Version classiqueVersion mobile

Penser par cas

 | 
Jean-Claude Passeron
, 
Jacques Revel

Les diverses formes de raisonnement par cas

The different forms of reasoning by case

Pierre Livet

Résumé

Seront examinés :
1) les raisonnements du général au particulier, et inversement,

2) les raisonnements à partir de prototypes,

3) les raisonnements par révision, par normalités et exceptions,

4) les raisonnements par double révision.

La singularité d’un cas tiendrait alors à la manière dont, d’une part, il nous amène à réviser nos anticipations normales, et dont, d’autre part, il se prolonge vers différents possibles, pour les ordonner d’une manière qui modifie rétrospectivement ce qu’étaient les ordres d’évaluations précédents.

Texte intégral

1L’expression « raisonner par cas » peut recouvrir des méthodes très différentes, dont une bonne partie n’a pas encore été vraiment explorée. Je voudrais situer les unes par rapport aux autres ces diverses méthodes et indiquer les nouveaux horizons qui s’ouvrent actuellement pour le raisonnement par cas, lorsqu’il s’appuie sur les théories de la révision des croyances (on entend par là les méthodes pour modifier nos croyances quand leurs conclusions sont contredites par de nouvelles informations), sur les raisonnements contrefactuels, sur les raisonnements sensibles au contexte, et en général sur des méthodes qui tiennent compte à la fois de la dynamique propre au raisonnement et des interactions de cette dynamique avec l’exploration des contextes.

2Je différencierai plusieurs types de raisonnement par cas. J’en donne ici la liste pour fixer les idées. 1) Les raisonnements du général au particulier, et inversement. 2) Les raisonnements à partir de prototypes. 3) Les raisonnements par révision, par normalités et exceptions. 4) Les raisonnements par double révision – c’est ici que j’introduis quelque nouveauté.

3Les raisonnements du premier type consistent à explorer les opérations de subsomption d’un cas singulier sous une règle générale ou un concept universel, à le ranger dans une classe et éventuellement à montrer les difficultés de ces opérations. C’est le vieux problème : puisque la science ne traite que du général, comment pourrait-elle arriver à penser le singulier ?

4Ceux du deuxième type partent d’un prototype, cas particulier mais central, qui présente diverses similarités avec d’autres cas présentés. On suppose généralement que l’on peut estimer le degré de similarité dans chacune des dimensions de ressemblance. On peut donc définir dans quelle mesure (à quel degré) un exemplaire présenté se rapproche du prototype sur certaines dimensions ou modes de ressemblance et s’en éloigne sur d’autres. On doit pouvoir définir un gradient sur ces dimensions, permettant de passer de ce qui est le plus similaire à ce qui l’est le moins. Moyennant certaines conventions ou choix conceptuels, il est alors possible d’intégrer ces diverses similarités et dissimilarités pour déterminer un degré global de ressemblance, qui permet ou non d’intégrer les exemples présentés au domaine de similarité dont le prototype est le centre ou le paradigme, et non pas simplement à la classe possédant tel trait (ce qui reviendrait à retrouver la notion de subsomption). Un individu peut donc appartenir à ce domaine, alors même qu’il présente des lacunes dans ses traits propres, l’absence de qualités propres à certaines dimensions.

5Ceux du troisième type traitent un problème qui peut se poser pour les deux premiers raisonnements et qu’ils ne savent pas traiter. Certains des traits d’un exemple présenté peuvent entrer en conflit avec des traits prototypiques, au lieu d’en être simplement des degrés affaiblis. Ainsi cet individu n’est pas militaire, il est objecteur de conscience. De même, pour ce qui est des subsomptions, un céphalopode, bien que faisant partie des mollusques, qui ont généralement des coquilles, n’a pas de coquille. Pire, un nautile, qui est un céphalopode, a une coquille. Si nous sommes partis d’une règle générale, nous devons donc soit reconnaître qu’elle admet des exceptions, et savoir comment et quand déclencher ces exceptions, soit chercher à changer cette règle générale, si les exceptions sont trop nombreuses et l’organisation trop compliquée. Si nous sommes partis d’un prototype, nous devons définir quelles absences de traits et, bien davantage, quelles présences d’autres traits, et à quel degré, font basculer du positif au négatif notre jugement d’appartenance au domaine de similarité de ce prototype. Ou bien, nous devons déterminer quels sous-domaines sont définis par ces traits particuliers.

6Ceux du quatrième type traitent un problème qui n’est pas posé par les trois précédents. C’est celui de savoir d’où nous faisons nos jugements (soit de subsomption, soit de similarité, soit de normalités et d’exceptions), dans quelle perspective et dans quelle mesure nous pouvons proposer une perspective qui intègre d’avance certains changements de point de vue, certaines révisions. Ce problème est évidemment lié à celui de la définition d’un contexte d’évaluation.

  • 1 Nous pourrons utiliser le « cas-limite » traité par Y. Thomas, « L’extrême et l’ordinaire. Remarque (...)

7Pour chacun des deux premiers types de raisonnement, les « cas » sont à la fois un problème difficile et une solution plus ou moins satisfaisante au problème qu’ils posent. Mais comme on va le voir, ces « solutions » ne tiennent que moyennant des hypothèses supplémentaires, qui sont toujours risquées. Les deux derniers types de raisonnement nous permettent de mieux apprécier l’ampleur et la fragilité – mais aussi la nécessité – de cette activité de production d’hypothèses1.

Le cas, reliant le particulier au général

Appliquer les règles aux cas (du général au particulier)

8L’usage du terme de « cas » montre bien l’ambivalence de la notion par rapport au problème de la subsomption. En géométrie, on peut raisonner par cas : on montrera que telle propriété est vérifiée pour tel type d’entité, pour tel autre type, et comme on aura fait la liste exhaustive des entités à considérer (des types de figure, des types de nombre, etc.), une fois la démonstration faite pour chaque type pertinent, on considérera la propriété comme démontrée en général. Le cas est donc ici une sous-classe d’une classe plus générale. La subsomption de la classe tout entière sous la propriété est assurée dès lors que chacune des sous-classes tombe sous cette propriété. En droit, un « cas » est n’importe quelle « cause » que l’on plaide et à laquelle le juge doit appliquer une ou plusieurs règles de droit, sans que cette application fasse problème, mais ce peut être aussi un « cas difficile », qui peut relever de plusieurs règles dont les prescriptions ont des conséquences qui sont en conflit. Ici, la subsomption pose problème.

  • 2 Dans cette interprétation, la communauté « vide » conserve son concept, mais pas son exemplificatio (...)

9Appliquer un concept universel, ou une règle (Kant relie les deux notions) à un cas particulier peut faire problème soit parce qu’on a un concept, mais pas de cas concret qui lui corresponde (concept vide d’intuition)2, soit parce qu’on a un cas concret, mais pas de concept qui lui corresponde (intuition sans concept), soit parce qu’on a plusieurs concepts qui semblent pouvoir chacun s’appliquer au cas, mais que ces applications et les inférences qu’elles déclenchent entraînent des incompatibilités (Kant n’a retenu dans sa table du Nihil que le cas d’un objet en lui-même contradictoire et il a dénié en morale qu’il puisse exister des conflits de règles morales).

10Il en est ainsi pour les questions portant sur le droit à appliquer aux embryons. Soit nous leur appliquons le droit des personnes. Mais nous savons maintenant que beaucoup de nos cellules peuvent redevenir totipotentes et pourraient donc se développer en embryons sous certaines conditions. Or nous ne pouvons pas généraliser le droit des personnes à toutes ces cellules. Soit nous leur appliquons le droit applicable aux simples organes, voire aux cellules, mais alors nous les traitons comme des parties d’un corps et non des potentialités d’individu complet – ce que nous faisons pourtant dans une certaine mesure vis-à-vis des personnes en coma prolongé, qui n’ont qu’une potentialité de retour à une vie humanisée.

11En un sens Kant a raison. Si nos concepts étaient correctement construits, leurs domaines d’application ne devraient pas être ainsi faits que l’on puisse trouver un cas dans une intersection entre ces domaines qui implique contradiction. Les concepts ne pourraient présenter que des intersections non contradictoires (excepté bien entendu les concepts posés comme contradictoires). C’est une des conditions du raisonnement par cas en mathématique, une autre étant que l’on dispose d’un principe de clôture de la liste des cas (des sous-classes, en fait). Les conflits d’application ne peuvent donc se produire que lorsque le domaine n’est pas encore bien catégorisé. Mais, et c’est là qu’il faut donner tort à Kant, aucun domaine n’est jamais, à un instant quelconque donné, totalement catégorisé d’une manière qui garantisse l’exclusion des conflits (cf. même en mathématique les irrationnels, la notion de fonction continue, les paradoxes qui ont conduit à la théorie des types, etc. ; chacun de ces conflits a été résolu, mais à tout instant d’autres se proposent).

12Nos catégories sont toujours en refonte et les nouveaux cas qui se présentent nous obligent à les refondre. Ainsi en est-il d’une situation aussi marginale que les changements de sexe. Albert Jonsen et Stephen Toulmin montrent que, en fait, elle oblige à remettre en question la définition du mariage et le refus d’admettre le mariage entre homosexuels – puisque si, cas improbable, la femme d’un homme qui a changé de sexe veut continuer à avoir avec lui des rapports sexuels, ce désir transforme la fonction sexuelle du mariage en un rapport de type homosexuel, et qu’on ne voit pas pourquoi refuser à cette femme cette volonté et la divorcer sans le consentement d’aucun des époux. Ainsi des exceptions peuvent miner un cadre général, même si elles n’en modifient pas toutes les propriétés.

  • 3 La « communauté vide » peut aussi s’interpréter par un raisonnement disjonctif : ce n’est ni ce moi (...)

13Dès que l’on admet des exceptions, on peut avoir des difficultés pour valider la version non constructive du raisonnement par cas. Le raisonnement par cas en mathématique est constructif : on démontre l’existence de la propriété dans chaque cas. Mais il est une forme de raisonnement par cas non constructive, c’est sa forme disjonctive3. Si A, B et C épuisent tous les cas possibles, alors si je n’ai ni A, ni B, je vais conclure que j’ai C. Mais je n’ai pas démontré directement que C « est le cas ». Je l’ai démontré seulement par défaut. Or A, B et C pourraient épuiser les cas possibles sous un certain abord, mais je pourrais sans m’en rendre compte partir d’un D qui n’est compatible avec cet abord que dans un certain contexte et pas dans tous. Autrement dit, l’exhaustivité de A, B, et C relativement à D comporterait des exceptions. Si je dis que tout ce qu’on définit comme personnes humaines comprend les individus conscients, endormis, hypnotisés, en coma partiel, en coma prolongé, je prends le rapport à la conscience et ses marges – les potentialités de conscience – comme critère. Mais ce critère a-t-il un sens pour un embryon ? Oui, quand cet embryon se développe jusqu’à présenter de réelles potentialités de conscience. Mais sans doute pas au stade embryonnaire proprement dit.

Définir les cas dans leur singularité

14Le raisonnement par cas peut avoir un autre sens que celui de parcourir la liste de tous les « cas » catégorisés (en fait, il s’agit alors de toutes les sous-classes). Il peut s’agir au contraire de raisonner sur un cas, pour le déterminer comme cas dans sa spécificité, voire dans sa singularité. Gilles-Gaston Granger parlait de raisonnement clinique (il parlait de l’histoire comme « clinique ») et il le définissait comme le croisement de grilles catégorielles différentes, de manière à restreindre de plus en plus le domaine d’application, si bien que finalement il ne resterait plus qu’un seul individu dans l’intersection de toutes les propriétés utilisées. Mais cela soulève au moins deux problèmes. Comment s’assurer que les propriétés en question se croisent (ou se superposent, selon l’image que l’on préfère) sans conflit ? Et comment s’assurer que nous appliquons bien ces propriétés au même individu ? Le premier problème nous renvoie à la question des conflits de règles et des exceptions. Le dernier problème ne se pose guère dans la clinique médicale (à moins de confusion entre les dossiers), mais il se pose en histoire (divers documents nous parlent-ils bien du même événement, du même individu ?).

  • 4 La mort du dernier moine semble une défaite de l’instanciation du sujet propriétaire, mais à un arg (...)

15Il est en fait possible d’approcher un cas singulier non pas par les propriétés qu’il accepte ou des inférences qu’il valide, car elles sont potentiellement infinies, mais par celles qu’il refuse. Il ne s’agit pas de cet « océan de non-être » dont Platon nous dit dans Le sophiste qu’il entoure tout existant (puisque celui-ci « n’est pas »… l’océan des déterminations qu’il n’a pas). Il s’agit des inférences normales que le cas singulier récuse : il en vérifie bien les antécédents mais pas les conclusions. Le cas se définit alors par l’ensemble des inférences normales qu’il défait, pour lesquelles il sert de contexte défaiseur4. Cette approche est peut-être plus économique que l’approche classique à la Popper et à la Bar-Hillel, qui définissait le contenu informatif d’un énoncé – sur un cas – par l’ensemble de ses falsificateurs. Les inférences normales étant bien plus souvent satisfaites que défaites, l’ensemble des défaiseurs des inférences normales est plus limité que celui des falsificateurs de propositions universelles, dont l’immense majorité est vouée à la falsification. Si un cas sert de défaiseur à plusieurs règles d’inférence normales, on peut d’ailleurs se demander quel lien ces règles ont entre elles. Mais il est aussi possible que seul ce cas – parmi tous les cas recensés – défasse toutes ces règles à la fois. On peut ainsi désigner – au moins provisoirement – sa singularité, alors qu’on ne peut pas trouver l’ensemble de toutes les propriétés dont l’intersection définit l’individu singulier (seul le Dieu de Leibniz est censé pouvoir le faire). Mais il s’agit d’une singularité provisoire, puisqu’on pourrait découvrir d’autres cas qui défont toutes les règles en question, et relative à la richesse de l’ensemble des règles dont l’on dispose. Plus riche est cet ensemble, mieux on peut distinguer entre les individus.

16Les historiens ou les sociologues sont parfois tentés d’étudier un cas, pour enfin pouvoir analyser un ensemble de données « à fond », au lieu de procéder par construction d’un réseau qui présente toujours des lacunes. Exhiber toutes les données, projeter tous les modes interprétatifs sur ces données, faire converger l’analyse événementielle, politique, juridique, économique des mentalités, des techniques, c’est sembler viser la reconstitution du concret dans sa singularité et sa richesse. En fait, c’est bien plutôt montrer comment, sur un cas, les différentes approches se pondèrent et soit se renforcent soit s’affaiblissent, voire se contredisent les unes les autres. Le cas est ici pris soit comme « renforceur », soit comme « défaiseur ».

Remonter des cas aux règles (du particulier au général)

17Si l’on parvenait à définir non pas simplement des défaiseurs – qui peuvent simplement suspendre la conclusion sans invalider pour les autres cas la normalité de l’inférence – mais des réviseurs – qui obligent à modifier la règle de normalité –, on aurait un ensemble encore plus limité de spécificateurs. Le problème est alors que, pour qu’un seul cas puisse obliger à réviser une règle, il ne doit pas simplement présenter des traits exceptionnels. Ceux-ci laissent la règle intacte, ils l’immunisent même contre toute révision : ce ne sont que des exceptions et une règle normale en a presque toujours. Le cas, pour avoir cette puissance de remise en question, doit présenter des propriétés qui sont génériques et d’autres qui sont contra-génériques. Plus précisément, il doit pouvoir activer des règles normales et les conduire entre elles à des conflits, alors que dans les autres cas elles restaient compatibles. Nous sommes alors contraints de réviser les règles elles-mêmes, puisqu’elles ne doivent pas normalement entrer en conflit. En fait, nous pouvons nous borner à spécifier des règles de règlement du conflit, qui disent par exemple quelle règle appliquer en priorité dans tel ensemble de situation. Mais nous avons alors bien rajouté des règles, nous n’avons pas simplement introduit des exceptions.

18Si un cas nous oblige à réviser des règles, c’est que nous sommes entrés dans un autre mode du raisonnement par cas, non plus celui qui consiste à parcourir la liste entière des cas pour établir une propriété de leur ensemble, ni celui qui consiste à utiliser l’intersection de différentes propriétés pour définir un cas particulier, mais celui qui consiste à partir d’un cas singulier concret et à remonter vers le général. Il ne peut s’agir d’induction : elle exige de partir de multiples cas, la probabilité de validation de la généralisation étant – c’est l’hypothèse discutable de l’induction probabiliste – d’autant plus forte que le nombre de cas devient très grand. Le but de notre remontée ne peut donc pas être de valider une hypothèse générale. C’est au contraire, premièrement, de montrer comment une hypothèse générale doit être ajustée, dans une situation singulière. Par exemple, si l’on suppose que, dans les campagnes, ceux qui ont des terres fertiles sont plus conservateurs que ceux qui en ont de moins bonnes, qu’en est-il quand on est de plus en bord de mer, avec une activité de pêche, voire d’engagement maritime (exemple des enquêtes de Plozevet) ? Deuxièmement, il s’agit de montrer comment des hypothèses générales diverses se modifient les unes les autres dans le cas en question. Ainsi disposons-nous de l’hypothèse selon laquelle ceux qui voient dans les œuvres le signe de leur prédestination incertaine pour le salut se consacrent avec plus de concentration au commerce et aux investissements que ceux qui y voient la possibilité assurée d’obtenir des mérites ; nous avons aussi l’hypothèse selon laquelle plus les bourgeois ont obtenu de droits vis-à-vis de princes plus faibles, plus le commerce et les industries peuvent se développer. Qu’en est-il quand le calvinisme se combine avec les droits des bourgeois ? Est-ce que le calvinisme peut même se développer sous un prince puissant ? Que se passe-t-il quand la motivation moins forte de la quête de mérites se lie à la quête des honneurs dispensés par un pouvoir royal central et fort ?

  • 5 La « communauté vide » s’interprète alors ainsi : tant qu’il y a des biens qui avaient été assignés (...)

19Le cas est alors convoqué pour montrer comment les différentes hypothèses constituent des contextes les unes pour les autres. Le contexte de la problématique du salut religieux est un potentialiseur ou un défaiseur pour le contexte du développement économique, comme l’est pour le développement économique et pour les modes d’organisation religieux le contexte de l’organisation centralisée ou décentralisée des pouvoirs politiques. Les hypothèses ne font que développer des scénarios typiques de notre manière de comprendre le fonctionnement normal de chacun de ces contextes. Il n’est donc pas question de réfuter une hypothèse en exhibant un contexte dans lequel elle ne fonctionne pas bien. Si les règles liées à une hypothèse entrent en conflit avec les règles d’un autre contexte, ce n’est pas la preuve que la première hypothèse n’est pas valide, mais seulement qu’elle n’est pas la règle de tous les contextes. C’est aussi un témoignage de ce qu’il existe des contextes centraux dans lesquels chaque règle est dominante5 et que, dans le contexte de certaines autres règles, cette règle n’est plus valide.

20Pour que nous ayons non plus simplement à contextualiser, mais à réviser une règle, il faut que, dans son contexte même d’interprétation, elle ne soit pas féconde ou qu’elle ne soit appliquée qu’exceptionnellement, ou qu’elle doive pour s’appliquer imposer de fortes restrictions aux pratiques qu’elle est censée régler, alors que nous ne constatons pas de telles restrictions dans ces pratiques (il est possible, en ce sens, que nous ayons à réviser les règles que nous propose la théorie économique). L’étude de cas permet d’exhiber des conflits de frontières entre contextes, elle permet aussi de donner des arguments pour réviser une règle posée comme hypothèse de fonctionnement d’une pratique sociale.

Prototype et stylisation

21Jusqu’à présent, nous pouvions utiliser le vocabulaire de la règle (méthode générale ou universelle) et du cas particulier et déchiffrer les rapports qui vont de la règle au cas et du cas à la règle. L’introduction de la notion de prototype et, de manière assez antinomique, de la méthode de stylisation nous fait sortir de cet aller retour de la subsomption et de la sursomption, qui avait déjà dévié sur les thèmes de l’exception et de la contextualisation.

  • 6 Cette latitude permet de relier au prototype des cas qui ne possèdent pas certaines de ses propriét (...)

22Le prototype est un exemple concret, sur lequel on peut donc découvrir de nouvelles propriétés, de manière en principe aussi développée que l’on veut. Il ne faut pas le confondre avec le stéréotype, qui fonctionne à peu près comme lui, relativement du moins à une opposition avec le fait stylisé, mais qui ne peut pas être exploré de manière détaillée, parce que le degré de finesse de sa définition est fixé une fois pour toutes. Cependant, le prototype, comme le stéréotype, permet de faire des inférences normales, par similarité, avec d’autres cas, sans qu’on s’émeuve du fait que ces cas ne présentent pas de similarités sur tous les points avec le prototype mais au contraire manquent de quelques traits ou même en présentent de contraires. Le prototype n’est donc pas utilisé dans toute sa concrétude, mais relativement à l’ensemble rayonnant de cas qu’il permet de rassembler par similarités partielles – la similarité n’étant pas transitive, les cas rassemblés ne sont pas forcément similaires entre eux6.

23Sur un fait stylisé, au contraire, on ne peut pas découvrir de nouvelles propriétés. Ainsi l’organisation hiérarchisée ou décentralisée d’une entreprise, le fait de la création même d’entreprises stables, l’établissement d’un marché boursier, peuvent être traités comme des faits stylisés. Ce sont des faits qui sont des évidences sociales mais qui posent des problèmes à la théorie (pourquoi des entreprises stables dans un marché fluant, pourquoi telle organisation de production plutôt qu’une autre, pourquoi des échanges boursiers, celui qui vend montrant par là même qu’il estime dépréciée la valeur de son actif, celui qui achète qu’il pense que cette valeur va remonter, etc.). Notons que les prototypes, au contraire, ne posent aucun problème au catégorisateur naïf qui les utilise et en fait les repères de sa typologie.

24Quant aux faits stylisés, les théoriciens, cependant, pensent pouvoir indiquer les conditions spécifiques qui permettent leur émergence. Mais ces faits eux-mêmes doivent pour cela être réduits à quelques opérations et paramètres. Cependant il est ensuite possible de se proposer comme programme de travailler sur les propriétés qui ont été laissées de côté pour constituer le fait stylisé, alors que les lacunes du réseau de prototypie ne déclenchent aucun programme d’investigation.

25De plus le prototype est sensible au contexte puisque, si l’on nous parle d’oiseau, nous pouvons imaginer un moineau si nous vivons en ville, un merle ou une mésange si nous parcourons les champs, un aigle si nous venons de visiter une volière d’oiseaux de proie, un canard si nous venons de parcourir des marais, etc. La construction du prototype exige une concrétisation qui varie avec le contexte. Le fait stylisé au contraire élimine toute prise en compte d’un contexte, puisqu’il définit justement ce contexte de manière « stylisée », c’est-à-dire réduite à quelques spécifications. Là où le prototype nous focalise sur l’exemple concret et nous fait oublier sa dépendance du contexte d’évocation, le fait stylisé nous focalise sur quelques paramètres de la situation, qui sont seuls pris en compte, si bien que d’autres déterminations du contexte que constituait la situation sont tout simplement évacuées.

26Le prototype n’est pas forcément formalisable – bien que sa fonction soit de permettre des inférences normales sur d’autres cas, qui sont d’autant plus valides qu’est élevé le gradient de similarité avec cet autre cas, et que ces inférences soient partiellement formalisables. Le fait stylisé est un squelette de situation dont les paramètres sont choisis de manière à espérer appliquer une formalisation des opérations typiques qui sont censées s’y dérouler. Une fois qu’il est bien compris, on pourra greffer dessus d’autres variantes, qui exigeront une semblable stylisation. Une fois étudiées les fonctions d’utilité du consommateur et du producteur, on pourra par exemple étudier la recherche par le producteur d’une réputation qui soit attachée par les autres à sa personne ou son nom et pas simplement à sa production, etc. Ce qui aurait pu être un contexte qui déstabilise les inférences qui utilisent les propriétés prototypiques d’un cas devient une construction qui prolonge et complique la structure formelle déjà mise en place. Mais il y reste pourtant des traces de ces changements de contexte, ce sont les remises en cause d’axiomes initiaux trop simples et trop contraignants qui sont souvent amenées par ces extensions.

Normalités, exceptions et révisions

  • 7 A. R. Jonsen & S. Toulmin, The abuse of casuistry. A history of moral reasoning, Berkeley-Londres, (...)

27Toulmin disposait déjà d’un schéma de raisonnement pour rendre compte des raisonnements par cas qui sont construits pour tenir compte des relations entre a) une règle dont la validité n’est que normale, donc pas universelle, b) une conclusion à laquelle conduit cette règle dans une situation, et c) les exceptions que certaines circonstances de cette situation pourraient déclencher. Par exemple, il formule ainsi un raisonnement à propos du cas bien connu de l’emprunt : fondement : j’ai emprunté cette arme à feu et n’en ai plus l’usage ; garantie : les objets empruntés doivent être rendus après usage ; conclusion : je dois rendre l’arme à feu à son propriétaire ; exception : sauf si le propriétaire menace de tuer son voisin dès que je lui aurai rendu l’arme7.

  • 8 En fait, dès que nos logiques se rapprochent des raisonnements probabilistes, le Modus Ponens peut (...)

28Dans des termes plus logiques, on pourrait reformuler les choses d’une manière légèrement différente. Nous avons une règle d’inférence concernant une normalité pratique, qui dit que si nous n’avons plus l’usage d’un objet que nous avons emprunté, alors nous devons le rendre à son propriétaire. L’antécédent de cette règle est déclenché : nous n’avons effectivement plus l’usage de cet objet (l’arme) que nous avons emprunté. La règle d’inférence nous conduit donc normalement par une sorte de Modus Ponens à la conclusion8 : nous devons rendre l’arme à son propriétaire. Mais cette règle n’est valide que par défaut, c’est-à-dire si on ne prouve pas le contraire. Or nous avons une autre règle (dont la validité n’est elle aussi que normale) qui nous dit « si le propriétaire d’un objet utilisera sûrement cet objet dès qu’on le lui aura rendu pour causer un dommage très grave à autrui, alors nous ne devons pas lui rendre cet objet ». L’antécédent de cette règle est déclenché. La conclusion de cette règle a priorité sur la conclusion de la règle précédente, parce que cette règle est spécifiée comme défaiseur – comme exception – de la première inférence (sur le mode du « sauf si »), ou bien simplement parce qu’elle est plus spécifique. Nous maintenons donc la conclusion de la règle d’exception, et suspendons la conclusion de la règle initiale.

29Il semblait logiquement délicat de construire un système formel qui permette de suspendre des conclusions déjà tirées. En termes formels, c’était contrevenir à la propriété de « monotonie » (définie comme suit : aucune conclusion nouvelle ne peut éliminer ou suspendre une conclusion précédemment acquise). Mais de tels systèmes non monotones ont été construits (en particulier les systèmes « préférentiels » ou les systèmes utilisant la « monotonie rationnelle »). Ils exigent évidemment que l’utilisateur sache décider à chaque fois quelle règle l’emporte sur quelle autre. Toulmin n’avait pas formulé les choses de manière logique, parce qu’il accordait des rôles différents à ce qu’il appelait la « garantie » et à ce qu’il appelait le « fondement », sans voir qu’il s’agissait de la bonne vieille distinction entre une règle d’inférence et l’antécédent de cette règle, et aussi parce qu’il ne développait pas l’exception elle-même comme une règle, alors même qu’il avait remarqué qu’une exception pouvait avoir d’autres exceptions, ce qui aurait dû lui faire conclure qu’elle se comportait comme la règle initiale. Toulmin avait axé sa réflexion sur une critique de l’utilisation des probabilités telle que l’avait pratiquée Carnap. Mais les formes de logique dont nous parlons ici reprennent certains thèmes des probabilités, tout en en abandonnant d’autres : ils remplacent en particulier la structure de « partition », d’ensemble exhaustif de cases disjointes, propre aux probabilités, par une structure d’ordre, de rangs superposés.

30Toulmin fait une distinction entre les problèmes que traite cette forme de raisonnement par cas. Il distingue les cas marginaux ou non typiques, les cas ambigus (la règle s’applique au cas de manière ambiguë ; notre histoire d’emprunt d’arme serait un cas ambigu, on voit mal pourquoi) et les conflits entre règles. Nous venons de voir qu’en fait, ces trois formes se réduisent à la troisième, celle du conflit entre règles. L’ambiguïté correspond simplement à la situation où l’utilisateur ne sait pas décider le conflit, et le cas marginal à la situation où la règle d’exception est extrêmement spécifique et réduite à peu d’exemples.

31Ces systèmes de « logique non monotone » utilisent donc une notion centrale, celle de conséquence normale. La sémantique qui correspond à cette notion syntaxique de conséquence implique de relativiser une conséquence à un domaine et de dire que si A a pour conséquence normale B, c’est que dans le domaine des A, les B ont une place importante (en rang, mais ce pourrait être aussi en nombre). Si en revanche A a pour conséquence normale non C, c’est que les C ont un rang très inférieur, ou sont en nombre très réduit dans le domaine des A. Enfin, si A n’a pas pour conséquence D, c’est que nous ne savons pas si les D sont importants ou non dans le domaine des A – ils pourraient occuper la moitié du domaine, ou 30 %, par exemple, mais non pas 90 % ou 2 %.

32Quand nous raisonnons, nous faisons comme si nous nous souciions d’abord seulement des éléments importants du domaine. Si par exemple nous savons que B implique normalement C, alors cela veut dire que les C sont importants dans le domaine des B. Est-ce compatible avec l’idée que d’une part, normalement, les A impliquent B, et que d’autre part les A impliquent non C ? Oui, si les C occupent la majeure partie des B, et que les A n’occupent qu’une toute petite partie des B (comprenant donc peu de C), partie qui, relativement aux A, est tout de même très importante. Mais il se pourrait qu’une information sur une autre inférence normale ne nous permette plus de trouver de modèle qui préserve la compatibilité des inférences de notre réseau d’inférences normales ; et dès lors il nous faudrait savoir à quelle inférence donner la priorité sur quelle autre. Nous apprenons donc peu à peu à gérer les relations entre ces importances relatives à des domaines différents et nous constituons un système qui range les éléments les uns par rapport aux autres.

33De tels systèmes, puisqu’ils peuvent conduire à retirer des conclusions, semblent devoir être reliés à un processus dynamique qui permet de constater des contradictions et de retirer les sources de ces contradictions pour pouvoir de nouveau développer des conclusions. Cette opération de retrait et de remise en ordre se nomme « révision ». Il existe déjà un processus de révision bien connu en probabilités, la révision bayésienne. Elle consiste à partir d’une répartition des états du monde possibles en différentes cases, de différentes importances ou poids (ou probabilités), à recueillir les informations génériques sur des modifications de la taille de ces cases (par exemple, une des cases n’existe pas), et à re-répartir les poids de chacune des cases initiales sur les cases restantes, ou sur les cases modifiées. Cette répartition, c’est le point important, se fait au prorata de l’importance initiale des cases restantes. Si elles étaient équiprobables, la symétrie de l’équiprobabilité est donc conservée dans la mesure du possible.

  • 9 Dans la version la plus « intuitive », celle des « ranked structures », cf. K. Schlechta, Coherent (...)
  • 10 Évoqué par C. Imbert, « Le cadastre des savoirs. Figure de connaissance et prises de réel », ici mê (...)

34En revanche, les procédés de révision utilisés par nos logiques non monotones reposent sur des ordres (des sortes d’empilements, ou de ramifications, au lieu de cases). On se place dans un monde de référence et on considère les autres états possibles comme rangés en couches successives9, de plus en plus éloignées du monde de référence. Si l’on apprend une information qui ne peut appartenir qu’à une couche assez éloignée du monde de référence, on se transporte dans la couche la plus proche compatible avec cette information et on redistribue les rangs de nos précédentes informations en accordant le meilleur rang aux informations qui sont les plus proches (en termes de rang) de l’information de référence. Ce procédé donne donc une importance décisive à une information spécifique – par exemple une exception. Il suffit donc de rencontrer une exception pour suspendre la conclusion initiale, ce qui nous rapproche du probabilisme de certains casuistes (telle infraction à la règle normale est justifiée dès lors qu’on peut exhiber une circonstance exceptionnelle) alors que le probabiliorisme10 (on doit suivre une exception mais seulement si elle correspond à l’argument le plus fort) exigerait d’avoir parcouru le système entier des révisions – puisqu’une révision peut être révisée par une autre, de même qu’un contre-argument peut être défait à son tour par un contre-contre-argument – avant de pouvoir déterminer quelle est la meilleure solution, celle qui n’est défaite par aucune autre. En fait, les deux raisonnements, probabiliste et probabilioriste, ne sont que deux figures du même processus, mais pris à différents stades ; le stade d’une exception donnée ou d’un contre-argument isolé et celui d’une chaîne entière d’arguments et de contre-arguments, ou d’exceptions aux exceptions, qui nous renvoient à d’autres règles.

35Mais à moins de supposer que la liste des exceptions est fermée, nous ne pouvons pas espérer avoir parcouru un jour la chaîne entière des révisions. Or, si cette liste était fermée, nous n’aurions pas besoin d’une logique non monotone. Il nous suffirait, chaque fois que nous rencontrons une exception, de dire que nos catégories et nos règles d’inférences étaient mal faites. Nous devrions simplement attendre d’avoir suffisamment bien déterminé la formulation exacte des antécédents des règles et d’avoir défini de manière suffisamment précise les inférences qu’elles permettent, et alors nous ne pourrions plus observer d’exceptions. Les logiques non monotones ne peuvent donc exister que de manière transitoire, tant que le système des catégories et des inférences spécifiques est en devenir. Mais ce stade transitoire est notre lot humain, si bien que les logiques non monotones ont leur place, parce que la liste des exceptions restera toujours ouverte, ou parce que, si l’on préfère, nos catégories seront toujours soumises à révision.

  • 11 Pour concevoir la communauté vide comme propriétaire, il faut supposer que l’absence de membres n’e (...)

36Les règles d’inférence dont nous avons parlé jusque-là sont des règles d’inférence spécifiques, liées à un contenu précis (si l’on a emprunté un objet et qu’on n’en a plus l’usage, on doit le rendre). Mais les logiques non monotones exigent aussi d’apporter des restrictions aux règles d’inférence au sens logique du terme, sans acception de contenu. Ainsi, elles n’acceptent plus la transitivité (A implique B, B implique C ; conséquence : A implique C), mais elles exigent de prendre des précautions : il faut, par exemple, que A implique B, que A implique C, et dès lors on a seulement : A et B impliquent C (monotonie prudente). Pourquoi ces précautions ? Ce sont des moyens de tenir compte de la sensibilité des inférences au changement de contexte et d’y parer dans la mesure du possible. D’après la première proposition (A implique B), B est normal dans le domaine A, et donc le contexte B et le contexte A sont compatibles. Il en est de même pour C et A. Mais rien ne dit que B est compatible avec le contexte C. La règle nous dit – en prenant quelques risques malgré sa prudence, on le voit immédiatement – que si B et C sont compatibles chacun de son côté avec le contexte A, alors C est compatible avec le contexte A conjoint au contexte B11.

37Ainsi ce genre de logique est amené à présupposer une notion de contexte : un contexte est un domaine – qui régit les relations entre le normal et l’exceptionnel – qui admet certaines inférences comme normales et en bloque d’autres – ou ne les admet qu’à titre exceptionnel. Un contexte ne se définit donc que relativement à d’autres domaines et relativement aux inférences normales sur ces domaines et ces conjugaisons de domaines. Un contexte de compatibilité pour plusieurs domaines est celui où les conjugaisons de domaines ne bloquent pas les inférences normales dans chacun de ces domaines. Les frontières entre contextes sont données par ces blocages – ou ces passages soit dans le régime de l’exception, soit dans le régime de l’impossibilité de décider entre le normal et l’exceptionnel.

38Ces formalisations peuvent-elles rendre compte des raisonnements par cas, sensibles aux circonstances et capables de tenir compte des exceptions, bref des raisonnements que prétendaient utiliser les casuistes ? Oui et non. Elles permettent bien d’analyser à quelles conditions ces raisonnements restent cohérents, une fois admis la division entre normalités et exceptions – les exceptions restant des règles qui elles-mêmes peuvent avoir des exceptions dont certaines « réinstallent » les premières règles.

39Mais dans un système de règles complexe, il peut y avoir beaucoup de manières de construire une cohérence entre diverses règles, en prenant les unes pour normales, les autres pour exceptionnelles. La formalisation nous dit si telle manière de construire le réseau des normalités et des exceptions est cohérente, elle ne choisit pas entre ces manières d’instaurer une cohérence. De même elle suppose valide toute règle proposée, signalant simplement que, par son fonctionnement, cette règle crée des incohérences avec les conclusions d’autres règles et que le problème doit être résolu en désignant une ou plusieurs des règles comme exceptionnelles dans tel contexte. Entre deux manières possibles de construire une cohérence, l’une qui fait de la règle R1 une règle normale, l’autre qui en fait une exception, la formalisation ne décide pas.

40Se révèle alors une erreur fondamentale des casuistes : ils voulaient construire un unique système de casuistique, en partant de règles jugées plus fondamentales (les dix commandements, ou les différentes vertus) et en construisant des arbres de sous-règles avec des exceptions déclenchées par des changements de contexte. Chacun d’eux pensait produire l’unique organisation la plus cohérente. Si certains admettaient que les différences d’organisation pouvaient tenir à des différences de présentation, tous supposaient que ces différentes présentations étaient différentes versions d’un même contenu, d’une même morale chrétienne. Or rien n’exclut que les différents réseaux de normalités et d’exceptions correspondent à différentes morales, et tout indique que c’est le cas. Le raisonnement contextuel ne consiste pas seulement à déployer diverses facettes d’une même morale selon les circonstances. Certes, il consiste à trancher des conflits entre règles par un découpage des contextes. Mais entre différents découpages, les conflits renaissent, parce que les différents découpages ont des conséquences sur les décisions pratiques qui sont contradictoires.

Les raisonnements par double révision

41Nos morales ne sont pas figées. Un être spéculatif ou audacieux, ou révolté par la morale présente peut imaginer une autre morale qui le satisfasse mieux. Nos raisonnements doivent alors tenir compte de la dynamique temporelle de cette projection dans l’avenir, qui peut révéler des failles de notre morale présente, ou au contraire des dispositions à un développement plus satisfaisant.

Raisonnement par cas et révision émotionnelle

42Il faut donc pouvoir expliciter un double mouvement. Tout d’abord, partant de l’état présent de nos croyances et de nos pratiques, nous nous projetons dans l’avenir et imaginons diverses modifications de ces croyances et pratiques, en les évaluant quant à leurs chances de réalisation par rapport à ce monde présent et leur intérêt propre : première révision, qui consiste à pondérer nos évocations des situations futures possibles par la « distance » à laquelle notre point de perspective les place – en fait, par la différence du rang de normalité entre ces évocations et notre monde de référence : plus elles sont normales, plus elles sont « proches », plus elles sont exceptionnelles, plus elles sont lointaines. C’est une révision « en éventail », vers les différents mondes futurs possibles, l’éventail s’ouvrant dans le sens de la flèche du temps. Les gains obtenus dans chacun des mondes futurs sont ainsi pondérés par le rang de normalité de ces mondes. Nous dirons qu’ils sont « normalisés ».

  • 12 Cf. P. Livet, « Principes et données d’une rationalité émotionnelle », Working paper, Aix-en-Proven (...)

43Ensuite, nous plaçant par la pensée, successivement, dans chacun des mondes qui est au terme d’une des directions de cet éventail, nous supposons que ce monde est devenu le monde réel. Nous comparons alors son gain normalisé non plus seulement avec le monde présent, mais avec le gain normalisé de chacun des autres mondes possibles, et nous nous forgeons des évaluations qui sont relatives aux perspectives de chacun de ces mondes sur chacun des autres. Cette évaluation transversale nous permet d’évaluer les différentiels entre ces mondes, et donc les émotions – regret et réjouissance – qui découlent de ces différentiels. Nous revenons alors à la situation présente, pour y définir un intervalle émotionnel, qui correspond à l’émotion anticipant les différentes émotions possibles et les émotions de comparaison. Et nous définissons notre choix en fonction des données de cet intervalle. Ce mouvement de retour au présent correspond donc à une deuxième révision, qui révise les données de l’intervalle émotionnel les unes par les autres, pour évaluer l’éventail de cet intervalle et déterminer finalement la disposition à choisir au présent de telle ou telle manière. Un tel mode de raisonnement, qui dans sa première révision se projette dans les situations (les cas) mais après les avoir pondérées par leur rang de normalité, semble tout à fait adapté pour raisonner sur les cas de manière équilibrée et en tenant compte des émotions que nous éprouverions si nous nous trouvions pris dans un de ces cas. Il se trouve qu’un tel raisonnement fait s’évanouir le célèbre paradoxe d’Allais12.

44Rappelons ce paradoxe. On sait que, face à un choix entre une branche qui offre un gain certain et une autre qui offre une loterie dont l’espérance d’utilité totale est légèrement supérieure au gain certain, la plupart des sujets choisissent le gain certain. Mais face à deux loteries qui présentent entre elles des différences d’un ordre voisin de celle du premier choix entre une loterie et un gain certain, ils choisissent celle qui a l’espérance d’utilité supérieure. L’espérance d’utilité consiste à multiplier le gain de chaque lot par sa probabilité d’obtention et à faire la somme de ces produits.

  • 13 Or la seule différence, selon la théorie de l’espérance d’utilité, entre le premier choix et le sec (...)

45Rappelons l’exemple initial d’Allais. Il opposait deux options, l’une pour un gain certain de 1 M, l’autre pour une loterie. Sa loterie comprenait trois issues possibles : a) 5 M avec une probabilité de 0,10 ; b) 1 M avec 0, 89 chance ; c) 0, avec 0, 01 chance. Une partie importante des sujets choisissent le gain certain, alors que l’espérance d’utilité de la loterie est de 500000 + 890000 = 1390000, ce qui est supérieur de plus d’un tiers au gain certain. En revanche, confrontés à deux loteries, l’une donnant 0,10 chance de gagner 5 M, et 0,9 de n’avoir rien, l’autre 0,11 chance de gagner 1 M et 0,89 chance de ne rien avoir, ils choisissent la première loterie, suivant ainsi la maximisation de l’espérance d’utilité. Les sujets semblent donc adopter deux méthodes différentes selon qu’ils ont affaire à deux loteries ou bien à un choix entre une loterie et un gain certain13.

46En fait, selon nous, ils n’utilisent qu’une seule méthode, mais elle tient compte des émotions qu’ils éprouveraient s’ils se trouvaient dans les différentes situations possibles. Mais quelles sont les caractéristiques de ce raisonnement émotionnel et quelle est sa cohérence ?

  • 14 La qualité d’exception est relative à l’importance des autres situations possibles. Relativement à  (...)

47L’émotion anticipée tient 1) à la différence entre la situation de référence et la situation estimée, 2) à la « distance » à laquelle ces mondes se trouvent du monde présent. En fait, selon nous, cette distance n’est qu’un ordre, un rang de normalité et non pas une quantité (comme c’est le cas pour la probabilité). Or, le gain certain est un gain à notre disposition immédiate. Nous le considérons donc comme un gain de référence. Les émotions que nous anticipons devoir éprouver si nous obtenions un des lots de la loterie sont donc évaluées par rapport à cette nouvelle référence. Ainsi, 5 M à 10 % devient un différentiel de + 4 M, mais qui est exceptionnel14. On voit la différence énorme avec le raisonnement probabiliste. Quand nous considérons un monde certain du point de vue probabiliste et que nous voulons le comparer à une loterie, nous devons découper les états possibles du monde certain en autant de tranches probabilistes que celles de la loterie. La comparaison se fait alors entre chaque tranche de gain. Par exemple, on doit comparer non pas 1 M à 890000 (1 M x 89 %), mais bien la tranche à 89 % du 1 M certain (dont l’espérance d’utilité est de 890000) à cette tranche correspondante de la loterie, qui a la même espérance d’utilité.

48En revanche, si le monde du gain certain est tenu pour un monde maximalement normal, de premier rang, cela n’a aucun sens de le découper en des états qui, du coup, verraient chacun leur rang dégradé par rapport à la certitude.

  • 15 Référence certaine : R ; Très normal : NN ; Normal : N ; Semi-normal : S ; Exceptionnel : E ; Très (...)

49Quelle est alors notre première révision, celle qui va vers le futur ? Nous devons d’abord partir du monde origine, du monde du choix. Pour nous projeter dans chacun des états offerts à notre choix, il nous faut à chaque fois changer de rang de normalité. Si l’on préfère, nous voyons toutes choses, y compris les émotions futures possibles, à travers les lentilles des perspectives du monde du choix, qui sont faites de ces distances ou degrés de normalité des différents mondes. Pour le monde du gain certain, cette distance est nulle. Le gain certain est à notre disposition. Il devient donc notre gain de référence pour estimer les émotions que nous aurons, par différence avec le gain certain, dans les différentes situations proposées par la loterie. À partir du monde racine d’une loterie, la distance à parcourir pour arriver à un autre monde ou un autre état est proportionnelle à sa probabilité. Nous transformons la probabilité en un rang de normalité. Ce rang est relatif à la distribution de probabilités proposée. Ici, R est le rang du gain certain ; 89 % est donc très normal (NN), 10 % exceptionnel, et 1 % très exceptionnel. Nous pouvons alors définir les émotions de base produites par chacun des lots de la loterie : par référence à un état 0, elles auraient été de : E 5 M, NN 1 M, EE 0. Par référence au gain certain de 1 M (noté : R 1 M), elles sont de : E 4 M, NN 0, EE - 1 M15.

50Comment allons-nous maintenant déterminer notre émotion dans la situation de choix au présent, en fonction de ces différentes émotions possibles ? C’est l’objet de la révision en retour au présent. L’émotion produite au présent par l’anticipation de ces différentes émotions consiste en un intervalle émotionnel, ou excitation anxieuse ; excitation pour les possibilités d’émotions positives, anxiété pour les possibilités d’émotions négatives. Comment évaluer cet intervalle ? Il nous faut en outre tenir compte du fait que cet intervalle engendre des « émotions de comparaison ». Si nous nous trouvons dans la situation d’avoir gagné + 4 M, nous aurons une émotion de comparaison, par rapport à la situation où nous aurons gagné 0, qui sera proportionnelle à la différence, 4 M, mais pondérée par le fait que la situation à laquelle nous comparons ce gain est très normale. Autrement dit, notre émotion positive de comparaison restera forte. En revanche, par rapport à la situation où nous ne gagnerions rien, et qui, par rapport au gain de référence, nous donne un différentiel de -1 M, la pondération consistera à affaiblir fortement l’émotion de comparaison, puisque la situation à laquelle nous comparons le différentiel, qui est ici de +5 M, est très exceptionnelle. Nous aurons donc les émotions de comparaisons suivantes, en partant du gain le plus élevé et en comparant successivement chaque gain aux deux autres : NN + 4 M, EE + 5 M ; E - 4 M, EE + 1 M ; E - 5 M ; NN - 1 M.

51De retour à notre émotion au présent, nous conjuguons donc l’ensemble de ces émotions de comparaison à notre intervalle des émotions de base.

52Nous avons alors le choix entre un gain certain qui nous donne (R 1 M) et qui n’est pas accompagné d’émotions de comparaison, puisque ces dernières sont incluses en quelque sorte dans le changement de référence auquel nous avons procédé, et une loterie qui nous donne un intervalle d’émotions de base de [E + 4 M ; NN 0 ; EE - 1 M] et un intervalle d’émotions de comparaison qui donne [NN + 4 M, EE + 5 M ; E - 4 M, EE + 1 M ; E - 5 M ; NN - 1 M]. Le gain certain est évidemment préféré à l’intervalle des émotions de base, dont le centre de gravité, pour ainsi dire, est simplement un peu supérieur à 0. L’émotion de comparaison du lot le plus élevé (NN + 4 M) peut nous attirer. Elle peut même l’emporter sur les aspects négatifs des autres émotions et la très grande exceptionalité des autres possibilités d’émotions de comparaison positive. Mais cette émotion de comparaison est dépendante d’une émotion de base (E + 4 M) qui reste filtrée par son exceptionalité. Si nous procédons aussi par ordre et que nous considérons d’abord les émotions de base, et ensuite seulement les émotions de comparaison, ce qui est logique puisque l’estimation des secondes dépend de l’estimation des premières, nous resterons sensibles à cette dépendance. Notre disposition finale, au présent, consistera donc à donner la préférence au gain certain.

53Comparons maintenant les termes de l’autre choix proposé par Allais : une loterie A, avec comme lot a : 5 M avec la probabilité 0,1, et b : 0 avec la probabilité 0,9 ; une loterie B proposant le lot c : 1 M à 0,11, et d : 0 à 0,89. Notre référence doit être un monde certain et les loteries ne nous en offrent pas d’autre que le monde actuel, supposé neutre (0). Nous allons donc d’abord, en procédant à la révision vers le futur, estimer les émotions produites dans chaque lot par le différentiel avec notre état de référence, émotions filtrées par le rang de normalité de la situation qu’il nous faut aller chercher dans le futur. Nous aurons donc une émotion (E 5 M) et une autre (NN 0) dans la première loterie et, dans la seconde, les émotions (E 1 M) et (NN 0). Nous procédons alors à la révision de retour au présent. Notre émotion présente est, dans le cas de la première loterie, un intervalle [E + 5 M ; NN 0], dans celui de la seconde, un intervalle [E 1 M ; NN 0]. Il n’est même pas nécessaire de procéder à l’évaluation des intervalles des émotions de comparaison pour choisir la première loterie.

54Il est donc possible de trouver derrière nos comportements apparemment paradoxaux un raisonnement qui tient compte des émotions et qui reste rationnel.

55Ce raisonnement décrit en fait la dynamique d’un raisonnement par cas qui soit prospectif et qui permette donc d’envisager de modifier notre environnement, et même notre morale. Nous imaginons différents cas à partir de notre monde présent. Nous pondérons chacune des situations propres à ces cas en fonction du rang de normalité que la perspective dont nous disposons dans notre monde présent lui assigne (révision prospective). À travers ce filtrage par le rang de normalité de chaque cas, nous imaginons ce que serait notre évaluation émotionnelle par différence avec la situation de référence. Ensuite nous procédons à une révision par retour au présent. Nous revenons à la racine de nos choix et nous évaluons l’émotion présente, qui consiste en un intervalle émotionnel, lequel implique des émotions de comparaison qui forment aussi les éléments d’un intervalle associé. Cette révision par retour au présent nous permet finalement de définir notre disposition présente en face des possibles envisagés.

56C’est ainsi que l’on raisonne en bio-éthique, quand on imagine les conséquences éthiques du développement de telle ou telle technique. C’est aussi ainsi que l’on peut justifier un principe de précaution tempéré. Il consiste à imaginer un cas catastrophique (pollution générale de la planète, interruption du Gulf Stream, catastrophe nucléaire) et à imaginer les émotions que nous pourrions ressentir si nous nous trouvions dans cette situation. Mais, contrairement aux catastrophistes, qui n’appliquent alors aucune pondération, et sautent donc d’emblée à notre deuxième étape, il faut avoir d’abord tenu compte des coefficients de plausibilité de la survenue de telles catastrophes, dans la révision prospective.

57Un autre catastrophisme pondéré serait possible : il consisterait à opérer la révision prospective après la révision rétrospective. Cela semble étrange, mais n’est pas absurde, quand il est question de choisir entre soit plusieurs actions qu’il nous suffit de déclencher, soit une action et des situations subies. Si le résultat envisagé est une conséquence directe d’une action qui est à notre disposition et qu’il suffit de décider, la situation propre à ce résultat devient directement accessible sans filtrage. Elle devient même notre nouvelle situation de référence, comme dans le monde du gain certain. En fait, aucune action n’étant assurée de son résultat, nous découpons les choses en deux parties : ce que peut certainement nous apporter notre action, et ce qui reste soumis aux aléas extérieurs ; pour ces circonstances extérieures, notre évaluation se fait selon la procédure du filtrage des émotions par le rang de normalité de la situation ; pour le résultat assuré de l’action, il devient notre référence. Le renversement d’ordre entre la révision rétrospective et la révision prospective peut se justifier ainsi : si notre action a au moins une part de résultat certain (ne serait-ce que l’action elle-même), alors il en est d’elle comme si elle était déjà présente. Nous devons donc l’estimer directement selon la procédure du retour au présent, selon la révision rétrospective, comme nous le ferions d’un passé.

58Ainsi, quand la catastrophe est une conséquence directe de notre action, nous nous placerons d’emblée dans le monde catastrophique, sans filtrer la perte qu’il nous impose par son rang de normalité. En revanche, les émotions de comparaison que nous aurons entre la situation produite par cette action et d’autres situations possibles resteront estimées selon la procédure précédente : si la situation à laquelle nous nous comparons est exceptionnelle, notre émotion est très faible, etc.

59Mais que nous raisonnions dans le cadre d’émotions liées à des circonstances subies, en utilisant d’abord la révision prospective et ensuite la révision de retour au présent, ou que nous mixtions les deux procédures, quand nous raisonnons dans le cadre d’émotions liées à des actions à notre disposition immédiate, nous avons besoin de relier entre elles les deux formes de révision, révision prospective et révision de retour au présent. Et puisque nous anticipons nos émotions en nous imaginant projetés dans les cas que nous pouvons anticiper, on voit qu’il s’agit là encore d’une forme – nouvelle – de raisonnement par cas.

  • 16 Le cas de la communauté vide commencerait donc par être évalué, dans la révision prospective, comme (...)

60Nous pouvons appliquer ce genre de raisonnement à des situations historiques et sociales. Nous pouvons (et devons) tenter de reconstruire ce qu’ont été les raisonnements par double révision qui ont conduit aux décisions historiques que nous observons. Pour cela, il nous faut nous-mêmes, à partir de notre monde présent, où nous avons des informations sur l’avenir d’une société passée, nous plonger dans le monde du cas de cette société, puis il nous faut développer les perspectives de ce monde. Il faut reconstituer les modes de révision prospective qui permettaient à cette société de se projeter vers différents avenirs possibles, d’estimer leurs rangs respectifs de normalité. Il faut reconstituer les émotions typiques qu’elle pouvait ressentir en s’imaginant parvenue dans chacun de ces avenirs ; il nous faut ensuite reconstituer les modes de comparaison qui pouvaient justifier émotionnellement sa décision, une fois revenue au présent de sa décision. Toute cette reconstruction doit évidemment être compatible avec la décision prise, mais aussi avec ce que nous savons des mentalités des acteurs, en fonction d’autres décisions, de textes qui commentent ces décisions, de normes propres à cette société, et de manifestation d’émotions qui ont eu lieu dans cette société16.

61Toute cette reconstruction est en fait elle-même révisée ou pondérée par notre propre perspective présente. Pour obtenir plus d’objectivité, il nous faut donc comparer les différentes reconstructions historiques propres à différentes époques. Cela nous sera précieux pour pouvoir mieux déterminer quelles étaient les révisions prospectives et comparatives propres à ces époques. En observant les révisions (les révisions de révisions) que les révisions d’une époque accomplissent par rapport aux révisions des autres époques et des autres sociétés, nous pourrons peu à peu dessiner un réseau dense de perspectives situées les unes par rapport aux autres. Nous pouvons même, ensuite, tenter de formaliser la cohérence de ces différentes perspectives – en utilisant les procédés décrits plus haut des deux options gain et loterie – puisqu’il est de moins en moins plausible que nous trouvions plusieurs cohérences qui puissent rendre compte simultanément de tous ces changements de perspectives, de ces révisions et de leurs relations entre elles. L’histoire devient ainsi complètement relativiste et perspectiviste : elle dessine le réseau des perspectives d’un cas sur l’autre, mais elle est aussi de plus en plus contrainte dans la reconstruction de la cohérence entre les diverses interprétations. Ce n’est pas parce que l’histoire exige des interprétations et des perspectives qu’elle est ouverte à l’incohérence, au contraire.

Raisonnement par cas et connecteurs sociaux

  • 17 Cf. J.-Y. Girard, « Linear logic. Its syntax and semantics », in J.-Y. Girard, Y. Lafont, L. Regnie (...)

62La forme de raisonnement par cas que nous venons d’examiner est très probablement centrale dans la constitution de nos représentations du social et donc de ce qui guide nos pratiques sociales. Il nous faut revenir ici à une version moins ouvertement dynamique, ou du moins réduire la dynamique au simple décalage de points de vue entre différents niveaux de la réalité sociale. Un connecteur logique nous permet de mieux comprendre ce fonctionnement sur plusieurs niveaux, c’est le connecteur de la « logique linéaire » que Jean-Yves Girard a nommé le « Par17 ». La sémantique de ce connecteur est la suivante : prenons deux domaines ; s’il existe une cohérence dans l’un, ou dans l’autre, ou dans les deux – ce connecteur est donc une forme de disjonction –, alors le connecteur assure une cohérence entre la cohérence du premier terme du premier domaine avec le premier terme du second, et la cohérence du second terme du premier domaine avec le second terme du second. Comme cette opération est calquée sur le « produit cartésien », qui construit des couples comprenant chacun un premier terme d’un domaine et un premier terme d’un autre, etc., on parle de connecteur « multiplicatif ». Son comportement syntaxique, quand on reconstruit une preuve en partant de sa conclusion, est le suivant : quand on dispose d’un A Par B dans une conclusion, et qu’en remontant on élimine le « Par », pour analyser ses termes, on n’est pas tenu d’analyser en même temps, au même niveau dans la remontée de la preuve, les deux termes A et B. On peut analyser A par exemple, et laisser B inanalysé. Mais à un moment ou un autre, fût-ce à la fin de la remontée dans la preuve, il faudra analyser B.

  • 18 De même la communauté vide est une « incohérence », mais qui est rattachée par une suite de substit (...)

63Supposons que les cohérences sur lesquelles s’appuie le « Par » soient des relations sociales concrètes – par exemple des interactions comme des poignées de main, des expressions et des paroles conjointes, etc. Sur une cohérence concrète, le « Par » nous permet de bâtir une cohérence de second ordre, qui va rattacher à cette cohérence concrète des éléments qui ne sont pas en rapport de cohérence concrète – par exemple, la mise à ma disposition, pour consommation, d’un produit d’alimentation, et de l’autre, l’existence, dans le tiroir-caisse d’un commerçant, de certains billets. Inversement, si nous partons de termes entre lesquels il n’y a pas de cohérence concrète18, comme l’utilisation d’une langue dans un certain territoire et l’utilisation d’une autre langue dans un autre territoire voisin, nous pouvons les relier à une cohérence concrète supposée, à savoir une frontière commune entre les deux territoires. Cette frontière commune, nous ne la constatons jamais dans toute sa cohérence concrète, puisque personne n’a parcouru à soi seul l’entièreté de la frontière. Mais nous supposons qu’elle existe et qu’elle a ainsi le pouvoir de relier par une cohérence de second ordre les relations incohérentes entre les deux pratiques langagières.

64Il se peut même qu’on nous affirme qu’existe une cohérence de ce type mais que nous n’ayons personnellement accès à aucune cohérence concrète de ce genre. Ainsi, nous pensons qu’existe un État français mais nous pouvons le faire sans avoir eu le moindre accès à une cohérence étatique. Nous avons simplement affaire à des fonctionnaires de cet État – par exemple les fonctionnaires de la préfecture qui délivrent les cartes d’identité – dont nous supposons que la cohérence pratique de leur comportement, concernant lesdites cartes, se réfère à une cohérence de second ordre qui les met en cohérence et avec d’autres cohérences concrètes, et aussi avec d’autres incohérences rendues cohérentes par des cohérences de second ordre avec d’autres cohérences concrètes.

65C’est là le problème des disjonctions. Nous ne savons pas forcément lequel des deux termes est vraiment une cohérence. Nous savons simplement que l’un des deux au moins en est une. Il est donc possible de nous faire croire en des cohérences illusoires, en nous disant que nous sommes du mauvais côté de la disjonction ; nous observons des incohérences de notre côté, mais les cohérences sont de l’autre et pour nous inaccessibles. Mais ces illusions seront un jour ou l’autre dénoncées : il faut toujours pouvoir exhiber la cohérence propre au « Par », il faut toujours pouvoir développer le terme qu’on n’avait pas encore développé. Le journalisme d’investigation, les témoignages des fonctionnaires montrent un jour ou l’autre que la cohérence supposée ne fonctionnait pas. De même les cavaleries boursières se heurtent un jour ou l’autre à la nécessité de disposer de liquidités.

66Quel rapport y a-t-il entre ce connecteur social par excellence – puisqu’il permet de trouver une cohérence inapparente en la gageant sur des cohérences actuellement inaccessibles et qu’il nous donne ainsi une assez bonne version du fonctionnement des symboles – et nos raisonnements par cas, ainsi que notre double révision ? Le connecteur nous permet de partir d’un cas, d’une cohérence, et de lui donner un pouvoir d’organisation d’éléments qui seraient sinon incohérents. Il rend compte du cas comme focalisateur et attracteur – c’est une version forte de la notion de prototype. Mais il suppose et il impose aussi un va-et-vient entre les cohérences locales et d’autres éléments qui introduisent des incohérences. Il faut pourtant au bout du compte introduire une cohérence de second ordre qui ordonne ces éléments incohérents par leur rattachement aux éléments cohérents. L’important est de comprendre qu’aucun acteur social ne peut se rendre accessible, dans le même moment, les différents moments d’une connexion sociale. Il part toujours des termes qui lui sont localement accessibles. S’il s’agit d’une cohérence locale, il utilise cette cohérence pour organiser ensuite les autres termes. Il se projette donc dans cette autre région et évalue les incohérences qu’elle recèle – ou, éventuellement, ses cohérences, qui sont différentes. Il réévalue alors la cohérence de second ordre qu’il avait imaginé, en fonction de ces informations nouvelles soit sur les incohérences de l’autre domaine, soit sur ses cohérences spécifiques. Il réintègre à son raisonnement ces informations qui redonnent un sens différent à la cohérence concrète qu’il vivait, qui lui donnent une épaisseur symbolique. Pour prendre deux exemples très banals, le boulanger me passe un pain et je lui passe de la monnaie. Je suppose que cette monnaie est certifiée quelque part, qu’elle n’a pas été produite par des faux-monnayeurs. Je suppose aussi que la qualité des farines utilisées par le boulanger a été contrôlée. Ici, je suppose donc qu’il existe d’autres cohérences qui sont en méta-cohérence avec la mienne. De son côté le boulanger, quand il se lance dans la production d’une nouvelle sorte de pain, suppose qu’il existe des consommateurs prêts à l’acheter. Mais il sait que, pour l’instant, ces consommateurs ne sont pas déterminés par ce produit, puisqu’ils ne le connaissent pas. Ils sont donc entre eux dans des relations d’incohérence par rapport à la cohérence du nouveau type de pain complet à acheter. Le boulanger parie sur la capacité de son nouveau produit à instaurer une cohérence entre ces consommateurs éventuels, qui sont pour l’instant entre eux dans l’incohérence. Dans le premier cas, la cohérence lointaine des contrôles sur la monnaie et la farine est elle-même une incohérence gagée sur des cohérences locales. En effet, on ne contrôle que des échantillons de farine ou de monnaie. Les autres parties de la production restent, sous l’aspect du contrôle, dans un rapport d’incohérence, qui est rendu cohérent via la cohérence locale du contrôle. Il faudra finalement revenir de ces cohérences et incohérences lointaines au cas de mon échange avec le boulanger. S’il a été alerté sur plusieurs cas de fausse monnaie, il peut être particulièrement soupçonneux et refuser par exemple les billets d’un certain type. Cela revient à notre double révision : le boulanger a réintégré dans le cas présent les révisions déclenchées par les incohérences du cas lointain – ici la fausse monnaie attestée par des contrôles, les nouvelles transmises par les journaux, etc. Certes, la plupart du temps, la double révision ne change rien, puisque les choses sont supposées normales et que les incohérences lointaines éventuelles sont toujours supposées gagées sur des cohérences qui se concrétisent quelque part. Même si elle ne change rien, le mouvement qu’elle implique est toujours sinon accompli explicitement du moins implicitement effectuable, sinon nous ne pourrions jamais prendre des morceaux de papier pour de la monnaie, ou du pain grisâtre pour du pain fait en intégrant une partie de l’enveloppe du grain et non de la simple poussière.

*

67La parenté des dynamiques entre le raisonnement par double révision et le connecteur privilégié des connexions sociales nous montre que notre principale forme de raisonnement par cas consiste en un aller-retour entre un cas concret, des termes qui sont dispersés et qui ne forment pas « cas », mais que nous allons ramener au cas, et la réévaluation des potentialités du cas en fonction de la manière dont nous prenons en compte les incohérences, les impuissances à faire cas, ce qui nous amène soit à soupçonner la vertu du cas, soit à la supposer toujours efficace. Dans la première optique, nous transformons le cas de situation normale en cas problématique, dans la seconde, nous transformons des termes dispersés en cas normalement constitué. La dualité du normal et du problématique est toujours présente au cœur de tous les raisonnements par cas. Et ceux-ci se sont révélés constitutifs, et d’une rationalité des décisions prenant en compte nos émotions, et des connexions qui constituent nos relations sociales elles-mêmes.

68Le choix de traiter une situation comme cas problématique et d’y voir une menace de crise des normes, ou bien de la traiter comme simplement en attente des coordinations normales qui vont lui donner sa consistance attendue, semble ouvert à l’arbitraire. Mais c’est le lot de toute construction sociale, qui s’appuie sur de l’hypothétique, sur des données dont elle ne dispose pas encore, ou pas maintenant. C’est donc une construction fragile. Elle ne peut se maintenir que si d’autres appuient leurs pratiques effectives sur des hypothèses sinon identiques, du moins compatibles.

69Une fois découverte cette fragilité, il devient impossible de prétendre déterminer par l’examen d’un maximum de cas – ou de cas bien choisis – ce que devrait être le système des normes d’une société. Tout ce que l’on peut faire, c’est de décrire les sensibilités normatives d’une société, autrement dit, de repérer la différence entre les situations qu’elle considère comme normales et ces situations qui imposent à ses acteurs des révisions, et de relier ces différences critiques à des hypothèses sur le fonctionnement normal des coordinations sociales. Ces hypothèses et leurs conditions de révision doivent être aussi cohérentes entre elles que possible.

70Mais cette description est elle-même soumise aux mêmes contraintes que les pratiques sociales : elle reste soumise à des hypothèses sur les cohérences sous-jacentes aux sensibilités normatives de la société décrite. Et ces hypothèses sont liées à des conditions de révision propres aux pratiques épistémiques de notre société, le tout ne se maintenant que tant que l’on appuie ces conditions de révision sur les hypothèses de notre société sur ce qu’est un fonctionnement épistémique normal, et que l’on appuie ces hypothèses sur leurs conditions de révision. Quand ce réseau présente une certaine cohérence, il est difficile de l’abandonner pour un autre, ce qui lui donne une certaine stabilité.

71Une fois que nous assignons ce type de stabilité à nos normes sociales, nous ne pouvons plus voir dans les « cas » les exemples de la validité de nos normes ou en faire des modes de récupération des incohérences éventuelles. Nous sommes contraints d’y voir soit des modèles hypothétiques (des idéotypes, pourrait-on dire) de cohérences que nous supposons valides mais que nous n’observons pas directement, soit des situations qui déclenchent des révisions locales de nos régimes de normalité, en faisant l’hypothèse toujours aventureuse que ces révisions n’ont pas des conséquences en chaîne qui rendraient incohérent notre réseau de normalités.

Notes

1 Nous pourrons utiliser le « cas-limite » traité par Y. Thomas, « L’extrême et l’ordinaire. Remarques sur le cas médiéval de la communauté disparue », ici même, p. 59, comme exemple, pour montrer comment chacun de nos modes de raisonnement par cas l’interprète différemment. C’est celui d’une communauté qui, à la suite des morts successives de ses membres, est « vide », mais qui peut conserver la propriété juridique de ses biens, en attendant qu’elle puisse retrouver des moines.

2 Dans cette interprétation, la communauté « vide » conserve son concept, mais pas son exemplification. Ou encore, cette exemplification se transfère des personnes aux biens. Cette interprétation ne tient aucun compte du procédé du « cas-limite ».

3 La « communauté vide » peut aussi s’interpréter par un raisonnement disjonctif : ce n’est ni ce moine, ni cet autre (ils sont morts) qui sont les ayants droit de ces biens. Conserver son existence juridique à la communauté, c’est simplement admettre qu’il peut dans le futur se trouver un autre moine, donc que notre recension des disjoints n’est pas fermée, si bien que le raisonnement par disjonction renvoie toujours à des moines non encore répertoriés. Mais on voit qu’il n’est pas constructif.

4 La mort du dernier moine semble une défaite de l’instanciation du sujet propriétaire, mais à un argument défaiseur on peut en opposer un autre, et réinstaller la propriété dénoncée. Et assurément, toute défaite d’une communauté par la mort de ses membres laisse cependant la possibilité d’une révision future qui défera cette défaite, quand un nouveau moine se présentera. Il faut donc, par provision, ne pas disperser les biens de la communauté.

5 La « communauté vide » s’interprète alors ainsi : tant qu’il y a des biens qui avaient été assignés à une communauté, le contexte de validité de la règle d’assignation de propriété à cette communauté est bien assuré. On en sortirait si par exemple le pape dissolvait la communauté (mais ce qu’un pape a dissous, un autre peut le refonder).

6 Cette latitude permet de relier au prototype des cas qui ne possèdent pas certaines de ses propriétés centrales. Ainsi la communauté vide ne possède plus aucun membre, ce qui est pourtant un trait central d’une communauté. Mais il reste ses biens, et son autorisation papale, ce qui nous permet de la relier aux autres communautés, et de la tenir, comme les autres, pour propriétaire de ses biens.

7 A. R. Jonsen & S. Toulmin, The abuse of casuistry. A history of moral reasoning, Berkeley-Londres, University of California Press, 1988, p. 324.

8 En fait, dès que nos logiques se rapprochent des raisonnements probabilistes, le Modus Ponens peut n’être pas valide, parce que la conclusion ne peut pas être détachée des prémisses, de même qu’une conclusion météo doit signaler les probabilités des prémisses qui l’ont amenée, au lieu de se poser comme conclusion valide dans l’absolu.

9 Dans la version la plus « intuitive », celle des « ranked structures », cf. K. Schlechta, Coherent systems, Amsterdam, Elsevier, 2004 (« Studies in logic and practical reasoning » 2).

10 Évoqué par C. Imbert, « Le cadastre des savoirs. Figure de connaissance et prises de réel », ici même, p. 255-279.

11 Pour concevoir la communauté vide comme propriétaire, il faut supposer que l’absence de membres n’est pas un contexte défaiseur, et pouvoir déduire du fait que « communauté implique propriété », et que « communauté n’implique pas présence actuelle de moines », que « communauté et absence actuelle de moines implique toujours propriété ». Mais pour cela, il faut un système logique plus fort que le système de base des logiques non monotones : il faut le système dit de « monotonie rationnelle » (dont le schéma de règle permet le raisonnement qui vient d’être tenu). Mais il serait possible aussi de dire qu’« exceptionnellement, une communauté n’implique pas la présence de moines », et que cette exception ne défait pas l’inférence sur la propriété. Le cas-limite reviendrait donc à inclure l’exception, et à affirmer la résistance de la règle de propriété à cette situation d’exception, si bien que parti d’inférences qui sont valides seulement dans les cas normaux, nous aurions trouvé une notion (celle de propriété) qui résiste aussi dans des cas d’exception. Ce serait là une manière de donner sens à l’idée de « cas-limite ».

12 Cf. P. Livet, « Principes et données d’une rationalité émotionnelle », Working paper, Aix-en-Provence, Centre d’épistémologie et d’ergologie comparatives/Paris, Institut Jean-Nicod, 2004, multigr.

13 Or la seule différence, selon la théorie de l’espérance d’utilité, entre le premier choix et le second, c’est que l’on a diminué d’un même facteur (- 89 %) les probabilités d’obtenir 1 M : quand on conserve le lot de 5 M avec 10 % de chances, on supprime les 89 % de chances d’obtenir 1 M ; quand on conserve le lot avec 1 M (certain), on diminue ses chances d’obtention de 89 % (pour passer de 100 % à 11 %). Une diminution d’un même facteur portant sur le lot certain et sur la loterie ne devrait pas changer nos préférences.

14 La qualité d’exception est relative à l’importance des autres situations possibles. Relativement à 89 %, 10 % est exceptionnel. Relativement à 30 %, ce serait semi-normal.

15 Référence certaine : R ; Très normal : NN ; Normal : N ; Semi-normal : S ; Exceptionnel : E ; Très exceptionnel : EE.

16 Le cas de la communauté vide commencerait donc par être évalué, dans la révision prospective, comme un cas futur exceptionnel, suscitant par lui-même un maximum d’émotion, émotion très filtrée par son exceptionalité. La révision en retour reviendrait aux dispositions propres à la communauté présente : le cas de la communauté vide y apparaîtrait alors comme cas-limite, obtenu à la suite des autres cas possibles par une série de substitutions (la communauté propriétaire, c’est d’abord un ensemble de tant de moines, tels et tels, puis on substitue successivement à chaque moine une place vide, etc.). La communauté présente se révèle alors avoir des dispositions à conserver son sens jusque dans le cas-limite, puisqu’on peut procéder successivement à cette série de révisions par substitutions de proche en proche.

17 Cf. J.-Y. Girard, « Linear logic. Its syntax and semantics », in J.-Y. Girard, Y. Lafont, L. Regnier, eds, Advances in linear logic, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

18 De même la communauté vide est une « incohérence », mais qui est rattachée par une suite de substitutions de « places vides » à chacun des membres de la communauté, à la série de cohérences (de relations entre moines et biens) qui était l’ancrage de cette communauté. La reconnaissance de la communauté par le pape apparaît comme une cohérence de type « Par », et dès lors l’incohérence de la communauté vide, dans les interactions proches, peut être gagée sur la cohérence lointaine de la reconnaissance par l’Église.
Ce mode de traitement du cas de la « communauté vide » semble le plus approprié : il ne réduit pas la notion de personne morale à une entité abstraite universelle, il l’inscrit encore dans des interactions effectives (ce qui le rend nécessaire : plus d’Église, plus de propriété de la communauté). Mais cette interprétation pourrait faire croire qu’il y a eu renversement de l’ancrage, passé de l’interaction proche à l’interaction lointaine. Il nous faut aussi la double révision, pour comprendre comment c’est la substitution de proche en proche d’une place vide à un membre concret qui nous permet de voir dans la communauté actuelle une disposition à devenir communauté virtuelle. Et il nous faut aussi gager cette disposition sur sa possible actualisation future, donc sur la possibilité qu’un défaiseur (l’absence de membres) soit lui-même à son tour un jour défait, permettant la réinstallation de la communauté. Ce « cas-limite » exige donc d’utiliser les problématiques de la révision (simple et double), et de la relation « Par » entre interaction proche et interaction lointaine.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search