Version classiqueVersion mobile

Naturalisme versus constructivisme ?

 | 
Michel de Fornel
, 
Cyril Lemieux

I

L’ethnométhodologie et le legs oublié de Durkheim1

Ethnomethodology and Durkheim’s forgotten heritage

Harold Garfinkel
Traduction de Michel de Fornel, Albert Ogien et Louis Quéré

Résumé

Anne Rawls montre comment quatre-vingt-dix ans d’études durkheimiennes n’ont servi qu’à interpréter complètement de travers le programme de Durkheim. Dès le début, les commentateurs n’ont pas vu que l’auteur de De la division du travail social faisait reposer la sociologie, en ce qu’elle a de distinct et d’unique, sur le constat que les faits sociaux constituent une réalité objective. Anne Rawls a raison : cette intuition négligée de Durkheim a été reprise à son compte par l’ethnométhodologie. Pour cette dernière, les faits sociaux, les « choses » de Durkheim, sont des productions d’ordre. Des exemples en sont les files d’attente, les fluctuations du trafic sur l’autoroute ou l’orientation à l’aide des étoiles dans la navigation micronésienne. Il ne s’agit pas de phénomènes présentant des propriétés d’ordre, mais de faits qui ne sont rien d’autre que des productions d’ordre.

Texte intégral

  • 1 Ce texte de H. Garfinkel est une version abrégée et adaptée pour le présent volume d’un article pub (...)
  • 2 A. W. Rawls, « La théorie de la connaissance de Durkheim : un aspect négligé de son œuvre », ici mê (...)

1Dans l’article que publie ici « Enquête2 », Anne Rawls montre comment quatre-vingt-dix ans d’études durkheimiennes se sont appliquées à interpréter de travers le programme de Durkheim, et cela à un degré tel que les commentateurs n’ont pas vu que, dès ses premiers ouvrages, il faisait reposer la sociologie, en ce qu’elle a de distinct et d’unique, sur le constat que les faits sociaux constituent une réalité objective.

2L’ethnométhodologie a repris cette intuition négligée de Durkheim. Voici la compréhension qu’elle en a : lorsque Durkheim parlait de la réalité objective des faits sociaux, il se référait à tout ce qui, dans l’histoire intellectuelle, était thématisé en termes de logique, de signification, de raison, de rationalité, de méthode, de vérité et d’ordre, ces thèmes pouvant être rapportés, dans chaque cas concret, à une production d’ordre autochtone, effectuée localement, gérée de conserve et descriptible dans le langage naturel. Les faits sociaux, les « choses » de Durkheim, sont des productions d’ordre. Des exemples en sont les files d’attente, les ondes du trafic sur l’autoroute, l’orientation à l’aide des étoiles dans la navigation micronésienne, l’usage de cartes schématiques pour trouver son chemin. Il ne s’agit pas de faits présentant des propriétés d’ordre, mais de faits qui ne sont rien d’autre que des productions d’ordre. Ils existent comme productions d’ordre. Les files d’attente, les ondes de voitures sur l’autoroute, l’usage de cartes schématiques, etc. sont des productions empiriques de la société ordinaire.

3Produits de façon concertée par des cohortes de population, ces phénomènes d’ordre sont intelligibles, reconnaissables et reconnus. Ils correspondent à des pratiques de production, de monstration, d’observation et de reconnaissance. De telles pratiques sont manifestées et observées ; vécues de conserve, elles sont immédiates et sans médiations. Leur cohérence empiriquement variable constitue l’intelligibilité et la descriptibilité inévitables de ces choses les plus ordinaires du monde que sont les phénomènes d’ordre, autochtones et ordinaires, propres à ce que Durkheim appelait la « société immortelle ».

  • 3 É. Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Paris (...)

4Anne Rawls montre que, pour Durkheim, si on le lit autrement, les faits sociaux sont sans mesure avec ce qu’enseigne la philosophie occidentale à leur propos. En particulier, dans l’article qu’elle nous livre ici, elle explique comment il faut lire le chef-d’œuvre qu’est Les formes élémentaires de la vie religieuse3. Le thème principal du livre, si l’on se réfère à la présentation que Durkheim lui-même en a faite et au commentaire qu’il en a donné, est la détermination de l’origine empirique, située dans la vie collective, des « catégories générales de l’entendement » – le temps, l’espace, la classification, la force, la causalité et la totalité. Ses analyses, présentées selon un ordre d’argumentation profondément raisonné, utilisent des matériaux ethnographiques sur les pratiques religieuses des Aborigènes d’Australie.

5Rawls rappelle que Durkheim concevait la sociologie comme la discipline capable de mener à bien un tel programme. Elle rappelle aussi la conviction qui était la sienne que c’était bien là ce que devait être la sociologie, même si elle en était encore loin.

6Quand l’ethnométhodologie est correctement comprise, elle apparaît comme héritière de ce legs négligé de Durkheim. Elle a repris et ré-élaboré l’aphorisme de Durkheim – « La réalité objective des faits sociaux est le principe fondamental de la sociologie » – pour dégager un pendant, spécifiquement incommensurable et toujours nécessairement présent, aux enseignements canoniques des sciences sociales. Ce pendant est indissociablement lié aux enseignements de l’analyse formelle ; il les accompagne partout, non pas sous forme d’arguments généraux, mais à travers l’analyse de cas concrets, et cela de manière telle qu’on peut l’assurer et le montrer.

7Chaque fois que l’analyse formelle décrit la production des faits sociaux, selon sa technologie propre, chaque fois une autre définition de cette même production, spécifique à la discipline de Durkheim, peut être fournie par l’ethnométhodologie. Chaque fois que, s’agissant de rendre compte du travail in situ par lequel sont produits et décrits les faits sociaux, la question se pose de savoir si la description est adéquate ou correspond au monde, ou à la réalité, chaque fois une autre spécification de la réalité objective des faits sociaux, faisant pendant à celle de l’analyse formelle, est rendue possible de façon inévitable, irrémédiable et sans alternative.

8Voici quelques arguments que l’on peut reprendre des discussions qui ont eu lieu en ethnométhodologie et des recherches empiriques qui y ont été effectuées :

    • 4 Parsons est de ce point de vue un porte-parole exemplaire, dans la mesure où il enseigne qu’il conv (...)

    Un principe de base définissant ce qu’on entend par « science » dans les sciences sociales telles que pratiquées un peu partout dans le monde consiste à distinguer, d’une part, le caractère concret des faits sociaux et, d’autre part, leur analysabilité, en suivant la recommandation canonique : « Il n’y a pas d’ordre dans le plenum4. »

    • 5 Garfinkel reprend ici une expression de Merleau-Ponty, dans Phénoménologie de la perception (1945), (...)

    Une preuve massive du contraire se trouve dans les innombrables cohérences des propriétés phénoménales (phenomenal field properties5) des faits sociaux. Ce sont ces propriétés phénoménales qui sont les « choses » négligées de Durkheim.

  1. L’ethnométhodologie décrit empiriquement les propriétés phénoménales des « choses » de Durkheim sous forme de problèmes qui nous instruisent par ce que nous en découvrons (tutorial problems), et dans des recherches « hybrides » sur le travail.

  2. Les « choses » de Durkheim échappent à la description dans tous les cas où les méthodes de l’analyse formelle et de la représentation théorique sont utilisées pour en rendre compte. Qu’est ce qui échappe précisément ? Comment ? Ce sont des questions qu’on peut éclairer empiriquement en analysant les éléments constitutifs du problème dit « de l’atelier » (shop floor problem).

    • 6 Je reconnais ici ma dette à l’égard d’Ulf Fagerquist, Hans Gyllstrom, John Dutton, Peter Kimber, Be (...)

    Ce problème décrit, sous forme de détails incarnés, spécifiques à un site de travail collectif, la production locale d’un ordre par les pratiques de ceux qui produisent, décrivent et rendent visibles les faits sociaux au sens de Durkheim. Ce problème et ses éléments constitutifs sont un thème que l’ethnométhodologie a découvert6 […].

9L’aphorisme de Durkheim a été assimilé par les sciences sociales aux recommandations et aux méthodes de l’analyse formelle, et au statut de précédents légitimes accordé aux textes qu’elle a produits.

10Voici, en revanche, comment cet aphorisme a été compris par les ethnométhodologues. Dès le début, l’ethnométhodologie s’est intéressée à différentes institutions de la société ordinaire, dont le personnel, considéré sous l’aspect de son implication dans une production locale et endogène d’ordre, coordonne ses activités de façon à rendre manifeste une question d’ordre, en tant que dimension procédurale de ses activités, dans les contextes réels de travail et en temps réel. Toute question d’ordre peut être retenue par l’ethnométhodologie pour être soumise à une redéfinition en termes de phénomène procédural d’ordre, produit de manière banale, sans qu’il y prête attention ou qu’il s’y intéresse, par « le travail de l’homme de la rue » (work of the streets).

11Ce qui est proprement ethnométhodologique dans les études de l’ethnométhodologie c’est que, pour n’importe quel événement social réel, elles montrent précisément comment, dans chaque cas concret, les membres, qui disposent d’une compétence ordinaire, coordonnent leurs activités de façon à produire, manifester, établir, dans les détails incarnés de leur vivre ensemble, des phénomènes d’ordre dont on peut rendre compte localement et naturellement.

12Ces phénomènes incluent, en tant qu’événements réels de la société ordinaire, la production, locale et endogène, par des cohortes de population, de choses dont on est, ou peut être, témoin et dont on peut rendre compte dans le langage naturel. En font partie les faits sociaux tels que les causes, les classifications, les rythmes, la temporalisation, la cohérence, la non-contradiction, l’analyse, la logique, les significations, la facticité, la raison, la méthode, la vérité et tout ce qui peut être ordinairement observé comme erreur, omission, absence, accident, coïncidence – le tout dans les détails ordonnés et incarnés, qu’on ne remarque pas, de la vie ordinaire des membres, telle qu’ils la vivent ensemble.

13De temps à autre, tel ou tel ethnométhodologue a pu résumer la pertinence de ses recherches pour la sociologie en reformulant l’aphorisme de Durkheim comme suit : « La réalité objective des faits sociaux est le principe fondamental de la sociologie ». L’ethnométhodologie appréhende cette réalité objective des faits sociaux comme étant un accomplissement pratique continu de chaque société, procédant uniquement et entièrement, toujours et partout, du travail des membres, un accomplissement naturellement organisé et naturellement descriptible, produit localement et de manière endogène, sans relâche et sans possibilité d’évasion, de dissimulation, d’esquive, d’ajournement ou de désintéressement.

  • 7 Un exemple en est la recherche d’E. Livingston sur le travail des mathématiciens (The ethnomethodol (...)

14Il revient à A. Rawls d’avoir montré que quatre-vingt-dix années d’études durkheimiennes ont systématiquement mal interprété, mal compris, critiqué et négligé cet aphorisme. La compréhension qu’en a l’ethnométhodologie est à l’opposé de celle qui prévaut habituellement. Elle reprend ce sur quoi Durkheim insistait. Le sujet principal de son héritage est précisé et rendu observable à travers le type de problème qu’analyse l’ethnométhodologie, et à travers le genre d’étude du travail auquel elle se livre – des études qui combinent analyse ethnométhodologique et analyse propre à la discipline étudiée (hybrid studies of work)7. C’est là que l’ethnométhodologie montre la compréhension qu’elle a du fait que la réalité objective des faits sociaux est le phénomène fondamental de la sociologie.

  • 8 E. Livingston, Making sense of ethnomethodology, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1987.

15À cette réalité objective correspond un domaine extrêmement vaste de phénomènes d’ordre. C’est ce dont l’ethnométhodologie a cherché à rendre compte […]. On trouvera une présentation magistrale de son approche de l’ordre social dans l’ouvrage d’Eric Livingston, Making sense of ethnomethodology8. Chaque chapitre du livre peut être lu à la fois, et tour à tour, comme description et comme instructions. Chaque chapitre se présente comme une argumentation descriptive et pédagogique. Il contient des instructions pour appliquer in situ le travail distinctif de l’ethnométhodologie.

Notes

1 Ce texte de H. Garfinkel est une version abrégée et adaptée pour le présent volume d’un article publié en postface dans M. de Fornel, A. Ogien & L. Quéré, eds, L’ethnométhodologie. Une sociologie radicale, Paris, La Découverte, 2001, p. 31-56.

2 A. W. Rawls, « La théorie de la connaissance de Durkheim : un aspect négligé de son œuvre », ici même, p. 41-99. Voir également Id., « Durkheim’s epistemology : the initial critique 1915-1924 », The Sociological Quarterly, 38 (1), 1997, p. 111-145 ; Id., « Durkheim and pragmatism : an old twist on a contemporary debate », Sociological Theory, 15 (1), 1997, p. 5-29.

3 É. Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Paris, Presses universitaires de France, 1985, p. 598 (1re éd. Paris, 1912).

4 Parsons est de ce point de vue un porte-parole exemplaire, dans la mesure où il enseigne qu’il convient à tout prix de suivre cette recommandation si l’on veut avoir une démarche scientifique en sciences sociales. (Sur ce qu’il entend par plenum, voir l’introduction de M. de Fornel au présent dossier, ici même, p. 29-39 [NdT.].)

5 Garfinkel reprend ici une expression de Merleau-Ponty, dans Phénoménologie de la perception (1945), dont le chapitre iv s’intitule « Le champ phénoménal » [NdT.].

6 Je reconnais ici ma dette à l’égard d’Ulf Fagerquist, Hans Gyllstrom, John Dutton, Peter Kimber, Beryl Bellman et de leurs collègues, avec qui j’ai pu discuter lors du colloque de Rockport du World Design Forum, en août 1994. C’est à cette occasion, et au cours de nos conversations ultérieures, que j’ai appris ce qu’ils entendaient par le « problème de l’atelier ». J’ai découvert leurs préoccupations techniques, concernant les contraintes empiriques locales, liées à la contingence de leurs réalisations dans le domaine du design, réalisations qui doivent être faites en tant que travail de collectifs locaux de production dont les pratiques réelles, spécifiques à un lieu de travail, consistent à « valider, sur la base de ses contingences, comme conforme à ce qui avait été promis par contrat, un processus de fabrication d’un avion ». Les détails empiriques de telles pratiques échappent, d’une manière ou d’une autre, aux méthodes certifiées, en usage, de description et de théorisation.

7 Un exemple en est la recherche d’E. Livingston sur le travail des mathématiciens (The ethnomethodological foundations of Mathematics, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1986) (NdT.).

8 E. Livingston, Making sense of ethnomethodology, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1987.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search