Version classiqueVersion mobile

Qu’est-ce qu’une discipline ?

 | 
Jean Boutier
, 
Jean-Claude Passeron
, 
Jacques Revel

Qu’est-ce qu’une discipline ?

Texte intégral

1La réponse à cette question qui pourrait sembler purement classificatoire est loin d’être la même selon que l’historien et le sociologue entreprennent de décrire l’identité sociale, l’identité professionnelle ou l’identité épistémologique des différents corps de savoirs spécialisés, reconnus et transmis comme tels par les organisations universitaires dans nos sociétés. Elle se diversifie encore dès qu’on s’éloigne du dispositif institutionnel d’enseignement et de recherche qui s’est mis en place à partir des révolutions scientifiques de l’époque moderne.

2Quoique fort ancien, le terme de « discipline » n’apparaît que tardivement pour désigner un principe de spécialisation de la recherche qui se veut à la fois logique, par sa référence à une théorie unifiée de l’intelligibilité, et fonctionnel, par ses principes d’organisation de la diversité des connaissances. Le « système des disciplines » semble alors se substituer au langage d’une organisation des savoirs et des savoir-faire en « spécialités » ou « métiers » pour couvrir l’ensemble « naturel » des sciences et des arts, en le justifiant par une conception encyclopédique de la connaissance. Dans l’histoire européenne des institutions scientifiques, c’est par un long processus de professionnalisation des activités savantes que se sont ajustées l’institutionnalisation d’une nouvelle signalétique, l’unification des nomenclatures de la communication scientifique et la répartition des savoirs dans une classification qui se voulait raisonnée.

3Aujourd’hui, ce tableau irénique d’un espace épistémologique cadastré par un « système des disciplines » qui a fait (ou semblé faire) coexister un temps une organisation des mondes savants, une pédagogie efficace de la transmission et un renouvellement continu des chances de découverte, se trouve profondément bouleversé. Non seulement par le renouvellement des fonctions sociales de la science, mais aussi, dans l’histoire interne des problématiques de recherche, par une subdivision toujours plus poussée des spécialisations disciplinaires et l’émergence simultanée de paradigmes trans- ou interdisciplinaires. Dès le début du xxe siècle, les politiques scientifiques des universités et des États ont fait de la définition méthodologique des « disciplines » l’objet d’âpres discussions où sciences formelles, sciences normatives, sciences de la nature et sciences humaines voyaient se renégocier, outre leurs moyens, leurs périmètres universitaires et leur poids fonctionnel au sein des institutions de savoir. Débat social où ont conflué des considérations qui mêlaient l’histoire des idées à la sociologie des cités savantes et l’épistémologie des preuves au souci de mesurer la rentabilité économique des productions scientifiques. Débat épistémologique aussi, qui révèle un désaccord, aujourd’hui aigu, sur l’efficacité scientifique du régime disciplinaire.

4Face aux enjeux politiques ou corporatifs qui pèsent sur les descriptions du sociologue, il importe de reprendre le débat en bannissant toute orthodoxie et d’abord les consensus fictifs. Voici plus de quarante ans, Thomas Kuhn a lancé la discussion sur les rapports entre paradigme, révolution scientifique et science normale. Formulée en ces termes, la controverse sur les chances d’innovation qui s’attachent aux formes institutionnalisées de la pensée scientifique a souvent abouti à une représentation diffuse, souvent « sociologiste », parfois relativiste, de la production des savoirs. Le suivi historique de l’émergence ou de la reconfiguration de disciplines nouvelles révèle une disjonction entre fécondité heuristique et immatriculation disciplinaire, par exemple dans l’hétérogénéité des ébauches qui ont introduit aux intelligibilités scientifiques les plus solidement disciplinarisées par la suite : la météorologie et la géophysique se sont ainsi construites dans une tension méthodologique prolongée entre « sciences du laboratoire » et « sciences de l’observatoire ». Des structures universitaires nationales qui semblent très proches par leurs origines révèlent à l’analyse sociologique une différence profonde entre leurs orientations culturelles : la représentation des rapports de la science à la culture, inscrite dans l’Université française, apparaît ainsi fort éloignée de la configuration où s’enracinait depuis plus longtemps dans le monde allemand le rôle de la philologie, à la fois science des textes et clé de voûte des valeurs qui ont fondé la légitimité de l’université humboldtienne. Que les chercheurs prennent pour objet l’institution scientifique ou que leur travail s’y inscrive, se pose finalement à tous la question des effets d’un régime disciplinaire, qui apparaît plus souvent à ses acteurs comme un mécanisme de standardisation des savoirs constitués que comme un aiguillon des savoirs en voie d’élaboration.

  • 1 L’initiative de ce volume revient à Jean-Louis Fabiani que nous tenons à remercier ici.

5Sociologie, histoire et anthropologie des sciences ne remplacent pas un examen épistémologique des risques de sclérose, ou des chances de clarification, liés à l’immatriculation des savoirs dans une signalétique générale. Mais les descriptions de la variation socio-culturelle des conditions de l’invention permettent de nourrir l’analyse épistémologique, qui ne peut jamais décrire la signification d’une intelligibilité scientifique que dans la diversité historique de ses dispositifs de production et d’énonciation1.

Notes de fin

1 L’initiative de ce volume revient à Jean-Louis Fabiani que nous tenons à remercier ici.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search