. Rappelons brièvement de quoi il s’agit39. Cureau de La Chambre propose une échelle pour représenter le genre humain : aux deux extrémités de celle-ci se trouvent l’homme très viril et la femme très féminine (au troisième degré), tandis qu’au centre se place l’abstraction idéale d’un être humain d’avant la sexuation : l’Androgyne, ici plutôt asexué que bisexué. Cette échelle est à proprement parler l’échelle du genre (humain) et des genres masculin et féminin, conçus comme physiques et moraux tout à la fois, qui se déploient suivant un continuum. On a ici une illustration de ce syncrétisme évoqué plus haut entre les différentes théories héritées de l’Antiquité, Cureau de La Chambre s’inspirant à la fois d’Hippocrate quand il décrit les trois degrés des genres féminin et masculin correspondant aux six possibilités ouvertes par le mélange des semences40, de Platon quand il évoque l’Androgyne, et d’Aristote quand il propose une explication métaphysique de la formation de cette échelle. Se déploie en particulier chez lui la logique aristotélicienne de la nécessité et de l’accident : la Nature n’a pas le dessein de donner à l’un ou l’autre sexe la force ou la faiblesse, la hardiesse ou la timidité, la libéralité ou l’avarice car « la perfection naturelle de l’espèce humaine n’en souffre aucune en particulier devant être capable de toutes également, à cause qu’elle est indéterminée et indifférente41 ». Le même constat s’applique à la conformation des parties du corps. L’idéal eût été que le corps fût « au milieu de l’excès et du défaut ». Mais il a fallu que les parties de l’homme fussent plus grandes que celles de la femme et aussi que celles destinées à l’espèce humaine, en tant qu’entité générique. L’homme et la femme sont donc dans un rapport de complémentarité hiérarchique et leurs caractéristiques morales et physiques sont accidentelles ; celles-ci, qui définissent ce que sont « le féminin genre » et le « masculin genre », ne font que découler d’une nécessité supérieure voulue par Dieu, la génération, qui, si elle limite chacun dans ses capacités, relève de l’absence métaphysique de détermination de l’Homme comme être humain. Ici, il faut prendre la mesure des changements opérés au xviiie siècle par des médecins comme Pierre Roussel lorsqu’ils font dépendre toutes les différences physiques et morales des individus de leur conformation sexuelle et non de qualités, de principes premiers ou d’une nécessité supérieure. À partir de là s’impose une division conceptuelle du sexe et du genre où le genre devient, dans le même mouvement, une simple expression du sexe.

  • 42 Idée introduite par G. Fraisse dans Muse de la Raison. La démocratie exclusive et la différence des (...)
  • 43 Sur ce point voir encore Y. Knibiehler, « La “science médicale” au secours de la puissance maritale (...)
  • 44 Voir J. Landes, Women in the public sphere in the age of the French Revolution, Ithaca, Cornell Uni (...)
  • 45 Rappelons le titre du livre de Joan Scott sur la période post-révolutionnaire, La citoyenne paradox (...)

16Une dernière question se pose dès lors inévitablement : pourquoi un tel changement s’est-il produit ? Un premier type de réponse, qui ressortit à la méthode régressive de l’archéologie, substitue à ce pourquoi un pour quoi, c’est-à-dire l’idée d’une « intentionnalité42 ». Dans cette perspective, on pourrait reformuler le problème ainsi : alors qu’Yvonne Knibiehler a montré un lien de causalité simple et avéré entre les attendus exprimés par les conventionnels, puis les rédacteurs du Code civil, et les écrits antérieurs des médecins43, faut-il supposer qu’il existait chez ces derniers une intention, que l’enjeu du nouveau discours médical sur la différence des sexes était d’exclure, en quelque sorte par anticipation, les femmes du droit de cité ? La question paraît pécher à la fois par son anachronisme et par son caractère téléologique. Elle laisse à penser que, pendant la Révolution, une sorte de programme s’est déployé, comme si tout avait été écrit avant les événements, comme s’il n’y avait pas eu de conflits sur cette question pendant la période révolutionnaire. En même temps, on a pu montrer l’interaction entre les textes médicaux et ceux de penseurs qui en appelaient à l’égalité entre les hommes tout en déplorant par exemple l’influence grandissante et peu souhaitable des dames sur la scène publique44, à l’instar de Jean-Jacques Rousseau (principalement dans sa Lettre à M. d’Alembert sur le théâtre, de 1758) ou d’Antoine Thomas et son Essai sur le caractère, les mœurs et l’esprit des femmes, paru en 1772. S’il faut faire sa place à l’histoire de l’avenir, c’est bien de la place des femmes dans une société à venir qu’il s’agit dans ces textes, et le paradoxe45 que constitue la place assignée aux femmes dans une société rêvée comme égalitaire est visible.

  • 46 Ce qui rend équivoque, elle aussi, l’expression forgée par Laqueur d’une « incommensurabilité » de (...)
  • 47 Pour de plus amples développements, voir S. Steinberg, La confusion des sexes…, p. 267-291.

17Cependant la question des femmes, si elle fait surface au moment de la Révolution, me paraît moins préoccuper les médecins de la période pré-révolutionnaire que la question de la définition des genres masculin et féminin. Ce qui est frappant dans ce discours médical (et, au-delà, dans tout un discours savant réformateur d’inspiration physiocratique qui lui emprunte ou le nourrit en se proposant de réfléchir sur la population, sur les hiérarchies sociales, sur les richesses, sur l’hygiène ou encore sur les mœurs), c’est qu’il ne s’emploie pas seulement à définir la position des femmes, mais aussi à définir une « juste » différence entre les sexes. Il faut ici faire la part d’un contexte scientifique, social et politique bien précis, au sein duquel s’opère cette volonté de refondation. L’idée que la femme a une destinée principalement maternelle doit être mise en relation avec la crainte qu’expriment les savants des Lumières que la France est en train de se dépeupler (ce qui est faux puisqu’ils confondent faible fécondité et faible natalité). Par ailleurs, cette supposée dépopulation de la France est en partie attribuée par eux à la faible fécondité des gens de qualité et celle-ci est, à son tour, expliquée par un brouillage de la frontière entre les sexes au sein de la noblesse, par une effémination des représentants du deuxième ordre, par une dégénération de leur sang. Insensiblement, et parfois sous une apparente continuité explicative (lorsqu’ils utilisent par exemple la vieille théorie des humeurs sous de nouvelles acceptions), ils en viennent à remettre en question les explications scientifiques et métaphysiques anciennes de la supériorité de la noblesse. Et, finalement, c’est tout le système de catégorisation fondé sur la hiérarchie « naturelle » entre les êtres en fonction de leur sexe, de leur âge, de leur nation, de leur naissance qui est remise en cause. Le genre humain est redéfini en référence à l’histoire naturelle naissante et à partir des observations anthropologiques sur les peuples lointains qui se multiplient alors. À la notion de degré de perfection se substitue celle de variété, forgée par le naturaliste Buffon, dont l’influence me semble, en l’occurrence, plus écrasante que celle de Rousseau. À l’unité du monde créé est substituée l’unité d’une espèce naturelle46. Le nouveau modèle de représentation de la différence des sexes prend donc place dans un nouveau système anthropologique égalitariste qui ancre dans la nature (dans le sexe reproductif) les différences entre hommes et femmes et éclaire les variétés de l’espèce humaine (sociales et raciales, au sens où l’entendent les naturalistes des Lumières) en regard d’une plus ou moins « juste » différence entre les sexes, garante de la reproduction de l’espèce mais aussi de l’harmonie sociale47. Ainsi, la mutation du concept de genre au xviiie siècle, concept central comme on le voit, ne peut être envisagée indépendamment d’une histoire d’autres concepts et catégories de pensée, sociales, politiques et anthropologiques qui servent à appréhender et à décrire tout ou partie du genre humain.

  • 48 A. Jaulin, « Thomas Laqueur et Aristote », p. 197.
  • 49 Et il ajoute : « Rien de tout cela ne fut la cause de la formation d’un nouveau corps sexué. Le fai (...)
  • 50 Ibid., p. II.
  • 51 Voir F. Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, « Le débat américain autour du linguisic turn et du (...)
  • 52 Expression de Lyotard reprise par T. Laqueur, La fabrique du sexe…, p. VII.

18Mais la question du pourquoi renvoie aussi, sinon à la question des origines de cette mutation, du moins à celle de ses conditions de possibilité. Ici, contrairement à ce qui vient d’être développé sur le pour quoi, elle nous fait sortir d’une logique purement discursive, logique qui néanmoins, précisons-le, ne statuait pas sur la question de savoir si les catégories sont produites par le social ou si le social est produit par les catégories. C’est pourtant à cette dernière hésitation que nous renvoie aussi la question des conditions de possibilité. Annick Jaulin fait remarquer en effet avec pertinence que l’ouvrage de Laqueur témoigne de « tensions méthodologiques entre deux manières de concevoir et de faire de l’histoire – une manière classique et une manière post-moderne48 ». Dans la version américaine de son ouvrage, Laqueur suggère qu’il serait possible de chercher des explications causales à la rupture qu’il décrit. Il évoque ainsi deux ordres d’explication : l’un relève de l’évolution épistémologique qui s’opère entre le xviie et le xviiie siècle, l’autre des évolutions politiques au sens large du terme (nous dirions politiques et sociales) dont il mesure l’ampleur, évoquant tour à tour « l’essor de la religion évangélique, la théorie politique des Lumières, le développement des nouveaux espaces publics au xviiie siècle, les idées lockéennes sur le mariage envisagé comme un contrat, les possibilités cataclysmiques du changement social qu’entraîna la Révolution française, le conservatisme post-révolutionnaire, le système des fabriques avec sa restructuration de la division sexuelle du travail, l’essor d’une économie de marché de services ou de marchandises, la naissance de classes, isolément ou de manière solidaire49 ». Dans la préface de l’édition française, il fait un retour sur cette question, en indiquant qu’il distingue néanmoins sa démarche de « toutes les traditions historiographiques qui prétendent expliquer le passage d’un stade à un autre par une chaîne d’effets de causalités extérieures à la sphère de l’objet étudié mais reflétées à l’intérieur de celle-ci50 », et, avec talent, il montre que l’histoire qu’il a écrite pourrait tout à fait trouver sa place au sein des grandes traditions historiographiques que sont l’histoire intellectuelle, l’histoire politique, l’histoire de la sexualité telle que l’a pratiquée Michel Foucault, l’histoire économique, l’histoire de la science, mais qu’il a écarté ces différentes possibilités. D’accord avec Jaulin pour constater cette tension, je n’y verrais qu’un reflet des débats qui se sont engagés au sein de la discipline historique dans les années où Laqueur a publié son livre et qui ont affecté en particulier l’histoire du genre51, plaçant l’auteur devant une alternative oscillatoire : soit ouvrir un à un tous les tiroirs de sa vieille « commode » historique, à la recherche de causes scientifiques, intellectuelles, politiques, économiques ou sociales, soit s’en tenir à des micro-récits, parfois contradictoires, en présupposant qu’il n’existe pas de « discours dominant52 » ou d’expérience unique (de la différence des sexes par exemple) ; ou, pour le dire autrement, soit inclure la perspective de genre dans les différentes manières d’écrire l’histoire, soit la lier indéfectiblement au linguistic turn au sein duquel elle est apparue. De cette alternative, nous ne sommes toujours pas sortis aujourd’hui, et il est d’ailleurs probable que nous ne pourrons espérer en sortir qu’au prix d’une double réflexion, l’une théorique, sur les fondements même du constructivisme, l’autre plus pratique, qui mettrait systématiquement à l’épreuve les méthodes de l’analyse discursive pour en évaluer les champs d’application et en discuter la validité.

Notes

1 T. Laqueur, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le sexe en Occident, Paris, Gallimard, 1992 (1re éd. Cambridge, 1990).

2 Voir la recension critique de K. Harvey, « The century of sex ? Gender, bodies and sexuality in the long eighteenth century », The Historical Journal, 45 (4), 2002, p. 899-916.

3 L. Schiebinger, The mind has no sex ? Women in the origins of modern science, Cambridge, Harvard University Press, 1989 ; et Id., Nature’s body. Gender in the making modern science, Boston, Rutgers University Press, 1993.

4 On trouvera de nombreux éclairages dans F. Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, Paris, ENS Éditions, 1998 (notamment dans la troisième partie), et dans la présentation de D. Gardey & I. Löwy, eds, Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, Éd. des Archives contemporaines, 2000. Voir aussi D. Fougeyrollas-Schwebel, C. Planté, M. Riot-Sarcey & C. Zaidman, eds, Le genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature, Paris, L’Harmattan, 2003.

5 Voir J. Cadden, The meanings of sex difference in the Middle Age, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

6 Sur ce point, voir L. Schiebinger, The mind has no sex ?…, p. 189-213.

7 Voir Y. Knibiehler, « Les médecins et la “nature féminine” au temps du Code civil », Annales ESC, 4, 1976, p. 824-845.

8 Sur ce médecin, voir M. Le Dœuff, « Les chiasmes de Pierre Roussel », in Id., Recherches sur l’imaginaire philosophique, Paris, Payot, 1980, p. 181-222.

9 G. Duby & M. Perrot, eds, Histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, 1991-1992.

10 G. Pomata, « Uomini mestruanti. Somiglianza e differenza fra i sessi in Europa in età moderna », Quaderni storici, 79 (1), 1992, p. 51-103 ; et Id., « Histoire des femmes et “gender history” (note critique) », Annales ESC, 48 (4), 1993, p. 1019-1026.

11 On se persuadera encore de la disproportion entre les historiographies française et anglaise en consultant l’immense bibliographie sur l’homosexualité en Angleterre à l’époque moderne donnée par T. Hitchcock, « Redefining sex in eighteenth-century England », History Workshop Journal, 41, 1996, p. 72-90.

12 Sur ce type de réflexion, voir l’article théorique de N.-C. Mathieu, « Identité sexuelle/sexuée/de sexe ? Trois modes de conceptualisation du rapport entre sexe et genre » in Id., L’anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté-femmes, 1991, p. 227-266.

13 T. Laqueur, La fabrique du sexe…, p. 86.

14 J. Butler, Gender trouble. Feminism and the subversion of identity, New York-Londres, Routledge, 1990 ; et Id., Bodies that matter. On the discursive limits of « sex », New York-Londres, Routledge, 1993.

15 Par exemple à C. Kraus, « La bicatégorisation par sexe à l’“épreuve de la science”. Le cas des recherches en biologie sur la détermination du sexe chez les Humains », in D. Gardey & I. Löwy, eds, Les sciences et la fabrication du masculin et du féminin, p. 187-213.

16 Quelques exemples dans I. Mclean, The Renaissance notion of woman. A study in the fortunes of scholasticism and medical science in European intellectual life, Cambridge, Cambridge University Press, 1980.

17 Cité par T. Laqueur, La fabrique du sexe…, p. 146.

18 Voir R. B. Shoemaker, Gender in English society, 1650-1850. The emergence of separate spheres ?, Londres-New York, Longman, 1996.

19 A. McLaren, « The pleasures of procreation : traditional and biomedical theorie of conception », in W. F. Bynum & R. Porter, eds, William Hunter and the eighteenth-century medical world, Cambridge-New York-Melbourne, Cambridge University Press, 1985.

20 Mise en perspective historiographique par T. Hitchcock, « Redefining sex in eighteenth-century England ».

21 R. Trumbach, Sex and the gender revolution. Heterosexuality and the third gender in Enlightenment London, Chicago-Londres, University of Chicago Press, 1998.

22 T. Hitchcock, English sexualities, 1700-1800, Basingstoke-Londres, Mac Millan, 1997.

23 L’idée même d’une contribution égalitaire dans les théories hippocratique et galénique de la génération mérite d’être discutée car, dans les deux doctrines, la semence paternelle apporte toujours les qualités les plus prisées ou contribue à former les organes les plus vitaux. Sur Hippocrate, voir J.-B. Bonnard, Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 156-165. Sur Galien, voir G. Pomata, « Blood ties and semen ties : consanguinity and agnation in Roman law », in M. J. Maynes, B. Soland & U. Strasser, eds, Gender, kinship, power. A comparative and interdisciplinary history, New York-Londres, Routledge, 1996, p. 43-64 (ici p. 56).

24 Voir É. Berriot-Salvadore, Un corps, un destin. La femme dans la médecine de la Renaissance, Paris, Honoré Champion, 1993, p. 34 sq. ; et S. Steinberg, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001, p. 119-120.

25 Voir É. Berriot-Salvadore, Un corps, un destin…, p. 40 sq.

26 A. Jaulin, « Thomas Laqueur et Aristote », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, 14, 2001, p. 197-201 ; et T. Laqueur, « L’usage de la catégorie de genre. Réponse de Thomas Laqueur à Annick Jaulin », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, 15, 2002, p. 209-211. Sur Aristote, voir aussi E. Dorlin, « Autopsie du sexe », Les Temps modernes, 619, Présences de Simone de Beauvoir, 2002, p. 115-143.

27 A. McLaren, « The pleasures of procreation… ».

28 Mais, pour le dire, il faudrait une étude sur le Moyen Âge, qui s’attelle vraiment à ce problème.

29 K. Harvey, « The substance of sexual difference : change and persistence in representations of the body in eighteenth-century England », Gender and History, 14 (2), 2002, p. 202-223.

30 Voir P. A. d’Avack, « La Copula perfecta e la consummatio coniugii nelle fonti e nella dottrina canonista classica », Rivista italiana per le scienze giuridiche, Milan, s. III, 1949, p. 163-250.

31 Voir P. Darmon, Le tribunal de l’impuissance, Paris, Seuil, 1979, en particulier p. 159-181 ; et S. Steinberg, « Des sources pour l’histoire du corps : la médecine légale sous l’Ancien Régime », in É. Belmas & M.-J. Michel, eds, Corps, Santé, Société, Actes du colloque des 12-13 décembre 2002, Université Paris XIII/AP-HP, Paris, Nolin, 2005, p. 113-126.

32 R. Mandressi, Le regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident, Paris, Seuil, 2003.

33 L. Gowing, Domestic dangers. Women, words and sex in Early Modern London, Oxford, Clarendon Press, 1996, p. 6-7.

34 T. Laqueur, La fabrique du sexe…, p. 127-128.

35 F. Héritier, Masculin/féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996.

36 S. Steinberg, La confusion des sexes…, deuxième partie.

37 Voir en particulier G. Fraisse, La différence des sexes, Paris, Presses universitaires de France, 1996, p. 46.

38 T. Laqueur, La fabrique du sexe…, p. 21.

39 Sur ce qui suit, voir S. Steinberg, La confusion des sexes…, p. 175-208.

40 Voir J.-B. Bonnard, Le complexe de Zeus…, p. 156.

41 M. Cureau de La Chambre, L’art de connaître les hommes, 3 vol., Paris, Rocolet & Barbin, 1659-1666, t. I, p. 32.

42 Idée introduite par G. Fraisse dans Muse de la Raison. La démocratie exclusive et la différence des sexes, Aix-en-Provence, Alinea, 1989, pour la période post-révolutionnaire.

43 Sur ce point voir encore Y. Knibiehler, « La “science médicale” au secours de la puissance maritale » ; et D. Godineau « “Qu’y a-t-il de commun entre vous et nous ?” Enjeux et discours opposés de la différence des sexes pendant la Révolution française (1789-1793) », in I. Théry & C. Biet, eds, La famille, la loi, l’État : de la Révolution au Code civil, Paris, Imprimerie Nationale, 1989.

44 Voir J. Landes, Women in the public sphere in the age of the French Revolution, Ithaca, Cornell University Press, 1988.

45 Rappelons le titre du livre de Joan Scott sur la période post-révolutionnaire, La citoyenne paradoxale. Les féministes et les droits de l’homme, Paris, Albin Michel, 1998 (1re éd. Cambridge, 1996).

46 Ce qui rend équivoque, elle aussi, l’expression forgée par Laqueur d’une « incommensurabilité » de la constitution féminine par rapport à celle de l’homme car cette « incommensurabilité » prend bien place dans une anthropologie qui consacre l’unité naturelle de l’espèce humaine.

47 Pour de plus amples développements, voir S. Steinberg, La confusion des sexes…, p. 267-291.

48 A. Jaulin, « Thomas Laqueur et Aristote », p. 197.

49 Et il ajoute : « Rien de tout cela ne fut la cause de la formation d’un nouveau corps sexué. Le fait est que la reformation du corps se trouve intrinsèquement inscrite dans chacune de ces évolutions », T. Laqueur, La fabrique du sexe…, p. 25-26.

50 Ibid., p. II.

51 Voir F. Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, « Le débat américain autour du linguisic turn et du gender poststructuraliste », p. 139-149.

52 Expression de Lyotard reprise par T. Laqueur, La fabrique du sexe…, p. VII.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search