Version classiqueVersion mobile

Qu’est-ce qu’une discipline ?

 | 
Jean Boutier
, 
Jean-Claude Passeron
, 
Jacques Revel

III

Configurations disciplinaires et sciences de l’Observatoire. Le cas des approches scientifiques de l’atmosphère (XIXe-XXe siècle)

Disciplinary configurations and sciences of the Observatory. The case of scientific approaches to the atmosphere (19th-20th c.)

Fabien Locher

Résumé

Jusqu’au dernier quart du xixe siècle, l’Observatoire est un lieu de science regroupant, dans une vision disciplinaire rétrospective, des recherches astronomiques, météorologiques, géomagnétiques et océanographiques. La décomposition de cet Observatoire « généraliste » en un ensemble de composantes individuelles constitue l’un des processus essentiels de la genèse des disciplines scientifiques. C’est ce processus que nous nous proposons d’analyser ici, en considérant le cas des approches scientifiques de l’atmosphère terrestre, dans les années 1850-1950. Ce faisant, nous décrirons la structuration progressive de la météorologie et de la géophysique en des disciplines scientifiques autonomes. Nous montrerons à partir de ces cas que l’hybridation entre des pratiques d’observation et des pratiques d’expérimentation s’est trouvée au cœur du processus de segmentation disciplinaire des sciences de l’Observatoire.

Texte intégral

1Dans le cadre d’une étude historique de l’activité scientifique, la notion de discipline peut être définie comme un mode d’organisation des pratiques, des discours et des identités professionnelles par lequel ceux-ci se trouvent stabilisés, régulés et transmis au service d’une revendication unifiée à faire science. Stabilisation, régulation et transmission sont alors assurées par le biais de dispositifs de publication discriminants (revues et collections « spécialisées » ou organisées en sections spécialisées…), de dispositifs éducatifs organisant la transmission des savoirs, explicites et implicites, considérés comme constitutifs de la discipline (écoles, séminaires, laboratoires d’enseignement, manuels, recueils d’exercices canoniques…), de dispositifs de sociabilité organisant la démarcation entre le spécialiste et le profane et créant les conditions d’un entre-soi (diplômes et rituels académiques, appartenance à une société savante spécialisée, mythologie des « fondateurs » ou des « précurseurs », mises à l’épreuve du corps, vocabulaire spécifique…). Cette définition assez générale, qui ne fixe pas a priori les instances de stabilisation, de régulation et de transmission des disciplines, autorise l’analyse d’une gamme étendue de pratiques scientifiques. Ce n’est pas le cas des définitions qui identifient discipline et recherche/enseignement en milieu universitaire, restreignant ainsi la portée de cette catégorie d’analyse.

  • 1 À ce propos, voir T. Shinn, « The French science faculty system, 1808-1914. Institutional change an (...)
  • 2 Les raisonnements en terme de « lieux de production du savoir » ou de « lieux de science » nous sem (...)
  • 3 Nous nous baserons ici sur des recherches réalisées dans le cadre puis dans la continuité de notre (...)

2Le caractère restrictif de ces définitions n’apparaît pas si l’on s’en tient aux exemples les plus étudiés à ce jour, ceux de la physique et la chimie d’après les années 1870. En effet, ces sciences se structurent alors autour d’un nouveau lieu de science – le Laboratoire – qui est profondément intégré à l’institution universitaire1. Mais l’attention se tourne aujourd’hui vers d’autres lieux de production du savoir scientifique, longtemps négligés, au premier rang desquels l’Observatoire2. Ce dernier rassemble, tout au long des xviiie et xixe siècles, des recherches qui relèvent, rétrospectivement, de l’astronomie, de la météorologie, du géomagnétisme, de l’océanographie ou de la statistique. L’Observatoire est alors un lieu de science dont l’unité ne tient pas à une spécialisation thématique mais à son usage comme lieu de production, de stockage et de manipulation des nombres. Puis, à partir du dernier quart du xixe siècle, on assiste à la décomposition progressive de ces « sciences de l’Observatoire » a-disciplinaires en un ensemble de composantes scientifiques spécialisées thématiquement. Celles-ci concernent particulièrement les différents aspects de l’environnement physique terrestre (terre, atmosphère, océans). Ces composantes scientifiques, parmi lesquelles la météorologie ou l’océanographie, entretiendront jusqu’à aujourd’hui des rapports distants à l’institution universitaire. Elles n’en présentent pas moins une identité « disciplinaire » dont notre définition souple des disciplines doit nous permettre l’analyse. Nous nous concentrerons, dans cette perspective, sur les approches scientifiques de l’atmosphère terrestre3. Ce faisant, nous considérerons un aspect important de la décomposition progressive des « sciences de l’Observatoire » en un ensemble de sous-champs de recherches qui, comme nous le verrons avec le cas de la météorologie, se doteront progressivement d’une gamme étendue d’attributs disciplinaires sans toutefois s’intégrer au champ universitaire.

L’atmosphère dans un régime non disciplinaire de production des savoirs (1800-1870)

  • 4 Voir à ce propos M. Crosland, Science under control. The French Academy of sciences 1795-1914, Camb (...)
  • 5 L’Annuaire fournit de plus un ensemble étendu de données concernant les astres, les marées, ainsi q (...)
  • 6 Concernant l’histoire de la revue et de sa place dans la communauté savante parisienne, cf. M. Cros (...)
  • 7 Dans cette perspective, il y organise notamment une collecte de récits de météores, regroupés en un (...)

3Dans les années 1800-1850, les observations réalisées grâce aux instruments dits « météorologiques », les récits concernant les phénomènes atmosphériques exceptionnels et les travaux théoriques concernant l’atmosphère, les météores ou la prévision du temps paraissent essentiellement dans les Comptes rendus et les Mémoires de l’Académie des sciences, dans l’Annuaire du Bureau des Longitudes, dans la Revue maritime et coloniale et dans les Annales de Chimie et de Physique. Or aucune de ces revues n’est structurée autour d’une revendication disciplinaire, au sens où une discipline se définit par un territoire exclusif en terme d’objets ou de méthodes. Les publications de l’Académie des sciences, comme cette institution même, échappent largement à ce type de logique – et ce malgré une segmentation en sections, mais d’une grande plasticité4. L’Annuaire du Bureau des Longitudes rend compte, quant à lui, des recherches menées au sein même du Bureau, à l’Observatoire de Paris, et au cours des expéditions scientifiques supervisées par ces institutions5. Il traite alors pêle-mêle de l’investigation des différents aspects de l’environnement terrestre. La Revue maritime et coloniale est un périodique généraliste de la marine de guerre française, et les textes à caractère scientifique et technique n’en constituent qu’une partie. La Revue reproduit surtout des récits de marins portant sur des phénomènes atmosphériques particuliers. Enfin, les Annales de Chimie et de Physique, dans leur deuxième série (lancée en 1816 sous la responsabilité de Louis-Joseph Gay-Lussac et François Arago6), publient un ensemble de travaux relevant rétrospectivement de la chimie, de la physique, et des sciences de la Terre. L’unité de l’ensemble tient alors dans une approche centrée sur l’expérimentation, y compris en ce qui concerne l’étude de l’environnement terrestre. Arago promeut en effet dans les Annales une « physique terrestre » qui entend expliquer tout à la fois la formation des grêles, l’électricité des cascades et les différentes températures des sources par une méthode générale passant par la collecte de faits élémentaires et leur interprétation par des lois physico-chimiques générales ou le recours direct à l’expérience7. Ce projet intellectuel, fortement marqué par l’individualité de son promoteur, ne connaîtra qu’un accomplissement transitoire au sein de l’Observatoire de Paris et de l’Académie des sciences des années 1830 et 1840.

  • 8 On se base ici sur les sources suivantes : Annuaire des sociétés savantes de la France et de l’étra (...)
  • 9 Voir par exemple A. Danjon, « Le Verrier créateur de la météorologie », La Météorologie, 1946, p. 3 (...)
  • 10 Voir le très influent article de S. Schaffer, « Astronomers mark time. Discipline and the personal (...)
  • 11 Sur ce point, cf. F. Locher, L’observation météorologique dans les écoles normales d’instituteurs ( (...)

4Dans cette première moitié du xixe siècle, on ne rencontre donc, pour l’étude de l’atmosphère, ni enseignement, ni publication « spécialisée », ni dispositif de sociabilité savante (société savante ou section d’une société savante)8. Il n’existe par ailleurs aucune fonction salariée explicitement consacrée à l’étude théorique ou pratique des phénomènes atmosphériques. Mais, à partir des années 1850, certains éléments favorisent une convergence disciplinaire des approches scientifiques de l’atmosphère. En effet, les « récits des origines », récurrents dans les traités et les notices commémoratives produites par la communauté météorologique contemporaine9, font systématiquement de l’astronome Urbain Le Verrier le « fondateur » de la « météorologie moderne », en référence à son action comme directeur de l’Observatoire de Paris, de 1854 à 1877. De fait, les pratiques et les discours scientifiques qui s’y sont développés structureront durablement un type particulier d’étude de l’atmosphère, basé sur l’observation des instruments météorologiques (baromètre, thermomètre, hygromètre) et l’analyse du corpus de nombres ainsi constitué. L’Observatoire organise des réseaux au sein desquels les opérateurs – qui sont des agents de l’État – réalisent des observations météorologiques strictement encadrées. Ces réseaux apparaissent alors comme une extension du modèle d’observation astronomique qu’a décrit Simon Schaffer pour l’Observatoire de Greenwich10 et qui est promu à Paris, au même moment, par Le Verrier. Ce type de pratique met en jeu des observateurs déqualifiés, réputés interchangeables, et soumis à un étroit régime de surveillance. Le premier réseau en place autour de l’Observatoire, à partir de 1855, est organisé à partir de certains postes de l’administration des télégraphes. Les agents observent chaque matin, avant de télégraphier les données produites à Paris. L’objectif de Le Verrier est alors de suivre, par ce moyen, le déplacement des perturbations atmosphériques, afin de parvenir à une prévision des vents côtiers. Cet objectif est atteint en 1863, en utilisant une méthode originale de mise en forme et d’interprétation des données centralisées par le télégraphe, dite méthode « synoptique prévisionnelle ». L’Observatoire de Paris assure alors le premier service de prévision du temps, soutenu, en France, par la communauté savante et l’État. Les prévisions rédigées chaque matin à l’Observatoire de Paris sont communiquées sous forme de dépêches télégraphiques, affichées sur les quais des principaux ports français et diffusées par le réseau des sémaphores côtiers de la Marine. Par ailleurs, dans les années 1860, l’Observatoire obtient également la mise en place d’un réseau d’observation météorologique implanté dans les écoles normales d’instituteurs11. Les élèves-maîtres y procèdent à six observations quotidiennes, celles-ci étant réalisées dans des conditions extrêmement rigoureuses en terme de placement des instruments et de protocole de manipulation. Ces observations viendront constituer progressivement un corpus de statistiques climatologiques concernant le territoire français.

  • 12 Sur cette mutation des carrières normaliennes, voir essentiellement C. Zwerling, « The emergence of (...)
  • 13 De 1840 à 1856, 76 % des normaliens poursuivent une carrière dans l’enseignement secondaire une foi (...)
  • 14 Il s’agit de Gustave Rayet, Émile Fron et Léon Sonrel qui sont, au moment de leur recrutement à l’O (...)

5Les activités liées aux réseaux – mise en place et gestion, tâches de prévision, mise en forme et publication des données – sont coordonnées, de 1854 à 1863, par un seul membre de l’Observatoire, que réglementairement rien ne distingue de ses collègues s’occupant d’astronomie physique, d’astronomie de position ou de mécanique céleste. Les acteurs recrutés à l’Observatoire pour s’occuper de l’étude de l’atmosphère le sont au coup par coup avec le titre d’astronome titulaire ou adjoint et ils conviennent informellement de leurs attributions avec Le Verrier. Ce sera toujours le cas après 1863 avec la montée en puissance des activités météorologiques, celles-ci occupant alors jusqu’à quatre personnes, en plus du personnel subalterne chargé des observations et de certaines tâches de calcul. Ces quatre membres de l’Observatoire présentent un recrutement homogène, puisqu’ils sont tous d’anciens élèves de l’École normale supérieure, agrégés de physique. Ceci participe de la mutation qui affecte progressivement les carrières normaliennes dans la deuxième moitié du xixe siècle12. Alors qu’ils étaient essentiellement employés, jusque-là, à des postes de professeur de lycée, les normaliens se consacrent de plus en plus aux carrières savantes13. Ils seront notamment, dans les années 1870-1900, au cœur de l’édification des disciplines physique et chimique à l’université. Le cas des activités météorologiques de l’Observatoire de Paris présente ici l’exemple d’une filière normalienne de recrutement. Le normalien agrégé de physique Hippolyte Marié-Davy sera le premier engagé à l’Observatoire par Le Verrier, en juillet 1862, pour s’y occuper de l’étude de l’atmosphère. Marié-Davy est un ancien professeur du lycée Bonaparte où, avant 1862, il préparait les élèves aux concours des grandes écoles scientifiques. Lorsque l’occasion s’en présente en 1863 et 1864, il choisit de recruter ses trois collaborateurs parmi d’anciens élèves, entrés à l’ENS sur la base de son enseignement, avant d’obtenir l’agrégation de physique14.

6Dans les années 1850, 1860 et 1870, l’Observatoire de Paris n’accomplit pas une disciplinarisation, et encore moins une institutionnalisation ou une professionnalisation du champ des approches scientifiques de l’atmosphère. C’est d’ailleurs une différence fondamentale avec le cas des sciences expérimentales : l’Observatoire est un lieu de science structuré dès la fin du xviie siècle, financé par l’État et doté très tôt d’un personnel salarié. Disciplinarisation et fonctionnarisation ne marchent pas ici de concert : la formation des disciplines ne tient nullement, dans ce cas, au passage des acteurs d’un statut d’« amateur » à celui de « professionnel ». Dans les années de la direction de Le Verrier à l’Observatoire de Paris, on voit se mettre en place deux ensembles combinant discours théoriques, dispositifs matériels et technologies sociales, qui constitueront les couches profondes d’une certaine discipline météorologique. Le premier est un système de production d’observations météorologiques utilisant des agents de l’État (essentiellement des élèves des écoles normales), ce système étant doté de procédures de stockage et de publication des observations. Ces nombres sont par la suite utilisés dans le cadre des recherches concernant la climatologie de la France.

  • 15 Les nombres et les cartes emblématiques de ces deux composantes climatologiques et prévisionnelles (...)

7Le second de ces ensembles concerne la prévision du temps, qui recourt à la mise en carte des données d’observation, fondement de l’étude des entités atmosphériques de grande dimension (les dépressions, les anticyclones)15. Sur la base du principe selon lequel c’est l’observation multipliée des instruments météorologiques qui forme la façon légitime de faire science à propos de l’atmosphère, la mise en carte des données d’observation va dès lors constituer une matrice conceptuelle et pratique agissant sur le long terme. Non seulement cette façon d’appréhender l’atmosphère sera le fondement des pratiques de prévision du temps jusqu’à l’essor des simulations numériques, mais elle structurera durablement les débats théoriques touchant à l’atmosphère. Les entités produites/ révélées par les cartes peuvent alors être étudiées par des techniques strictement inductives (comme c’est le cas dès le départ) mais également, nous le verrons, grâce à des méthodes importées d’autres disciplines scientifiques (telles la physique ou la mécanique).

  • 16 Il existe, bien avant 1914, une société d’hydrologie et de climatologie de Bordeaux et une société (...)
  • 17 Annuaire de la Société météorologique de France, 1853, p. 5-7.
  • 18 Ibid., p. 9-12.

8L’histoire des approches scientifiques de l’atmosphère ne se joue pas seulement à l’Observatoire de Paris. Les « récits des origines » évoqués précédemment renvoient également à la fondation, en 1852, d’une société savante, la Société météorologique de France (SMF). De fait, celle-ci reste, au moins jusqu’en 1914, la seule société savante française dont l’intitulé ou les statuts aient porté spécifiquement ou principalement sur tout ou partie des problématiques atmosphériques16. Cette création est indépendante de l’essor – d’ailleurs plus tardif – des recherches atmosphériques à l’Observatoire de Paris. Intervenue au début de la décennie 1850, elle correspond au développement d’une pratique d’observation météorologique amateur, alors en vogue au sein d’une classe moyenne composée de médecins, d’employés, de membres des professions libérales subalternes et de rentiers modestes. La SMF naît dans ce contexte, à l’initiative d’amateurs versaillais. Ceux-ci avaient organisé dès 1847 une coopérative d’observateurs qui recrutaient au niveau national et faisaient paraître leurs données dans une publication fondée à cet effet, sous le titre Annuaire météorologique de la France. La création de la SMF est destinée à prolonger cette initiative. Mais, alors que celle de l’Annuaire s’était faite assez largement en dehors de la communauté savante parisienne et de ses institutions, celle de la société agrège un grand nombre d’acteurs qui en sont issus. On est frappé par la diversité de leurs profils intellectuels. L’appel à la création de la SMF, lancé en juillet 1852, est signé de l’architecte-vérificateur Haeghens et du médecin Bérigny (les cofondateurs versaillais de l’Annuaire), mais aussi du physicien Auguste Bravais, du géologue Charles Sainte-Claire Deville et du géographe-explorateur Antoine d’Abbadie17. Les soutiens académiques qui s’expriment par l’adhésion ne sont pas moins variés. L’analyse des cent quarante-huit adhérents initiaux, dont la liste est donnée à l’occasion de la première séance de la société (le 14 décembre 1852), révèle la présence de dix-neuf membres de l’Institut18. À une exception près, tous sont des membres de l’Académie des sciences, où ils sont assez largement répartis dans les différentes sections. À la SMF, ces académiciens appartiennent – souvent comme chefs de file – à plusieurs groupes savants. Ces groupes rassemblent des membres du Bureau des longitudes et de l’Observatoire de Paris, des médecins spécialisés dans l’hygiène et le thermalisme, des agronomes (dont cinq anciens professeurs de l’Institut national agronomique, supprimé en septembre 1852) et des naturalistes (dont six professeurs du Muséum et trois titulaires de chaires de botanique ou d’histoire naturelle). La société est également caractérisée par la présence de nombreux membres des corps techniques d’État (corps des Mines, plus encore des Ponts), ceux-ci y occupant des positions savantes (comme celle, par exemple, de professeur de l’École des mines), mais pas seulement (on a aussi des ingénieurs ordinaires).

  • 19 À propos de la construction de l’objectivité par le recours aux nombres et à la quantification, voi (...)
  • 20 Haeghens, Bérigny, Lacroix, « Notice sur les travaux météorologiques de la société », Mémoires de l (...)

9La SMF des débuts apparaît donc comme une organisation qui se situe à l’intersection de plusieurs champs intellectuels et institutionnels. Mais on ne peut pas parler d’inter- ou de trans-disciplinarité – même si l’on admet une disciplinarisation précoce des approches scientifiques qu’on vient d’énumérer. Il s’agit plutôt, pour les soutiens académiques de la nouvelle société, d’aider à la constitution d’un centre commun destiné à promouvoir/standardiser/publier les observations météorologiques réalisées sur le territoire français, pour que celles-ci puissent servir à différents groupes scientifiques déjà constitués. L’esprit du projet renvoie plutôt, de ce côté, à la constitution d’un espace de pratiques « neutre », destiné à alimenter la construction disciplinaire d’autres champs de recherche. Dans cette perspective, la SMF représente une ressource en tant qu’instance de production de nombres, ceux-ci étant issus de l’observation opérée par des instruments météorologiques. Ces nombres devront en effet venir alimenter – et lester de leur « objectivité » – les discours théoriques traitant de l’hygiène, des influences physico-chimiques de l’environnement sur les végétaux ou des régimes des cours d’eau19. De leur côté, les observateurs amateurs de la SMF développent un discours radicalement empiriste qui est en accord avec ce projet. S’ils entendent cultiver l’étude de l’atmosphère pour elle-même, ils répudient en effet toute forme de théorisation. Celle-ci est décrite comme un « penchant » funeste qui aurait compromis jusqu’à ce jour la constitution d’un ensemble stabilisé de connaissances scientifiques concernant l’atmosphère20. La SMF, endossant ce double appel à un empirisme radical, deviendra le lieu de promotion d’une science d’observation dont l’agnosticisme théorique doit préparer l’avenir et irriguer, sur le chemin de la scientifisation, les autres champs de savoir. Les recherches qui y seront développées consisteront en effet essentiellement en la production d’observations et de synthèses climatologiques.

La météorologie, entre discipline institutionnelle et service technique (1878-1914)

  • 21 L’Annuaire de la Société météorologique de France succède à l’Annuaire météorologique de la France (...)
  • 22 C. Martins, Introduction, Annuaire météorologique de la France, 1849, p. vi.

10La SMF et l’Observatoire de Paris concourent finalement, dans le troisième quart du xixe siècle, à définir une certaine façon de faire science à propos de l’atmosphère terrestre, celle-ci s’appuyant sur l’observation armée d’instruments météorologiques, la régulation des modalités de cette observation et l’analyse éventuelle du corpus de données ainsi produit. L’Observatoire et la SMF vont désigner cette approche comme celle de la météorologie, marquant une exclusive et tentant ainsi de s’approprier un terme qui avait pu désigner, jusque-là, des réalités multiples. La Société promeut également une définition spécifique du « météorologiste » qui renvoie à l’observation suivie des instruments météorologiques, cette observation devant de plus répondre aux critères d’une bonne pratique dont l’Annuaire de la Société21 définira les caractéristiques. Ce sont ainsi la possession et l’usage conforme des instruments météorologiques qui définissent un entre-soi, sanctionné formellement par l’appartenance à la société. La construction de cet entre-soi s’inscrit également dans un ensemble de discours exaltant l’expérience commune de l’observation météorologique, décrite comme héroïque et désintéressée. Le météorologiste sera aussi à la SMF celui qui partage l’expérience d’une pratique contraignante que le naturaliste Charles Martins, l’un des fondateurs de la société, décrira comme un « assujettissement perpétuel » et un « servage22 ».

  • 23 Celui-ci est constitué formellement par un décret du 14 mai 1878 et il s’installe alors rue de Gren (...)

11Après la mort de Le Verrier, les recherches développées à l’Observatoire de Paris se sont trouvées réinvesties au sein d’un organisme autonome, le Bureau central météorologique (BCM), créé en 187823. Le BCM va notamment officialiser l’existence d’un « météorologue-fonctionnaire » : son décret d’organisation crée les postes de météorologistes titulaires, adjoints, et d’aides-météorologistes. L’autonomisation de la « météorologie » s’exprime aussi matériellement, par l’emménagement du BCM hors des murs de l’Observatoire, au 60, rue de Grenelle, puis au 1, quai Branly, à partir de 1887. La continuité entre les recherches du BCM et celles qui ont été menées précédemment à l’Observatoire de Paris n’en reste pas moins évidente, au moins au début. L’activité de production et de discussion des nombres d’observation échoit, à l’intérieur du BCM, à un service « climatologie et inspections », et la distinction est organisée entre un service opérationnel de prévision (celui des « avertissements ») et un service de recherche (celui des « mouvements généraux de l’atmosphère »). Ce dernier est consacré à l’étude des formations atmosphériques et de la circulation atmosphérique globale. Il reprend ainsi un programme de recherches développé à l’Observatoire dès les années 1860, en relation avec la mise en place de la prévision des vents côtiers.

  • 24 Ces tensions impliquaient notamment Marié-Davy, évincé des activités météorologiques en 1866-1867 p (...)
  • 25 Ibid., p. 425-434.
  • 26 A. Angot, Thèses présentées à la faculté des sciences de Paris, pour obtenir le grade de docteur ès (...)

12À sa création, le BCM est placé sous la direction du physicien Éleuthère Mascart, qui ne s’était jamais préoccupé, jusqu’alors, de l’étude de l’atmosphère. C’est un ancien élève de l’ENS, agrégé de sciences physiques, qui a consacré sa thèse principale à des travaux d’optique ondulatoire. On ignore les conditions qui ont présidé à cette nomination, mais, globalement, on peut dire que le recrutement va laisser de moins en moins de place, dans le BCM, aux acteurs impliqués dans la période précédente. À la succession naturelle des générations viennent alors s’ajouter les conséquences différées du changement de régime politique, ainsi que le souhait des autorités de voir s’apaiser les tensions qui avaient marqué la direction de Le Verrier, décriée pour son autoritarisme24. Le BCM recrute toutefois Émile Fron, un ancien membre de l’Observatoire, pour diriger le service des « avertissements ». C’est que ce service ne peut s’accommoder d’aucun des tâtonnements liés à un renouvellement brutal de son personnel, parce que la pratique synoptique prévisionnelle recourt à une forme de jugement impliquant un long entraînement à l’interprétation des cartes25. Le service « climatologie et inspections » est placé sous la direction d’Alfred Angot, lui aussi normalien agrégé de physique, docteur ès sciences en 1874 avec une thèse sur l’électricité statique26. La génération suivante des cadres du BCM aura le même profil de physicien que Mascart, Fron et Angot. Les successeurs de ces deux derniers, Charles Goutereau et Raphaël Dongier, seront également dans les années 1900 des normaliens agrégés de physique. Le « réseau normalien », au premier rang de l’édification de la physique et de la chimie universitaires, est également au cœur des mutations affectant, dans les années 1860 et 1870, les approches scientifiques de l’atmosphère qui se diffusent à partir de l’Observatoire. Comme on l’a vu, les normaliens animaient les recherches atmosphériques à l’Observatoire de Paris. Ici, Mascart recrutera Fron, déjà à l’Observatoire, mais aussi Angot, qui a été son préparateur au Collège de France de 1872 à 1874, et dont il a encadré la thèse. En revanche, il puisera dans le vivier des météorologistes « amateurs » pour nommer Léon Teisserenc de Bort responsable du service des « mouvements généraux de l’atmosphère ». Ce dernier est l’héritier d’une famille très riche et s’est notamment fait connaître par ses articles dans l’Annuaire de la SMF.

  • 27 Voir B. Brunhes, « L’enseignement de la météorologie dans les universités françaises », La Météorol (...)
  • 28 Les cours sont assurés par Charles Millot, ancien lieutenant de vaisseau et membre de la Société mé (...)
  • 29 Informations tirées du Livret de l’étudiant de Paris, programme des cours et renseignements scolair (...)
  • 30 Il reprendra ce cours au Collège de France en 1895-1896, comme suppléant de Mascart.
  • 31 Recherche par le logiciel de base de données Thalès (liste des cours et enseignements de ces grande (...)
  • 32 Cf. Annales de l’Institut national agronomique, 2e série, 1, 1926 (livraison consacrée à « L’Instit (...)

13Jusqu’en 1914, les approches scientifiques de l’atmosphère ne se répandent que très peu dans les facultés des sciences. Il n’existe encore aucun professeur ou maître de conférence des facultés françaises dont les attributions comprennent l’étude de l’atmosphère27. Des conférences complémentaires de météorologie existent toutefois dans certaines facultés des sciences, en marge des cursus de géographie physique. C’est le cas à Nancy (entre 1884 et 191428) et à Paris où le géographe Alphonse Berget donne dans la décennie 1904-1914 un cours traitant de physique terrestre, de météorologie et de topographie29. Ces enseignements se concentrent alors essentiellement sur des éléments de climatologie descriptive. Alfred Angot, du BCM, assure également un enseignement libre de météorologie à la Sorbonne, mais uniquement pendant les années universitaires 1883-1884 et 1884-188530. Le projet du BCM naissant est probablement alors de faire déboucher cet enseignement sur la création d’une chaire, mais cela ne se fera pas. Par ailleurs, aucun enseignement de météorologie n’existe dans les grandes écoles (ou au moins à l’École polytechnique, aux Mines, aux Ponts et Chaussées, à l’École centrale, et au CNAM31). Seul l’Institut national agronomique délivre un enseignement de ce type32, professé successivement par le physicien et chimiste pastorien Émile Duclaux, puis par Alfred Angot.

  • 33 H. Fizeau, « Rapport de la commission du ministère de l’Instruction publique », 4 avril 1878, A. N. (...)
  • 34 Voir les lettres de H. Marié-Davy et de la SMF au ministre de l’Instruction publique, A. N., F17/38 (...)

14Le processus de disciplinarisation qui affecte le champ des approches scientifiques de l’atmosphère se fait donc très largement, avant 1914, à l’écart de l’université et des grandes écoles. Il s’inscrit dans le cadre d’une institution indépendante (le BCM), qui combine les caractères d’un service technique (prestataire de services de prévision et d’information statistique) et un caractère savant. En 1877, lorsque l’Observatoire de Paris est réorganisé à la suite de la mort de Le Verrier, les choix qui sont discutés n’envisagent pas une possible intégration des activités météorologiques à l’université. L’alternative est entre le statu quo et la création d’un organisme indépendant. Cette dernière option est soutenue par Hippolyte Marié-Davy et par le bureau de la SMF, alors que la commission de l’Académie des sciences formée pour étudier cette question opte pour le statu quo, au motif que « les vues précises et rigoureuses » de l’astronomie doivent permettre à la météorologie, cette demi-science aux « déductions trop souvent vagues et incertaines », d’accéder à une complète scientifisation33. Le ministre Benjamin Bardoux décidera contre cet avis, probablement sensible à l’argument de Marié-Davy et de la SMF selon lequel la gestion des grands réseaux météorologiques nécessite une unité et une indépendance institutionnelle complète de cette activité scientifique34. De leur côté, ces derniers voient dans la création du BCM une chance de promouvoir leur propre conception de la météorologie et, partant, leurs carrières scientifiques – espoir qui sera déçu, notamment en ce qui concerne Marié-Davy. Les choix politiques présidant à la création du BCM et à la nomination de Mascart semblent alors avoir voulu à la fois organiser un cadre institutionnel propice à la gestion des réseaux et chercher à répondre à la perplexité exprimée par l’Académie quant au faible niveau de scientificité de la météorologie, en y nommant des physiciens – dépositaires légitimes de la nouvelle norme scientifique en ces années 1870 : la méthode expérimentale.

  • 35 Comme nous le verrons, le Bureau est alors supprimé, ses activités se trouvant réparties entre diff (...)
  • 36 Il s’agit des observatoires du pic du Midi (créé en 1873), du puy de Dôme (1876), du mont Ventoux ( (...)

15Porteur de ce double héritage, le BCM va se présenter comme un cadre de recherche à l’identité scientifique complexe et changeante. C’est en son sein que s’accomplit, dans les années 1890-1914, la gestation de ce qui deviendra finalement au début de la décennie 1920 une discipline universitaire avec chaire et diplôme. Cette discipline est la « physique du globe » ou « géophysique » (les acteurs utilisant indistinctement ces expressions dès les années 1920). Ce processus de disciplinarisation passe par la création des instituts de physique du globe de Paris et de Strasbourg. L’Institut de physique du globe de Paris (IPGP), particulièrement, se constitue au sortir de la Première Guerre mondiale à partir des recherches qui s’étaient progressivement structurées, au BCM, autour de l’étude du magnétisme terrestre et de l’électricité atmosphérique35. Celles-ci se développent à la marge des services formellement constitués, notamment au sein des observatoires de montagne gérés par le Bureau36. La structuration des recherches concernant le magnétisme et l’électricité avait procédé, au BCM, de l’importation de pratiques, de discours et de dispositifs matériels issus de la physique, ceux-ci se trouvant réinvestis dans l’étude de l’environnement physique terrestre. Cette importation, incarnée par la nomination d’un physicien au poste de directeur du BCM, a engendré un ensemble de processus par lesquels des instruments de laboratoire ont été transformés afin de pouvoir être utilisés en extérieur, dans des observatoires fixes ou dans le cadre d’expéditions. L’étude de l’électricité atmosphérique a alors emprunté ses méthodes à la fois aux modes de production et de traitement des observations météorologiques et aux approches expérimentales de la physique.

  • 37 Voir F. Locher, Le Nombre et le Temps…, p. 72-107.

16On assiste ainsi à la réactualisation d’une tradition savante de plus long terme : celle d’une « météorologie électrique » fondée sur l’observation qui, dès les années 1840, condensait en un complexe singulier les pratiques de la physique expérimentale, les sciences de l’Observatoire et les modalités des expéditions de terrain, à propos des phénomènes électriques de l’atmosphère37. Cette « météorologie électrique » avait alors connu une certaine actualité en France, la « physique terrestre » promue par Arago ayant mis à l’agenda scientifique les problématiques liées à l’action des forces naturelles électriques, caloriques et lumineuses au sein de l’environnement. On se trouve ainsi face à deux processus de disciplinarisation décalés dans le temps, le BCM ayant structuré matériellement et réglementairement une « météorologie » climatologique et prévisionnelle élaborée à l’Observatoire de Paris dans les années 1854-1878, tout en servant progressivement de creuset à une « géophysique » qui ne trouvera ce même type de structuration que dans les IPG d’après 1918. Ces disciplinarisations se font en cascade, puisque cette géophysique peut être interprétée comme le produit d’un processus d’hybridation entre la physique expérimentale et les procédures de production, de gestion et de traitement des nombres caractéristiques de la météorologie.

  • 38 Alfred Fierro reproduit un tableau dressé par le BCM en 1883, et qui donne à la France la 11e place (...)

17Les activités scientifiques du BCM apparaissent fortement morcelées, cela de façon croissante dans les années 1890-1914. Les services « prévision » et « climatologie » fonctionnent en effet de manière extrêmement routinière, alors que le service des « mouvements généraux de l’atmosphère », dont la vocation était d’en constituer le complément en terme de recherche, est supprimé de fait au début des années 1890. Léon Teisserenc de Bort, qui animait ce service dans les années 1880, y avait pourtant été très actif, publiant plusieurs travaux qui combinaient une approche physicienne à une vision à grande échelle de l’atmosphère. Mais la faiblesse relative du budget du BCM38 et surtout le choix qui est fait de développer les recherches électriques et magnétiques le décident à quitter le Bureau en 1892. C’est en mécène privé qu’il se livre par la suite, dans sa propriété de Trappes, à des recherches aérologiques sur la structure de l’atmosphère en haute altitude. Le service des « mouvements généraux de l’atmosphère » étant supprimé à son départ (même si, formellement, il fusionne avec la « climatologie »), le contraste n’en deviendra que plus frappant entre la stagnation complète des recherches concernant les mouvements de l’atmosphère et le dynamisme des études électriques et magnétiques. À terme, les études de l’électricité (atmosphérique) et du magnétisme (terrestre) constitueront avec la séismologie les composantes principales de la géophysique promue par les instituts de physique du globe.

  • 39 Pour ce faire, nous avons utilisé A. Maire, Catalogue des thèses de sciences soutenues en France de (...)
  • 40 C. Sainte-Claire Deville, Thèses de chimie et de physique présentées à la faculté des sciences de P (...)
  • 41 E. Fron, Thèses présentées à la faculté des sciences de Paris, pour obtenir le grade de docteur ès (...)
  • 42 F. F. Hébert, Thèses présentées à la faculté des sciences de Paris, pour obtenir le grade de docteu (...)
  • 43 C’est en effet une caricature de ce professeur martyrisé du lycée de Rennes – surnommé Heb, Eb, Ébé (...)
  • 44 A. B. Chauveau, Thèses présentées à la faculté des sciences de Paris, pour obtenir le grade de doct (...)
  • 45 G. Ginestous, Thèses présentées à la faculté des sciences de Paris, … Étude sur le climat de la Tun (...)
  • 46 J. Bosler, Thèses présentées à la faculté des sciences de Paris, pour obtenir le grade de docteur è (...)
  • 47 Voir D. Pestre, « Étude de l’ionosphère et prévisions pour les radiocommunications », in M. Vaïsse, (...)

18Un recensement des thèses de doctorat consacrées, avant 1914, aux phénomènes atmosphériques vient renforcer nos constats concernant les météorologies électriques et non électriques, et leur lien avec la SMF, l’Observatoire et le BCM. La faible intégration universitaire de ce type de recherche est évidente : nous avons recensé seulement sept thèses, dans le cadre d’une recherche en principe exhaustive, utilisant des critères de sélection très larges39. Parmi ces thèses, on trouve tout d’abord le doctorat obtenu en 1852 par le géologue Charles Sainte-Claire Deville, l’un des fondateurs de la SMF40. Sainte-Claire Deville y décrit un ensemble étendu de phénomènes géologiques, hydrologiques et météorologiques (climat, tempêtes…) caractéristiques des Antilles, dont il est originaire. Puis deux autres thèses sont issues directement des activités météorologiques de l’Observatoire de Paris. Elles ont été soutenues, dans les années 1860, par deux membres de l’établissement et il s’agit de synthèses des travaux que ceux-ci y ont effectués41. Puis deux autres thèses, après 1878, sont liées aux travaux du BCM. L’une d’elle, présentée en 1902 par Félix Frédéric Hébert, propose une théorie du sirocco et du foehn, fondée sur l’étude minutieuse des cartes synoptiques quotidiennes de l’Atlantique nord42. Ce travail repose sur les observations produites par le BCM et divers établissements météorologiques européens. Hébert, normalien, agrégé de physique et professeur de lycée, présente les premiers résultats de ce travail le 16 août 1880, à l’occasion d’une séance du conseil du BCM. Son objectif était alors, semble-t-il, d’obtenir une place au Bureau : sa radicale inadaptation au métier d’enseignant était bien connue et devait le rendre indirectement célèbre43. L’autre thèse est, elle, liée plus directement encore au BCM, puisqu’on la doit à l’un de ses membres, Benjamin Chauveau44. Celle-ci porte sur les variations diurnes de l’électricité atmosphérique et elle s’inscrit alors dans le cadre des activités développées par le Bureau en matière de « météorologie électrique ». Enfin, les deux dernières thèses identifiées sont un travail sur la climatologie de la Tunisie, rédigé par le responsable du service météorologique autonome du protectorat45, et une étude pionnière, par Jean Bosler, de l’action du vent solaire sur les aurores boréales, les courants telluriques et les orages magnétiques46. Ces travaux nous placent donc à la fois dans la continuité de ceux du BCM et à l’aube d’une nouvelle ère de l’histoire des sciences de la Terre, marquée par l’étude des interactions espace-atmosphère et l’exploration des hautes couches ionosphériques47.

La météorologie comme discipline de plein exercice (1914-1940)

  • 48 Voir « Note du lieutenant-colonel Renard au sujet de l’organisation du service météorologique en Fr (...)
  • 49 « Bureau météorologique militaire et service météorologique militaire », Service géographique des A (...)
  • 50 Il n’existe à ce stade qu’un court article traitant de l’ONM : R. Juvanon du Vachat, « La mécanique (...)

19Lorsque le BCM disparaît, à l’issue de la Première Guerre mondiale, ses composantes « magnétisme terrestre » et « électricité atmosphérique » sont, comme on l’a dit, intégrées à l’IPGP. La création de l’Institut, de sa chaire et de son cursus de formation accomplit alors une disciplinarisation universitaire classique de la géophysique. Alors que la météorologie « électrique » s’y intègre, la météorologie prévisionnelle et climatologique va être redéfinie par les pratiques et des discours qui se déploient au sein d’un nouvel organisme, né de la Première Guerre mondiale. Dès le début du conflit, le BCM a été mobilisé pour la rédaction de prévisions météorologiques au front. Mais le Bureau ne possède pas les moyens de faire face aux nouveaux besoins liés au conflit et de petits groupes opérationnels indépendants vont être progressivement créés, au coup par coup, au sein même de l’Armée de terre. Celle-ci se dote ainsi d’un service météorologique de l’aviation militaire (qui émet des prévisions pour les besoins de l’aviation de bombardement), d’un groupe de météorologie Z (micro-météorologie pour la guerre chimique) et d’un service d’artillerie utilisant les méthodes du repérage par le son pour évaluer le vent en hauteur (pour le calcul des tirs à longue portée)48. Les composantes de la météorologie militaire terrestre sont unifiées en octobre 1916 pour former le Service météorologique aux Armées (SMA), placé sous la direction du colonel Delcambre, officier du Génie49. Après le conflit, Delcambre prend alors la direction d’un nouvel organisme, l’Office national météorologique (ONM). Celui-ci intègre en 1920 les services météorologiques militaires créés pendant le conflit et les activités prévisionnelles et climatologiques du BCM50.

  • 51 Cf. à ce propos A. Picon, « Les années d’enlisement. L’École polytechnique de 1870 à l’entre-deux-g (...)
  • 52 Cf. D. Pestre, « Le renouveau de la recherche à l’École polytechnique et le laboratoire de Louis Le (...)
  • 53 Robert Bureau est à l’ONM chargé des transmissions et des instruments. C’est un spécialiste des opé (...)
  • 54 Philippe Werhlé est chargé à l’ONM des avertissements et des prévisions (il sera également directeu (...)
  • 55 La création du corps intervient en fait sous l’Occupation : cf. P. Wehrlé, « L’action de l’ONM pour (...)
  • 56 À propos de la théorie des fronts et du principal animateur de l’école de Bergen, Vilhelm Bjerknes, (...)
  • 57 Pour n’en donner qu’une illustration, l’un des premiers textes publiés par l’ONM sera justement un (...)

20L’Office devient un bastion polytechnicien. Dominante dans la science française d’avant 1850 (en ce qui concerne les sciences de la matière), l’emprise des polytechniciens y avait par la suite chuté brutalement51, alors que l’ENS s’imposait comme l’instance de formation des élites scientifiques. Parce qu’elle s’est enfermée dans un enseignement extrêmement formel, essentiellement centré sur les mathématiques et la mécanique rationnelle, l’École s’est trouvée à ce moment à l’écart du grand mouvement de constitution des laboratoires universitaires. Elle-même ne possède pas de laboratoire significatif avant la fin de l’entre-deux-guerres et la création de celui de Louis Leprince-Ringuet52. En ce qui concerne les études atmosphériques, on a vu à quel point les normaliens avaient dominé ce champ à l’Observatoire de Paris, puis au BCM, de 1854 à 1914. Avec la guerre, on assiste à un renversement de situation. Le X-Mines Philippe Schereschewski, adjoint de Delcambre au SMA puis cadre de l’ONM, y recrute ses condisciples de la promotion 1911, Robert Bureau53 et Philippe Werhlé54. Ces derniers deviennent, dans les années 1930, les hommes forts de l’ONM, avant que la création du corps de la météorologie, accessible en sortie de l’X, n’entérine, à la Libération, la domination polytechnicienne sur les plus hauts échelons de l’institution55. L’ONM est – contrairement au BCM – une institution dont les programmes de recherche sont centrés sur la météorologie prévisionnelle et climatologique. Mais dans ce contexte même, l’approche des phénomènes atmosphériques change profondément de nature. Dans l’entre-deux-guerres, l’ONM va être le creuset d’un ensemble de recherches relevant des mathématiques appliquées et de la mécanique des fluides, dans une perspective tournée vers une optimisation des méthodes de prévision. Ce faisant, l’Office répond à l’essor de la TSF et de l’aviation, en développant et en adaptant de nouvelles méthodes d’analyse prévisionnelle56. Cette approche scientifique s’apparente alors nettement à celle développée au même moment par l’école norvégienne de Bergen, décrite par Robert Friedman, manifestant ce même mélange de pragmatisme et de sophistication physico- mathématique57. Alors que la météorologie prévisionnelle empruntait fort peu, jusqu’ici, aux acquis de la mécanique, les recherches menées à l’ONM les appliquent massivement aux corpus observationnels produits par les réseaux.

  • 58 Après la guerre, ce principe sera repris avec l’École nationale de la météorologie, créée en 1948. (...)
  • 59 Mémorial de l’Office national météorologique de France, 1923-1938.

21L’identité scientifique de l’ONM (et celle de sa météorologie) procède d’une hybridation entre les pratiques et les acquis conceptuels de la météorologie prévisionnelle et les approches de la mécanique et des mathématiques appliquées. Le contraste BCM-ONM renvoie alors pour partie à des différences disciplinaires entre physique et mécanique, épousant ainsi le contraste entre le recrutement polytechnicien de l’ONM (qui implique une formation de haut niveau en mathématiques et en mécanique rationnelle) et la domination des physiciens-expérimentateurs normaliens sur le BCM. La naissance de l’ONM marque également un changement d’échelle de la communauté des « météorologistes-fonctionnaires » (passant d’une vingtaine au BCM à plusieurs centaines à l’ONM). La formation aux postes de techniciens, de météorologistes et de météorologistes principaux est alors organisée en interne. C’est une rupture avec le recrutement d’avant 1914, qui recourait à des physiciens pour les postes savants et organisait l’apprentissage sur le tas des agents subalternes. L’ONM dispense en son sein une formation complète à la météorologie, avec la création d’une école préparant après concours aux différents niveaux de qualification. La nouvelle culture météorologique est alors stabilisée et transmise par le biais de cours théoriques délivrés au siège de l’Office. Des enseignements pratiques sont organisés au fort du mont Valérien, le site étant doté d’une tour d’observation, d’abris météorologiques, d’une salle d’instruments et d’une station de radiosondage58. L’ONM publie également une collection spécialisée, le Mémorial59, qui livre aussi bien des documents techniques à usage interne que des travaux originaux, souvent d’un haut niveau de sophistication mathématique.

  • 60 Un autre exemple de sociabilité scientifique informelle est donné par Ann Secord, avec son étude de (...)

22C’est ainsi, au sein de l’ONM, que s’accomplit la disciplinarisation définitive d’une certaine « météorologie ». Ses spécialistes y possèdent une identité professionnelle clairement définie par le fonctionnariat. L’ONM organise également la transmission des savoirs théoriques et pratiques de la discipline, en mettant en palce un cursus de formation et en recrutant à différents niveaux de qualification. La discipline s’appuie sur une culture matérielle et organisationnelle spécifique, celle des réseaux d’observation, en même temps que sur un corpus théorique qui mêle l’usage des moyens graphiques aux méthodes de la mécanique et des mathématiques appliquées. Par ailleurs, la météorologie (climatologique et prévisionnelle) a disposé précocement, en France, d’une publication « spécialisée » et d’un forum de discussion. La SMF, en effet, a continué à exister tout au long de la période considérée ici (1850-1940) et au-delà (jusqu’à aujourd’hui). Durant les années 1850, 1860 et 1870, s’est manifestée une sourde opposition entre Le Verrier et les animateurs de la SMF. Mais la création du BCM, puis de l’ONM, a favorisé les conditions d’une symbiose entre la Société et ces institutions. Les personnels des organismes centraux sont membres de la SMF dont les séances jouent le rôle d’un séminaire de recherche. De plus, l’Annuaire de la société, rebaptisé sous le titre plus général de La Météorologie en 1925, constitue dans les années 1880-1940 un périodique spécialisé qui accueille les contributions des météorologistes « officiels », tout en continuant à publier celles (essentiellement observationnelles) des observateurs amateurs. La SMF est alors le lieu d’articulation entre deux cultures météorologiques : celle des météorologistes des établissements centraux et celle des observateurs amateurs dont on a vu que l’identité de groupe s’était trouvée définie bien plus tôt, dès les années 1850. Cette situation est plus généralement celle des sciences qui recourent à la collecte (botanique, zoologie, minéralogie) ou à l’observation spatialement distribuée (météorologie, océanographie, géomagnétisme). L’analyse des processus de disciplinarisation met ici en lumière le rôle de cultures gestuelles et matérielles d’observation ou de collecte au sein de communautés d’amateurs dotées de structures sociales souples (société savante, réseaux de correspondance, sociabilité de salon ou de plein air60). Cette émergence précède fréquemment celles de structures disciplinaires ayant pleinement forme institutionnelle. Dans le cas de la météorologie, la longue dépendance des météorologistes centraux vis-à-vis des amateurs – elle-même liée à la nécessité d’obtenir un maximum d’observations en un maximum de lieux – leur a longtemps rendu nécessaire l’existence d’une structure comme la SMF, dans son rôle d’interface entre les deux communautés. La Société est alors un forum où l’institution météorologique centrale (le BCM, puis l’ONM) œuvre à la mise en conformité de l’observation des amateurs vis-à-vis de ses propres normes de pratique, par le biais d’instructions et d’incitations diverses.

*

  • 61 P. Galison, Image and logic. A material culture of microphysics, Chicago, University of Chicago Pre (...)
  • 62 Voir D. Pestre, « Étude de l’ionosphère et prévisions pour les radiocommunications », p. 1-30 (et p (...)

23Dans cette étude centrée sur l’histoire des approches scientifiques de l’atmosphère, la notion de « discipline » a finalement constitué un instrument d’analyse utile pour penser les pratiques, les discours et les identités professionnelles des sciences des années 1870 à 1940. L’utilité descriptive de cette notion, déjà largement éprouvée dans le cas des sciences physiques et chimiques, est apparue ici dans l’analyse du processus de segmentation qui a affecté les « sciences de l’Observatoire » dans le dernier tiers du xixe siècle. On a également vu à quel point ces deux processus (formation du laboratoire disciplinaire, décomposition de l’Observatoire généraliste) ont mis en présence tout au long de la période considérée un ensemble de composantes disciplinaires ou pré-disciplinaires susceptibles d’hybridation. La généalogie de disciplines comme la météorologie, la géophysique mais aussi l’astrophysique, relève pour une grande part de ce type de mécanisme, au cœur duquel se place le couple observation-expérience. Un autre exemple d’hybridation est donné par le travail classique de Peter Galison à propos du physicien britannique C.T.R. Wilson61. Galison a montré comment l’hybridation d’une certaine tradition météorologique avec la physique théorique a engendré, dans les années 1890, un ensemble de pratiques d’expérimentation mimétique, dont la « chambre à brouillard » de Wilson est un élément central. Ce processus a été déterminant dans l’essor de la physique sub-atomique, qui constitue, dans l’après Seconde Guerre mondiale, un champ de pratiques scientifiques se présentant, en somme, comme profondément non disciplinaire. D’ailleurs certaines des disciplines considérées ici devaient, elles-mêmes, se trouver prises, dans l’entre-deux-guerres, dans la constitution de tels espaces de recherche qui échappaient à la logique disciplinaire. La météorologie de l’ONM, la géophysique des IPG, l’astrophysique de l’Observatoire de Paris-Meudon et la nouvelle science de la radioélectricité ont alors, tout particulièrement, interagi autour de l’étude de la haute atmosphère62. Ce faisant, ces apports constituèrent le socle d’un programme scientifique lui aussi radicalement non disciplinaire, celui de la recherche spatiale. Loin de constituer une fin de l’histoire scientifique sacrant l’articulation parfaite d’un projet intellectuel et d’un mode d’organisation, la discipline apparaît alors – en tant que mode dominant d’organisation des pratiques scientifiques – comme une forme transitoire entre le système scientifique a-disciplinaire d’avant 1870 et les grands programmes scientifiques d’après 1945, centrés autour de macro-objets techniques.

Notes

1 À ce propos, voir T. Shinn, « The French science faculty system, 1808-1914. Institutional change and research potential in mathematics and the physical sciences », Historical Studies in the Physical Sciences, 10, 1979, p. 271-332 ; R. Fox, A. Guagnini, Laboratories, workshops, and sites. Concept and practices of research in industrial Europe, 1800-1914, Berkeley, University of California Press, 1999 ; H. W. Paul, From knowledge to power. The rise of the science empire in France. 1860-1939, Cambridge, Cambridge University Press, 1985 (particulièrement p. 31-59). Voir également A. J. Rocke, Nationalizing science. Adolphe Wurtz and the battle for French chemistry, Cambridge (MA), MIT Press, 2001, dont le chapitre « Renovating laboratory science in France » (p. 269-299) décrit le rôle décisif joué par le chimiste Adolphe Wurtz dans la mutation des facultés des sciences et l’essor des disciplines physique et chimique.

2 Les raisonnements en terme de « lieux de production du savoir » ou de « lieux de science » nous semblent particulièrement féconds, étant entendu que les termes de Laboratoire, d’Observatoire sont utilisés ici en tant que concepts génériques (signalés par l’utilisation des majuscules). Pour une réflexion historiographique sur la notion de « lieu de science », voir A. Ophir, S. Shapin, « The place of knowledge : a methodological survey », Science in Context, 4 (1), 1991, p. 3-21. En ce qui concerne l’Observatoire, l’intérêt récent qu’il a suscité se traduira par la parution prochaine d’un ouvrage collectif consacré à ce thème, voir D. Aubin, C. Bigg, H. O. Sibum, The heavens on earth. Observatory techniques in the 19th century.

3 Nous nous baserons ici sur des recherches réalisées dans le cadre puis dans la continuité de notre thèse de doctorat, F. Locher, Le Nombre et le Temps. La météorologie en France (1830-1880), thèse de doctorat, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, septembre 2004, multigr. Voir également, pour une histoire à grands traits des approches scientifiques de l’atmosphère en France, A. Fierro, Histoire de la météorologie, Paris, Denoël, 1991.

4 Voir à ce propos M. Crosland, Science under control. The French Academy of sciences 1795-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 124-166 (chap. iv : « Science divided : the sections »)

5 L’Annuaire fournit de plus un ensemble étendu de données concernant les astres, les marées, ainsi que diverses tables numériques.

6 Concernant l’histoire de la revue et de sa place dans la communauté savante parisienne, cf. M. Crosland, In the shadow of Lavoisier. The Annales de Chimie and the establishment of a new science, Oxford, British Society for the History of Science, 1994 (et particulièrement p. 211-244).

7 Dans cette perspective, il y organise notamment une collecte de récits de météores, regroupés en une rubrique annuelle. Cette rubrique rendait compte, sous la forme de courts récits, des aurores boréales, des météores lumineux (halos, mirages…), des tremblements de terre, des éruptions volcaniques et des autres météores remarquables survenus au cours de l’année, dans le but de faire progresser l’explication de ces phénomènes (F. Locher, Le Nombre et le Temps…, p. 80-81). Sur la tradition de la météorologie comme « histoire naturelle des météores », cf. V. Jankovic, Reading the skies. A cultural history of English weather, 1650-1820, Chicago-Londres, University of Chicago Press, 2000.

8 On se base ici sur les sources suivantes : Annuaire des sociétés savantes de la France et de l’étranger, Paris, ministère de l’Instruction publique, 1846-1880 ; J. Deniker, Bibliographie des travaux scientifiques (sciences mathématiques, physiques et naturelles) publiés par les sociétés savantes de France, Paris, Imprimerie Nationale et E. Leroux, 4 t. : 1895, 1897, 1916, et 1922 ; Index generalis, annuaire général des universités, grandes écoles, académies, archives, bibliothèques, instituts scientifiques, jardins botaniques et zoologiques, musées, observatoires, sociétés savantes, Paris, Gauthier-Villars, 2 t. : 1922-1923 et 1927-1928 ; P. Léris & E. Tassy, Les ressources du travail intellectuel en France, Paris, Gauthier-Villars, 1921. La liste des 356 sociétés scientifiques françaises fondées avant 1914, donnée par P. Matagne, vient appuyer par ailleurs notre constat (P. Matagne, Aux origines de l’écologie. Les naturalistes en France de 1800 à 1914, Paris, CTHS, 1999, p. 273-284). La liste des « sections » dressée par Matagne pour les sociétés savantes « généralistes » ne comprend, de la même façon, aucune entrée concernant spécifiquement les problématiques météorologiques (ibid., p. 33).

9 Voir par exemple A. Danjon, « Le Verrier créateur de la météorologie », La Météorologie, 1946, p. 363-382 ; ou J. Detwiller, « Le Verrier, ou la naissance de la météorologie moderne », Bulletin d’Information de la Météorologie, 1977, p. 27-49.

10 Voir le très influent article de S. Schaffer, « Astronomers mark time. Discipline and the personal equation », Science in Context, 2 (1), 1988, p. 115-145. À propos de Greenwich, voir également R. W. Smith, « A national observatory transformed. Greenwich in the 19th century », Journal for the History of Astronomy, 45, 1991, p. 5-20.

11 Sur ce point, cf. F. Locher, L’observation météorologique dans les écoles normales d’instituteurs (1864-1878), mémoire de DEA, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, juin 2000, multigr.

12 Sur cette mutation des carrières normaliennes, voir essentiellement C. Zwerling, « The emergence of the École normale supérieure as a center of scientific education in the 19th century », in R. Fox & G. Weisz, eds, The organization of science and technology in France, 1808-1914, Cambridge, Cambridge University Press/Paris, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1980, p. 31-60. Après 1870, les normaliens s’imposent aussi dans d’autres univers scientifiques, comme celui des observatoires astronomiques et astrophysiques. Le cas de l’observatoire de Toulouse, étudié par Jérôme Lamy, en est un exemple très net : J. Lamy, Archéologie d’un espace savant. L’observatoire de Toulouse aux xviiie et xixe siècles. Lieux, acteurs, pratiques, réseaux, thèse de doctorat, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, décembre 2004, multigr. (particulièrement p. 493-513).

13 De 1840 à 1856, 76 % des normaliens poursuivent une carrière dans l’enseignement secondaire une fois leur agrégation obtenue, ils ne sont plus que 38 % de 1857 à 1867. Cité par L. Maison, La fondation et les premiers travaux de l’observatoire astronomique de Bordeaux (1871-1906). Histoire d’une réorientation scientifique, thèse de doctorat, Bordeaux, Université de Bordeaux I, 2004, p. 29, multigr.

14 Il s’agit de Gustave Rayet, Émile Fron et Léon Sonrel qui sont, au moment de leur recrutement à l’Observatoire en 1863-1864, professeurs de lycée (Rayet à Orléans, Sonrel à Bastia, Fron à Marseille).

15 Les nombres et les cartes emblématiques de ces deux composantes climatologiques et prévisionnelles seront publiés par l’Observatoire à partir de 1864, sous une forme brute, dans deux séries d’atlas annuels : Atlas météorologique de l’Observatoire impérial, Paris, C. Chauvin, 1867-1879 ; Atlas des mouvements généraux de l’atmosphère, Paris, C. Chauvin, 1868-1869.

16 Il existe, bien avant 1914, une société d’hydrologie et de climatologie de Bordeaux et une société d’hydrologie médicale de Paris (qui publie des Annales d’Hydrologie et de Climatologie médicale), mais il s’agit de groupements professionnels de médecins thermalistes.

17 Annuaire de la Société météorologique de France, 1853, p. 5-7.

18 Ibid., p. 9-12.

19 À propos de la construction de l’objectivité par le recours aux nombres et à la quantification, voir T. M. Porter, Trust in numbers. The pursuit of objectivity in science and public life, Princeton, Princeton University Press, 1995.

20 Haeghens, Bérigny, Lacroix, « Notice sur les travaux météorologiques de la société », Mémoires de la société des sciences naturelles de Seine-et-Oise, t. XII, 1847, p. 70. C’est en tant que membres de la société des sciences naturelles de Seine-et-Oise que Haeghens et Bérigny lancent leur idée de l’Annuaire météorologique de la France.

21 L’Annuaire de la Société météorologique de France succède à l’Annuaire météorologique de la France en 1853.

22 C. Martins, Introduction, Annuaire météorologique de la France, 1849, p. vi.

23 Celui-ci est constitué formellement par un décret du 14 mai 1878 et il s’installe alors rue de Grenelle, à partir d’octobre de cette même année. Voir « Décret » [14 mai 1878], Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique des Cultes et des Beaux-Arts, nouvelle série, t. XXI, Paris, Paul Dupont & Cie, 1878, p. 282-285.

24 Ces tensions impliquaient notamment Marié-Davy, évincé des activités météorologiques en 1866-1867 pour avoir refusé de venir habiter à proximité de l’Observatoire. Le Verrier désirait qu’il assure un service nocturne de prévision météorologique en cas de besoin, c’est pourquoi il lui avait demandé ce déménagement. Voir F. Locher, Le Nombre et le Temps…, p. 404-410.

25 Ibid., p. 425-434.

26 A. Angot, Thèses présentées à la faculté des sciences de Paris, pour obtenir le grade de docteur ès sciences physiques, … Recherches expérimentales d’électricité statique, Paris, Gauthier-Villars, 1874.

27 Voir B. Brunhes, « L’enseignement de la météorologie dans les universités françaises », La Météorologie, 1909, p. 289-291.

28 Les cours sont assurés par Charles Millot, ancien lieutenant de vaisseau et membre de la Société météorologique de France, puis par un certain Marsal à partir de 1908. Millot éditera ces cours : C. Millot, Notions de météorologie utiles à la géographie physique, Paris, Berger-Levrault, 1901. Il existe également une version lithographiée des cours de Millot, à la Bibliothèque nationale de France : C. Millot, Cours de météorologie, professé à la faculté des sciences de Nancy et inauguré en janvier 1884, Nancy, Berger-Levrault, 1887 (lithographie).

29 Informations tirées du Livret de l’étudiant de Paris, programme des cours et renseignements scolaires, Paris, Delalain frères, consulté pour 1887-1888 à 1914-1915.

30 Il reprendra ce cours au Collège de France en 1895-1896, comme suppléant de Mascart.

31 Recherche par le logiciel de base de données Thalès (liste des cours et enseignements de ces grandes écoles, des origines à 1940), disponible sur les postes informatiques de la bibliothèque de l’Institut de France. Claude Pouillet a donné au CNAM un cours de physique où les instruments météorologiques servaient de support à l’« application » des notions élémentaires de pression et de température : voir C. Pouillet, Éléments de physique expérimentale et de météorologie [1827-1830], Paris, Béchet jeune, 1832, 2e éd. rev., corr. et augm.

32 Cf. Annales de l’Institut national agronomique, 2e série, 1, 1926 (livraison consacrée à « L’Institut national agronomique et son enseignement, 1876-1926 »). On se référera aussi à G. Wiery, L’Institut national agronomique. Historique (1848-1900), Paris, Librairie agricole de la maison rustique, s. l., n. d. Un cours de météorologie avait déjà été organisé à l’INA de 1848 à 1851 (période qui coïncide avec la première phase d’existence de l’Institut). C’est son directeur, le comte de Gasparin, qui assurait alors la charge de cet enseignement, essentiellement consacré à des notions de climatologie.

33 H. Fizeau, « Rapport de la commission du ministère de l’Instruction publique », 4 avril 1878, A. N., F17/3821, ms.

34 Voir les lettres de H. Marié-Davy et de la SMF au ministre de l’Instruction publique, A. N., F17/3821.

35 Comme nous le verrons, le Bureau est alors supprimé, ses activités se trouvant réparties entre différents organismes.

36 Il s’agit des observatoires du pic du Midi (créé en 1873), du puy de Dôme (1876), du mont Ventoux (1892) et du mont Aigoual (1895) qui dépendent du BCM.

37 Voir F. Locher, Le Nombre et le Temps…, p. 72-107.

38 Alfred Fierro reproduit un tableau dressé par le BCM en 1883, et qui donne à la France la 11e place mondiale pour la dépense météorologique par habitant (le budget du BCM est de l’ordre de 200000 F de 1878 à 1914). L’investissement météorologique français est toutefois le 4e mondial, derrière le Royaume-Uni (295000 F), la Russie (484000 F), et surtout les États-Unis (1750000 F). Voir A. Fierro, Histoire de la météorologie, Paris, Denoël, 1991, p. 200.

39 Pour ce faire, nous avons utilisé A. Maire, Catalogue des thèses de sciences soutenues en France de 1810 à 1890 inclusivement, Paris, H. Welter, 1892. Puis nous avons complété cette recherche par l’interrogation du catalogue informatisé de la BNF (depuis 1843, une thèse doit, pour être soutenue, avoir fait l’objet d’une impression, et le dépôt légal des années 1890-1914 est fiable). La consultation d’un grand nombre de bibliographies météorologiques a confirmé les résultats de cette recherche. Notre recherche s’est effectuée à la BNF sous la condition « publié avant 1914 », avec « titre contenant les mots-clés » : thèse + atmosphère, météorologie, climat, temps, ciel, électricité atmosphérique, nuage, pluie, neige, grêle, grain, givre, gelée, orage, tonnerre, foudre, aurore, tempête, ouragan, bourrasque, tourbillon, air, vent, humidité, baromètre, hygromètre, pluviomètre, anémomètre, thermomètre, sondage, et leurs dérivés (ex : thermo$ : correspond à thermomètre, thermographe, etc.). Nous avons éliminé un petit nombre de thèses étrangères traduites, deux thèses françaises consacrées à des calculs de pression (sans application aux problèmes atmosphériques), un travail d’érudition consacré à la météorologie aristotélicienne et une thèse consacrée aux évolutions comparées des températures au fond d’un puits et à la surface (cette dernière température étant qualifiée de « température atmosphérique »). On a également écarté une thèse consacrée aux techniques d’analyse chimique de l’air.

40 C. Sainte-Claire Deville, Thèses de chimie et de physique présentées à la faculté des sciences de Paris, … Études de météorologie et de physique terrestre aux Antilles, Paris, Plon, 1852.

41 E. Fron, Thèses présentées à la faculté des sciences de Paris, pour obtenir le grade de docteur ès sciences physiques, … Des mouvements généraux de l’atmosphère dans leurs rapports avec les orages, Versailles, Imprimeur libraire Beau, 1868 ; L. Sonrel, Thèses présentées à la faculté des sciences de Paris pour obtenir le grade de docteur ès sciences physiques, … Sur les mouvements généraux de l’atmosphère, Versailles, Imprimeur libraire Beau, 1867.

42 F. F. Hébert, Thèses présentées à la faculté des sciences de Paris, pour obtenir le grade de docteur ès sciences physiques, … Étude sur les lois des grands mouvements de l’atmosphère et sur la formation et la translation des tourbillons aériens, Versailles, Aubert, 1882.

43 C’est en effet une caricature de ce professeur martyrisé du lycée de Rennes – surnommé Heb, Eb, Ébé, Ébon, Ébouille, etc. – qui devait inspirer à un élève de classe de première, Alfred Jarry, la première version de son Ubu roi. Voir A. Jarry, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1972 (« Pléiade »), p. 1148-1149.

44 A. B. Chauveau, Thèses présentées à la faculté des sciences de Paris, pour obtenir le grade de docteur ès sciences physiques, … Étude de la variation diurne de l’électricité atmosphérique, Paris, Gauthier-Villars, 1902.

45 G. Ginestous, Thèses présentées à la faculté des sciences de Paris, … Étude sur le climat de la Tunisie, Tunis, Imprimerie G. Guinle, 1906.

46 J. Bosler, Thèses présentées à la faculté des sciences de Paris, pour obtenir le grade de docteur ès sciences physiques, … Sur les relations des orages magnétiques et des phénomènes solaires, Paris, Gauthier-Villars, 1912.

47 Voir D. Pestre, « Étude de l’ionosphère et prévisions pour les radiocommunications », in M. Vaïsse, L’essor de la politique spatiale française dans le contexte international, 1958-1964, Paris, Éd. des Archives contemporaines, 1997, p. 1-30.

48 Voir « Note du lieutenant-colonel Renard au sujet de l’organisation du service météorologique en France en temps de guerre » (datée de septembre 1917), Service historique de l’Armée de terre de Vincennes, carton 5N263 (service météorologique [1917-1918]), dactylogr. Sur les compagnies Z, voir « Notice sur le service météorologique des compagnies Z », Service historique de l’Armée de terre de Vincennes, carton 16N826 (grand quartier général – 1er bureau – gaz asphyxiants). Voir aussi P. Schereschewski, « La météorologie militaire pendant la guerre. Historique sommaire », L’Aéronautique, 1, 1920, p. 531-535.

49 « Bureau météorologique militaire et service météorologique militaire », Service géographique des Armées. Rapport sur les travaux effectués du 1er août 1914 au 31 décembre 1919, Paris, imprimerie du Service géographique des Armées, 1936, p. 201-208.

50 Il n’existe à ce stade qu’un court article traitant de l’ONM : R. Juvanon du Vachat, « La mécanique des fluides turbulents avec Dedebant et Wehrlé à l’Office national météorologique (1934-1939) », La Météorologie, n° sp. d’avril 1995, p. 156-166. Voir aussi A. Fierro, Histoire de la météorologie, Paris, Denoël, 1991, p. 241-265.

51 Cf. à ce propos A. Picon, « Les années d’enlisement. L’École polytechnique de 1870 à l’entre-deux-guerres », in B. Belhoste, A. Dahan-Dalmedico, D. Pestre, A. Picon, eds, La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Economica, 1995, p. 143-179.

52 Cf. D. Pestre, « Le renouveau de la recherche à l’École polytechnique et le laboratoire de Louis Leprince-Ringuet (1936-1965) », in ibid., p. 333-356.

53 Robert Bureau est à l’ONM chargé des transmissions et des instruments. C’est un spécialiste des opérations de sondage atmosphérique appliquées à la prévision, ces sondages utilisant des ballons-sondes et des dispositifs de transmission radioélectrique. En 1936, il soutiendra devant Charles Maurain, l’astronome Ernest Esclangon et Henri Labrouste (de l’IPGP) une thèse résumant ses travaux (R. Bureau, Thèses présentées à la faculté des sciences de Paris, pour obtenir le grade de docteur ès sciences, … Sur les foyers atmosphériques, s. l., 1936). Robert Bureau prendra par la suite la tête du Laboratoire national de radioélectricité.

54 Philippe Werhlé est chargé à l’ONM des avertissements et des prévisions (il sera également directeur de l’Office, de 1935 à 1945).

55 La création du corps intervient en fait sous l’Occupation : cf. P. Wehrlé, « L’action de l’ONM pour la guerre », La Météorologie, 1944, p. 3-15 et p. 141-154 (et particulièrement p. 146-147).

56 À propos de la théorie des fronts et du principal animateur de l’école de Bergen, Vilhelm Bjerknes, on se référera à R. M. Friedman, Appropriating the weather. Vilhem Bjerknes and the construction of a modern meteorology, Ithaca-New York, Cornell University Press, 1989.

57 Pour n’en donner qu’une illustration, l’un des premiers textes publiés par l’ONM sera justement un ouvrage en français sur la théorie des fronts : J. Bjerknes & H. Solberg, Les conditions météorologiques de formation de la pluie. L’évolution des cyclones et la circulation atmosphérique d’après la théorie du front polaire, Paris, E. Chiron, 1923 (« Mémorial de l’Office national météorologique » 6).

58 Après la guerre, ce principe sera repris avec l’École nationale de la météorologie, créée en 1948. Voir L’École de la météorologie, Paris, Direction de la météorologie nationale, 1953.

59 Mémorial de l’Office national météorologique de France, 1923-1938.

60 Un autre exemple de sociabilité scientifique informelle est donné par Ann Secord, avec son étude des associations naturalistes structurées, au xixe siècle, au sein des pubs anglais : A. Secord, « Science in the pub. Artisan botanists in early 19th century Lancashire », History of Science, 32, 1994, p. 269-315.

61 P. Galison, Image and logic. A material culture of microphysics, Chicago, University of Chicago Press, 1997, p. 65-141 (repris de P. Galison & A. Assmus, « Artificial clouds, real particles », in D. Gooding, T. Pinch, S. Schaffer, eds, The uses of experiment, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 225-274).

62 Voir D. Pestre, « Étude de l’ionosphère et prévisions pour les radiocommunications », p. 1-30 (et particulièrement p. 15-17). L’ONM joue un rôle important dans ce contexte, avec une série de travaux sur le radiosondage et la détection des paramètres atmosphériques en haute altitude. Ces travaux sont supervisés par Robert Bureau et Pierre Idrac, les deux hommes étant généralement crédités de l’invention de la radiosonde (ballon libre équipé de dispositifs de mesure avec transmission des données par TSF).

Auteur

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search