Version classiqueVersion mobile

Pratiques de la description

 | 
Giorgio Blundo
, 
Jean-Pierre Olivier de Sardan

Décrire les descriptions

Notes de terrain de Michel Leiris. Gondar, Éthiopie1

Michel Leiris’ field notes. Gondar, Ethiopia

Christiane Touati

Résumé

Un grand nombre des notes de Michel Leiris durant son travail de terrain en Afrique Noire a été conservé. Elles sont, pour la plupart, inédites. La publication de ces notes concernant l’observation et la description des rituels de possession à Gondar nous permettent de suivre les méthodes de travail d’un anthropologue.

Texte intégral

Présentation par Jean-Pierre Olivier de Sardan

  • 1 Les carnets numérotés ms 236 A, B, C et D ont pu être consultés et retranscrits dans leur totalité (...)

1Michel Leiris fut à double titre un grand descripteur, en tant qu’écrivain, et en tant qu’ethnologue. Prenons le Leiris de L’âge d’homme (1939) ou du Ruban au cou d’Olympia (1981), que nous sommes nombreux à considérer comme l’un des très grands auteurs français du xxe siècle : son écriture, exigeante, subtile, méticuleuse, admirable, est presque tout entière consacrée à la description (que l’on opposera en ce cas à la narration), une description qui fonctionne fréquemment à la première personne, où l’auteur occupe non seulement la position de l’observateur, mais aussi, bien souvent, celle de l’observé. La réflexivité est au cœur de l’œuvre de Leiris, écrivain.

  • 1 Il s’agit de La possession et ses aspects théâtraux chez les Éthiopiens de Gondar (1958), le plus c (...)

2Il est d’autant plus significatif que Leiris, ethnologue, se soit au contraire inscrit dans une anthropologie de facture très classique, celle-là même que les outrances post-modernes ont tant décriée pour sa faible propension à la réflexivité. Les descriptions de Leiris dans son principal ouvrage ethnographique1 sont à la troisième personne, l’observateur s’efface devant ceux et ce qu’il observe, le moi qui obsède tant Leiris-écrivain disparaît presque totalement chez Leiris-ethnologue.

3Ici, certains se contenteraient sans doute du constat suivant : les conventions d’écriture de la littérature ne sont pas les mêmes que celles de la science sociale, et Leiris l’a vécu et compris mieux que beaucoup d’autres. Je pense que le constat doit aller plus loin. Il ne s’agit pas tant d’écriture que de posture. Peu importe en un sens que ce soit le « je » ou le « il » qu’utilisent respectivement l’écrivain ou l’anthropologue. Le clivage principal est ailleurs. L’anthropologue se met en quelque sorte au service du réel des autres, il doit à ce titre garantir une fidélité entre ce qu’il observe et ce qu’il décrit, et souscrit avec son lecteur un pacte ethnographique gagé sur le réalisme. À l’inverse, l’écrivain impose ses règles propres, il dépeint la réalité aux couleurs de ses fantaisies et de ses choix personnels, il passe comme il l’entend de la description d’un monde réel à celle d’un monde virtuel.

4Dans le cas de Leiris, le seul véritable pont entre ces deux registres descriptifs est sans doute une commune attitude scrupuleuse poussée à l’extrême, que l’on trouve aussi bien chez le chercheur du musée de l’Homme que chez l’auteur de La règle du jeu (1948-1976).

5Mais une description ethnographique empirique, telle celle que l’on trouvera ici même dans les notes de Leiris-ethnologue, ne signifie pas pour autant une description sans choix ou une description sans interprétation. Ainsi, une analyse plus détaillée de ces notes permettrait de montrer quelles opérations de sélection Leiris a mises en œuvre, autrement dit ce sur quoi il s’est focalisé et ce qu’il a mis hors cadre. Par ailleurs le montage et les commentaires de C. Touati, à qui nous devons l’édition de ces notes de la soirée du 17 juillet 1932, mettent en évidence comment Leiris, dans le passage de son ouvrage final qui fait allusion à cette même soirée, se livre à de nouvelles opérations de sélection, notamment en suivant une piste interprétative très particulière (et sans doute fort contestable) liée au « transvestissement ».

6On ne s’étonnera sans doute pas de voir ainsi confirmé : (a) que la description ethnographique se distingue de la description littéraire, mais qu’elle a aussi ses procédures sélectives (soumises à d’autres contraintes) ; et (b) que la description ethnographique dans le produit final incorpore beaucoup plus encore de choix interprétatifs que dans les notes de terrain.

Sélection, transcription et annotations des fiches par Christiane Touati

  • 2 La classification des manuscrits est celle de la bibliothèque Jacques Doucet. La numérotation des v (...)

7Ces notes du 17 juillet 1932 sont une maigre partie des quelque sept cents fiches ethnographiques que comprennent les carnets de notes de Michel Leiris numérotés LRS ms 236 A, B, C et D. Rédigés pendant son séjour à Gondar (du 1er juillet au 5 décembre 1932) au cours de la mission Dakar-Djibouti (1931- 1932) dirigée par Marcel Griaule, ces carnets portent essentiellement sur le phénomène de la possession. L’étude s’amorce avec l’arrivée, dans ce village éthiopien, d’Abba Gérôme, lettré érythréen, prêtre catholique interdit par Rome, et interprète auprès de Michel Leiris, lui-même secrétaire-archiviste de la mission Dakar-Djibouti. À la veille de la Saint-Michel, plusieurs protagonistes agissent au côté de Leiris et Abba Gérôme, dans les scènes décrites et dans les propos rapportés ici : Gaston Louis Roux, peintre de la mission ; Malkam Ayyahou, la guérisseuse – auprès de qui Leiris enquête –, entourée des adeptes réguliers ou occasionnels du culte de l’esprit zar ; Ballatac, fille d’un marchand de Gondar et affidée de la chamane ; Kasahun, un des domestiques et chasseur de Abba Gérôme ; et, enfin, la servante de Malkam Ayyahou, Danqnas. Ces quelques fragments sont actuellement inédits ; j’ai transcrit l’ensemble des carnets, qui sont en cours d’analyse dans le cadre d’une thèse sur la question du statut épistémologique des « documents » de terrain dans l’analyse finale. Or, à ma connaissance, aucun fichier ethnographique n’a été jusqu’ici rendu disponible pour une publication intégrale2.

8Les notes de Leiris que l’on va lire sont suivies d’un extrait de La possession et ses aspects théâtraux chez les Éthiopiens de Gondar, rédigé à partir de ces notes.

*

  • 3 Mikeal signifie la Saint-Michel.
  • 4 Achkar, qui peut recevoir la traduction de « archer », n’a cependant pas été traduit par l’auteur.
  • 5 Cette phrase de Leiris reflète sa vision d’une hiérarchisation des esprits et de ceux qui en sont p (...)

ms 236 A, fol. 35v-73
« Informateur : Malkam Ayyahou
(17 juillet 1932, veille de qaddus Mikael3, visite de Abba Gérôme et Leiris, Roux à Malkam Ayyahou à 18 h 30. Malkam Ayyahou est seule avec le chasseur Kasahun, domestique de Abba Gérôme et de sa “fiancée” Rahelo (Malkam Ayyahou) reçoit.) Chanson :
1- “N’est-ce pas le paradis le gouvernement des Européens ?
N’est-ce pas le paradis le gouvernement des Italiens ?
Aux achkars4 la solde(i) (régulière), aux pauvres le travail(ii).
Tous ceux-là(iii) dirigent par (la force) de l’habitude.
Mais quant à moi, celui qui me dirige est ce Français(iv)
Celui qui a invoqué Yosef est ce Français.”
(18 h 55 : Roux qui a apporté vingt-quatre feux de Bengale, en allume un. D’autres seront allumés par la suite, au grand contentement de Malkam Ayyahou. Manifestation de Man Sow (autre zar de Malkam Ayyahou) : )
“Moi, Mansur ! Achkar de Yosef ! Fort achkar de la mer !”
(Malkam Ayyahou explique quelles sont les attributions des principaux achkars de Yosef5)
Mansur est celui qui étend les tapis de la chambre d’Abba Yosef. Saltun est protecteur du “David”.
(i) mayaha (mot arabe, d’usage courant parmi les domestiques et soldats travaillant avec les Européens.)
(ii) saqala
(iii) le consul italien et les activités locales abyssines
(iv) Leiris. »

*

  • 6 Leiris rapporte à ce début de l’étude un événement qui surviendra au mois d’août 1932. Cet ajusteme (...)

ms 236 A, fol. 35v-74
« (19 h : Leiris apporte pour les deux domestiques deux fiasques de mastika dont il s’est muni. Les deux fiasques sont posées par terre côte à côte. Malkam Ayyahou étend ses deux mains (à plat paume en bas) au-dessus et récite une oraison. Consommation de mastika servi par Kasahun, feu de Bengale, conversation : )
Chanson par le zar Markab(i) :
“Ô toi qui découvres les choses des awolia
Qui donc serait capable de s’opposer à toi, Barhane(ii)
Lorsqu’on dit qu’il est au Choa il se trouve à Gondar
Lorsqu’on le dit ailleurs il se trouve en Égypte !”
(Malkam Ayyahou (Rahelo) s’inquiète de l’absence de Mlle Lifszye : )
“Ma fillette sérieuse !”
Chanson :
“Les soldats de Masr(iii) et de Jérusalem se sont partagés (pour l’habiter) le monde entier(iv).”
(Malkam Ayyahou, faisant allusion à l’accident du 13 août, déclare que si Ballatac a été sérieusement brûlée, c’est que : “L’awolia l’a blessée.” En effet, elle était venue en état d’impureté (ayant passé la nuit d’avant avec un homme) et s’était conduite orgueilleusement (refusant de continuer à faire le service du café et de la poudre à canon)6)
(Ce qui suit est pour Ballatac et pour Danqnas.)
“C’est Abba Moras qui l’a brûlée, l’a enflammée et est parti.”
(1) Abba Gérôme
(ii) appliqué ici à Abba Gérôme
(iii) Le Caire
(iv) c’est-à-dire que les zar d’Égypte et de Palestine, qui sont les plus forts, ont envahi l’Éthiopie et y habitent (= possèdent) comme des soldats en pays conquis. »

*

  • 7 L’expression « étendre le ganda » est utilisée par Leiris pour nommer les scènes du rituel du café (...)

ms 236 A, fol. 35v-74 et ms 236 A, fol. 35v-75
« (19 h 05 : renvoi des achkars et des mulets. Roux envoie un mot au camp qu’on lui envoie une collation. Malkam Ayyahou exige que les achkars ne partent pas sans avoir bu de mastika, étant donné que “les bons achkars sont les défenseurs de leur maître.” Tandis que Abba Gérôme dehors veille à la distribution de mastika (aux achkars et à des malades convalescents.) Jouant avec le fouet de Leiris, Roux menace la “fiancée” de Kasahun et lui intime devant lui. Immédiatement la “fiancée” vient se placer inclinée devant lui et reçoit de bonne grâce deux simulacres de coups de fouet.
Retour de Abba Gérôme et, à 19 h 25, manifestation de Sankit, la jeune chankalla. 19 h 40, collation d’ingera et de lait caillé servi par la “fiancée” de Kasahun. Abba Yosef (Malkam Ayyahou) déclare que le lait caillé a été instantanément apporté par la compagne par le zar Lasana Warq.)
À Lasana Warq (Malkam Ayyahou dit : ) “Excite-toi ! C’est le disciple assistant qui porte la nourriture à Abba Yosef.”
(Regardant Abba Gérôme et Leiris prendre notes sur leurs carnets respectifs, Abba Yosef (Malkam Ayyahou) chante : )
Chanson :
“Les dabtara du Godjam, du Choa et du Walqayt. Ils ont étendu leur David(i)
(Malkam Ayyahou ajoute : ) “Il est déjà appelé !”
“Les disciples de Yosef (sont) 370. (Il y a) Fallaga(ii), Enda Saw(iii). Ses (serviteurs) chankallas sont peu (nombreux).” (… )(iv)
(i) ouvert solennellement le livre. Expression consacrée (cf. “étendre le ganda7”)
(ii) = serviteur qui goûte la boisson avant de la donner au maître
(iii) = (qui fait) comme il veut
(iv) A Enda Saw. »

*

  • 8 Gânen est traduit par djinn, considéré comme un esprit de l’eau, alors que le gânen est un esprit d (...)

ms 236 A, fol. 36v-77
« (20 h 30 : entrée de Danqnas dont l’état s’est aggravé depuis le 13 où elle a été frappée au bain par un djinn. Elle semble effrayée, gémit de temps en temps, se cache parfois le visage contre l’épaule de la “fiancée” de Kasahun. Elle se plaint d’une douleur au côté et de respirer difficilement. Roux faisant claquer le fouet, son effroi augmente et Roux s’interrompt. Feux de Bengale.)
Sayfu Cangare, le fendeur de mer(i) et le tueur de djinns. Lui lorsqu’il est allé à l’école, et lors de son retour après quatorze ans, il a délivré sa sœur (Rahelo). Abba Yosef était fâché parce que Rahelo avait fait cinq enfants avec le gânen(ii) de la mer.
Son nom de baptême est Hayla Maryam.
Abba Yosef, c’est notre Dame qui l’a envoyé. Celui qui a étudié quatorze ans est Sayfu, il désirait obtenir le salut, il a trouvé la damnation(iii).
C’est sous le règne de Kwostantinos qu’est sorti le ganda de Malo Kadda(iv), fils de Rahelo. Son nom de baptême est Walda Mikael. Tous sont élevés à Jérusalem. Celui qui dit : “Au nom du Père”, c’est Sayfu Cangare, parce qu’il a étudié à Jérusalem.
20 h 35 : Abba Gérôme sort une bouteille d’eau de Cologne et en verse quelques gouttes dans les mains de chacun des assistants. Malkam Ayyahou enlève tous ses colliers, fait verser de l’eau par Abba Gérôme et les frotte ensuite dans ses mains les uns contre les autres.
Très exaltée, elle chante. Sur l’ordre de Abba Gérôme, Kasahun danse seul d’abord, puis en face de Malkam Ayyahou qui, après avoir dansé quelques instants face à lui, continue.
(i) le Nil blanc, dans sa partie marécageuse
(ii) c’est-à-dire le djinn8
(iii) il a subi à Jérusalem diverses persécutions de la part d’étudiants jaloux de sa science
(iv) = le parjure. »

*

ms 236 A, fol. 38v-78
« 
“Salila !” (Elle enseigne ce que veut dire ce mot : ) “Tant mieux ! Sal Allah ! Forza(i)” (a-t-elle dit)
(Propos et chansons divers, Malkam Ayyahou alternativement parlant, chantant, ou sifflant les lèvres entrouvertes et immobiles)
Chansons :
1- “Ce que mieux que le cheval, le mulet et beaucoup d’argent, c’est d’avoir les quatre en santé”
2- “Hormis les Français, y a-t-il quelqu’un qui me trouve ?(ii)
3- “Personne ne commande à Hayla Sellase
Personne ne peut le tuer sinon le créateur.”
Proverbe : “Les amharas n’ont pas de cœur(iii), la pierre n’a pas d’écorce.”
(20 h 50 : sortie de Danqnas qui reconduit la “fiancée” de Kasahun. La “fiancée” revient pour servir le café. Comme il n’y a pas d’encens, Roux allume un feu de Bengale. Le service du café a lieu avec l’oraison habituelle. Après le feu de Bengale, manifestation de Abba Kosos.)
“Je jure par cette terre” (Elle frappe la terre de l’extrémité de la main droite étendue, ceci plusieurs fois.)
(Sayfu Cangare, celui qui s’enfonce dans la mer et l’inquisiteur des gânen.)
(i) italien
(ii) allusion à son refus de se laisser photographier par les Italiens
(iii) c’est-à-dire n’ont pas raison. »

*

  • 9 On retrouve Sawbadayt dans une légende décrivant cette femme comme tentatrice des moines qui se ren (...)
  • 10 Cette description de l’observance religieuse de Malkam Ayyahou reflète l’interprétation que Leiris (...)
  • 11 Voir infra p. 181-182 extrait de M. Leiris, La possession et ses aspects théâtraux chez les Éthiopi (...)

ms 236 A, fol. 35v-79 et v-80
« “Sawbadayt9 la traîtresse(i)
(Les domestiques qui apportent à Roux la collation demandée annoncent à Abba Gérôme que les mulets ont été volés dans la journée et ne sont pas rentrés le soir au camp. Abba Gérôme informe Malkam Ayyahou de l’incident et lui demande sa protection.)
“Lorsque le gondarien voleur viendra, Ajam et Fahitla, filles de Rahelo, frapperont son visage avec leurs mains(ii).”
(Roux est depuis quelque temps envahi par les puces. Il se gratte et s’agite.)
(Malkam Ayyahou : ) “Que la langue des puces soit coupée, que les dents des puces soient cassées !”
(21 h 30 : Kasahun et l’autre domestique de Abba Gérôme servent la collation qui vient d’être apportée du camp. La deuxième domestique laisse presque tout faire par Kasahun, Malkam Ayyahou dit : )
Proverbe :
“Est-ce que le sot ira au Paradis ?
Est-ce que la paille sèche reverdira ?(iii)
Malkam Ayyahou, déclarant que, durant la semaine de la Vierge, Abba Yosef observe un jeûne strict, n’accepte qu’un petit morceau de pain et se tient un peu à l’écart, le visage détourné10.
21 h 45 : départ de Roux, Malkam Ayyahou dit à Abba Gérôme et Leiris de ne pas s’inquiéter au sujet de son retour, car elle a délégué le zar Markab par l’archer à passer le torrent. Manifestation de Sankit et conversation sur Rahelo, Mammit, etc. Malkam Ayyahou dit que Sankit est le petit ânon de Rahelo.
21 h 55 : Malkam Ayyahou déclarant que son tambour est hors d’usage ayant été mouillé.
(i) Malkam Ayyahou dit ici qu’il y a des femmes de la mer, analogues à Sawbadayt, qui forniquent avec les baleines ainsi qu’avec les hippopotames
(ii) (cf. ms fol. 35, deux lignes en bas de page)
(iii) (cf. ms fol. 36, notes à gauche en haut)
Abba Gérôme et Leiris accompagnent ses chants en battant de la main deux tonques à essence vide, extraites d’une caisse servant de siège.
22 h : Malkam Ayyahou sort d’un sac de grosse toile où elles sont rangées diverses parures de zar et les exhibe. Elle montre entre autres choses la crinière de lion, qui est rangée de poils tressés – le buqdade vert et le lamd noir à motifs multicolores brodés de Sayfu Cangare – un buqdade vert plus court que le sien appartenant à Sabre – Danqnas – un buqdade noir appartenant à Abba Tuqur – un buqdade rouge
– des pagnes quadrillés – un pagne et une ceinture noirs et blancs appartenant à Abba Nabro(i). Elle a revêtu la parure de Sayfu Cangare, fanfaronne, donne des explications puis range la parure11.
(Abba Gérôme l’interroge sur le Jahade du Tamben)
“Le Jahade est tranchant(II) et est awolia blanc(iii) comme la main. Son pays étant (le pays) amhara, le Jahade d’ici est peureux.
Yosef est celui qui commande dans(iv) son cheval.
Le principal zar est celui du Golghota, ceux de ce pays ne valent rien. Pour le sang, mon gaillard est entré à Gondar.” (Abba Qwasqwas par le moyen de quatre personnes qu’il a tuées.)
Amhara Qwasqwas, celui qui rétablit l’ordre, le protecteur du château et celui qui éloigne les villageois.
(Il a vaincu) moitié par le feu, moitié par les balles.”
(i) = léopard
(ii) net, décisif
(iii) pur, innocent
(iv) épithète emphatique pour Abba Qwasqwas. »

*

  • 12 La couleur de la bête sacrifiée permet à Leiris de distinguer à quel type d’esprit les rituels sacr (...)
  • 13 Michel Leiris esquive le fait de l’adultère du mari de Malkam Ayyahou, afin d’inscrire l’avortement (...)

ms 236 A, fol. 36v-81
« (10 h 30 : dîner de Malkam Ayyahou, avec la “fiancée” de Kasahun et les deux domestiques de Abba Gérôme. Ingera et sauce aux pois chiches à cause du jeûne(i). Le restant de la collation est servi à Abba Gérôme et Leiris. Malkam Ayyahou accepte un pain – dont elle attribua la fabrication à Mlle Lifszyc, de la confiture et un peu de vin.
Après dîner, la conversation reprend avec la même intensité qu’auparavant)
Notes Leiris
“Pour les djinns, sang noir(iiii)12
Pour les gânen, sang rouge
Jeter dans la brousse.”
Malkam Ayyahou est possédée par les races (ahagur(iii) de zar : arabes, européens, amharas, gallas du Kaffa).
Il y a vingt-trois ans, avant de posséder Malkam Ayyahou, Abba Yosef a fait avorter son cheval(iv), car il ne veut entrer que dans les endroits propres13.
Gwarad negus, gânen aux yeux sur la tête, est mis en fuite quand Abba Yosef se présente.
L’empereur Ménélik donnait des banquets aux esprits et leur faisait boire du sang. Mash, qole de Gondar.
(i) Abba Yosef est très sévère. Roux ayant offert à Malkam Ayyahou, alors qu’elle incarnait Mansur, une cigarette, Malkam Ayyahou n’a pas réussi à la fumer. Elle attribue cela à l’intervention d’Abba Yosef contre Mansur (grand fumeur qui mange le tabac)
(ii) c’est-à-dire sacrifice d’animaux noirs
(iii) (geez) = provinces
(iv) c’est-à-dire Malkam Ayyahou, qui a en effet avorté alors qu’elle divorçait de son mari ayant pris une autre femme. »

9Voici maintenant un passage de La possession et ses aspects théâtraux chez les Éthiopiens de Gondar, rédigé par Leiris à partir des notes précédentes où il évoque cette veillée du 17 juillet 1932.

  • 14 La transformation de Gérôme en Jérôme est une décision prise par les éditeurs de la première éditio (...)
  • 15 Extrait de M. Leiris, La possession et ses aspects théâtraux chez les Éthiopiens de Gondar, Paris, (...)

« Les accessoires vestimentaires auxquels les adeptes ont droit à titre de représentants de tels esprits qui leur ont été régulièrement assignés sont conservés – il semble que ce soit l’usage – dans la maison du guérisseur dont ils dépendent. Dans la soirée du 17 juillet 1932, étant allés passer la nuit chez Malkâm Ayyahu dans l’espoir d’assister à un wadâgâ pour la veillée de Saint-Michel, Abba Jérôme14 Gabra Moussié et moi nous fûmes admis, en l’absence de toute cérémonie particulière, à voir un certain nombre de ces parures que Malkâm Ayyahu avait tirées, pour nous les montrer, du sac en grosse toile bise où elles étaient rangées. Ainsi nous furent exhibés : le diadème garni d’une crinière de lion, le buqdâdê (bandeau de front en étoffe à longs bouts flottants) vert et le lamd (camail) d’étoffe noire à motifs multicolores brodés qui composent la parure de Sayfu Cangar ; un buqdâdê vert moins long que le précédent, appartenant à Sabrê ; un buqdâdê noir appartenant à Abbâ Tuqur Gwosu, “Père Buffle noir” ; un buqdâdê rouge ; des pagnes quadrillés ; un pagne et une ceinture noirs et blancs bigarrés appartenant à Abbâ Nabro, “Père Léopard”. Revêtue des attributs de Sayfu Cangar, Malkâm Ayyahu parada un moment devant nous ; puis elle rangea les parures dans le sac qui tenait lieu de magasin d’accessoires. De qualité généralement inférieure aux parures similaires employées dans la vie profane, l’ensemble de ces parures donnait l’impression de copie bon marché que donnent si souvent les costumes de carnaval ou de théâtre […] Diadème garni de poils de lion, bandeau de front, camail sont des parures masculines portées, dans la vie courante, exclusivement par des guerriers ou des chasseurs […] la nommée Allafac rapporte qu’autrefois “Mon père Cangar” (nom sous lequel Malkâm Ayyahu est habituellement désignée par ses adeptes) passait ses journées assise en tailleur et revêtue d’une culotte d’homme […] De telles pratiques – qui ont ceci de commun que toutes, à des degrés divers, elles sont travestissement – il est permis de se demander si elles ne relèveraient pas de l’anomalie érotique que le sexologue allemand Magnus Hirschfeld a décrite sous le nom de “transvestisme” et définie comme étant “l’impulsion à assumer le vêtement extérieur du sexe qui n’est en apparence pas celui du sujet tel qu’il est indiqué par ses organes sexuels”. Il faut noter, toutefois, que ces pratiques ont chez de nombreux peuples des équivalents réguliers : chez les Haoussa, par exemple, dans la confrérie du bori l’un des personnages principaux, qu’on appelle le boka, “guérisseur”, peut, suivant Tremearne, porter une coiffure féminine, usage que l’ethnologue anglais rapproche de la coutume phénicienne qui consistait, pour les hommes et les femmes, à échanger leurs vêtements lors d’orgies qui prenaient place dans le culte d’Astarté ; Desparmet, d’autre part, raconte d’après les observations qu’il a faites sur les possédés de la Mettidja comment la kahina, “magicienne”, Mouda’lat, “s’affuble généralement d’un caftan vert et d’un turban vert comme les chérifs, et porte, au lieu de collier, un immense chapelet dont les grains sont de la taille d’une figuefleur en bois des Indes ou en musc massif” ; enfin le capitaine F.W. Butt-Thompson signale que les femmes appartenant à la confrérie congolaise du mawungu apparaissent dans des vêtements masculins d’emprunt et que, dans la confrérie musulmane des masubori (alias bori) sur la côte occidentale d’Afrique, elles portent des pantalons, alors que les hommes qui font partie de la société guerrière de l’ekongola, au Cameroun, sortent habillés de vêtements prêtés par leurs femmes et leurs sœurs. D’autre part, Havelock Ellis, après avoir noté la fréquence plus grande de l’impulsion temporaire à changer de vêtements sexuels comparée avec celle de l’impulsion permanente, cite, pour l’une et l’autre des catégories qu’il établit ainsi, un certain nombre de cas empruntés à l’histoire ancienne, à l’ethnographie et au folklore dans lesquels cette conduite se rattache à des croyances ou à des rites et apparaît par conséquent comme marquée d’un caractère traditionnel. Rien n’autorise donc à voir dans le “transvestisme” des possédées éthiopiennes le résultat d’une anomalie, de préférence à une pratique inscrite purement et simplement dans le cadre des représentations collectives et des rites […] Il semble que, pour bon nombre de femmes, le fait de se parer en zâr flatte leur coquetterie et qu’elles aient plaisir à se montrer revêtues de ces déguisements pittoresques15. »

10La possession et ses aspects théâtraux chez les Éthiopiens de Gondar, qui met en forme certains passages des notes, pour en ignorer d’autres, témoigne de l’opération sélective menée sur la description initiale par le travail interprétatif de Leiris, au fur et à mesure qu’une même description se trouve fragmentée afin d’être insérée dans d’autres contextes, par tuilages expressifs de choix.

11En effet, à partir des seules parures montrées par Malkâm Ayyahu, Leiris se focalise sur certains signes vestimentaires qu’elle porte lorsqu’elle incarne l’esprit Sayfu Cangar, et constate qu’il s’agit d’ornements masculins et non féminins. Il développe alors sur cette seule donnée une interprétation nourrie d’exemples comparatifs, qui montre à quel point le décalage se creuse entre de simples notes de terrain et la recherche d’un sens destinée au lecteur. Il introduit et applique la notion de « transvestissement », au sens d’une anomalie sexuelle et permanente, puis insère des observations issues de ses lectures sur d’autres sociétés indigènes, où l’échange des attributs sexuels se déroule lors d’occasions festives et ritualisées. Ainsi, on constate la distance qui sépare une simple description et son interprétation ex-post. Dans un premier temps, Leiris part des données de la réalité qu’il a observée et, dans un second temps, il porte son attention sur un seul aspect de l’événement, qui devient pour lui la caractéristique centrale, et qu’il commente en le confrontant à d’autres descriptions.

12L’écart entre la description des notes de terrain et la description saturée d’interprétation de l’ouvrage final est ici spectaculaire.

Notes

1 Il s’agit de La possession et ses aspects théâtraux chez les Éthiopiens de Gondar (1958), le plus connu. Son autre Ouvrage ethnographique est La langue secrète des Dogons de Sanga (1928). Quant à L’Afrique fantôme (1934), elle relève, du point de vue de l’écriture, plutôt de Leiris-écrivain que de Leiris-ethnographe, même si c’est le second qui fut en l’occurrence le personnage principal du premier.

2 La classification des manuscrits est celle de la bibliothèque Jacques Doucet. La numérotation des versos est de Michel Leiris. Les notes de bas de page et les commentaires renvoient au fichier ethnographique et à mon analyse en cours. Les notes entre parenthèses, à la fin de chaque extrait de fiche, sont de Michel Leiris.

3 Mikeal signifie la Saint-Michel.

4 Achkar, qui peut recevoir la traduction de « archer », n’a cependant pas été traduit par l’auteur.

5 Cette phrase de Leiris reflète sa vision d’une hiérarchisation des esprits et de ceux qui en sont possédés.

6 Leiris rapporte à ce début de l’étude un événement qui surviendra au mois d’août 1932. Cet ajustement répond à la théorie de l’influence des esprits, zar, sur l’inconduite des adeptes du culte, et la faculté qu’aurait la chamane, Malkam Ayyahou, à reconnaître les causes du mal qui afflige une de ses affidées. Mais Abba Moras reste in-identifiable alors qu’il est le zar principal de la maison de la prêtresse, édictant les obligations comme imposant ses châtiments à ceux et celles de la même maison qui enfreignent les règles. De même, awolia n’est pas traduit alors que ce terme signifie le seigneur.

7 L’expression « étendre le ganda » est utilisée par Leiris pour nommer les scènes du rituel du café et pour définir dans le cadre d’une initiation ceux et celles qui détiennent le ganda, plateau à café, composé de douze tasses. La possession du ganda, signe d’une autorité reçue, attire vers Malkam Ayyahou les adeptes comme les personnes prises de divers maux.

8 Gânen est traduit par djinn, considéré comme un esprit de l’eau, alors que le gânen est un esprit de l’air. À cette distinction opérée par Leiris s’ajoute la croyance orthodoxe selon laquelle les djinns sont des démons.

9 On retrouve Sawbadayt dans une légende décrivant cette femme comme tentatrice des moines qui se rendaient à Jérusalem pour obtenir la bénédiction et qui, maudite par Dieu, reçut de lui le châtiment d’être moitié humaine, moitié poisson. Elle est la mère de Malkam Ayyahou (cf. carnets de notes).

10 Cette description de l’observance religieuse de Malkam Ayyahou reflète l’interprétation que Leiris désire donner des moines de Jérusalem dont Malkam Ayyahou se trouverait être possédée par l’un d’entre eux, c’est-à-dire Abba Yosef.

11 Voir infra p. 181-182 extrait de M. Leiris, La possession et ses aspects théâtraux chez les Éthiopiens de Gondar.

12 La couleur de la bête sacrifiée permet à Leiris de distinguer à quel type d’esprit les rituels sacrificiels sont destinés.

13 Michel Leiris esquive le fait de l’adultère du mari de Malkam Ayyahou, afin d’inscrire l’avortement sous l’influence de la force des esprits sur ceux qu’ils décident de prendre.

14 La transformation de Gérôme en Jérôme est une décision prise par les éditeurs de la première édition de La possession…

15 Extrait de M. Leiris, La possession et ses aspects théâtraux chez les Éthiopiens de Gondar, Paris, Plon, 1958, p. 35-40 (« L’Homme. Cahiers d’ethnologie, de géographie et de linguistique » 1) (rééd. 1980, Le Sycomore ; 1989, Fata Morgana).

Notes de fin

1 Les carnets numérotés ms 236 A, B, C et D ont pu être consultés et retranscrits dans leur totalité grâce à l’autorisation de Jean Jamin, ayant droit de Michel Leiris. Ces manuscrits sont déposés à la bibliothèque Jacques Doucet à Paris et constituent le fonds LRS.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search