Version classiqueVersion mobile

Penser par cas

 | 
Jean-Claude Passeron
, 
Jacques Revel

L’étude de cas psychologique et psychanalytique (xixe siècle-début du xxe siècle)

The study of the psychological and psychoanalytical case (19th century-early 20th century)

Jacqueline Carroy

Résumé

Qu’est-ce qui spécifie une étude de cas psychologique ? Cette question est abordée à partir de l’examen de la psychologie pathologique française et des débuts de la psychanalyse. C’est en effet au xixe siècle et au début du siècle suivant que s’instaurent et se banalisent des études de cas qui portent plus spécifiquement sur le psychisme d’individus existants ou ayant existé en psychologie, en psychiatrie et en psychanalyse. Le cas obéit alors à un réquisit réaliste et il ne saurait être inventé. Cela suppose qu’existe ou ait existé effectivement un rapport d’observateur à observé ou de thérapeute à patient, ou encore une investigation sur soi. Ce travail esquisse une histoire des études de cas. Il montre comment celles-ci donnent lieu à des collections qui privilégient le commun ou l’exceptionnel.
Ces collections peuvent porter sur des patients d’hôpitaux (les hystériques de Charcot à la Salpêtrière) ou sur des hommes célèbres (Émile Zola). Mais elles peuvent aussi reposer sur des auto-observations. Les psychologues et les médecins notent et publient leurs rêves, suscitent et recueillent des confessions de criminels ou de pervers sexuels. À ce type d’observation ou d’auto-observation qui suppose que l’observateur n’interfère pas avec l’observé, s’opposent certains récits de thérapies qui prennent en compte la relation du patient et du thérapeute et qui lui assignent, selon des modalités différentes, une dimension curative (Janet, Freud). Le cas devient alors une histoire de cas. Ce travail s’intéresse enfin à la mise en question ultérieure des cas publiés. Il prend comme exemples et il compare la révision des observations de Charcot, celle de certains récits de rêves célèbres et celle des histoires de cas psychanalytiques (Anna O., l’homme au loup). Le cas serait ainsi toujours potentiellement à défaire et à refaire parce qu’il repose sur une tension entre savoir privé et savoir public.

Texte intégral

1Qu’est-ce qui spécifie une étude de cas psychologique ? Vaste question qu’il n’est évidemment pas possible de traiter in extenso. Je me contenterai de l’aborder à partir de l’examen de la psychologie pathologique française et des débuts de la psychanalyse, moment historique crucial correspondant à la genèse et à l’essor de savoirs et de pratiques « psy », pour reprendre de façon commode mais anachronique l’abréviation familière sous laquelle nous regroupons aujourd’hui la psychiatrie, la psychologie et la psychanalyse. C’est en effet au xixe siècle et au début du siècle suivant que s’instaurent et se banalisent des études de cas qui portent plus spécifiquement sur le psychisme d’individus existants ou ayant existé.

  • 1 H. F. Ellenberger, « Psychiatry and its unknown history », in M. Micale, ed., Beyond the Unconsciou (...)

2Depuis un certain nombre d’années, plusieurs travaux historiques se sont proposés de faire une histoire des savoirs psy en portant leur attention sur les cas, notamment en étudiant le rôle des patients dans l’élaboration de ces savoirs ainsi que les relations qui ont pu se nouer entre les psys et leurs sujets1. Ces recherches – contemporaines d’un courant interactionniste qui s’est développé dans les sciences humaines, notamment en psychologie et en sociologie, à partir des travaux de Gregory Bateson et d’Erving Goffman – ont mis en lumière, me semble-t-il, certaines spécificités de la casuistique psychologique, qui me serviront ici de fil directeur.

3Un cas psychologique ne saurait être forgé pour les besoins de la cause, comme peut l’être parfois un cas religieux ou juridique. Il donne lieu, selon le terme consacré utilisé au xixe siècle, à une « observation » ou encore parfois à une « auto-observation ». Ce réquisit réaliste donne toute son importance à ce que les psychologues ont appelé et appellent toujours, en utilisant un terme médical, leurs « sujets », les êtres humains qu’ils observent, qu’ils soignent, sur lesquels ils expérimentent. Individus souvent anonymes mais censés être « représentatifs », puisqu’ils présentent des états mentaux, des symptômes, des comportements « typiques », les sujets sont aussi censés être dotés d’un état-civil et d’une histoire : l’étude de cas oscille entre les deux pôles du caractère, au sens de La Bruyère, et de la biographie. Les problèmes de la représentativité et de l’identité du sujet s’avèrent donc cruciaux aussi bien pour les psychologues que pour les historiens des savoirs psy.

  • 2 I. Hacking, Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ?, Paris, La Découverte, 2001 (...)
  • 3 Pour une discussion approfondie sur cette question, que je ne fais ici qu’effleurer, voir I. Hackin (...)

4Une observation suppose évidemment qu’existe ou a existé un rapport d’observateur à observé, ou encore de thérapeute à patient. Or ce rapport rend la réalité du cas problématique et complexe car il met à nu une particularité des savoirs psy. Concepts et pratiques y sont le fait d’êtres humains qui prennent pour cibles d’autres êtres humains. Si l’on prend au sérieux ce truisme, il faut prendre acte du fait que ces cibles, pour reprendre le philosophe des sciences Ian Hacking, sont « mouvantes », car elles sont plus ou moins capables de penser, de réagir et d’agir à propos des situations d’observation et de traitement qui les visent. Le sujet renforce, inspire, voire produit implicitement des théories qui, à leur tour, par un effet de boucle, peuvent alimenter des théorisations et des pratiques savantes nouvelles. Il est non seulement support mais aussi acteur d’un savoir qu’il transforme, car « les gens classifiés d’une certaine manière changent en réaction à leur classification2 ». De sorte que les classifications psy ne sont pas neutres ou indifférentes mais qu’elles présentent un caractère « dynamique » ou « interactif ». Est-ce à dire que le cas psychologique ne renvoie qu’au seul effet d’interaction ? Je me garderai de tirer des conclusions aussi radicales à partir du parcours historique que je me propose de développer3. Je me contenterai d’indiquer dans cette étude les diverses manières par lesquelles le récit de cas psychologique s’est confronté à l’existence d’individus-sujets et d’une relation d’observation et de soin qui constituent tout à la fois, pourrait-on soutenir, sa condition effective de possibilité comme savoir empirique et sa condition épistémologique d’impossibilité comme savoir entièrement aligné sur le modèle des sciences de la nature.

  • 4 Le terme d’introspection, venu d’Angleterre, se diffuse en France dans la seconde moitié du xixe si (...)
  • 5 Pour une définition classique de ce qu’on appela la « méthode psychologique », voir T. Jouffroy, «  (...)
  • 6 K. Danziger, « The history of introspection reconsidered », Journal of the History of the Behaviora (...)

5Comme la prose pour Monsieur Jourdain, la psychologie renvoie à une connaissance spontanée, ordinaire et partagée : en témoigne le lexique de la langue commune qui dispose pour décrire les états mentaux de très nombreux vocables, dont les savoirs psy héritent, bon gré mal gré. Tout un chacun a ou croit avoir plus ou moins accès à son psychisme. Au xixe siècle, on parle de conscience, de réflexion, de sens intime, d’observation interne, d’œil intérieur, d’introspection4, pour désigner l’activité qui permet de se connaître. La psychologie spiritualiste enseignée majoritairement dans les lycées français depuis Victor Cousin en fait la « méthode psychologique » par excellence, qui permet de fonder une science spécifique des facultés de l’âme5. Méthode subjective critiquable, rétorquent les adversaires du spiritualisme qui entendent promouvoir une science objectivée fondée sur la seule observation de sujets. Finalement les interdits portés par Auguste Comte contre l’introspection ont été en leur temps de peu d’effet sur la psychologie française et plus généralement européenne du xixe et du début du xxe siècle, comme l’a bien montré un travail pionnier de Kurt Danziger6. Le but des nouveaux psychologues n’est pas en effet de condamner l’introspection, mais plutôt de la renouveler et de trouver des méthodes d’auto-observation objectives, soit qu’on s’observe soi-même, soit qu’on invite ses sujets à se scruter. Pour ce faire, le psychologue doit intérioriser un rapport d’observateur à observé pour se prendre lui-même comme patient, et soumettre ses sujets à la même injonction, au risque d’être accusé d’être dupe de sa subjectivité et de celle des autres. Quoi qu’il en soit, c’est une autre particularité de l’étude de cas psychologique à ses débuts que de s’appuyer souvent sur une introspection censée être scientifique.

6Ces arguments qui me serviront de fil d’Ariane seront développés à partir de quelques exemples. Je m’attacherai à l’histoire des rapports entre les psychologues et leurs sujets. Je mettrai d’autre part en exergue une injonction à l’auto-observation qui a été jusque-là peu ou moins étudiée. Je montrerai comment le récit de cas se transforme lorsqu’il prend en compte la relation du sujet au psychologue et qu’il en propose une analyse. J’examinerai enfin comment l’histoire des cas est inséparable d’une histoire de leurs remises en question. Il peut être éclairant de commencer par quelques brefs repères historiques.

Psychologie et monographies

  • 7 J.-J. Moreau de Tours, Du haschich et de l’aliénation mentale, Yverdon, Kesselving, 1974 (1re éd. P (...)

7Concernant la période que je me propose d’aborder, revenons sur quelques moments importants. Au début du xixe siècle, la médecine aliéniste (qu’on rebaptisera ultérieurement « psychiatrique ») revendique d’édifier une « psychologie morbide » essentiellement à partir de l’observation de patients d’asile, mais aussi parfois à partir d’auto-observations : c’est ainsi par exemple que, dans un livre qui a un grand retentissement, l’aliéniste Jacques-Joseph Moreau de Tours entend expérimenter personnellement sous haschich l’état de folie7. Significativement, la revue et la société qui se fondent respectivement en 1843 et 1848 pour regrouper les aliénistes portent le titre d’Annales et de Société médico-psychologique.

  • 8 Pour des développements plus précis sur ce thème, voir J. Carroy, Hypnose, suggestion et psychologi (...)

8Plus marginalement par rapport aux savoirs reconnus, le mesmérisme, qui renaît de ses cendres après la Révolution avec Puységur et Deleuze, suscite la publication d’innombrables observations de somnambulisme artificiel ou provoqué censées porter témoignage de l’existence d’une transmission individualisée de fluide. Par la suite, ces phénomènes seront compris en terme d’hypnose et ils acquerront ainsi une nouvelle légitimité scientifique. Dès les années 1820, certains praticiens, comme le polytechnicien et médecin Alexandre Bertrand, refusent l’hypothèse d’un fluide et convertissent les cas mesmériens ou néo-mesmériens en cas psychologiques : Bertrand sera largement cité et fera figure de précurseur de l’hypnotisme et de la suggestion à la fin du siècle8.

  • 9 A. Charma, « Du sommeil », in Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen, (...)

9Le sommeil provoqué renvoie aussi à des interrogations sur le sommeil naturel. Le journal nocturne de rêves, le « nocturnal », comme propose de l’appeler le philosophe Antoine Charma qui en tient un lui-même9, fait partie de la panoplie du psychologue. De ce point de vue, les publications d’Alfred Maury sur le sommeil et les rêves (1848-1878) font figure de travaux fondateurs.

10À la fin du siècle, des intérêts pour l’hypnose et pour l’hystérie se réactivent et se conjuguent. Durant ces années, dominées par la figure de Jean-Martin Charcot et l’école de la Salpêtrière et par sa mise en cause par Hippolyte Bernheim et l’école de Nancy, se multiplient les observations et les récits portant sur les hystériques et les hypnotisés. C’est également en cette fin de siècle que la psychologie s’empare du thème de la sexualité et qu’elle recueille les observations et les auto-observations de pervers.

  • 10 H. Taine, De l’intelligence, Paris, Hachette, 1911 (1re éd. Paris, 1870) ; T. Ribot, La psychologie (...)

11Last not least, c’est en 1870, au moment où Charcot redécouvre l’hystérie et veut en faire une maladie neurologique en bonne et due forme, que deux livres-manifestes, l’un d’un homme très célèbre, Hippolyte Taine, l’autre d’un jeune professeur de philosophie, Théodule Ribot, appellent de leurs vœux la fondation d’une psychologie enfin scientifique qui, à l’encontre de la psychologie philosophique spiritualiste, s’appuie sur la physiologie et la médecine. De l’intelligence et La psychologie anglaise contemporaine deviennent ainsi classiques10. La nouvelle science revisite pour l’essentiel les études de cas psychiatriques d’antan, mais elle propose aussi un programme de monographies tous azimuts.

  • 11 H. Taine, De l’intelligence, I, p. 17.

12En 1878, dans la préface de l’édition augmentée de son ouvrage, Taine invite les psychologues à observer les enfants apprenant à parler, à scruter leurs rêves, « selon le procédé de M. Maury », ainsi que les hallucinations qu’ils ont sous l’effet de drogues, à questionner artistes, romanciers et poètes sur leurs états mentaux. Il convient aussi, à l’instar de l’aliéniste Leuret, de sténographier ce que disent les malades mentaux et de susciter leurs « autobiographies ». L’état des sujets hypnotisés ou des médiums spirites doit enfin faire l’objet d’investigations approfondies. Taine termine ce programme par la conclusion suivante : « En général, tout état singulier de l’intelligence doit être l’objet d’une monographie ; car il faut voir l’horloge dérangée pour distinguer les contre-poids et les rouages que nous ne remarquons pas dans l’horloge qui va bien11. » La nouvelle science se donne donc pour mission principale d’édifier ce que l’on appelle alors une « psychologie pathologique » qui, selon une perspective héritée de Broussais et surtout de Claude Bernard, donne aux observations des malades mentaux et des névrosés statut d’expérimentations « invoquées » sur lesquelles on pourra s’appuyer pour comprendre la psychologie normale.

  • 12 H. F. Ellenberger, Histoire de la découverte de l’inconscient, Paris, Fayard, 1994, p. 373 (1re éd. (...)

13On peut dire qu’à bien des égards la psychologie française de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle suit ce programme. La France apparaît en effet alors, au plan international, comme le pays de la psychologie pathologique, de l’hystérie et de l’hypnotisme, par opposition à l’Allemagne, où la science expérimentale se fait en laboratoire, ou à l’Angleterre et aux États-Unis, où sont pratiquées des enquêtes par questionnaires. Pierre Janet, le philosophe et médecin qui succède en 1902 à la chaire de psychologie expérimentale et comparée créée pour Ribot au Collège de France en 1887 et qui dispose depuis 1890, grâce à Charcot, d’un laboratoire de psychologie de la clinique à la Salpêtrière, devient le psychologue français le plus connu et le plus reconnu. Collectionneur inlassable de milliers d’observations de patients qu’il classe dans une pièce spéciale de son appartement avant d’en publier certaines12, il consacre sa carrière à étudier l’horloge dérangée pour comprendre celle qui va bien, apparaissant ainsi comme le représentant par excellence de la psychologie pathologique.

  • 13 J. Carroy, « “Comment fonctionne mon cerveau ?” Projets d’introspection scientifique au xixe siècle (...)

14Néanmoins, comme le montre la citation de Taine, le pathologique peut être subsumé sous les catégories plus générales du singulier et de l’extraordinaire, et la psychologie française ne se réduit pas, loin s’en faut, à la psychologie pathologique. Comme on le verra, bien d’autres sujets que les malades mentaux et les névrosés occupent les savants de l’époque. Il faut remarquer d’autre part que le modèle de la monographie s’accompagne d’un appel insistant et d’une incitation à l’autobiographie ou à l’auto-observation. Loin d’être rejeté, l’« œil intérieur », pour reprendre le terme utilisé par Taine probablement à la suite d’Alfred Maury, demande à être généralisé et étendu hors de toute perspective spiritualiste. À l’observation interne du philosophe spiritualiste qui cherche à réfléchir sur lui-même pour analyser le fonctionnement général d’une faculté de l’âme, Taine oppose un regard singularisant, spectateur objectif de sa propre altérité. En synergie avec les vœux tainiens, on voit donc se développer à la fin du siècle de multiples projets d’introspection scientifique13.

  • 14 Pour un développement historique approfondi de cette hypothèse, voir notamment H. F. Ellenberger, H (...)
  • 15 John Forrester, par exemple, a récemment proposé un parallèle très intéressant entre casuistique fr (...)
  • 16 S. Freud, « L’hérédité et l’étiologie des névroses » (texte original en français, 1896), in Id., (...)

15Je reprendrai ici l’hypothèse que l’œuvre freudienne s’est élaborée pour une large part par rapport à la tradition de l’étude de cas à la française14, sans exclure bien sûr que d’autres pistes de recherche puissent se révéler pertinentes en la matière15. Freud en effet, à la fin du xixe siècle, fait figure de passeur entre la France et les pays germaniques : il traduit les travaux de Charcot et de Bernheim. Il pratique, à partir du nocturnal de ses rêves, une auto-analyse dans laquelle il se prend lui-même pour un patient dont il soumet le cas à son collègue et ami Wilhelm Fliess. Il étaie ce qu’il nomme pour la première fois, dans un article écrit directement en français en 1896, la « psychoanalyse16 » sur des études de cas, en particulier dans deux livres cardinaux, Études sur l’hystérie (1895) et Cinq psychanalyses, recueil d’histoires de patients rassemblées dans un ouvrage en 1954 en France. Et pour Freud, ses récits et ses analyses sont psychologiques, car s’il s’oppose à la psychologie académique de son époque, il revendique, et revendiquera toujours, de faire une psychologie. Je relierai donc l’étude de cas freudienne à une histoire plus générale du cas psychologique.

  • 17 Pour une discussion sur ce point, voir P. Fédida & F. Villa, eds, Le cas en controverse, Paris, Pre (...)

16Si l’on adopte ce point de vue, Freud se présente à l’époque et apparaît comme un héritier critique et créatif de la psychologie pathologique française plus que comme un novateur trop radical pour avoir vraiment des antécédents, posture qu’il tentera peu ou prou d’accréditer à la fin de sa vie aux yeux de ses successeurs et de la postérité. C’est probablement en situant Freud dans son temps et en étudiant les legs qu’il a reçus, plus qu’en adoptant une perspective d’entrée de jeu discontinuiste, qu’on peut le mieux discerner l’originalité des récits freudiens17.

Collectionner les observations Le commun et le distingué

  • 18 H. Taine, « Note sur l’acquisition du langage chez l’enfant et dans l’espèce humaine », Revue philo (...)

17Taine applique son programme en publiant l’observation de ses enfants dans la première livraison de la Revue philosophique, dirigée par Ribot, qui popularise nombre de travaux des nouveaux psychologues et accueille aussi des sociologues et des historiens18. De façon générale, les monographies d’enfant deviennent un genre prospère. L’exemple le plus célèbre est celui du psychologue Alfred Binet qui observe ses deux filles et fait des expériences avec elles. Ensuite, tout en continuant de faire appel à ces sujets à domicile, il va dans des écoles primaires, avec l’appui de Ferdinand Buisson, et il élabore au début du xxe siècle son premier test d’intelligence qui le rendra internationalement célèbre.

  • 19 A. Binet, L’étude expérimentale de l’intelligence, Paris, Schleicher, 1903. Pour une étude sur Bine (...)

18En schématisant quelque peu, il y a bien pour Binet deux types de sujets enfantins et, à certains égards, de psychologies : dans les écoles, les enfants de milieux populaires, dont il se plaint parfois qu’ils soient scolaires et convenus, et à la maison, ses filles, psychologues en herbe dont il dit qu’il les a, selon ses propres termes, « dressées » à l’introspection. Il les soumet inlassablement à d’innombrables épreuves, la plupart du temps programmées, mais parfois impromptues pour mieux saisir leur psychisme sur le vif, par surprise19. Nous pourrions penser aujourd’hui que le fait de transformer ses propres enfants en sujet introduit quelques biais considérables dans l’étude de cas. En réalité, la tradition du fils ou de la fille-sujet perdurera aussi bien chez Jean Piaget, qui observera ses propres enfants, que chez Sigmund Freud qui psychanalysera sa fille Anna.

19Quoi qu’il en soit, on touche là à des distinctions cardinales à l’époque, si ce n’est encore actuellement mutatis mutandis. Dans la réserve où puise le psychologue pour trouver matière à étude de cas, on trouve tout d’abord les sujets captifs d’institutions comme l’école, l’hôpital ou l’asile. Ces sujets sont en grand nombre et à la disposition du savant, ils sont souvent d’origine populaire et ils ne protestent pas contre le fait qu’on tire d’eux de la science, même s’ils peuvent parfois résister. Ils sont soumis à des dénombrements et, lorsque leurs cas sont publiés, c’est souvent de façon répétitive et rapide. Ainsi les patients enfermés dans les asiles français ont-ils donné lieu à des « statistiques » et à d’innombrables énumérations d’observations qui ont occupé des pages et des pages des Annales médico-psychologiques. Ces sujets sont plus ou moins anonymisés par des initiales, parfois transparentes, mais souvent on n’hésite pas à les montrer à visage découvert, soit en gravure soit en photographie.

  • 20 Charcot, la Salpêtrière, l’hystérie et l’hypnose ont donné lieu à de nombreuses études historiques. (...)
  • 21 P. Janet, L’automatisme psychologique. Essai de psychologie expérimentale sur les formes inférieure (...)
  • 22 D.-M. Bourneville & P. Régnard, Iconographie photographique de la Salpêtrière, Paris, Bureaux du Pr (...)

20Néanmoins certains d’entre eux peuvent être distingués et devenir célèbres. L’exemple le plus connu est celui de Charcot qui convertit son service de clinique des maladies nerveuses à la Salpêtrière en musée pathologique20. Il y crée en 1890, comme on l’a vu, un laboratoire de « psychologie de la clinique » pour Pierre Janet, qui est alors un jeune professeur de philosophie non encore médecin, mais titulaire depuis 1889 d’une thèse de lettres fort remarquée21. Dans les années 1870, Charcot met en exergue un petit nombre de patientes de son service, Rosalie, Célina, Geneviève, Augustine, Blanche, qui sont montrées à ses grandes leçons du vendredi et à partir desquelles il élabore ses tableaux neurologiques d’hystérie et d’hypnose : ce sont elles que l’on photographie et met en portrait22. Aux femmes, Charcot adjoint, à partir de 1880 environ, des ouvriers parisiens venus consulter à sa clinique, et présentés dans un contexte plus restreint et moins solennel à ses leçons du mardi. Ces patients, issus de milieux populaires, souvent illettrés, sont traités publiquement comme les pièces, particulièrement intéressantes parce qu’elles sont typiques et par là même souvent rares, d’une collection vivante associée à des collections de toutes sortes, moulages, photographies, notes, qui s’accumulent dans le service. Il est frappant que, dans ses leçons, Charcot s’adresse surtout à son auditoire, et très peu aux sujets qui illustrent ses dires. Il parle d’eux autant que possible à la troisième personne du singulier, comme s’ils étaient de simples spécimens pathologiques n’entendant pas ce qui est dit. Il annonce les symptômes qui vont se produire et qui se produisent effectivement, en faisant comme si, murés dans des états neurologiques automatiques, ses sujets ne pouvaient le comprendre.

21« Collection », « collectionner » sont des mots qui reviennent assez souvent sous la plume du maître ou sous celle des disciples qui ont publié ses leçons et illustré ses théories par des ouvrages. Selon une logique quantitative et qualitative, il s’agit tout à la fois d’accumuler beaucoup de cas et d’en élire certains particulièrement illustratifs et « beaux » en vertu de critères explicitement scientifiques, mais parfois aussi et plus implicitement esthétiques. Charcot, comme beaucoup de ses contemporains, est un collectionneur en tout genre. On peut dire que ses leçons illustrent avec éclat un modèle du discours scientifique qui demeurera dominant après le déclin de ses conceptions de l’hystérie et de l’hypnose.

  • 23 D.-M. Bourneville & P. Régnard, Iconographie photographique… ; P. Richer, Études cliniques sur la g (...)

22Qu’en est-il des observations recueillies dans le service de Charcot ? Les cas retenus par Désiré-Magloire Bourneville et Paul Régnard, ou encore Paul Richer23, se présentent comme des successions d’observations ponctuelles, telle crise, tel délire, notés tel jour à telle heure, qui veulent être autant de coupes servant à identifier une maladie typique. Si des éléments biographiques sont consignés, c’est au titre d’une tradition médicale et d’un idéal d’exhaustivité plus que d’un intérêt soutenu. Les cas sont traités comme des illustrations ou des types beaucoup plus que comme des histoires d’individus singuliers.

  • 24 J. Carroy, « Le Docteur Gibert ou le “Breuer” de Pierre Janet », in P. Fédida & F. Villa, eds, Le c (...)
  • 25 J.-M. Charcot & V. Magnan, Inversion du sens génital et autres perversions sexuelles, Paris, Frénés (...)
  • 26 H. Bernheim, Hypnotisme, suggestion, psychothérapie, Paris, Fayard, 1995, p. 539-546 (1re éd. Paris (...)

23Il en va différemment des clients « distingués », en un autre sens, social cette fois, qui consultent à titre privé. Ces exemples sont rares : il n’est pas d’usage de publier des cas de ce type, qui sont censés rester dans l’anonymat le plus grand. Lorsque des observations de patients aisés et cultivés sont divulguées dans la littérature de l’époque, les récits se font plus complexes. Les « causes morales » et les chagrins d’amour sont privilégiés par rapport à l’hérédité, comme on le voit dans l’histoire de trois jeunes femmes hystériques de la bonne société, soignées par le médecin du Havre Joseph Gibert, l’un des initiateurs à l’hypnotisme du jeune professeur de philosophie Pierre Janet24. Le sujet est parfois présenté comme un collaborateur dont on sollicite le témoignage. Charcot et Magnan citent l’auto-observation d’un universitaire « inverti » au début de l’un de leurs cas25. Bernheim fait de même pour un ancien élève de l’École normale supérieure atteint de « névrose psychique26 ».

  • 27 J.-J. Moreau de Tours, La psychologie morbide dans ses rapports avec la philosophie de l’histoire o (...)
  • 28 P. de Saint-Martin, Élaboration du portrait médico-psychologique de l’écrivain en France de 1860 à  (...)

24À côté des cas pathologiques, les artistes et les écrivains ont été une cible de choix pour les psychologues. Dès le début du siècle, les aliénistes s’intéressent aux rapports du génie et de la folie et dans cette perspective ils convertissent certains écrivains en sujets de cas. Après sa mort tragique, Gérard de Nerval devient pour l’aliéniste Moreau de Tours un témoin privilégié de sa propre aliénation en même temps qu’un cas soumis à diagnostic rétrospectif27. Le portrait médico-psychologique d’homme célèbre devient un genre prospère dans lequel se spécialisent à la fin du siècle certaines revues de vulgarisation médicale comme La Chronique médicale. Revue bi-mensuelle de Médecine, historique, littéraire et anecdotique du docteur Cabanès28. On n’en finit pas de s’interroger dans ce type de publication sur la folie de Rousseau, de Maupassant ou d’Auguste Comte…

  • 29 E. Toulouse, Enquête médico-psychologique sur les rapports de la supériorité intellectuelle avec la (...)
  • 30 E. Toulouse, Enquête médico-psychologique sur la supériorité intellectuelle. Henri Poincaré, Paris, (...)

25Le cas le plus retentissant est celui d’Émile Zola29. Le jeune psychiatre Édouard Toulouse contacte des écrivains et des artistes célèbres de l’époque pour lancer une grande enquête sur les rapports entre supériorité intellectuelle et névropathie. Émile Zola accepte de servir de sujet scientifique pendant près d’un an, de 1895 à 1896. Toulouse a apparemment envisagé d’écrire plusieurs volumes d’observations d’hommes célèbres. Deux seulement seront publiés : L’observation de M. Émile Zola, la première pièce de la collection, fait scandale et décourage les autres sujets potentiels, sauf Henri Poincaré30. En publiant l’enquête sur Zola, Toulouse entend procéder à une mise à plat sans fard, exhaustive et objective, de ce qui constitue l’individualité physique et psychologique d’un homme extraordinaire. Son texte obéit au genre médical du cas. Mais Toulouse veut aussi réaliser une investigation psychologique d’avant-garde en utilisant notamment la toute nouvelle méthode, importée des pays anglo-saxons, des mental tests. Si l’on consulte l’abondant dossier de presse constitué par Toulouse lui-même ou par un de ses proches et conservé à l’hôpital de Marseille auquel on a donné son nom, on s’aperçoit que cette recherche a été très « médiatisée » et qu’elle a largement contribué à lancer la nouvelle psychologie en dehors des milieux savants. C’est pourquoi elle a eu une importance considérable pour la réception de la psychologie scientifique française dans un large public.

26L’ouvrage de Toulouse est introduit par une lettre de Zola qui se présente comme une « profession de foi » contresignant la suite. L’observation ainsi autorisée pouvait et peut dès lors être lue comme une investigation scientifique, mais aussi comme la « confession physiologique » d’un grand écrivain, pour reprendre un terme de l’époque. Ainsi que le montre la correspondance échangée entre le médecin et son illustre sujet, ce dernier a largement assuré la promotion de l’ouvrage, comme s’il en était l’un des auteurs. Ce statut ambigu, entre science et autobiographie naturaliste, a assuré au livre de Toulouse son succès éditorial. Pour exceptionnelle qu’elle soit, l’investigation de 1896 montre qu’une étude de cas portant sur des patients distingués et a fortiori hors du commun peut devenir peu ou prou une œuvre à quatre mains.

  • 31 J. Forrester, « “Mille e tre” : Freud and collecting », in J. Elsner & R. Cardinal, eds, The cultur (...)

27On vient de voir, à travers quelques exemples, comment la psychologie a obéi à un double réquisit d’exhaustivité et de distinction, qui l’a amenée à multiplier les cas comme à élire, à l’intérieur de ses inventaires, les pièces typiques ou exceptionnelles. La représentativité du cas, commun ou extraordinaire, vient de ce qu’il est extrait, ou potentiellement extrait, d’un ensemble qui prend la forme d’une collection. Dans des domaines différents, de multiples études historiques, depuis celles de Krzysztof Pomian, ont souligné l’importance des collections et du fait de collectionner. Plus particulièrement, certains travaux ont montré l’importance à accorder à l’activité de collectionneur de Freud31. À bien des égards, celle-ci participe d’une tendance contemporaine des savoirs et des pratiques portant sur le psychisme, ainsi que je l’ai indiqué.

28Recoupant partiellement la constitution de collections de cas, une distinction sociale, largement admise, oppose sujets du commun, généralement venus des hôpitaux, et sujets distingués accueillis dans des cabinets privés. La difficulté réside en ce qu’il est beaucoup plus difficile de publier les cas de ces derniers patients, à l’exception notable de gens célèbres qui acceptent que l’on écrive sur eux sans anonymat. L’une des innovations des Études sur l’hystérie, soulignée par Freud et Breuer eux-mêmes, consiste justement en ce que les auteurs ne font état que de cas de patientes privées issues de la bourgeoisie viennoise, ce qui donne à leurs récits la saveur de romans complexes et troublants.

Auto-observations

  • 32 N. Vaschide, Le sommeil et les rêves, Paris, Flammarion, 1911, p. 84.

29Au nombre des sujets extraordinaires, à côté des fous, des artistes et des hypnotisés, il faut ranger certains virtuoses de l’auto-observation. C’est sous ce jour que Nicolas Vaschide, dans un livre de synthèse sur le rêve publié dans une collection à succès, présente Alfred Maury. Vaschide le crédite d’avoir su transformer l’introspection, et il évoque « l’ancienne méthode des philosophes qu’Alfred Maury a pour la première fois utilisée scientifiquement pour l’étude des rêves32 ». Maury n’est pas le premier, loin s’en faut, à avoir tenu un nocturnal, mais il est probablement le premier, comme on va le voir, à avoir affirmé fortement qu’il veut faire science à partir d’une méthode, dans le chapitre inaugural de son ouvrage sur le sommeil et les rêves : « Ma méthode d’observation ». Plus précisément, il revendique de faire de l’observation de ses rêves un équivalent de l’observation de cas.

  • 33 Pour une biographie de Maury et des études sur son œuvre, voir A. Maury, Souvenirs d’un homme de le (...)
  • 34 A. Maury, « Physiologie psychologique. Des hallucinations hypnagogiques, ou des erreurs des sens da (...)
  • 35 Voir P. Pachet, Nuits étroitement surveillées. Études psychologiques, Paris, Gallimard, 1980.

30Sans doute est-il utile de présenter brièvement la carrière et les travaux sur le rêve d’Alfred Maury (1817-1892). Compagnon de route des aliénistes sans être médecin, collaborateur de la première heure des Annales puis de la Société médico-psychologique, sous-bibliothécaire à l’Institut en 1844, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres dans cette même institution en 1857, Maury devient en 1860 bibliothécaire aux Tuileries et « nègre » de Napoléon III ; il est enfin élu à la chaire de Michelet au Collège de France en 1862 et, en 1868, nommé par l’empereur directeur général des Archives nationales, poste qu’il conservera jusqu’en 188833. Polymathe et polygraphe, érudit et savant respecté, Maury reprend et amplifie en 1861 dans Le sommeil et les rêves trois articles déjà publiés dans les Annales médico-psychologiques. Le livre est un succès éditorial réédité jusqu’en 1878, date à laquelle Maury en donne une quatrième édition « revue et considérablement augmentée34 ». Le sommeil et les rêves fait très vite figure d’ouvrage classique ; il sera lu aussi bien par Taine que par Bergson, Freud ou Proust, pour ne citer que quelques noms aujourd’hui célèbres. Cet ouvrage, avant même l’enquête de Zola, contribue à vulgariser une psychologie non spiritualiste dans le public cultivé, et il suscite des vocations scientifiques à passer des « nuits étroitement surveillées35 ».

31Maury veut en effet étendre l’auto-observation à des états d’aliénation au sens étymologique, sur le modèle de ce qu’avait fait son ami l’aliéniste Moreau de Tours en consommant du haschich. En 1845, Moreau s’était proposé, comme on l’a vu, d’observer la folie de l’intérieur, dans un état intermédiaire où il était censé pouvoir s’observer devenu autre. De même Maury tente de saisir par surprise les « hallucinations hypnagogiques », qui correspondent à un surgissement d’images préludant au sommeil et préparant le rêve, dans un moment d’endormissement intermédiaire où il est encore capable d’introspection volontaire et où il est déjà en proie à des automatismes involontaires.

  • 36 A. Maury, Le sommeil et les rêves. Études psychologiques sur ces phénomènes…, p. 2.
  • 37 Ibid., p. 360.

32Maury se fait aussi observer, somnolent ou endormi dans son fauteuil ou dans son lit, il se fait réveiller pour prendre au dépourvu ses hallucinations hypnagogiques et ses rêves. Pour pouvoir mieux s’observer, il faut donc pratiquer une « observation à deux36 ». Il n’indique pas qui étaient son ou ses aides. Un ou des domestiques ? Sa femme dont il note au détour d’une phrase qu’il a avec elle, comme avec sa mère, une proximité qui pourrait évoquer une communication de pensée37 ?

  • 38 Ibid., p. 136.

33Il pratique aussi l’auto-observation rétrospective à plus ou moins longue échéance. Il note ses rêves, au réveil, sur un « cahier » ou un « répertoire ». Il consacre ses matins, ou certains de ses matins, à tenter de saisir les souvenirs et les associations qui expliquent la formation de ses visions nocturnes38. Il remonte aussi, dans ses cahiers oniriques, à des rêves plus anciens pour les mettre en relation avec celui ou à ceux de la nuit. Parfois même il remonte, en amont de ce qu’il a pu noter, à des rêves de son enfance.

  • 39 L. d’Hervey de Saint-Denys, Les rêves et les moyens de les diriger, Paris, Tchou, 1964 (1re éd. Par (...)

34Le rêve n’est pas seulement un objet domestique et intime, il est aussi pour Maury, comme pour tous les savants rêveurs du xixe siècle, un objet social. Il suscite échanges et discussions familiales, amicales et professionnelles. Maury évoque à différentes reprises un cercle de parents et d’amis qui s’intéressent, eux aussi, à leurs vies nocturnes, et dont il sollicite le témoignage. Il trouve d’autre part à la Société médico-psychologique un public de spécialistes auprès duquel il peut tester ses vues scientifiques. Il trouve enfin un adversaire en la personne de son collègue au Collège de France, le sinologue Hervey de Saint-Denys, lui aussi collectionneur, dessinateur et analyste de longue date de ses propres rêves, aux critiques duquel il répond en 187839.

  • 40 Ibid., p. 2, p. iv.
  • 41 V. Egger, « La durée apparente des rêves », Revue philosophique, XL, 1895, p. 43.

35Maury compare avec insistance sa méthode à celle d’un médecin qui note ses observations de malades au jour le jour, et il la qualifie d’« expérimentale » en se référant à la physique40. Le philosophe Victor Egger soulignera, quant à lui, que cette méthode évoque aussi celle d’un géologue ou d’un archéologue collectionneur, renvoyant ainsi à la principale pratique savante de Maury41. En tous les cas, celui-ci crée et entretient, apparemment pendant près de trente ans, une sorte de clinique médicale, de laboratoire, ou de musée intime à domicile, dont il est le patient, le sujet et la pièce la plus précieuse.

  • 42 J. Delbœuf, « Le sommeil et les rêves considérés principalement dans leurs rapports avec les théori (...)
  • 43 En tant que criminologue, Tarde a aussi mobilisé certaines affaires criminelles célèbres pour en fa (...)
  • 44 Docteur Laupts, pseud. de G. Saint-Paul, « Le fonctionnement cérébral pendant le rêve et pendant le (...)

36La méthode de Maury devient vite classique, et elle suscite des émules chez les psychologues, amateurs ou non, et les médecins du xixe siècle, qui tiennent des nocturnaux et en échangent les collections. Ainsi le philosophe, savant et psychologue belge Joseph Delbœuf remercie le juge d’instruction criminologue, philosophe, psychologue et sociologue Gabriel Tarde de lui avoir envoyé un recueil onirique, et il cite certains des rêves de son ami à l’appui des siens42. On pourrait dire que, pour des savants comme Maury, Delbœuf ou Tarde43, qui ne sont pas médecins et qui fréquentent les hôpitaux en touristes scientifiques, les rêves tiennent lieu de clinique. La méthode de Maury peut aussi donner lieu à une industrie. Lorsque les questionnaires psychologiques se répandent en France, des enquêtes sur les rêves sont lancées : la première du genre semble être celle du docteur Georges Saint-Paul, alias Laupts44. Il a recueilli des auto-observations, non plus dans un cercle familial ou amical, mais dans un cercle plus large. L’idéal visé est donc de multiplier les récits de rêve en multipliant les sujets qui s’observent.

  • 45 S. Freud, L’interprétation des rêves, Paris, Presses universitaires de France, 1967, p. 11-89, et p (...)
  • 46 S. Freud, Conférences d’introduction à la psychanalyse (Vienne, 1915-1917), Paris, Gallimard, 1999, (...)

37L’interprétation des rêves a occulté pour nous l’importance de cette première science des rêves dont Maury apparaît comme l’un des principaux initiateurs, bien que Freud lui-même ait consacré un long chapitre introductif à « La littérature scientifique concernant les problèmes du rêve », ainsi qu’une importante bibliographie remise à jour en 191445. Le savant éveillé qui note ses rêves et traque ses associations d’idées se prend pour un médecin ou un psychologue examinant son propre cas nocturne. Pour Maury, le rêveur est analogue à un aliéné en proie à des hallucinations, mais aussi à un vieillard retombé en enfance, à un homme pris de haschich, à un somnambule ou à un extatique. Freud participe de ce courant qui pathologise le rêve : il lui donne en effet, dans des conférences, le statut d’un équivalent du trouble névrotique, le seul symptôme que l’homme normal, ce névrosé en puissance, soit capable de former. Le rêve, comme chez Maury, tient donc lieu de cas ou de fragment de cas. L’argument du rêve-symptôme est utilisé par Freud pour convaincre un auditoire profane censé être normal que la psychanalyse ne concerne pas seulement les névrosés mais qu’elle a une portée générale puisque tout un chacun rêve46. Le public est donc invité à éprouver in vivo le bien-fondé de la psychanalyse en s’intéressant à ses productions oniriques personnelles.

  • 47 M. Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972, p. 531 sq.
  • 48 « Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère ». Un cas de parricide au xixe si (...)
  • 49 G. Saint-Paul, Essais sur le langage intérieur, Lyon, Storck, 1892, p. 117.

38Le cercle anthropologique qui conduit à s’appréhender dans un rapport de circularité avec la folie et la pathologie, selon les termes de Michel Foucault47, s’étend à d’autres casuistiques qui se développent au xixe siècle. De façon générale, les anormaux, pour reprendre le titre d’un cours donné par Foucault au Collège de France en 1974-1975, font l’objet d’observations proliférantes. Parmi ceux-ci, les criminels se soumettent, ou sont soumis parfois, à une injonction à écrire sur eux-mêmes, comme le montrent, dans des registres différents, le mémoire adressé par Pierre Rivière aux magistrats et les textes commandés par le médecin criminologue Alexandre Lacassagne à des prisonniers lyonnais48. Corrélativement, le savant s’applique parfois un regard semblable à celui qu’il porte sur ses sujets. Se soumettant à un questionnaire qu’il a lui-même élaboré avec son élève Georges Saint-Paul, Lacassagne se décrit avec un œil intérieur de pathologiste, comme « parfois victime d’un dédoublement de la personnalité assez pénible49 ».

  • 50 J.-M. Charcot & V. Magnan, Inversion du sens génital…, p. 35. Sur ce texte, et plus généralement su (...)

39Attardons-nous sur d’autres « anormaux » qui occupent la médecine et la psychologie fin de siècle. Le terme de « perversion sexuelle » est lancé en France dans le domaine médical par un article de Charcot et Magnan publié en 1882 dans les Archives de Neurologie, « Inversion du sens génital et autres perversions sexuelles ». Les auteurs présentent cinq cas, qu’ils regroupent sous le terme unique de « perversion sexuelle », ou encore de « perversion du sens génital ». Ils entendent ainsi ne plus se contenter de décrire des symptômes mais ils veulent identifier, sous des symptomatologies diverses, « la même maladie », qui serait propre aux dégénérés50. Trois cas renvoient à des patients privés, ou suivis à l’hôpital, du neurologue Charcot et du psychiatre Magnan, tandis que les deux autres ont donné lieu à des expertises médico-légales dans le cadre d’affaires judiciaires. La première observation, qui donne son titre à l’article, débute par la « confession » d’un jeune universitaire.

40En 1887, dans « Le fétichisme dans l’amour », deux articles de la Revue philosophique qui feront figure par la suite de références classiques, Alfred Binet, qui gravite à cette époque autour de Charcot et qui expérimente sur les hystériques de la Salpêtrière, applique pour la première fois le terme religieux de « fétichisme » à ces perversions sexuelles. Les pervers sont ainsi les dévots ou les « amants » d’une partie ou d’une qualité physique du corps féminin (mais aussi parfois masculin, comme dans le cas de l’inverti de Charcot et Magnan), d’un vêtement, d’une qualité psychique particulière, de la douleur, de leurs propres corps, de la confidence et l’écriture concernant la sexualité. Le terme de fétichisme s’applique à toutes les perversions sexuelles décrites par Charcot et Magnan, mais il s’étend aussi à ce que nous appellerions le masochisme, l’auto-érotisme et le narcissisme, la parole et l’écriture érotiques.

  • 51 A. Binet, Le fétichisme dans l’amour, Paris, Payot, 2000, p. 87 (1re éd. Paris, 1887). Pour une int (...)
  • 52 A. Belot, La bouche de Madame X***, Paris, Dentu, 1885 ; A. Binet, Le fétichisme dans l’amour…, p.  (...)
  • 53 A. Binet, ibid., p. 33.

41Qui sont ces fétichistes ? Binet cite des cas médicaux et médico-légaux, mais il recueille aussi des confessions ou des confidences d’amis masculins, et il donne une place centrale aux Confessions de Rousseau. Celui-ci devient rétrospectivement un cas de perversion sexuelle, mais aussi un auto-observateur scientifique avant la lettre, auquel le psychologue ne peut que céder la parole51. De même certains romans à scandale de l’époque, comme ceux d’Adolphe Belot, sont recyclés en observations. Binet écrit au romancier pour savoir s’il s’est inspiré d’un cas réel pour décrire un fétichiste de la bouche52. De façon générale, le fétichisme, ainsi entendu au sens large, permet de comprendre les choix masculins amoureux normaux, et Binet en appelle à l’auto-observation des lecteurs de la Revue philosophique : « Il sera donc intéressant pour chacun de nous de s’interroger, de se disséquer et d’examiner ce qu’il éprouve pour comparer ses sentiments et ses goûts aux sentiments et aux goûts des grands fétichistes53. »

  • 54 R. von Krafft-Ebing, Psychopathia sexualis. Étude médico-légale à l’usage des médecins et des juris (...)
  • 55 H. Oosterhuis, Stepchildren of nature. Krafft-Ebing, psychiatry and the making of sexual identity, (...)
  • 56 S. Tissot, L’onanisme. Dissertation sur les maladies produites par la masturbation, Paris, Le Sycom (...)

42Comme Binet, le psychiatre viennois Richard von Krafft-Ebing, valorise la confession et le témoignage littéraire. Sa Psychopathia sexualis, publiée en 1886, puis constamment rééditée et augmentée, refondue ensuite par Albert Moll et préfacée par Pierre Janet en 1931, devient un traité qui fait internationalement autorité54. Son immense collection d’observations (446 dans l’édition refondue de 1931 !) s’enrichit au fil des éditions des confidences spontanées de « pervers » qui lisent l’ouvrage et écrivent à l’auteur. Leurs lettres sont au fur et à mesure transformées en nouveaux cas dans les éditions successives, de sorte qu’un travail historique récent a pu y voir, et même y magnifier de façon excessive, une co-construction de cas opérée conjointement par le médecin et ses lecteurs55. Quoi qu’il en soit, on peut supposer que le psychiatre viennois prend aussi appui sur une tradition médicale ancienne consistant à publier des lettres de patients, déjà illustrée par le docteur Tissot dans son célèbre ouvrage sur l’onanisme, traduit et constamment réédité au xixe siècle, où il cite des témoignages de masturbateurs repentants56.

43Ainsi, à côté des réserves institutionnelles des écoles, des hôpitaux et des prisons, se constituent des laboratoires ou des musées psychologiques privés. Le savant et l’homme cultivé y observent leurs enfants, mais ils s’y observent aussi eux-mêmes. Au cours du xixe siècle, des hommes se sont mis en scène comme des sujets de cas et ils ont scruté leurs psychismes, singulièrement leurs rêves ou leurs vies sexuelles. La casuistique psychologique a donc concerné les psychologues eux-mêmes. Ceux-ci ont aussi provoqué, par contrainte ou de plein gré, des témoignages qu’ils ont recyclés en auto-observations dans leurs publications scientifiques.

44Aussi bien dans les collections d’observations que dans celles d’auto-observations, prédomine un modèle spéculaire. Idéalement, un œil, ou un œil intérieur, est censé pouvoir enregistrer un donné qui a la consistance d’une pièce matérielle de collection. L’observation cherche à fixer un ou des états mentaux, un ou des comportements, plus qu’à rendre compte d’un changement. L’observé, d’autre part, est supposé n’être pas ou peu affecté par l’observateur, interne ou externe, et réciproquement. Il en va différemment, comme on va le voir, lorsque l’étude de cas se propose de rendre compte d’un processus thérapeutique.

Psychothérapies et histoires de cas

45La fin du xixe siècle voit s’accréditer les termes de « psycho-thérapeutique », de « psychothérapie », de « psychothérapeute » et se multiplier les récits de traitements psychologiques. Sous ces nouveaux vocables, on redécouvre le pouvoir guérisseur du psychisme, que ce pouvoir renvoie à une action de l’esprit du patient sur son propre corps, ou à l’influence d’un esprit sur un autre. La psychothérapie s’identifie pour Hippolyte Bernheim, professeur de clinique médicale à Nancy, à une suggestion, avec ou sans hypnose. Par des mots essentiellement, le thérapeute suggère le sommeil, l’atténuation ou la fin des douleurs organiques, la suppression de « symptômes névropathiques », comme on dit alors. L’intervention impérative du médecin et l’acceptation de celle-ci par le patient sont des vecteurs curatifs efficaces, mais aussi limités, puisque, dans certains cas, la suggestion échoue. La résistance semble plus forte, remarque Bernheim, lorsqu’il s’agit de patients privés qui refusent les ordres, à l’inverse des patients d’hôpitaux. Ce thème devient commun à la fin du xixe siècle. On retrouve ainsi une distinction déjà rencontrée entre sujets ordinaires et distingués.

  • 57 Pour un récit situant Janet et Freud dans le contexte de l’histoire plus générale d’une psychiatrie (...)

46Passé le temps des enthousiasmes, les psychothérapies suggestives apparaissent à plusieurs comme trop autoritaires et trop aléatoires : le suggestionneur ordonne en aveugle, sans savoir ce qu’il fait et pourquoi il guérit, il constate un miracle plus qu’il ne trouve une explication psychologique. Deux thérapeutes appelés à devenir célèbres, Pierre Janet et Sigmund Freud, soulignent que la « suggestion » est une notion trop large qui n’explique rien. Ils cherchent, à la fin du xixe siècle, à comprendre l’origine du symptôme pour mieux guérir. L’un parle d’analyse psychologique, et l’autre de catharsis puis de psycho-analyse, histoire bien connue qui a donné lieu à d’innombrables commentaires57… Comment l’étude de cas s’en trouva-t-elle modifiée ? Je n’évoquerai que deux exemples, le cas d’Achille chez Janet et celui de Dora chez Freud.

47En 1891, « Achille », un « possédé », échoue au laboratoire de psychologie de la clinique de la Salpêtrière. Janet l’évoque dans sa thèse de médecine, passée sous la direction de Charcot en 1893, puis il lui consacre en 1894 une longue conférence, « Un cas de possession et l’exorcisme moderne », publiée en 1895 et ensuite republiée dans Névroses et idées fixes en 1898.

  • 58 P. Janet, « Un cas de possession et l’exorcisme moderne » (1895), Névroses et idées fixes, I, Paris (...)

48« Je vais vous raconter ces accidents, d’une première manière, tels qu’ils se présentent pour un observateur superficiel, c’est-à-dire tels qu’ils ont été observés par l’entourage du malade, tels qu’ils sont racontés par sa femme, et même tels qu’Achille les raconte lui-même, quand on l’interroge et qu’il fait tous ses efforts pour parler avec exactitude et sincérité58. » De ce point de vue, Achille présente tous les signes classiques d’une possession. Néanmoins Janet se garde bien d’en rester là. Une hypnotisation classique échouant, il a l’idée de s’adresser non plus à Achille, mais au diable. Et celui-ci lui répond et lui obéit comme à un exorciste : il accepte en particulier que Janet endorme Achille.

  • 59 Ibid., p. 403.

49Hypnotisé, celui-ci retrouve des souvenirs et la cure atteint ainsi « ces couches plus profondes de la conscience59 » où siège l’« idée fixe » à l’origine des troubles. Lors d’un voyage d’affaire, Achille a eu une aventure. Sous l’effet du remords, il a développé alors ce que Janet désigne comme un « rêve » ou un « roman » qui demeurèrent subconscients et dans lesquels il se racontait et se voyait en proie à la damnation puis à une possession démoniaque. Ainsi se substitue dans le récit de cas une seconde intrigue à la première : le roman infernal, lié aux lectures d’Achille, laisse place à une banale histoire d’adultère qui donne à la possession ses clefs psychologiques.

  • 60 Ibid., p. 404.
  • 61 C. Bernand, « Janet exorciste. Obsessions et possessions sous la IIIe République », Nervure, 4, 198 (...)

50Néanmoins, pour qu’Achille cesse de se vivre comme possédé, il ne suffit pas qu’il se remémore sa faute. Il faut qu’il soit absous. Janet, toujours par l’entremise du diable, lui fait voir sous hypnose le pardon conjugal. Achille commence à se déprendre de son diable et à en rire, et il guérit, en oubliant tout. Car « c’est le remords d’Achille, c’est le souvenir même de sa faute qu’il faut lui faire oublier60. » Le traitement s’apparente plus à un désensorcellement qu’à une thérapie de l’écoute et de la remémoration, comme le montre Carmen Bernand, qui propose une lecture ethnologique du récit janetien61. Il doit demeurer un hiatus entre la thérapeutique, qui vise l’oubli, et l’analyse psychologique savante qui part à la recherche de souvenirs subconscients. Janet est en tous les cas le seul à pouvoir assurer un second récit que le patient continue d’ignorer, du moins officiellement, car rien ne dit qu’Achille, qui était resté en contact avec lui et qui aimait lire, n’ait pas eu entre les mains « Un cas de possession et l’exorcisme moderne ».

  • 62 Cf. Préface, in Psychopathia sexualis…, p. 4.
  • 63 Sur la notion de dissociation chez Pierrre Janet, voir J. Carroy & R. Plas, « La genèse de la notio (...)

51Contrairement à Krafft-Ebing, dont la collection de cas le laisse quelque peu sceptique62, Janet ne se fie pas aux confessions et aux premiers récits des patients. Pour lui, puisque la conscience du névrosé est dissociée63, le thérapeute ne peut se contenter de faire de pures et simples observations et de consigner les dires du sujet : il doit conduire un récit psychologique différent de celui du patient. Le psychologue-exorciste devient ainsi un personnage à part entière d’un récit dans lequel il est impliqué et s’implique et dont il est le narrateur engagé.

  • 64 P. Janet, L’automatisme psychologique…, p. 283 ; Id., « L’influence somnambulique et le besoin de d (...)

52Dès lors, la relation du patient à son thérapeute n’est plus un élément fortuit ou adjacent, elle doit être l’objet d’une analyse psychologique. Janet s’intéresse à la fin du xixe siècle au « rapport », redonnant ainsi de l’actualité à un vieux mot mesmérien qui désignait la mise en relation du magnétiseur et du magnétisé. Il parle de l’« électivité », puis de la « passion somnambulique » qui lie le patient ou la patiente à son médecin64.

53Quelque dix ans plus tard, en 1900, Sigmund Freud recevra dans sa clientèle privée une jeune fille hystérique dont il publiera le cas en 1905, puis dans Cinq psychanalyses. Son père et celle-ci, « Dora », lui racontent deux récits opposés. L’un dit être lié de pure amitié avec la femme d’un couple ami, Madame K… Dora, au contraire, accuse son père d’être l’amant de celle-ci et de l’avoir livrée en otage aux entreprises amoureuses de Monsieur K… Ces récits laissent subsister des énigmes, de sorte que le thérapeute ne peut les reprendre tels quels.

  • 65 S. Freud, « Fragment d’une analyse d’hystérie (Dora) » (1905), in Id., Cinq psychanalyses, trad. fr (...)

54Les reproches de Dora semblent fondés. Néanmoins ils sont doublés d’auto-reproches. Car Dora est, selon Freud, amoureuse de Monsieur K… Mais elle réactive aussi son amour infantile pour son père. Enfin elle a « un amour inconscient, dans le sens le plus profond65 » pour sa « rivale » Madame K… Dans ce kaléidoscope d’interprétations, une énigme est résolue au fur et à mesure que le thérapeute découvre qu’un amour en cache un autre, jusqu’au moment où il est lui-même entraîné, à son insu, dans une histoire d’amour et de vengeance qui se déplace sur lui. Il ne s’aperçoit pas que Dora répète à son égard la conduite qu’elle a déjà eue avec Monsieur K… Elle lui donne son congé et le quitte. Le récit de cas, écrit peu de temps après le départ de Dora, se termine par une conclusion, écrite après 1902, sur les « transferts » de Dora. Ultérieurement, en 1923, Freud ajoutera des notes au texte initial insistant sur l’« amour inconscient, dans le sens le plus profond » dont il n’avait pas pris la mesure, et sur l’« amour de transfert » qu’il n’avait pas vu venir.

  • 66 Ibid., p. 70.
  • 67 C. Ginzburg, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », in Id., Mythes, emblèmes, traces. Morph (...)

55Ainsi le récit psychothérapeutique n’est plus assimilable à une observation ponctuelle ou à une addition d’observations ponctuelles mais il devient une intrigue, une histoire à rebondissements qui affecte le patient et le thérapeute. Le thérapeute-narrateur dans « Dora » s’apparente au rêveur à son réveil qui cherche à fixer ce qu’il est sur le point d’oublier : Freud se décrit comme saisi d’amnésie partielle lorsqu’il doit tenir un récit du cas66. Il s’identifie aussi à un enquêteur qui reconstruit une histoire. On pourrait, évidemment, évoquer à ce propos, à la suite de Carlo Ginzburg, la résurgence d’un « paradigme indiciaire67 ». Le thérapeute-Sherlock Holmes substitue à une intrigue initiale une autre ou d’autres intrigues.

  • 68 S. Freud & J. Breuer, Études sur l’hystérie, Paris, Presses universitaires de France, 1975, p. 127  (...)
  • 69 S. Freud, « Fragment d’une analyse d’hystérie (Dora) », p. 3 et p. 43.

56L’histoire de cas, selon Freud, manifeste des parentés avec le roman. Lorsque le neurologue devient psychothérapeute, il est obligé de se faire romancier, remarque-t-il en 189568. En 1905, il note que, parce que les personnages renvoient à des individus connus et en tous les cas dotés d’un état-civil, cette histoire peut être lue comme un roman à clef, et que, parce qu’elle parle de sexualité, elle peut être lue comme un roman « compliqué » et osé69. La question de la relation liant un ou une patiente et son thérapeute devient enfin cardinale. Le cas peut se raconter alors comme une histoire d’amour ou de haine de « transfert » qui affecte en retour le psychanalyste, par « contre-transfert ».

  • 70 A. Bellanger, Le magnétisme, vérités et chimères de cette science occulte. Un drame dans le somnamb (...)

57En écrivant et en revendiquant d’écrire des études de cas « romanesques », Freud renoue avec une littérature magnétique puis hypnotique remisée au purgatoire par l’hypnotisme scientifique, mais toujours vivante et probablement plus lue au cours du siècle que les traités savants. Les amours somnambuliques sont devenues une idée reçue, brocardée par Flaubert, qui définit dans son Dictionnaire des idées reçues le magnétisme comme « un joli sujet de conversation et qui sert à “faire des femmes” ». On pourrait citer quelques récits de cas qui se veulent, de façon analogue à « Dora », vrais et néanmoins proches d’un roman, comme la longue histoire de la passion d’une noble et belle somnambule pour un jeune médecin, racontée par le docteur Bellanger en 185470. Ce « cas » se transmet et devient classique à la fin du siècle. Il figure en bonne place dans Hypnotisme, suggestion et psychothérapie, un ouvrage de Bernheim que Freud a traduit.

  • 71 S. Freud, « Traitement psychique (Traitement d’âme) » (1890), in Id., Résultats, idées, problèmes, (...)

58Si Freud reprend ainsi le fil d’un passé plus ancien, il se situe aussi dans un courant contemporain qui redécouvre, à la fin du siècle, l’importance de la relation entre le psychothérapeute et son patient, et qui tente de la théoriser, ainsi qu’on l’a déjà vu à propos de Janet. Dès 1890, dans un article de vulgarisation qui synthétise plusieurs travaux marquants d’alors (Bernheim, Liébeault, Janet, Delbœuf, principalement), Freud compare la relation du médecin et de son patient à une relation amoureuse et (ou) parentale71. C’est cette relation que Freud tente ultérieurement de comprendre en terme de transfert : le patient répète et transfère sur le psychanalyste des prototypes infantiles, et ce processus est le principal moteur et le principal obstacle de la cure.

  • 72 P. Janet, Les médications psychologiques, vol. 3, Paris, Société Pierre-Janet, 1986, p. 414 sq. (1r (...)

59Janet, à peu près à la même époque, propose une autre analyse psychologique et il critique les conceptions freudiennes. Il souligne que la relation thérapeutique a une spécificité dont la psychanalyse ne rend pas compte. Selon lui, le ressort thérapeutique du traitement réside dans le fait que le patient ne se contente pas, comme le voudrait Freud, de répéter des relations parentales. Inversant les lois de la filiation, le soigné adopte par exemple le soignant comme père et tient à son égard une conduite non pas seulement régressive et infantile mais sociale, que Janet nomme une « conduite d’adoption72 ».

  • 73 Pour une perspective plus générale concernant l’historicisation des cas en psychiatrie, voir la thè (...)
  • 74 J. Delbœuf, « Quelques considérations sur la psychologie de l’hypnotisme » (1893), in Id., Le somme (...)
  • 75 Le terme d’interaction est ainsi mis exergue dans son sens physique par Bergson. Sur ce point, voir (...)

60Ainsi l’exigence d’une analyse portant sur le psychisme du patient et sur la relation thérapeutique transforme l’étude de cas. Celle-ci devient moins une observation et un constat de guérison qu’une histoire à péripéties dans laquelle le thérapeute est narrateur et protagoniste, comme le montrent, dans des registres différents, les deux exemples des cures d’Achille et de Dora. Récits et analyses acquièrent une dimension temporelle et prennent en compte des effets de relation73. Cette relation, qu’elle soit de nature sociale comme la conduite d’adoption ou d’origine infantile comme le transfert, est d’abord celle que le patient entretient avec son thérapeute. Le rapport du thérapeute au patient est conçu comme un contrecoup, ainsi que l’indique par exemple le terme de « contre-transfert » utilisé par Freud. En privilégiant de la sorte l’activité propre du sujet, Janet et Freud s’opposent à Bernheim qui met en exergue la « suggestion » exercée par le thérapeute et qui décrit en termes de « contre-suggestion » ou d’« auto-suggestion » les réactions du patient. Peu d’auteurs à l’époque envisagent, à l’instar de Joseph Delbœuf74, que cette relation puisse être réciproque, sur le modèle de ce que nous désignerions actuellement comme une interaction. Le terme d’interaction reste, à ma connaissance, employé exclusivement à la fin du xixe et au début du xxe siècle dans son acception physique et ne s’applique pas à des relations humaines75.

Le cas en question

61L’étude de cas psychologique et psychanalytique a suscité bien des critiques et des remises en cause historiographiques et épistémologiques, sur lesquelles je voudrais revenir. De quelle véridicité est-elle susceptible ? Celle-ci peut être critiquée au nom de données biographiques nouvelles, mais aussi par une remise en cause de la théorie que le cas est censé illustrer. Qu’en est-il d’autre part de sa représentativité ? Il me semble intéressant de mettre en écho, là encore, l’histoire des révisions de cas psychanalytiques avec une histoire plus ancienne, en développant quelques exemples.

  • 76 A. Maury, « Nouvelles observations sur les analogies des phénomènes du rêve et de l’aliénation ment (...)

62Le livre de Maury est devenu un répertoire de cas et les auteurs qui cherchent à édifier une science des rêves y puisent abondamment. L’un de ces rêves devient aussi célèbre en son temps que peut l’être pour nous « L’injection faite à Irma », qui inaugure L’interprétation des rêves de Freud. Veillé par sa mère alors qu’il est malade, le jeune Alfred Maury se voit assister sous la Terreur à des scènes de massacre, comparaître devant le Tribunal révolutionnaire, être jugé, condamné à mort, conduit à l’échafaud. Il sent sa tête se séparer de son tronc, et il se réveille « en proie à la plus vive angoisse », la flèche de son lit venant de tomber sur son cou. « Cela avait eu lieu à l’instant, ainsi que ma mère me le confirma76. »

  • 77 J. Le Lorrain, « Sur la durée du temps dans le rêve », Revue philosophique, XXXVIII, 1894, p. 275-2 (...)

63Est-il possible que l’esprit puisse fonctionner aussi rapidement et que Maury ait fait un rêve si long en si peu de temps, se demande l’homme de lettres Jacques Le Lorrain, qui engage la polémique dans la Revue philosophique ? Victor Egger, fils d’un ami de Maury, tente de dater le rêve, et il le rattache à une période antérieure à l’époque où Maury a commencé à noter ses visions nocturnes77. Ce rêve, tout d’abord remémoré et raconté oralement, serait donc analogue à une statue restaurée. Par là même, il ne saurait être une preuve que la pensée onirique puisse se dérouler d’une façon aussi rapide. La critique d’Egger attaque donc la véridicité d’un récit pour mieux invalider une thèse psychologique.

  • 78 H. Bergson, « Le rêve » (1re éd. Alcan, 1901), in Id., L’énergie spirituelle, Paris, Presses univer (...)
  • 79 S. Freud, L’interprétation des rêves, p. 423.

64Inversement, Bergson et Freud ne remettent pas en doute le récit de Maury mais tentent au contraire de rendre compte de la rapidité du déroulement des scènes par leurs propres théories. Bergson défend la vraisemblance du rêve78. Freud y voit le prolongement d’un fantasme diurne et il rêve lui-même sur le rêve de Maury, qu’il rallonge d’un nouvel épisode de son cru : avant de monter à l’échafaud le rêveur baise la main d’une belle dame79. De façon significative, aucun des commentateurs, qu’ils soient ou non critiques, ne se réfère à ce que Maury dit sur l’observation à deux. Le témoignage de la mère, qui atteste que le rêve s’est produit en un temps extrêmement court, aurait pu être critiqué ou invoqué. Il n’est tout simplement pas pris en compte. Le récit onirique est repris ou critiqué, on le voit, selon qu’il peut ou ne peut pas illustrer une théorie psychologique.

  • 80 H. Bernheim, De la suggestion dans l’état hypnotique et dans l’état de veille, Paris, Doin, 1884.
  • 81 A. Binet, « L’intensité des images mentales », Revue philosophique, XXIII, 1887, p. 493.

65La révision des beaux cas de la Salpêtrière est plus connue. En réalité, comme l’ont assez vite souligné certains contemporains, les femmes du service de Charcot seraient devenues des complices plus ou moins conscientes des leçons. Hippolyte Bernheim affirme que la grande hystérie de Charcot est une hystérie de culture obtenue par le dressage et la suggestion80. Alfred Binet remarque que certaines pensionnaires, même si elles sont illettrées, peuvent réciter par cœur une grande leçon du maître81. Ainsi, aux « observations » canoniques on objecte très vite des contre-récits et à la métaphore de la collection s’oppose celle du théâtre et du dressage : les pièces typiques et rares sont devenues des vedettes, et les pièces communes ou frustes des figurantes. Corrélativement, Charcot et ses émules apparaissent comme des hommes crédules qui se sont laissés gruger par des femmes simulatrices et manipulatrices.

66Doublant récits et contre-récits médicaux, rumeurs, anecdotes et plaisanteries ont diffusé un savoir oral dont on peut retrouver des traces dans les romans, les journaux et les mémoires. Les femmes du peuple de la Salpêtrière donnent lieu à un savoir publié sérieux mais également à un rire anticlérical et grivois, comme en témoigne cette chanson du futur physiologiste et déjà bon républicain Charles Richet, qui était en 1875 l’interne de Moreau de Tours à la Salpêtrière en fréquentant aussi les internes et le service de Charcot :

  • 82 C. Richet, Mémoires sur moi et les autres, 1914-1918, Paris, Bibliothèque de l’Académie nationale d (...)

« La plus rebelle n’est pas fière ; / On l’… facilement. / Quel est cet établissement ? / C’est la Salpêtrière. / Tous les matins, c’est authentique, / On voit un spectacle nouveau ; / C’est le réveil d’une hystérique, / Qui n’est pas Louise Lateau : / Épilepsie, catalepsie, / Sont les vertus des saintes à venir ; / Et le Saint Père / Bientôt espère, / Armé de son goupillon les bénir82. »

  • 83 Sur ce point, voir O. Mannoni, Freud, Paris, Seuil, 1968, p. 50-52.

67Ainsi le cas publié se nourrit et se démarque d’une culture médicale orale, ou encore de savoirs à plaisanteries, pour transposer librement une catégorie ethnologique. L’originalité du jeune Freud, lorsqu’il vient à Paris suivre les leçons de Charcot, consiste notamment en ce qu’il ne saisit pas bien les codes qui séparent en France le non-publiable du publiable : il est frappé par une remarque de Charcot sur la « chose génitale », il prend au sérieux ce que se racontent ses confrères et il fait science de ce qui ne s’écrit pas dans un texte scientifique83.

  • 84 Voir à ce sujet H. F. Ellenberger, « Psychiatry and its unknown history ».

68Il est probable aussi que l’invention neurologique de Charcot et de ses disciples relève d’une plus longue histoire, que les travaux d’Henri Ellenberger ont mis en évidence. Si l’on replace l’hystérie de la Salpêtrière dans la longue durée d’une « psychiatrie dynamique » qui débute au magnétisme animal et aboutit notamment à la psychanalyse, les découvertes ou les redécouvertes y ont souvent été élaborées en relation avec des sujets inspirateurs de longs récits de cas et de théories84. Et sans doute, à certains égards – car, à l’inverse de ceux de ses confrères plus nuancés, il voue aux gémonies le magnétisme animal –, Charcot s’insère, bon gré mal gré, dans une tradition du sujet inspirateur.

69L’étude de cas dans le domaine de l’histoire de la psychanalyse donne lieu à de plus fracassantes polémiques, dont je ne développerai brièvement que quelques exemples. Nous allons voir que les controverses y sont analogues à celles que je viens d’évoquer, mais qu’elles s’en distinguent néanmoins.

  • 85 E. Jones, La vie et l’œuvre de Sigmund Freud, Paris, Presses universitaires de France, 1958, vol. 1 (...)

70« Fraulein Anna O. », le célèbre cas princeps de « catharsis » mené par Breuer, a donné lieu à des réévaluations historiques, dont l’initiateur involontaire fut, paradoxalement, l’un des plus fidèles disciples de Freud. C’est en effet Ernest Jones qui, dans une monumentale biographie officielle de Freud, dévoile l’identité d’Anna au détour d’une note : « Nous savons que la découverte de la méthode cathartique lui était due. C’est pourquoi son nom mérite d’être révélé. Elle s’appelait Bertha Pappenheim (27 février 1859-28 mai 1936)85. » S’élevant du statut de patiente à celui de découvreuse, Anna O. ne peut rester dans l’anonymat. Du fait de cette révélation, d’autres révélations présentent Breuer, le thérapeute de Bertha et le co-auteur des Études sur l’hystérie, sous un jour négatif. Jones rapporte des confidences de Freud selon lesquelles, sous l’emprise de son contre-transfert, Breuer aurait brusquement abandonné le traitement et prit la fuite avec sa femme pour une nouvelle lune de miel au cours de laquelle ils auraient conçu un enfant. Il s’agit donc de minimiser le rôle de Breuer dans une découverte. Les analyses de Jones que je viens d’évoquer montrent aussi qu’autour des grands cas freudiens, a circulé toute une culture orale, faite de rumeurs, de potins et de confidences et que s’est constituée ainsi une légende dorée – qui peut, le cas échéant, virer au noir, comme on va le voir. On retrouve ainsi des processus quelque peu analogues à ceux qui ont entouré les « découvertes » de Charcot dans les années 1880.

  • 86 H. F. Ellenberger, « Histoire d’Anna O. » (1972), in Id., Médecines de l’âme. Essais d’histoire de (...)

71Ellenberger reprend le dossier et il retrouve un rapport écrit par Breuer en 1882, qui montre que celui-ci n’a pas abandonné sa patiente. Il note que le recoupement des dates rend d’autre part impossible la conception de la fille de Breuer telle que la raconte Jones. Surtout Breuer est loin de parler de catharsis en 1882, et le traitement n’a pas amené de guérison. Ellenberger conclut ses recherches par une remise en cause du récit de découverte fait par Breuer, Freud et Jones : « Le “prototype d’une guérison cathartique” ne fut ni une guérison ni une catharsis86. » Cette conclusion tranchante a, évidemment, des résonances polémiques : Ellenberger entend mener un combat contre la légende écrite et orale à laquelle il oppose la critique historique. L’histoire qu’il met en pratique est, comme on l’a vu, continuiste et elle révoque en doute l’idée, défendue par Jones, d’une nouveauté radicale des découvertes freudiennes.

  • 87 A. Hirschmüller, Josef Breuer, Paris, Presses universitaires de France, 1991 (1re éd. Berne, 1978).
  • 88 M. Borch-Jacobsen, Souvenirs d’Anna O. Une mystification centenaire, Paris, Aubier, 1995.

72Une recherche approfondie de l’historien et psychanalyste Albrecht Hirschmüller, beaucoup moins critique par ailleurs, complète encore le dossier et sort Breuer du purgatoire où Jones l’avait remisé87. Un livre récent de Mikkel Borch-Jacobsen88 synthétise et vulgarise notamment Ellenberger et Hirschmüller sans ajouter d’éléments historiographiques d’importance. Mais, à la différence de ces deux auteurs, il réactive à propos des récits de cas canoniques la thèse de la suggestion, déjà avancée par Bernheim contre Charcot et déjà opposée à l’époque aux Études sur l’hystérie ; il peut alors en tirer des conclusions radicales sur la psychanalyse comme « mystification centenaire ». Ainsi, la levée de l’anonymat d’Anna O. par Jones a rendu possibles des recherches historiques qui ont pu être utilisées de façon militante dans un combat contre la psychanalyse et pour le retour à une théorie de la suggestion.

  • 89 P. Mahony, Dora s’en va. Violence dans la psychanalyse, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 20 (...)

73La critique des cas peut venir des psychanalystes eux-mêmes. On peut citer à ce propos les travaux de Patrick Mahony, qui a repris et réévalué la plupart des histoires freudiennes. Il se montre ainsi particulièrement sévère pour la contreperformance thérapeutique de Freud vis-à-vis d’Ida Bauer, alias Dora, en concluant que « l’histoire du cas Dora est l’illustration d’une coercition portée à un point remarquable89. » La thérapie freudienne est rien moins que psychanalytique, selon Mahony, en dépit du fait que « Dora » demeure un fascinant roman moderne. Même si le cas est factuellement faux et éthiquement critiquable, il donne à penser.

74De façon générale, toutes les études de cas freudiennes ont donné lieu à de multiples investigations historiques, cliniques et littéraires, de sorte que les travaux consacrés aux patients de Freud constituent une littérature à part entière, dont je me suis contentée de donner un aperçu. La levée de l’anonymat de presque tous les grands cas des origines a autorisé plusieurs types d’attitude, allant du respect le plus grand à la critique la plus radicale. Psychanalystes, historiens et polémistes – un même auteur pouvant endosser l’une et l’autre de ces attitudes – se sont affrontés et continuent de s’affronter en utilisant les nouvelles données historiques disponibles et en attendant une ouverture totale des archives Freud à Washington, qui alimente bien des suppositions…

75Ce débat en recoupe parfois un autre, interne à la psychanalyse, et en rejoue les origines. Dans ses premières recherches sur les névroses, Freud considère en effet qu’à l’origine des symptômes hystériques ou obsessionnels il y a une séduction sexuelle effective, subie selon des modalités diverses par l’enfant. Il est ensuite amené à abandonner cette première théorie pour parler de fantasmes de séduction et élaborer la notion de complexe d’Œdipe. Il n’en demeure pas moins attaché à l’idée que certaines scènes sexuelles de l’enfance doivent être réelles et il s’affirme la plupart du temps comme un narrateur réaliste. Ainsi mène-t-il une enquête pour établir la réalité d’une scène de coït parental à laquelle son patient, « l’homme aux loups », aurait assisté dans son enfance. Certains psychanalystes reprennent des perspectives proches de celles de Freud à ses débuts comme son disciple Sandor Ferenczi, qui insiste sur la réalité du traumatisme, tandis que d’autres la minimisent en mettant l’accent sur le fantasme et la reconstruction analytique. Sans entrer dans les détails d’un débat récurrent dans l’histoire de la psychanalyse, des psychanalystes contemporains, notamment dans la mouvance lacanienne, ont pu soutenir à propos du récit de cas des perspectives que l’on pourrait qualifier de fictionnalistes.

  • 90 P. Janet, « La psycho-analyse », Journal de Psychologie normale et pathologique, 11, 1914, p. 120 s (...)
  • 91 J.-F. Chiantaretto, « Autobiographie, récit fondateur et histoire de sa genèse : du psychanalyste a (...)
  • 92 S. Freud, « Charcot » (1893), Résultats, idées, problèmes, p. 73. Pour un commentaire, voir J. Carr (...)

76On peut regretter que beaucoup des polémiques surinvestissent les textes freudiens en les isolant d’une histoire plus large. Mais c’est probablement là un effet du caractère particulier de la psychanalyse, mis en évidence par certains critiques contemporains de Freud, puis par certains historiens et, en France, par certains psychanalystes en rupture avec le lacanisme90. Freud en effet a édifié la psychanalyse comme une théorie scientifique, mais aussi comme une école de pensée pouvant rendre compte de l’ensemble de la culture, et comme un mouvement lié à sa personne. Il s’est présenté, surtout à la fin de sa carrière, comme s’auto-engendrant psychanalyste91. Probablement s’inspirait-il en partie de l’exemple prestigieux de Charcot, dont le pouvoir de « maître de la jeunesse » entouré d’élèves convertis en disciples l’avait, autrefois à Paris, littéralement sidéré92.

77Dans ce contexte de formation d’école, les révisions font figure de schismes ou d’hérésies, soit qu’elles se modèlent explicitement sur la posture freudienne, soit qu’elles en demeurent, bon gré mal gré, tributaires. La question de la véridicité se transmue alors souvent en une question de dogme et d’orthodoxie à laquelle certains patients ont participé, comme « l’homme aux loups » qui a été pris à parti et a pris parti sur son propre cas.

  • 93 S. Freud, Cinq psychanalyses, p. 343.
  • 94 M. Gardiner, L’homme aux loups par ses psychanalystes et par lui-même, Paris, Gallimard, 1981 (1re (...)
  • 95 K. Obholzer, Entretiens avec l’homme aux loups, Paris, Gallimard, 1981 (1re éd. Reinbek près Hambou (...)

78Aristocrate russe analysé par Freud juste avant 1914, Serge Pankejeff émigre après la Révolution à Vienne où il trouve du travail dans une compagnie d’assurance. Il retourne consulter Freud qui l’aide un moment financièrement, puis il passe de thérapeute en thérapeute, tout en entretenant des relations au long cours, non strictement thérapeutiques, avec des psychanalystes, notamment avec Muriel Gardiner. Pankejeff écrit des textes psychanalytiques théoriques, il peint et vend certains de ses tableaux à des psychanalystes, représentant par exemple à la demande le fameux rêve des loups qu’il avait déjà dessiné pour Freud et qui était à l’origine de son pseudonyme93. Pankejeff enregistre de longs témoignages pour les archives Freud et finit par recevoir une aide financière des archives en complément de sa retraite. À l’invitation de Muriel Gardiner, il écrit « Les souvenirs de l’homme au loup, édités par Muriel Gardiner » ainsi que « Mes souvenirs sur Sigmund Freud, par l’homme aux loups » qui décrivent sa relation avec Freud sous le jour d’une collaboration scientifique fructueuse94. Son identité n’étant connue que de quelques psychanalystes, son nom d’auteur se confond donc avec le pseudonyme qui l’a rendu célèbre. Devenu très vieux, Pankejeff est retrouvé par la journaliste Karin Obholzer. Elle enregistre des entretiens dans lesquels il présente ses relations avec la psychanalyse et les psychanalystes sous un jour très critique95.

79Appelé encore et encore à témoigner à propos de sa et de ses cures pour ou contre la psychanalyse, Pankejeff s’est donc intégré sous pseudonyme dans la communauté freudienne, contrairement à Bertha Pappenheim ou à Ida Bauer qui se sont tenues à l’écart de celle-ci. Elles ne sont devenues, sous le nom d’Anna O. et de Dora, des emblèmes et des enjeux pour le mouvement psychanalytique qu’à leur corps défendant ou sans participation active. Le cas de Serge Pankejeff peut renvoyer à une histoire, évoquée dans cette étude, celle du patient-collaborateur, et de l’injonction à l’auto-observation. Mais sa longue vie témoigne aussi d’une emprise, acceptée ou rejetée, par et dans un mouvement. Ainsi les grands cas freudiens ont-ils pu devenir, selon des modalités différentes, des sortes d’icônes à préserver ou à détruire…

*

80Ce parcours a permis de dégager les grandes lignes d’une histoire qui a fait succéder aux collections d’observations et d’auto-observations des histoires de patients. Il faut se garder cependant de parler en termes d’étapes bien délimitées, car il y a eu des chevauchements chronologiques et des « re-jeux », ainsi que je l’ai montré à plusieurs reprises. On a vu enfin comment les observations, les auto-observations et les histoires de patients sont porteuses de critiques et de contre-récits. Et sans doute faut-il inclure, dans cette histoire décidément complexe, l’historien lui-même, qui collectionne et revisite à son tour les études de cas.

  • 96 G. Holton, L’imagination scientifique, Paris, Gallimard, 1981 (1re éd. New York, 1978).

81Il s’est avéré à de multiples reprises que l’étude de cas révèle et aiguise des écarts ou des discordances entre présent et retour après coup, dit et écrit, noté et publié, anecdotique et scientifique, risible et sérieux. J’inclinerais à penser que s’est ainsi dessinée, au fil de cette étude, une autre spécificité du cas psy. Plus précisément, ces écarts me semblent relever d’une distinction entre science privée et science publique, telle que l’a proposée l’historien de la physique Gerald Holton pour rendre compte de la science en train de se faire96. On pourrait en conclure, en reprenant librement cet auteur, que l’étude de cas psychologique ou psychanalytique n’apporte pas des énoncés entièrement stabilisés, mais qu’elle est toujours potentiellement à défaire et à refaire parce qu’elle repose sur une tension, sans doute indépassable et finalement heuristique, entre savoir privé et savoir public.

Notes

1 H. F. Ellenberger, « Psychiatry and its unknown history », in M. Micale, ed., Beyond the Unconscious. Essays of Henri F. Ellenberger in The History of psychiatry, Princeton, Princeton University Press, 1961, p. 239-253 ; R. Porter, « The patient’s view : doing medical history from below », Theory and Society, 14, 1985, p. 175-198 ; K. Danziger, Constructing the subject. Historical origins of psychological research, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 ; J. Carroy, Hypnose, suggestion et psychologie. L’invention de sujets, Paris, Presses universitaires de France, 1991 ; M. Borch-Jacobsen, « Making psychiatric history : madness as folie à plusieurs », History of the Human Sciences, 14 (2), 2001, p. 19-38.

2 I. Hacking, Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ?, Paris, La Découverte, 2001, p. 169 (1re éd. Cambridge, 1999).

3 Pour une discussion approfondie sur cette question, que je ne fais ici qu’effleurer, voir I. Hacking, Les fous voyageurs, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2002 (1re éd. Charlottesville-Londres, 1998).

4 Le terme d’introspection, venu d’Angleterre, se diffuse en France dans la seconde moitié du xixe siècle.

5 Pour une définition classique de ce qu’on appela la « méthode psychologique », voir T. Jouffroy, « Objet, certitude, point de départ et circonscription de la psychologie », in Id., Mélanges philosophiques, Paris-Genève, Slatkine, 1979, p. 269-287 (1re éd. Paris, 1823). Théodore Jouffroy était un disciple de Victor Cousin.

6 K. Danziger, « The history of introspection reconsidered », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 16, 1980, p. 241-262.

7 J.-J. Moreau de Tours, Du haschich et de l’aliénation mentale, Yverdon, Kesselving, 1974 (1re éd. Paris, 1845).

8 Pour des développements plus précis sur ce thème, voir J. Carroy, Hypnose, suggestion et psychologie…

9 A. Charma, « Du sommeil », in Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen, Caen, Académie nationale des sciences, arts et belles-lettres, 1851, t. 10, p. 378.

10 H. Taine, De l’intelligence, Paris, Hachette, 1911 (1re éd. Paris, 1870) ; T. Ribot, La psychologie anglaise contemporaine, Paris, L’Harmattan, 2002 (1re éd. Paris, 1870).

11 H. Taine, De l’intelligence, I, p. 17.

12 H. F. Ellenberger, Histoire de la découverte de l’inconscient, Paris, Fayard, 1994, p. 373 (1re éd. New York, 1970).

13 J. Carroy, « “Comment fonctionne mon cerveau ?” Projets d’introspection scientifique au xixe siècle », in J.-F. Chiantaretto, ed., Écriture de soi, écriture de l’histoire, Paris, In Press, 1997, p. 161-179.

14 Pour un développement historique approfondi de cette hypothèse, voir notamment H. F. Ellenberger, Histoire de la découverte de l’inconscient.

15 John Forrester, par exemple, a récemment proposé un parallèle très intéressant entre casuistique freudienne et casuistique juridique (« If p, then what ? Thinking in cases », History of the Human Sciences, 9 (3), 1996, p. 1-25).

16 S. Freud, « L’hérédité et l’étiologie des névroses » (texte original en français, 1896), in Id., Névrose, psychose et perversion, Paris, Presses universitaires de France, 1973, p. 55.

17 Pour une discussion sur ce point, voir P. Fédida & F. Villa, eds, Le cas en controverse, Paris, Presses universitaires de France, 1999.

18 H. Taine, « Note sur l’acquisition du langage chez l’enfant et dans l’espèce humaine », Revue philosophique, 1, 1876, p. 5-23. Sur l’histoire de la psychologie de l’enfant, voir D. Ottavi, De Darwin à Piaget. Pour une histoire de la psychologie de l’enfant, Paris, Éd. du CNRS, 2001.

19 A. Binet, L’étude expérimentale de l’intelligence, Paris, Schleicher, 1903. Pour une étude sur Binet et ses filles, voir E. Chapuis, Alfred Binet, de la psychologie individuelle à la psychologie de l’enfant, Paris, Université Paris-VII, thèse de doctorat, 1998, multigr.

20 Charcot, la Salpêtrière, l’hystérie et l’hypnose ont donné lieu à de nombreuses études historiques. Parmi les plus marquantes, voir G. Didi-Huberman, Invention de l’hystérie. Charcot et l’iconographie photographique de La Salpêtrière, Paris, Macula, 1982 ; M. Micale, Approaching hysteria. Disease and its interpretations, Princeton, Princeton Universty Press, 1995 ; M. Gauchet & G. Swain, Le vrai Charcot. Les chemins imprévus de l’inconscient, Paris, Calmann-Lévy, 1997 ; N. Edelman, Les métamorphoses de l’hystérique. Du début du xixe siècle à la Grande Guerre, Paris, La Découverte, 2003.

21 P. Janet, L’automatisme psychologique. Essai de psychologie expérimentale sur les formes inférieures de l’activité humaine, Paris, Alcan, 1889.

22 D.-M. Bourneville & P. Régnard, Iconographie photographique de la Salpêtrière, Paris, Bureaux du Progrès médical/Delahaye, 1876-1877, 1878, 1879-1880. Blanche Wittmann apparaît sur le célèbre tableau de Brouillet, « Une leçon clinique à la Salpêtrière » (1887), conservé actuellement dans les locaux de la Faculté de médecine de Paris, rue de l’École de médecine.

23 D.-M. Bourneville & P. Régnard, Iconographie photographique… ; P. Richer, Études cliniques sur la grande hystérie ou hystéro-épilepsie, Paris, Delahaye & Lecrosnier, 1881.

24 J. Carroy, « Le Docteur Gibert ou le “Breuer” de Pierre Janet », in P. Fédida & F. Villa, eds, Le cas en controverse, p. 213-230.

25 J.-M. Charcot & V. Magnan, Inversion du sens génital et autres perversions sexuelles, Paris, Frénésie Éditions, 1987, p. 6-12 (1re éd. Paris, 1882).

26 H. Bernheim, Hypnotisme, suggestion, psychothérapie, Paris, Fayard, 1995, p. 539-546 (1re éd. Paris, 1891). Pour un commentaire de ce cas, voir J. Carroy, « L’invention du mot de psychothérapie et ses enjeux », Psychologie clinique, 9, printemps 2000, p. 19-20.

27 J.-J. Moreau de Tours, La psychologie morbide dans ses rapports avec la philosophie de l’histoire ou de l’influence des névropathies sur le dynamisme intellectuel, Paris, V. Masson, 1859, p. 430. Sur Gérard de Nerval et les aliénistes, voir J. Rigoli, Lire le délire. Aliénisme, rhétorique et littérature en France au xixe siècle, Paris, Fayard, 2001.

28 P. de Saint-Martin, Élaboration du portrait médico-psychologique de l’écrivain en France de 1860 à 1900, Paris, Université Paris-VII, thèse de doctorat, 1986, multigr.

29 E. Toulouse, Enquête médico-psychologique sur les rapports de la supériorité intellectuelle avec la névropathie. Introduction générale, I. Émile Zola, Paris, Société d’éditions scientifiques, 1896. Pour des analyses plus approfondies de l’enquête de Toulouse, voir J. Carroy, « “Mon cerveau est comme dans un crâne de verre” : Émile Zola sujet d’Édouard Toulouse », Revue d’Histoire du xixe Siècle, 20-21, 2000, p. 181-202 ; J. Carroy, « Les confessions physiologiques d’Émile Zola », in M. Sacquin, ed., Zola, Paris, Bibliothèque nationale de France/ Fayard, 2002, p. 144-151.

30 E. Toulouse, Enquête médico-psychologique sur la supériorité intellectuelle. Henri Poincaré, Paris, Flammarion, 1910.

31 J. Forrester, « “Mille e tre” : Freud and collecting », in J. Elsner & R. Cardinal, eds, The cultures of collecting, Londres, Reaktion Books, 1994, p. 224-251 ; A. Mayer, Mikroskopie der Psyche. Die Anfänge der Psychoanalyse im Hypnose-Labor, Göttingen, Wallstein, 2002.

32 N. Vaschide, Le sommeil et les rêves, Paris, Flammarion, 1911, p. 84.

33 Pour une biographie de Maury et des études sur son œuvre, voir A. Maury, Souvenirs d’un homme de lettres, Paris, Bibliothèque de l’Institut, 1871-1873, ms. 2647- 2653 ; M. Paz, « Alfred Maury, membre de l’Institut, chroniqueur de Napoléon III et du Second Empire », Revue des Travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques, 1er sem., 4e série, 1964, p. 248-264 ; F. P. Bowman, « Du romantisme au positivisme : Alfred Maury », Romantisme, 21-22, 1978, p. 35-43 ; I. Dowbiggin, « Alfred Maury and the politics of the inconscious in nineteenth-century France », History of Psychiatry, I, 1990, p. 255-287.

34 A. Maury, « Physiologie psychologique. Des hallucinations hypnagogiques, ou des erreurs des sens dans l’état intermédiaire entre la veille et le sommeil », Annales médico-psychologiques, XI, 1848, p. 26-40 ; « Nouvelles observations sur les analogies des phénomènes du rêve et de l’aliénation mentale », Annales médico-psychologiques, I, 1853, p. 404-421 ; « De certains faits observés dans les rêves et dans l’état intermédiaire entre le sommeil et la veille », Annales médico-psychologiques, III, 1857, p. 157-176 ; Le sommeil et les rêves. Études psychologiques sur ces phénomènes et les divers états qui s’y rattachent, suivies de recherches sur le développement de l’instinct et de l’intelligence dans leur rapport avec le phénomène de sommeil, Paris, Didier, 1878 (1re éd. Paris, 1861). Je citerai Maury d’après l’édition de 1878.

35 Voir P. Pachet, Nuits étroitement surveillées. Études psychologiques, Paris, Gallimard, 1980.

36 A. Maury, Le sommeil et les rêves. Études psychologiques sur ces phénomènes…, p. 2.

37 Ibid., p. 360.

38 Ibid., p. 136.

39 L. d’Hervey de Saint-Denys, Les rêves et les moyens de les diriger, Paris, Tchou, 1964 (1re éd. Paris, 1867).

40 Ibid., p. 2, p. iv.

41 V. Egger, « La durée apparente des rêves », Revue philosophique, XL, 1895, p. 43.

42 J. Delbœuf, « Le sommeil et les rêves considérés principalement dans leurs rapports avec les théories de la certitude et de la mémoire (Le principe de la fixation de la force) » (1885), in Id., Le sommeil et les rêves. Le magnétisme animal. Quelques considérations sur la psychologie de l’hypnotisme, Paris, Fayard, 1993, p. 198.

43 En tant que criminologue, Tarde a aussi mobilisé certaines affaires criminelles célèbres pour en faire des cas psychologiques, par exemple dans « L’affaire Chambige », Archives de l’Anthropologie criminelle, 4, 1889, p. 92-108.

44 Docteur Laupts, pseud. de G. Saint-Paul, « Le fonctionnement cérébral pendant le rêve et pendant le sommeil hypnotique », Annales médico-psychologiques, II, 1895, p. 354-375.

45 S. Freud, L’interprétation des rêves, Paris, Presses universitaires de France, 1967, p. 11-89, et p. 529-551 (1re éd. Leipzig, 1900).

46 S. Freud, Conférences d’introduction à la psychanalyse (Vienne, 1915-1917), Paris, Gallimard, 1999, p. 579-580.

47 M. Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972, p. 531 sq.

48 « Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère ». Un cas de parricide au xixe siècle, présenté par Michel Foucault, Paris, Gallimard-Julliard, 1973, p. 73-148 ; P. Artières, Le livre des vies coupables. Autobiographies de criminels (1896-1909), Paris, Albin Michel, 2000, p. 41-356.

49 G. Saint-Paul, Essais sur le langage intérieur, Lyon, Storck, 1892, p. 117.

50 J.-M. Charcot & V. Magnan, Inversion du sens génital…, p. 35. Sur ce texte, et plus généralement sur l’histoire d’une appropriation médicale des perversions sexuelles, voir G. Lanteri-Laura, Lecture des perversions. Histoire de leur appropriation médicale, Paris, Masson, 1979.

51 A. Binet, Le fétichisme dans l’amour, Paris, Payot, 2000, p. 87 (1re éd. Paris, 1887). Pour une introduction historique au texte de Binet, voir la préface d’André Béjin à cette réédition.

52 A. Belot, La bouche de Madame X***, Paris, Dentu, 1885 ; A. Binet, Le fétichisme dans l’amour…, p. 119.

53 A. Binet, ibid., p. 33.

54 R. von Krafft-Ebing, Psychopathia sexualis. Étude médico-légale à l’usage des médecins et des juristes, éd. refondue par A. Moll, préf. de P. Janet, Paris, Climats et T. Garnier, 1990 (1re éd. Stuttgart, 1886).

55 H. Oosterhuis, Stepchildren of nature. Krafft-Ebing, psychiatry and the making of sexual identity, Chicago-Londres, University of Chicago Press, 2000. Voir également D. Muheim, « Sexe confessé et sexe camouflé : de quelques ouvrages récents en histoire de la sexualité », Gesnerus, 59 (163), 2002, p. 242-255. Pour une critique du livre de H. Oosterhuis, on peut se référer au compte rendu d’A. Mayer, Revue d’Histoire des Sciences humaines, 8, 2003, p. 173-175. Pour une perspective intégrant une réflexion sur les styles de raisonnement scientifiques, voir M. T. Reed, « Historicizing inversion : or how to make a homosexual », History of the Human Sciences, 14 (4), 2001, p. 1-29.

56 S. Tissot, L’onanisme. Dissertation sur les maladies produites par la masturbation, Paris, Le Sycomore, 1980, p. 43 sq. (1re éd. Lausanne, 1760). Sur les consultations médicales par courrier, voir A. Carol, « Les médecins et la stigmatisation du vice solitaire (fin xviiie-début xixe siècle) », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, janv.- mars 2002, p. 162 sq.

57 Pour un récit situant Janet et Freud dans le contexte de l’histoire plus générale d’une psychiatrie dynamique et des psychothérapies fin de siècle, voir par exemple le livre, pionnier en son temps et devenu classique, de H. F. Ellenberger, Histoire de la découverte de l’inconscient.

58 P. Janet, « Un cas de possession et l’exorcisme moderne » (1895), Névroses et idées fixes, I, Paris, Alcan, 1898, p. 381.

59 Ibid., p. 403.

60 Ibid., p. 404.

61 C. Bernand, « Janet exorciste. Obsessions et possessions sous la IIIe République », Nervure, 4, 1988, p. 59. Sur la confrontation entre exorcisme catholique et psychologie, voir H. Guillemain, « Déments ou démons, L’exorcisme face aux sciences psychiques (xixe-xxe siècles) », Revue d’Histoire de l’Église de France, 87 (219), 2001, p. 439-471.

62 Cf. Préface, in Psychopathia sexualis…, p. 4.

63 Sur la notion de dissociation chez Pierrre Janet, voir J. Carroy & R. Plas, « La genèse de la notion de dissociation chez Pierre Janet et ses enjeux », L’Évolution psychiatrique, 65, 2000, p. 9-18.

64 P. Janet, L’automatisme psychologique…, p. 283 ; Id., « L’influence somnambulique et le besoin de direction », Revue philosophique, XLIII, 1897, p. 119-143.

65 S. Freud, « Fragment d’une analyse d’hystérie (Dora) » (1905), in Id., Cinq psychanalyses, trad. fr., Paris, Presses universitaires de France, 1967, p. 45 (1re éd. Paris, 1954).

66 Ibid., p. 70.

67 C. Ginzburg, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », in Id., Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989, p. 139-180 (1re éd. Turin, 1986).

68 S. Freud & J. Breuer, Études sur l’hystérie, Paris, Presses universitaires de France, 1975, p. 127 (1re éd. Leipzig, 1895).

69 S. Freud, « Fragment d’une analyse d’hystérie (Dora) », p. 3 et p. 43.

70 A. Bellanger, Le magnétisme, vérités et chimères de cette science occulte. Un drame dans le somnambulisme, épisode historique. Les tables tournantes, etc., Paris, Guilhermet, 1854. Pour un commentaire de ce cas, voir J. Carroy, « Dédoublements. L’énigmatique récit d’un docteur inconnu », Histoires de cas, Nouvelle Revue de Psychanalyse, 42, 1990, p. 151-171 ; Id., Les personnalités doubles et multiples. Entre science et fiction, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 113 sq.

71 S. Freud, « Traitement psychique (Traitement d’âme) » (1890), in Id., Résultats, idées, problèmes, I, trad. fr., Paris, Presses universitaires de France, 1984, p. 16-17.

72 P. Janet, Les médications psychologiques, vol. 3, Paris, Société Pierre-Janet, 1986, p. 414 sq. (1re éd. Paris, 1919). Voir J. Carroy, Hypnose, suggestion et psychologie…, p. 201-235.

73 Pour une perspective plus générale concernant l’historicisation des cas en psychiatrie, voir la thèse de M. T. Reed, Making the case : the evolution of the case study in nineteenth-century French psychiatry, Claremont, California, 2002.

74 J. Delbœuf, « Quelques considérations sur la psychologie de l’hypnotisme » (1893), in Id., Le sommeil et les rêves…, p. 421-422.

75 Le terme d’interaction est ainsi mis exergue dans son sens physique par Bergson. Sur ce point, voir J. Carroy, « Le temps intersubjectif et ses métaphores : interaction ou endosmose ? », Connexions, 47, 1986, p. 183-192.

76 A. Maury, « Nouvelles observations sur les analogies des phénomènes du rêve et de l’aliénation mentale », 1853, p. 418. Ce récit, lu le 25 novembre 1852 à la Société médico-psychologique, est repris dans Le sommeil et les rêves. Études psychologiques sur ces phénomènes…, p. 161-162.

77 J. Le Lorrain, « Sur la durée du temps dans le rêve », Revue philosophique, XXXVIII, 1894, p. 275-279 ; V. Egger, « La durée apparente des rêves », p. 43.

78 H. Bergson, « Le rêve » (1re éd. Alcan, 1901), in Id., L’énergie spirituelle, Paris, Presses universitaires de France, 1985, p. 105-106.

79 S. Freud, L’interprétation des rêves, p. 423.

80 H. Bernheim, De la suggestion dans l’état hypnotique et dans l’état de veille, Paris, Doin, 1884.

81 A. Binet, « L’intensité des images mentales », Revue philosophique, XXIII, 1887, p. 493.

82 C. Richet, Mémoires sur moi et les autres, 1914-1918, Paris, Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine, vol. 3, p. 279-280, ms. multigr.

83 Sur ce point, voir O. Mannoni, Freud, Paris, Seuil, 1968, p. 50-52.

84 Voir à ce sujet H. F. Ellenberger, « Psychiatry and its unknown history ».

85 E. Jones, La vie et l’œuvre de Sigmund Freud, Paris, Presses universitaires de France, 1958, vol. 1, p. 246 (1re éd. Londres, 1953).

86 H. F. Ellenberger, « Histoire d’Anna O. » (1972), in Id., Médecines de l’âme. Essais d’histoire de la folie et des guérisons psychiques, Paris, Fayard, 1995, p. 352.

87 A. Hirschmüller, Josef Breuer, Paris, Presses universitaires de France, 1991 (1re éd. Berne, 1978).

88 M. Borch-Jacobsen, Souvenirs d’Anna O. Une mystification centenaire, Paris, Aubier, 1995.

89 P. Mahony, Dora s’en va. Violence dans la psychanalyse, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2001, p. 227 (1re éd. New Haven-Londres, 1996).

90 P. Janet, « La psycho-analyse », Journal de Psychologie normale et pathologique, 11, 1914, p. 120 sq. H. F. Ellenberger, Histoire de la découverte de l’inconscient, p. 437 et 590 ; F. Roustang, Un destin si funeste, Paris, Minuit, 1976.

91 J.-F. Chiantaretto, « Autobiographie, récit fondateur et histoire de sa genèse : du psychanalyste au saint. À propos de “L’autoprésentation” de Freud », in J. Carroy & N. Richard, eds, La découverte et ses récits en sciences humaines. Champollion, Freud et les autres, Paris, L’Harmattan, 1976, p. 159-172.

92 S. Freud, « Charcot » (1893), Résultats, idées, problèmes, p. 73. Pour un commentaire, voir J. Carroy-Thirard, « Charcot, Freud, Lacan », Psychanalyse à l’Université, 9 (35), 1984, p. 409-428.

93 S. Freud, Cinq psychanalyses, p. 343.

94 M. Gardiner, L’homme aux loups par ses psychanalystes et par lui-même, Paris, Gallimard, 1981 (1re éd. New York, 1971).

95 K. Obholzer, Entretiens avec l’homme aux loups, Paris, Gallimard, 1981 (1re éd. Reinbek près Hambourg, 1980). Pour une analyse plus détaillée des rapports de l’homme au loup et du mouvement freudien, voir J.-F. Chiantaretto, De l’acte autobiographique. La psychanalyse et l’écriture autobiographique, Seyssel, Champ Vallon, 1995 ; Id., « Cas et contre-cas. De “L’homme aux loups” à Serge Doubrovsky », in P. Fédida & F. Villa, eds, Le cas en controverse, p. 155-171.

96 G. Holton, L’imagination scientifique, Paris, Gallimard, 1981 (1re éd. New York, 1978).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search