Version classiqueVersion mobile

Penser par cas

 | 
Jean-Claude Passeron
, 
Jacques Revel

Collection, comparaison, concertation. Le traitement du cas, de la casuistique moderne aux conférences de consensus

Collection, comparison, collective deliberation. Treatment of the case, from modern casuistry to consensus conferences

Serge Boarini

Résumé

Penser par cas, telle a été l’ambition de la casuistique sans que la notion de « cas » ait jamais été définie ni les procédures exactes de résolution des cas explicitées. Néanmoins, trois étapes ponctuent le développement de la casuistique à travers l’histoire selon que les cas ont fait l’objet de collections, de comparaisons, de concertations enfin. Le cas apparaît successivement comme une exception, un exemplaire ou une échéance. Ces trois étapes n’ont rien d’arbitraire : elles expriment en réalité trois tentatives distinctes pour penser par cas – depuis les Dictionnaires de cas de conscience du xviiie siècle jusqu’aux conférences de consensus contemporaines. L’étude entend montrer comment les propriétés à la fois descriptives et normatives de l’« énoncé du cas » se prêtent à cette évolution par le biais de trois ressorts : la relation, la cohérence, l’accord. D’une casuistique monologique et spécialisée remise entre les mains de juges compétents, on est ainsi passé à une casuistique dialogique et démocratisée que l’ensemble des citoyens peut désormais se réapproprier. Au sein d’une communauté, les citoyens peuvent recourir à une méthode casuistique pour affronter les situations difficiles sans faire appel à une doctrine « casuistique » dont la figure la plus récente est aujourd’hui celle des experts.

Texte intégral

  • 1 F. Brunetière, « Une apologie de la casuistique », Revue des Deux Mondes, 67, 1885, p. 201.
  • 2 Nous renvoyons, pour tous ces aspects, aux Actes de la première journée d’études consacrée à la cas (...)

1Penser par cas, telle a été l’ambition de la casuistique. Le traitement casuistique des questions morales est sans doute aussi ancien que la morale elle-même1. Des procédés casuistiques se retrouvent dans les œuvres d’Euripide (Hippolyte, 611-612) et d’Aristophane (« Mon cœur seul a juré, ma langue nullement », Les Thesmophories, 276 ; Les Grenouilles, 101-102). Socrate ne dénigre pas l’emploi de cette méthode (Xénophon, Mémorables, IV, 2, 12-23). Des témoignages se retrouvent dans les dialogues de Platon (Euthyphron, 4a-e ; Gorgias, 456c -457c). Sans l’aborder franchement, les textes d’Aristote sur la prudence et l’équité amorcent un rapprochement avec la casuistique. La morale du moyen stoïcisme lui réserve une place appréciable dont la dernière partie du De Officiis de Cicéron se fait l’écho. Enfin, Sénèque reconnaît une valeur aux préceptes que les Lettres 94-95 distinguent des decreta, et cette valeur est également casuistique : la Lettre 70 qui traite la question du suicide en donne un bon exemple. Pourtant, en dépit de cette attestation antique, la casuistique catholique reste la mieux connue. Les Provinciales (1656) lui ont rendu un hommage dévastateur. Il faudrait cependant chercher en amont la présence d’une paléo-casuistique dans les Évangiles et chez les Pères de l’Église (ainsi les analyses d’Augustin sur le mensonge), en aval dans les formes plus récentes des morales de la situation (Fletcher), et dans toutes les expressions du christianisme puisque le protestantisme a lui aussi fait place à la casuistique (Perkins, Hall)2.

  • 3 « … quand Martin Luther donna à sa révolte contre l’Église la forme solennelle d’un autodafe [sic] (...)
  • 4 J. Delumeau, Le péché et la peur. La culpabilisation en Occident (xiiie-xviiie siècles), Paris, Fay (...)
  • 5 J. P. Sommerville, « The “new art of lying” : equivocation, mental reservation, and casuistry », in (...)

2Il reste que, d’un point de vue historique, la casuistique concerne davantage le catholicisme que le protestantisme. En décembre 15203, Luther mit en même temps au feu l’Angelica et la bulle qui l’excommuniait. La généralisation de la confession n’a pas été sans conséquence sur l’essor d’une casuistique de plus en plus raffinée4. L’appel à l’intériorité, la confiance exclusive faite aux Écritures, le rejet de la confession auriculaire, la conviction de l’irréversible corruption de la nature de l’homme ont sans doute été les facteurs prédominants qui ont davantage écarté les protestants de la tentation casuistique – non sans réserve, non sans nuances, et non sans un illustre précédent5.

  • 6 « Une conversation que l’âme poursuit avec elle-même sur ce qui est éventuellement l’objet de son e (...)
  • 7 « Par suite, juger, j’appelle cela “parler”, l’opinion, le jugement, je l’appelle une “énonciation (...)
  • 8 « … une fois que, ayant mis dans son élan plus de lenteur ou plus de vivacité, elle a enfin statué, (...)
  • 9 « … examinons, en reprenant parmi ces noms, pour commencer, celui d’épistémè, la “science”, à quel (...)

3L’expression « penser par cas » recèle une tension en cela que la pensée est une mise en relation intelligible, nécessaire et universelle entre deux contenus de pensée, parfois entre deux penseurs. Platon définit la pensée comme l’entretien de l’âme avec elle-même6. Or comment s’entretenir en l’absence d’un intermédiaire qui relie – à savoir, le langage7 –, sans des critères intrinsèques de cohérence (principes de la pensée, modes de raisonnement), sans un tiers avec qui s’entretenir (Platon évoque la distinction entre le scribe et le peintre de la pensée, Philèbe, 39b-c) et sans des critères d’accord sur ce qui a été mis en relation ? La pensée tombe d’accord avec elle-même après l’échange8. Socrate, immobile sous le porche des voisins d’Agathon (Banquet, 174d-175b), illustre l’étymologie de l’épistémè comme arrêt entre deux mouvements9. En cela, précisément, « penser par cas » contrarie ces trois exigences de médiation, de relation, d’accord. Le cas est ce qui « tombe » (cadere), ce qui tombe à pic soit parce qu’il tombe à côté de la norme de conduite prescrite : le cas serait alors l’exception surprenante et irréductible faite à la norme, la marque de l’irrégularité de la norme ; soit parce qu’il tombe bien de sorte que tous conviennent de ce qu’il faut faire : le cas serait alors exemplaire de la norme ; soit parce qu’il tombe a priori sous une norme, quand bien même celle-ci n’aurait pas été encore identifiée : le cas serait alors échéance (excadere) de la norme. Le cas entendu comme exception à la norme semble s’opposer à la pensée comme mise en relation : le cas ne pourrait a priori pas être relié à la norme de la conduite prescrite. Le cas entendu comme exemplaire semble s’opposer à la pensée comme exigence de cohérence puisqu’il relève de l’application pure et simple d’une norme reconnue. Le cas entendu comme échéance de la norme semble s’opposer à la pensée comme accord puisque l’accord conclut une procédure d’élaboration des normes dont rien n’assure qu’elle soit possible, qu’elle soit unique, ni qu’elle aboutisse à la proposition d’une norme et d’une seule.

  • 10 « Si Cælius avait été fait esclave en guerre par les Infidèles, Gabinius pourrait-il favoriser son (...)

4Pourtant, cette présentation demeure incomplète en cela qu’elle ne retient que la forme spéculative du mouvement de pensée et qu’elle privilégie la chaîne déductive comme mode de raisonnement. En effet, comment un cas pourrait-il relever de la norme ? L’exécution d’une conduite singulière ne saurait être immédiatement déduite d’une norme. Le modèle du syllogisme pratique ne convient pas – au moins pour cette raison que le cas est inscrit dans un contexte et dans une situation. Une norme chrétienne, le huitième commandement, interdit le mensonge. Mais que fera le chrétien pour protéger de ses persécuteurs l’innocent auquel il a donné refuge – sinon mentir10 ? C’est seulement si l’on néglige la culture d’une époque, le contexte d’une guerre et la nécessité de protéger un innocent, que la véracité apparaîtra comme une attitude normale.

  • 11 Une exception notable est étudiée in S. Boarini, « Aux origines de la “nouvelle casuistique”. Le “v (...)
  • 12 S. Boarini, « Mémoire pour Anne Grandjean. Casuistique de l’hermaphrodite », Journal de Médecine lé (...)

5La casuistique et ses diverses formes entendent bien penser par cas. Il est cependant remarquable que la notion de cas ne soit jamais définie11 ; seule la notion de cas réservé a retenu l’attention des casuistes. Aux trois acceptions du cas correspondent trois périodes et trois tendances de la casuistique. Une logique propre à celle-ci l’amène à traverser ces trois étapes : la collection, la comparaison, la concertation. Le partage de ces trois étapes n’est pas celui qui s’imposerait à l’évidence : la collection de cas de conscience dans les dictionnaires et les recueils ne fait pas seulement mention des cas exceptionnels ; elle présente tout aussi bien des cas exemplaires. Le confesseur pouvait puiser dans cette collection de quoi trouver l’assurance d’une décision bien rendue, et conforme aux prescriptions de l’Église, valable pour d’autres cas semblables. De même, la comparaison des cas amène à se rendre compte de ce qui fait la singularité irréductible du cas (cas-exception), et elle requiert une confrontation concertée avec les autres avis rendus : les conclusions sont apportées au vu des décisions des différentes autorités (Pères de l’Église, docteurs de l’Église, théologiens moralistes). Enfin, la concertation entre les autorités compétentes ne peut se faire que sur des cas-échéances (à titre préparatoire), et elle ne peut se faire que pour des cas exceptionnels (pour des cas intéressant la préservation de l’application même de la doctrine : le sacrement du mariage est-il ou non valide quand il a uni un hermaphrodite à son conjoint12 ?).

  • 13 S. Boarini, « De l’énonciation du cas. Une étude casuistique », Revue historique de Droit français (...)
  • 14 « Il faut qu’il procède dans ses interrogations avec ordre, commençant par les Commandements de Die (...)

6Penser par cas semble impossible parce que la première condition de la pensée, la mise en relation par le langage, ferait défaut. Pourtant le cas n’est pas davantage antérieur à l’énonciation et à la reconnaissance de la norme qu’un fait juridiquement apprécié n’est antérieur à la loi et à sa promulgation par le Droit. Le cas n’est tel, dans la casuistique catholique, que dans l’aveu de la confession. Le concile de Latran IV (1215) ayant rendu obligatoire la confession auriculaire annuelle, les confesseurs se sont trouvés confrontés à la tâche considérable de devoir accorder ou refuser l’absolution du péché avoué. Mais l’aveu de la faute n’est pas la faute. Le cas ne surgit que dans l’énonciation du cas13, énonciation soigneusement ordonnée dans le sacrement dont les Instructions de Charles Borromée ont dessiné bien plus tard les contours14, mais aussi énonciation codifiée par l’analyse des circonstances de l’action. L’énoncé du cas offre cette particularité d’être à la fois un énoncé descriptif et un énoncé normatif : il décrit plus qu’il ne raconte car ce sont les circonstances de l’action qui la qualifient ; il décrit une infraction à une norme morale à l’aune de laquelle elle sera évaluée. En tant qu’énoncé à la fois descriptif et normatif, le cas remplit trois fonctions. Dans sa fonction référentielle, le cas renvoie à un fait réel, extérieur au champ du langage. Par sa fonction perlocutoire, l’énoncé du cas constitue le cas lui-même : le cas est ce qui en est dit. Fonction illocutoire, l’énoncé du cas introduit, pour les cas les plus difficiles, à une interaction : il appelle l’interrogatoire du prêtre afin que toutes les circonstances de la faute présumée soient découvertes par le pénitent, la consultation des théologiens ou de l’autorité supérieure, la consultation entre prêtres au sein des conférences ecclésiastiques. Les énoncés descriptifs se rapportent à une certaine situation passée, ils la constituent comme situation évaluée ou à évaluer, ils entrent en confrontation les uns avec les autres selon le locuteur et la compétence qui lui est reconnue, laquelle est le plus souvent identifiée à sa position hiérarchique dans l’Église. On retrouve ici les trois moments de la pensée : celui de la relation par la collection, celui de la cohérence par la comparaison, celui de l’accord par la concertation.

Présentation des cas : dictionnaires, recueils, cours

  • 15 Cf. S. Boarini, « Les curiosités du casuiste. Collection, système, méthode », contribution au collo (...)

7Entendu comme exception, le cas désigne ce qui résiste à la norme de conduite morale. Même compris ainsi, le cas entre dans le champ de la relation. Le cas est en effet énoncé ; il n’existe pas de cas antérieurement à la pratique de la confession auriculaire, préalablement à la formulation de l’aveu. De plus, en tant qu’il a une fonction référentielle, cet énoncé renvoie à un fait extérieur au langage ; l’aveu est donc un énoncé descriptif normatif qui dispose d’une valeur référentielle. La casuistique moderne, par quoi il faut entendre la casuistique postérieure à la Contre-Réforme, se limite au catholicisme – non sans nuances toutefois. Toutes les techniques de l’aveu sont autant d’efforts pour conduire à une exacte formulation de la faute. L’une des premières formes de la casuistique, et il ne faut pas entendre par là un début chronologique, tient dans la production de collection de cas : les dictionnaires, les recueils de cas de conscience, les cours de théologie morale. Nous envisagerons donc tour à tour ces trois genres de productions livresques15.

Les dictionnaires

  • 16 F. Morenas, Dictionnaire portatif des cas de conscience, dans lequel outre la résolution des cas qu (...)

8L’apparition du genre du dictionnaire est rapportée au début du xviiie siècle par le publiciste et historien François Morenas (1702-1774)16. Il connut une vogue si grande que l’ouvrage inachevé d’Adrien-Augustin de Lamet de Bussy (1621-1691) et de Germain Fromageau (1640-1705), qui avait primitivement la forme d’un recueil de cas de conscience, fut remanié et réédité sous la forme d’un dictionnaire (1re éd., Paris, 1733, 2 vol. in-fo). Parmi les plus célèbres des Dictionnaires de cas de conscience, celui de Jean Pontas (1638-1728) se détache par le grand nombre de rééditions, par son autorité incontestée, par le retentissement qu’il connut et dont témoignent les abondantes citations qui lui furent empruntées dans les Dictionnaires ultérieurs (1re éd., Paris, 1715, 2 vol. in-fo).

  • 17 « … n’ayant pas cru devoir nous en rapporter à des citations étrangères, dont nous avons cent fois (...)
  • 18 « … comme les actions humaines, qu’on appelle Cas de conscience, sont quelquefois accompagnées de c (...)
  • 19 « Si nous nous sommes quelquefois donné la liberté de rejeter et de blâmer le sentiment de certains (...)
  • 20 « … un Officier d’armée, ou même un simple Soldat, pouvant quelquefois, avec raison, blâmer une fau (...)
  • 21 « Quelqu’un pourra peut-être penser que plusieurs de nos décisions regardent plus les Juges, les Av (...)
  • 22 « On ne trouvera guère dans tout le corps de cet Ouvrage que deux ou trois difficultés sur lesquell (...)
  • 23 F. Morenas, Dictionnaire portatif des cas de conscience…, p. j.
  • 24 « … la Morale étant enseignée et traitée alphabétiquement selon l’ordre des Dictionnaires, il est b (...)
  • 25 Ibid., t. II, c. 259-260.
  • 26 Ibid., c. 259-264.
  • 27 Ibid., c. 261-262. Cf. la décision de Fromageau en date du 15 avril 1698 sur la question : « On dem (...)

9Le Dictionnaire de Pontas n’innove pas : l’auteur est bien convaincu de ne rien faire de neuf et il n’entend pas innover. Le Dictionnaire rappelle les normes, les applique à des cas, décline au sujet de ces cas diverses interprétations de la norme. Mais ces interprétations sont toujours cautionnées par des autorités reconnues. Le rédacteur du Dictionnaire doit se garder de deux griefs : l’originalité nécessairement extravagante et le plagiat. L’entreprise de Pontas se justifie à ses yeux par le soin qu’il a apporté à vérifier les sources : son originalité est de ne faire preuve d’aucune originalité. L’autorité parlera plus clairement au terme de son entreprise17. Par ailleurs l’accusation de plagiat tombe si la vérité est un bien commun (« un héritage qui ne nous est pas moins propre qu’à eux »). Pontas indique ses sources au début du tome I : plus de deux cents conciles différents ; quatre-vingt-dix-sept papes ; près de cinq cents auteurs « tant anciens que modernes ». Toute la difficulté du Dictionnaire est de trouver la norme ou l’interprétation de la norme qui pourra rendre compte du cas18. Le cas fait exception à la norme parce que la norme n’est pas clairement connue du confesseur, éclaircissement dans lequel le Dictionnaire trouve sa raison d’être. Le rédacteur du Dictionnaire devient auteur quand il doit choisir entre plusieurs interprétations, quand il doit rendre compte du choix de l’interprétation. Cependant l’interprétation est toujours subordonnée à une vérité qui précède19, à une autorité qui commande20. Ce qui est supérieur en droit est toujours en fait antérieur ; l’ordre chronologique du temps marque une déperdition progressive de l’évidence. Le cas exprime l’irruption de l’histoire dans l’ordre éternel des normes. Ainsi Pontas justifie-t-il l’apparition des questions juridiques dans le Dictionnaire21. Le cas est l’énorme ; hors de la norme, ce ne sont que « turpitudes » ou « horribles impuretés ». Pour quelques difficultés, peu nombreuses au demeurant, Pontas doit reconnaître l’absence de solutions22. Mais l’intelligibilité est de droit. La bibliothèque, ces « magasins de science23 », devient la référence majeure du Dictionnaire. Le monde de l’action est donc un texte ; il suffit de lire le Dictionnaire pour que s’évanouisse la résistance du cas. Bien plus, le monde de l’action est un texte ordonné : le Dictionnaire suit un ordre alphabétique. Le confesseur peut aller au-devant du monde de l’Histoire et des petites histoires privées, il aura préalablement trouvé dans le Dictionnaire leur solution24. Ordinairement Pontas définit la notion, rappelle les principaux textes sacrés, religieux ou civils qui s’y rapportent, puis détaille des cas. Soit la rubrique « Esclave ». Définition : « Un Esclave qu’on appelle en latin, Mancipium, ou Servus, est celui qui n’est pas maître de sa personne » ; textes théologiques (quatre références au Breviarium theologicum, III, 511-514, de Jean Polman) ; rappel historique : « L’usage de l’esclavage est entièrement aboli dès il y a longtemps en France » ; comparaison entre la condition de l’esclave, celle des ordres réguliers, celle des domestiques ; amorce de réflexion casuistique : « Au surplus, il est vrai qu’il peut se trouver en France quelques Esclaves Nègres de l’Afrique ou d’ailleurs. » Mais cette amorce de réflexion casuistique est ici aussitôt éteinte par la référence au Droit : « … nous avons une Déclaration du Roi de 1685 qui les déclare de la qualité des biens meubles, à moins qu’ils ne soient attachés à une terre25. » Suivent quatre cas : les enfants d’un mariage entre une femme libre et un esclave sont-ils esclaves ? Un esclave chrétien battu par son maître turc pour s’être confessé peut-il être exempt de l’obligation de confession ? Deux esclaves, l’un juif et l’autre turc, deviennent-ils libres s’ils embrassent la religion chrétienne ? Un homme peut-il en conscience protéger un esclave qui se trouve à Paris alors qu’il a été acheté par des négociants pour être vendu au Pérou26 ? Pour le troisième cas, Pontas cite saint Antonin et compose entre la justice et le Droit : « … la charité doit porter Pontius à rendre la liberté à ses deux Esclaves, puisqu’ils se sont convertis à la foi Chrétienne : mais que cependant il n’y est pas obligé par Justice27. »

  • 28 « Nous avons tâché de ne rien outrer dans nos décisions, et de prendre, autant que nous l’avons pu, (...)
  • 29 « Nous savons bien qu’il en est à peu près d’un Ouvrage de la nature de celui-ci, comme d’un Dictio (...)
  • 30 « … les moindres circonstances différentes, qui se rencontrent très fréquemment dans de certains ca (...)
  • 31 « Nous avons pris le parti de former des espèces de Cas particuliers, sur lesquels nous avons donné (...)
  • 32 « … nous avons cru qu’une telle méthode était plus propre que tout autre à rendre l’esprit du Lecte (...)

10Trois obstacles cependant contrarient l’ambition du Dictionnaire. L’interprétation de la norme n’est pas éliminée : elle entre dans un contexte historique. Au terme de la bataille entre molinistes et jansénistes (destruction de Port-Royal, 1709 ; bulle « Unigenitus », 1713), Pontas décide de trancher entre deux opinions extrêmes quand deux contraires s’affrontent28. Comme tout dictionnaire, il est possible de l’enrichir sans cesse. Loin de ramener l’exception à la règle, le Dictionnaire consacre l’exception : il lui reconnaît un statut et une place dans l’économie de la confession29. Les cas peuvent varier à l’infini, le Dictionnaire se muant en une combinatoire30. Pour pallier ces deux défauts, l’auteur avance une solution : la constitution de cas spécifiques31 et le recours à une méthode qui fait de la casuistique autre chose qu’une morale appliquée32. Le cas est si exceptionnel que pour le résoudre il convient de le dépersonnaliser par le recours à des situations fictives et rendues imprécises, par l’emploi de pseudonymes par exemple – tant et si bien que lui sera retiré tout ce qui le singularisait. De la sorte, l’exposé du cas le transforme en cas exemplaire pour la résolution duquel une méthode est possible.

Les recueils

  • 33 J. de Saintebeuve, Résolutions de plusieurs cas de conscience touchant la morale et la discipline d (...)
  • 34 Ibid., t. I, Avertissement.
  • 35 « Je prie ceux qui en ont d’autres de me les faire tenir le plutôt [sic] qu’il leur sera possible, (...)

11Un esprit et un souci très différents animent en revanche les auteurs des recueils de cas de conscience. L’un des plus célèbres, les Résolutions de plusieurs cas de conscience touchant la morale et la discipline de l’Église33, a été publié après la mort de Jacques de Saintebeuve (1613-1677), son « auteur ». En effet, Jérôme de Saintebeuve, éditeur et frère du célèbre casuiste, a composé cet ouvrage à partir de cas effectivement traités, retrouvés dans les originaux34. Les dates de délibération sont portées à la fin de chaque article, les noms propres ont été retirés. À la différence du dictionnaire qui procède par cas fictifs et typiques, le recueil compile des résolutions qui se rapportent à des événements réels, singuliers. Il est la rencontre d’un homme avec son histoire : il s’agit de consultations et de leurs résultats. Le recueil est un ouvrage factice de cas réels alors que le dictionnaire est un ouvrage prémédité, présentant des cas fictifs. Le cas des recueils est une occurrence exceptionnelle : il est arrivé, mais parce qu’il est arrivé, du moins ne se reproduira-t-il pas à l’identique. L’ordre des solutions, disposées au hasard, n’en exprime pas moins la vie des difficultés morales : les résolutions ont été publiées au fur et à mesure que les prêtres qui avaient sollicité le casuiste les ont restituées au frère éditeur35.

  • 36 Ibid., t. II, Avertissement.
  • 37 « … il avait l’esprit facile, décisif, plein de solides connaissances » (ibid., t. I, Avertissement (...)
  • 38 « … il semble qu’on ne doit plus les considérer comme l’ouvrage d’un seul particulier, mais comme l (...)

12« Miroirs fidèles qui nous représentent la misère de l’homme, le dérèglement de son esprit et la corruption de son cœur36 », les recueils se subordonnent au réel dont ils sont le récit. Les directeurs de conscience trouveront « l’éclaircissement de plusieurs difficultés qui les arrêtent ». De la sorte le recueil n’est plus seulement la collection de cas singuliers, définis par les conditions de lieux, de personnes, et d’actions. La résolution du cas singulier dispose d’un pouvoir heuristique. De même le rédacteur n’a pas seulement fait part de sa sagacité37 ; ses résolutions expriment la compétence d’un corps de docteurs38.

  • 39 « … ils se rendaient de fréquentes visites pour conférer ensemble, et pour se proposer l’un à l’aut (...)
  • 40 « Si le Lecteur ne trouve pas mes résolutions justes, je peux du moins l’assurer que j’éclaircirai (...)

13Alors que le dictionnaire annonce le dépassement de la première figure de la casuistique par la constitution d’un cas typique, et conçu comme exemplaire, le genre du recueil annonce le dépassement de la casuistique dans sa troisième figure : le cas est une échéance. Ceux qui se débattent dans une situation morale difficile la soumettent aux plus compétents afin qu’ils en débattent. Le cas n’a pas de solution toute prête, il est ce qui va au-devant des hommes et ce qui est au-delà des connaissances acquises par le passé. Ainsi faisaient Saintebeuve et Lamet39, de même Roger André de La Paluelle engage le lecteur encore incertain au sortir de sa collection de résolutions à se concerter avec des personnes plus compétentes encore40.

Les cours de théologie morale

14Dernier genre livresque étudié pour cette période, les ouvrages de théologie morale n’ont pas explicitement pour but de traiter des cas de conscience. Ce sont des cours qui exposent des éléments théologiques, dont la forme est relativement constante et qui ne traitent qu’indirectement des cas en manière d’illustration. Ils se rapportent principalement à l’exercice de la confession, et leur ordre des matières se conforme le plus souvent à ce souci : la définition du péché ; les diverses formes du péché selon l’ordre du Décalogue ; la purification des péchés par la confession.

  • 41 « L’ordre qu’on y a gardé a été de traiter premièrement des principes généraux, qu’il faut observer (...)
  • 42 Ibid., p. 1-92.
  • 43 Ibid., « Approbations… ».
  • 44 Ibid.
  • 45 « Le plan des théologiens est beaucoup meilleur. Ils épuisent une matière avant que d’en entamer un (...)

15La présentation de ce type d’ouvrage se distingue des dictionnaires comme des recueils : ni ordre alphabétique, ni succession de cas selon leur ordre de soumission à l’autorité du casuiste. L’auteur procède par questions et par réponses, à la manière d’un catéchisme ; il appuie ses décisions sur des autorités (Écriture, conciles, canons, Pères de l’Église, saints docteurs). L’Avertissement de la Théologie morale de François Genet (1640-1703) délimite la place de la casuistique dans l’ouvrage ; elle sera confinée dans la seule première partie41, au premier traité « De la morale »42. Les préoccupations casuistiques ne sont pas absentes des autres parties, mais elles se cantonnent à des questions de casuistique appliquées au domaine de la vie des affaires. L’ouvrage a plusieurs desseins : former les ecclésiastiques ; résoudre les cas de conscience ; rétablir la vérité de la morale chrétienne et par là épurer les fausses opinions43. Le cours de Genet, rédigé à la demande d’Étienne Le Camus (1632-1707), évêque de Grenoble, entend d’abord former les ecclésiastiques aux enseignements de l’Église, ensuite seulement leur donner le moyen de « faciliter la résolution des Cas de conscience44 ». La composition de l’ouvrage s’en ressent : les cas n’apparaissent pas. S’agit-il de déterminer la responsabilité de l’homme dans le péché ? L’auteur expose ce qui peut ôter à l’homme le poids du péché – l’ignorance, la crainte, l’absence de volonté. Après avoir rappelé la conception de saint Thomas, Genet examine un type de situation contestant le pouvoir de la norme, limitant la portée de la définition de l’acte involontaire : le dormeur est-il responsable de ses illusions nocturnes ? Le cas ici fait exception à la compréhension commune de la norme. Il apparaît comme l’écart entre la compréhension parfaite de la norme et la compréhension ordinaire, celle du sens commun, de la norme. Le cas fait chuter le sens commun ; il ne peut que se ranger sous la norme elle-même pour le prêtre correctement informé des textes des docteurs. Pour ces raisons, les cours sont préférés aux dictionnaires et aux recueils45.

  • 46 Cf. R. Bonal, Le cours de la théologie morale, dans lequel les Cas de Conscience sont amplement ens (...)
  • 47 J. Pontas, Dictionnaire de cas de conscience ou Décisions, par ordre alphabétique…, t. II, c. 1291- (...)
  • 48 Ibid., c. 224-227.

16Les différences entre les trois genres (le dictionnaire, le recueil, le cours) ne doivent pas être forcées. Les frontières entre eux sont poreuses. Il serait plus juste de parler à leur égard de types d’approche. Ainsi le cours peut introduire une considération casuistique cousine de celle du dictionnaire : Raymond Bonal (1600-1652), auteur d’un cours de théologie morale, se demande si les absolutions rendues par Pierre, prêtre occupant indûment sa charge, sont valides46. Le dictionnaire peut faire appel à des faits réels et se rapprocher du recueil : chez Pontas, le cas X de la rubrique « Mariage. 3° » fait place aux ordonnances et à des arrêts de différents parlements47, le cas XI sur l’« Empêchement de l’impuissance » s’inspire de faits réels, trouvés dans les journaux48.

17Dans la première figure de la casuistique, penser par cas consiste à faire entrer le cas dans la catégorie du langage. Le cas est d’abord le récit du cas, récit structuré selon les prescriptions des manuels de confession. Selon cette première figure, le cas fait exception au pouvoir d’une norme reconnue. La casuistique recense les cas dans une collection : cas fictif du dictionnaire, cas réel du recueil, cas factice du cours de théologie. Pourtant le cas exceptionnel laisse place au cas exemplaire : le cas du dictionnaire devient inévitablement un cas typique, sans quoi le dictionnaire enflerait à l’infini et ne servirait pas ses desseins qui sont de seconder le confesseur. Le cas exceptionnel doit féconder la réflexion des prêtres surpris par des cas inédits qu’ils pourront, par la suite, rapprocher de ces cas recensés. Le cas des recueils a d’abord été le cas-échéance puisqu’il a été soumis à des personnes estimées compétentes par des personnes prises dans l’embarras de leur situation difficile. C’est pourquoi la considération du cas comme exception devait être dépassée d’abord par la considération du cas comme exemplarité, puis par la considération du cas comme échéance.

Faire cas : les circonstances

18Entendu comme exemplaire, le cas devient l’occasion de l’application de la norme. Dans le cas exemplaire, toute la norme se réalise de sorte qu’il devient le modèle de toute réalisation à venir. À ce moment de la casuistique correspond la recherche de cas paradigmatiques. Ces cas dépassent la singularité des cas collectionnés par les dictionnaires ou les recueils pour qu’on en retire ce qui pourrait être appliqué aux occurrences semblables futures. Trois tendances sont à l’œuvre dans cette figure du cas exemplaire : la rhétorique des circonstances, les méthodes de résolution de cas de conscience, la proposition d’une « nouvelle casuistique ».

19Dans cette deuxième figure de la casuistique, le cas ancien éclaire le cas nouveau, qui n’en est jamais que l’écho. La démarche est certes d’inspiration juridique, jurisprudentielle. Il faudrait remonter aux pénitentiels du Moyen Âge pour trouver la filiation entre les commutations du Wergeld et les traités casuistiques. La démarche est également celle d’une rhétorique du cas : le cas est déterminé par les circonstances de l’action. Le rôle tenu par la rhétorique dans l’élaboration conceptuelle du cas de conscience en théologie a été déterminant à partir du xiie siècle. La « rhétorique du cas », cette exigence si importante de bien dire (pour le pénitent) et cet art si étudié de bien faire dire (pour le confesseur), lui confère le moyen de gagner en cohérence dans la résolution des cas.

20C’est pourquoi nous commencerons par examiner la dette de la casuistique moderne à l’égard de la rhétorique en nous en tenant à la notion de circonstances de l’action, notion à l’aide de laquelle celle-ci sera « textualisée ». Avec ce jeu des « circonstances », l’action va devenir matière du discours (filtrée par elles, l’action effective devient le « cas » des dictionnaires et des cours de théologie morale) et matière à discours (l’aggravation ou la diminution du péché seront déterminées par leur seule considération).

Rhétorique du cas

  • 49 « Whatever their origins [des circonstances], real or fancied, their relationship to the Roman rhet (...)
  • 50 R. A. Gauthier & J. Y. Jolif, Commentaire, in Aristote, Éthique à Nicomaque, Louvain, Publications (...)

21La distinction aristotélicienne entre acte involontaire et acte non volontaire (Éthique à Nicomaque, III, 2, 1111a 3-6) a été le point de départ d’une théorie des circonstances qui aura particulièrement sa place d’abord dans la rhétorique grecque et latine, puis, au xiie siècle, dans les commentaires des œuvres de Cicéron et de Boèce49, avant d’être reçue dans le domaine de la théologie chrétienne50.

  • 51 R. A. Gauthier & J. Y. Jolif, Commentaire, p. 185.
  • 52 « Sunt igitur hæc, quis, quid, quando, ubi, cur, quemadmodum, quibus adminiculis. » (Principia rhet (...)
  • 53 « Persona quidem, qui facit, aut in quem est actio, ut si patrem filius insciens percusserit. » (Ne (...)
  • 54 « Est autem definita in nominibus, infinita in qualitatibus personarum perspectio, quando in appell (...)
  • 55 Ibid., c. 727 A, pour cet exemple et l’analyse des circonstances.
  • 56 « Et primam quidem ex circumstantiis eam, quaæ est quis, quoniam personæ attribuit, secat in undeci (...)

22La notion de cas appliqué au domaine de l’action trouve une forme primitive dans la notion de circonstances telle qu’elle a été utilisée en rhétorique. Dans la rhétorique grecque et latine, la circumstantia désigne, à propos de la plaidoirie, la situation concrète, le cas singulier qui fait l’objet de la plaidoirie, par opposition à la thèse, ou problème abstrait, qui peut intéresser le savant51. Les éléments de la situation, les circonstances, sont au nombre de sept : la personne, la chose faite, l’instrument, le lieu, le temps, la manière, le mobile52. La considération de la personne a trait au sujet qui agit ou qui subit l’action – par exemple le fils qui frappe son père sans le savoir53. Elle se dit soit du nom de la personne soit de sa qualité. Les désignations par les noms sont peu nombreuses alors que celles par les qualités peuvent inclure un grand nombre d’éléments54. La chose faite désigne l’action – par exemple frapper du poing à l’aveuglette55. Plus généralement c’est la chose dite, faite ou pensée selon les rapports du bien et du mal, du juste et de l’injuste, de l’utile ou de l’inutile. L’instrument : lancer une pierre qu’on croit être une pierre ponce, donc une pierre inoffensive. Le lieu inscrit l’action dans les espaces sociaux (ville) – bousculer involontairement celui qui surgit au détour d’une ruelle –, religieux (sacré ; profane), naturels (mer ; terre). Le temps répartit l’action selon les dimensions naturelles (nuit ; jour) – tuer de nuit l’ami qui est pris pour un ennemi –, religieuses (sacré ; profane) ou sociales (guerre ou paix). La manière : frapper légèrement et sans force, sans savoir que le léger choc peut blesser la personne. Le mobile désigne ce qui a produit l’action : prescrire, en vue de soigner, un remède qui se trouve être un poison mortel. Qui agit dans l’ignorance de la plupart de ces circonstances agit involontairement ; les circonstances les plus importantes sont le mobile et l’action. C’est le sujet de l’action que Boèce place en tête des circonstances56.

  • 57 T. N. Tentler, Sin and Confession…, p. 117.
  • 58 « Circumstias autem istas, quas præcipuè debet attendere, Nota in his versiculis. Quis, quid, ubi, (...)
  • 59 Cf. Ia, IIæ, q. 7, a. 3, R. in Thomas d’Aquin, Somme théologique, t. II, I-II, Première section de (...)
  • 60 « … although it is sometimes omitted from the list of aggravating circumstances, “how often” takes (...)
  • 61 « Il faut encore selon mon avis […] dire le temps qu’a duré ce péché : exemple. Celui qui a demeuré (...)
  • 62 « Prætereà istæ circumstiæ quæ habentur per hunc versum, inquirendæ sunt in Conffesione à Confessor (...)

23L’élaboration conceptuelle de la notion de circonstances est due à saint Thomas ; elle est passée en usage dans les manuels à l’usage des confesseurs. Les plus longues listes de circonstances en dénombrent plus d’une dizaine57, alors que Raymond de Penyafort († 1275) dans sa Summa de Pœnitentia (1221), appelée usuellement la Raymundina (1re éd. Rome, 1603), en compte huit58. Mais c’est saint Thomas qui donne la division la plus souvent retenue avec les sept suivantes : quis, quid, ubi, per quos (ou : quibus auxiliis), cur, quomodo, quando. Ce seront les circonstances canoniques : « Qui, quoi, où, par quels moyens, pourquoi, comment, quand59. » Parfois la fréquence60 ou la durée61 pourront être ajoutées. La formule est devenue un vers dont Jean le Charlier de Gerson donne un premier commentaire dans l’Appendice du De confessione mollitiei62.

  • 63 « Les principales circonstances sont la fin pour laquelle on pèche, le temps et le lieu auxquels on (...)
  • 64 J. Gerson, Joannis Gersonii Doctoris Theologi…, c. 456.
  • 65 « Quoties, debet enim peccator, si potest, confiteri, & Sacerdos interrogare, non solùm ipsa peccat (...)

24La notion de circonstances apparaît dans les traités à l’usage des confesseurs mais aussi dans les dictionnaires des casuistes. Le rôle et le poids de chacune d’elles varient selon les œuvres. Ainsi, l’Instruction des prêtres de François Tolet (1533-1596) met l’accent sur cinq d’entre elles63. L’exemple de Gerson (1363-1429), le coup donné avec violence, reprend celui développé par les rhéteurs. Qui s’enquiert de l’âge, de l’emploi (clerc ou laïc) et de la situation à l’égard du mariage (célibataire ou marié) ; quoi se préoccupe de la qualité des objets de l’action (sacrée ou profane) ; demande si le lieu de l’action était sacré, public ou privé ; par quels moyens demande si ont été employés l’épée, le poing ou le bâton ; le pourquoi cherche le motif ou l’intention (vengeance ou vol) ; le comment s’inquiète de la force du coup (violent ou retenu) ; quand s’informe de la qualité du temps de l’action (le carême ou un autre jour de fête64). Les mêmes traits se trouvent dans la Raymundina ; la fréquence est ajoutée à la liste des sept circonstances : si la faute commise contrevient à plus d’un commandement, il faut alors confesser toutes les infractions ; il faut de même ajouter le nombre de péchés identiques commis65.

  • 66 J. Benedicti, La somme des péchés, et le remède d’iceux […], Lyon, C. Pesnot, 1584, p. 1134-1135.
  • 67 « La seconde [circonstance] marque la qualité, ou la quantité accidentelle de l’objet : comme si un (...)
  • 68 « Ainsi c’est plus grand péché de battre ou tuer un homme en l’Église de paillarder en un lieu sacr (...)
  • 69 « Mais s’il a eu la volonté de commettre le péché hors l’Église, ce n’est pas circonstance nécessai (...)
  • 70 « La troisième [circonstance] : la qualité du lieu où l’action a été faite, comme si ça été dans un (...)
  • 71 J. Benedicti, La somme des péchés, et le remède d’iceux…, p. 1139.
  • 72 « … il ne faut pas multiplier les péchés, où ils ne sont pas, à fin de trop ne grever les conscienc (...)
  • 73 Ibid., p. 1141.

25Tout cela accrédite la thèse d’un large accord autour de leur dénombrement et autour de leur usage par les confesseurs. Cela ne va pourtant pas sans nuances au cours des siècles suivants et des changements sont notables, de Benedicti à Pontas. Selon Jean Benedicti († 1600), la circonstance quid concerne l’espèce du péché. Ainsi, la paillardise devra être particularisée en confession : selon la qualité de la personne avec qui est commis cet acte, le péché changera de gravité (fornication, adultère, inceste, sacrilège, stupre, rapt66). Pour Pontas et pour Morenas, la circonstance quid porte sur l’acte du péché : sur sa qualité ou sur sa quantité67. La circonstance ubi doit être prise en compte pour les péchés d’homicide, d’effusion de sang, de luxure ou de larcin et qui peut en changer l’espèce (tuer ou paillarder dans une église68) ou qui peut les aggraver (extraire de force un criminel qui a trouvé refuge dans une église). Mais, pour la convoitise, la circonstance s’étend aussi à celle qui s’est faite de cœur dans un lieu sacré et elle doit être confessée. Elle peut être passée sous silence si le péché a été prémédité pour se réaliser hors de l’église69. Le lieu auquel a égard particulièrement Benedicti est l’église – lieu qui peut être souillé de quatre façons : le sang, le sperme, le vol, l’extraction par force d’un homme. Pontas intègre dans la notion de circonstances de lieu non le lieu lui-même mais sa qualité : sont différenciés le sacré (qui ne se réduit pas au lieu du culte) et le profane ; le public et le privé70. De Pontas à Benedicti, il y a donc une désubstantivation de la circonstance du lieu qui ne désigne plus un lieu (l’église) ni même un lieu particulier mais une qualité des lieux. La circonstance du temps est, pour Benedicti, une circonstance aggravante : blasphémer, paillarder, dérober, frapper, boire les dimanches et les jours de fêtes sont des fautes plus graves : « De là vient que le péché commis au dimanche est plus grief que celui qui est commis au lundi71. » Certains théologiens affirment que cette circonstance change l’espèce du péché ; Benedicti n’en partage pas l’avis : il ne faut pas multiplier les péchés72. En revanche, il faut s’ouvrir des péchés commis les jours de fête particuliers : « … lorsque les mêmes diables sont retirés dedans leurs cavernes, et n’ont si grande puissance de tenter les Chrétiens73. » Le cordelier qui ne jeûne pas le vendredi des Avents pèche trois fois s’il mange de la viande : contre la prescription de jeûne le vendredi, contre celle du jeûne de la Toussaint jusqu’à Noël, contre l’interdiction de la consommation de viande en ce jour.

  • 74 S. Boarini, « Herméneutique du cas. Dire le cas », Contribution à la journée d’études La casuistiqu (...)

26La notion de circonstances conserve de son origine rhétorique les caractères attachés aux nécessités de l’énonciation. La circonstance doit énoncer suffisamment de caractères d’une action pour qu’elle puisse entrer dans la grille d’identification et d’évaluation des confesseurs. Les circonstances n’appartiennent pas à l’action mais elles donnent les moyens de sa reconnaissance ; elles ne déterminent pas la valeur intrinsèque de l’action mais elles dessinent les contours de son appréciation exacte : elles augmentent ou elles atténuent les fautes. Elles ne sont pas des propriétés de l’action, mais des déterminations de l’action explicitées par l’énonciation de cette action. D’où l’importance de l’aveu et la nécessité de bien la formuler74. La rhétorique du cas permet de dépasser la singularité de l’occurrence vécue pour former un cas général ou typique capable de donner une solution à tous les cas futurs.

Les méthodes de résolution de cas de conscience

  • 75 F. Genet, Avertissement.
  • 76 « Le dessein de ce Livre a été de donner une méthode aisée et solide pour la résolution des Cas de (...)
  • 77 « L’ordre qu’on y a gardé a été de traiter premièrement des principes généraux, qu’il faut observer (...)
  • 78 Ibid., p. 5-14.
  • 79 Ibid., p. 5-8.

27La capacité de généraliser des traits pour construire un cas typique a entretenu l’espoir d’une méthode de résolution des cas de conscience. Cet espoir a rarement été réalisé comme nous le verrons au terme de la présentation de la Théologie morale de François Genet. L’Avertissement expose le dessein de l’auteur : « … donner une méthode aisée et solide pour la résolution des Cas de conscience75. » Innovation promise : l’ouvrage ne devrait pas se contenter de collecter les réponses apportées à des situations morales difficiles, mais il voudrait former les lecteurs à une méthode de résolution. Par là, Genet pense aider les confesseurs dans une époque où abondent les avis contraires rendus par les docteurs sans qu’il soit possible de recourir aux Pères de l’Église, seules autorités reconnues, mais autorités absentes, distantes ou silencieuses76. La méthode de résolution des cas annoncée dans la Théologie morale comprend deux volets : le rappel des principes généraux qui permettent de se repérer dans le domaine de la morale ; l’exposé de règles générales qui aideront à trancher les cas77. Qu’en est-il en réalité dans le texte ? Le premier traité rappelle les définitions des principaux termes de la morale (la conscience ; le péché), les formes de la conscience morale et les causes des péchés. Le chapitre ii se propose de donner « Des règles générales pour connaître quand on manque contre la conscience ou contre les préceptes78 », ce qui prélude à l’exposé de la méthode casuistique promise. Après l’énumération des définitions utiles (conscience ; conscience véritable et conscience erronée) survient le premier cas. Il faut suivre ce que la conscience nous présente comme véritable, quand bien même elle présenterait comme un mal ce qui est en soi un bien. Et Genet d’appuyer sa thèse sur saint Thomas. Ainsi, si la raison proposait que ce fût un mal de croire en Jésus, celui qui croirait en lui pour cela pécherait ; cela définit le péché contre la conscience79.

  • 80 Ibid., p. 8.
  • 81 « Ainsi un homme qui ne croirait pas qu’il fût d’obligation d’ouïr la Messe un jour de Dimanche, ne (...)
  • 82 « Comme par exemple lorsque quelqu’un après avoir fait ses diligences ne croyant pas que personne p (...)

28Surgit alors la question casuistique : « D. Ne pèche-t-on jamais en suivant les lumières de la conscience erronée80 ? » La question est casuistique parce qu’elle appelle des réserves sur le caractère absolu de cette définition (« Ne pèche-t-on jamais… »), parce qu’elle demande que soit précisé le degré de cette lumière de la conscience. Comme il existe deux manières de pécher, contre le précepte ou contre la conscience, qui ne se recoupent pas nécessairement, tel qui ne pèche pas contre la conscience peut fort bien pécher contre le précepte chaque fois que la conscience est erronée. S’il y a faute à refuser ce que la conscience découvre clairement, il y a faute tout de même à suivre ce que la conscience découvre clairement lorsque ce qu’elle éclaire n’est en rien conforme à la vérité. La conscience ne fixe pas elle-même l’ordre des valeurs ; elle se doit de le percevoir et de le faire connaître. Le cas apparaît : l’homme qui croirait en conscience ne pas pécher en ne se rendant pas à la messe le dimanche, pécherait tout de même contre le précepte, s’il n’a pas consenti les efforts suffisants pour le connaître. Le cas est introduit à la manière d’un exemple (« Ainsi81… »). Il ne mentionne aucun élément qui pourrait singulariser la situation : rien n’est dit de l’identité de la personne ; aucun nom même ne lui est donné. Son rang ou sa fonction sociale ne sont pas précisés. La description du cas ne comprend que les éléments qui pourraient permettre de l’inclure dans une catégorie de situations typiques construites par des normes : le cas est une infraction à une obligation, aller à la messe le dimanche. La méthode de résolution du cas n’est pas explicitement révélée ; elle consisterait dans le rappel des préceptes et dans le rappel des définitions de leurs termes principaux selon les autorités reconnues (ici saint Thomas). Ces rappels permettraient de construire des situations typiques sous lesquelles ranger les situations difficiles soumises à la sagacité du confesseur. Le cas est préalablement défini et résolu par les préceptes. La résolution d’un cas consiste dans la soumission de son énoncé descriptif à l’énoncé descriptif d’une situation typique. Cependant la description n’a rien d’un constat : elle construit le cas en ne retenant que les éléments supposés nécessaires à sa résolution. Le cas ne peut être alors qu’un échantillon comme l’indique la formule introductrice des cas (« par exemple82 »).

  • 83 Pour une présentation de la méthode de résolution des cas de conscience de l’abbé Joannet, cf. S. B (...)
  • 84 S. Boarini, « Aux origines de la “nouvelle casuistique”. Le “vieux moraliste” et le “cas” ».

29L’échec de François Genet n’est pas isolé. L’abbé Joannet, l’un des rares auteurs à jeter les fondements d’une méthodologie scientifique de la casuistique, est tombé dans les mêmes chausse-trapes83. Ce n’est qu’à la fin du xixe siècle qu’un chroniqueur anonyme de l’Ami du Clergé proposera une analyse convaincante de la notion de cas et une réflexion probante sur une véritable méthode de résolution84.

Le cas et le paradigme dans le modèle de Jonsen et Toulmin

  • 85 Sur la casuistique de Jonsen, cf. S. Boarini, « La casuistique d’Albert Jonsen », Archives de Philo (...)
  • 86 A. R. Jonsen & S. Toulmin, The abuse of casuistry. A history of moral reasoning, Berkeley-Londres, (...)

30Sans qu’elle en ait connaissance pourtant, ce qui s’est proclamé une « nouvelle casuistique » s’est efforcé de constituer une méthodologie du traitement des cas tout en se nourrissant des lectures des textes antiques et modernes, toutes traditions religieuses et spirituelles confondues. Le dessein du maître ouvrage de Albert R. Jonsen85 et Stephen Toulmin, The abuse of casuistry. A history of moral reasoning86, est explicitement de réhabiliter la casuistique, de la réviser afin de proposer une méthode de résolution des cas. L’ouvrage a une histoire. Au cours de leur participation de 1975 à 1978 à une commission nationale initialement chargée de travailler sur les législations des différents états des États-Unis en matière de recherche biomédicale et de protection des droits et de la santé des personnes, Jonsen et Toulmin ont découvert que les onze membres de la commission avaient été amenés à adopter une démarche du cas par cas. La méthode casuistique leur permettait de rendre des avis communs alors que les membres de la commission provenaient d’horizons très divers. Aussi longtemps que les membres s’en tenaient au niveau casuistique, l’accord était possible sur les conclusions pratiques. L’accord ne peut pas se faire sur les principes moraux ; il se réalise sur la perception partagée de ce qui compte dans la situation envisagée. La décision commune n’est donc pas dérivée des principes.

  • 87 Ibid., p. 16-19.
  • 88 « … practical arguments are methods for resolving problems » (ibid., p. 34).
  • 89 « Instead of aiming a strict entailments, they draw on the outcomes of previous experience, carryin (...)

31Le domaine de la pratique requiert donc un nouveau type d’argumentation, autre que celui de la déduction87. Les raisonnements théoriques sont formels, atemporels, nécessaires, alors que les raisonnements pratiques ont un contenu intuitif, qu’ils sont tributaires des circonstances de leur emploi et qu’ils ne sont que présomptifs. Les arguments pratiques ont la charge d’inventer la solution : ils sont des méthodes de résolution des cas88 ; ils réunissent les considérations susceptibles de traiter le cas. Pour mener à bien cette tâche, la description du cas doit être complète et précise. Les arguments pratiques n’ont pas de valeur absolue, indépendante du contexte où on les invoque. Les propositions du raisonnement ne sont pas placées les unes par rapport aux autres dans des rapports d’implication logique. Le raisonnement tire sa force démonstrative de sa capacité à rapporter le cas présent à un cas antérieur semblable, et à appliquer à l’un la solution apportée à l’autre. La validité d’un tel raisonnement repose sur la netteté de la ressemblance entre les deux cas que l’on rapproche. La résolution d’un problème ne peut jamais être que présomptive : sa force dépend de la ressemblance entre le cas déjà traité et le cas à traiter. Elle peut donc toujours être contestée dans les situations exceptionnelles89.

  • 90 « Similar type cases (“paradigms”) serve as final objects of reference in moral arguments, creating (...)
  • 91 « Substantive difficulties arise, first, if the paradigms fit current cases only ambiguously, so th (...)
  • 92 « General rules whose “presumable” implications no one doubts give rise to bitter disputes as appli (...)

32Les auteurs donnent dans le dernier chapitre de leur livre les structures et les mécanismes de l’argument moral pratique. La casuistique repose d’abord sur cette conviction que des types de cas serviront de références ultimes – toutes circonstances exceptionnelles mises à part. Ces paradigmes créent des présomptions de base pour la résolution de cas semblables à venir90. Le plus souvent, la référence au paradigme suffit à établir le cas, et à le résoudre directement. Le cas éthique apparaît plutôt lorsqu’il s’agit de trouver le paradigme qui convient le mieux aux circonstances du cas. Toute la question est alors d’identifier la norme qu’il faut appliquer. Ainsi dans les unités de soins intensifs, il est désormais possible de maintenir en vie de très jeunes prématurés par des moyens artificiels. Mais le traitement a des effets néfastes. Probablement douloureux, il provoque des séquelles graves. Les médecins doivent choisir entre trois paradigmes concurrents : sauver la vie par des moyens médicaux, éviter le prolongement de souffrances inutiles, condamner tout mauvais traitement envers des enfants. Ici, la conclusion dépend encore des normes initialement choisies. Plus complexe encore : il faut parfois établir l’adéquation du paradigme au cas91. Tout en visant un même état de faits, les descriptions morales peuvent construire des situations bien différentes. Le même homme est présenté tantôt comme un « combattant de la liberté » tantôt comme un « terroriste ». Les règles générales, aussi claires soient-elles, ne laissent pas d’être ambiguës quand il faut en venir aux cas particuliers92. Si elles conservent toute leur autorité dans les circonstances normales, il reste à préciser ce que sont des circonstances normales. La casuistique a pour champ d’exercice les situations pour lesquelles plusieurs paradigmes légitimes entrent en concurrence. Pour une même situation embarrassante, plusieurs normes prétendent fournir une réponse. Identifier les normes n’est pas le plus difficile ; la vraie difficulté est de trancher entre des normes en concurrence pour une seule et même situation. Le cas surgit quand les exigences normatives ne se recouvrent pas exactement l’une l’autre. Ainsi un obstétricien doit à la fois préserver la vie de la mère et mettre au monde un enfant sans lui nuire. Si ces deux exigences coïncident le plus souvent, cela n’est pas sans exceptions. Le médecin pourtant devra nécessairement décider.

  • 93 « All of the problems we have focused on – the ambiguities involved in matching moral terms to marg (...)

33Par ailleurs, le sens de ces situations s’éclaire au cours de l’histoire, en même temps que celui des pratiques morales considérées dans leur contexte social, culturel, intellectuel. L’expérience éthique n’est pas seulement personnelle ; elle est collective. Les problèmes éthiques, comme les paradigmes et les méthodes destinées à les traiter, ont une histoire ; ils ne se posent pas dans les mêmes termes pour chaque nouvelle génération. Quant aux exceptions invoquées pour limiter le pouvoir des paradigmes, elles s’enrichissent des savoirs et des pratiques collectives93. Ainsi, les débats contemporains sur la guerre nucléaire prolongent ceux sur la « guerre juste », conception dont la paternité incombe à saint Augustin.

  • 94 « The same social and cultural history shows a progressive elucidation of the recognized type cases (...)
  • 95 « In both common law and common morality problems and arguments refer directly to particular concre (...)

34Les paradigmes eux aussi se clarifient progressivement à travers l’histoire sociale et culturelle des sociétés94. Chaque société hérite des paradigmes élaborés par les spéculations sur les difficultés rencontrées. En morale comme en jurisprudence, les problèmes contemporains sont façonnés et résolus par des paradigmes construits à l’occasion du traitement de cas analogues antérieurs95. Mais ces problèmes nouveaux ne peuvent plus être traités selon les paradigmes anciens. Il en va ainsi au xxe siècle pour les questions de la famille et de la sexualité. Les bouleversements des mœurs affectent l’application de ces mêmes considérations venues du passé aux pratiques contemporaines. Les nouvelles conduites apparues lors de la « révolution sexuelle » n’affaiblissent pas les objections morales traditionnelles contre les relations sexuelles sans amour ou la promiscuité. Elles appellent un perfectionnement de l’analyse de la sexualité et de la famille à la lumière des nouveaux développements de la société, de la technologie et de la psychologie.

  • 96 « Finally, cases may arise in which the factual basis of the paradigm is radically changed. » (Ibid (...)

35La disparition de certains ensembles de faits sape le fondement des paradigmes anciens96. Il n’est plus possible alors de recourir à ces paradigmes pour apprécier les faits nouveaux. Aucun précédent ne peut plus éclairer le cas nouveau. Cette difficulté indique que les cas éthiques ne sont tels qu’en situation, replacés dans le contexte d’une culture. Ce type de cas réclame l’invention d’un paradigme original. La résolution du cas inédit créera un précédent pour les cas analogues à venir. Jonsen et Toulmin reprennent l’exemple du transsexuel étudié par Baruch Brody. Le désir de transsexualité a pour signification morale immédiate la fin de l’intimité matrimoniale, et plus particulièrement celle de l’intimité sexuelle. Le mariage de John sera-t-il automatiquement nul ? Deviendra-t-il nul si l’épouse réclame le divorce ? Ici les paradigmes passés ne s’appliquent plus aux faits présents – sinon au prix de conséquences absurdes. Les présuppositions traditionnelles de la notion de mariage ne peuvent pas rendre compte de ces faits nouveaux, ni rendre raison de la difficulté inédite créée par la chirurgie transsexuelle. Il faut donc aller au-delà de ces représentations.

36La deuxième figure de la casuistique consiste donc à élaborer des cas paradigmatiques, exemplaires du pouvoir de la norme. Ici, l’énoncé descriptif normatif est pris dans sa fonction perlocutoire : l’énoncé du cas typique construit le cas, comme il construit tout cas semblable qui pourrait se produire à l’avenir. Cependant cette élaboration du cas se fait au détriment de sa singularité : « Rien de nouveau sous le soleil » dira le casuiste, qui sent bien pourtant le poids du contexte, de la culture et de l’histoire. Dès lors, le cas ne peut plus être une illustration a priori de la norme. Il est nécessairement une reformulation de la norme par l’interprétation qu’en donneront les membres placés dans une situation morale difficile. Le cas sera alors échéance de la norme. Penser par cas sera chercher l’accord entre les parties, à la fois parties prenantes et parties prises par l’histoire et la culture.

Le cas comme échéance : produire un consensus

37Entendu comme échéance, le cas appelle la concertation. Face à des difficultés nouvelles, penser par cas ne peut plus se réduire à l’exercice d’une pensée monologique. La définition même de Platon introduisait une dualité dans la pensée : le Philèbe distingue un peintre et un scribe dans la pensée. Reste que cette dualité était enfermée dans un dialogue intérieur, voire silencieux. Or la médiation introduite par la casuistique ne peut pas se réduire à cet exercice secret et intime. La recherche de l’accord est le moment qui traite l’échéance, c’est-à-dire « ce qui échoit », et qui ne peut plus être traité selon une norme préexistante. Pour ces cas-échéances, la norme doit être inventée et elle doit faire l’accord sans lequel la casuistique abandonnerait le domaine reconnu des normes qu’elle entend voir appliquer. Trois exemples illustrent cette tendance : les conférences ecclésiastiques, les conférences de consensus, le « modèle danois » de ces conférences.

Les conférences ecclésiastiques

  • 97 Sur l’organisation des conférences ecclésiastiques, cf. S. Boarini. « Deux procédures de résolution (...)
  • 98 Les mêmes traits distinctifs se rencontrent dans les cours de cas de conscience des collèges jésuit (...)
  • 99 « Le Secrétaire de la Conférence tiendra registre de ce qui s’y passera, et Nous envoyera un procès (...)
  • 100 « Mais comme on vous distribuait ces Résultats en feuilles, à mesure que vous teniez vos Assemblées (...)
  • 101 E. Bouquin, Conférences de la congrégation des curés du Lyonnais […], Lyon, G. Barbier, 1651, « À t (...)
  • 102 « Qu’est-ce en effet que cet Ouvrage ? Le résultat des Conférences du Clergé florissant d’un grand (...)

38Les conférences ecclésiastiques97 se démarquent des trois premiers genres de la casuistique catholique d’abord en ce qu’elles sont d’essence orale, ensuite en ce qu’elles sont collégiales, enfin en ce que les résolutions sont proposées par les personnes mêmes qui se trouvent confrontées aux difficultés : les prêtres et les confesseurs98. Il faudrait cependant se garder de confondre les résultats publiés de ces conférences, soumis à l’approbation de l’évêque, conformes aux dogmes de l’Église, avec leurs procès-verbaux99, qui conservaient sans doute la vivacité des débats, portant ainsi trace des difficultés pour l’élaboration des solutions100. Le secrétaire des séances de Mornant, dans le diocèse de Lyon, indique bien quel chemin ont suivi les notes prises avant d’entrer dans l’ouvrage enfin publié : le secrétaire de la congrégation ; l’approbation d’autres curés ; un docteur en théologie et vicaire général du diocèse de Lyon, Deville ; les révérends pères jésuites Guesnay et Ferrand101. Rien de spontané ne peut subsister, et bon nombre de recueils de conférences sont de véritables traités de théologie102. La série la plus connue et qui fit autorité, les Conférences d’Angers, fut collectée par François Babin (1651-1735).

  • 103 C. Borromée, Le Pastoral de Saint Charles Borromée […], Lyon, J. Certe, 1697, p. 98-99.
  • 104 C. F. de Châteauneuf De Rochebonne, Mandement de Monseigneur l’Archevêque, Pour les Conférences Ecc (...)
  • 105 « Dans cette vue [veiller à la sanctification du Clergé et former des ouvriers dignes du Ministère (...)
  • 106 « … comme il est naturel à l’homme depuis sa chute d’être défectueux et environné de ténèbres, pour (...)
  • 107 H. Platelle, Journal d’un curé de campagne au xviie siècle, Paris, Éd. du Cerf, 1965, p. 79.

39L’origine de la tradition d’organiser dans chaque diocèse des conférences ecclésiastiques remonterait à Charles Borromée, au moment de la Contre-Réforme103. Mais les rédacteurs, toujours soucieux de précédents, pensaient trouver dans l’enseignement du Christ et dans l’Église primitive les prémisses vénérables de cette institution. Sur la manière effective dont se déroulaient ces conférences, il reste deux sortes de témoignages : les formulaires des évêques prescrivant quel ordre devait être suivi pour leur tenue104, et les témoignages rapportés par les prêtres qui les ont suivies. Les Nouvelles ecclésiastiques, datées des 25 octobre, 31 octobre et 8 novembre 1768, témoignent ainsi sur le vif de l’organisation de conférences ecclésiastiques, en l’espèce à Toulouse. Le but avoué de ces conférences était de former les curés ou d’élever, si faire se peut, leur degré de connaissance au sortir du séminaire105, de raffermir la discipline ecclésiastique, de maintenir l’unité de la doctrine et d’uniformiser les pratiques (certains paroissiens quittant le confessionnal de leur paroisse, pour s’aller confesser ailleurs auprès d’un curé moins inflexible), de pallier les résolutions laxistes des cas de conscience. D’où l’injonction de ne pas manquer une séance à moins d’empêchements majeurs et sous peine d’amendes. Comme tout corps de métier, les ecclésiastiques avaient besoin de cette formation continuée que le péché rendait plus nécessaire encore106. Alexandre Dubois, curé de Rumegies dans le Tournaisis, entre 1686 et 1739, ajoute cet autre avantage : celui de renforcer ou de restaurer les liens entre les membres du corps de l’Église que des différends pouvaient avoir opposés107.

  • 108 Cf. E. Bouquin, Conférences de la congrégation des curés du Lyonnais…, « À Monseigneur… ».

40À partir du 7 mai 1647, le curé de « Bans & Givorg », Étienne Bouquin, a servi de secrétaire de séance des conférences ecclésiastiques tenues dans la congrégation de Mornant. Il éclaire le déroulement de ces conférences. Elles ont lieu les premiers lundis du mois à moins qu’ils ne soient jour de fête. Elles se tiennent, après une messe solennelle, dans la chambre du curé du lieu « où durant l’espace de deux à trois heures nous conférons des Rubriques de la Messe, des Sacrements, et des cas de conscience108 ». Chaque séance se conclut par l’assignation de l’ordre du jour de la future séance. Lui-même a été chargé par le cardinal de Lyon de tenir le rôle de secrétaire de séance, prenant note des propos échangés.

  • 109 Ibid., p. 1.
  • 110 Ibid., p. 2.
  • 111 Ibid., p. 3-5.

41Dans les faits, Alphonse Louis du Plessis de Richelieu, archevêque de Lyon, ordonne à tous les archiprêtres de son diocèse d’organiser des congrégations de curés et de vicaires qui se réuniront pour « s’assembler en lieu propre et commode, et y conférer une fois le mois des cas de conscience109 ». Chaque séance est présidée par un recteur, deux assistants secondés d’un secrétaire « qui tiendrait un Livre, ou Registre pour y écrire sommairement les matières qui seraient traitées, et les cas proposés et résolus de chaque Conférence110 ». Le directoire de Mornant réglemente le déroulement de la conférence (frugalité des repas, abstinence de boissons alcoolisées, décence). L’assemblée doit examiner les cas de conscience, chacun écoutera et parlera à son tour jusqu’à la résolution de la difficulté. Le secrétaire consignera ce qui aura été dit111.

  • 112 Cf. E. Le Camus, Ordonnances, § viii.
  • 113 Ibid., § xxii.

42Du traitement effectif des cas de conscience, les imprimés ne gardent pas témoignage. Ils indiquent cependant comment s’y prendre : l’Écriture, la tradition des Pères, les théologiens restent les références et les garants d’une décision légitime et acceptable112. La démarche prescrite n’innove en rien. L’originalité doit être cherchée ailleurs. Dans les conférences, les curés débattent des cas qu’ils ont eux-mêmes rencontrés : « … on ne proposera jamais que des cas de pratique113. » Ils doivent chercher à s’entendre collégialement sur la solution à apporter. Le cas devient un échantillon sous la rubrique d’une norme. La résolution en effet doit faire l’accord des prêtres assemblés : rien ne peut préjuger de leur entente sur les éléments moralement significatifs du cas exposé, sur l’évaluation de sa gravité ou de sa bénignité, sur la prescription de l’éventuelle réparation. La résolution du cas requiert ici une tractation entre les énoncés descriptifs des situations morales difficiles. Cette tractation cependant reste bornée par la reconnaissance de la pertinence d’un même ensemble de normes. Aucun désaccord majeur sur les normes ne saurait s’élever, quand bien même pourraient surgir des divergences sur la nature des normes qui doivent prévaloir hic et nunc pour le cas.

Les conférences de consensus

43Homologue contemporain des conférences ecclésiastiques, les « conférences de consensus » s’attachent à dégager des règles de conduite à suivre (guidelines) dans les matières de recherche biomédicale à fort enjeu social. Cette filiation peut sembler étrange puisque les conférences de consensus réunissent des citoyens ordinaires (laymen). Loin d’être des experts ou des spécialistes en matière morale, loin de partager une foi commune ou de reconnaître un même ensemble de normes morales, ils sont réunis dans ces conférences en raison de la diversité de leurs horizons culturels, religieux. Le seul réquisit est leur volonté de participer à une telle conférence et d’y postuler leur présence, sous la voie d’une réponse à un appel d’offres – autre différence avec les conférences ecclésiastiques auxquelles la participation des curés était obligatoire sous peine de sanction. Enfin les conférences ecclésiastiques regroupent les prêtres d’un archiprêtré d’un même diocèse, alors que certaines des conférences de consensus sont nationales. La filiation n’est pas idéologique, elle est plutôt méthodologique : une assemblée tenue sur une durée brève arrête des recommandations en matière morale, après audition de personnes compétentes, sans que ces recommandations aient force obligatoire. Le dernier mot reste à l’autorité, ici au Parlement, comme naguère à l’évêque du diocèse. De plus les recommandations sont rédigées selon ce qui aura été dit. Sous le nom commun de « conférences de consensus » sont regroupées plusieurs procédures bien différentes selon les États qui les mettent en œuvre. Le cas est ici une échéance : il se présente à une communauté politiquement organisée et juridiquement protégée ; il nécessite une prise de responsabilité devant certaines conséquences redoutées d’une technologie nouvelle.

  • 114 T. Jørgensen, « Consensus conferences in the health care sector », in S. Joss & J. Durant, eds, Pub (...)

44Les conférences de consensus européennes s’inscrivent dans le prolongement de la création aux États-Unis de l’OMAR (Office of Medical Applications of Research) en février 1977, après un rapport des NIH (National Institutes of Health). La mission initiale de l’OMAR était de faciliter le passage des résultats de la recherche biomédicale dans le domaine de la pratique médicale et des soins de santé publique. Une nouvelle méthode était proposée à cette fin pour évaluer a sécurité et l’efficacité des nouvelles technologies médicales. Les premières conférences de consensus étaient une modification de la formule du « tribunal scientifique » (science court) : comme dans les procès, l’évidence scientifique devrait apparaître au terme de débats contradictoires entre experts. Mais le tribunal scientifique se tenait à huis clos et sans la participation du public114. Au début des années 1980, les conférences de consensus réalisées sur ce modèle américain ont été adoptées en Europe (en Suède, puis aux Pays-Bas).

  • 115 Les conférences de consensus. Base méthodologique pour leur réalisation en France, Paris, Agence na (...)
  • 116 Ibid., p. 12.

45En France, l’ANDEM (Agence nationale pour le développement de l’évaluation médicale) les introduit en 1990. L’ANAES (Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé) les définit ainsi dans son document méthodologique : « Une conférence de consensus est une méthode d’élaboration de recommandations médicales et professionnelles visant à définir une position consensuelle dans une controverse portant sur une procédure médicale, dans le but d’améliorer la qualité des soins. Cette démarche se fonde sur la réunion d’un jury appelé à faire, sur un thème donné, la synthèse des données scientifiques présentées par des experts et débattues publiquement, en répondant à des questions prédéfinies115. » Elle se caractérise donc par ce qui la motive : une question médicale controversée ; par son but : la recherche d’une position consensuelle sur cette question ; par son déroulement : la confrontation, dans un débat public, d’experts autour de questions préalablement rédigées ; par son terme : la rédaction par un jury de recommandations. La procédure est traversée par trois modèles : la conférence scientifique, le débat démocratique, le modèle judiciaire116.

  • 117 Ibid., p. 20-21.
  • 118 Ibid., p. 21.
  • 119 Ibid., p. 30.
  • 120 Ibid., p. 28.

46Chacune de ces caractéristiques implique une difficulté. S’agissant de la question médicale controversée, l’état des sciences doit être suffisamment avancé pour que la controverse soit fondée, mais s’il l’était trop la conférence serait inutile. De plus, les critères scientifiques ne suffisent sans doute pas ; la technique nouvelle doit créer un certain émoi ; la perception sociale du risque est tout aussi déterminante que le risque scientifiquement évalué par la communauté compétente. La notion de consensus est tout aussi délicate : quelle sorte d’accord est ainsi cherchée ? Quelles sont les parties prenantes de cet accord ? Selon la procédure de l’ANDEM, l’accord est fourni par le jury qui rédige, sous sa seule autorité, un « texte consensuel – les conclusions et recommandations de la conférence – qui apporte une réponse précise à chacune des questions117 ». Certes, la méthodologie exclut la rédaction d’un texte de consensus avant la conférence118. Mais comment éviter la conclusion d’un accord entre les membres du jury, préalablement à la tenue de la conférence publique ? Le consensus « reflète l’accord auquel aboutit le jury lorsqu’il produit ses conclusions et ses recommandations. Ce n’est pas ipso facto le point de vue commun que partagent la plupart des participants à la séance publique119 ». Le temps de la conférence peut être trop bref pour que tous les aspects soient traités, le débat peut être trop houleux : la conférence elle-même ne serait donc pas déterminante dans la rédaction des recommandations. Le public assistant à la conférence est invité par le jury. Mais la brochure méthodologique ne fait état que d’une « mise en œuvre de la stratégie de communication » sans préciser laquelle devrait être retenue, sans offrir une série de mesures possibles120. Une enquête sociologique pourrait déterminer quel public a effectivement participé à ces conférences. Comment un texte consensuel pourrait-il lier l’ensemble des citoyens si une partie seulement de la population a participé à la réunion ? Reste enfin, inévitablement, la question de l’impact, pour laquelle l’ANAES a prévu des enquêtes de mesure.

Le « modèle danois » des conférences de consensus

  • 121 Ibid., p. 19.
  • 122 J. Grundahl, « The Danish consensus conference model », in S. Joss & J. Durant, eds, Public partici (...)
  • 123 Ibid., p. 37.

47On évoque parfois un « modèle danois » des conférences de consensus. La « conférence des citoyens » tenue en France en 1998 sur les OGM s’en inspire sans doute. La principale différence entre la version précédente et la version danoise des conférences de consensus réside dans l’absence du jury. Le jury selon l’ANAES est choisi par un comité d’organisation parmi des professionnels de la santé, des méthodologues, des représentants des domaines éthique, économique, législatif, des représentants d’associations121. Rien de tel dans la conférence danoise, qui se distingue des experts auditionnés par un comité de citoyens concernés. Ces citoyens sont des gens ordinaires ; ils font acte de candidature pour participer à la conférence, ils répondent à un appel d’offre. Ils ne sont pas choisis pour leur compétence scientifique dans le domaine abordé : il s’agit de personnes « profanes » (lay), que la langue française a rendu par « candides122 ». Mieux, le comité de citoyens a charge de rédiger le rapport. La conférence une fois tenue et le rapport rédigé, les experts ne peuvent faire corriger que les erreurs techniques. Le dernier mot, quant au contenu, reste aux citoyens123.

  • 124 L. Klüver, « Consensus conferences at the Danish Board of Technology », in S. Joss & J. Durant, eds (...)
  • 125 J. Grundahl, « The Danish consensus conference model », p. 33.
  • 126 L. Klüver, « Consensus conferences at the Danish Board of Technology », p. 46.
  • 127 « I postulate that the acquisition of new knowledge will have a negligible effect on one’s basic va (...)
  • 128 « Taking the term ‘basic values’ to refer to ideas of right and wrong influenced by upbringing, rel (...)
  • 129 « Panel members use their basic values as a resource when examining the problems with which they ar (...)
  • 130 « It takes more than gaining above – average knowledge about a delimited problem to change basic va (...)

48L’originalité du modèle danois provient d’une conception particulière de la citoyenneté. En prenant pour principe et pour modèle de la conférence une « mini-démocratie idéale124 », Klüver, membre du Danish Board of Technology, initiateur de ces conférences, accorde à la participation citoyenne un rôle déterminant. Le cas n’est plus traité monologiquement dans un for intérieur ; il n’est plus traité dans un « for » (forum, tribunal) mais dans un espace public : l’influence du modèle judiciaire est évincée. Prime la recherche de l’accord commun, et non l’effort de persuasion (« le problème n’est pas de “gagner” ou de “perdre”125 »). La compétence scientifique ne fait pas autorité en matière de décision. La réponse de Klüver à deux objections est éclairante : le citoyen profane reste profane quand bien même il aura acquis, comme cela lui est demandé, préalablement à la tenue de la conférence, les connaissances scientifiques requises pour la compréhension des enjeux. Chaque citoyen dispose donc d’une compétence pour se prononcer. Cette compétence demeure indépendante de la connaissance scientifique : « Un comité profane bien informé demeure “profane”126. » Que la connaissance scientifique s’accroisse, elle ne donnera pas pour autant plus de compétence pour décider127. Cette compétence consiste dans le pouvoir de se prononcer en matière de morale, à utiliser les « valeurs fondamentales » acquises par l’éducation, la religion, les amis, les modèles de rôle128. Ainsi chacun dispose de la capacité à se prononcer en tant qu’il est citoyen129. Cette capacité est une compétence éthique irréductible à une compétence spécialisée (scientifique ou technique)130. Le modèle danois de conférence de consensus consiste à restituer à chaque citoyen l’exercice de sa compétence éthique, compétence qu’il tient de sa participation à une communauté politique.

49Dans cette dernière figure de la casuistique, l’énoncé descriptif normatif du cas est pris dans sa fonction illocutoire : l’énoncé du cas est élaboré au cours de l’échange, la solution du cas est proposée dans le cours de l’échange. Sous toutes ses diverses formes, dans la conférence de consensus, le cas est une échéance : les paradigmes anciens ne s’appliquent plus ; les normes morales connues ne suffisent pas. Même si les pratiques médicales nouvelles soulignent les faiblesses des anciens paradigmes, il en va désormais d’autre chose que de la cohérence des normes, de la continuité des paradigmes. Ces découvertes mettent à nu la faiblesse d’une communauté scientifique, aux prises avec ses lacunes ; elles mettent surtout à nu une communauté d’hommes avec ses peurs. Si cas de conscience il y avait dans l’Église catholique, il y a maintenant cas de conscience collective. Le cas doit être saisi par la communauté, traité et élaboré par des procédures définies, confrontant les savoirs scientifiques aux compétences de chaque citoyen. En ce sens qui doit tout à Aristote, l’homme est un « animal politique » capable de participer à l’existence d’une communauté parce qu’il dispose d’une raison, capable d’exercer sa raison parce qu’il dispose du langage. C’est bien en tant que « genre » que l’homme est capable de penser ce qui relève de sa pratique morale : penser moralement, c’est penser totalement, dans la totalité de la communauté politique, seule oikos de l’homme.

La casuistique : d’une doctrine à une méthode

  • 131 Platon, Œuvres complètes, t. I, p. 213 (« Pléiade »).
  • 132 Sur les formes et les usages contemporains de la casuistique, cf. S. Boarini, « Formes et usages co (...)

50Penser par cas, disions-nous, requiert que les trois exigences de médiation, de cohérence et d’accord soient satisfaites. La casuistique moderne s’en acquitte si l’on considère son évolution tout au long des trois figures du cas que l’on a successivement examinées. La collection de cas des dictionnaires et des recueils fait entrer le cas dans l’ordre du langage, codé par des pseudonymes et codifié par la disposition alphabétique. Le cas est alors l’exception faite à une norme préexistante reconnue et professée. Mais cette première figure de la casuistique l’amenait à dépasser ce qu’il y a de singulier dans le cas – sans quoi la liste s’en serait allongée démesurément. Il s’agissait donc de retrouver la généralité qui réside dans chaque cas et qui permet d’étendre la résolution de ce cas aux autres cas posés de manière semblable. La deuxième figure de la casuistique, la comparaison des cas, permettait la constitution de cas typiques, paradigmatiques, exemplaires, et l’extension de leur solution aux autres cas de conscience. De la sorte l’exigence de cohérence était satisfaite. Du moins l’aurait-elle été si les casuistes avaient explicité leur méthodologie – souci qui n’était pas le leur. La troisième figure de la casuistique consiste à traiter le cas comme échéance, comme ce qu’il échoit aux hommes de traiter collectivement, afin d’élaborer une solution autour de laquelle un accord puisse se faire. De cela nous avons de nos jours l’illustration dans les diverses variantes des conférences de consensus (comités d’experts, jurys, conférences de citoyens). Nous sommes donc finalement passés d’une casuistique anté-historique à une casuistique proto-historique : la première reconnaît un système de normes préalables à la délibération (Décalogue, autorités des Pères, des docteurs, de la hiérarchie), de sorte que cette délibération peut être légitimement monologique ; la seconde promeut un système de normes qui ne trouvent leur fondement qu’au sein de l’accord par des membres pris dans une situation dont le sens est donné par une culture. Ce faisant, nous sommes passés d’une casuistique monologique et spécialisée à une casuistique dialogique et démocratisée dans laquelle la compétence éthique est réappropriée dans un échange élargi131. Les citoyens peuvent désormais prétendre recourir à une méthode casuistique132 pour traiter de situations moralement difficiles ; elle n’est plus dépendante d’une doctrine casuistique dont la figure la plus récente est celle du pouvoir des experts et dont l’avènement des éthiciens dans les hôpitaux américains donne un exemple. Penser par cas, oui, mais penser communautairement dans une organisation sociale et politique – la démocratie –, et historiquement dans une culture toujours en mouvement.

Notes

1 F. Brunetière, « Une apologie de la casuistique », Revue des Deux Mondes, 67, 1885, p. 201.

2 Nous renvoyons, pour tous ces aspects, aux Actes de la première journée d’études consacrée à la casuistique : La casuistique classique : genèse, formes, devenir (ENS Lettres et Sciences Humaines, Lyon, 6-7 mai 2004, sous la direction de S. Boarini) à paraître.

3 « … quand Martin Luther donna à sa révolte contre l’Église la forme solennelle d’un autodafe [sic] des documents qui exprimaient à ses yeux les abus romains (10 décembre 1520), il y inclut un exemplaire de l’Angelica, qu’il appelait la Diabolica, dans laquelle il voyait tous les défauts de la discipline pénitentielle catholique » (P. Michaud-Quantin, Sommes de casuistique et manuels de confession au Moyen Âge [xiie-xvie siècles], Louvain, Nauwelaerts/Lille, Giard/Montréal, Librairie dominicaine, 1962, p. 101).

4 J. Delumeau, Le péché et la peur. La culpabilisation en Occident (xiiie-xviiie siècles), Paris, Fayard, 1983, p. 236.

5 J. P. Sommerville, « The “new art of lying” : equivocation, mental reservation, and casuistry », in E. Leites, ed., Conscience and casuistry in early modern Europe, Cambridge-New York-Melbourne, Cambridge University Press/Paris, Éd. de la MSH, 1988, p. 182-183.

6 « Une conversation que l’âme poursuit avec elle-même sur ce qui est éventuellement l’objet de son examen. » (Platon, Théétète, 189e, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1950, t. II, p. 158 [ « Pléiade »].)

7 « Par suite, juger, j’appelle cela “parler”, l’opinion, le jugement, je l’appelle une “énonciation de paroles”. » (Ibid., 190a.)

8 « … une fois que, ayant mis dans son élan plus de lenteur ou plus de vivacité, elle a enfin statué, c’est dès lors la même chose qu’elle déclare en mettant fin à son indécision, voilà ce que nous tenons pour être son opinion, son jugement » (ibid.).

9 « … examinons, en reprenant parmi ces noms, pour commencer, celui d’épistémè, la “science”, à quel point c’est un mot à double sens : il a l’air d’être le signe que la science “arrête” notre âme “sur” les choses, histèsin épi, plutôt que celui d’une évolution concomitante de l’âme autour d’elles » (Platon, Cratyle, 437a, in Œuvres complètes, t. I, p. 685 [ « Pléiade »]).

10 « Si Cælius avait été fait esclave en guerre par les Infidèles, Gabinius pourrait-il favoriser son évasion, s’il se trouvait sur les lieux & en pouvoir de le faire. » (J. Pontas, Dictionnaire de cas de conscience, ou Décisions des plus considérables difficultez touchant la morale et la discipline ecclésiastique […], Paris, P.-A. Le Mercier et al., 1726, t. II, c. 262, « Esclave », « Cas IV » [1re éd. Paris, 1715]) ; J. P. Sommerville, « The “new art of lying”… », p. 159-184. Pour plus de commodité, l’orthographe des textes anciens a été modernisée.

11 Une exception notable est étudiée in S. Boarini, « Aux origines de la “nouvelle casuistique”. Le “vieux moraliste” et le “cas” », Revue d’Histoire et de Philosophie religieuses, 83 (3), 2003, p. 289-300.

12 S. Boarini, « Mémoire pour Anne Grandjean. Casuistique de l’hermaphrodite », Journal de Médecine légale et de Droit médical, 46 (1), 2003, p. 59-80.

13 S. Boarini, « De l’énonciation du cas. Une étude casuistique », Revue historique de Droit français et étranger, 80 (2), 2002, p. 187-199.

14 « Il faut qu’il procède dans ses interrogations avec ordre, commençant par les Commandements de Dieu, auxquels, quoique tous les chefs dont on doit interroger se puissent réduire néanmoins ayant à traiter avec des personnes qui fréquentent rarement ce Sacrement, il sera bon de parcourir les sept péchés capitaux, les cinq sens de l’homme, les Commandements de l’Église, & les œuvres de miséricorde. » (C. Boromée [sic], Instructions de S. Charles Boromée […], Paris, A. Vitré, 1659, p. 36.)

15 Cf. S. Boarini, « Les curiosités du casuiste. Collection, système, méthode », contribution au colloque La curiosité au xviie siècle, Clermont-Ferrand, Maison de la Recherche, 20-21 novembre 2003 (Actes à paraître).

16 F. Morenas, Dictionnaire portatif des cas de conscience, dans lequel outre la résolution des cas qui y sont rapportés, on trouve les principes sur lesquels les Décisions sont fondées, et en vertu desquels on peut agir dans tous les autres Cas qui ont rapport à la matière, Lyon, J.-M. Bruysset, 1759, t. I, p. iij.

17 « … n’ayant pas cru devoir nous en rapporter à des citations étrangères, dont nous avons cent fois reconnu l’infidélité ou le défaut d’exactitude » (J. Pontas, Dictionnaire de cas de conscience…, t. I, Préface).

18 « … comme les actions humaines, qu’on appelle Cas de conscience, sont quelquefois accompagnées de certaines circonstances particulières, souvent fort équivoques, et fort embarrassantes, on ne peut juger sûrement si elles sont bonnes ou mauvaises, innocentes ou condamnables à moins qu’on ne voie clairement le rapport qu’elles ont avec les principes généraux, selon lesquels on se doit régler pour en décider : et c’est ce qui est assez souvent très difficile, tant les goûts sont différents les uns des autres » (ibid.).

19 « Si nous nous sommes quelquefois donné la liberté de rejeter et de blâmer le sentiment de certains Auteurs, dont quelques-uns sont même respectables, nous ne l’avons fait, que lorsque nous avons été pleinement convaincus, que l’intérêt et l’amour de la vérité nous y obligeaient. » (Ibid.)

20 « … un Officier d’armée, ou même un simple Soldat, pouvant quelquefois, avec raison, blâmer une faute que son Général aura faite, sans qu’il prétende pour cela s’élever au-dessus de lui, ou se croire plus capable de conduire et d’exécuter une entreprise » (ibid.).

21 « Quelqu’un pourra peut-être penser que plusieurs de nos décisions regardent plus les Juges, les Avocats et les autres gens de Pratique, que les Confesseurs. » (Ibid.)

22 « On ne trouvera guère dans tout le corps de cet Ouvrage que deux ou trois difficultés sur lesquelles nous n’avons pas donné de décisions absolues à cause des fortes raisons, que les Auteurs, dont les sentiments sont opposés, apportent pour les établir. » (Ibid.)

23 F. Morenas, Dictionnaire portatif des cas de conscience…, p. j.

24 « … la Morale étant enseignée et traitée alphabétiquement selon l’ordre des Dictionnaires, il est beaucoup plus aisé de trouver les matières et les difficultés sur lesquelles on veut s’éclaircir » (J. Pontas, Dictionnaire de cas de conscience…, t. I, Préface).

25 Ibid., t. II, c. 259-260.

26 Ibid., c. 259-264.

27 Ibid., c. 261-262. Cf. la décision de Fromageau en date du 15 avril 1698 sur la question : « On demande si en sûreté de conscience on peut vendre des Nègres ? », in A. A., Lamet & G. Fromageau, Le dictionnaire des cas de conscience, décidés suivant les principes de la morale, les usages de la discipline ecclésiastique, l’autorité des conciles et des canonistes, et la jurisprudence du royaume […], Paris, J.-B. Coignard & H.-L. Guerin, 1733, t. I, c. 1437-1444, particulièrement c. 1444.

28 « Nous avons tâché de ne rien outrer dans nos décisions, et de prendre, autant que nous l’avons pu, un juste milieu entre les opinions trop sévères, et celles qui nous ont paru trop relâchées, en suivant ce que nous avons cru de plus probable, ou de plus sûr pour la conscience. » (J. Pontas, Dictionnaire de cas de conscience…, t. I, Préface.)

29 « Nous savons bien qu’il en est à peu près d’un Ouvrage de la nature de celui-ci, comme d’un Dictionnaire historique, qu’on peut augmenter presque à l’infini. » (Ibid.)

30 « … les moindres circonstances différentes, qui se rencontrent très fréquemment dans de certains cas, étant suffisantes pour en faire changer les décisions » (ibid.).

31 « Nous avons pris le parti de former des espèces de Cas particuliers, sur lesquels nous avons donné des décisions convenables. » (Ibid.)

32 « … nous avons cru qu’une telle méthode était plus propre que tout autre à rendre l’esprit du Lecteur plus attentif et plus disposé à comprendre le sens des difficultés, et à former le jugement qu’il en doit porter » (ibid.).

33 J. de Saintebeuve, Résolutions de plusieurs cas de conscience touchant la morale et la discipline de l’Église […], Paris, G. Desprez, 1694-1704, 3 t.

34 Ibid., t. I, Avertissement.

35 « Je prie ceux qui en ont d’autres de me les faire tenir le plutôt [sic] qu’il leur sera possible, afin que je les mette dans un second Volume, et que je les y range dans un ordre que je n’ai pas observé dans ce premier, pour n’avoir pas eu dans le temps les pièces qui y sont entrées. » (Ibid.)

36 Ibid., t. II, Avertissement.

37 « … il avait l’esprit facile, décisif, plein de solides connaissances » (ibid., t. I, Avertissement).

38 « … il semble qu’on ne doit plus les considérer comme l’ouvrage d’un seul particulier, mais comme la production d’un grand nombre de Docteurs des plus éclairés dans ces sortes de matières » (ibid., t. II, Avertissement).

39 « … ils se rendaient de fréquentes visites pour conférer ensemble, et pour se proposer l’un à l’autre les questions les plus difficiles de morale, dont on leur demandait la décision » (ibid.).

40 « Si le Lecteur ne trouve pas mes résolutions justes, je peux du moins l’assurer que j’éclaircirai tellement les difficultés, qu’il pourra facilement se déterminer par lui-même s’il a de la capacité, et s’il n’en a pas il pourra approfondir les questions avec des personnes plus habiles que je ne suis. » (R. A. de La Paluelle, Résolutions de plusieurs cas de conscience et des plus importantes questions du barreau […], Caen, P. F. Doublet, 1710, t. I, Préface.)

41 « L’ordre qu’on y a gardé a été de traiter premièrement des principes généraux, qu’il faut observer pour ne pas errer dans la Morale. » (F. Genet, Théologie morale, ou résolution des cas de conscience, Selon l’Écriture Sainte, les Canons et les Saints Pères, Paris, A. Pralard, 1676, t. I, Avertissement.)

42 Ibid., p. 1-92.

43 Ibid., « Approbations… ».

44 Ibid.

45 « Le plan des théologiens est beaucoup meilleur. Ils épuisent une matière avant que d’en entamer une autre ; et l’union des articles dont le premier mène au second, forme dans l’esprit un tissu de principes et de conséquences, qui s’y maintient beaucoup plus aisément. » (P. Collet, in J. Pontas, Dictionnaire de cas de conscience ou Décisions, par ordre alphabétique, des plus considérables difficultés touchant la morale et la discipline ecclésiastique […], revu… par Collet…, publié par M. l’Abbé Migne, Paris, Aux Ateliers catholiques du Petit-Montrouge, 1847, t. I, c. 9-10 [1715].)

46 Cf. R. Bonal, Le cours de la théologie morale, dans lequel les Cas de Conscience sont amplement enseignés […], Paris, Impr. de J. B. Coignard, pour J. Boude, 1685, t. II, p. 207-209.

47 J. Pontas, Dictionnaire de cas de conscience ou Décisions, par ordre alphabétique…, t. II, c. 1291-1307.

48 Ibid., c. 224-227.

49 « Whatever their origins [des circonstances], real or fancied, their relationship to the Roman rhetorical tradition is singularly apt : the authority of classical antiquity, its facile appropriation for Christian uses, the ethical basis of rhetoric itself, and the peculiar emphasis of the literature of confession on propriety of forms – all of these make the circumstances a modest model of the way medieval intellectuals used the pagan heritage for their practical ends. » (T. N. Tentler, Sin and confession on the eve of the Reformation, Princeton, Princeton University Press, 1977, p. 118.)

50 R. A. Gauthier & J. Y. Jolif, Commentaire, in Aristote, Éthique à Nicomaque, Louvain, Publications universitaires/Paris, Beatrice-Nauwelaerts, 1970, t. II, vol. 1, p. 185-186 ; A. R. Jonsen, in J. F. Keenan & T. A. Shannon, eds, The Context of Casuistry, Washington, Georgetown University Press, 1995, p. xii-xiii.

51 R. A. Gauthier & J. Y. Jolif, Commentaire, p. 185.

52 « Sunt igitur hæc, quis, quid, quando, ubi, cur, quemadmodum, quibus adminiculis. » (Principia rhetorices, IV, in Patrologiæ cursus completus sive bibliotheca universalis, integra, uniformis, commoda, œconomica, omnium SS. Patrum, Doctorum Scriptorumque Ecclesiasticorum… Series Prima […], Paris, J.-P. Migne, 1844-1864 [nous désignerons cet ouvrage sous la référence PL dans la suite des notes], 1845, vol. 32, c. 1443) ; « Circumstantiæ sunt quæ convenientes substantiam quæstionis efficiunt. Nisi enim sit qui fecerit, et quid fecerit, causaque cur fecerit, locus, tempusque quo fecerit, modus etiam facultatesque si desunt, causa non stabit. » (Boèce, De differentiis topicis, IV, in ibid., 1847, vol. 64, c. 1212 C) ; « Reliquas vero circumstantias, quæ sunt quid, cur, quomodo, ubi, quando, quibus auxiliis, in attributis negotio ponit ; quid et cur, dicens continentia cum ipso negotio ; cur in causa constituens : ea enim causa est uniuscujusque facti, propter quam factum est. » (Ibid., c. 1212 D-1213 A) ; « His itaque sic explicatis, dicendum est quæ sint singula. Hæc autem sunt, quæ vocantur a rhetoribus circumstantiæ : quis, quem, quid, quo, ubi, quando, quomodo, quamobrem ; ut, persona, factum, instrumentum, locus, tempus, modus, causa. » (Nemesius, De natura hominis, XXXI in Patrologiæ cursus completus, seu bibliotheca universalis, integra, uniformis, commoda, œconomica omnium SS. Patrum, Doctorum, Scriptorumque Ecclesiasticorum, sive latinorum, sive græcorum… Series Græca […], Paris, J.-P. Migne, 1857-1866 [nous désignerons cet ouvrage sous la référence PG dans la suite des notes], 1858, vol. 40, c. 726 B-C) ; Boèce, Locorum rhetoricorum distinctio, in PL, vol. 64, c. 1221-1224.

53 « Persona quidem, qui facit, aut in quem est actio, ut si patrem filius insciens percusserit. » (Nemesius, De natura hominis, in PG, 1858, vol. 40, c. 726 C - 727 A.)

54 « Est autem definita in nominibus, infinita in qualitatibus personarum perspectio, quando in appellationem nihil præter nomen cadit ; in qualitatem et fortuna, et ætas, et conditio, et disciplina, et cætera quæ sunt infinita numero. » (Ibid.)

55 Ibid., c. 727 A, pour cet exemple et l’analyse des circonstances.

56 « Et primam quidem ex circumstantiis eam, quaæ est quis, quoniam personæ attribuit, secat in undecim partes : nomen ut Verres, naturam ut barbarus, victum ut amicus nobilium, fortunam ut dives, studium ut geometer, casum ut exsul, affectionem ut amans, habitum ut sapiens, consilium, facta, et orationes, ea quæ extra illud factum dictumque sunt quod nunc in judicium devocatur. » (Boèce, in PL, vol. 64, c. 1212 D.)

57 T. N. Tentler, Sin and Confession…, p. 117.

58 « Circumstias autem istas, quas præcipuè debet attendere, Nota in his versiculis. Quis, quid, ubi, per quos, quoties, cur, quomodo, quando | Quilibet observet, animæ medicamina dando. » (R. de Penyafort, Sancti Raymundi De Pennafort Ordinis Prædicatorum Summa, Textu sacrorum canonum, quos laudat, aucta et locupletata, ad veterum codicum fidem recognita, et emendata. […], Lyon, Anisson et Posuel, 1718, p. 431.)

59 Cf. Ia, IIæ, q. 7, a. 3, R. in Thomas d’Aquin, Somme théologique, t. II, I-II, Première section de la deuxième partie, Paris, Cerf, 1984, p. 77.

60 « … although it is sometimes omitted from the list of aggravating circumstances, “how often” takes a prominent place in the search for a complete confession » (T. N. Tentler, Sin and Confession…, p. 119).

61 « Il faut encore selon mon avis […] dire le temps qu’a duré ce péché : exemple. Celui qui a demeuré un mois dans la volonté de tuer quelqu’un, doit exprimer ce temps-là parce que virtuellement c’est un nombre et une multiplication de péchés. » (F. Tolet, L’instruction des prêtres, qui contient sommairement tous les cas de conscience, Lyon, C. de La Roche, 1671, p. 422.)

62 « Prætereà istæ circumstiæ quæ habentur per hunc versum, inquirendæ sunt in Conffesione à Confessore : Quis, quid, ubi, quibus auxiliis, cur, quomodò, quando. » (J. le Charlier de Gerson, Joannis Gersonii Doctoris Theologi et Cancellarii Parisiensis Opera Omnia […], Anvers, Sumptibus Societatis, 1706, t. II, c. 456.)

63 « Les principales circonstances sont la fin pour laquelle on pèche, le temps et le lieu auxquels on pèche ; celui qui pèche, et avec qui. » (F. Tolet, L’instruction des prêtres…, p. 422-423.)

64 J. Gerson, Joannis Gersonii Doctoris Theologi…, c. 456.

65 « Quoties, debet enim peccator, si potest, confiteri, & Sacerdos interrogare, non solùm ipsa peccata, sed & vices, & iterationes, ut dicat, quoties cognovit fornicariam, vel adulteram ; & utrum unam, vel plures : quoties dixerit proximo verba contumeliosa : quoties iteravit injurias, & similia. » (R. de Penyafort, Sancti Raymundi De Pennafort Ordinis Prædicatorum Summa…, p. 431.)

66 J. Benedicti, La somme des péchés, et le remède d’iceux […], Lyon, C. Pesnot, 1584, p. 1134-1135.

67 « La seconde [circonstance] marque la qualité, ou la quantité accidentelle de l’objet : comme si une telle chose qu’on a volée, est sacrée, ou profane ; de petite ou de grande valeur. » (J. Pontas, Dictionnaire de cas de conscience…, 1726, t. I, c. 703-704.)

68 « Ainsi c’est plus grand péché de battre ou tuer un homme en l’Église de paillarder en un lieu sacré, qu’en celui qui est profane. » (J. Benedicti, La somme des péchés, et le remède d’iceux…, p. 1135.)

69 « Mais s’il a eu la volonté de commettre le péché hors l’Église, ce n’est pas circonstance nécessaire à expliquer. » (Ibid.)

70 « La troisième [circonstance] : la qualité du lieu où l’action a été faite, comme si ça été dans un lieu saint, ou dans un lieu profane ; dans un lieu public ; ou privé. » (J. Pontas, Dictionnaire de cas de conscience…, 1726, t. I, c. 703-704.)

71 J. Benedicti, La somme des péchés, et le remède d’iceux…, p. 1139.

72 « … il ne faut pas multiplier les péchés, où ils ne sont pas, à fin de trop ne grever les consciences » (ibid., p. 1140).

73 Ibid., p. 1141.

74 S. Boarini, « Herméneutique du cas. Dire le cas », Contribution à la journée d’études La casuistique classique...

75 F. Genet, Avertissement.

76 « Le dessein de ce Livre a été de donner une méthode aisée et solide pour la résolution des Cas de conscience, dans un temps où les différents sentiments des Docteurs font que souvent ceux qui n’ont pas le moyen de recourir aux saints Pères, pour apprendre d’eux la résolution de leurs difficultés, ne savent quel conseil ils doivent donner : ceux aussi qui les consultent sont bien en peine pour savoir ce qu’ils doivent suivre, lorsqu’ils les trouvent dans des sentiments entièrement opposés. » (Ibid.)

77 « L’ordre qu’on y a gardé a été de traiter premièrement des principes généraux, qu’il faut observer pour ne pas errer dans la Morale, et des règles générales, qui peuvent servir pour la décision de plusieurs Cas de conscience. » (Ibid.)

78 Ibid., p. 5-14.

79 Ibid., p. 5-8.

80 Ibid., p. 8.

81 « Ainsi un homme qui ne croirait pas qu’il fût d’obligation d’ouïr la Messe un jour de Dimanche, ne manquerait pas contre la conscience en ne l’entendant pas, mais il pourrait pécher contre le précepte, s’il avait négligé de le savoir. » (Ibid., p. 8.)

82 « Comme par exemple lorsque quelqu’un après avoir fait ses diligences ne croyant pas que personne passât dans la rue, jette une Flèche, avec laquelle il tue un homme qui passait. » (Ibid., p. 9) ; « Par exemple si sachant qu’il est défendu de manger de la Chair le Vendredi, on en mange croyant que ce soit du Poisson. » (Ibid., p. 10.)

83 Pour une présentation de la méthode de résolution des cas de conscience de l’abbé Joannet, cf. S. Boarini, « Deux procédures de résolution des situations morales difficiles. Aux origines des conférences de consensus », Revue d’Histoire et de Philosophie religieuses, 81 (2), 2001, p. 179-184.

84 S. Boarini, « Aux origines de la “nouvelle casuistique”. Le “vieux moraliste” et le “cas” ».

85 Sur la casuistique de Jonsen, cf. S. Boarini, « La casuistique d’Albert Jonsen », Archives de Philosophie du Droit, 44, 2000, p. 427-434.

86 A. R. Jonsen & S. Toulmin, The abuse of casuistry. A history of moral reasoning, Berkeley-Londres, University of California Press, 1988.

87 Ibid., p. 16-19.

88 « … practical arguments are methods for resolving problems » (ibid., p. 34).

89 « Instead of aiming a strict entailments, they draw on the outcomes of previous experience, carrying over the procedures used to resolve earlier problems and reapplying them in new problematic situations. Practical arguments depend for their power on how closely the present circumstances resemble those of the earlier precedent cases for which this particular type of argument was originally devised. So, in practical arguments, the truths and certitudes established in the precedent cases pass sideways, so as to provide “resolutions” of later problems […] In the language of rational analysis, the facts of the present case define the grounds on which any resolution must be based ; the general considerations that carried weight in similar situations provide warrants that help settle future cases. So the resolution of any problem holds good presumptively ; its strength depends on the similarities between the present case and the precedents ; and its soundness can be challenged (or rebutted) in situations that are recognized as exceptional. » (Ibid., p. 35) ; les auteurs soulignent.

90 « Similar type cases (“paradigms”) serve as final objects of reference in moral arguments, creating initial “presumptions” that carry conclusive weight, absent “exceptional” circumstances. » (Ibid., p. 306.)

91 « Substantive difficulties arise, first, if the paradigms fit current cases only ambiguously, so the presumptions they create are open to serious challenge. » (Ibid., p. 307.)

92 « General rules whose “presumable” implications no one doubts give rise to bitter disputes as applied in “exceptional” cases simply because they are so ambiguous. » (Ibid., p. 311.)

93 « All of the problems we have focused on – the ambiguities involved in matching moral terms to marginal cases, the scope of the “exceptions” that entitle us to “rebut” the presumptions created by general rules, and the difficulty of reconciling different considerations in case of moral conflict – have long and rich histories. Our ways of dealing with them are not reinvented by each individual agent. Like the procedures for resolving problems in common law, these “resolutions” are the product of long-term historical processes which embody the collective experience on which we draw in addressing difficulties that face us in our own day. » (Ibid., p. 314.)

94 « The same social and cultural history shows a progressive elucidation of the recognized type cases themselves. » (Ibid., p. 307.)

95 « In both common law and common morality problems and arguments refer directly to particular concrete cases ; and they share a common casuistical ancestry, dating from a time when there was not yet any sharp line between law and morality. In both fields, too, the method of finding analogies that enable us to compare problematic new cases and circumstances with earlier exemplary ones, involves the appeal to historical precursors or precedents that throw light on difficult new cases as they occur. » (Ibid., p. 316.)

96 « Finally, cases may arise in which the factual basis of the paradigm is radically changed. » (Ibid., p. 307.)

97 Sur l’organisation des conférences ecclésiastiques, cf. S. Boarini. « Deux procédures de résolution… », p. 172-179.

98 Les mêmes traits distinctifs se rencontrent dans les cours de cas de conscience des collèges jésuites. Cf. Ratio studiorum. Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, Paris, Belin, 1997, § 19-21, p. 77 ; § 197-206, p. 121-123.

99 « Le Secrétaire de la Conférence tiendra registre de ce qui s’y passera, et Nous envoyera un procès verbal, contenant principalement le résultat des avis sur les questions proposées. » (E. Le Camus, Sujets de doctrine pour les conférences ecclésiastiques du Diocèse de Grenoble […], Grenoble, A. Giroud, 1692, Ordonnances, § xxxiii.)

100 « Mais comme on vous distribuait ces Résultats en feuilles, à mesure que vous teniez vos Assemblées, il est arrivé que quantité de ces feuilles volantes se sont perdues, et que vous n’avez plus, pour la plupart, ce corps entier de Conférences. C’est ce qui nous a donné la pensée de les faire ramasser, et d’en procurer une nouvelle impression, où elles fussent réduites en corps d’ouvrage, et dans un meilleur ordre qu’auparavant. » (Conférences ecclésiastiques de Condom, Paris, L. Coignard & G. Vandive, 1702, t. I, Mandement.)

101 E. Bouquin, Conférences de la congrégation des curés du Lyonnais […], Lyon, G. Barbier, 1651, « À tous les Écclesiastiques… ».

102 « Qu’est-ce en effet que cet Ouvrage ? Le résultat des Conférences du Clergé florissant d’un grand Diocèse où les Lettres sont en honneur, résultat seulement ajusté, arrangé, digéré et rédigé par M. Babin. » (Du Mabaret, « Réponse à un article des Nouvelles Littéraires du Journal de Trévoux du mois d’Octobre dernier, description pag. 1896. etc. », in Mémoires pour l’Histoire des Sciences et des Beaux Arts, vol. II, avril 1746, p. 926.)

103 C. Borromée, Le Pastoral de Saint Charles Borromée […], Lyon, J. Certe, 1697, p. 98-99.

104 C. F. de Châteauneuf De Rochebonne, Mandement de Monseigneur l’Archevêque, Pour les Conférences Ecclésiastiques du Diocèse de Lyon, 24 juillet 1736, Lyon, Impr. P. Valfray, 1736, p. 3-4, par exemple.

105 « Dans cette vue [veiller à la sanctification du Clergé et former des ouvriers dignes du Ministère sacré] Nous avons formé le projet d’établir des Conférences Ecclésiastiques dans Lyon et dans les principales Villes de notre Diocèse, et d’obliger tous les Clercs soumis à notre juridiction d’y assister, afin que s’accoutumant de bonne heure à ces saints exercices et avançant comme par degré dans les voies de la science et de la vertu, ils puissent arriver à cette perfection que Jésus-Christ exige de ses Ministres, et apprendre à éclairer les peuples par leur[s] lumières et à les édifier par leur[s] exemples. » (Ibid., p. 1-2.)

106 « … comme il est naturel à l’homme depuis sa chute d’être défectueux et environné de ténèbres, pour résoudre ses doutes et éviter les écueils où il se pourrait perdre, il a besoin de recourir aux lumières des autres, qu’il aide réciproquement en leur communiquant les siennes » (Résultat de la dixième conférence ecclésiastique du diocèse de Sens. Tenue en l’année M. DC. LVIII. Aux mêmes Doyennés que la précédente […], Sens, L. Prussurot, 1669, p. 296).

107 H. Platelle, Journal d’un curé de campagne au xviie siècle, Paris, Éd. du Cerf, 1965, p. 79.

108 Cf. E. Bouquin, Conférences de la congrégation des curés du Lyonnais…, « À Monseigneur… ».

109 Ibid., p. 1.

110 Ibid., p. 2.

111 Ibid., p. 3-5.

112 Cf. E. Le Camus, Ordonnances, § viii.

113 Ibid., § xxii.

114 T. Jørgensen, « Consensus conferences in the health care sector », in S. Joss & J. Durant, eds, Public participation in science. The role of consensus conferences in Europe, Londres, Trustees of the Science Museum, 1995, p. 17.

115 Les conférences de consensus. Base méthodologique pour leur réalisation en France, Paris, Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé, 1999, p. 3.

116 Ibid., p. 12.

117 Ibid., p. 20-21.

118 Ibid., p. 21.

119 Ibid., p. 30.

120 Ibid., p. 28.

121 Ibid., p. 19.

122 J. Grundahl, « The Danish consensus conference model », in S. Joss & J. Durant, eds, Public participation in science…, p. 33.

123 Ibid., p. 37.

124 L. Klüver, « Consensus conferences at the Danish Board of Technology », in S. Joss & J. Durant, eds, Public participation in science…, p. 45.

125 J. Grundahl, « The Danish consensus conference model », p. 33.

126 L. Klüver, « Consensus conferences at the Danish Board of Technology », p. 46.

127 « I postulate that the acquisition of new knowledge will have a negligible effect on one’s basic values. » (Ibid.)

128 « Taking the term ‘basic values’ to refer to ideas of right and wrong influenced by upbringing, religion, friends, role models, etc. » (Ibid.)

129 « Panel members use their basic values as a resource when examining the problems with which they are faced. They use the acquired knowledge in a way that allows them to form opinions that are coherent with their basic values. They move from standpoint answers to informed, well-considered answers. » (Ibid.)

130 « It takes more than gaining above – average knowledge about a delimited problem to change basic values. » (Ibid.)

131 Platon, Œuvres complètes, t. I, p. 213 (« Pléiade »).

132 Sur les formes et les usages contemporains de la casuistique, cf. S. Boarini, « Formes et usages contemporains de la casuistique », in M. Canto-Sperber, ed., Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, Paris, Presses universitaires de France, 2001, p. 223-229.

Auteur

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search