Version classiqueVersion mobile

Qu’est-ce qu’une discipline ?

 | 
Jean Boutier
, 
Jean-Claude Passeron
, 
Jacques Revel

III

Le moment philologique des sciences historiques allemandes1

The philological moment in German historical sciences

Michael Werner

Résumé

À la fois science des textes et science générale de la culture, la philologie a joué un rôle fondateur dans l’émergence et le développement du modèle universitaire allemand imaginé par Humboldt et Schleiermacher. Occupant une position transversale entre théologie, philosophie, histoire, droit et disciplines littéraires, elle imprègne aussi bien le champ académique que la société cultivée dans son ensemble. Tout en privilégiant l’entrée par l’écrit et la langue, elle se conçoit comme une clé générale ouvrant à la compréhension du passé. Guidée par le modèle de la philologie classique, elle s’approprie l’étude de toutes les cultures, y compris de celle de l’Allemagne. À travers l’idéal de la Bildung, elle est en même temps au cœur de toute activité pédagogique, en particulier l’enseignement secondaire. L’étude du cas de la philologie en Allemagne ouvre vers les problèmes d’une approche transnationale de la notion de discipline et vers l’étude des rapports, très complexes, entre la formation des traditions de recherche, les phénomènes d’institutionnalisation et les enjeux intellectuels des développements d’une discipline et, plus généralement, entre les sphères scientifique et politique.

Texte intégral

  • 1 Je remercie les participants de la journée d’études, organisée à Marseille en janvier 2001, pour le (...)
  • 1 On pourrait certes nuancer le propos en signalant le lien entre l’histoire du Moyen Âge et la philo (...)

1Évoquer le cas de la philologie dans une enquête consacrée à la notion de discipline en sciences humaines et sociales peut, d’un point de vue français, paraître surprenant. En France, la philologie n’a en effet pas acquis le statut d’une discipline à part entière. Concurrencée à la fois par la critique littéraire et par l’histoire, elle en est restée, au mieux, au stade d’une science auxiliaire servant les autres disciplines en leur procurant des textes correctement établis. Ou alors elle s’est vue cantonnée dans l’étude des langues et littératures dites « minoritaires » comme l’occitan, le breton ou le basque. Jamais elle n’a trouvé droit de cité parmi les disciplines « nobles » qui ont dominé l’Université française1.

2Dans les pays germaniques, il en est allé tout autrement. La philologie a été intimement liée à l’émergence du modèle universitaire allemand, au point qu’elle passait, un temps, pour avoir constitué sa matrice fondatrice. Sa position quasi hégémonique au sein des sciences humaines, tout au long du xixe siècle, a fait d’elle une discipline à part. L’étude de ce cas peut fournir des clés pour comprendre la différenciation des savoirs académiques, en même temps qu’elle en éclaire les processus d’institutionnalisation dans un contexte politique particulier. Elle permet également, en raison de la place centrale et du caractère atypique de la philologie, de problématiser la notion même de discipline. Enfin les décalages franco-allemands quant au statut et à la place relative de la philologie peuvent constituer des outils heuristiques pour mieux appréhender certains enjeux d’une histoire transnationale des disciplines.

  • 2 La littérature sur l’histoire de la philologie en Allemagne est abondante. Voir en particulier : C. (...)

3Le développement de la philologie dans les pays germaniques est un phénomène complexe qui se dérobe aux explications simples2. Il est intimement lié à la Réforme et, par la suite, au processus de sécularisation qui a marqué la vie sociale et politique en deux poussées, à partir du xvie puis du début du xviiie siècle. Il renvoie également à l’histoire des idées pédagogiques, dont l’idéal de la Bildung a constitué le point de cristallisation le plus significatif. Il est enfin étroitement associé à l’émergence d’une pensée de l’histoire qui, notamment depuis la rupture de la Révolution française, traverse le champ du savoir dans son ensemble. Dans la suite de cette présentation, je tenterai de démêler, pour autant que ce soit possible dans le cadre d’un article aux dimensions limitées, quelques-uns des fils qui composent l’écheveau.

  • 3 Article « Philologie », in Großes und vollständiges Universal-Lexicon aller Wissenschaften und Küns (...)
  • 4 Pierer’s Universal-Lexikon der Vergangenheit und Gegenwart oder neuestes encyclopädisches Wörterbuc (...)

4Plusieurs données doivent cependant être rappelées en guise de préliminaires. D’abord l’opposition constitutive entre une acception restrictive et une acception extensive de la notion de philologie. Déjà le Universal-Lexicon de Zedler, paru entre 1732 et 1754, distingue un sens large du mot qui embrasse toutes les sciences historiques et en particulier la connaissance des antiquités (Erkänntniß der Alterthümer), en faisant un équivalent des litteræ humaniores, et un sens étroit qui renvoie à « l’étude des langues, de leur nature, de leur agencement et de leurs usages différents » et comprend « la rhétorique, la poésie et la critique3 ». C’est à ce deuxième sens que l’auteur de l’article s’attarde dans la suite de sa présentation. À la différence du grammairien, qui juge l’adéquation entre le discours et les règles, le philologue regarde « l’être interne » (das innerliche Wesen) de la langue. L’auteur précise, par ailleurs, que le philologue doit éclaircir l’obscurité des textes, ce qui renvoie au travail herméneutique de restitution du sens. De fait, les exemples qu’il donne sont, en majorité, tirés de la Bible, mais ils incluent aussi quelques citations de textes profanes. À cent vingt ans de distance, l’Encyclopédie de Pierer (1861) relève un sens « ancien » de la notion de philologie, où la discipline est associée à une science des langues, et un sens « moderne » qui assigne à la philologie la tâche d’explorer l’« esprit du peuple » (Geist des Volkes) dans ses différentes manifestations et conditions d’existence4. En optant pour cette seconde acception, le rédacteur de la notice prend nettement position dans la controverse qui, au sein de la corporation philologique, a opposé depuis le début du xixe siècle les tenants d’une « philologie des mots » et les protagonistes d’une « philologie des choses », formules qui reprennent l’ancienne distinction entre sens étroit et sens étendu du terme et sur lesquelles nous reviendrons par la suite. Cette prépondérance d’une définition englobante de la philologie se retrouve dans nombre d’auto-présentations de philologues allemands jusqu’à la Première Guerre mondiale. Mais elle est balancée, et en partie contredite, par une pratique philologique qui reste largement centrée sur le travail technique des textes. Même si elle a pris d’autres formes, la tension entre une science des textes et une science générale de la culture traverse jusqu’à nos jours le champ de la philologie.

  • 5 On peut aussi penser ici à l’influence de la tradition judaïque d’exégèse des textes qui s’est ajou (...)
  • 6 Cf. P. Schwartz, « Die Gründung der Universität Berlin und der Anfang der Reform der höheren Schule (...)

5La seconde ligne de front concerne le rapport à la théologie. Il se joue à différents niveaux. Jusqu’au xviiie siècle, l’étude des langues anciennes appartenait, dans les facultés, au domaine de compétences des théologiens. Elle avait pour premier objectif d’ouvrir à l’exégèse des textes sacrés. En insistant sur la nécessité, pour le croyant, de retrouver, à travers un travail toujours renouvelé sur les textes, la vérité de la parole divine, le protestantisme a favorisé le rôle pivot de la philologie dans la culture allemande5. Par la suite, tout un pan du catholicisme lui a emboîté le pas, pour ne pas rester en retrait et dans la mesure où il lui importait de se fondre dans le moule du modèle dominant. Ainsi le lien fort avec la théologie est-il devenu constitutif dans l’affirmation d’une fonction transversale de la philologie en Allemagne. Mais la théologie a aussi été mêlée à une autre donnée du problème : la formation des enseignants. Jusqu’au xviiie siècle au moins, les tâches d’enseignement dans les collèges et les lycées étaient presque exclusivement assurées par des maîtres issus des facultés de théologie. La sécularisation de la société allemande a induit une revalorisation lente et progressive des autres facultés, d’abord celles de droit et de médecine, ensuite aussi celle dite de « philosophie » qui regroupait les anciennes artes liberales de l’Université médiévale. Au sein de ce processus, même si elle n’était pas encore associée à un cursus de formation des enseignants, l’étude des langues anciennes pour elles-mêmes – et non plus pour fournir les exégètes des textes sacrés – a constitué une étape importante. Elle a d’abord été favorisée par des logiques purement scientifiques, visant le développement des connaissances. Mais elle est devenue également un moyen pour former de futurs professeurs de lycée imprégnés des idéaux d’un humanisme laïque. Le déplacement correspondant a fait des enseignants de latin et de grec les véritables porteurs de la réforme de l’enseignement secondaire qui est mise en place en Prusse à la fin du xviiie siècle6. Si, d’un point de vue fonctionnel, les professeurs de latin et de grec donnaient ainsi accès aux savoirs déposés dans les langues anciennes, ils devaient incarner par la suite les valeurs éthiques véhiculées par la pédagogie néo-humaniste : former l’individu pour le faire accéder au statut de membre à part entière d’une société fondée sur la Bildung.

6Il faut enfin souligner, en troisième lieu, le dédoublement entre une définition de la philologie comme propédeutique et une autre qui voit en elle une science générale de la connaissance du passé. L’une se situe en amont des disciplines constituées, dont elle forme l’antichambre. En tant que propédeutique, la philologie est à la fois un socle commun et une porte d’entrée aux savoirs spécialisés. Mais à l’autre bout, la philologie est conçue comme la somme de toutes les connaissances sur le passé des cultures à tradition écrite, notamment celles relatives à l’Antiquité classique. Les basculements qui s’opèrent entre les deux niveaux passent par le travail concret sur les textes, dans un va-et-vient entre des compétences précises relatives à la forme et au sens de tel mot ou agencement de mots et des connaissances générales sur la culture dont les textes sont issus.

7Pour le développement de la discipline dans le monde allemand, trois directions sont ici à retenir : la définition d’un champ de savoir organisé à l’aide d’un corps de doctrines, selon une double logique de la scientificisation et de la différenciation ; la construction d’une position spécifique au sein du champ académique où sont déterminés les rapports aux autres disciplines ; la diffusion à travers une pratique disciplinaire liant enseignement et recherche, et l’épuisement du modèle dans une situation politique et culturelle profondément changée. Sur le plan empirique, ces trois directions sont imbriquées les unes dans les autres. Nous ne les distinguons ici que pour clarifier le propos.

Définition d’un champ disciplinaire

8Au départ du processus de constitution, le domaine de la discipline n’a pas besoin de délimitations nouvelles. Il est défini par son objet : l’étude des textes anciens, en l’occurrence latins et grecs, placés, via le double héritage de l’Église et de l’Antiquité classique, au centre de la culture européenne. Ce n’est donc pas l’objet empirique de la philologie qui change, mais l’esprit et les méthodes à travers lesquelles il est abordé. Plusieurs éléments entrent ici en ligne de compte pour définir le changement qui s’est opéré à partir du milieu du xviiie siècle. D’abord la valorisation du caractère séculier de la référence à l’Antiquité. L’émergence de la bourgeoisie en quête de légitimation culturelle a fourni un nouveau terrain social aux études classiques. La référence au monde antique, dont Winckelmann a été l’un des porte-parole les plus écoutés, était de plus en plus détachée de toute imprégnation religieuse. L’engouement pour l’Antiquité gréco-romaine s’est accompagné, à travers l’intérêt pour les œuvres, d’un regain de l’activité de critique textuelle. Mais les deux volets des études philologiques, l’histoire de l’Antiquité considérée comme le berceau de la culture et la critique des textes, n’étaient pas séparés. Les philologues partaient, au contraire, de l’idée que, pour être appréciées à leur vraie valeur, les grandes œuvres antiques devaient être présentées dans leur état le plus authentique, le plus proche possible de l’original. On voit donc que la conscience de l’historicité des textes n’était nullement contradictoire avec la sacralisation de ces mêmes textes comme monuments de la culture européenne. La vision normative de l’Antiquité, élevée au rang de modèle esthétique, et le travail d’historicisation procédant par un examen critique de la transmission des textes allaient de pair (cf. infra). Toutefois, on peut observer que la logique de l’enquête historique tendait à s’autonomiser, et ceci sur deux plans : d’une part celui des conditions générales du travail historique qui implique la constitution de ressources documentaires (bibliothèques, archives, collections de manuscrits) ainsi que la formation d’un milieu académique propice à la circulation des savoirs entre lettrés, et d’autre part celui de l’affinement des méthodes d’édition critique et d’établissement du texte. De là le développement de tout un arsenal de techniques relatives à l’étude critique des manuscrits fondée sur l’examen des variantes et des caractéristiques formelles du support. De là aussi la mobilisation progressive et cumulative de tout un savoir linguistique et métrique (pour les textes versifiés) susceptible de remédier, à travers le travail des « conjectures », aux altérations multiples survenues lors de la transmission des copies.

  • 7 Le séminaire de Göttingen avait jusqu’à la fin du xviiie siècle un statut privé, indépendant de l’u (...)
  • 8 Voir l’article sur Heyne de C. Bursian, in Allgemeine Deutsche Biographie, Leizpig, Duncker & Humbl (...)

9Le développement des études philologiques à l’université de Göttingen au xviiie siècle est à cet égard exemplaire. Dans cet établissement, le plus « moderne » de l’Allemagne à l’époque, a été créé dès 1738, un an après l’inauguration de l’université, le premier séminaire allemand de philologie. Les deux premiers titulaires de la chaire de poésie et d’éloquence, Johann Matthias Gesner (de 1738 à 1763) et Christian Gottlieb Heyne (de 1764 à 1812), ont été en même temps directeurs du séminaire7 et directeurs de la nouvelle bibliothèque universitaire qui, en peu de temps, est devenue le joyau de l’université et l’une des bibliothèques les plus importantes du monde germanique. Dans ces fonctions, ils ont joué un rôle capital dans le développement de l’université. Comme on le verra plus loin, la promotion du séminaire et de la bibliothèque a été un facteur décisif de la transformation des études philologiques au cours du xviiie siècle. Ces deux institutions impliquaient un mode de travail qui transformait le rapport aux textes et, plus largement, à la question de l’historicité des savoirs. Mais aussi bien Heyne que Gesner étaient encore imbibés de l’esprit de l’érudition traditionnelle. Mû par une curiosité insatiable, Heyne s’occupa aussi bien d’édition de textes que d’archéologie et, surtout, de mythologie qu’il a été l’un des premiers à étudier selon une idée d’ensemble. Il passe pour avoir été le fondateur de ce qu’on a appelé les « disciplines réelles » de la philologie, auxquelles il a prescrit de nouveaux standards techniques8. Le séminaire de Göttingen a formé plusieurs générations de philologues, dont Gottfried Hermann et August Boeckh sur lesquels nous reviendrons.

  • 9 F. A. Wolf, Darstellung der Alterthumswissenschaft nach Begriff, Umfang, Zweck und Werth, Berlin, R (...)

10Tout en étant l’élève de Heyne à Göttingen, Friedrich August Wolf (1759- 1824) s’écarte de façon notable des conceptions du maître. Il vise pour la première fois explicitement une discipline synthétique, pour laquelle il préfère, d’ailleurs, le terme d’Altertumswissenschaft, de science de l’Antiquité. Elle comprend, outre la philologie au sens étroit, l’archéologie, l’histoire et la critique historique, la mythologie et l’étude des religions, l’histoire des sciences, l’histoire de l’art, la géographie, l’épigraphie et la numismatique. L’objectif de Wolf consiste à fournir tout à la fois « la somme et l’essence (Inbegriff) des connaissances et données qui nous font comprendre les actes et la destinée historique des Grecs et des Romains, leur situation politique et domestique ainsi que l’état de leurs savoirs, leur culture, leurs langues, arts et sciences, leurs mœurs, religions, caractères nationaux et la nature de leur pensée9 ». S’inspirant de l’idéalisme de Wilhelm von Humboldt, il cherche à retrouver l’idée d’ensemble, le Zusammenhang, qui faisait l’unité de l’Antiquité gréco-romaine. Cette visée de l’unité n’exclut cependant pas le travail concret sur les textes : pour utiliser un langage anachronique, il s’agit au contraire d’organiser le va-et-vient entre les niveaux « macro » et « micro » de l’enquête historico-philologique. L’approche de Wolf est illustrée par ses Prolegomena ad Homerum de 1795, où il défend la thèse, révolutionnaire pour l’époque, que l’Iliade et l’Odyssée n’ont pas été composées par l’individu Homère, mais constituent des pièces montées, à une époque relativement tardive, à partir de chants populaires, et donc anonymes, d’origines différentes – thèse qui allait agiter les philologues pendant tout le xixe siècle.

  • 10 On relève ici l’une des premières distinctions entre « Zivilisation » et « Kultur », associée à la (...)
  • 11 Cf. son cours Vorlesung über die Encyclopädie der Alterthumswissenschaften, édité en 1831 à titre p (...)

11Également sur les traces de Humboldt, mais aussi de Winckelmann, Wolf est l’un des premiers philologues allemands à avoir postulé une nette préséance des Grecs sur les Romains. Le citoyen d’Athènes devient pour lui l’incarnation de l’idéal d’individu accompli qui est au centre du devenir historique de l’Europe tout en restant le modèle et la mesure normative de la culture tout court. Davantage que le Romain qui, au fond, ne sait qu’imiter et compléter l’œuvre des Hellènes, le Grec a, selon Wolf, réussi à créer un ensemble ordonné d’arts et de connaissances propres à élever la vie de l’homme à un degré où il exerce librement ses capacités sans viser un profit ou une utilité immédiate. Mais cette distinction interne entre Grecs et Romains ne l’empêche pas de dissocier fondamentalement l’Antiquité gréco-romaine des civilisations orientales : Grecs et Romains ensemble appartiennent à la sphère de la véritable culture supérieure de l’esprit, alors qu’Égyptiens, Hébreux et Perses ne se sont guère élevés au-dessus du niveau où l’humanité était encore occupée principalement par la construction des ordres politiques et l’amélioration du confort matériel, ce que Wolf appelle la « Zivilisation10 ». Aussi exclut-il les peuples de l’Orient du domaine de l’Altertum, tout en admettant leur apport à l’histoire du progrès de l’humanité. Il donne ainsi à entendre que la notion d’Altertum n’est pas à prendre dans un sens chronologique, mais renvoie à une vision normative de l’Antiquité élevée au rang de modèle pour la culture allemande : le concept de la zwecklose Bildung, de la formation à la culture en dehors de toute considération d’utilité pratique, constitue le socle commun du passé grec et du présent allemand. Wolf rattache ainsi l’Altertumswissenschaft à l’idéal néo-humaniste qui a inspiré les réformes de l’enseignement secondaire et supérieur engagées à partir de 1800. C’est bien cet ancrage néo-humaniste qui explique, au-delà des avancées internes de la discipline universitaire, le rôle central de la philologie pour toute l’histoire intellectuelle allemande du xixe siècle11.

La construction d’une position dominante

  • 12 Voir A. Boeckh, Encyclopädie und Methodologie der philologischen Wissenschaften, Leipzig, Teubner, (...)
  • 13 À propos du rapport entre philologie et histoire voir U. Muhlack, « Zum Verhältnis von Klassischer (...)

12Le développement de la philologie au cours du xixe siècle est le fait d’une double dynamique interne et externe. Sur le plan interne, la discipline se conçoit progressivement comme une science générale qui, tout en se concentrant sur le domaine d’application qu’est l’Antiquité gréco-romaine, embrasse tout le champ du savoir. Cette ambition totalisante la place en position de rivale par rapport aux deux disciplines englobantes que sont la philosophie et l’histoire. Face à la philosophie, il revenait à August Boeckh (1785-1867) de donner la formulation la plus élaborée de cette volonté de totalisation, dans son cours d’encyclopédie et de méthodologie des sciences philologiques professé pendant cinquante ans à l’université de Berlin : alors que la philosophie est désignée comme la science de la connaissance, la philologie porte quant à elle sur la cognitio cogniti, la connaissance d’une connaissance déjà produite par le passé12. À partir de là, d’un point de vue empirique, la linguistique et l’ethnologie, le droit, les sciences de l’État (Staatswissenschaften), bref toutes les disciplines de sciences humaines et sociales passent sous la houlette de la philologie. D’un point de vue théorique, la philologie ajoute à la philosophie la problématique épistémologique de l’historicité, sur les deux plans de la démarche et des objets. Du coup, elle doit se positionner également face au deuxième grand champ du savoir que constitue l’histoire13. Elle le fait à deux niveaux : d’une part en introduisant ses propres questionnements relatifs à la critique textuelle dans la problématique du traitement des sources, légitimant ainsi la position critique de l’historien face à la tradition historiographique ; d’autre part en généralisant le principe herméneutique propre à la philologie : de même que chaque détail textuel éclaire le texte dans son ensemble et qu’en retour la compréhension de l’ensemble est nécessaire à l’exégèse de chaque détail, de même l’historien doit-il chercher à penser le rapport entre la particularité du « fait » historique et la généralité de l’époque ou de la question qu’il traite. La compréhension produite par l’histoire suit donc la figure du cercle herméneutique, inscrit au cœur de la démarche philologique. Sur les deux plans, la philologie tente ainsi de soumettre l’histoire aux deux principes fondateurs de la critique et de l’herméneutique. Au croisement de la philosophie et de l’histoire, elle occupe une position stratégique.

  • 14 Sur le lien, pour la philologie classique, entre enseignement secondaire et supérieur, voir D. Kopp (...)
  • 15 W. von Humboldt, « Über das Studiem des Alterthums, und des griechischen insbesondere » [1793], in (...)

13Mais le dynamisme de la philologie classique est également soutenu par une série d’évolutions externes. Il convient d’abord de souligner qu’elle s’appuie socialement sur la réforme de l’enseignement secondaire engagée en Prusse – et dans d’autres parties de l’Allemagne – dès la fin du xviiie siècle14. D’inspiration néo-humaniste, cette réforme, qui donnera naissance au modèle du Humanistisches Gymnasium, le lycée classique, centre la formation sur les langues classiques, renforçant notamment la partie dévolue au grec, au détriment des matières « réelles » qui visent des applications pratiques. Ce sont les futurs enseignants de latin et de grec qui, les premiers, bénéficient de l’institution des séminaires (cf. infra). L’accent mis sur les langues classiques est porteur d’un message pédagogique : il s’agit de promouvoir, selon les termes de Wilhelm von Humboldt, la « véritable connaissance de l’homme », celle qui porte sur sa capacité à produire tant les œuvres de la pensée que les œuvres d’art, à créer la « culture », à se perfectionner pour atteindre l’idéal d’humanité. L’étude des Grecs ne vise cependant ni leur imitation ni simplement l’accumulation d’un savoir positif. C’est le processus d’apprentissage, l’effort intellectuel fourni pour pénétrer, comprendre et apprécier le monde grec qui constitue le véritable apport de la formation aux études classiques15.

  • 16 Verein deutscher Naturforscher und Ärzte, créée par Lorenz Oken en 1821.
  • 17 L’histoire et la sociologie de la Versammlung deutscher Philologen und Schulmänner restent encore à (...)
  • 18 F. G. Welcker, « Über die Bedeutung der Philologie », in Verhandlungen der Vierten Versammlung deut (...)
  • 19 Cf. l’article « Philologie » du Brockhaus (Brockhaus’ Konversations-Lexikon, nouvelle éd., Leipzig, (...)

14Le second facteur externe, qui a partie liée avec le premier, est l’inscription de la philologie dans le processus d’émergence de la nation culturelle. On a déjà vu que, pour l’auteur de l’article « Philologie » de l’Encyclopédie Pierer, la conception englobante de la philologie était fondée par sa capacité à pénétrer et restituer « l’esprit d’un peuple ». Dans la mesure où l’Allemagne du xixe siècle est censée réincarner les valeurs de la Grèce, la philologie classique est appelée à jouer un rôle primordial dans la construction d’une identité nationale allemande. Tout travail sur la Grèce participe ainsi à l’œuvre d’unification nationale. Cette donnée est illustrée par la création, en 1837, à l’occasion du centième anniversaire du séminaire de Göttingen, de l’association des philologues allemands (Versammlung deutscher Philologen und Schulmänner). Au même titre que la Société des hommes de science et médecins allemands16, cette association, qui organise de grands rassemblements annuels, deviendra l’un des foyers du mouvement national17. Les lieux de réunion changent d’une année sur l’autre, maillant ainsi le territoire d’une Allemagne politique encore à venir. L’association fonde des comités locaux réunissant universitaires et enseignants du secondaire. Dans une adresse à la quatrième assemblée générale en 1841 à Bonn, Friedrich Gottlieb Welcker souligne la vocation nationale de la discipline18. Ce rôle de cristallisateur de l’identité nationale apparaît encore plus clairement en 1849, lors de la création, au sein de l’association, d’une section de philologie germanique, qui s’affirme comme un vecteur essentiel tant du projet d’éducation nationale que de la structuration des milieux académiques « germanistes ». Le lien avec la problématique de la nation sera l’un des éléments moteurs du développement de la discipline. Il dote les philologues d’une mission nationale dont ils se sentent investis. En retour, ils considèrent l’Allemagne comme le véritable foyer des études philologiques et les Allemands comme les propagateurs authentiques de l’esprit philologique19.

Ressorts et tensions internes : les limites d’une approche

15Au cours du xixe siècle, le champ disciplinaire de la philologie est traversé par trois tensions constitutives qui structurent l’ensemble tout en renforçant son ancrage dans d’autres domaines de la vie intellectuelle. La première est celle, déjà évoquée, entre orientation critique et orientation herméneutique. En tant que démarche cognitive, la critique procède par déduction logique. Quand elle porte sur des textes (critique textuelle), elle examine les « témoins » (Textzeugen) disponibles (codices, imprimés) afin d’en établir la filiation historique, idéalement sous forme de stemma, d’arborescence logique. Elle tente d’éliminer les corruptions en procédant à des conjectures élaborées selon le principe de la lectio difficilior, qui présuppose que la transmission par les copistes et typographes a détérioré le texte par des lissages répétés. Mais la démarche critique vise aussi l’ensemble de la tradition transmise. En tant que posture vis-à-vis du passé, elle se propose de dégager la vérité historique de toutes les couches sédimentées par les étapes successives de la transmission. Elle voudrait faire table rase afin d’opérer directement, à travers un raisonnement logique, sur les « faits » du passé. De son côté, la philologie herméneutique, suivant une démarche plutôt inductive, se place dans un espace de compréhension spécifique. Elle se fonde sur l’idée que le sens de l’œuvre se construit dans un jeu de questions-réponses entre l’exégète et le texte, où sont mobilisées des connaissances variables selon le moment et la position de l’interprète. Prenant acte de l’historicité de l’acte herméneutique, elle doit prendre en considération l’histoire des interprétations antérieures, pour les intégrer dans le cadre de compréhension qu’elle construit et rendre compte du point de vue qu’elle adopte. Mais comme la critique, elle vise une totalité, tout en s’attachant au détail du texte ou aux faits particuliers qu’elle cite pour étayer un argumentaire d’ensemble.

  • 20 Voir J. Dolch, Lehrplan des Abendlandes. Zweieinhalb Jahrtausende seiner Geschichte, Ratingen, Henn (...)
  • 21 Voir C. Lehmann, Die Auseinandersetzung zwischen Wort- und Sachphilologie in der deutschen klassisc (...)
  • 22 L’opposition entre les « mots » et les « choses » a également joué un rôle important dans l’histoir (...)

16Une deuxième tension oppose une philologie des mots (verba) à une philologie des choses (res). Il s’agit là d’une question ancienne, qui renvoie à la reconnaissance des realia dans le plan d’apprentissage des sept artes liberales20. L’enseignement des « mots » devait-il passer avant celui des « choses », comme le préconisait encore Comenius, ou fallait-il procéder à l’inverse en donnant la priorité à la connaissance des « choses » ? La philologie classique s’est approprié la question en s’engageant dans un débat interne qui a duré tout le xixe siècle21. D’un côté, les tenants de la Wortphilologie qui maintiennent le primat de la langue. Ils couplent cette pétition de principe à des opérations techniques sur les textes effectuées selon les règles de la grammaire, de la rhétorique et de la métrique. Ce sont en même temps les protagonistes d’un travail d’édition critique rigoureux, fondé sur des critères systématiques. Les entreprises éditoriales deviennent le noyau et le garant de scientificité universitaire de la philologie des mots. De l’autre, les adeptes de la Sachphilologie, qui, tout en considérant la langue comme un objet d’études parmi d’autres, s’intéressent à la réalité à laquelle elle donne accès. Pour eux, les textes littéraires et les traités de rhétorique et de grammaire n’ont pas de statut fondamentalement distinct des « antiquités » de toute sorte, objets d’art et d’archéologie, pièces de monnaie, vases et autres inscriptions. Tous ces témoins du passé sont rassemblés par le philologue des choses pour éclairer l’Altertum, ses monuments littéraires et artistiques tout comme sa philosophie, ses institutions, mœurs et religion, sa mythologie ainsi que ses régimes politiques et juridiques. La langue n’a plus de rôle à part, elle est considérée dans son rapport au monde auquel elle appartient22.

  • 23 À propos de la controverse Hermann-Boeckh voir E. Vogt, « Der Methodenstreit zwischen Hermann und B (...)
  • 24 G. Hermann, Dissertatio de officio interpretis, Leipzig, Starius, [1834].
  • 25 G. Hermann, Ueber Herrn Professor Böckhs Behandlung der griechischen Inschriften [1826], cité d’apr (...)

17Le différend entre Wortphilologen et Sachphilologen a pris la forme d’une controverse opposant notamment Gottfried Hermann (1772-1848), titulaire de la chaire d’éloquence et d’études classiques à l’université de Leipzig, à son collègue berlinois August Boeckh. En raison de cette distribution topographique, on a souvent présenté la querelle comme un conflit entre « Leipzig » et « Berlin23 ». Hermann et ses élèves ont durement attaqué Boeckh pour des erreurs philologiques commises lors des premiers volumes du Corpus inscriptionum græcarum, publié à partir de 1825 sous l’égide de l’Académie des sciences de Berlin. Dans son livre De officio interpretis de 1834, Hermann, suivant les préceptes de Kant, assigne à l’interprète la tâche de définir les concepts de façon précise et de dégager, par un enchaînement de raisonnements logiques, la cause de chaque phénomène particulier24. Contre les généralisations de Boeckh qu’il juge hâtives, il prône la spécialisation la plus poussée possible : « Sachant qu’en s’envolant on peut s’élever à une certaine hauteur où, à la manière de l’oiseau, on a certes une vue d’ensemble mais ne peut plus rien distinguer nettement, les vrais philologues prennent un autre chemin : ils voient dans la langue les propylées, bien difficiles à escalader, de l’Antiquité25. » La science sérieuse doit rester bien à terre à terre et avancer pas à pas. Dans son compte rendu du De officio interpretis, Boeckh insiste, à l’inverse, sur la nécessité de dépasser la fragmentation produite pas la spécialisation. Hermann peut certes établir un texte propre et scientifiquement correct, mais il n’apporte rien à sa compréhension, qui reste pourtant le véritable objectif du philologue. On retrouve ici une reformulation évoluée de la dichotomie ancienne entre critique et herméneutique.

  • 26 H. Paul, « Begriff und Aufgabe der germanischen Philologie », in Id., ed., Grundriß der germanische (...)
  • 27 H. Usener, Philologie und Geschichtswissenschaft, Bonn, Cohnen, 1882.
  • 28 U. von Wilamowitz-Möllendorff, « Philologie und Schulreform », in Reden und Vorträge, Berlin, Weidm (...)

18La position défendue par Boeckh a dominé le siècle. Elle a été reprise par les fondateurs de la philologie germanique, à commencer par les frères Grimm, et se trouve encore affirmée à la fin du siècle par Hermann Paul, dans l’article introductif de la grande encyclopédie Grundriss der germanischen Philologie, qui, avec Boeckh, voit dans la philologie une science unificatrice de la culture (einheitliche Kulturwissenschaft) intrégrant toutes les productions de l’esprit humain26. Mais force est de constater que cette définition englobante est souvent restée de l’ordre du programme. La pratique réelle de la discipline tendait plutôt vers la technicité de l’édition critique d’une part, et les nouvelles approches spécialisées et également techniques de l’archéologie et de l’épigraphie de l’autre. Dans les philologies « modernes », qui avaient pour objet la langue et la littérature nationales de l’Europe, l’histoire de la littérature commençait à supplanter l’approche globale des faits de culture, d’autant que la Volkskunde et l’ethnologie se spécialisaient dans l’exploration des cultures dites populaires et dépossédaient progressivement les philologues de la catégorie intégrative du « peuple ». Pour la corporation des philologues classiques, Hermann Usener constate en 1882 la perte d’influence de la discipline au profit de l’histoire27. Wilamowitz-Möllendorff, le grand maître des études classiques au tournant du siècle, tente de refonder, en référence à Boeckh, une science de l’Altertum réunissant philologues, archéologues et historiens28. L’unité n’est plus dans la méthode, mais dans l’objet, la culture de l’Antiquité, qui ne connaissait pas encore la fragmentation en cultures nationales distinctes. Mais en abandonnant l’ancien idéal néo-humaniste qui était au centre de la vision de Humboldt et de Boeckh, il accepte, de fait, la préséance de l’histoire sur la philologie.

19Cette transformation illustre la troisième tension propre au champ de la philologie, celle qui naît du croisement de tendances à la canonisation et à l’historicisation. Ces deux tendances sont à la fois parallèles et contradictoires. Elles sont illustrées par les grandes entreprises d’édition historico-critiques qui deviennent les fleurons de la philologie au xixe siècle. Il s’agit, d’une part, de donner un statut canonique aux grands auteurs et aux œuvres majeures du passé, d’en établir le Texte avec un T majuscule pour le fixer dans un état purifié des contingences de l’histoire. Mais cette canonisation est obtenue, d’autre part, à travers un travail minutieux d’historicisation, élaboré selon les standards de la critique philologique. Il comprend à la fois l’établissement du texte, la description des manuscrits et imprimés, la saisie et la présentation exhaustives des « variantes », un commentaire général sur la genèse et la réception (Entstehung und Aufnahme), enfin une annotation savante qui donne au lecteur une information complète sur chaque détail du texte. L’édition historicocritique fait ainsi apparaître un paradoxe : la canonisation est légitimée par un travail d’investigation philologique et de mise à distance historique, alors qu’inversement le statut de texte canonique est à l’origine du processus d’historicisation auquel se livre le philologue. Loin de s’exclure, canonisation et historicisation se conditionnent réciproquement.

  • 29 Sur l’opposition entre science et Bildung, dans une perspective de théorie des systèmes, voir N. We (...)
  • 30 On notera que la réflexion épistémologique de Max Weber porte précisément sur une nouvelle articula (...)

20La même circularité s’observe au niveau général du traitement de la culture : c’est précisément parce que l’Antiquité gréco-romaine possède le statut de modèle inégalable qu’elle devient l’objet d’investigations historiques particulièrement intenses qui, à leur tour, confortent sa fonction normative. Sur le fond, se joue ici la relation entre les deux pôles que la philologie voulait concilier mais qui restent marqués par des logiques spécifiques et, en partie, contradictoires : celle de la science et celle de la Bildung29. En tant que science, la philologie est suspendue au principe de vérité. Les implications pédagogiques sont alors secondaires. En tant qu’incarnation du projet de la Bildung, elle fonde sa légitimité sur les caractéristiques esthétiques et morales de son objet. Tant que ces caractéristiques sont reconnues comme des valeurs universelles, la philologie parvient à maintenir l’unité d’une double orientation scientifique et éthique30. Mais à mesure que ces valeurs sont historicisées, elles perdent leur fonction de référence commune, reconnue par tous. L’unité postulée se fragmente inexorablement.

Diffusion et crise du modèle philologique

  • 31 Voir S. Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”. Die deutsche Orientalistik im 19. Jahrhundert(...)
  • 32 Pendant les premières décennies, les réunions annuelles de la DMG se tiennent parallèlement à celle (...)
  • 33 Aussi, Boeckh souligne-t-il de son côté la proximité de toutes ces philologies réunies sous le toit (...)

21La position dominante de la philologie classique commence à s’effriter au cours de la seconde moitié du xixe siècle. À y regarder de plus près, on constate qu’il s’agit bien d’une évolution complexe à plusieurs niveaux où se mélangent, de nouveau, des dynamiques internes et externes. D’une part, la philologie classique est en quelque sorte victime de son propre succès. Elle diffuse en direction d’autres disciplines qui s’autonomisent progressivement. C’est le cas tout d’abord des philologies d’autres langues et littératures tant « anciennes » que « modernes ». Parmi les premières, les philologies orientales se détachent dès les années 183031. La création en 1845 de la Deutsche Morgenländische Gesellschaft marque à cet égard une étape importante32. L’orientalisme se subdivise à son tour en une branche « sémitique » comprenant l’arabe et l’hébreu et une branche « asiatique » centrée sur le sanscrit et le persan avant de s’ouvrir à la sinologie et à la japonologie. Mais toutes ces disciplines prennent à leur compte la définition englobante de la philologie tout en restant animées par un noyau moteur de travaux sur la langue et les œuvres littéraires33.

  • 34 Sur l’histoire des philologies modernes cf. M. Werner, « À propos de la notion de philologie modern (...)

22Les philologies des langues et littératures européennes « modernes » sont prises quant à elles dans un champ d’interaction spécifique. Sur le plan socio-culturel, leur développement est lié à l’émergence du concept de littérature nationale. Mais elles ont en même temps à « gérer » un problème historiographique inconnu de la philologie classique : comment penser et argumenter historiquement le rapport entre les littératures médiévales en langue vernaculaire et les littératures contemporaines ? Cette situation induit des questionnements spécifiques relatifs à la continuité des évolutions nationales34. Elle explique la proximité et les lignes de conflits avec les historiens de la littérature, les critiques littéraires, mais aussi avec les historiens généralistes préoccupés de construire l’histoire de la nation. En tant que philologues de leur propre tradition littéraire nationale, mais aussi lorsqu’ils se sont spécialisés dans les littératures européennes voisines, les philologues « modernes » agissent sur un terrain traversé par les conflits politiques et idéologiques de leur temps qui risquent de les détourner de l’objectif d’une science désintéressée. L’exemple de la germanistique et de la romanistique allemandes est à cet égard révélateur. Dans les recherches menées dans ces disciplines, l’avancement des connaissances, le travail de collation et d’édition des documents et sources, enfin la construction et la structuration des champs disciplinaires sont intimement et intrinsèquement liés à des représentations politiques et à des configurations idéologiques. Tous les germanistes allemands sont engagés, à des degrés divers, dans l’œuvre de l’unification nationale. Ces préoccupations, on l’a vu, ne sont sans doute pas totalement étrangères aux hellénistes, aux orientalistes ou aux autres slavisants. Mais elles prennent pour la philologie germanique une dimension fondatrice.

23Les enjeux contemporains des philologies modernes ont encore d’autres conséquences. Il leur est beaucoup plus difficile de résister à l’autonomisation des disciplines vouées à tel ou tel aspect de la vie sociale, culturelle et politique. L’ethnologie et les Staatswissenschaften d’abord, l’économie et le droit, enfin les sciences sociales qui émergent pendant la seconde moitié du xixe siècle battent en brèche le monopole généraliste de la philologie, comme d’ailleurs celui de la philosophie. L’évolution des philologies modernes reflète ainsi la transformation progressive d’un modèle culturel allemand qui est moins fondé sur le principe de la Bildung et s’inscrit davantage dans les paradigmes communs de la modernisation occidentale.

24L’effritement de la position centrale occupée par la philologie – classique ou moderne – est donc dû à la fois à des raisons socio-culturelles générales et à des dynamiques propres au champ universitaire. En termes d’histoire culturelle, la philologie a été affectée par les changements qui ont remodelé la société allemande après l’unification politique en 1870. Avant cette date, elle était porteuse d’un projet global visant à fonder la nation culturelle. Elle subit par la suite la concurrence des disciplines « modernes » qui accompagnent le développement socio-économique du Kaiserreich, la question sociale, les nouvelles institutions juridiques, les politiques coloniales, etc. À force d’exporter ses concepts dans les autres disciplines et à défaut de pouvoir maintenir le monopole d’une science générale de la culture, elle s’est trouvée ramenée à son noyau « technique » : administrer et interpréter les corpus de textes légués par le passé. Cette fonction patrimoniale lui assure une place à part dans le nouvel éventail des disciplines formées au cours du siècle. Mais dans la mesure où elle a perdu sa position prééminente, elle n’est plus désormais, en tant que science des textes, qu’une discipline parmi d’autres.

L’empreinte socio-culturelle du modèle

25Tout en abandonnant ses ambitions généralistes, la philologie a cependant laissé des marques profondes dans la culture et dans le système éducatif allemands. Pour illustrer mon propos, j’évoquerai successivement trois terrains.

  • 35 Halle en 1787 a vu se créer le second, sous l’impulsion de Wolf. Vers 1830, toutes les universités (...)
  • 36 F. A. Wolf, « Instruction für den Direktor des philologischen Seminariums in Halle von 9. März 1788 (...)
  • 37 Sur les séminaires voir aussi M. Werner, « L’École normale : un séminaire à l’allemande ? », in M. (...)
  • 38 Le premier à Marburg (1812), suivi de ceux de Königsberg (1834), Halle (1839), Göttingen (1850) et (...)
  • 39 Königsberg (1832), Breslau (1843). La plupart des universités se dotent d’un séminaire d’histoire s (...)
  • 40 Cf. U. Meeves, « Die Gründung germanistischer Seminare an den prueßischen Universitäten (1875-1895) (...)

26Tout d’abord celui des séminaires universitaires. C’est sur l’exemple de Göttingen que se sont créés des séminaires de philologie, à partir de la fin du xviiie siècle, dans presque toutes les universités allemandes35. Conçus, au départ, selon les principes d’organisation des séminaires de théologie, ils avaient pour tâche principale de former des enseignants des collèges et des lycées. En cela, ils traduisaient le fait que les études classiques devenaient progressivement le pivot de l’enseignement réformé selon les idées néo-humanistes. Mais les séminaires se sont transformés eux-mêmes sous l’impulsion de la nouvelle philologie élaborée par Wolf et Boeckh. L’ancien objectif pédagogique d’initiation dans les langues et littératures anciennes a été remplacé par l’impératif scientifique : les étudiants se familiarisèrent avec « l’esprit scientifique », en l’occurrence les techniques permettant de se former une opinion indépendante et de se construire une interprétation autonome (selbsttätige Auslegung) de l’Antiquité gréco-romaine. Plutôt que d’acquérir de simples savoirs positifs, ils s’engageaient dans un processus d’apprentissage réflexif. Selon Boeckh, « l’objectif principal du séminaire, la formation de futurs enseignants de qualité », devait être réalisé à travers une « initiation précise et sérieuse dans le traitement méthodique d’objets scientifiques36 ». Ainsi, le séminaire devint-il le lieu d’apprentissage de la science pour elle-même. On y tenait des séances d’exercices critiques, autour d’un texte ou d’une question. Le mode de travail, la discussion libre et collective, impliquait la disponibilité à portée de main de livres et d’ouvrages de référence (Handapparat), dans lesquels il était possible de vérifier les citations et d’étayer ou de réfuter les arguments avancés par les uns et les autres. Ce fut le noyau des futures bibliothèques de séminaire conçues comme des espaces de travail donnant libre accès aux livres, à la différence des bibliothèques universitaires qui imposent de passer par l’intermédiaire des conservateurs et bibliothécaires. La pédagogie développée par les séminaires se voulait interactive, fondée sur la discussion et la confrontation des hypothèses. Elle supposait l’intervention active de tous les participants, qui, en exposant leurs travaux ou en commentant ceux des autres, apprenaient à formuler leurs idées et à se situer dans un questionnement de recherche37. Ce fonctionnement présupposait un travail à effectifs limités. Le caractère fondateur de l’éthique de travail collectif promue par le séminaire explique pourquoi l’institution a été progressivement exportée vers d’autres disciplines. Des séminaires de mathématiques (élargis, dans certains cas, aux sciences de la nature) sont créés à partir de 181238, des séminaires d’histoire à partir de 183239, des séminaires de philologie germanique à partir de 185840 et de philologie moderne à partir de 1875.

  • 41 Voir à ce sujet G. Schubring, « Spezialschulmodell versus Universitätsmodell : die Institutionalisi (...)

27Le succès du modèle, lié à celui de l’université humboldtienne dont il a été l’une des pièces maîtresses, s’est cependant accompagné d’une mutation : l’institutionnalisation a progressivement déconnecté les séminaires de la pratique pédagogique de l’enseignement « en séminaire ». En tant qu’institutions académiques, ils sont devenus, pour partie, des infrastructures de service, assimilables à des départements, sur lesquels pouvaient se greffer des centres et des instituts de recherche41. Mais même dans ce cas, ils sont restés des structures marquées par le rapport direct et l’échange entre professeurs et étudiants. Et ils traduisent également la nécessité pour les étudiants admis au séminaire de disposer d’un espace de travail ouvert du matin au soir et dotés des instruments indispensables à l’accomplissement d’une recherche individuelle.

  • 42 W. von Humboldt, Werke in fünf Bänden, t. IV, p. 169-170.

28L’importance des séminaires renvoie à un deuxième terrain que la philologie a marqué de son empreinte : la plage de recoupement entre université et enseignement secondaire. Nous avons vu que le statut à part de la philologie était justifié, depuis Wolf et Humboldt, par le fait qu’elle incarnait le projet général de la Bildung. Or, ce projet trouvait sa traduction pratique et sa raison d’être sociale dans les réformes des collèges et lycées (Gymnasium). Dans le processus de transmission des connaissances vers le monde des lycées, la philologie occupait, selon la théorie néo-humaniste de la Bildung, une position centrale. De même que la formation des professeurs dans les séminaires ne se faisait pas par l’enseignement de recettes pédagogiques, mais à travers leur initiation dans la communauté de la Wissenschaft dont ils devenaient des membres à part entière, de même la formation des élèves au lycée n’était pas conçue comme l’acquisition de connaissances positives, immédiatement utiles pour la vie quotidienne, mais comme un projet éducatif global visant à l’autonomie du sujet cultivé. Pour Humboldt, « l’objectif de l’enseignement est l’exercice des capacités et l’acquisition des savoirs indispensables à l’intelligence et à la maîtrise scientifiques » (wissenschaftliche Einsicht und Kunstfertigkeit). L’élève est ainsi « doublement occupé, à la fois par l’apprentissage à proprement parler et par l’apprentissage de l’apprentissage42 ». Ce dédoublement pédagogique reproduisait l’unité de la science et de l’idéal éducatif. Transportée dans l’exercice didactique de l’école, la philologie réussit, par ses méthodes de lecture, à diriger un processus de formation susceptible d’engendrer chez les élèves l’aptitude à la réflexion innovante. C’est parce qu’elle préparait à la fois à la science et à l’idéal de l’individu accompli qu’elle a pu devenir la matière centrale du Gymnasium. Et, en retour, cet ancrage fort dans l’enseignement secondaire confortait sa position dominante à la faculté de philosophie, lui assurait les faveurs et les ressources financières de l’État. La place prééminente des études classiques dans le système scolaire allemand, dont le Humanistisches Gymnasium constitue la pointe jusqu’à aujourd’hui, a assuré à la philologie une diffusion culturelle large, même si, au plus tard au tournant du xxe siècle, le lien avec l’ancien idéal néo-humaniste s’est disloqué.

  • 43 Voir à ce sujet M. Werner, « Literaturarchive und Kanonisierung », in M. Espagne, K. Middell, M. Mi (...)
  • 44 Il est vrai que ces entreprises éditoriales de longue haleine peuvent apparaître aujourd’hui, aux y (...)

29Le troisième terrain est celui des effets de structuration à long terme produits dans un ensemble de disciplines universitaires. Un premier sous-groupe comprend celles qui se consacrent à l’étude des « aires culturelles », notamment non-européennes. Indologie et sinologie, japonologie, égyptologie, arabistique et « judaïstique », bref les études de toutes les cultures étrangères à forte tradition écrite, ont été et restent toujours marquées, en Allemagne, par l’approche philologique. Ces disciplines se sont développées à la grande époque de la philologie qui a façonné leurs perspectives de recherche et leurs méthodes, constellation qui a entraîné un intérêt particulier pour les productions écrites, les langues, les religions, les régimes juridiques et les faits ethnographiques, au détriment des thématiques politiques et économiques ainsi que des problématiques induites par la colonisation. Les visions des sociétés étrangères qu’elles ont produites procèdent de cette tension, constitutive de l’approche philologique, entre la totalisation d’une culture, considérée dans son évolution diachronique, et le souci des textes, dont il convient de restituer, à travers un travail minutieux sur les détails, l’épaisseur historique. Au second sous-groupe appartiennent les disciplines qui ont pour objet les littératures modernes et contemporaines. Ici encore, l’héritage philologique se fait toujours sentir, à travers le poids d’institutions comme les archives littéraires43 ou de grandes entreprises scientifiques comme les éditions historico-critiques consacrées aux auteurs majeurs de la littérature nationale qui mobilisent, sur plusieurs décennies, des ressources importantes en moyens et en chercheurs. Les projets d’édition ne concernent, au demeurant, pas seulement les écrivains. Les grandes œuvres philosophiques, de Leibniz à Cassirer en passant par Kant, Hegel, Schelling et Husserl, ainsi que certains auteurs relevant des sciences sociales (Max Weber, Marx, Ernst Troeltsch) ont également fait l’objet d’immenses efforts éditoriaux soutenus par les institutions et organismes de recherche. En cela, les Historisch-kritische Gesamtausgaben en cours illustrent le caractère transversal d’une culture philologique restée vivante et procurant des légitimités académiques reconnues tant par les milieux universitaires que par la société dans son ensemble44.

30C’est, en fait, cette transversalité d’une culture philologique qui, en liaison avec la problématique de l’historisme qui la croise, constitue encore aujourd’hui un signe distinctif du champ des sciences humaines et sociales en Allemagne. Mais du fait de ses liens avec le processus de sécularisation de la société et avec la problématique de la nation culturelle, l’histoire de la philologie dépasse en même temps le cadre d’une histoire des disciplines au sens étroit. Elle montre que l’organisation disciplinaire des savoirs, leur institutionnalisation et leur transmission ne peuvent être séparées des dynamiques politiques et culturelles qui les structurent en même temps que la discipline réinjecte constamment ses productions scientifiques dans la culture et la société dont elle est issue. Pris sous cet angle, le cas limite de la philologie en Allemagne illustre donc, précisément par ce qu’il a d’exceptionnel, une caractéristique fondamentale du concept de discipline, qu’une approche en termes de différenciation ou de théorie des systèmes risque de passer sous silence. Une vision simplement interne ou différentielle de la structuration des savoirs risque de produire des déformations tant qu’elle n’est pas complétée par une approche socio-historique qui interroge le caractère historiquement et socialement situé des processus d’organisation en question. Ce caractère situé ne concerne pas uniquement les conditions socio-politiques d’émergence et d’évolution des disciplines. Il renvoie également aux catégories analytiques mises en œuvre ainsi qu’à la constitution du regard spécifique que le chercheur porte sur l’objet. Par là même, il induit des transformations qui modifient les configurations des savoirs dans leur ensemble. L’objet « discipline » se trouve ainsi pris dans un double processus : de démultiplication, à travers la variation des configurations historiques, et de réintégration, en raison de la nécessité de préserver un noyau unificateur porteur de généralisations possibles.

  • 45 Ainsi dans le célèbre pamphlet d’Agathon (i. e. Henri Massis et Alfred de Tarde), L’esprit de la No (...)
  • 46 Ibid., p. 87 et p. 36. On peut également renvoyer à P. Lasserre, La doctrine officielle de l’Univer (...)
  • 47 Ajoutons que, de l’autre côté, les philologues allemands voyaient avec une certaine condescendance (...)

31Davantage que d’autres cas d’espèce, l’exemple de la philologie ouvre enfin sur les problèmes d’une histoire transnationale des disciplines. À cet égard, il soulève d’abord la question du découpage horizontal des savoirs académiques à l’intérieur d’un espace national. Tout en portant des appellations homologues, qui renforcent l’apparence d’unité supra-nationale, les disciplines recouvrent en fait des territoires dont les frontières varient, plus ou moins fortement, d’une tradition nationale à l’autre. Mais le cas de la philologie illustre aussi la stratification verticale des formations disciplinaires et les hiérarchisations et imbrications spécifiques qui en découlent. L’effet en profondeur, marquant l’ensemble des sciences humaines et sociales, que la philologie a exercé en Allemagne ne trouve pas d’équivalent en France, où l’organisation des savoirs académiques a été dominée, d’une part, par l’opposition ancienne entre lettres et sciences et, de l’autre, par une culture littéraire normative, réfractaire à l’historicisation et à une approche critique mettant en question la tradition telle qu’elle était transmise. La philologie montre ainsi qu’une histoire transnationale des disciplines fait fausse route quand elle se limite à une comparaison terme à terme. Elle doit tenir compte au contraire des distributions propres à chaque espace national et des interactions internes qui les structurent. Elle doit intégrer, d’autre part, les effets des contacts, les transferts, et aussi les rejets qui s’opèrent à l’échelle transnationale entre des configurations généralement asymétriques. À nouveau, il faut prendre en considération les liens multiples qui font interagir les problématiques scientifiques « désintéressées », les enjeux sociaux et les interprétations politiques propres à une conjoncture historique particulière. Ainsi on observe que si la philologie a été rejetée en France après 1880, elle ne l’a pas seulement été en raison des différences d’approche qu’elle proposait dans l’étude des textes. Elle a également été victime du fait qu’elle était considérée par une frange importante des milieux intellectuels, dans la situation de rivalité franco-allemande des décennies qui ont précédé la Première Guerre mondiale, comme l’émanation la plus pure d’un esprit « germanique » qui risquait de menacer la civilisation française, c’est-à-dire la civilisation tout court : l’Allemagne était suspectée de vouloir soumettre l’Université française, par le biais de la Nouvelle Sorbonne, à la loi du stemma45. Les « empiétements de la philologie » paraissaient mettre en cause la capacité du génie français de s’élever, dans une langue claire, à des idées générales. Et les « laboratoires de philologie » étaient qualifiés d’« ateliers de manipulations scientifiques » où l’on s’employait à subvertir l’intelligence intuitive de l’esprit français46. Il est vrai qu’à travers la polarisation franco-allemande se jouent aussi, et peut-être surtout, des conflits internes aux milieux universitaires français47. Mais ceci ne fait que confirmer que dimensions nationale et transnationale sont intimement imbriquées.

  • 48 Sur le plan empirique, une étude sur la réception du modèle philologique allemand en Europe central (...)

32Ainsi, plus qu’une approche à l’échelle nationale, l’histoire transnationale des disciplines tend à rendre labile la notion même de discipline, dont les contours deviennent plus flous. En même temps, en faisant apparaître des décalages spécifiques ainsi que des logiques d’appropriation et d’insertion dans des champs intellectuels et sociaux plus vastes, elle produit des éclairages susceptibles d’enrichir cette même notion et de lui restituer davantage d’épaisseur historique. En ce sens, l’enquête sur le moment philologique des sciences historiques en Allemagne n’instruit pas seulement la réflexion sur l’organisation systématique des savoirs. Elle ouvre également l’horizon d’une interrogation sur les outils analytiques qui permettent de penser cette organisation, ainsi que sur les présupposés qui les structurent en amont. Ce faisant, elle réintroduit la question, fondamentale, de la construction du point de vue sur l’objet. Selon que l’on se place dans l’une ou l’autre tradition nationale ou qu’on adopte une position qui interroge les croisements et imbrications, l’objet non seulement se déplace, mais encore se révèle être pris dans un réseau d’interrelations qui en modifie certaines caractéristiques. L’objet « philologie » se complexifie en même temps que les différents champs disciplinaires dans lesquels il s’inscrit. L’enquête fait apparaître, enfin, les intersections entre les mondes académiques et la sphère du politique. Ici aussi, le simple constat de recoupements est rapidement dépassé. À partir du moment où l’analyse pointe vers les interdépendances et les effets que celles-ci exercent sur les éléments en présence, elle fait ressortir des dynamiques qui affectent les partages traditionnels et les logiques classificatoires qui les soutiennent. Si, dans toute une série de pays, la philologie peut tout à la fois s’imposer par la scientificité de ses procédures et imprégner, de par sa position transversale, l’ensemble de la culture, elle le doit précisément au fait qu’elle constitue une ressource primordiale du processus de construction de la nation48. Dans d’autres traditions nationales, où ce lien est faible ou n’existe pas, elle entre néanmoins dans le jeu par le biais des transferts et des appropriations ou rejets dont les transferts sont porteurs. Réceptions positives et « négatives » sont ici directement couplées, les dispositifs d’accueil ou de traduction tout comme les lignes de défense relevant autant de l’ordre scientifique que de l’ordre politique. Ainsi, les sphères politique et académique agissent-elles l’une sur l’autre, tout en se recomposant sous l’effet même de leur interaction.

Notes

1 On pourrait certes nuancer le propos en signalant le lien entre l’histoire du Moyen Âge et la philologie des textes médiévaux, ou encore le fait que la IVe Section de l’École pratique des hautes études maintient son intitulé « historique et philologique ». Mais si l’un et l’autre renvoient au contexte d’importation de la philologie allemande au xixe siècle, ils ne changent rien au statut marginal de la philologie dans le champ académique.

2 La littérature sur l’histoire de la philologie en Allemagne est abondante. Voir en particulier : C. Bursian, Geschichte der classischen Philologie in Deutschland von den Anfängen bis zur Gegenwart, Munich, Oldenbourg, 1883 ; F. Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts in Deutschland, 2 vol., 3e éd., Leipzig, Veit, 1919-1921 (1re éd. 1885) ; A. Hentschke & U. Muhlack, Einführung in die Geschichte der Klassischen Philologie, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1972 ; D. Kopp & N. Wegmann, « Die deutsche Philologie, die Schule und die Klassische Philologie. Zur Karriere einer Wissenschaft um 1800 », in J. Fohrmann & W. Vosskamp, eds, Von der gelehrten zur disziplinären Gemeinschaft, n° hors série de Deutsche Vierteljahrschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, Stuttgart, Metzler, 1987, p. 123*-151* ; A. Horstmann, « Philologie », in J. Ritter, ed., Historisches Wörterbuch der Philosophie, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1976 sq., t. VII (1989), c. 552-572 ; pour un point de vue français, voir B. Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989.

3 Article « Philologie », in Großes und vollständiges Universal-Lexicon aller Wissenschaften und Künste, Halle, Zedler, ici t. XXVI, 1741, c. 1985-1986.

4 Pierer’s Universal-Lexikon der Vergangenheit und Gegenwart oder neuestes encyclopädisches Wörterbuch der Wissenschaften, Künste und Gewerbe. Vierte, umgearbeitete und stark vermehrte Auflage, Altenburg, Pierer, 1857- 1865, ici t. XIII, 1861, p. 65-69.

5 On peut aussi penser ici à l’influence de la tradition judaïque d’exégèse des textes qui s’est ajoutée aux pratiques protestantes.

6 Cf. P. Schwartz, « Die Gründung der Universität Berlin und der Anfang der Reform der höheren Schulen im Jahre 1810 », Mitteilungen der Gesellschaft für deutsche Erziehungs- und Schulgeschichte, 20, 1910, p. 151 sq.

7 Le séminaire de Göttingen avait jusqu’à la fin du xviiie siècle un statut privé, indépendant de l’université.

8 Voir l’article sur Heyne de C. Bursian, in Allgemeine Deutsche Biographie, Leizpig, Duncker & Humblot, 1875-1912, t. XII, 1880, p. 375-378.

9 F. A. Wolf, Darstellung der Alterthumswissenschaft nach Begriff, Umfang, Zweck und Werth, Berlin, Realschulbuchhandlung, 1807, p. 87.

10 On relève ici l’une des premières distinctions entre « Zivilisation » et « Kultur », associée à la hiérarchisation propre du Bildungsbürgertum allemand, qui place les valeurs intérieures au-dessus des réalités sociopolitiques. Mais cette différenciation reste isolée à l’époque.

11 Cf. son cours Vorlesung über die Encyclopädie der Alterthumswissenschaften, édité en 1831 à titre posthume par son élève J. D. Gürtler chez Lehnhold à Leipzig.

12 Voir A. Boeckh, Encyclopädie und Methodologie der philologischen Wissenschaften, Leipzig, Teubner, 1877 (éd. établie par son élève E. Bratuscheck).

13 À propos du rapport entre philologie et histoire voir U. Muhlack, « Zum Verhältnis von Klassischer Philologie und Geschichtswissenschaft im 19. Jahrhundert », in H. Flashar et al., eds, Philologie und Hermeneutik im 19. Jahrhundert. Zur Geschichte und Methodologie der Geisteswissenschaften, t. 1, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1979, p. 225-239 ; Id., « Historie und Philologie », in H. E. Bödecker et al., eds, Aufklärung und Geschichte. Studien zur deutschen Geschichtswissenschaft im 18. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1986, p. 49-81 ; P. Judet de la Combe, « Philologie et histoire », in A. Burguière, ed., Dictionnaire des sciences historiques, Paris, Presses universitaires de France, 1986, p. 509-513.

14 Sur le lien, pour la philologie classique, entre enseignement secondaire et supérieur, voir D. Kopp & N. Wegmann, « Die deutsche Philologie, die Schule und die Klassische Philologie… ».

15 W. von Humboldt, « Über das Studiem des Alterthums, und des griechischen insbesondere » [1793], in Werke in fünf Bänden, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 4e éd., 1986, t. II, p. 1-24, en particulier p. 23.

16 Verein deutscher Naturforscher und Ärzte, créée par Lorenz Oken en 1821.

17 L’histoire et la sociologie de la Versammlung deutscher Philologen und Schulmänner restent encore à écrire.

18 F. G. Welcker, « Über die Bedeutung der Philologie », in Verhandlungen der Vierten Versammlung deutscher Philologen und Schulmännner in Bonn 1841, Bonn, 1842, p. 42 sq.

19 Cf. l’article « Philologie » du Brockhaus (Brockhaus’ Konversations-Lexikon, nouvelle éd., Leipzig, Brockhaus, t. XIII, 1904, p. 95-96).

20 Voir J. Dolch, Lehrplan des Abendlandes. Zweieinhalb Jahrtausende seiner Geschichte, Ratingen, Henn, 1959.

21 Voir C. Lehmann, Die Auseinandersetzung zwischen Wort- und Sachphilologie in der deutschen klassischen Altertumswissenschaft des 19. Jahrhunderts, thèse, Berlin, Université Humboldt, 1964, multigr.

22 L’opposition entre les « mots » et les « choses » a également joué un rôle important dans l’histoire de l’ethnologie allemande. Voir à ce sujet B. Rupp-Eisenreich, « La leçon des mots et des choses. Philologie, linguistique et ethnologie (de August Boeckh à Heymann Steinthal) », in M. Espagne & M. Werner, eds, Philologiques I. Contribution à l’histoire des disciplines littéraires en France et en Allemagne au xixe siècle, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1990, p. 365-391.

23 À propos de la controverse Hermann-Boeckh voir E. Vogt, « Der Methodenstreit zwischen Hermann und Boeckh », in H. Flashar et al., eds, Philologie und Hermeneutik im 19. Jahrhundert. Zur Geschichte und Methodologie der Geisteswissenschaften I, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1979, p. 103-121. On notera que l’opposition entre Leipzig et Berlin se retrouve chez les spécialistes de philologique germanique, à propos des Nibelungen, mais avec une distribution inversée, les tenants de la critique textuelle autour de Lachmann étant implantés à Berlin, alors que les représentants d’une histoire littéraire englobante officiaient à Leipzig. Cf. R. Kolk, Berlin oder Leipzig ? Eine Studie zur sozialen Organisation der Germanistik im « Nibelungenstreit », Tübingen, Niemeyer, 1990.

24 G. Hermann, Dissertatio de officio interpretis, Leipzig, Starius, [1834].

25 G. Hermann, Ueber Herrn Professor Böckhs Behandlung der griechischen Inschriften [1826], cité d’après E. Vogt, « Der Methodenstreit », p. 115.

26 H. Paul, « Begriff und Aufgabe der germanischen Philologie », in Id., ed., Grundriß der germanischen Philologie, Strasbourg, Trübner, t. 1, 1891, p. 1-8.

27 H. Usener, Philologie und Geschichtswissenschaft, Bonn, Cohnen, 1882.

28 U. von Wilamowitz-Möllendorff, « Philologie und Schulreform », in Reden und Vorträge, Berlin, Weidmann, 1901, p. 97-119.

29 Sur l’opposition entre science et Bildung, dans une perspective de théorie des systèmes, voir N. Wegmann, « Was heißt einen “klassischen Text” lesen ? Philologische Selbstreflexion zwischen Wissenschaft und Bildung », in J. Fohrmann & W. Voßkamp, eds, Wissenschaftsgeschichte der Germanistik im 19. Jahrhundert, Stuttgart, Metzler, 1994, p. 334-450.

30 On notera que la réflexion épistémologique de Max Weber porte précisément sur une nouvelle articulation entre les sphères de la science et des valeurs.

31 Voir S. Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”. Die deutsche Orientalistik im 19. Jahrhundert, Stuttgart, Franz Steiner, 2004.

32 Pendant les premières décennies, les réunions annuelles de la DMG se tiennent parallèlement à celles de la Versammlung deutscher Philologen und Schulmänner.

33 Aussi, Boeckh souligne-t-il de son côté la proximité de toutes ces philologies réunies sous le toit commun de la philologie classique. Voir A. Boeckh, « Von der Philologie, insbesondere der klassischen, in Beziehung zur morgenländischen, zum Unterricht und zur Gegenwart », in Gesammelte kleine Schriften, Leipzig, B. G. Teubner, 1859, p. 183-199 (il s’agit d’une conférence donnée à l’occasion de la onzième réunion de la Versammlung deutscher Philologen und Schulmänner en 1850 à Berlin).

34 Sur l’histoire des philologies modernes cf. M. Werner, « À propos de la notion de philologie moderne. Problèmes de définition dans l’espace franco-allemand », in M. Espagne & M. Werner, Philologiques I., p. 11-22.

35 Halle en 1787 a vu se créer le second, sous l’impulsion de Wolf. Vers 1830, toutes les universités allemandes et, en 1849, les universités autrichiennes, elles aussi, étaient dotées de séminaires de philologie.

36 F. A. Wolf, « Instruction für den Direktor des philologischen Seminariums in Halle von 9. März 1788 », cité par J. F. J. Arnoldt, Friedrich August Wolf in seinem Verhältnisse zum Schulwesen und zur Paedagogik, Braunschweig, Schwetschke, 1861-1862, vol. i, 1861, p. 255.

37 Sur les séminaires voir aussi M. Werner, « L’École normale : un séminaire à l’allemande ? », in M. Espagne, ed., L’École normale supérieure et l’Allemagne, Leipzig, Universitätsverlag, 1995, p. 77-88

38 Le premier à Marburg (1812), suivi de ceux de Königsberg (1834), Halle (1839), Göttingen (1850) et Berlin (1861).

39 Königsberg (1832), Breslau (1843). La plupart des universités se dotent d’un séminaire d’histoire seulement après 1860.

40 Cf. U. Meeves, « Die Gründung germanistischer Seminare an den prueßischen Universitäten (1875-1895) », in J. Fohrmann & W. Vosskamp, eds, Von der gelehrten zur disziplinären Gemeinschaft, p. 69*-122*.

41 Voir à ce sujet G. Schubring, « Spezialschulmodell versus Universitätsmodell : die Institutionalisierung von Forschung », in G. Schubring, ed., “Einsamkeit und Freiheit” neu besichtigt. Universitätsreformen und Disziplinenbildung in Preußen als Modell für Wissenschaftspolitik im Europa des 19. Jahrhunderts, Stuttgart, Franz Steiner, 1991, p. 276-326.

42 W. von Humboldt, Werke in fünf Bänden, t. IV, p. 169-170.

43 Voir à ce sujet M. Werner, « Literaturarchive und Kanonisierung », in M. Espagne, K. Middell, M. Middel, eds, Archiv und Gedächtnis. Studien zur interkulturellen Überlieferung, Leipzig, Universitätsverlag, 2000, p. 137-155.

44 Il est vrai que ces entreprises éditoriales de longue haleine peuvent apparaître aujourd’hui, aux yeux de beaucoup de jeunes chercheurs, comme des dinosaures appartenant à une époque révolue. Mais pour les disciplines de sciences humaines tout comme pour les institutions de recherche, elles constituent toujours des enjeux considérables.

45 Ainsi dans le célèbre pamphlet d’Agathon (i. e. Henri Massis et Alfred de Tarde), L’esprit de la Nouvelle Sorbonne, Paris, Mercure de France, 1911.

46 Ibid., p. 87 et p. 36. On peut également renvoyer à P. Lasserre, La doctrine officielle de l’Université, Paris, Garnier, 1912 (je dois à Jacques Revel la référence à cet ouvrage qui illustre parfaitement ce type d’argumentaire). Pour la dimension politique de ces transferts, le livre de Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, 1870-1914, Paris, Presses universitaires de France, 1959, reste incontournable.

47 Ajoutons que, de l’autre côté, les philologues allemands voyaient avec une certaine condescendance les efforts des Français pour s’élever au niveau d’une véritable recherche philologique. Cf. par exemple G. Gröber, Grundriss der romanischen Philologie, Strasbourg, 2e éd., Trübner, 1904, t. I, p. 180 (1re éd. 1888-1902).

48 Sur le plan empirique, une étude sur la réception du modèle philologique allemand en Europe centrale et orientale reste encore à faire. Ses résultats contribueraient, de toute évidence, à compléter notre enquête.

Notes de fin

1 Je remercie les participants de la journée d’études, organisée à Marseille en janvier 2001, pour les observations et remarques constructives qu’une première présentation de cette contribution a suscitées. J’ai, en outre, contracté une dette de reconnaissance particulière envers mon ami Jacques Revel, qui a soumis la version écrite à une lecture attentive et critique.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search