Version classiqueVersion mobile

Qu’est-ce qu’une discipline ?

 | 
Jean Boutier
, 
Jean-Claude Passeron
, 
Jacques Revel

II

La discipline en perspective. Le système des sciences à l’heure du spécialisme (xixe-xxe siècle)

Discipline in perspective. The system of sciences in the age of specialism (19th-20th century)

Claude Blanckaert

Résumé

En parité de vue avec la sociologie du champ scientifique, l’usage dominant de la notion de « discipline » présente bien des paradoxes historiques. À la différence, en effet, du langage des spécialités qui se généralise au xixe siècle, la discipline ne se réduit pas au seul plan d’objets qui la distingue en l’identifiant. Le mot lui-même ne paraît guère dans les écrits scientifiques avant la Première Guerre mondiale. Tout indique qu’il correspond à un type d’organisation professionnelle de la recherche ignoré encore à l’âge du positivisme. Sa diffusion témoigne du poids croissant des structures d’évaluation, de l’encadrement universitaire et des codes techniques dans la production des savoirs. De fait, le dispositif disciplinaire moderne désavoue le modèle naturaliste d’un ordre phénoménal préétabli, différencié et sécable. Dans son cadre d’examen, l’activité de connaissance n’équivaut pas à la découverte du monde naturel mais à une construction d’objets problématiques. C’est une dynamique de création ordonnée à un projet, à des programmes pratiques, etc., et non une condition d’accès à la « nature » des choses. Dès lors, la distribution des disciplines n’est plus gagée sur leurs « rapports naturels » ou des classements logiques. L’archéologie du thème nous montre qu’elles évoluent avec le système qui les associe, un système que le sociologue R. Stichweh a nommé l’autopoiesis de la science et dont il convient d’interroger tant la périodisation que les présupposés.

Texte intégral

1Pour l’historien, la « discipline » est un objet problématique, voire embarrassant. C’est une catégorie construite et certainement tardive. Hormis ses acceptions religieuses ou militaires, le mot est rare dans la littérature scientifique française avant le xxe siècle. Et aujourd’hui même, rien n’indique qu’il ait gagné force d’implantation dans le langage courant. La « discipline » appartient en effet au lexique usuel, plutôt réservé, des professionnels de la recherche quand l’idée de « science » garde toute sa faveur médiatique. La « science » et la « discipline » représentent certainement pour les usagers deux facettes d’un même instrument du pouvoir culturel. Mais il serait peu dire qu’elles s’équivalent ou que l’une souligne les avancées théoriques quand l’autre s’accorde au registre prosaïque d’une consécration universitaire.

2Cette complémentarité reste toutefois bonne à penser. Face publique, la « science » évoque un trésor de connaissances. Elle renvoie au progrès comme à l’enchaînement d’un savoir du monde. Par contraste, la « discipline » ressortit au métier du chercheur, aux modalités matérielles d’un travail, à des programmes pratiques qui sont inscrits dans l’appareil de production sociale et qui n’échappent, pas plus qu’un bilan d’entreprise, à des critères de rendement ou d’évaluation. L’une serait donc la condition nécessaire de l’autre, sans que leur lien fût réellement explicite.

  • 1 Le Monde, 20-21 avril 1980, p. 8.

3Aussi bien, le savoir semble-t-il exempté du soupçon de « crise » quand les « disciplines » sont régulièrement traversées d’épisodes de turbulence, d’incertitude. En 1980, par exemple, à la suite d’un rapport alarmiste émanant de l’Association française des anthropologues, le quotidien Le Monde titrait : « L’anthropologie doit devenir une discipline à part entière1 ». Comme ce domaine d’enquête existe depuis un bon siècle, on conçoit que cette formule corporative ne questionne pas la substance d’une érudition mais la forme académique (contrariée) de son développement. Autrement dit, la « science » ne saurait valoir ou prospérer sans assises universitaires ni moyens financiers, sans tutelle politique dispensatrice d’autorité et de reconnaissance. La question d’un statut « disciplinaire » paraît donc, indistinctement, d’exercice, de reproduction et de « crédit », dans les deux sens du terme.

4Principe d’ordre et de structuration du « champ scientifique », la discipline n’en est pas moins récente au regard des critères qu’on lui applique ordinairement. Son histoire ne nous fait pas remonter fort loin dans le temps. À travers des formes standardisées de publication et de recherche collective, la multiplication des liens intellectuels a engendré une division du travail dont l’exercice des sciences, au xixe siècle encore, ne donne pas l’image. Elle dépend donc d’une masse critique de chercheurs. Mais pas seulement. Durant la majeure partie du xixe siècle, une conception unitaire de la science domine toujours la division des spécialités. La quantité des travaux n’est pas décisionnelle face aux perspectives régnantes de ce qui est fin ou moyen en matière scientifique. À l’époque du positivisme, le spécialisme suscite des jugements ambivalents. La spécification de l’objet et la concentration sur l’un des aspects de la « réalité » sont jugées à la fois fécondes en résultats et… stérilisantes. Le savant à l’ancienne fait place avec un évident regret au « professeur ». La logique disciplinaire fait effectivement peu de cas de la Science majuscule.

5Sous-jacente, une question d’épistémologie traversera ce propos. Après un rappel succinct des discours tenus sur la « discipline » dans le microcosme académique, je la distinguerai du partage des « spécialités » qui se précise au xixe siècle pour interroger, de manière réflexive, l’émergence d’un « système scientifique moderne » de trompeuse familiarité.

Une logique d’appareil

6La discipline est devenue au xxe siècle une grille référentielle pour diagnostiquer déclin ou vitalité d’un domaine, pour dresser l’état des lieux et prévoir les réformes structurelles à venir. Il n’est donc pas sans logique que le mot ait une résonance professionnelle immédiate, ignorée du profane. À l’occasion d’un « débat » proposé en 1999 par la Lettre du département des sciences de l’homme et de la société, organe de liaison des chercheurs du CNRS, Gérard Lenclud ouvrait le dossier récurrent, presque constitutif à force de répétition, de ce qu’il est convenu d’appeler la « crise » de l’anthropologie. L’article est concis, technique. Conformément à son support comme à ses destinataires, il parle d’un métier, de ses mutations et du malaise des praticiens. En quatre pages interrogatives, l’auteur utilise trente-deux fois le substantif « discipline » (ou son dérivé « sous-discipline ») sans autre allusion à la « science ». Celle-ci paraîtra seulement, en quelques paragraphes, sous sa forme épithète (« éducation scientifique », « contexte scientifique », etc.) et, pour mieux affirmer une prise de distance, Gérard Lenclud précise bien qu’en raison du principe d’incertitude, une « politique scientifique », ainsi nommée, « n’en est évidemment pas scientifique pour autant ».

  • 2 G. Lenclud, « Questions sur l’anthropologie », Lettre du département des sciences de l’homme et de (...)

7« Ouvrons ici une parenthèse pour rappeler un fait d’évidence. Si crise de l’anthropologie il y a, la crise est évidemment de nature disciplinaire. Un savoir ne saurait être en crise ; seule une discipline peut l’être ou un milieu scientifique ; ce n’est pas la même chose2. » On ne saurait mieux conclure qu’à notre époque, l’inflation critique sur le langage disciplinaire modifie la perception sociale, personnelle et collective, de l’activité tenue pour scientifique. D’héritage scolaire, la perspective du grand public est spontanément tournée vers des résultats tangibles, une somme de « vérités » thésaurisées, disponibles et presque intemporelles. Peu importent alors les conditions de leur fabrique ou de leur découverte.

8Le regard paradoxalement éloigné du professionnel tient à d’autres considérations. Il se projette dans le futur. Les aléas d’une discipline, la démographie des personnels, le renouvellement des hommes et des problématiques lui font observatoire. Sans transmission didactique, la science se perd. L’art qu’elle implique suppose le nombre, l’apprentissage et la « discipline » sévère, règles et opérations s’avérant à la fois indéclinables et révisables en fonction de la recherche en acte. Aussi bien, l’évidence alléguée par Gérard Lenclud est sauve : un savoir (vivant, efficace, porteur de développements inédits…) n’existe qu’organisé en discipline. Sous cette clause, qui définit en propre un territoire et une identité, il est agréé. Il importe encore, pour sa durée, que la communauté scientifique préserve ses acquis et réalise un accord minimal sur ses principes, méthodes et concepts opératoires. C’est pourquoi la quête du consensus, la stabilisation des normes épistémologiques comme le bilan des réalisations (en termes d’audience intellectuelle, de recrutement, de classement international) occupent la meilleure part du discours interne au milieu concerné.

Des champs et des pratiques

  • 3 D. Pestre, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux (...)

9L’écart s’avère alors manifeste entre l’opinion courante, qui garde une image presque patrimoniale de la culture savante, et le cercle des chercheurs de pointe qui redéfinissent incessamment enjeux et « questions vives » de la science en marche. Pour ces derniers, la science est plurielle, son épistémologie « régionale ». Une équation disciplinaire complexe s’est donc substituée au concept surdéterminé, abstrait et faussement homogène de la Science. Alors que cette dernière est habituellement valorisée comme activité transcendante de l’esprit, sociologues et historiens entendent parler des « disciplines » comme domaines de recherche, sans autre préalable axiologique ni recours à un modèle univoque de scientificité. Le gage d’une rationalité éternelle a cessé d’orienter l’interprétation. « Il est préférable », écrit par exemple Dominique Pestre, « d’abandonner la catégorie de “Science”, avec tout ce que celle-ci véhicule de réification, et de parler plutôt de champs disciplinaires et de pratiques matérielles et cognitives multiples3. »

  • 4 Le mot est de Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Minuit, 1984, p. 159.
  • 5 M. Foucault, Dits et écrits, 1954-1988, éd. par D. Defert, F. Ewald, J. Lagrange, Paris, Gallimard, (...)

10L’« effet de science4 » ayant perdu sa force probatoire spontanée, l’élément humain, l’acteur collectif en situation, a pris l’avantage sur le simple processus d’acquisition cumulative des connaissances. Ce que font concrètement les scientifiques a aujourd’hui plus d’importance que ce qu’ils disent, écrivent ou simplement découvrent. L’examen procédurier, en termes de règles, contrôle, rituels et codes techniques (en somme, le modus operandi d’un métier) satisfait aux conditions tacites d’une « société de normalisation5 » où tout semble soumis au classement, à l’administration, à la police des mœurs et des discours. Le dispositif « disciplinaire » de la recherche scientifique constituerait, pour tout dire, un sous-système accordé aux mécanismes de régulation d’ensemble de la société moderne.

  • 6 P. Bourdieu, « Le champ scientifique », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 2-3, 1976, p. 8 (...)

11Michel Foucault l’affirmait. Nombre de travaux socio-historiques font plus que l’évoquer. Tel que le décrivait Pierre Bourdieu, le « champ scientifique » semble régi par la contrainte de « corps », la lutte de positions, les intérêts de groupes et la dialectique cruelle de la domination et de la subordination sociale. Le champ considéré étant lui-même concurrentiel et stratifié, il serait inconséquent d’en présupposer l’uniformité sans reproduire le discours convenu sur l’éthos de la science, formule idéalisée du désintéressement. De fait, remarque Bourdieu, il se structure et s’individualise selon le principe des champs disciplinaires : « Il y a, à chaque moment, une hiérarchie sociale des champs scientifiques – les disciplines – qui oriente fortement les pratiques et tout particulièrement les “choix” de vocation – et à l’intérieur de chacun d’eux, une hiérarchie sociale des objets et des méthodes de traitement6. »

12Au gré des appropriations communes, la « discipline » est devenue une unité d’analyse, supplétive, avant toute définition pertinente, d’un concept de « science » jugé indéterminé, extensif et presque incompréhensible. Mais a-t-on fait mieux que de substituer un mot à un autre ? La chose en est-elle décidée par cette seule invocation ? Autrement dit, ne risque-t-on pas, à tout instant, de faire de la « discipline » une norme standardisée du travail scientifique et de restaurer, sous l’apparence d’un néologisme transhistorique, la plus conformiste des épistémologies ?

Historiciser la catégorie de « discipline »

13Certes, le terme « science » a paru trop vague pour faire droit à la diversité des démarches concrètes impliquées, par exemple, par une résolution d’équation, une expertise médico-légale ou un terrain ethnographique. Mais il faut, réciproquement, toute la ferveur d’une pétition de principe pour voir dans le Discours sur l’origine de l’inégalité de Rousseau un monument pérenne de l’histoire de l’« ethnologie ». Il faut beaucoup d’ostentation pour intégrer les Principes de philosophie de Descartes dans le corpus choisi de l’histoire de la « physique ». Nombre de manuels vieillis en histoire « disciplinaire » des sciences reproduisent ces poncifs et n’hésitent guère à fonder dans une préhistoire sans âge la spécificité des questionnements actuels.

14C’est justement d’avoir dépassé ce plan de clivage commode que tirent argument les historiens des sciences pour présenter le « système » disciplinaire des savoirs comme un trait de modernité sans précédent. La notion de système porte l’accent sur la globalité d’un phénomène plutôt que sur le développement contrasté de telle ou telle subdivision atomisée. D’ailleurs, si le processus formel de spécialisation ou « disciplinarisation » du milieu académique reste l’inconnue du problème, son résultat escompté ne peut constituer un préalable de l’enquête historique.

15Aux xviie et xviiie siècles, notamment, la « philosophie naturelle » combine excellence mathématique, méthode expérimentale et « vision » religieuse du monde sans affecter les contours traditionnels d’une « discipline », quel qu’en soit le sens. La notion de « science », celle euphémisée de « savoir » qu’affectionnait Foucault n’en disent pas même la valeur explicative universelle. La « philosophie naturelle » articule divers savoirs relevant du monde de l’esprit comme du monde des choses. Elle en est surtout l’englobant, le corps des principes. Et qu’on y voit à la manière ancienne une « conception générale de la nature » ou, à la manière nouvelle, un langage véhiculaire soutenant la possibilité d’échanges intellectuels dans la république savante, elle se coulerait avec difficulté au moule disciplinaire.

  • 7 G. Gusdorf, De l’histoire des sciences à l’histoire de la pensée, Paris, Payot, 1977, p. 305.
  • 8 Ibid., p. 12.
  • 9 D. Pestre, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences… », p. 495.

16De la « science » à la « discipline », la partition des genres est une affaire tardive. Pour invalider les lectures présentistes et rétrospectives, Georges Gusdorf évoquait naguère les mécomptes de leur restitution : « Celui qui n’aurait pas présente à l’esprit cette indivision du champ épistémologique jusqu’à une date récente risque fort de se méprendre sur la signification des recherches, travaux et doctrines des savants et des philosophes7. » Gusdorf soulignait les vertus de la philologie. Il indiquait « combien serait utile une histoire de l’idée de science, seule capable de mettre en lumière les vicissitudes masquées par la permanence du mot8 ». En écho à cette recommandation, Dominique Pestre rappelle encore la nécessité d’« historiciser radicalement la notion de science », d’en poursuivre l’« émergence rhétorique9 ». Un même traitement généalogique s’impose dorénavant pour le concept de « discipline » qui, par sa proximité passive, semble avoir moins éveillé la sagacité des lexicographes.

17Le concept de « discipline » étant soumis, plus que d’autres, à l’avenir de son commentaire, le sens que nous lui donnons doit plus à l’usage qu’à l’étymologie. Mais l’effet de sa présence massive dans les discours contemporains contraste immédiatement avec une absence curieuse, presque inconséquente, dans les textes scientifiques d’hier. Au défaut du mot, quel cadre d’accueil lui substituer qui ne soit ni anachronique ni pré-jugé ? La question soulevée serait-elle de pure distribution (le champ des connaissances) ou de nomination (telle rubrique ancienne soumise à néologisme), elle engagerait déjà toute l’architecture de l’expérience passée, dans ses motifs et ses vraies ressources. Cependant, la projection dans un passé, à la fois proche et autre, de notions telles que la « discipline » nuit plus encore au travail d’objectivation et de périodisation escompté de l’enquête historique.

  • 10 R. Barthes, Le grain de la voix. Entretiens, 1962-1980, Paris, Seuil, 1981, p. 126.

18Il importe donc de revenir à la lettre des discours pour voir comment les savants du temps conçoivent leur activité, ce qui fait ou non « science » pour eux et justifie leur investissement. Quand on parle, par commodité de langage, des « disciplines scientifiques » au siècle des Lumières, l’abus est patent. Il le reste peut-être pour le siècle du positivisme. La stérilité de la traduction trahit son intention. Un exercice utile, réflexif, suppose qu’on suspende ces jugements d’assignation verbale pour retrouver la dimension performative de textes où s’exprime le projet fondateur de sciences nouvelles. Autre manière, dirait Roland Barthes, de libérer les sciences humaines de ce « surmoi de la continuité, un surmoi de l’évolution, de l’histoire, de la filiation, etc.10 ».

Le bien-fondé des fondations

  • 11 M. Daumas, « Préface », in Histoire de la science, Paris, Gallimard, 1957, p. x.

19La discipline appartient à une constellation de termes proches, mais non équivalents, dont la « spécialité » semble aujourd’hui le parangon. Les deux termes peuvent être avantageusement rapprochés. Mieux que l’idée abstraite de « science », ils tiennent la balance égale entre « contenant » et « contenus » des savoirs, ce qui satisfait aux priorités actuelles de l’historiographie, dont le mouvement se porte vers l’institution, l’enseignement, la professionnalisation. Pourtant, la notion de « spécialité » suggère communément une sectorisation de la compétence appropriée à un « objet » plus qu’à des problématiques construites, évolutives. Elle renvoie implicitement, dans son usage historique, à une table des « matières » ou à l’index d’une encyclopédie. La « discipline », en revanche, participe d’une structure sociale de la recherche dont la différenciation et les intérêts de connaissance excèdent toute classification objectale. Ceux-là tiennent à l’état du savoir comme à l’environnement propre au système disciplinaire général, ce qui revient à dire que la spécialité peut a priori valoir pour elle-même quand la discipline détermine sélectivement ses opérations ou ses questions d’actualité en regard du contexte socio-scientifique plus large. Comme l’écrivait Maurice Daumas, « l’histoire des sciences révélerait aux scientifiques et aux techniciens que la science ne s’arrête pas aux frontières de leurs spécialités et que toutes les disciplines scientifiques sont solidaires dans leur destin11 ».

Une question d’outillage linguistique

  • 12 Cf. O. Martin, Sociologie des sciences, Paris, Nathan, 2000, chap. ii.

20Ainsi, la « spécialité » et la « discipline » ne coïncident pas avec le même esprit de « corps ». Dire que l’une et l’autre sont des produits de la division du travail intellectuel n’est pas suffisant. Dans la configuration scientifique moderne, des principes organisateurs assurent le développement d’ensemble de communautés partielles, en dehors même des coopérations à la marge (les savoirs « hybrides ») ou des problèmes de concurrence qui supposent un minimum de règles collectives. On a beaucoup critiqué l’idée mertonienne d’éthos scientifique, trop contemplative12, mais il reste une vérité d’expérience : pour s’imposer et gagner en prestige, la discipline tend à adopter un canon moyen. Elle se plie à des standards de recherche, de publication ou de communication valables en d’autres lieux. Cette familiarité favorise sa reconnaissance.

21Distinction et conservatisme de protocole ne s’opposent nullement. L’ensemble de ces normes inculquées offre un mode de liaison de tous les systèmes partiels du savoir, lequel pallie à l’éclatement déroutant du champ scientifique contemporain. La notion de « discipline » a donc les vertus de son indécision. Sans être un opérateur de synthèse, elle devient un commun dénominateur aux scientifiques qui n’hésitent guère, au niveau du discours public, à parler des « disciplines » comme d’un tout cohérent, un système unique de la recherche malgré la dispersion de leurs travaux.

  • 13 R. Stichweh, « The sociology of scientific disciplines. On the genesis and stability of the discipl (...)

22De quand date cette acception ? Nul ne le sait. Le terme « discipline » est utilisé dès le Moyen Âge dans le contexte pédagogique pour désigner le corpus systématique des « doctrines » offertes à l’étude, sans autre référence scientifique13. Un rapprochement plus suggestif s’opère vers le milieu du xviiie siècle. À l’article « Art » de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, l’abbé Mallet confirme ainsi la synonymie :

  • 14 Abbé Mallet, article « Art », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et de (...)

On a commencé par faire des observations sur la nature, le service, l’emploi, les qualités des êtres & de leurs symboles ; puis on a donné le nom de science ou d’art ou de discipline en général, au centre ou point de réunion auquel on a rapporté les observations qu’on avoit faites pour en former un système ou de regles [sic] ou d’instrumens, & de regles tendant à un même but ; car voilà ce que c’est que discipline en général14.

23Toutefois, l’entrée « Discipline » du même dictionnaire réserve le terme à l’ensemble des règlements propres à l’instruction des armées ou au gouvernement ecclésiastique. Et malgré une occurrence prophétique où la science, les techniques et la discipline dénoteraient une pratique commune, réglée et finalisée, cette acception est passée inaperçue dans le lexique scientifique ultérieur. La définition de Mallet exclut d’ailleurs le facteur humain de qualification et le support institutionnel qu’implique le terme actuel, pour privilégier la poursuite ordonnée d’un sujet d’étude. Cette différence est fondamentale. Seule une enquête lexicologique nous indiquerait à quel moment la signification du concept moderne de « discipline » s’est fixée et généralisée. Mais je doute de sa présence massive avant la Seconde Guerre mondiale. Il est donc lié à une technostructure spécifique sans être vraiment anticipé par les grandes divisions scolaires qui ont consacré les « disciplines » littéraires, scientifiques ou artistiques comme forme de classement administratif des matières d’enseignement.

24Ayant peu de lumière sur l’émergence du mot, je me suis référé à des ouvrages scientifiques, postérieurs à 1850, sélectionnés pour leur valeur définitionnelle et délibérément fondatrice. Ces textes ont un intérêt spécial puisqu’ils insistent mieux que d’autres sur la question d’un « territoire » ou de critères de démarcation dans la classification des savoirs. Émanant souvent de groupes constitués qui aspirent à la notoriété, ils obéissent aussi au double impératif de faire-savoir et de faire-valoir. Pourtant, le mot « discipline » n’y paraît pas. Les sociologues l’ignorent longtemps ; les anthropologues du xixe siècle n’y font pas allusion et moins encore les biologistes. Si cette absence se vérifiait au-delà d’un sondage rapide, une question d’outillage intellectuel se poserait qu’on ne saurait trancher a priori.

25Bien sûr, la « discipline » peut préexister à l’imposition d’un nom, laquelle n’est qu’un acte de civilité savante – ou bien un autre terme pourrait lui être préféré, désignant le même objet – ou bien, enfin, l’exigence disciplinaire s’énoncerait dans des formes convenues, le mot ne décidant pas de la chose. Une solution plus radicale consisterait à penser que la discipline correspond à un type d’organisation professionnelle inconnu jusqu’au xxe siècle. Dans ce cas, le mot n’appartiendrait pas au sociolecte scientifique parce qu’il ne correspondrait finalement ni à la structure du « champ » ni à l’expérience de la communauté concernée. Rétrospectivement, on parlerait par simple convention de langage des disciplines scientifiques au xviiie siècle, voire au xixe siècle. Par facilité ou par anachronisme. Combien de livres n’a-t-on pas écrit sur la biologie d’Aristote à Darwin ou la sociologie de Saint-Simon !

Contre l’esprit de détail

  • 15 I. Geoffroy Saint-Hilaire, Histoire naturelle générale des règnes organiques, principalement étudié (...)

26De manière générale, la recherche professionnelle actuelle est spontanément identifiée par des marqueurs « disciplinaires » qui concernent moins son projet de connaissance que les modalités de son encadrement : sa place dans l’enseignement supérieur, ses institutions et publications de référence, ses normes techniques. Sous ce rapport, le xixe siècle connaît des sciences, ou mieux encore la science comme activité de l’esprit, il méconnaît les disciplines. Il enregistre déjà le « spécialisme », avec une touche de regret pour l’idéal encyclopédique des temps révolus. Vers 1850, l’argument général consiste à dire que la « division du travail », source d’innovation nécessaire, a « morcelé » la science en autant d’études « spéciales ». « On n’est plus universel dans notre science », écrit le naturaliste Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, « on ne peut plus l’être, qu’à la condition d’y avoir tout effleuré, rien approfondi15. » C’est à la fois une chance et une menace évidente. Même chez les élites culturelles, la spécialité est perçue de manière ambiguë. Elle paraît, dans le même mouvement, efficace et appauvrissante.

  • 16 P. Petitier, La géographie de Michelet. Territoire et modèles naturels dans les premières œuvres de (...)
  • 17 E. Renan, L’avenir de la science, Paris, Flammarion, 1995, p. 85 (1re éd. Paris, 1890). Cf. A. Peti (...)

27Michelet déplore « l’absorbante spécialité » de l’historien, qui le retient loin des sciences naturelles. Il reste persuadé que « la science est une » et que les connaissances « forment toutes un système16 ». Renan désavoue « la faiblesse de notre âge d’analyse » qui ne permet plus à l’honnête homme, l’homme « parfait », d’aspirer à cette « haute unité » de l’art, de la science et de la philosophie : « Envisagé comme homme, un Newton, un Cuvier, un Heyne, rend un moins beau son qu’un sage antique, un Solon ou un Pythagore par exemple17. » Le danger guette. Le savant moderne voit les choses en petit, à travers les lunettes rapetissantes du spécialisme. La science était une ascèse spirituelle, elle devient une « carrière ». La vocation fait place à la prébende d’une « profession ». Le mot sonne comme un démenti sous la plume de Renan et se fait méprisant quand Clémence Royer, traductrice de Charles Darwin, commente la nouvelle « religion des faits ».

  • 18 C. Royer, Les sciences de la vie, Bruxelles, imp. Veuve Monnom, 1891, p. 21.

Le spécialisme scientifique nous perd. Chaque professeur se cantonne sur une branche ou un rameau de l’arbre de la science et y vit, comme vit une chenille sur sa feuille, jusqu’à ce qu’après en avoir rongé le parenchyme, elle enfeutre les nervures pour s’en faire le berceau où elle s’endormira à l’état de chrysalide18.

  • 19 A. Esquiros, Paris ou les sciences, les institutions et les mœurs au xixe siècle, Paris, Comptoir d (...)

28À leur manière, les auteurs qui se veulent arbitres de la transformation des pratiques scientifiques ont noté la difficulté nouvelle des langages spécialisés. Le caractère technique des démonstrations s’opposerait ainsi à une poésie spontanée de la nature. Les choses étaient simples. Elles sont devenues inutilement ésotériques, jusqu’à rendre illisible le grand livre du monde. La critique du « jargon » est plus acerbe encore dans le discours des vulgarisateurs : « O savans ! à quoi bon avoir semé d’épines et d’arguties le champ de la science ? Pourquoi donc avoir fait des livres si maussades sur cet autre grand livre de choses qui se déploie, feuillet par feuillet, grandement et magnifiquement19. »

  • 20 Ibid., p. 233.
  • 21 Voir C. Blanckaert, « La médecine philosophique de F. V. Raspail. Stratégies d’une “science populai (...)
  • 22 L. Büchner, Force et matière. Études populaires d’histoire et de philosophie naturelles, Paris, C. (...)

29Alphonse Esquiros, un publiciste de la Revue des Deux Mondes, n’hésite pas à écrire en 1847 que « ce qui s’oppose aujourd’hui au progrès des sciences naturelles, c’est leur isolement ». L’isolement, c’est-à-dire l’abandon d’un point de vue unitaire sur les œuvres de la nature. « La spécialité est excellente sans doute : mais encore faudrait-il qu’elle se rattachât à un mouvement général d’idées20. » À la même époque, Raspail condamnera pareillement la stérilité des « lignes de démarcation » traçant dans les sciences comme un droit de propriété inaliénable21, et Ludwig Büchner, l’auteur à succès de Force et matière, traitera de haut « nos savants, qui restent comme emprisonnés dans leurs recherches partielles22 ».

  • 23 A. Comte, Philosophie première. Cours de philosophie positive, Paris, Hermann, 1975, p. 31.

30J’insiste sur ces métaphores carcérales, cette mentalité de ghetto. On pourrait croire que l’émergence des disciplines nourrit l’exaspération avec la nostalgie. Cependant, le problème n’est pas là. Malgré le pointillisme croissant des études, on pense encore vers 1850 que la science est une comme l’est la nature. « De l’aveu de tous », écrit par exemple Auguste Comte, « les divisions, établies pour la plus grande perfection de nos travaux, entre les diverses branches de la philosophie naturelle, sont finalement artificielles23. » La notion d’artifice renvoie par contraste à une ontologie de la nature, à sa continuité comme à sa complétude. Les divisions du savoir sont des commodités. La « spécialité exagérée », qualifiée comme telle par Comte, en est le travestissement. Le xixe siècle répugne visiblement au cloisonnement de la connaissance. À force de détail, l’esprit peut s’égarer. Il en serait de même d’un écrivain qui reprendrait sans cesse un chapitre en lui donnant une autonomie factice, sans égard pour la trame narrative de l’ouvrage d’ensemble. On en perdrait le fil, et d’abord l’intérêt. Et de même le livre de la nature…

31Discours de philosophes en rupture d’audience, c’est-à-dire de magistère ? Non pas. En 1890, lors d’une session de l’Association française pour l’avancement des sciences, le président annuel Alfred Cornu, physicien, membre de l’Institut et professeur à l’École polytechnique, reprend l’antienne :

  • 24 A. Cornu, « Le rôle de la physique dans les récents progrès des sciences », Association française p (...)

Aujourd’hui, il faut l’avouer, la mode est plutôt de rétrécir son horizon, de se spécialiser comme on dit, de se confiner dans un cercle étroit où l’on puisse devenir rapidement une autorité ; l’intérêt particulier y trouve peut-être son compte, mais la science générale y perd certainement […] la science doit être une et simple ; les limites que les philosophes ont tracées entre les diverses branches du savoir humain sont artificielles ; elles marquent seulement l’ignorance où nous sommes des liens cachés qui unissent les vérités que nos devanciers nous ont transmises ; mais les efforts des générations successives n’ont pas été vains, et nous entrevoyons déjà le jour où ces limites, désormais inutiles, s’effaceront d’elles-mêmes et où toutes les branches de la philosophie naturelle viendront se rejoindre dans une harmonieuse vérité24.

32L’âge de l’analyse prépare la synthèse finale dont il n’est qu’une étape négative. C’est une simple question de temps. La science comme totalisation de l’expérience du monde garde au xixe siècle encore un pouvoir d’appel peu démenti. Autrement dit, la juridiction de la nature prive l’histoire des sciences particulières de toute signification autonome. Seule compte leur liaison, reflet de l’ordre des choses.

Distinguer sans isoler : l’enchaînement des sciences

33Nous sommes ici à l’opposé de l’idée commune que nous nous faisons d’une trajectoire disciplinaire qui construirait ses objets en référence à des problématiques, des hypothèses expérimentales, des méthodes immanentes à son seul développement. Parmi les mieux cités, bon nombre de scientifiques partagent sous ce rapport le vieil idéal encyclopédique et une conception toute objectiviste de la factualité. Ils méconnaissent, si l’on veut, le « concept » au profit des « vérités ». La division des spécialités n’est alors pour eux qu’une condition d’accès au savoir du monde et l’on entrevoit le moment où, revenant aux choses mêmes, la science aura à jamais fini son travail. Cette thèse étrange figure en sous-œuvre dans la plupart des textes qui évoquent l’unité de la science. L’argument est explicité par Georges Cuvier en 1810 :

  • 25 G. Cuvier, Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts depuis 1789, (...)

Les sciences ne sont que l’expression des rapports réels des êtres : elles doivent donc former un ensemble comme les êtres eux-mêmes ; l’univers est leur objet commun ; si elles se divisent, ce n’est que pour l’envisager par différentes faces. Leur marche est donc tracée ; les points où elles doivent se réunir sont fixés ; l’édifice qu’elles ont à construire est en quelque sorte dessiné d’avance, et son plan toujours sous les yeux des hommes qui se consacrent à cette noble entreprise25.

34La célébration du progrès accompli ne vaut pas sans achèvement prévisible et la « production » de connaissances valides vise précisément à la meilleure « reproduction » de l’original. En bref, la réalité est donnée. Qu’on la divise en « districts » ou « départements » pour la mieux comprendre, pourquoi pas. Mais les savants ne doivent pas perdre de vue le système général qui articule les résultats partiels et les justifie tous.

  • 26 J.-B. de M. Lamarck, Hydrogeology, trad. par A. V. Carozzi, Urbana, University of Illinois Press, 1 (...)

35Au xixe siècle, la connexion des recherches délimite des secteurs d’attribution dans un espace de savoir qui, sans être uniforme, n’en est pas moins cohérent. La spécialité est bien fondée si elle délimite une classe d’objets qu’aucune science voisine ne s’approprie. C’est ainsi que, selon Lamarck, une « physique de la terre » bien comprise se divise « naturellement » en trois parties, une théorie de l’atmosphère (météorologie), une théorie de la croûte terrestre externe (hydrogéologie), une théorie des organismes vivants (biologie)26. Plus généralement, la distribution des savoirs doit procéder des objets les plus simples aux plus composés, puis des objets les plus généraux aux plus particuliers. Elle doit aussi souligner leur degré variable de dépendance mutuelle. Il importe donc, dans l’expression de leurs rapports, de « relier sans réunir, de distinguer sans isoler », selon les mots de Geoffroy Saint-Hilaire :

  • 27 I. Geoffroy Saint-Hilaire, Histoire naturelle générale des règnes organiques…, t. 1, p. 258 et 264.

Les sciences biologiques […] ont leur place marquée entre les sciences physiques et les sciences humanitaires ou sociales. Celles-ci s’appuient sur elles ; elles-mêmes s’appuient sur les premières. Tel est, logiquement, leur ordre de filiation ; tel aussi, historiquement, l’ordre dans lequel devait s’opérer leur développement, dans lequel effectivement il s’est opéré et se poursuit encore27.

  • 28 A. Comte, Philosophie première…, p. 36.

36L’imaginaire de la nature comme totalité ordonnée, différenciée et sécable, prélude à la répartition des tâches et des « matières ». De l’univers à l’homme, une hiérarchie s’instaure. Pour Comte, par exemple, les sciences restent ce qu’elles étaient de manière traditionnelle, depuis Bacon ou Descartes, les « diverses branches d’un tronc unique28 ». Et la philosophie garde, pour lui, sa posture magistrale d’être dépositaire du sens ou du devenir global des savoirs. Autrement dit, au xixe siècle encore, la « spécialité » n’équivaut pas nécessairement à la discipline. Elle répond plutôt d’une découpe gestionnaire de la réalité. Elle n’implique pas une démarche scientifique problématique, mais une distribution logique des objets conforme à l’ordre phénoménal. Elle manque encore, dans la plupart des cas, des dynamiques institutionnelles et des traditions de recherche qui la stabilisent. En fait, nombre de spécialités revendiquées restent à l’état de projet sans dépasser le stade de l’intention ou du prospectus.

  • 29 G. Barsanti, « La naissance de la biologie. Observations, théories, métaphysiques en France 1740-18 (...)
  • 30 J. A. Caron, « “Biology” in the life sciences. A historiographical contribution », History of Scien (...)
  • 31 Ibid., p. 253.

37Les historiens savent notamment que le mot « biologie » comme science générale du vivant apparaît en langue allemande et française vers 1795-1800, en réaction contre le modèle mécaniste prévalant chez les physiciens d’obédience cartésienne29. Cependant, on chercherait vainement une discipline biologique, constituée comme telle et matière d’enseignement dans le demi-siècle qui suit. Vers 1850, il existe à Paris une Société de biologie qui regroupe de manière disparate des naturalistes, des médecins, des histologistes et des physiologistes. Le mot a été choisi en fait par les promoteurs de l’association en référence au positivisme de Comte. Mais le vivant en soi n’en est pas l’objet ni l’enjeu des communications. D’après l’étude comparative de Joseph Caron, il semble que l’Angleterre victorienne eut l’initiative des premiers cours identifiés sous ce concept fédérateur à l’université de Londres après 1860 et que la biologie gagna alors une lutte d’influence académique qui l’opposait à la physiologie. Cependant, l’enseignement de la nouvelle science restera élémentaire et d’un contenu très synthétique. « En bref, aucune tradition de recherche biologique distincte n’est créée à ce moment en Angleterre. Les scientifiques concernés, militants pro-biologie, poursuivent leur recherche plus spécialisée dans des secteurs couverts par d’autres rubriques disciplinaires30. » Ce sera le cas de la physiologie, de l’embryologie, de l’anatomie comparée. La publicité donnée au terme « biologie » reste donc ambivalente. D’une part, elle constitue surtout un motif identitaire pour un groupe actif de savants et de philosophes crypto-darwiniens ; d’autre manière, elle n’empêchera pas l’éclatement, voire la disparition nominale en fin de siècle, d’une perspective unitaire sur les phénomènes de la vie. En 1898, l’université de Londres remplace l’examen de « biologie » par deux examens de « botanique » et de « zoologie31 ».

Les provinces du savoir

38Voici désavoués tous les prédicats reçus sur la constitution des « disciplines ». Le nom de « biologie », même banalisé, ne confirme pas l’existence de la discipline. Cette illustration déconcertante ouvre à d’autres considérations générales.

  • 32 Ces mots sont de Léonce Manouvrier, « Classification naturelle des sciences. Position et programme (...)

39Dans le fond, nombre de textes érudits du xixe siècle hésitent encore entre l’idéal d’un honnête-homme « savant » et la qualification nouvelle du spécialiste comme « chercheur ». Ce n’est pas la même chose, mais la tension n’est pas levée. La critique des langages techniques manifeste tardivement l’exigence d’une sociabilité ouverte. Tant que les spécialités seront théoriquement définies par un secteur identifiable de la réalité plutôt que par une tradition de problèmes propres comme le suppose le paradigme disciplinaire, l’érudition se déploiera dans un espace scientifique à peu près homogène. Maintenant, les craintes suscitées par la fragmentation de cette culture commune indiquent que le processus de différenciation horizontale des compétences professionnelles est déjà à l’œuvre vers le milieu du xixe siècle. À cette date, les scientifiques ont compris, comme les philosophes, le danger du spécialisme, sa routine et son « esprit de secte » ou d’« accaparement32 ».

  • 33 A. Comte, Philosophie première…, p. 50.

40Une pragmatique de communication éprouvée consiste à en appeler à la nature des choses. La biologie est la science de la vie, par opposition à la matière inerte ; l’anthropologie est l’étude du groupe humain, considéré dans son ensemble et dans sa variété ; la géologie est la science de la Terre, etc. Toutes ces définitions liminaires, notons-le, ne disent rien des pratiques avérées. Elles paraîtront aujourd’hui inutilement redondantes. Ce sont, si l’on veut, des paraphrases étymologiques. Toutefois, la nomination n’est pas sans logique. Alors que la division des arts et des sciences obéissait dans la tradition encyclopédique aux diverses opérations de l’esprit, de telle sorte qu’un genre de connaissances correspondait plus à la mémoire, à l’imagination ou au raisonnement selon la faculté mobilisée, il s’agit au xixe siècle de définir une science nouvelle par son objet. Il en résulte que l’identité d’un savoir tient à son territoire. Les notions de « secteur », de « département » ou de « district », toutes représentations administratives, sont à peine métaphoriques. Cette cartographie des sciences fondamentales constitue en propre « la question encyclopédique33 ».

  • 34 A.-M. Ampère, Essai sur la philosophie des sciences, ou exposition analytique d’une classification (...)

41De là l’importance que le xixe siècle accorde aux classifications des sciences par leurs objets généraux, gage selon l’expression admise de leurs « rapports naturels ». Le système des sciences procède par contraste et complémentarité. C’est une manière de garantir la science considérée dans ses frontières épistémologiques, d’assurer le « pré carré » de la spécialité sans susciter de manœuvres annexionnistes. Ainsi, nombre de textes programmatiques prétendent authentifier la science par son objet, ses principes, ses méthodes. Son développement implique des limites bien tracées. Il dépend des distributions qu’une science ait ou n’ait pas droit à l’existence. Il faut en effet, comme le dira Ampère, que le tableau des sciences soit calqué « sur la nature même des choses34 ». L’exemple de la psychologie, refusée par Comte et admise par Spencer, illustrerait un fait général et caractéristique de cette époque : les démonstrations procédurières occupent une large place des discours définitionnels.

  • 35 B. Bensaude-Vincent, « La chimie : un statut toujours problématique dans la classification du savoi (...)

42La classification passe donc par – et pour – une clarification. Aucune science n’est épargnée. La chimie présente-t-elle une connexion marquée avec la pharmacie, la physique ou l’histoire naturelle ? Fait-elle cause commune avec la minéralogie35 ? De toutes ces réponses dépendent le « bien-fondé » d’une spécialité, sa relégation ou son élévation au rang de science majeure.

Le statut des sciences sociales

43Dans son cours à l’Athénée de 1819, l’économiste Jean-Baptiste Say lève ainsi les préventions ou le « préjugé d’incrédulité » qui entravent le développement des « sciences morales et politiques » :

  • 36 J.-B. Say, Cours d’économie politique et autre essais, éd. par P. Steiner, Paris, Flammarion, 1996, (...)

À quelque genre de recherches qu’on s’adonne, pour ne faire que des pas assurés, il faut toujours commencer par observer la nature des choses […] Dans les sciences morales qui ne sont autres choses que la connaissance des lois suivant lesquelles arrivent les actions des hommes, la nature des choses est principalement la nature de l’homme, en d’autres mots, l’homme tel que la nature l’a fait avec ses facultés, ses appétits, ses défauts. Il est clair que ses actions sont le résultat de ses déterminations, et ses déterminations le résultat de sa nature. Que si l’on disait que la nature varie d’un individu à l’autre et qu’il faudrait étudier chaque personne en particulier pour connaître l’humanité en général, je nierais cette assertion ; je répondrais qu’il y a un certain nombre de qualités, de propriétés physiques et morales qui tiennent à la nature de l’homme et dont on ne saurait être exempt du moment qu’on est homme […] Mais l’homme n’a pas seulement une conduite individuelle ; la nature a voulu non seulement qu’il vécût en famille, mais qu’il vécût en société ; et la réunion d’un certain nombre de familles forme sous le nom de société un certain être moral composé, qui a sa manière d’être aussi qu’il tient de sa nature et de la nature des membres, c’est-à-dire des êtres humains qui le compose [sic]. Il y a donc des sciences politiques aussi bien que des sciences morales36.

  • 37 A. Espinas, Des sociétés animales [1877], Paris, F. Alcan, 1935, p. 5 (« introduction historique » (...)

44Comme l’indique ce manifeste pro domo, les sciences dites « de l’homme » ont eu, dans ce dispositif, les plus grandes difficultés à se faire reconnaître face aux sciences dites « de la nature ». L’autonomie d’objet leur est longtemps contestée. En 1878, dans son livre Les sociétés animales, Alfred Espinas confirme encore l’ancrage zoologique de la science sociale en expliquant que c’est « une tentative aussi vaine que fréquemment renouvelée que celle de découvrir les lois de la vie sociale dans l’homme indépendamment de toute comparaison avec les autres manifestations de la vie sociale dans le reste de la nature37 ». Les défenseurs des « sciences de l’esprit » ou des « sciences sociales » seront donc tenus de fonder leur prétention à la scientificité dans un espace académique où le contrôle externe joue un rôle véritablement législateur.

45En 1883, puis en 1900, par exemple, une instance légitimante comme l’Association française pour l’avancement des sciences (AFAS) refuse la création d’une section de sociologie. De même, la psychologie n’y paraît en 1914 que comme une brève sous-section « physiologique » enkystée dans la zoologie. Dans ces dates, la dictature des classements a certainement partie liée avec la crainte des dérives « socialistes ». Mais il y va aussi des prérogatives acquises de deux groupes de sciences qui rivalisent – et rivaliseront encore – pour garder la maîtrise du discours sociologique, nommément l’anthropologie et l’économie. La première réclamation en faveur d’une section de sociologie à l’AFAS émane du vulgarisateur de Comte et Spencer, Léopold Bresson. Le refus de l’administration est ainsi motivé : d’une part, une telle section rassemblerait peu de membres actifs ; d’autre part, les communications en sociologie trouvent à se loger, sans autre restriction, dans la section actuelle des « sciences économiques ». Enfin,

  • 38 Bulletin de l’Association française pour l’avancement des sciences, 36, juillet 1883, p. 6.

outre qu’elle décapiterait pour ainsi dire la section d’anthropologie en ne laissant à celle-ci que l’étude du côté matériel de l’histoire des anciennes sociétés, elle introduirait nécessairement, fatalement la politique et la religion dans nos travaux, dans nos discussions, et ce résultat serait des plus fâcheux, il n’est pas besoin de le démontrer. Ajoutons encore que si les disciples et les lecteurs de Comte, de Stuart Mill, de Spencer, etc., ont une idée précise de ce qu’est la Sociologie, il n’en est pas de même du public en général pour lequel, souvent, ce mot paraît se rapporter aux idées socialistes38.

  • 39 Bulletin de l’Association française pour l’avancement des sciences, 74, juillet 1900, p. 8.
  • 40 Sur ces antagonismes, voir L. Mucchielli, La découverte du social. Naissance de la sociologie en Fr (...)
  • 41 P. Topinard, « L’anthropologie dans ses rapports avec la science sociale et la philosophie », Assoc (...)

46En 1900, autre stratagème. Conscient de l’extension « assez importante » des études sociologiques sous la conduite de René Worms, Émile Durkheim, etc., le bureau de l’AFAS explique que, si certains économistes ou statisticiens prennent pour objet l’étude de la vie sociale, « ce sont principalement les savants adonnés à l’étude des sciences physiologiques et biologiques qui ont abordé la recherche des phénomènes de la sociologie39 ». Celle-ci sera donc subordonnée. Un débat sans issue, fait d’anathèmes, d’incompréhensions et de souverain mépris, a souvent opposé les sociologues (comtistes puis durkheimiens) et les anthropologues40. Ces derniers, toutefois, avaient le bénéfice de l’antériorité et, qui plus est, l’avantage du nombre et une incontestable présence à l’AFAS qui leur réservait une section indépendante dès sa fondation en 1872. Aussi bien, Paul Topinard, le lieutenant de Paul Broca, pouvait-il tenir pour acquis, en 1905 encore, que « l’anthropologie doit être prise dans son acception large et complète, conforme à son étymologie. C’est à notre onzième Section de l’Association qu’appartiennent de droit la psychologie, la science sociale et la philosophie nouvelle41 ».

47La concurrence des groupes pourrait avoir valeur d’anecdote. Elle est rendue à l’histoire. Cependant, le mode de qualification objectiviste que j’ai évoqué ne semble pas faire droit à une réalité impalpable d’ordre symbolique qui permettrait, notamment, de distinguer l’homme de l’animal par les caractères de sa vie politique, religieuse ou langagière. Pour reprendre une distinction de Maurice Godelier, les premiers sociologues eux-mêmes partent du fait empirique (i.e. naturel) que l’homme vit en société plutôt qu’il ne produit de la société pour vivre.

  • 42 Armand de Quatrefages, professeur au Muséum d’histoire naturelle, a souvent publié ses vues. Voir, (...)

48Partant du même prédicat, l’anthropologue Armand de Quatrefages avait ainsi déterminé l’existence d’un « règne humain » irréductible au monde animal par deux attributs fondamentaux et distinctifs : la « moralité » et la « religiosité ». Par là, l’anthropologie pouvait revendiquer « son champ d’étude propre », sans empiéter sur les sciences voisines. Pour résumer ses formules, l’ensemble des corps accessibles à l’investigation scientifique se disposent en tableau et ressortissent soit au « règne sidéral » (les corps célestes), soit au « règne minéral » (les corps terrestres), soit au « règne végétal » (les plantes), soit au « règne animal ». Les animaux se caractérisent par la sensibilité, l’instinct, mais ils ne manquent ni d’intelligence, ni de sociabilité, ni de moyens de communiquer. L’homme s’en dissocie pourtant, et ce trait fait césure, parce qu’il possède seul la notion du bien et du mal, qu’il croit à des entités supérieures et à l’immortalité42. Le séquençage des phénomènes donne à la science de l’homme une prééminence de fait mais le grand partage de la nature et de l’histoire et, avec lui, « l’invention du symbolique » restent à venir. En définitive, l’épistémologie du xixe siècle met sur un unique plan d’objets la réalité comme elle se donne, simple ou complexe.

Nature et société

  • 43 É. Durkheim & P. Fauconnet, « Sociologie et sciences sociales » [1903], in Textes, I, Éléments d’un (...)

49Ce qu’on appelle aujourd’hui le « naturalisme » répond d’un dispositif d’ensemble dont le positivisme comtien donne une image approchante, plus et mieux que toute forme du réductionnisme biologique auquel on l’assimile aujourd’hui. Curieusement, la philosophie spiritualiste a mieux accepté cette réalité symbolique que ne le feront les premiers sociologues évolutionnistes ou les anthropologues. Ceux-ci chercheront des garanties dans le réalisme de l’objet. Il s’agit bien de traiter des faits sociaux comme de choses naturelles. Durkheim, on le sait, parlait d’un « naturalisme sociologique », entendant par là que l’« hyper-spiritualité » qui définit la vie sociale ne désigne « rien qu’un ensemble de faits naturels, qui doivent s’expliquer par des causes naturelles ». Pour devenir une science positive, la sociologie doit, selon lui, « s’ouvrir à l’esprit dont procèdent les autres sciences de la nature43 ». Elle doit être objective, comparatiste, classificatoire et nomologique. Le « règne social » n’est qu’une extension nécessaire, particularisante, du règne « humain ». Mais il possède en lui-même son caractère tranché et l’unité affirmée du domaine d’études répond de sa juridiction sociologique :

  • 44 É. Durkheim, « La sociologie et son domaine scientifique » [1900], in ibid., p. 23.

Une science ne peut être fondée que si elle a pour matière des faits sui generis distincts de ceux qui constituent l’objet d’étude des autres sciences. Si la société n’était pas susceptible de produire des phénomènes particuliers par rapport à ceux qu’on observe dans les autres règnes de la nature, la sociologie serait sans objet propre44.

50J’ai insisté sur ces plaidoyers d’instauration propres au spécialisme scientifique du xixe siècle parce qu’ils sont récurrents. Ils témoignent, par leur nombre, d’un procès de certification différé et socialement extrodéterminé. Les normes internes au savoir concerné n’y suffisent pas. La légitimité d’une nouvelle science, sanctionnée comme telle par une communauté académique extérieure, passe par des agréments multiples et complexes. La spécialité qui s’efforce d’acquérir un statut doit, au sens fort, motiver sa réclamation. La constitution d’une science nouvelle ne va pas sans travail de conviction et effort publicitaire.

  • 45 Dans M. Mauss, Essais de sociologie, Paris, Minuit, 1971, p. 6-7.

51Dans un texte célèbre intitulé « La sociologie : objet et méthode », daté de 1901, Paul Fauconnet et Marcel Mauss sacrifient encore à cet usage séculaire. « Parce que la sociologie est d’origine récente », écrivent-ils, « il arrive encore qu’on en conteste la possibilité. » On pourrait s’attendre à ce que les auteurs justifient l’importance de cette « science des sociétés » par ses capacités d’analyse politique ou l’ingénierie sociale, ou encore par les mutations de la vie publique et industrielle qui appellent des éclairages théoriques conséquents. Non, Fauconnet et Mauss s’efforcent de montrer que les phénomènes sociaux sont « dans la nature » et comme tels soumis au principe du « déterminisme universel ». On les croirait soumis à l’arbitraire humain. Ils obéissent en fait à des « régularités insoupçonnées ». Pour Fauconnet et Mauss, cette découverte atteste bien la présence d’un « ordre naturel » sui generis qui distingue le « règne social » des règnes zoologique ou minéral. Ainsi différencié dans son registre d’expérience causale, le monde social accède à l’autonomie. Dès lors, concluent-ils, son traitement intellectuel satisfait aux conditions restrictives qui le constituent comme spécialité45.

  • 46 Voir la mise au point de Léonce Manouvrier, « Classification naturelle des sciences… », p. 664 sq.

52L’entreprise définitionnelle de l’objet demeure au xixe siècle un acte constitutif plutôt que régulateur. Personne ne s’y soustrait ! L’objet doit être à la fois inscrit dans une nomenclature encombrée et distingué dans l’ordre ontologique. Il doit correspondre à une série phénoménale obvie sans empiéter sur un domaine proche. Il doit surtout éviter l’hybridité, l’alliage, qui condamnerait le savoir en question à la facticité. Dire d’une science qu’elle est un « carrefour de sciences », comme on l’a suggéré de l’anthropologie, revenait à obérer son avenir46. La définition est donc fonctionnelle. Elle est nécessaire mais non suffisante. Quand tarde la reconnaissance de la nouvelle spécialité, la casuistique l’emporte sur le travail d’approfondissement.

  • 47 Cf. la lecture (trop) enthousiaste de cet épisode par Massayuki Yamashita, « La sociologie français (...)

53Auguste Comte, bien avant Durkheim et Mauss, a profilé l’objet de la sociologie. Mais il est resté au stade des innovations conceptuelles et des intentions. Nul programme n’en est issu. Comte situait le lieu de la sociologie dans une encyclopédie. Ses disciples dissidents, groupés autour d’Émile Littré, ont fondé en 1872 la première Société de sociologie. Au terme de quelques réunions, elle cesse ses activités. Les publications parues, diffusées dans la Philosophie positive, organe du groupe, montrent qu’une logique d’exégèse de ce que devrait être la science sociale a pris le pas sur sa construction effective47. La théorie différentialiste des sciences, si commune au xixe siècle, peut donc s’épuiser dans l’énoncé des principes sans s’ouvrir à un projet cohérent de connaissance. Ou plutôt, ce qui revient au même, la cohérence structurelle d’un programme (pourquoi ? comment ? sous quelles conditions ?) devient à elle-même sa propre fin, au lieu d’être un instrument révisable et un simple moyen de la recherche.

Autopoiesis de la science et facteurs d’acceptabilité externes

54En laissant planer le doute sur le statut « disciplinaire » des spécialités émergentes du xixe siècle, je n’ai pas voulu insinuer que la biologie ou la sociologie sont des savoirs mal constitués ou que la chimie manque d’assises institutionnelles. Au contraire. Mais le vocabulaire du « spécialisme » tel qu’il se répand au xixe siècle, et dont témoigne dès 1782 la distribution par « matières » de l’Encyclopédie méthodique, se prête à une définition formelle. Son identité dépend à la fois de coordonnées précises dans la géographie des savoirs et d’une « philosophie », d’un corps de principes explicités. Il n’en va pas de même de la « discipline ». Les deux mots ne sont pas synonymes. Une chose, déjà, les distingue aujourd’hui.

  • 48 P. Favre, « Retour à la question de l’objet ou faut-il disqualifier la notion de discipline ? », Po (...)

55À la différence de la spécialité, qui est un produit datable de la division du travail intellectuel, le concept de discipline répond d’une valeur inculquée. Même conventionnel, le mot n’est pas seulement descriptif. Sa sémantique paraît, en sorte, performative. Suggérer donc qu’un champ de recherches quelconque accède au club fermé des « disciplines », c’est revendiquer pour lui un label de scientificité. Cette reconnaissance sera d’autant mieux recherchée qu’elle sera plus contestable. À propos de l’incertaine « science politique », piégée entre philosophie politique et sociologie, Pierre Favre pose ainsi la question : « faut-il disqualifier la notion de discipline48 ? » D’autre manière, l’extension du concept est un fait qu’il est inutile de contester. La notion de « discipline » a pour elle le plébiscite des usages sans avoir celui des dictionnaires.

56J’ajouterai qu’elle tire probablement son efficacité rhétorique de sa polysémie. Quand toutefois on pose la question à la manière anglaise : What’s in a name ? (« Qu’est-ce qui est en jeu dans un mot ? »), la multiplicité des termes choisis pour en rendre compte frise l’incommensurable. Le philosophe, en effet, va privilégier la matrice doctrinale, le sociologue la professionnalisation universitaire, l’historien les réseaux d’une sociabilité institutionnelle, l’épistémologue des logiques de justification rationnelle ou une axiomatique. Le commentaire disciplinaire semble toujours inviter aux généralités définitives ou intemporelles.

57La mode épistémologique d’après-guerre voulait que les disciplines naissent ou réalisent leur capital d’expérience propre en rompant avec un passé métaphysique ou des prénotions, ou une philosophie du sens commun, etc. Ce modèle valait pour toutes, sans considération d’objet ou de contraintes sociales. Et de même la notion de « science normale » chez Thomas Kuhn. Pourtant, après deux générations de critiques des prétendues « coupures » ou « révolutions » épistémologiques, il serait mal venu d’assigner aux disciplines un développement homogène où la vérité adviendrait d’un « retour » aux choses mêmes ou d’une « refondation ». L’histoire montre la diversité irréductible de l’exercice comme de la périodisation des sciences.

  • 49 S. Collini, « “Discipline history” and “intellectual history”. Reflections on the historiography of (...)

58De prime abord, peu de choses rapprochent la « géographie » de Strabon de la « préhistoire » de Boucher de Perthes. Semblables considérations ont longtemps encouragé l’écriture de monographies disciplinaires. Les spécialistes des sciences humaines, notamment, sont les premiers partisans – et souvent les premiers producteurs – d’une histoire atomisée et téléologique des « traditions disciplinaires ». On parle dans le jargon des historiens d’une vision « en tunnel49 ». Depuis trente ans, des dizaines d’ouvrages ont pris pour titres des marqueurs d’origine absolue, visant sélectivement telle ou telle discipline (Naissance de l’archéologie, Genèse de la psychiatrie, Invention de la psychologie, etc.). Quelle qu’en soit la portée documentaire, ces études internalistes confirment l’identité disciplinaire actuelle sans l’interroger ni la mettre en doute. C’est pourquoi la réflexivité de l’interprétation s’arrête au seuil du questionnement. Élevée au rang d’objet pérenne et consacrée, par là même, dans sa durée, la discipline n’est plus perçue comme une catégorie « historique » mais comme un moyen détourné d’autojustification.

  • 50 M. Foucault, « Réponse au cercle d’épistémologie », Cahiers pour l’Analyse, 9, Généalogie des scien (...)

59Michel Foucault affirmait qu’« il existe des sciences qui ne peuvent assurer leur unité à travers le temps que par le récit ou la reprise critique de leur propre histoire […] l’épistémologie de “sciences” comme la psychologie ou la sociologie est toujours à la limite d’une description génétique50 ». Toutefois, il serait illusoire d’imaginer que les sciences humaines ont seules ce douteux privilège d’instrumentaliser le passé pour se donner un semblant de cohérence ou de glorieuses généalogies. La biologie n’a pas plus d’unité historique et comme toute science nouvelle se cherche des quartiers de noblesse, elle a révisé ses annales au rythme de ses mutations. L’histoire officielle est un produit de l’institution scientifique. Peu de disciplines, s’il en est, dérogent à cette obligation. C’est un moyen d’authentifier dans la durée le « progrès » d’une tradition de recherche.

60Doit-on alors se condamner au simple descriptif des trajectoires particulières à chacune des disciplines, sans égard pour leur mouvement d’ensemble ? Peut-être pas. Les histoires internalistes entretiennent une relation spéculaire à leur objet ou à leur paradigme. Mais il reste à démontrer qu’une discipline se définit par un domaine d’objets. J’indiquais plus haut que, d’après mes repérages, le néologisme « discipline » est encore ignoré à l’heure des spécialités. Plus précisément, le terme se répand au xxe siècle quand disparaissent les classifications des sciences fondées sur le découpage sectoriel de la réalité. Cette synchronisation pourrait être fortuite. Mais on peut supposer, à titre d’hypothèse de travail, qu’elle a une signification.

Le système disciplinaire moderne

61La question « qu’est-ce qu’une discipline ? » est sans doute trompeuse. Il vaudrait mieux questionner plus généralement le « système disciplinaire » comme un mode d’organisation fonctionnelle de la science moderne. Ce qu’on pourrait appeler, pour souligner son caractère dynamique autant qu’impératif, la « disciplinarisation » de la recherche, témoigne d’une transformation structurelle du champ scientifique qui affecte aussi bien la vie institutionnelle que les modes de formation ou les programmes techniques. Dans le fond, ce système est connu. Nombre d’études historiographiques l’ont abordé directement en examinant, parmi d’autres possibilités, le poids spécifique des institutions spécialisées, le rôle de l’enseignement supérieur, la carrière et le lobbying d’un personnel de chercheurs engagés dans des rapports sociaux de production complexes et variés, l’autonomisation croissante de la recherche pure vis-à-vis d’une demande sociale trop immédiate, son caractère pointu, etc. Tout cela est déjà mis à plat.

62Mais les analyses ont souvent porté l’accent sur tel de ces aspects sans considération du système qui les subsume. Il a donc fallu que ces travaux se pondèrent mutuellement. L’exclusivité de l’Université peut être ainsi, d’un pays à l’autre, compensée par d’autres formes d’encadrement professionnel. Les normes de production disciplinaire ou de l’expertise théorique obéissent également à des contraintes académiques qui n’ont pas la même rigidité en biologie moléculaire et en ethnologie. Chacun en conviendra. De même, le rôle respectif des « amateurs » et des « professionnels », celui plus curieux encore des « savants hors cadre » ainsi que l’on qualifie dans la littérature du temps des théoriciens isolés et très influents comme Charles Darwin ou Herbert Spencer, varient significativement d’Angleterre en Allemagne.

63Pourtant, et c’est là que le mouvement d’ensemble se dégage, le système disciplinaire moderne s’impose entre xixe et xxe siècle comme forme standardisée et légitime de l’activité de connaissance. De pays à pays, le comparatisme montre un différentiel d’évolution lié à la technostructure scientifique préexistante. Mais, ici, l’important demeure que la convergence des moyens prime, à l’époque contemporaine et en tous lieux, les particularismes nationaux.

  • 51 R. Stichweh, Études sur la genèse du système scientifique moderne, trad. fr. par F. Blaise, Lille, (...)

64S’appuyant sur la théorie systémique de Talcott Parsons et Niklas Luhmann, Rudolf Stichweh en a construit ces dernières années l’idéal-type51. Son travail est intéressant car il intègre tous les paramètres socio-culturels qu’on étudiait, à tort, de manière isolée. L’idée-clé de Stichweh est que la science dite « moderne » est un système de sous-systèmes fonctionnels fondé, d’une part, sur l’auto-organisation et la différenciation horizontale des « disciplines », d’autre part sur l’activité de communication entre pairs. La distribution des sciences n’y dépend pas de liens spécifiques au monde naturel mais de l’évolution interne au système qui les associe. Le système vit de son propre fonds, par intériorisation des ressources informationnelles. C’est dire autrement que la discipline n’entretient plus de rapport direct au secteur ontologique, comme le voulait l’ancien mode de classement. Elle n’en tire, en tout cas, aucune légitimité particulière.

65Les épistémologues ont convenu avec Foucault que la discipline n’est pas la somme des discours de savoir qu’on peut tenir sur un objet donné. L’anthropologie se préoccupe peu de ce qu’est l’homme en soi, la biologie n’est pas en quête des lois de la vie, la linguistique n’interroge pas l’être de la langue, etc. Le fait, dit Stichweh, qui singularise la discipline moderne comme « communauté communicationnelle de spécialistes », réside dans l’autorité qui lui est concédée de choisir seule ses problématiques de travail, ses méthodes et son régime de publication. Ce phénomène caractérise la science comme « système autopoïétique », produisant ses normes, ses « questions vives », ses modalités d’administration de la preuve, ses structures appropriées. L’auto-contrôle disciplinaire s’étend donc d’un bout à l’autre de la chaîne, de la production du savoir ainsi spécifié jusqu’à la formation des nouvelles élites.

  • 52 R. Stichweh, ibid., p. 53.

66Stichweh affirme encore qu’à l’encontre de l’ancien mode de production fondé sur la partition exacte des objets, le système complexe de la science moderne est en réorganisation constante, puisqu’il n’est pas centralisé. Chaque partie y est donc solidaire des autres. Elle évolue avec elles en ce sens qu’« une discipline développe toujours sa propre compréhension de soi en l’inscrivant dans une relation avec la représentation qu’elle se forge d’autres disciplines52 ». Et surtout, les frontières disciplinaires vont historiquement se redessiner par segmentation, couplage ou transfert de compétence. L’ensemble des valeurs intrascientifiques s’en trouve renforcé par autospécification. En définitive, dans ses formes contrôlées, la concurrence est collectivement agréée comme une occasion supplémentaire de différenciation fonctionnelle des disciplines.

  • 53 Voir le témoignage de J. C. Greene, « Introductory conversation », in J. R. Moore, ed., History, hu (...)
  • 54 S. Shapin, « Discipline and bounding. The history and sociology of science as seen through the exte (...)

67Inutile de dire que c’est un mode d’affirmation propice aux spécialités émergentes en sciences humaines. L’histoire des sciences, prise ici comme discipline, en est un exemple manifeste. Elle s’est tournée, lors de son épisode de professionnalisation dans les années 1940-1950, vers les approches « internalistes » en augmentant sa surface d’érudition de manière telle que les « amateurs » s’en trouvèrent exclus53. C’était une stratégie disciplinaire éprouvée. Elle s’est recentrée, après ce moment d’affirmation, sur d’autres objets moins conceptuels en redéfinissant son programme qui concerne aujourd’hui, en masse critique de publications spécialisées, le rapport science/société54.

68Le modèle de Rudolf Stichweh présente les inconvénients de ses qualités. Sa souplesse doit être soulignée comme sa capacité d’intégration de tout un faisceau d’expériences arbitrairement distinguées. Contre Kuhn, Stichweh ne postule ni science « normale » rigide ni consensus paradigmatique unique qui clarifierait, pour un temps donné, l’activité professionnelle routinière. D’autre part, il ruine les monographies ancrées dans la tradition disciplinaire en les privant de justifications sociologiques. La concaténation disciplinaire n’étant pas fondée sur la permanence intemporelle de l’objet et sur sa connaissance « approchée », mais sur une forme moderne et inédite d’organisation du travail intellectuel, on peut dire que, quelle qu’en soit l’origine historique lointaine, la physique, la géographie ou la science préhistorique ont le même âge disciplinaire. Elles ont été pareillement affectées par la refonte du champ scientifique. Les perspectives de longue venue relèvent donc d’une histoire de la « pensée » et non d’une histoire « disciplinaire ».

Une pluralité d’expériences historiques

69Ceci dit, Rudolf Stichweh propose un idéal-type discutable. Le type est certainement trop « idéal ». Il mise sur l’autonomie, au sens fort et étymologique, du système scientifique sans tenir compte des facteurs d’acceptabilité sociaux et idéologiques. L’idée que la science est à elle-même sa propre justification, sans égard pour ses aspects mondains, plaira sans doute à l’épistémologie philosophique qui définit souvent la « bonne » science par l’indépendance de son programme de vérité. Les stratégies de démarcation ou l’affirmation d’autonomie n’engagent cependant qu’un phénomène de croyance collective. Comme toute croyance, il est fragile.

  • 55 G. W. Stocking Jr, Victorian anthropology, New York, The Free Press, 1987, p. 268-269. Voir C. Blan (...)

70L’histoire des sciences a suffisamment construit de dossiers contraires à cette hypothèse. Tous démontrent, s’il était nécessaire, qu’une éthique de vérité propre à la communauté des scientifiques n’exclut pas de plus triviales dépendances temporelles. Ne serait-ce que par leurs attaches budgétaires, la construction de programmes, la finalité des enseignements comme l’écriture des savoirs sont tributaires d’un contexte social qui peut hâter ou bloquer leur homologation. Au xixe siècle, l’anthropologie en France et en Angleterre présente sous ce rapport un contraste marqué. Alors qu’à Paris le programme d’histoire naturelle de l’homme proposé par Paul Broca et Armand de Quatrefages rencontre un succès d’audience que l’« ethnographie » rivale n’a jamais menacé, la communauté britannique cherche longtemps ses repères. George Stocking constate ainsi que l’anthropologie victorienne restera « marginale au monde scientifique comme aux institutions traditionnelles d’enseignement » et qu’à la fin du siècle encore, « le terme “discipline” lui serait appliqué de manière bien vague55 ».

  • 56 R. Smith, « Pour l’histoire des sciences humaines. Perspective anglaise », in C. Blanckaert, L. Blo (...)

71Et ce n’est pas seulement l’image publique de la discipline qui est en jeu. Tout son dispositif de recherche et ses priorités cognitives s’y trouvent impliqués. Si donc la science avait cette capacité auto-organisatrice foncière qu’on lui prête, elle marcherait partout d’un cours uniforme. Or les « styles nationaux » de la recherche développés à l’occasion de manifestes programmatiques font justice de l’universalisme disciplinaire et de l’indépendance supposée du système « autopoïétique ». Les départements universitaires, par exemple, dessinent une sorte de cartographie contraignante de ce qu’on nomme « science » ou de la manière dont se répartissent officiellement les disciplines entre paradigme savant et paradigme lettré ou historique. Roger Smith rappelait récemment qu’à peu d’exceptions près, en Grande-Bretagne le concept de « sciences humaines » n’avait pas d’existence légale puisque ce groupe de « disciplines », si homogène qu’il nous paraisse en France, relevait de trois facultés cloisonnées (les sciences naturelles, les humanités et les études sociales) et de trois modes de financement. De plus, dans la langue anglaise, « le mot “science” renvoie communément aux disciplines propres aux sciences de la nature ou qui ont pris modèle sur elles56 ».

72Trop idéal, l’idéal-type de Stichweh est encore trop « typique » de la situation allemande, où la fonction légitimante du cursus universitaire est perçue bien plus tôt qu’ailleurs – et surtout qu’en Angleterre. Le modèle universitaire a séduit beaucoup de sociologues qui l’ont presque érigé en critère de distinction absolu. C’était oublier que certains grands établissements ont permis pareillement la reconnaissance des nouvelles spécialités. Dans la première moitié du xixe siècle, le Muséum national d’histoire naturelle de Paris ne délivrait pas de diplômes. Mais la fréquentation des cours prestigieux de Cuvier ou Geoffroy Saint-Hilaire par un étudiant venu de France, d’Italie ou d’Angleterre, valait pour brevet d’aptitude dans sa carrière future. Durant tout le xixe siècle, les sociétés savantes ont de même favorisé l’identité des premières communautés professionnelles, groupements d’intérêts collectifs à la manière de la British Association for the Advancement of Science (BAAS) ou institutions spécialisées, telle la Société d’Anthropologie de Paris, qui palliaient par leur éclat le misonéisme frileux du monde académique ou de l’université. J’insiste sur cette pluralité d’expériences historiques pour deux raisons. La première concerne la conduite des affaires disciplinaires ; la seconde, la périodisation d’ensemble du système scientifique moderne.

  • 57 R. Stichweh, Études sur la genèse du système scientifique moderne, p. 52-53.
  • 58 L’expression, popularisée par l’économiste Schumpeter, est prise dans un sens péjoratif par Raymond (...)
  • 59 Je reprends l’expression de Diana Le Dinh, « Introduction. Pour une histoire sociale des sciences s (...)
  • 60 Voir B. Kalaora & A. Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des (...)

73En apparence, le privilège de l’université s’accommode bien de la thèse « autopoïétique ». Grâce à cette « équation universitaire » de la discipline, la science paraît relever d’une juridiction spéciale, sans autre relation nécessaire avec le monde social. Elle va aussi s’y confirmer comme activité théorique déliée des contingences ordinaires des enquêtes pratiques. La création d’un « environnement interne » aux critères inhérents expliquerait ainsi le « potentiel de négation » de la science qui « n’utilise donc plus la société comme la prémisse toujours présente de ses opérations57 ». L’histoire triomphante du durkheimisme universitaire à la veille de la Première Guerre mondiale a longtemps refoulé toutes les sociologies « caméralistes58 » à visées applicatives émanant soit de la demande sociale (la « nébuleuse réformatrice » des philanthropes, médecins hygiénistes, etc.59) ou de la commande administrative. La haute culture universitaire n’aimait guère aborder pratiquement la « question sociale » ou le budget des ménages auxquels les leplaysiens consacraient tant d’efforts à la fin du siècle. On a ainsi congédié tout un pan de travaux empiriques novateurs, faute d’admettre que des spécialités originales puissent s’incarner dans des recherches à « profil bas60 ».

  • 61 J. Poirier, « La faculté de médecine face à la montée du spécialisme », Communications, 54, 1992, p (...)

74Cette question ne concerne pas seulement l’histoire de la pseudo-coupure épistémologique durkheimienne ou l’occultation de projets alternatifs (l’école sociale de Le Play, la sociologie « organiciste » de Spencer ou Worms, etc.). Il est reconnu aujourd’hui que des disciplines entières se sont constituées, comme l’ethnographie africaniste des administrateurs coloniaux des années 1890-1920, hors du cadre universitaire qui leur fut peu accueillant. L’université donne ainsi une visibilité recherchée aux « disciplines ». Mais il n’est pas sûr que la notion lui soit liée de manière organique ou que l’université fasse plus qu’enregistrer avec retard l’émergence des nouvelles spécialités. La prérogative des professeurs en place est un facteur de conservatisme plus que d’innovation. On sait que la faculté de médecine de Paris refusera durant quinze ans la création – elle-même soutenue dès 1859 par le ministère de l’Instruction publique – de chaires de clinique spéciale (en maladies des enfants, ophtalmologie ou pathologie mentale) au motif que cette science est « une et indivisible61 » !

75Une seconde remarque concerne la problématique et la chronologie avérée de la « disciplinarisation » du système scientifique moderne. Rudolf Stichweh considère que le passage entre l’ancien régime encyclopédique des savoirs et le nouveau système qu’il a identifié s’opère à la fin du xviiie siècle, avec l’affaiblissement de l’organisation pyramidale de la société. Là encore, le tryptique « normes techniques, définition “communicationnelle” du champ scientifique, légitimation universitaire » fonctionne comme un type idéal. Stichweh conçoit que ce processus n’est ni brutal ni synchronisé dans les divers pays européens. Toutefois, il voit dans son modèle quelque chose comme la vérité du monde scientifique à venir. Et c’est donc à son écart supposé qu’il mesure le degré respectif d’avancement des communautés scientifiques sur la voie de la modernité.

  • 62 Ou plutôt cette originalité s’exprime en négatif, dans le fait qu’en Grande-Bretagne la différencia (...)

76L’Angleterre du xixe siècle, du moins jusqu’aux années 1870, est la plus excentrée. Stichweh va donc s’efforcer d’expliquer les blocages structurels – les « décalages de phase » dans ses mots – qui limitent en Grande-Bretagne la diffusion d’un type d’organisation de la recherche qui fait partout ses preuves. Implicitement, il dénie toute originalité à l’expérience anglaise62. En fait, Stichweh projette sur le premier xixe siècle un modèle dont la cohérence fondamentale paraîtra surtout à l’avènement du siècle suivant. La France, sous bien des aspects, représente une expérience-charnière entre l’Allemagne et l’Angleterre. Durant le xixe siècle, la création proliférante des sociétés savantes, des laboratoires et des revues de spécialités contribue à la prise de conscience d’une communauté professionnelle. Néanmoins, on y parlera longtemps de « la science » avec l’unité totalisante qu’on prête à la réalité.

  • 63 Ibid., p. 56.

77Vers 1850 rien n’est décidé. Tout étant affaire de définition, et donc de préalables, si la discipline moderne se détache de la science antérieure par le caractère dorénavant construit de son objet, alors les spécialités nouvelles de cette période se réfléchissent encore dans un tableau encyclopédique préformé plutôt qu’elles ne se fondent dans l’anonymat d’un système épigénétique. Si, d’autre part, on considère que la discipline moderne se singularise par des objectifs théoriques immanents à son développement, sans autre possibilité d’interférence ou de censure externe de type théologique ou politique63, il convient de remarquer qu’en France – comme en Angleterre – la science de la nature puis les sciences de l’homme restent jusqu’en 1870 la cible d’attaques cléricales.

  • 64 J. Morrell & A. Thackray, Gentlemen of science. Early years of the British Association for the Adva (...)

78Que ce soit par souci de conciliation ou, au contraire, par combat frontal, la science devra faire son chemin dans un espace culturel prompt à délivrer l’éloge ou le blâme. Dire dans l’absolu qu’elle est une activité séparée ou indépendante ne résout rien. Au xixe siècle, la science n’apparaît pas « neutre » et elle reste un objet d’exaltation ou d’inquiétude. Animée par une faction de monogénistes bibliolâtres et philanthropes, la première « ethnologie » anglaise des années 1830 fut mise hors jeu par les administrateurs de la British Association, lesquels craignaient que sous couvert de science on dénonçât l’oppression coloniale et l’iniquité du sort fait aux « sauvages ». Dix ans plus tard, l’ethnologie eut gain de cause quand elle fit allégeance au plus plat positivisme et renonça à critiquer l’impérialisme britannique64. Ce qui passe donc pour « scientifiquement correct » à un moment donné dépend de transactions complexes entre l’état des opinions, l’autorité des pouvoirs étatiques ou traditionnels et la vocation émancipatrice du savoir.

  • 65 F. M. Turner, « The Victorian conflict between science and religion. A professional dimension », Is (...)

79À une génération de là, les gentlemen of science de vieille aristocratie ont fait place aux men of science de la moyenne bourgeoisie industrielle et libérale. À ce moment, qui correspond au tournant darwinien des études naturalistes, le rapport de forces a changé et la science devient un enjeu de contestation politique. Elle se présente – et d’abord se représente elle-même – comme un instrument de puissance nationale et le seul fondement de certitude congruent à la pensée moderne. Dès lors, l’affrontement de la science et de la religion est un facteur propice à l’affirmation disciplinaire. C’est un combat surdéterminé idéologiquement mais aussi une occasion, bientôt saisie, de justifier par l’agnosticisme du savant la professionnalisation de la recherche et son postulat d’objectivité65.

Le global et le local

  • 66 R. Stichweh, Études sur la genèse du système scientifique moderne, p. 21.

80La création tardive et l’usage généralisé de la notion de « discipline » ont modifié au xxe siècle le questionnement qui porte sur le passé des sciences. Dans sa série d’études comparatistes, Rudolf Stichweh a dégagé certaines des « tendances lourdes » du système de la recherche contemporaine. L’ésotérisme des formations, la professionnalisation ou l’existence de communautés restreintes définissant pour elles-mêmes leurs objectifs de savoir participent, à n’en pas douter, de ce concept. Mais le système disciplinaire moderne est ici perçu à tort comme un dispositif « clos » parce qu’autoréférentiel dont le développement différenciateur se substituerait aux « interventions ordonnatrices externes66 ».

  • 67 Voir l’étude de J. Harwood, Styles of scientific thought. The German genetics community 1900-1933, (...)

81L’histoire contredit de telles affirmations. D’autre manière, l’allure prophétique de sa démonstration tend à réduire à rien la part de contingence, ou d’arbitraire historique, qui façonne le devenir national des diverses traditions scientifiques67. Une historiographie positiviste fournirait à cette illustration, en étalonnant chacun des pays envisagés selon son degré d’amateurisme, son potentiel universitaire, le nombre de revues techniques ou, pourquoi pas, le revenu moyen des chercheurs de pointe. On les verrait ainsi saisis dans une course au progrès où l’« avance » des uns fait le « retard » des autres. Cependant, la cristallisation des disciplines et du système qui les articule n’obéit ni aux règles prescrites ni à ce jeu de rôles paradoxalement statique sous ses allures évolutives. Le point en litige demeure de savoir si de telles règles existent et si la synchronisation des diverses écoles nationales permet objectivement de pronostiquer, comme le fait Charles Babbage en 1830, le « déclin » de la science anglaise ou de prononcer, à la manière de Brunetière, la « banqueroute de la science » française après la débâcle de 1870.

  • 68 J. B. Morrell, « Professionalisation », in R. C. Olby, G. N. Cantor, J. R. Christie, J. S. Hodge, e (...)

82La filière « disciplinaire » n’implique pas que tous les traits spécifiques qu’on associe à ce mot soient historiquement donnés dans un même mouvement. L’institution, en particulier, précède la profession car elle offre un horizon d’expectative (en termes de statut social, de patronage, de possibilité de travail collectif, de gratifications diverses) pour un choix de carrière. Il convient pourtant d’éviter, dans les mots de Jack Morrell, le « fonctionnalisme vulgaire » et l’« animisme institutionnel68 ».

  • 69 M.-A. Kaeser, « L’internationalisation de la préhistoire, une manœuvre tactique ? Les conséquences (...)
  • 70 C. Gülich, « Le rôle de la coopération scientifique internationale dans la constitution de la socio (...)
  • 71 L’expression est de Christophe Prochasson : « Introduction », Mil neuf cent. Revue d’Histoire intel (...)

83D’un autre point de vue, le système disciplinaire généralisé ne contredit pas l’expression nationale sans la mettre à profit. Il faudrait écrire une histoire de l’internationalisme savant comme ressource nationale pour nombre de disciplines marginales ou réclamant leur reconnaissance pleine et entière. À travers les congrès internationaux, les préhistoriens des années 1860 se sont forgé sans délai une identité et une respectabilité en contournant les institutions académiques conservatrices. Les Français en tirèrent avantage, mais également les « petits pays », le Danemark, la Belgique ou l’Italie qui comblaient par leur représentation un complexe d’infériorité69. Avant 1914, les sociologues, remarquons-le, ont pareillement misé sur la coopération internationale pour promouvoir et accélérer l’implantation de leur science dans les structures universitaires nationales70. Cela n’abolit pas le quant-à-soi des savants locaux. Néanmoins, les congrès internationaux ont permis la prise de parole, la mise à plat des différends et l’apprentissage d’une sociabilité ouverte propre à solidariser les groupes minoritaires. L’« homme de congrès », en quelque sorte, perd en nationalité ce qu’il gagne en « discipline71 ».

  • 72 M. Serres, « Paris 1800 », in Id., ed., Éléments d’histoire des sciences, Paris, Larousse/Bordas, 1 (...)
  • 73 À titre d’exemples pris des sciences humaines, L. Mucchielli, « La guerre n’a pas eu lieu. Les soci (...)
  • 74 « C’est de l’Allemagne que j’attendais la lumière », écrira après coup Émile Durkheim (Textes, I, É (...)

84Un autre élément, souvent rappelé, contribue à l’uniformisation du curriculum disciplinaire. La communication des spécialistes, par l’échange des publications, le séjour à l’étranger, la recommandation mutuelle des élèves prometteurs, permet d’harmoniser les procédures et de créer une sorte de pôle d’excellence. Comme on le voit dans les congrès spécialisés, une définition commune des anticipations de la recherche facilite les transferts d’information et la mise à jour des nomenclatures. Du moins, ces buts sont-ils fixés. Un code des valeurs attachées au « métier » renforce le sentiment d’appartenance des spécialistes. Malgré les périodes de guerre ou de tensions inter-étatiques qui se multiplient aux xixe et xxe siècles, ce mouvement intégrateur n’a jamais cessé. Simplement, la référence se déplace dans l’espace géographique, au gré des représentations. Vers 1800, Paris est un échangeur universel72. Ultérieurement, l’Europe savante s’invente une Allemagne dominante. Le Grand Tour des étudiants s’achève impérativement dans quelque laboratoire de Göttingen, Berlin ou Leipzig. La médiation allemande devient pour la république des sciences le motif obligé d’une initiation des élites culturelles73. Au déclin de la « lumière » allemande74, les universités américaines feront office de phare. Ces priorités n’ont rien d’immuable.

  • 75 J. A. Caron, « “Biology” in the life sciences… », p. 253-254.
  • 76 Selon le titre d’un article d’Anne-Marie Hans-Drouin paru dans Communications, 54, 1992, p. 263-287

85Le système disciplinaire moderne a trouvé une unité partielle dans cet agencement fait de coopération, de complémentarité et d’émulation. La différenciation des spécialités dépend du nombre, du comportement volontariste d’une équipe et du jugement d’opportunité dont le verdict n’appartient en réalité qu’aux porte-parole autorisés des disciplines voisines. Ce sont autant de conditions restrictives. C’est pourquoi, par exemple, la biologie n’émerge pas comme « discipline per se » avant la fin du xixe siècle. Les contemporains la considèrent seulement comme une propédeutique utile aux divers cursus de l’histoire naturelle75. Encore s’agit-il d’un domaine d’expérience peu controversé. Dans d’autres cas, la perception sélective des pairs porte au démenti. Science populaire s’il en fut et de renommée mondiale, la phrénologie n’a jamais été agréée par l’institution médicale ou le monde des naturalistes. Les ralliements sont restés personnels. De même, la sémiologie du geste et des mimiques à laquelle Darwin, Wundt, Mantegazza ont donné caution, n’a jamais franchi la sphère d’un « collège invisible » d’auteurs passionnés par la communication non verbale. Elle est restée, au xixe siècle, « un objet mal défini dans une science sans nom76 ».

86Le profil d’une discipline se dessine en creux et en « tension ». Tous les éléments qu’on lui associe habituellement (l’institution, la spécialité, la profession, le domaine d’expertise) n’acquièrent sens et fonction qu’à l’intérieur d’une certaine configuration. La somme des traits qui l’individualiseraient répond d’une perception contemporaine de l’activité scientifique fortement majorée. Mais aucune caractéristique n’y suffit, s’il est vrai que la sémantique des termes envisagés varie dans le temps. Aujourd’hui, le vocabulaire de la spécialité a la préférence des acteurs eux-mêmes. Mais le concept de « spécialité » a si bien changé depuis le xixe siècle que le savant ou « l’homme spécial » autoproclamé de l’époque positiviste pourra nous sembler au xxie siècle généraliste dans son éducation, son approche des problèmes et son insertion dans les réseaux de la recherche. Par ailleurs, la sectorisation de sa recherche reste tributaire d’un objectivisme de façade. L’économie d’une « production » ou d’une « construction » des savoirs a maintenant remplacé le langage imagé des « découvertes » et des « révélations ».

  • 77 G. Benguigui, D. Chave, P. Tripier, P. Rivard, « Spécialités naissantes et cristallisation de profe (...)
  • 78 L’expression « curiosité d’antiquaire » ne s’entend ici que dans son rapport à l’étayage disciplina (...)

87De même, l’acte de nomination des nouvelles spécialités, qui passe pour une « étape cruciale77 », est sans doute indispensable pour identifier un pôle d’activité scientifique. Historiquement, pourtant, il n’en est rien. Les mots ne corroborent pas l’existence d’une discipline. En dehors même des attestations classiques de termes tardivement redéfinis – comme c’est le cas de l’histoire, la géographie, la chimie, la psychologie ou l’anthropologie – la lexicographie n’indique qu’une naissance nominale et les néologismes surgissent d’ailleurs souvent sous la plume des polygraphes extérieurs au champ académique. L’ethnologie d’Alexandre-César Chavannes (1787) ou la géologie de Benjamin Martin (1735) n’alimentent qu’une curiosité d’antiquaire parce que ces termes, aussi fameux soient-ils, ont été recréés à maintes reprises, ou détournés de leur sens initial78. La nomination n’est donc pas un marqueur nécessaire de la spécialité.

88Le mot « discipline » appelle un commentaire semblable. Les textes méthodologiques de Durkheim des années 1890 sont les premiers de mon échantillon où il se rencontre. Or le contexte d’énonciation ne permet guère de préciser le sens exact attaché au concept. La mention la plus idiolectale apparaît quand Durkheim évoque les formes « anormales », centrifuges, de la division du travail en 1893 :

  • 79 É. Durkheim, De la division du travail social [1893], Paris, Presses universitaires de France, 1973 (...)

Il est dès maintenant impossible à un même homme de pratiquer un grand nombre de sciences. Ces grandes généralisations ne peuvent donc reposer que sur une vue assez sommaire des choses. Si, de plus, on songe avec quelle lenteur et quelles patientes précautions les savants procèdent d’ordinaire à la découverte de leurs vérités même les plus particulières, on s’explique que ces disciplines improvisées n’aient plus sur eux qu’une bien faible autorité79.

  • 80 J’emprunte ces notations, nombreuses, à la série d’articles réunis par Victor Karady, dans Textes, (...)

89Dans d’autres occurrences, Durkheim utilise le mot « discipline » en synonyme de « science » ou de « spécialité ». Mais sa forme adjectivée « discipline spéciale », quoique redondante, n’est pas rare. Elle semble connoter une étroitesse de champ ou une revue de détail contraire à l’esprit scientifique. Parlant de la « sociologie générale », Durkheim y voit la suite « naturelle » de l’évolution convergente de diverses « disciplines auxiliaires » comme l’histoire, l’économie ou la statistique. Il est clair cependant que, pour lui, la sociologie est le système d’ensemble qui les justifie. Loin d’en être la résultante, elle doit se présenter autrement (et être mieux fondée) pour prendre « conscience d’elle-même » et leur conférer, en retour, une véritable positivité. Il faut, à ce moment, qu’elle soit reconnue comme une entité scientifique distincte dont les « disciplines » seraient dérivées, et non l’inverse. Il est inutile présentement de circonstancier ces affirmations80.

  • 81 É. Durkheim, De la division du travail social, p. 347.
  • 82 Roland Barthes par Roland Barthes, Paris, Seuil, 1980, p. 82.

90Dans l’œuvre de Durkheim, le concept de « discipline », plutôt minoré, redonne par contraste à la « science » sociale une sorte de dignité philosophique. Cela prouve, a contrario, s’il le fallait encore, que le processus de différenciation des recherches est déjà reconnu. Ses effets « pathologiques », analysés comme tels par Durkheim dans ses remarques sur la division du travail anomique, manifestent cette « absence de concert et d’unité81 » du champ scientifique. Cette absence nous est devenue familière, elle passait il y a un siècle pour « anormale ». Du négatif au positif, la généalogie du système disciplinaire relève des échelonnements de langage qu’affectionnait Roland Barthes. Improbable discipline ! Sans autre ressource normative, l’historien s’oblige à déchiffrer « la nappe de sens telle qu’on la tire82 ». Le système disciplinaire est né hier. On le croit, bien à tort, vieux comme le monde.

Notes

1 Le Monde, 20-21 avril 1980, p. 8.

2 G. Lenclud, « Questions sur l’anthropologie », Lettre du département des sciences de l’homme et de la société, 57, déc. 1999, p. 3-6 (cit. p. 4).

3 D. Pestre, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques », Annales. Histoire, Sciences sociales, 3, 1995, p. 495.

4 Le mot est de Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Minuit, 1984, p. 159.

5 M. Foucault, Dits et écrits, 1954-1988, éd. par D. Defert, F. Ewald, J. Lagrange, Paris, Gallimard, 1994, t. 3, p. 188.

6 P. Bourdieu, « Le champ scientifique », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 2-3, 1976, p. 88-104 (cit. p. 92, n. 7).

7 G. Gusdorf, De l’histoire des sciences à l’histoire de la pensée, Paris, Payot, 1977, p. 305.

8 Ibid., p. 12.

9 D. Pestre, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences… », p. 495.

10 R. Barthes, Le grain de la voix. Entretiens, 1962-1980, Paris, Seuil, 1981, p. 126.

11 M. Daumas, « Préface », in Histoire de la science, Paris, Gallimard, 1957, p. x.

12 Cf. O. Martin, Sociologie des sciences, Paris, Nathan, 2000, chap. ii.

13 R. Stichweh, « The sociology of scientific disciplines. On the genesis and stability of the disciplinary structure of modern science », Science in context, 5 (1), 1992, p. 4-5. Le Larousse du xxe siècle, édition de 1929, donne encore en première acception de la « discipline » : « Instruction donnée ou reçue, Ensemble de connaissances, Doctrine ».

14 Abbé Mallet, article « Art », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, éd. par Diderot et d’Alembert, Paris, Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand, 1751, t. 1, p. 713.

15 I. Geoffroy Saint-Hilaire, Histoire naturelle générale des règnes organiques, principalement étudiée chez l’homme et les animaux, Paris, V. Masson, 1854, t. 1, p. 401-403.

16 P. Petitier, La géographie de Michelet. Territoire et modèles naturels dans les premières œuvres de Michelet, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 105 sq. (cit. p. 106 et 107).

17 E. Renan, L’avenir de la science, Paris, Flammarion, 1995, p. 85 (1re éd. Paris, 1890). Cf. A. Petit, « Enseignement scientifique et culture selon Ernest Renan », Revue d’Histoire des Sciences, 44 (1), 1991, p. 27-31.

18 C. Royer, Les sciences de la vie, Bruxelles, imp. Veuve Monnom, 1891, p. 21.

19 A. Esquiros, Paris ou les sciences, les institutions et les mœurs au xixe siècle, Paris, Comptoir des imprimeurs-unis, Comon & Cie, 1847, t. 1, p. 234.

20 Ibid., p. 233.

21 Voir C. Blanckaert, « La médecine philosophique de F. V. Raspail. Stratégies d’une “science populaire” », in J. Poirier & C. Langlois, eds, Raspail et la vulgarisation médicale, Paris, Vrin, 1988, p. 129-198.

22 L. Büchner, Force et matière. Études populaires d’histoire et de philosophie naturelles, Paris, C. Reinwald/Leipzig, T. Thomas, 1876, p. 40 (1re éd. Francfort-sur-le-Main, 1855). Voir aussi C. Letourneau, La biologie, Paris, C. Reinwald & Cie, 1877, p. vi-vii (1re éd. Paris, 1876).

23 A. Comte, Philosophie première. Cours de philosophie positive, Paris, Hermann, 1975, p. 31.

24 A. Cornu, « Le rôle de la physique dans les récents progrès des sciences », Association française pour l’Avancement des Sciences, Paris, Secrétariat de l’Association & G. Masson, 1890, 1re partie, p. 129 et 132.

25 G. Cuvier, Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts depuis 1789, II, Chimie et sciences de la nature [1810], éd. par Y. Laissus, Paris, Belin, 1989, p. 36-37.

26 J.-B. de M. Lamarck, Hydrogeology, trad. par A. V. Carozzi, Urbana, University of Illinois Press, 1964, p. 18 (1re éd. Paris, 1802).

27 I. Geoffroy Saint-Hilaire, Histoire naturelle générale des règnes organiques…, t. 1, p. 258 et 264.

28 A. Comte, Philosophie première…, p. 36.

29 G. Barsanti, « La naissance de la biologie. Observations, théories, métaphysiques en France 1740-1810 », in C. Blanckaert, J.-L. Fischer, R. Rey, eds, Nature, Histoire, Société. Essais en hommage à Jacques Roger, Paris, Klincksieck, 1995, p. 197-228. Le terme « biologie » est déjà utilisé en Allemagne au xviie siècle comme synonyme de biographie. Mais le latin biologia ou bionomia generalis, comme discours traitant des lois communes aux êtres vivants, apparaît dès 1766 dans un ouvrage de philosophie naturelle de Michael Christoph Hanov, professeur et bibliothécaire à Danzig. Voir P. Mc Laughlin, « Naming Biology », Journal of the History of Biology, 2002, p. 1-4.

30 J. A. Caron, « “Biology” in the life sciences. A historiographical contribution », History of Science, 26 (3), 1988, p. 223-268 (cit. p. 252).

31 Ibid., p. 253.

32 Ces mots sont de Léonce Manouvrier, « Classification naturelle des sciences. Position et programme de l’anthropologie », Association française pour l’avancement des sciences (Paris, 1889), Seconde partie, Notes et mémoires, Paris, Association française pour l’avancement des sciences & G. Masson, 1890, p. 663.

33 A. Comte, Philosophie première…, p. 50.

34 A.-M. Ampère, Essai sur la philosophie des sciences, ou exposition analytique d’une classification naturelle de toutes les connaissances humaines, Paris, Bachelier, 1834, p. xxxi et xxxvi.

35 B. Bensaude-Vincent, « La chimie : un statut toujours problématique dans la classification du savoir », Revue de Synthèse, 115 (1-2), 1994, p. 135-148.

36 J.-B. Say, Cours d’économie politique et autre essais, éd. par P. Steiner, Paris, Flammarion, 1996, p. 91-92.

37 A. Espinas, Des sociétés animales [1877], Paris, F. Alcan, 1935, p. 5 (« introduction historique » de 1878).

38 Bulletin de l’Association française pour l’avancement des sciences, 36, juillet 1883, p. 6.

39 Bulletin de l’Association française pour l’avancement des sciences, 74, juillet 1900, p. 8.

40 Sur ces antagonismes, voir L. Mucchielli, La découverte du social. Naissance de la sociologie en France (1870- 1914), Paris, La Découverte, 1998.

41 P. Topinard, « L’anthropologie dans ses rapports avec la science sociale et la philosophie », Association française pour l’avancement des sciences (Cherbourg 1905). Notes et mémoires, Paris, Association française pour l’avancement des sciences, Masson & Cie, 1906, p. 652-660 (cit. p. 660).

42 Armand de Quatrefages, professeur au Muséum d’histoire naturelle, a souvent publié ses vues. Voir, par exemple, L’espèce humaine, Paris, G. Baillière & Cie, 3e éd., 1877, livre I, chap. i. Les notions de « règne humain », « règne hominal » ou « règne moral » sont antérieures à ses écrits. C’est l’abbé Maupied, collaborateur d’Henri de Blainville, qui paraît avoir évoqué pour la première fois le « règne social » en 1851.

43 É. Durkheim & P. Fauconnet, « Sociologie et sciences sociales » [1903], in Textes, I, Éléments d’une théorie sociale, éd. par Victor Karady, Paris, Minuit, 1975, p. 145.

44 É. Durkheim, « La sociologie et son domaine scientifique » [1900], in ibid., p. 23.

45 Dans M. Mauss, Essais de sociologie, Paris, Minuit, 1971, p. 6-7.

46 Voir la mise au point de Léonce Manouvrier, « Classification naturelle des sciences… », p. 664 sq.

47 Cf. la lecture (trop) enthousiaste de cet épisode par Massayuki Yamashita, « La sociologie française entre Auguste Comte et Émile Durkheim : Émile Littré et ses collaborateurs », L’Année sociologique, 45 (1), 1995, p. 83-115. La différence entre la sociologie de Comte et celle de ses disciples est étudiée par Annie Petit, « Comte et Littré : les débats autour de la sociologie positiviste », Communications, 54, 1992, p. 15-37.

48 P. Favre, « Retour à la question de l’objet ou faut-il disqualifier la notion de discipline ? », Politix, 29, 1995, p. 141-157.

49 S. Collini, « “Discipline history” and “intellectual history”. Reflections on the historiography of the social sciences in Britain and France », Revue de Synthèse, 109 (3-4), 1988, p. 387-399.

50 M. Foucault, « Réponse au cercle d’épistémologie », Cahiers pour l’Analyse, 9, Généalogie des sciences, 1968, p. 36.

51 R. Stichweh, Études sur la genèse du système scientifique moderne, trad. fr. par F. Blaise, Lille, Presses universitaires de Lille, 1991.

52 R. Stichweh, ibid., p. 53.

53 Voir le témoignage de J. C. Greene, « Introductory conversation », in J. R. Moore, ed., History, humanity and evolution. Essays for John C. Greene, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 28-29.

54 S. Shapin, « Discipline and bounding. The history and sociology of science as seen through the externalism-internalism debate », History of Science, 30, 1992, p. 333-369.

55 G. W. Stocking Jr, Victorian anthropology, New York, The Free Press, 1987, p. 268-269. Voir C. Blanckaert, « Fondements disciplinaires de l’anthropologie française au xixe siècle. Perspectives historiographiques » (Politix, 29, 1995, p. 31-54), « “Les deux parties du problème”. Renan et l’ethnographie » (Études renaniennes, 102, 1996, p. 62-89) et « L’Avancement de l’anthropologie. Activisme et paradoxes de la 11e section de l’AFAS dans les années Broca (1872-1880) » (in H. Gispert, ed., L’Association française pour l’avancement des sciences [AFAS]. Diffuser et promouvoir les sciences [1872-1914], Orsay-Paris, Onze Edition, 1998, p. 153-172) ; P. Riviale, « L’ethnographie, de l’indigène au musée » (in I. Poutrin, ed., Le xixe siècle. Science, politique et tradition, Paris, Berger-Levrault, 1995, p. 147-165) et « L’américanisme français à la veille de la fondation de la Société des américanistes » (Journal de la Société des Américanistes, 81, 1995, p. 207-229) ; E. Sibeud, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France (1878-1930), Paris, Éd. de l’EHESS, 2002.

56 R. Smith, « Pour l’histoire des sciences humaines. Perspective anglaise », in C. Blanckaert, L. Blondiaux, L. Loty et al., eds, L’histoire des sciences de l’homme. Trajectoire, enjeux et questions vives, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 85.

57 R. Stichweh, Études sur la genèse du système scientifique moderne, p. 52-53.

58 L’expression, popularisée par l’économiste Schumpeter, est prise dans un sens péjoratif par Raymond Boudon parce que les études pratiques sembleraient sacrifier à l’idéologie, ignorer le « genre cognitif » et ses « progrès » (« Comment écrire l’histoire des sciences sociales ? », Communications, 54, 1992, p. 299-317).

59 Je reprends l’expression de Diana Le Dinh, « Introduction. Pour une histoire sociale des sciences sociales », in Id., ed., L’avènement des sciences sociales comme disciplines académiques xixe-xxe siècles. Les Annuelles, 8, 1997, p. 8.

60 Voir B. Kalaora & A. Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Seyssel, Champ Vallon, 1989.

61 J. Poirier, « La faculté de médecine face à la montée du spécialisme », Communications, 54, 1992, p. 213 sq.

62 Ou plutôt cette originalité s’exprime en négatif, dans le fait qu’en Grande-Bretagne la différenciation des disciplines est « bloquée » par les traditions d’amateurs de haut statut social. R. Stichweh, Études sur la genèse du système scientifique moderne, p. 68-69.

63 Ibid., p. 56.

64 J. Morrell & A. Thackray, Gentlemen of science. Early years of the British Association for the Advancement of Science, Oxford, Clarendon Press, 1981, p. 283-286.

65 F. M. Turner, « The Victorian conflict between science and religion. A professional dimension », Isis, 69 (248), 1978, p. 356-376.

66 R. Stichweh, Études sur la genèse du système scientifique moderne, p. 21.

67 Voir l’étude de J. Harwood, Styles of scientific thought. The German genetics community 1900-1933, Chicago-Londres, University of Chicago Press, 1993, notamment le chap. iv, « Demarcating the discipline : Germany versus the United States ».

68 J. B. Morrell, « Professionalisation », in R. C. Olby, G. N. Cantor, J. R. Christie, J. S. Hodge, eds, Companion to the history of modern science, Londres-New York, Routledge, 1990, p. 988.

69 M.-A. Kaeser, « L’internationalisation de la préhistoire, une manœuvre tactique ? Les conséquences épistémologiques de la fondation des congrès internationaux d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques », in C. Blanckaert, ed., Les politiques de l’anthropologie. Discours et pratiques en France (1860-1940), Paris, L’Harmattan, 2001, p. 201-230.

70 C. Gülich, « Le rôle de la coopération scientifique internationale dans la constitution de la sociologie en Europe (1890-1914) », Communications, 54, 1992, p. 105-117.

71 L’expression est de Christophe Prochasson : « Introduction », Mil neuf cent. Revue d’Histoire intellectuelle, 7, Les congrès, lieux de l’échange intellectuel (1850-1914), 1989, p. 5-8.

72 M. Serres, « Paris 1800 », in Id., ed., Éléments d’histoire des sciences, Paris, Larousse/Bordas, 1997, p. 511.

73 À titre d’exemples pris des sciences humaines, L. Mucchielli, « La guerre n’a pas eu lieu. Les sociologues français et l’Allemagne (1870-1940) », Espaces Temps, 53-54, 1993, p. 5-18 ; G. Paicheler, L’invention de la psychologie moderne, Paris, L’Harmattan, 1992, chap. iii.

74 « C’est de l’Allemagne que j’attendais la lumière », écrira après coup Émile Durkheim (Textes, I, Éléments d’une théorie sociale, p. 400).

75 J. A. Caron, « “Biology” in the life sciences… », p. 253-254.

76 Selon le titre d’un article d’Anne-Marie Hans-Drouin paru dans Communications, 54, 1992, p. 263-287.

77 G. Benguigui, D. Chave, P. Tripier, P. Rivard, « Spécialités naissantes et cristallisation de professions », Cahiers STS, 4, 1984, p. 146.

78 L’expression « curiosité d’antiquaire » ne s’entend ici que dans son rapport à l’étayage disciplinaire. Elle n’est nullement péjorative et il est à peine besoin de souligner les vertus de la lexicographie historique pour dépayser nos « lieux » communs. Voir C. Blanckaert, « “Story” et “History” de l’ethnologie », Revue de Synthèse, 109 (3-4), 1988, p. 451-467.

79 É. Durkheim, De la division du travail social [1893], Paris, Presses universitaires de France, 1973, p. 354 (je souligne).

80 J’emprunte ces notations, nombreuses, à la série d’articles réunis par Victor Karady, dans Textes, I, Éléments d’une théorie sociale.

81 É. Durkheim, De la division du travail social, p. 347.

82 Roland Barthes par Roland Barthes, Paris, Seuil, 1980, p. 82.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search