Version classiqueVersion mobile

Pratiques de la description

 | 
Giorgio Blundo
, 
Jean-Pierre Olivier de Sardan

Décrire les descriptions

Comment décrire une région ? Les pays de l’Europe méditerranéenne dans les Géographies universelles françaises (XIXe-XXe siècle)1

How can a region be described? The countries of Mediterranean Europe in the French Universal Geographies (19th-20th centuries)

Daniel Nordman

Résumé

De l’histoire naturelle à l’anthropologie ou à l’archéologie, tous ceux qui observaient sur le terrain, qui enregistraient et qui écrivaient ont eu recours à la description. Mais l’une de ces disciplines au moins l’a constituée comme une catégorie du processus d’inventaire, voire comme un genre : la géographie. À défaut de réflexion théorique sur le principe de la description, ou sur le sens du découpage territorial, des modes descriptifs mettent en œuvre des critères empiriques. S’agissant des régions de l’Europe méditerranéenne, trois Géographies universelles du xixe et du xxe siècle (celles de Conrad Malte-Brun et d’Élisée Reclus, et la Géographie universelle, publiée sous la direction de Paul Vidal de La Blache et de Lucien Gallois) permettent d’analyser des pratiques : le principe d’analogie, l’ordre descriptif, le choix d’un nom.

Texte intégral

  • 1 Le texte qui suit a été publié, dans ses principales lignes, sous le titre « La notion de région da (...)

1La description n’est pas propre à une discipline particulière. De l’histoire naturelle à l’anthropologie ou à l’archéologie, tous ceux qui observaient sur le terrain, qui enregistraient et qui écrivaient y ont eu recours. Mais l’une de ces disciplines au moins l’a constituée, à la fois comme une catégorie du processus d’inventaire et comme une étape indispensable de ses démonstrations, voire comme un genre : la géographie. Il est d’usage d’attribuer à Strabon l’origine, ou l’une des origines, de la géographie comme description dite régionale : à partir d’une documentation diversifiée, comprenant des notes personnelles, des itinéraires, des récits, il a consacré la plus grande partie de sa Géographie à la description du monde connu au début de l’ère chrétienne, le monde méditerranéen. Sans doute ce type d’approche ne fut pas le seul, puisque la géographie, ailleurs et chez d’autres, était proche des mathématiques et de l’astronomie, de la physique ou de la philosophie, ou encore de la poésie. Nombreux, cependant, sont ceux qui ont gardé Strabon comme modèle, pour une géographie descriptive, même quand l’exploration et la conquête scientifiques de la Terre ont déplacé les centres de gravité vers l’Europe du Nord ou vers l’Amérique. À la Renaissance, Sebastian Münster, auteur d’une Cosmographia universalis, passait pour être le Strabon de l’Allemagne.

2Quatre siècles plus tard, la géographie régionale a pu être considérée comme la forme la plus représentative de la réflexion géographique, s’appuyant sur la réalisation de cartes et d’atlas régionaux, attentive à la détermination des limites spatiales de son objet, sur la base de régions définies par des limites supposées naturelles ou historiques et acquises, en vertu de dosages, de préférences, voire d’idéologies implicites très variables selon les moments ou les traditions disciplinaires.

  • 1 Les origines de cette recherche en cours, dont je ne puis donner que quelques éléments, sont des tr (...)

3Car ce n’est que par une fiction comprenant une grande part d’approximation qu’une région – ou un territoire, un pays même – pourrait apparaître comme une donnée en soi susceptible, à un moment déterminé (par exemple les années 1840, ou 1900, ou 1950), de se prêter à une description régionale immuable et universelle1. L’hypothèse, d’ailleurs bien proche d’une certitude largement admise, sera au contraire qu’une répartition régionale est et reste principalement une construction intellectuelle, scientifique ou politique, différente selon les auteurs, les administrations ou les enjeux.

4Encore convient-il de comprendre, autant qu’il est possible, comment se sont élaborés ce concept et cette réalité de la région. Mon choix sera arbitraire, et je m’en tiendrai aux descriptions de nature géographique comme source et à un objet parmi tant d’autres, la Méditerranée et ses marges continentales au xixe et au xxe siècle.

  • 2 A. M. C. Godlewska, Geography unbound. French geographic science from Cassini to Humboldt, Chicago- (...)

5L’historien dispose de grandes collections géographiques, comparables aux Histoires universelles. Suivant l’exemple de Strabon, parfois explicitement revendiqué, des Géographies universelles sont composées en Europe, aux xvie-xviiie siècles2. Elles sont précisément inspirées par le souci de saisir des entités géographiques fondamentales et d’analyser des ensembles en distinguant leurs unités – dites naturelles, ou nationales, régionales, etc. À la différence des monographies, dont le nombre est, par définition, illimité et qui laissent toujours le chercheur à la merci d’un contre-exemple, elles procurent un corpus homogène et fini – en tout cas l’illusion de la totalité – et la possibilité de proposer quelques constatations provisoires, prudentes et sûres. Dans une Géographie universelle, le principe de découpage est fort (ce qui veut dire, non pas qu’il n’y aurait pas d’autre principe de division, mais que cette collection ne peut s’abstenir de répondre à une telle question) ; de telles sommes géographiques n’épuisent sans doute pas toutes les possibilités de découpage et de regroupements régionaux, mais elles permettent au moins d’affirmer que, à l’intérieur d’un corpus convenablement choisi, c’est telle ou telle distribution régionale qui a été retenue par l’auteur, et non pas une autre.

  • 3 Pour la Méditerranée, P. Claval, « Les géographes français et le monde méditerranéen », Annales de (...)
  • 4 Né au Danemark en 1775, auteur d’écrits politiques en faveur de la réforme dans son pays, exilé en (...)
  • 5 A. M. C. Godlewska, Geography unbound…, p. 92.
  • 6 É. Reclus, Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes, Paris, Hachette, 1876-1894, 20  (...)
  • 7 P. Vidal de La Blache & L. Gallois, eds, Géographie universelle, Paris, A. Colin, 1927-1948. La Méd (...)

6J’aurai donc recours à différentes Géographies, universelles ou assimilables à des Géographies universelles, de langue française (du xixe et du xxe siècle)3, étant bien entendu que des enquêtes comparables pourraient être conduites à travers des textes italiens, espagnols, anglais, arabes, etc. On admettra que la cohérence linguistique contribue elle aussi à mieux fonder quelques certitudes, dans la mesure où elle permet d’échapper aux variantes, multiples, issues des diverses cultures nationales et universitaires. Je me bornerai à utiliser trois Géographies universelles : celles de Conrad Malte-Brun4 – lecteur, admirateur et commentateur de Strabon5 – et d’Élisée Reclus6, et la Géographie universelle, publiée sous la direction de Paul Vidal de La Blache et de Lucien Gallois7.

  • 8 Malte-Brun, Précis de la géographie universelle…, vol. 6, Description de l’Europe orientale, 1826, (...)
  • 9 É. Reclus, L’Europe méridionale…, p. 34-36.
  • 10 Une seconde étape dans le raisonnement de Reclus permet de retrouver un semblant d’unité, lié aux p (...)

7La Méditerranée sans doute, mais quelle Méditerranée ? Au xixe siècle, elle est avant tout une mer compartimentée, plurielle. Dans le sixième tome de sa Géographie, Malte-Brun décrit la Méditerranée8 comme une grande série de mers intérieures : un premier bassin se termine au cap Bon et au détroit de Messine ; il est lui-même scindé, en deux parties inégales, par la Corse et la Sardaigne. Malte-Brun énumère les noms : golfe du Lion, golfe de Gênes, mer d’Italie. Un deuxième bassin s’étend des côtes de Sicile et de Tunis à celles de Syrie et d’Égypte, et il se subdivise en deux bassins particuliers : la mer Adriatique, et celui de l’Archipel et de la mer Blanche des Turcs. Reclus ne procède pas autrement. Dans le chapitre iii du volume sur l’Europe méridionale, le géographe traite de la Méditerranée et décrit une nappe d’eau toujours divisée en mers distinctes : la mer Noire, la mer Égée, la mer Adriatique, la mer Ionienne. La Méditerranée « proprement dite » se divise encore en deux bassins, qui en raison de leur histoire pourraient être désignés sous les noms de mer Phénicienne et de mer Carthaginoise, ou de Méditerranée grecque et de Méditerranée romaine. Et chacune de ces mers est elle-même partagée, l’une par la Crète, l’autre par la Sardaigne et la Corse9. Ce type de description plurielle est le plus ordinaire, le plus classique qui soit, au xviiie et au xixe siècle. À peu près tous les textes géographiques tendent à définir la Méditerranée comme une succession de mers et de bassins, dotés chacun d’un nom. La pluralité l’emporte de beaucoup sur l’idée d’unité. À un moment où la notion et le mot de Méditerranée ne désignent que la mer, sans inclure, pas même indirectement, les bordures, les marges continentales, les États limitrophes, la régionalisation inscrite dans les textes a été d’abord un principe de division pour la mer10. Il reste que les noms donnés à ces bassins sont empruntés aux pays côtiers, si bien que la terminologie marine n’est, dans un milieu par définition incertain et mobile, que la transposition de limites provinciales ou étatiques.

  • 11 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. Colin, 1 (...)
  • 12 D. Nordman, « La Méditerranée dans la pensée géographique française… », p. 1-2. Braudel s’est borné (...)
  • 13 Cf. les indications de G. Pécout, « Europe méditerranéenne et Méditerranée européenne », Le Courrie (...)

8Cela conduit à une seconde remarque. Ce qui est « méditerranéen », sous la forme d’un adjectif, a été d’abord un trait exclusif de la mer, beaucoup plus qu’un caractère discriminant d’une région terrestre ou d’un ensemble de régions. Encore faut-il distinguer plus tard, sur terre, la quintessence du méditerranéen, tout ce qui, décrit sous ce nom, est différent du méridional en Europe ou du barbaresque en Afrique du Nord. La dénomination a été elle-même historique, et elle pourrait être l’objet d’une étude conceptuelle précise, à partir de témoignages échelonnés dans le temps. Fernand Braudel n’a pas souhaité effectuer cette recherche, soit qu’il qualifiât uniformément de méditerranéens ces soldats d’Alexandre inquiets dès que, marchant vers l’est, ils quittaient les cieux protecteurs de la Méditerranée, ou les Espagnols du temps de Philippe II se retrouvant mal dans le « brouilly du Nord », dans les terres, non moins espagnoles pourtant que celles de leurs origines, des Pays-Bas11, soit qu’il considérât comme une donnée inaltérable et inaltérée ce qui était et qui demeure géographiquement, climatiquement, mentalement méditerranéen, commun à tout et à tous à travers les âges12. Une recherche pourrait être systématiquement conduite, permettant de repérer, d’une part, des traits qui sont propres à une vision européenne, européocentrique, de la Méditerranée en général ; d’autre part, ceux qui sont propres à une représentation de terres européennes méditerranéennes, embrassant l’arc des rivages et les hinterlands septentrionaux ; ensuite des caractères qui sont spécifiques de terres de type méditerranéen, européennes ou africaines, et constituant par conséquent les terres méditerranéennes en un ensemble cohérent géographiquement, transcontinental ; des traits encore qui, dissociés, analysés, entreraient dans un inventaire raisonné d’indices et de critères tels que la sécheresse estivale, la place de l’olivier, le « tempérament », etc. ; des caractères, enfin, qui peuvent se retrouver, délocalisés, dans différentes parties du monde, comme le Sud-Ouest et même le Sud-Est de l’Australie, le Sud de l’Afrique, la côte chilienne, le Sud de l’Argentine, la Californie méridionale ou l’Afghanistan13.

  • 14 J.-M. Drouin, « Bory de Saint-Vincent et la géographie botanique », in L’Invention scientifique de (...)
  • 15 V. Hugo, Le Rhin. Lettres à un ami (1re éd. 1842), in Œuvres complètes. Voyages, Paris, R. Laffont, (...)
  • 16 A. Bernard, Afrique septentrionale et occidentale, vol. 1, p. 57-58, 64.

9En dehors des corpus précédemment définis, les jalons d’un historique conceptuel et sémantique sont perceptibles. Au début du xixe siècle, Augustin-Pyramus de Candolle, botaniste suisse d’expression française, élève de Georges Cuvier et de Jean-Baptiste Lamarck, chargé par ce dernier de rédiger la nouvelle édition de La Flore française (1805-1815), commente une carte botanique de la France, où l’une des régions représente un espace occupé par une classe de plantes « méditerranéennes » ; dans un article de 1820, il distingue, parmi vingt régions botaniques, une « région méditerranéenne »14. Mais peu à peu, le terme a cessé d’être celui du seul langage savant. Dans la conclusion qu’il donne à ses impressions de voyage sur le Rhin, Victor Hugo s’en prend à l’abandon par la France de la rive gauche du fleuve, imposé par les Alliés : « C’était faire brèche à la France, à la vraie France, qui est rhénane comme elle est méditerranéenne15. » Le mot paraît bien entré dans le vocabulaire géographique ou géopolitique, mais en même temps il maintient l’idée de morcellement, puisque, dans le jeu des rivalités internationales, toute prétention à l’hégémonie sur l’ensemble du bassin méditerranéen reste impossible, pour la France, la Grande-Bretagne ou l’Empire ottoman. Si l’on revient maintenant à un des volumes de la Géographie universelle, au livre intitulé Généralités. Afrique du Nord, on voit une Méditerranée apparaître, cette fois en dehors de la mer, sous deux aspects, comme indice de classification géographique des cinq « grands domaines botaniques » de la Berbérie, puisque l’un d’eux est dénommé « domaine méditerranéo-lusitanien » et un autre « maurétano-méditerranéen », et comme une forme délocalisée, transférée, au sens propre et au sens figuré, de certains traits géographiques méditerranéens : les grandes chaînes du Haut-Atlas et du Moyen-Atlas marocains forment « une sorte de péninsule méditerranéenne en pays désertique16 ».

  • 17 Précis de la géographie universelle…, vol. 8, p. 15-18.
  • 18 L’Europe méridionale…, p. 648.
  • 19 Ibid. C’est moi qui souligne.
  • 20 Ibid., p. 771.

10Plus précisément, il reste à identifier quelques procédures descriptives. J’en retiendrai encore trois. Le principe d’analogie, tout d’abord, qui permet à l’auteur de la description, lorsqu’il entre sur un terrain inconnu ou peu connu, de percevoir les nouveautés, mais aussi de raisonner, en rapportant ce qu’il voit à ce qu’il sait, à ce qu’il a vu ailleurs ou à ce qu’il a lu. Par là s’annule une distinction trop stricte entre le savoir de terrain et le savoir de cabinet : l’un entretient avec l’autre des relations diversifiées. La distribution régionale peut ainsi s’appuyer sur l’intrusion de connaissances extrinsèques. Malte-Brun par exemple divise la péninsule Ibérique d’après la végétation et la température, distinguant la région centrale ou Celtibérique, les régions méridionale ou Bétique, orientale ou Ibérique, la région du Tage inférieur ou Lusitanique, celle du Duero ou Gallecique, la région septentrionale ou Cantabrique. La région centrale correspondant aux plateaux de la Vieille- et de la Nouvelle-Castille comprend des plaines immenses, nues et monotones, et ces plateaux présentent « beaucoup d’analogie » avec le plateau central de l’Asie mineure. Il n’y a pas là de pommiers, l’olivier apparaît et la vigne réussit presque partout. La région méridionale ou Bétique contient, au-dessus des lieux pierreux, une seconde zone toujours verdoyante et accueille des végétaux de l’Italie et de la Sicile (ciste, thym, myrte, oranger et citronnier, laurier rose) et une zone de cultures européennes caractérisées par la vigne. La région orientale ou Ibérique, comparable aux rivages de l’Ionie et de la Doride, possède toutes les plantes de la Sicile, de l’Archipel et du Levant (olivier, caroubier, myrte, laurier, figuier, grenadier, mûrier, vigne). La région du Tage inférieur, ou Lusitanique, comprend vers les côtes, et surtout dans la partie méridionale, une végétation dont les caractères la rapprochent des îles Atlantiques, Açores, Madère et Canaries. Les végétaux américains se multiplient ici. La région septentrionale ou Cantabrique est marquée par un sol gras et fertile, un air constamment humide ; le pommier et le cidre pourraient la désigner comme la Normandie de la péninsule17. L’Espagne est donc un condensé du monde, de l’Europe, de l’Asie, de l’Amérique. D’autres textes sont plus explicites, en ajoutant l’Afrique : Élisée Reclus relève certaines coïncidences de la flore entre le versant océanique et les îles Britanniques (elles ont même fait supposer qu’à une époque antérieure la péninsule d’Ibérie tenait par ce côté au prolongement nord-occidental de l’Europe) et identifie une Hispanie vraiment africaine, zone de transition, entre deux continents, qui englobe toutes les contrées barbaresques jusqu’au désert du Sahara18. L’Hispano-Lusitanie est une « Afrique en miniature, cinquante fois moins étendue que le continent qui semblerait lui avoir servi de modèle19 ». Ailleurs, Reclus rappelle que le versant océanique des Pyrénées cantabres est une région tellement distincte du reste de l’Espagne qu’on pourrait la comparer à la Bretagne française, ou même à l’Angleterre et à l’Irlande, et que maintes steppes de la contrée littorale, surtout dans la région de Murcie, évoquent l’Afrique et les confins du Sahara20. On perçoit ici la construction de stéréotypes propres à l’Espagne.

  • 21 Précis de la géographie universelle…, vol. 7, p. 36.
  • 22 Ibid., vol. 8, p. 225-226.
  • 23 Ibid., vol. 8, p. 77.
  • 24 Pour les volumes méditerranéens : P. Birot & J. Dresch, La Méditerranée et le Moyen-Orient, Paris, (...)

11L’ordre descriptif, ensuite. On pourrait imaginer plusieurs modalités, comme l’absence d’ordre géographique, ou l’ordre alphabétique, que l’on retrouve dans certains guides touristiques, dans les tables et les index (il n’y a là ni continuité ni contiguïté) ; ou, à l’opposé, l’ordre systématique, raisonné, fonctionnel, qui introduit le logique dans le local (c’est une forme de continuité logique, sans contiguïté géographique) ; ou une troisième forme, la continuité et la contiguïté réunies, l’une et l’autre géographiques. Longtemps, cette troisième modalité l’a emporté, perpétuant la séquence, la ligne, l’itinéraire propre au voyageur. Malte-Brun conçoit sa description comme un parcours, un « voyage chorographique », vers les États autrichiens allemands21, ou, en France même, comme « des excursions chorographiques », comme une « marche topographique22 ». « Nous allons parcourir le royaume en procédant du nord au centre et au midi », écrit-il, s’agissant de l’Espagne23, ce qui donnera successivement, peut-être avec quelques incertitudes, la Navarre, la Galice, le Léon, la Vieille-Castille, la Catalogne, Valence, la Nouvelle-Castille, l’Andalousie, la province de Murcie, les îles Baléares. Le principe adopté par Élisée Reclus n’est pas différent lorsqu’il décrit l’Espagne (en gros, des Castilles à l’Andalousie, à la Méditerranée, à la Catalogne, à la Navarre et à la Galice), en une sorte de mouvement tournant (le sens inverse des aiguilles d’une montre), et Maximilien Sorre présente de même l’Espagne dans la Géographie universelle (Meseta, Aragon, Catalogne, Levant, Andalousie, Espagne atlantique), dans le sens des aiguilles d’une montre. Quel que soit l’itinéraire, c’est la contiguïté, plus que le classement, qui prévaut, longtemps. Une quatrième Géographie, que l’on peut qualifier aussi d’universelle24, s’appuiera sur un principe différent, du moins dans certains des chapitres. Lorsqu’il traite, d’abord, de l’Ibérie sèche, Pierre Birot décrit successivement la campagne céréalière à petites exploitations du Nord-Ouest, les régions de transition entre les pays de grande et petite propriété (Beira Baixa portugaise, Manche, bassin de l’Ebre), les régions à latifundia, le Levant et l’Andalousie méditerranéenne. Viennent, ensuite, les marges septentrionales de la péninsule, la vie montagnarde et la transhumance. La description régionale se fonde ainsi sur un critère (l’eau), et ce qui importe, c’est le classement, et non la contiguïté, fût-ce dans une géographie régionale.

  • 25 D. Nordman, « De quelques catégories de la science géographique. Frontière, région et hinterland en (...)

12La dénomination, enfin. Le nom est certainement l’un des caractères, propres au territoire, qui le différencient de l’espace. Alors qu’un espace n’est pas qualifié par un terme qui l’identifie intégralement et exclusivement, un territoire est désigné par un nom, et par un seul nom25. Au nombre des formes hybrides, intermédiaires, la région est probablement une forme spatiale évoluant vers la territorialisation, et elle est peut-être plus proche du territoire que de l’espace. On le voit bien en tout cas dans la construction et l’invention onomastiques issues des dénominations historiques et politiques, ou affranchies de ces toponymies historiques et définies par des appartenances topographiques, climatiques, végétales, etc. L’histoire de la région est au cœur de cette alternative, bien connue, entre l’histoire et la nature, et certains noms de régions, y compris les plus inattendus, traduisent, sous forme de créations, cette oscillation.

  • 26 L’Europe méridionale…, p. 482. Autres occurrences : les habitants du Napolitain, le climat du Napol (...)
  • 27 Ibid., p. 380-381.
  • 28 Jean Boutier et Christiane Klapisch-Zuber, que je remercie, ont bien voulu m’indiquer que les deux (...)
  • 29 J. Sion, in Méditerranée. Péninsules méditerranéennes, vol. 2 : Italie, Pays Balkaniques, p. 264 sq (...)

13Selon Reclus, une région italienne a pour nom le Napolitain : « De tous les États qui se sont groupés pour former l’Italie une, le royaume de Naples, même sans compter les Abruzzes et la Sicile comme en faisant partie, est celui qui occupe l’espace le plus considérable, mais non celui qui a le plus d’importance par le chiffre de sa population et l’industrie. Le Napolitain comprend toute la moitié méridionale de la péninsule et développe son littoral échancré de golfes et de baies sur plus de 1600 kilomètres. Ce fut jadis, sous le nom de Grande-Grèce, la partie la mieux connue de l’Italie ; de nos jours, au contraire, c’est dans le Napolitain que se trouvent les districts les plus ignorés, et l’on pourrait y faire encore des voyages de découverte comme dans les pays d’Afrique26. » Belle invention verbale. Le Napolitain est attesté dans le Grande dizionario della lingua italiana, en tant que substantif, comme dialecte, chocolat, cigare et comme territoire (mais sans exemple). En revanche, les dictionnaires récents de langue française ne permettent pas d’identifier des emplois autres que lexicographique, culinaire (gâteau à la pâte d’amande), artisanal et vestimentaire (brodequin), médical et pharmacologique, tandis qu’une napolitaine désigne une étoffe de laine cardée ou une espèce d’orgue de Barbarie. Apparaît aussi, chez Reclus, le Vénitien, qui n’exclut pas l’appellation, plus conforme aux usages, de Vénétie27. On voit l’intérêt qu’il y aurait à retrouver l’histoire de ces noms, en sachant du reste que de telles créations peuvent être labiles, évanescentes28. Autre exemple italien, plus tardif. Jules Sion vient de traiter des Alpes. Suit alors la Plaine, avec une majuscule, comme à Alpes ou à Ligurie et à la différence de péninsule. Le nom – qui apparaît bien comme un nom propre – surgit à plusieurs reprises. Malgré son cadre de montagnes, écrit Sion, son grand fleuve et les ressemblances profondes qui en font une des « régions naturelles » les mieux caractérisées, la Plaine n’eut jamais d’unité historique. Elle a toujours été divisée en une poussière d’États. On a coutume de distinguer, dans la Plaine, le Piémont, la Lombardie, l’Émilie, la Vénétie, mais ces divisions procèdent de l’histoire et de la linguistique plus que de la géographie29, laquelle introduit donc ses propres noms.

*

14Ces trois Géographies universelles s’insèrent dans des contextes politiques et scientifiques distincts, et il conviendrait moins de retracer une théorie universelle de la différence régionale que d’identifier des cas, de comparer des usages, de procéder à un inventaire des lieux et des pays. Malte-Brun, malgré l’énumération de quatre « zones » et de quatre climats différents, fondés sur des variétés végétales et économiques, ordonne sa description selon la distribution politique du moment (en États et principautés). L’ordre est fondamentalement géopolitique, ou politique. Mais une certaine forme de géographie reprend ses droits dans la description textuelle, conduite de proche en proche, sans souci panoptique (il n’y a pas de carte, mais des tableaux statistiques, du moins dans l’édition consultée) et dans une étonnante prolifération du détail (les rivières, le climat et les cultures, l’histoire, les monuments, les palais, les théâtres, les végétaux et les animaux, les églises, les couvents et les hôpitaux, les industries, les routes, les fêtes, les danses, les usages matrimoniaux et les pratiques religieuses, les mœurs, les institutions…). Le déroulement est celui du guide de tourisme. Chez Reclus, la variété est comparable : pour la Grèce, l’auteur évoque le relief, les cours d’eau, les animaux, les anciens habitants, le gouvernement et l’administration, et de même, pour l’Italie, le relief, les anciens glaciers et les volcans, les lacs et l’hydrographie, la flore et la faune, l’histoire, les populations, les industries, les cités, les monuments, les mœurs, l’administration. La description est moins énumérative que chez Malte-Brun, mieux composée et ordonnée, plus visuelle, grâce aux cartes et aux images, et attentive aux particularismes (de la Corse aux Basques et à Saint-Marin). La Géographie universelle est plus géographique que géopolitique, et le texte, mieux quadrillé, est savant, mesuré et équilibré, passant en revue, trop sagement, voire de façon un peu aseptisée selon certains, les traits de la description résolument universitaire qui a fait la célébrité de la collection : avec deux lignes sur Saint-Marin et une photo, deux ou trois lignes sur Andorre, mais de longs développements sur les montagnes, les côtes et les plateaux, sur l’histoire, les systèmes agraires et les populations, c’est l’espace ici qui compte, plus que le territoire fixé dans des limites, dans la construction de la région.

  • 30 Sur cette contradiction, cf. P. George, Les méthodes de la géographie, Paris, Presses universitaire (...)

15Les Géographies universelles offrent un observatoire sur ce qui a constitué un des arguments clés de l’inventaire et de la réflexion géographiques : l’identification de l’objet spatial. À ce titre, elles se prêtent à des comparaisons possibles, soit que la description mette en évidence des traits, des caractères, des lieux communs, soit que, en l’absence de tels éléments, elles ne soient semblables que dans leurs processus et dans leurs pratiques descriptives. Elles permettent de repenser la description à partir de fresques comparatives agencées pour cet objet, à un moment déterminé et dans des textes datés. À défaut de réflexion théorique sur le principe même de la description, ou sur le sens du découpage territorial, des modes descriptifs, développés comme tels, sont bien attestés, mettant en œuvre au moins des critères empiriques. Mais alors que l’objet, le genre, le processus descriptif peuvent être comparables, c’est finalement l’hétérogénéité qui l’emporte : d’une part, en raison de l’inégalité de traitement textuel (ici un paragraphe, une illustration ou une simple note bibliographique, là un chapitre) ; d’autre part et surtout, en raison d’une contradiction inhérente à la géographie régionale, qui combine, au terme de choix insuffisamment expliqués et justifiés, des commentaires et des développements aux incidences locales, propres aux régions décrites à un moment donné, et toutes sortes d’informations extrinsèques, rassemblées dans un souci d’exhaustivité impossible imposé par le genre – comme les références obligées au relief ou au climat, les rappels historiques, les précisions ethnographiques30. De ce point de vue, la description régionale est probablement celle où les interférences de ce type sont les plus usuelles et les plus libres (ou arbitraires), parce qu’elles introduisent dans ce qui est distinctif et spécifique une part de données générales et indifférentes.

Notes

1 Les origines de cette recherche en cours, dont je ne puis donner que quelques éléments, sont des travaux à la fois personnels (D. Nordman, Profils du Maghreb. Frontières, figures et territoires, xviiie-xxe siècle, Rabat, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines, 1996) et collectifs (D. Nordman, ed., avec M.-N. Bourguet, B. Lepetit & M. Sinarellis, L’Invention scientifique de la Méditerranée. Égypte, Morée, Algérie, Paris, Éd. de l’EHESS, 1998 ; D. Nordman, ed., avec M.-N. Bourguet, V. Panayotopoulos & M. Sinarellis, Enquêtes en Méditerranée. Les expéditions d’Égypte, de Morée et d’Algérie, Athènes, Institut de recherches néohelléniques-FNRS, 1999).

2 A. M. C. Godlewska, Geography unbound. French geographic science from Cassini to Humboldt, Chicago-Londres, University of Chicago Press, 1999, p. 96 sq.

3 Pour la Méditerranée, P. Claval, « Les géographes français et le monde méditerranéen », Annales de Géographie, 542, 1988, p. 385-403, repris dans La géographie au temps de la chute des murs. Essais et études, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 51-69 ; D. Nordman, « La Méditerranée dans la pensée géographique française (vers 1800-vers 1950) », in C. Guillot, D. Lombard & R. Ptak, eds, From the Mediterranean to the China Sea : miscellaneous notes, Wiesbaden, Harrassowitz, 1998, p. 1-20 ; R. Ferras, « Géographies universelles », in R. Brunet & O. Dollfus, eds, Mondes nouveaux (t. 1 de R. Brunet, ed., Géographie universelle), Hachette-Reclus, 1990, p. 262-271 ; F. Deprest, « Méditerranée. L’invention géographique de la Méditerranée : éléments de réflexion », L’Espace géographique, 2002 (1), p. 73-92, fig. ; T. Fabre & R. Ilbert, eds, Les représentations de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose, 2000.

4 Né au Danemark en 1775, auteur d’écrits politiques en faveur de la réforme dans son pays, exilé en Suède, en Saxe puis en France, il s’intéresse à la politique, se consacre au journalisme et à la géographie, et a été le premier secrétaire général de la Société de Géographie. Il est l’auteur d’un Précis de la géographie universelle, ou Description de toutes les parties du monde, sur un plan nouveau, d’après les grandes divisions naturelles du globe ; précédée de l’Histoire de la Géographie chez les Peuples anciens et modernes…, Paris, F. Buisson puis Aimé-André, 1810-1829, 8 vol. Sur Malte-Brun, N. Broc, « Un bicentenaire : Malte-Brun (1775-1975) », Annales de Géographie, 466, nov.-déc. 1975, p. 714-720, repris in Regards sur la géographie française de la Renaissance à nos jours, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1994-1995, t. II, p. 345-354 ; A. Godlewska, « L’influence d’un homme sur la géographie française : Conrad Malte-Brun (1775-1826) », Annales de Géographie, 558, 1991, p. 190-206.

5 A. M. C. Godlewska, Geography unbound…, p. 92.

6 É. Reclus, Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes, Paris, Hachette, 1876-1894, 20 vol. Cf. L’Europe méridionale (Grèce, Turquie, Roumanie, Serbie, Italie, Espagne et Portugal), 1876. Sur la Méditerranée d’É. Reclus, C. Liauzu, « Élisée Reclus et l’expansion européenne en Méditerranée », in M. Bruneau & D. Dory, eds, Géographies des colonisations xve-xxe siècles, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 129-135 ; A. Ruel, « L’invention de la Méditerranée », Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, 32, La Méditerranée. Affrontements et dialogues, oct-déc. 1991, p. 7-14.

7 P. Vidal de La Blache & L. Gallois, eds, Géographie universelle, Paris, A. Colin, 1927-1948. La Méditerranée est présente dans six tomes. Outre E. de Martonne & A. Demangeon, t. VI, La France, 1932 : M. Sorre, J. Sion, Y. Chataigneau, t. VII, Méditerranée. Péninsules méditerranéennes, 2 vol., 1 : Généralités. Espagne, Portugal, 2 : Italie, Pays Balkaniques, 1934 ; A. Bernard, t. XI, Afrique septentrionale et occidentale, 2 vol., 1 : Généralités. Afrique du Nord, 1937.

8 Malte-Brun, Précis de la géographie universelle…, vol. 6, Description de l’Europe orientale, 1826, p. 9-10.

9 É. Reclus, L’Europe méridionale…, p. 34-36.

10 Une seconde étape dans le raisonnement de Reclus permet de retrouver un semblant d’unité, lié aux progrès de la civilisation, du sud-est au nord-ouest.

11 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. Colin, 1985, vol. 1, p. 216-217 (1re éd. Paris, 1949).

12 D. Nordman, « La Méditerranée dans la pensée géographique française… », p. 1-2. Braudel s’est borné, une fois peut-être, à écrire le terme « méditerranéen » entre guillemets, pour interroger sans doute sa validité.

13 Cf. les indications de G. Pécout, « Europe méditerranéenne et Méditerranée européenne », Le Courrier de l’École normale supérieure, 49, sept.-oct. 1999, p. 2.

14 J.-M. Drouin, « Bory de Saint-Vincent et la géographie botanique », in L’Invention scientifique de la Méditerranée…, p. 139-157.

15 V. Hugo, Le Rhin. Lettres à un ami (1re éd. 1842), in Œuvres complètes. Voyages, Paris, R. Laffont, 1987, p. 408.

16 A. Bernard, Afrique septentrionale et occidentale, vol. 1, p. 57-58, 64.

17 Précis de la géographie universelle…, vol. 8, p. 15-18.

18 L’Europe méridionale…, p. 648.

19 Ibid. C’est moi qui souligne.

20 Ibid., p. 771.

21 Précis de la géographie universelle…, vol. 7, p. 36.

22 Ibid., vol. 8, p. 225-226.

23 Ibid., vol. 8, p. 77.

24 Pour les volumes méditerranéens : P. Birot & J. Dresch, La Méditerranée et le Moyen-Orient, Paris, Presses universitaires de France, 1953-1956, t. I, La Méditerranée occidentale. Géographie physique et humaine. Péninsule Ibérique, Italie, Afrique du Nord, 1953 (P. Birot avec P. Gabert, Généralités. Péninsule Ibérique, Italie, 1964, 2e éd.) ; t. II, La Méditerranée orientale et le Moyen-Orient. Les Balkans, L’Asie Mineure, Le Moyen-Orient, 1956.

25 D. Nordman, « De quelques catégories de la science géographique. Frontière, région et hinterland en Afrique du Nord (xixe et xxe siècles) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 52 (5), 1997, p. 969-986.

26 L’Europe méridionale…, p. 482. Autres occurrences : les habitants du Napolitain, le climat du Napolitain (ibid., p. 498), les montagnes du Napolitain (p. 506), les régions montagneuses, les provinces du Napolitain (p. 507).

27 Ibid., p. 380-381.

28 Jean Boutier et Christiane Klapisch-Zuber, que je remercie, ont bien voulu m’indiquer que les deux termes, désignant les régions de Naples et de Venise, sont attestés en italien.

29 J. Sion, in Méditerranée. Péninsules méditerranéennes, vol. 2 : Italie, Pays Balkaniques, p. 264 sq., 272-273.

30 Sur cette contradiction, cf. P. George, Les méthodes de la géographie, Paris, Presses universitaires de France, 2e éd. mise à jour, 1978, p. 107-108 (« Que sais-je ? », 1re éd. Paris, 1970).

Notes de fin

1 Le texte qui suit a été publié, dans ses principales lignes, sous le titre « La notion de région dans la littérature géographique française : les pays de l’Europe méditerranéenne (xixe-xxe siècle) », in L. J. Nagy, ed., Régions, Nations, Europe. Conditions et perspectives historiques, culturelles et politiques, Actes du colloque de Szeged 25-26 octobre 1999, Szeged, Centre d’études européennes de l’Université de Szeged-Centre d’histoire des régulations sociales de l’Université d’Angers, 2000, p. 137-144. Je remercie László J. Nagy de m’avoir autorisé à reprendre cette communication.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search