Version classiqueVersion mobile

Penser par cas

 | 
Jean-Claude Passeron
, 
Jacques Revel

Liminaires

Texte intégral

1 Ce volume a été préparé par un travail de séminaire. Nos débats nous ont rapidement montré que la liste des argumentations qui ont fait appel à des cas singuliers pour en tirer des conclusions générales pouvait s’étendre presque indéfiniment – dès lors que l’on sollicite des moments historiques, des cultures ou des disciplines différents – sans rencontrer de redondances ni se prêter à un bilan définitif. Les textes que nous avons retenus en proposent, bien sûr, un échantillon incomplet et qui pourra sembler arbitraire. Il l’est sans nul doute. Mais il s’agit là de la contrepartie du thème qui nous a retenus en raison de la pertinence épistémologique qu’il nous paraît retrouver aujourd’hui. La pensée par cas ne s’illustre ni ne se discute comme la pensée des généralisations dont les démarches, plus ou moins complexes, se laissent cependant définir dans un système fermé de définitions et de règles opératoires.

2 Par-delà les exemples de raisonnements cliniques ou casuistiques, juridiques ou éthiques, historiques ou sociologiques, qui explorent la singularité d’un cas ou mettent plusieurs d’entre eux en série, nous invitons le lecteur à constituer sa propre collection de prototypes ou de types idéaux pour « se former », comme le dit Freud, « une conviction personnelle par son propre travail ». Il n’y a pas de raccourci opératoire ni d’équivalence mécanique dans le cheminement qui permet de passer d’un cas à un autre, par un mouvement de pensée dont la logique est celle de la non-monotonie et des révisions recommencées.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search