Version classiqueVersion mobile

Naturalisme versus constructivisme ?

 | 
Michel de Fornel
, 
Cyril Lemieux

I

Synthèse ou respécification ?1

Synthesis or respecification?

Rod Watson et Wes Sharrock
Traduction de Yann Tholoniat et Michel de Fornel

Résumé

Les auteurs considèrent que, pour Durkheim, la compréhension des faits sociaux exige le recours à un appareil théorique et méthodologique spécifique, ce qui, sur ce point, fait bien de lui le fondateur des approches centrées sur la morphologie sociale. S’il a insisté dans Les formes élémentaires de la vie religieuse sur le primat des pratiques, il n’a pas pour autant reconnu le caractère central de la disponibilité des faits sociaux et il a méconnu le caractère constitutif de la compétence sociologique pratique. On peut donc trouver des résonances durkheimiennes dans l’œuvre de Garfinkel mais, contrairement à ce que soutient Anne Rawls, les deux approches n’en sont pas moins fondamentalement opposées.

Texte intégral

  • 1 Titre original : « Synthesis or respecification ? ».
  • 2 Ethnomethodology’s program. Working out Durkheim’s aphorism, éd. et introd. par A. W. Rawls, Lanham (...)
  • 3 É. Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Paris (...)
  • 4 É. Durkheim, Le Suicide. Étude de sociologie, Paris, F. Alcan, 1897.

1Le titre choisi par Harold Garfinkel pour son dernier ouvrage Working out Durkheim’s aphorism2 mérite d’être salué. L’ouvrage lui-même vise à démontrer comment l’intérêt que Durkheim portait à la « société immortelle » a été repris dans de multiples recherches ethnométhodologiques. L’aphorisme de Durkheim nous recommande de « traiter les faits sociaux comme des choses », et Garfinkel se fait ici plus explicite qu’auparavant sur la nature des relations entre le programme ethnométhodologique et les préoccupations de Durkheim. Sa présentation comporte deux volets. Il reprend les arguments novateurs d’Anne Rawls selon lesquels la façon dont Durkheim traite la pratique rituelle dans Les formes élémentaires de la vie religieuse3 préfigure la conception ethnométhodologique de l’accomplissement des pratiques. Il peut ainsi soutenir que l’approche ethnométhodologique est une héritière au moins aussi légitime des recommandations programmatiques de Durkheim concernant la sociologie que l’est celle qui considère que seules les manipulations statistiques dans Le Suicide4 vont dans le sens préconisé par Durkheim. C’est en accord avec cette dernière conception que « le mouvement international des sciences sociales » peut incarner l’héritage de Durkheim. Le second volet explicite les multiples façons dont les études ethnométhodologiques mettent en œuvre l’idée de « traiter les faits sociaux comme des choses ». L’argument de Rawls représente un défi pour la communauté des chercheurs durkheimiens, qui, si elle a raison, n’ont pas réussi à comprendre cet aspect du travail de Durkheim et sa place au sein de sa pensée.

2Cette interprétation, retenue par Garfinkel pour organiser sa présentation et sa réexposition de l’ethnométhodologie, pourrait peut-être – nous insistons sur le peut-être – servir à améliorer la compréhension actuelle de l’ethnométhodologie dans la communauté des sciences sociales.

3Que la préoccupation centrale de Garfinkel ait été proche du programme de Durkheim n’a jamais été un secret. L’aphorisme de Durkheim reformulé par Garfinkel est exprimé dans la recommandation suivante : traiter les faits sociaux comme des accomplissements.

  • 5 H. Garfinkel, Studies in ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1967, vii. Il est possi (...)

[…] contrairement à certaines interprétations de Durkheim qui professent que la réalité objective des faits sociaux est le principe fondamental de la sociologie, on tirera plutôt la leçon suivante, à titre méthodologique, que la réalité objective des faits sociaux en tant qu’accomplissement des activités concertées de la vie quotidienne – et les modalités pratiques de cet accomplissement étant connues, mobilisées et considérées comme allant de soi – est un phénomène fondamental pour les membres faisant de la sociologie5.

4Toutefois, la disponibilité de cette recommandation en tant que ligne de conduite fondamentale pour l’ethnométhodologie n’assure pas qu’une interprétation correcte de cette citation s’ensuive automatiquement, et il est courant de comprendre cette reformulation comme un rejet catégorique des conceptions durkheimiennes plutôt que comme une quelconque forme d’affiliation à ces dernières. Nombre de sociologues ont pensé que la diversité et les tensions existant au sein de la pensée sociologique pouvaient se réduire à une opposition entre deux traditions de pensée entretenant des visions dichotomiques sur la nature de la vie sociale prise en tant que réalité objective ou subjective. L’examen attentif et détaillé des écrits ethnométhodologiques n’a guère cours en dehors du cercle des partisans de l’ethnométhodologie mais cela n’a pas empêché cette dernière d’être placée avec assurance du côté « subjectif » de cette soi-disant dichotomie générale. Durkheim se situe bien évidemment du côté « objectif » de cette division et son aphorisme est donc compris comme une expression de l’« objectivité des faits sociaux ». Si tel était le cas, cela signifierait que la reformulation de Garfinkel nie « l’objectivité des faits sociaux », ce qui reviendrait, dans le cadre d’une telle compréhension, à démentir tout court l’existence de la réalité sociale elle-même. Il n’y a aucune raison pour que la suggestion programmatique de Garfinkel soit comprise en ce sens, surtout si elle est lue en relation avec tout ce qui est dit par ailleurs dans Studies in Ethnomethodology. Garfinkel remarque qu’il se préoccupe de la société immortelle de Durkheim, en tant qu’elle réfère à des « phénomènes ordonnés, intelligibles, reconnaissables et reconnus, produits de façon concertée par des cohortes de populations ». En cela, il ne pouvait indiquer plus clairement que la transformation de l’aphorisme qu’il a lui-même opérée n’a pas pour but d’affirmer ou d’infirmer la réalité d’un ordre de phénomène, mais de déplacer ce qui est considéré comme problématique ou comme nécessitant un travail réflexif, par rapport au phénomène en question. Le peu de fondement de cette interprétation erronée de l’ethnométhodologie n’empêche pas qu’elle perdure et qu’elle constitue même une présupposition centrale de la théorisation sociologique contemporaine. La reformulation par Garfinkel de l’aphorisme de Durkheim implique de traiter la disponibilité des faits sociaux comme la question problématique.

5Si Rawls a raison, alors l’ouvrage Les formes élémentaires de la vie religieuse défend l’argument que la réalité des formes fondamentales de la pensée aborigène – espace, temps, etc. – se laisse découvrir dans la célébration des rites, préfigurant par-là l’idée qu’il est dans la nature des « faits sociaux » d’être disponibles au sein des pratiques vernaculaires constituant la scène sociale.

6L’aphorisme reformulé par Garfinkel réaffirme-t-il alors simplement l’argument de Durkheim ? Les « faits sociaux » sont-ils, pour lui, exactement les mêmes « faits sociaux » que chez Durkheim ? Il nous faut répondre : oui et non.

7Certes, Durkheim a formulé la notion d’accomplissement de la pratique, mais en a-t-il tiré les conséquences par rapport à ce qu’il soutenait, par ailleurs, au sujet de la signification de la présence des faits sociaux pour la formation du projet des sciences sociales ? Sa volonté de constituer une discipline sociologique munie d’un dispositif théorique et méthodologique permettant le repérage systématique de l’ordre dans des faits sociaux n’aurait pu que le faire rester à distance du primat de la pratique tel que le conçoit Garfinkel. En invoquant des faits sociaux spécifiques – comme la maîtrise du langage naturel, la circulation de la monnaie, les obligations liées aux positions au sein de la famille –, Durkheim prenait en compte et attirait l’attention sur la disponibilité immédiate de ces faits pour les personnes ordinaires de la société (en incluant sa propre personne ainsi que ses lecteurs), mais il ne faisait pas de la reconnaissance de cette disponibilité et du caractère d’évidence de ses affirmations le but de son argumentation. Au contraire, ces remarques servent de préliminaire à la proposition de développer un dispositif d’enquête permettant de trouver dans ces faits un ordre systématique, et aussi systématiquement non reconnu. Pour Durkheim, les faits sociaux sont par essence techniquement disponibles pour le sociologue. L’organisation structurée de ces faits ne peut être révélée que par l’application de méthodologies techniquement garanties de sociologues professionnels patentés. Le « mouvement international » des sciences sociales est, en ce sens, certainement le véritable héritier du programme de Durkheim. Et c’est parce qu’il refuse l’idée selon laquelle la compréhension de la nature des faits sociaux exige la création d’un appareil théorique et méthodologique spécifique que Garfinkel se met à l’écart du « mouvement des sciences sociales ». Pour lui, tous les membres de la société peuvent découvrir de façon routinière et typique l’organisation et la structure des faits sociaux de l’intérieur même des activités dans lesquelles ils sont engagés, étant donné qu’elles sont constitutives de ces activités mêmes. La modification apportée par Garfinkel à l’aphorisme de Durkheim est donc une respécification (pour utiliser le terme qu’il a rendu récemment populaire) de la thèse sur les « faits sociaux » formulée effectivement par Durkheim (si ce n’est dans ses derniers ouvrages, certainement dans ses livres précédents). C’est en s’appuyant sur la disponibilité des faits sociaux que la sociologie a essayé de construire son dispositif d’enquête et d’analyse (et Garfinkel qualifie son entreprise de « constructive »). Elle ne voit dans le caractère ordonné des affaires de la vie ordinaire qu’une indication de la nature de l’ordre à rechercher : il reste encore à mettre au jour ce dernier, qui peut s’avérer, une fois expliqué, très différent de ce qu’il semblait être, en termes de disponibilité, pour les participants à des activités ordinaires, qui ne disposent pas des qualités professionnelles nécessaires leur permettant de reconnaître les régularités véritables que ces activités comportent – de façon manifeste et établies analytiquement. Garfinkel ne considère pas que la disponibilité des faits sociaux donne le ton ou fournit un mot d’ordre pour de futurs développements de la recherche professionnelle, mais qu’elle permet d’identifier ce qui est à examiner ; il veut faire percevoir – comme il l’exprima en disant que la sociologie devait se passer de l’exigence de Parsons d’un plenum – qu’il y a de l’ordre dans le concret (c’est-à-dire dans le monde visiblement disponible des activités quotidiennes et de leur déroulement, et ce à partir de leur présence dans un ici et maintenant), et que l’identification de cet ordre ne requiert pas le développement d’un dispositif analytique qui puisse constituer le moyen exclusif de sa reconnaissance. L’ordre social est une affaire publique, en ce sens qu’il possède un caractère « naturellement descriptible […] attestable de façon concertée et reconnaissable de façon intelligible ». De plus, l’argument de Garfinkel implique clairement que le travail d’enquête sociologique professionnalisée, à mesure qu’il développe un dispositif propre visant à fournir une caractérisation autonome des faits sociaux, reste inévitablement dépendant de la disponibilité de ces faits : sans le maintien de ce lien, l’enquête ne peut rendre intelligible et reconnaissable ses résultats. Dans la mesure où la sociologie professionnelle appartient à la tradition initiée par Durkheim, elle lui doit (au moins en partie) le fait qu’elle reste soit équivoque, soit confuse (soit les deux à la fois) quant à la nature des faits sociaux. Garfinkel montre que cette ambiguïté vis-à-vis des faits sociaux est un problème chronique et insoluble pour la sociologie professionnalisée.

8Les faits sociaux ne constituent pas moins un sujet central pour l’ethnométhodologie que pour le « mouvement international des sciences sociales », mais Garfinkel s’efforce d’éliminer les problèmes inévitables que celle-ci rencontre dès lors qu’elle établit une ségrégation entre compétence professionnelle et compétence ordinaire. Garfinkel a montré que la tâche de l’ethnométhodologie ne consiste pas à trouver ou à analyser l’ordre qui préside à ces faits, mais à identifier et à exposer les manières dont ces derniers se manifestent et s’ordonnent sur la scène sociale, à examiner leur ordonnancement de part en part ordinaire. Ce qui suppose de reconnaître la découverte du caractère ordonné des faits sociaux inextricablement lié à la production et l’accomplissement des activités sociales au sein desquelles on les trouve. L’ethnométhodologie ne possède pas, car elle n’en a pas besoin, de moyens techniques propres pour identifier les faits sociaux. Elle ne cherche pas à aller au-delà de la compétence ordinaire pour détecter et examiner les faits sociaux sous tous leurs aspects, mais à identifier avec soin et prudence cette compétence ordinaire dans toute sa particularité et en relation avec le rôle qu’elle joue dans la disponibilité des affaires sociales.

9Ce déplacement radical a toujours été présent tout au long de l’œuvre de Garfinkel, même s’il a été remanié au fur et à mesure de l’évolution de son travail (qui le conduit, par exemple, à abandonner l’idée de « méthode documentaire d’interprétation », si importante dans Studies in Ethnomethodology). La formulation présente de Garfinkel reprend ce qu’il a depuis longtemps soutenu, à savoir que l’ethnométhodologie est une alternative aux courants principaux de la pensée sociologique, en ce qu’elle considère que le caractère omniprésent et constitutif de la compétence sociologique pratique, que l’analyse formelle et constructive cherche à s’approprier, ne peut être intégré dans ses schèmes explicatifs (ce qui explique peut-être pourquoi on n’accorde qu’une présence nominale à l’ethnométhodologie dans ces soi-disant cadres théoriques unificateurs dominants). La reconnaissance de la nature et de l’orientation véritables de l’ethnométhodologie entraînerait une révision du projet de synthèse de tels schèmes explicatifs. Garfinkel n’énonce d’ailleurs pas de principes théoriques mais énumère un catalogue d’études. L’ethnométhodologie s’oriente résolument dans une tout autre direction que celle que proposent de suivre Alexander, Giddens, Bourdieu, Habermas et d’autres.

10Le travail de Garfinkel a des résonances durkheimiennes – la prééminence normative de la « compréhension commune » n’étant que l’une d’entre elles (bien que celle-ci soit aussi transformée et n’ait rien à voir avec une conception en termes d’« ensembles de correspondance »). La critique faite par Durkheim des arguments utilitaristes (et d’autres) sur les théories du contrat, et qui mobilise la notion d’« éléments non contractuels dans le contrat », à savoir les attentes et les présomptions qui informent n’importe quel contrat et son exécution, est proche de l’accent ethnométhodologique des débuts mis sur « les connaissances d’arrière-plan » qui informent le sens de n’importe quelle transaction.

11Les observations de Rawls au sujet de Durkheim et de Garfinkel sont d’une extrême importance en tant qu’« aides pour une imagination paresseuse » afin de repenser tant la généalogie de l’ethnométhodologie que sa pratique propre.

Notes

1 Titre original : « Synthesis or respecification ? ».

2 Ethnomethodology’s program. Working out Durkheim’s aphorism, éd. et introd. par A. W. Rawls, Lanham, Rowman & Littlefield, 2002.

3 É. Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Paris, F. Alcan, 1912.

4 É. Durkheim, Le Suicide. Étude de sociologie, Paris, F. Alcan, 1897.

5 H. Garfinkel, Studies in ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1967, vii. Il est possible que la référence à « certaines interprétations » de Durkheim anticipe sur celles de Rawls.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search