Version classiqueVersion mobile

Pratiques de la description

 | 
Giorgio Blundo
, 
Jean-Pierre Olivier de Sardan

Décrire les descriptions

Décrire pour gouverner. Les « Relations qui doivent être faites pour la description des Indes » de 15771

Describing to rule. The « Accounts which must be made for the description of the Indies » in 1577

Alain Musset

Résumé

Connue sous le nom générique de « Relations géographiques », la vaste enquête lancée en 1577 par Philippe II pour mieux connaître et mieux gouverner les Indes occidentales apparaît comme un guide pratique de la description au service de l’État. Le questionnaire et les réponses qui ont été conservées témoignent d’une capacité de mobilisation étonnante pour l’époque, compte tenu des difficultés de communication, des problèmes rencontrés par les conquérants avec les populations indigènes, et du faible niveau général des Espagnols installés depuis peu dans le Nouveau Monde. La méthode mise au point par les experts de la couronne repose sur l’application de consignes strictes et le recours systématique à des informateurs considérés comme de confiance. L’exemple de la Relation de Cuzcatlan met au jour les mérites et les limites de ce type d’enquête.

Texte intégral

  • 1 Ce texte doit beaucoup au séminaire de l’EHESS de Jean-Pierre Berthe qui, pendant plusieurs années, (...)
  • 2 Cf. H. F. Cline, « The Relaciones Geográficas of Spain, New Spain and the Spanish Indies. An annota (...)

1En 1577, la couronne espagnole, désireuse de mieux connaître les vastes territoires qu’elle venait de conquérir en Amérique, adressa aux autorités locales un long questionnaire de quarante-neuf chapitres destiné à faire le point sur l’histoire, la géographie, la démographie et l’économie des villes et des villages qui dépendaient de leur juridiction2. La notion de « description » (de « géographie » au sens strict – pour ne pas dire étroit – du terme) est donc au cœur du projet porté par l’administration de Philippe II, comme le souligne la cédule royale datée du 25 mai 1577 qui accompagne le texte imprimé :

  • 3 J.-P. Berthe, « À l’origine des “Relations… pour la description des Indes” : les documents de 1577  (...)

« Sachez que notre Conseil des Indes ayant débattu à plusieurs reprises de la manière dont il pourrait disposer d’une information sûre et détaillée sur les choses des Indes, afin d’être à même de pourvoir à leur bon gouvernement, il a apparu qu’il convenait d’ordonner que l’on fasse une description générale de l’état de l’ensemble desdites Indes, îles et provinces, la plus précise et sûre qu’il sera possible3. »

2Malgré de fortes pertes dues à des problèmes de conservation (ou à l’incurie de l’administration coloniale), de très nombreuses réponses ont été préservées. Celles-ci nous donnent les moyens de reconstituer la géographie d’une bonne partie du Nouveau Monde à la fin du xvie siècle, plus de cinquante ans après la chute de Tenochtitlán (1521). Il ne faut cependant pas faire de contresens sur les véritables objectifs de cette vaste enquête : il ne s’agissait pas d’accomplir un travail « scientifique » (avec tous les risques d’anachronisme liés à l’utilisation de cet adjectif), mais avant tout d’offrir aux autorités espagnoles les moyens de bien gouverner les territoires américains, et donc d’en tirer le meilleur profit. En ce sens, l’étude des « Relations géographiques » de 1577 permet de mieux comprendre les méthodes, les pratiques et la culture de l’administration espagnole, considérée comme la plus moderne de son époque, en cette deuxième moitié du xvie siècle. En les comparant avec d’autres enquêtes du même type réalisées en Espagne et dans le Nouveau Monde, on peut analyser les techniques utilisées par les hommes au pouvoir pour mettre en place un « bon gouvernement », qui passait obligatoirement par la connaissance précise des milieux et de la société.

En quête d’enquêtes

3Dès le début du xvie siècle, les dirigeants espagnols se sont rendu compte qu’il n’était pas possible de gouverner leurs États sans les connaître. Si une telle inquiétude était partagée par tous les monarques européens, qui ne pouvaient plus s’en remettre à l’observation directe pour se faire une idée de leur royaume, la découverte du Nouveau Monde a été pour l’Espagne une cause supplémentaire de perplexité. L’étendue et la richesse de ses nouvelles possessions, mais aussi la distance qui la séparait de ses domaines d’outre-mer, rendaient encore plus nécessaire la mise en place d’un système permettant au roi de prendre les bonnes décisions. Pour gouverner, il fallait connaître ; pour connaître, il fallait décrire – mais en suivant des règles claires et précises, afin d’éviter la dispersion de l’information. C’est ainsi que les questionnaires conçus pour l’Espagne et pour l’Amérique se sont nourris les uns des autres, afin de répondre aux interrogations de la couronne et aux besoins des différents corps de l’État.

Les premiers essais espagnols

  • 4 Dans ce domaine, l’ouvrage le plus souvent pillé a sans doute été le Libro de las grandezas y cosas (...)

4Il ne s’agit pas ici de prendre en compte les multiples initiatives individuelles (patronnées ou non par un prince ou une institution) qui ont abouti à différents projets de description ou de relation géographique. On peut à cet égard rappeler que Fernando Colón, fils naturel du grand amiral de la mer Océane, avait déjà ébauché, en 1517, une Description et cosmographie d’Espagne dont les quatre volumes manuscrits sont conservés à la Bibliothèque colombienne de Séville4. Les grands programmes d’enquête, fondés sur un questionnaire structuré, sont l’apanage des États qui seuls ont le pouvoir d’imprimer et de diffuser les formulaires, puis de regrouper et de traiter les réponses afin d’en extraire la substantifique moelle (même si cette dernière phase apparaît le plus souvent problématique). Comme le proclamait la cédule royale qui, en 1575, accompagnait le premier grand questionnaire imprimé et diffusé en Espagne sous l’égide de la couronne :

  • 5 Le texte qui a servi de base à cette étude est celui qui a été publié par P. Miguelez, O.S.A., Catá (...)

« Pour avoir entendu que, jusqu’à présent, on n’a fait et il n’existe aucune description particulière des villes et villages de ces royaumes qui convienne à leur prestige et à leur grandeur, nous avons décidé que soit faite ladite description ainsi qu’une histoire des particularités et choses notables de ces villes et villages5. »

  • 6 Ibid., p. 252.

5En Espagne, le mérite d’avoir élaboré le premier prototype d’enquête nationale semble devoir revenir au docteur Juan Páez de Castro, chroniqueur de Charles-Quint et de Philippe II, qui proposa de faire, en cinquante-huit questions, le tour des problèmes posés par la géographie du royaume6. Les premiers chapitres de son Interrogatorio (qui ne semble pas avoir été imprimé) portent sur la physionomie de la terre (le site, le réseau hydrographique, les provinces) et de ses habitants (la population et ses caractéristiques physiques : « quelle est leur complexion ? »). La principale préoccupation de Juan Páez de Castro touche à l’organisation administrative et fiscale. Seize questions sont destinées à éclaircir des points essentiels : la puissance de l’Église et de ses représentants, le revenu tiré des différents impôts, le partage des pouvoirs entre le roi et les communautés locales… Douze autres chapitres s’intéressent de manière plus précise à des problèmes de droit liés à la vie familiale : relations entre époux (le mariage, la dot, le châtiment des adultères), et entre enfants et parents (testaments, héritages). Les dix-huit points suivants abordent des thèmes liés à la vie quotidienne (lutte contre les incendies, les maladies ou la famine ; règles suivies pour se vêtir, pour manger ou pour construire des édifices ; organisation des fêtes), en insistant plus particulièrement sur les capacités militaires des habitants (état des milices, défense des villes, recensement des armes et des chevaux disponibles en cas de guerre).

6Curieusement, seules trois questions s’intéressent à des problèmes d’ordre économique : deux portent sur la production agricole (ou plutôt sur les pratiques des paysans : labourage, récolte, stockage) et une sur l’approvisionnement en bois et en luminaire. En revanche, les deux derniers points du document sont particulièrement révélateurs des inquiétudes de la société espagnole du xvie siècle, puisqu’il s’agit d’identifier comment on prouve sa noblesse et comment les nobles se distinguent de la plèbe (pour les hommes comme pour les femmes).

  • 7 Il s’agit d’une note manuscrite attribuée à la main d’Antonio Gracian, secrétaire de Philippe II.

7Malgré ses limites, le travail préparatoire de Juan Páez de Castro (mort en 1570) a sans doute servi de base au questionnaire de 1575, dont l’intitulé résume à lui seul l’effort colossal demandé à tous les échelons de l’administration espagnole pour mettre en œuvre un chantier considéré comme essentiel par le roi : Instruction et mémoire des enquêtes et relations qu’il convient de faire et d’envoyer à Sa Majesté pour la description et l’histoire des villes d’Espagne, qu’elle ordonne de faire pour l’honneur et l’illustration de ces royaumes. Le questionnaire proprement dit, composé de cinquante-sept chapitres, est complété par une demande de précisions portant sur les localités limitrophes de la ville étudiée, sur les relations qu’elles entretiennent et sur les foires et marchés qui s’y déroulent7. Il est précédé par un bref memento qui explique la méthode à employer pour répondre aux questions posées et pour satisfaire les attentes des commanditaires de l’entreprise : les techniques et les procédés de la description sont ici étroitement encadrés, pour limiter les fantaisies susceptibles de perturber le traitement ultérieur de l’information.

  • 8 Juge, magistrat responsable d’une circonscription administrative (corregimiento).

8Dans cette perspective, documents imprimés et réponses manuscrites doivent suivre la voie hiérarchique imposée par l’organisation politique du royaume, selon un mouvement classique de haut en bas, suivi par un retour de bas en haut. Les premiers à recevoir les questionnaires sont les gouverneurs, les corregidores8, « et autres magistrats et personnes à qui Sa Majesté aura écrit à ce sujet », qui doivent ensuite charger au moins deux personnes « de jugement sûr et d’esprit curieux », de faire la relation des localités où ils résident. Dans un troisième temps, le texte imprimé de l’instruction doit être transmis aux municipalités qui dépendent de leur juridiction, pour que deux habitants en fassent la description « en suivant l’ordre et la teneur des articles de cette instruction ». Il est enfin recommandé aux personnes chargées de répondre aux questions de répondre « brièvement et clairement en toute chose, en donnant pour certain ce qui l’est et pour douteux ce qui n’a pu être complètement vérifié ». La démarche proposée par les auteurs de l’instruction apparaît donc particulièrement prudente et judicieuse : elle doit permettre d’aboutir à une description « objective », ou tout au moins à une description « honnête », qui identifie ses propres limites sans essayer de les cacher au lecteur.

9Comme dans le questionnaire proposé par Juan Páez de Castro, plusieurs articles s’intéressent aux structures administratives et politiques des provinces espagnoles, aux sources de revenus des clercs et des religieux, ainsi qu’aux régimes fiscaux qui s’appliquent aux uns et aux autres. Pourtant, si l’objet d’étude est le même, les outils proposés pour le décrire sont différents car le point de vue des auteurs a changé. Ainsi, le mémoire de 1575 insiste plus particulièrement sur les disparités socio-spatiales et sur les différences politiques qui expliquent les organisations territoriales et qui justifient les hiérarchies urbaines. Il s’attache à distinguer les royaumes (Castille, León, Galice…), et les différentes subdivisions, « province ou contrée », qui les composent (« comme on pourrait dire : La Tierra de Campos, La Rioja, l’Alcarria, La Manche, etc. »). En ce qui concerne les localités, on demande de bien préciser quel est leur statut : ciudad (le niveau le plus haut dans la noblesse des villes), villa, ou simple aldea (village). S’il s’agit d’une villa ou d’une ciudad, il est important de savoir si elle a droit de vote aux Cortés – privilège qui la situe au sommet des honneurs.

10Alors que les articles portant sur les structures familiales ont presque complètement disparu, la description de la contrée (géographie physique et politique) et le catalogue de ses ressources occupent désormais une place essentielle. Cinq questions (n° 5, n° 13, n° 14, n° 15, n° 16) portent sur l’étendue, les limites et l’orientation par rapport au soleil de la juridiction concernée. Il est ainsi demandé de :

« dire le nom de la première localité que l’on rencontre quand on sort de l’endroit dont on fait la relation pour se diriger vers le point où le soleil se lève, et le nombre de lieues qui l’en séparent, et signaler approximativement si ladite localité est bien située dans l’axe du point où le soleil se lève ou si, semble-t-il, il y a une légère déclinaison vers la droite ou vers la gauche ; dire aussi s’il s’agit de lieues ordinaires, grandes ou petites, et si le chemin est droit ou sinueux » (question n° 13).

11Les formules évasives utilisées par les rédacteurs du questionnaire (« approximativement », « semble-t-il »), prouvent qu’ils ne s’attendaient pas, dans ce domaine, à obtenir des réponses d’une précision absolue.

  • 9 Cette tâche ne sera malheureusement pas accomplie.

12Plusieurs articles (n° 17 à 20) s’intéressent à l’orographie et à l’hydrographie de la région, ainsi qu’au tracé des côtes (n° 29-30). La mise en place de ce cadre géographique permet aux auteurs du questionnaire d’exiger des précisions sur l’état des ressources naturelles (sources, mines, salines, forêts, réserves de chasse et de pêche) et sur les activités économiques développées par les habitants (n° 21 à 30). Les recommandations initiales et la formulation très structurée des questions offraient donc un cadre et une méthode de travail aux experts désignés d’office par les autorités locales, afin de faciliter leur tâche et d’accélérer celle des fonctionnaires qui devaient ensuite dépouiller les réponses9.

Décrire les Indes

  • 10 Le questionnaire a été réédité en 1584, avec des modifications minimes dans la partie introductive.
  • 11 En particulier le cosmógrafo mayor Juan López de Velasco.
  • 12 Provisión que Su Majestad el emperador don Carlos, que manda se averiguë el grandor de la Nueva Esp (...)
  • 13 R. Alvárez Pelaez, « El cuestionario de 1577. La “Instrucción y memoria de las relaciones que se ha (...)
  • 14 Provisión del emperador don Carlos cerca de la orden que se mandó hacer de las tierras y provincias (...)

13La grande enquête lancée en 157710 par la couronne pour mieux connaître les Indes occidentales s’inspire largement de ce texte fondateur. Cependant, les conseillers du roi11 ont aussi pris en compte plusieurs mémoires élaborés antérieurement afin d’adapter leur discours non seulement aux particularités des territoires nouvellement conquis, mais aussi aux spécificités des populations indigènes. Dès 1528, Charles-Quint avait demandé à Luis Ponce de León de lui envoyer une description de la Nouvelle-Espagne, en insistant sur ses dimensions, le nombre de ses localités et celui de leurs habitants12. On lui recommandait de s’informer « par tous les moyens et de la meilleure manière possible, en vérifiant par vos propres yeux13 ». La même année, une note était expédiée aux autorités civiles et religieuses pour leur demander de décrire de manière plus précise les territoires récemment gagnés à la couronne14. Aux interrogations déjà classiques (et intéressées) sur le nombre des tributaires, s’ajoutaient des articles concernant le relief, l’hydrographie et la qualité des terres agricoles.

  • 15 V. de Puga, Cedulario de la Nueva España (facsimilé de l’original), Mexico, Centre d’études de l’hi (...)
  • 16 Ibid., fol. 39v.

14Deux ans plus tard, en 1530, la reine demandait à son tour aux conseillers de l’audience de Mexico d’apporter des précisions sur les villes et villages de la Nouvelle-Espagne, sur leurs habitants et sur « les forteresses et maisons de pierre » qui appartenaient au domaine royal ou aux personnes particulières15. À quelques mois de distance, une nouvelle cédule royale rappelait aux représentants de la couronne qu’ils étaient toujours chargés de fournir une « Description de la terre » destinée à assurer « le bon gouvernement et la bonne organisation de cette république ». Ils devaient non seulement décrire les provinces et faire l’exposé de leurs qualités, mais aussi s’intéresser à leurs habitants et en particulier aux indigènes, afin de leur assurer un juste traitement16.

15En 1533, devant le peu d’empressement mis par les conseillers de l’audience de Mexico pour répondre aux ordres du roi, il apparut nécessaire de les relancer :

  • 17 Ibid., fol. 89v.

« Parce que nous voulons tout savoir de cette terre et de ses qualités, nous vous demandons, dès que vous aurez reçu ce courrier, de faire réaliser une relation très longue et très détaillée des dimensions de cette terre, en longueur et en largeur, de ses limites en spécifiant ses noms propres […] ainsi que de ses qualités et de ses étrangetés, en identifiant celles de chaque localité17. »

16Outre des informations d’ordre démographique et économique, on demandait aux fonctionnaires royaux des détails sur les rites et les coutumes particulières des Indiens, dont on savait qu’ils étaient sujets à de détestables pratiques idolâtres.

17La conquête du Pérou entraîna à son tour tout un cortège de descriptions émerveillées, réalisées dans le feu de l’action par les conquérants eux-mêmes, puis par leurs successeurs. La couronne en profita pour réclamer elle aussi à ses agents des rapports détaillés, dignes de foi, afin de pouvoir apprécier la grandeur et les richesses de l’ancien empire inca. Marcos Jiménez de la Espada, dans ses Relaciones geográficas de Indias, signale ainsi l’existence d’une instruction envoyée à fray Tomás de Berlanga en 1534, pour qu’il fasse la description précise des régions récemment découvertes et des étranges populations qui les habitaient.

  • 18 D’autres enquêtes, moins bien structurées, plus partielles et aux objectifs limités ont parfois abo (...)

18Chaque questionnaire s’enrichissait des expériences précédentes en approfondissant les thèmes et en élargissant le champ des interrogations, afin de mettre en place une véritable méthodologie (théorie, outils et pratiques) de la description. Cependant, l’enrichissement désiré risquait vite de se limiter à une simple accumulation de questions supplémentaires, en suivant les processus classiques de la sédimentation administrative. C’est ainsi que, selon Raquel Álvarez Pelaez, une vaste enquête d’environ deux cents questions a été exploitée au Pérou au début des années 1570. Le document original a été perdu, mais elle a pu le reconstituer à partir des réponses concernant les villes de Piura, Zamora, Loja et Quito. Avec son nombre réduit de chapitres (correspondant à autant de questions), le texte de 1577 apparaît comme une synthèse des programmes d’enquête conçus depuis le début du xvie siècle par la bureaucratie des Habsbourg. C’est aussi un état enfin abouti de la méthode descriptive qu’elle cherchait à diffuser et à imposer des deux côtés de l’Atlantique, au bénéfice de la couronne18.

  • 19 1584, 1592, 1604, 1635, 1648, 1730, 1743, 1755, 1765, 1768, 1777, 1784, 1791, 1807, 1812. Cf. F. de (...)

19Dans leur quête permanente d’informations fiables, les autorités espagnoles n’ont pas limité leurs efforts à l’érection de ce véritable monument de la littérature géographico-administrative. Tout au long de la période coloniale, les représentants du roi ont été abreuvés de questionnaires auxquels ils devaient répondre de manière urgente, en dressant le tableau le plus complet possible des provinces dont ils avaient la charge. Francisco de Solano ne recense pas moins de quinze enquêtes réalisées entre 1584 (réédition des instructions de 1577) et 1812, à la veille de l’indépendance19. Pour traiter de manière exhaustive tous les sujets qui pouvaient se révéler utiles à l’administration des Indes, celle de 1730 comprenait 435 questions. Une telle litanie, qui reflète l’incapacité de ses auteurs à synthétiser leur pensée et à exprimer clairement leurs intentions, était à bien des égards une régression par rapport au mémoire de 1577. L’énormité de la tâche a d’ailleurs rendu impossible son exploitation, et ce long pensum a été soigneusement rangé dans les cartons de la prudente administration bourbonienne.

Les « Relations » de 1577 : l’art et la manière de décrire

20La cédule royale envoyée par Philippe II à don Martín Enríquez, vice-roi de la Nouvelle-Espagne, apparaît à cet égard comme un véritable acte de foi, destiné à enflammer l’enthousiasme de tous les acteurs impliqués dans cette gigantesque entreprise :

  • 20 Magistrat chargé de l’administration d’une province (alcaldía mayor).
  • 21 J.-P. Berthe, « À l’origine des “Relations… pour la description des Indes”… », p. 7.

« Afin que ladite description soit réussie, [que] l’on observe l’ordre contenu dans les instructions qui ont été préparées à cette fin et imprimées, qui vous sont envoyées avec cette cédule. Et comme notre volonté est que ladite description se fasse dans chaque province en particulier, nous vous ordonnons que, dès réception de cette cédule, vous preniez les dispositions nécessaires pour que se fasse la description de la ville où vous résidez et de tous les lieux de votre ressort et juridiction ; et vous enverrez à chacun des gouverneurs, corregidores et alcaldes mayores20 du territoire de cette audiencia la quantité desdites instructions qui vous paraîtra nécessaire pour qu’on puisse en distribuer dans les villes et villages d’Espagnols et d’Indiens du ressort de leur gouvernement, corregimiento ou alcaldía mayor, en leur adressant l’ordre de faire et d’exécuter dans les plus brefs délais ce qui est ordonné par lesdites instructions21. »

Un guide pratique de la description

21Comme pour les relations de 1575, la méthode d’enquête proposée s’appuie donc sur la connaissance directe des lieux et des sociétés locales, et non sur un travail d’archives (ce que préconisera par la suite Gil González Dávila). C’est pourquoi la cédule royale précise que ladite description devra se faire « dans chaque province en particulier », et non depuis le bureau d’un obscur gratte-papier qui, confortablement installé dans la capitale ou dans le chef-lieu, connaîtrait mal les particularités de chaque district et de chaque village. Ces recommandations ont été suivies au pied de la lettre par les responsables locaux de l’enquête, comme le signale Juan López de Zárate, auteur de la relation de Los Peñoles (Oaxaca) :

  • 22 R. Acuña, Relaciones geográficas del siglo xvi, Mexico, UNAM, 1982-1988 (dix tomes), t. 3, Antequer (...)

« Ceci est sûr et avéré, pour autant que cela nous a été possible, grâce aux informations obtenues auprès des vieux Indiens, des Naturels et des habitants de la région, mais aussi grâce à ce que nous savons de cette même terre pour l’avoir parcourue et avoir pris des notes afin de faire cette description22. »

  • 23 Comme dans le questionnaire « espagnol » de 1575, les enquêteurs devaient répondre « brièvement et (...)

22À cet égard, les instructions envoyées au vice-roi étaient très claires. Dans un premier temps, les représentants de la couronne devaient dresser la liste complète des villes et des localités (d’Indiens ou d’Espagnols) qui dépendaient de leur juridiction. Il s’agissait ensuite de sélectionner les personnes qui devaient répondre aux questions. Dans la perspective d’une description « la plus précise et sûre qu’il sera possible », ce point était essentiel, car il fallait identifier les meilleurs collaborateurs : ceux qui détiennent les informations les plus fiables et qui sauront les transmettre sans les déformer23. Lesdites instructions suggèrent donc aux représentants du roi (gouverneurs, corregidores et autres autorités locales) de rédiger eux-mêmes les relations qui concernent la ville où ils résident, ou bien de confier cette tâche à « des personnes bien informées des choses du pays ». C’est ce que fera l’alcalde mayor de Tlaxcala, Alonso de Nava, en confiant à Diego Muñoz Camargo le soin de répondre au questionnaire. Comme le souligne, dans son introduction, l’auteur de cette monumentale description de la province tlaxcaltèque (deux cent cinquante pages dans l’édition de René Acuña) :

  • 24 R. Acuña, Relaciones geográficas del siglo xvi, t. 4, Tlaxcala 1, 1984, p. 34. À ce sujet, voir W. (...)

« Pour accomplir ce qui m’a été demandé, je m’y suis consacré sans délai, et je le ferai de mon mieux, selon ce que j’ai vu depuis plus de trente-cinq ans que je réside dans cette ville et en ces lieux24. »

23En ce qui concerne les localités plus éloignées, pour lesquelles il apparaît nécessaire de déléguer le travail d’enquête, une hiérarchie assez stricte est imposée par la couronne : ce sont les municipalités qui doivent répondre mais, si les personnes compétentes font défaut, on pourra se tourner vers les curés. S’il n’y en a pas, il faudra alors confier la tâche au clergé régulier en charge de la paroisse. Cependant, comme on peut le voir dans les « Relations géographiques » de la Nouvelle-Espagne, ce sont principalement les corregidores et les alcaldes mayores, bien implantés dans le pays, qui assument la responsabilité de l’opération, même s’ils confient souvent le plus gros du travail à des délégués judicieusement choisis (cf. tableau 1).

Tableau 1. Responsables et informateurs des « Relations géographiques » de la Nouvelle-Espagne

Tableau 1. Responsables et informateurs des « Relations géographiques » de la Nouvelle-Espagne

(a) L’aide des Indiens est requise de manière presque systématique, même si elle n’est pas clairement exprimée dans le préambule de la relation (liste des Indiens consultés, par exemple).
(b) Entre parenthèses : nombre total des localités décrites (relations emboîtées les unes dans les autres).
(c) Diego Muñoz Camargo rédige sa Relation de Tlaxcala à la demande expresse d’Alonso de Nava, alcalde mayor de la province.
(d) La relation de Veracruz a été composée par le médecin Alonso Hernández Diosdado, sous l’autorité de l’alcalde mayor de la ville.
(e) Dont un juez repartidor.
(f) Juan Bautista de Pomar écrit son texte à la demande de l’alcalde mayor de sa ville (Texcoco).
(g) Dont un teniente de alcalde mayor (Pátzcuaro) et un notaire (Querétaro).
(h) Dont un juez de comisión.
(i) Dont deux tenientes de alcalde mayor.

  • 25 R. Acuña, Relaciones geográficas…, 1987, t. 9, Michoacán, p. 195.

24En fait, rares sont les religieux (réguliers ou séculiers) à qui revient cet honneur : cinq au total, pour douze localités, dont huit dans le seul district de la Villa de la Purificación, en Nouvelle-Galice. Cependant, moines et curés sont consultés à de nombreuses reprises par les petits magistrats de province, conscients de leurs limites, auxquels les populations indiennes ne font jamais entièrement confiance. C’est pourquoi l’alcalde mayor de Pátzcuaro (Michoacán) n’a pas hésité à demander l’aide de frère Diego de Fuenllana, « gardien du couvent de San Francisco de cette ville, personne qui parle parfaitement la langue de cette province, et qui connaît celle-ci très bien », afin de réaliser l’enquête demandée par le roi25. De la même manière, l’alcalde mayor de la province de Zacatula (Michoacán) a préféré confier la description de sa région aux autorités municipales et au curé de la petite ville de Zacatula parce que, résidant à Tecpa, il ne possédait pas l’expérience du terrain nécessaire pour mener à bien ce travail :

  • 26 Ibid., p. 450.

« Pour que ladite description se fasse de la manière la plus assurée, il chargea de cette tâche les autorités judiciaires, les échevins de ladite villa de Zacatula et son curé, afin qu’ils fassent ladite relation, puisqu’ils vivent en cet endroit, que sont d’anciens habitants et qu’ils sont informés de tout26. »

  • 27 R. Acuña, Relaciones geográficas…, 1982, t. 1, Guatemala, p. 99.
  • 28 R. Acuña, Relaciones geográficas…, 1986, t. 8, México 3, p. 46.
  • 29 R. Acuña, Relaciones geográficas…, t. 9, Michoacán, p. 216.

25Si les questions sont jugées trop difficiles (parce qu’elles touchent l’histoire de la région avant la conquête, la religion des autochtones, mais aussi la faune, la flore et la géographie locales), les Espagnols sont obligés de recourir aux Indiens qui dépendent de leur juridiction. C’est le cas pour la relation de Cuzcatlan (Mexique), signée par le corregidor du village, Juan de Castañeda León, qui déclare avoir consulté pas moins de trente personnes, « tous Indiens, qui parlent bien la langue mexicaine et, pour certains d’entre eux, la langue espagnole ». À Santiago Atitlán (Guatemala), le corregidor Alonso Páez Betancor et le frère Pedro de Arboleda, de l’ordre de Saint-François, ont fait appel aux Indiens les plus vieux du village (« à en juger par leur aspect »), afin d’obtenir les renseignements les plus fiables27. Désireux d’approfondir tous les thèmes qui se rapportent à l’histoire et à la culture des populations indigènes, Juan Bautista de Pomar, lui-même descendant des anciens rois de Texcoco, ne se contente pas de discuter avec les anciens, mémoire encore vivante du temps passé : pour mieux comprendre la vieille religion païenne, vaincue par le christianisme, il affirme avoir recherché et écouté des chants antérieurs à la conquête (cantares antiquísimos)28. Quant à Francisco Ramos de Cárdenas, qui a rédigé la relation de Querétaro, il est même allé jusqu’à consulter des manuscrits pictographiques indigènes (« des peintures anciennes qui servaient d’écriture aux Naturels29 »).

26Quand le questionnaire aborde des problèmes d’ordre technique ou scientifique, les réponses illustrent le faible niveau de connaissance des Espagnols installés en Amérique.

  • 30 R. Acuña, Relaciones geográficas…, t. 1, Guatemala, p. 126.

27C’est particulièrement le cas du chapitre six, qui demande aux informateurs de préciser « la hauteur ou l’élévation du pôle où se trouvent ces localités d’Espagnols, si elle a été mesurée et qu’on la connaisse, ou s’il y a quelqu’un qui sache la mesurer ; ou bien en quels jours de l’année le soleil ne projette aucune ombre à midi juste ». Malgré la formulation prudente de la question, les réponses sont rares. Même le calcul du jour où le soleil ne projette aucune ombre à midi semble avoir rebuté la plupart des personnes interrogées. Si beaucoup préfèrent « oublier » la question et passer directement au point suivant (184 sur 244), quelques-uns reconnaissent volontiers leur incompétence. C’est le cas d’Alonso Paéz Betancor, corregidor de Santiago Atitlán, qui signale à ce sujet qu’« on ne répond pas, parce que, dans ce village et dans sa région, il n’y a personne qui s’y connaisse en hauteur [sic]30 ». À Cuzcatlan, Juan de Castañeda León affiche lui aussi sa modestie :

  • 31 R. Acuña, Relaciones geográficas del siglo xvi, t. 5, Tlaxcala 2, p. 97.

« Au sixième chapitre, qui traite de la hauteur ou de l’élévation au pôle où se trouvent lesdits villages, je ne dis rien parce que je ne suis pas astrologue, et qu’il n’y en a aucun dans cette province31. »

  • 32 R. Acuña, Relaciones geográficas…, t. 9, Michoacán, p. 106.

28D’autres se trompent entièrement sur le sens de la question et confondent latitude et altitude, à cause de l’ambiguïté du mot espagnol : altura. L’auteur de la relation de Chilchotla (Michoacán) déclare ainsi qu’il ne peut pas préciser l’altitude de son village, mais que celui-ci est situé dans les hautes terres32. Les mêmes erreurs peuvent se reproduire en ce qui concerne l’identification des jours de l’année où le soleil ne projette aucune ombre à midi juste. Dans le petit village de Tingüindin (Michoacán), le malheureux corregidor, aidé par un notaire espagnol (peut-être le fils illégitime du conquistador Francisco de Olmos), et par les anciens de la communauté indienne, ne peut qu’étaler au grand jour son manque de connaissance et de discernement :

  • 33 Ibid., p. 321.

« [Ils disent] que personne dans ce village ne peut calculer la hauteur du pôle, et que toute la journée le soleil les éclaire, jusqu’à son coucher, et qu’il y a peu d’ombre. La cause en est que, du côté de l’Orient, c’est assez plat, découvert, et qu’il y a moins de sommets33. »

29Dans ce domaine, seuls quelques initiés (en général d’anciens marins), se montraient capables de répondre, en général avec un assez bon taux de réussite. C’est le cas de Juan de Estrada, auteur de la relation de Zapotitlán, qui expose fièrement ses connaissances :

  • 34 R. Acuña, Relaciones geográficas…, t. 1, Guatemala, p. 37.

« Au sujet de la hauteur et de l’élévation du pôle, je l’ai mesurée avec l’astrolabe dans ce village de San Antonio, et j’ai trouvé qu’il est situé à quatorze degrés et un tiers, à quelques minutes près. En ce qui concerne les jours de l’année où le soleil ne fait aucune ombre à midi, le soleil passe deux fois par an au zénith de ce village : la première fois, quand on passe du signe ou de l’équinoxe du Bélier au Tropique du Cancer, et la seconde, quand on revient au signe ou à l’équinoxe de la Balance. Il me semble que l’une correspond au 18 ou au 19 avril, et l’autre au 4 ou au 5 août, ou aux alentours de ces dates34. »

30Plus modestement, d’autres se bornent à consigner l’information telle qu’elle leur a été transmise, sans indiquer la méthode employée pour l’obtenir. Pour la ciudad de Antequera (Oaxaca), le père Pedro Franco note ainsi :

  • 35 R. Acuña, Relaciones geográficas…, 1984, t. 2, Antequera 1, p. 33. La latitude exacte de Oaxaca est (...)

« La ville se situe à la hauteur de 18 degrés. Le soleil ne projette aucune ombre à midi entre le 20 mai et le quatre juillet35. »

  • 36 R. Acuña, Relaciones geográficas…, t. 5, Tlaxcala 2, p. 260. La latitude exacte de Tepeaca est de 1 (...)

31Cependant, le hasard fait parfois bien les choses. Alors qu’ils avaient déjà rempli leur questionnaire en signalant que personne ne pouvait répondre au point numéro six, les édiles de Tepeaca eurent la surprise de voir débarquer dans leur ville un ancien marin de la Route des Indes, établi dans le village de Tecamachalco. Celui-ci leur affirma qu’il avait calculé la latitude de son lieu de résidence, en utilisant les instruments dont il faisait usage quand il était en mer (astrolabe, horloge et boussole). Comme Tecamachalco se trouvait à peu de distance de Tepeaca, on pouvait donc affirmer sans se tromper que la petite ville était située à dix-neuf degrés moins un tiers de latitude nord, ce que le notaire s’empressa de signaler dans un codicille ajouté à la relation36.

  • 37 Les ports et les localités situés près de la mer occupent dans ce classement une place privilégiée.
  • 38 Seule la relation des mines de Taxco indique une latitude de 19 degrés (à quelques minutes près), s (...)

32Dans cet ensemble, il n’est sûrement pas anodin de constater qu’il existe des différences considérables entre les régions où l’on sait répondre à la question, et celles où l’on ignore même ce que peut signifier « la hauteur ou l’élévation du pôle ». Ainsi, sur soixante-deux localités de la province d’Antequera, qui correspondent encore aujourd’hui à des régions très rurales (États de Guerrero et Oaxaca), seules neuf hébergent des individus capables de résoudre l’énigme posée par la couronne (14,5 %) – mais le plus souvent de manière indirecte37. En revanche, presque la moitié des textes regroupés dans le tome 2 des Relaciones geográficas de México éditées par René Acuña (9 sur 19) répondent directement ou indirectement à la fameuse question six. Comme il s’agit des localités les plus proches de la capitale coloniale, on peut supposer qu’elles abritent des personnalités mieux formées, au niveau d’éducation plus élevé, qui savent calculer la latitude ou qui ont un accès plus facile à l’information. Cette interprétation optimiste doit cependant être tempérée car, le plus souvent, les responsables de l’enquête se contentent d’affirmer que leur établissement se situe à peu de chose près à la même latitude que Mexico38.

  • 39 Ce qui correspond malgré tout à une erreur de plus de deux minutes (une minute en latitude correspo (...)

33D’autres informateurs, plus subtils, déduisent leur position astronomique de la distance, vers le nord ou vers le sud, qui les sépare de Mexico. Ainsi, à San Juan Teotihuacan, « par manque d’instrument, on n’a pas pu calculer la hauteur du pôle, mais, d’après la latitude de la ville de Mexico, elle se situe à un peu plus de 20 degrés » (ibid., p. 233). Selon les autorités municipales d’Acolman, « la hauteur du pôle est de neuf minutes de plus que celle de la ville de Mexico, puisqu’elle est à une distance d’un peu plus de trois lieues de ladite ville, en ligne directe nord-sud, l’une étant au-dessus de l’autre » (ibid., p. 225). À Tequizistlan, on fait le calcul inverse (mais la position du village est erronée) : « en ligne droite de nord à sud, il est éloigné de trois lieues de la ville de Mexico ; en conséquence sa latitude sera de dix minutes de moins que celle de ladite ville » (ibid., p. 241). Dans cet ensemble, le raisonnement des auteurs de la relation de Tepexpan est particulièrement élaboré, puisqu’ils rappellent que leur ville est située à trois lieues au nord et deux lieues à l’est de Mexico. D’après eux, leur village est donc situé à douze minutes au nord de la capitale de l’audience39 (ibid., p. 246).

L’architecture et la philosophie du questionnaire

34Heureusement pour les Espagnols concernés par l’enquête, toutes les questions ne se révélaient pas aussi ardues que celles concernant le calcul de la latitude – et encore avait-on épargné aux correspondants de la couronne le problème de la longitude, impossible à déterminer sans disposer d’instruments de mesure fiables, permettant de comparer le temps local à celui du point d’origine (il faudra pour cela attendre le xixe siècle). Les quarante-neuf chapitres du questionnaire abordent tous les points considérés comme essentiels par les membres du Conseil des Indes : histoire, géographie, urbanisme, économie, société, religion… Comme pour les relations « espagnoles » de 1575, leur architecture d’ensemble est aussi une proposition méthodologique destinée à orienter la démarche descriptive des enquêteurs.

35Pourtant, le classement opéré ne correspond pas toujours à des critères évidents d’organisation et de hiérarchie : certains éléments qui nous paraissent aller ensemble sont séparés (géographie physique, histoire), et les mêmes thèmes (économie, religion, urbanisme) sont divisés en différentes sections. Cette apparente incohérence n’a pas échappé aux destinataires des instructions, qui ont rapidement perçu les risques de redondance et de répétition. Souvent, les notaires désignés pour rédiger le texte final signalent qu’ils ne répondent pas à telle ou telle question parce qu’ils ont déjà traité le sujet dans un chapitre précédent. Par ailleurs, de leur propre initiative, quelques responsables locaux ont regroupé des chapitres présentés de manière séparée dans le questionnaire.

  • 40 J.-P. Berthe, « À l’origine des “Relations… pour la description des Indes”… », p. 11.

36C’est le cas des auteurs de la relation de Hueypuchtla, qui ont réuni les questions un et seize, avant de traiter ensemble les points 2, 4, 9, 10 et 13. Comme la question n° 1 porte sur l’origine du nom de la province et la n° 16 sur les toponymes locaux (« donner les noms de la vallée et de la contrée où elles se trouvent et ce que veut dire en leur langue chacun des noms »), il leur est apparu plus logique de les assembler, même s’ils en oublient d’aborder la description du relief, thème inclus dans la question n° 16 : « décrire le site où elles sont installées, montagne ou vallée, terrain découvert et plat40 ». En ce qui concerne les points suivants, les subtilités du questionnaire, destinées à ne rien laisser de côté dans le domaine de la géographie, de l’histoire et de la toponymie locales, ont échappé aux enquêteurs.

37De manière fort logique, l’alcalde mayor, Alonso de Contreras Figueroa, et le notaire nommé pour la circonstance, Alonso López, regroupent les cinq questions et débutent le chapitre 2 en rappelant que le village a été fondé avant la conquête par un chef de guerre nommé Huitzitl (questions n° 2 et n° 9). Ils poursuivent la description en évoquant le nombre actuel des tributaires, puis situent par rapport au chef-lieu les localités (sujetos) qui en dépendent (questions n° 9 et n° 10). Quant à la géographie locale (questions n° 3, 4 et 10), elle est rapidement évoquée :

  • 41 R. Acuña, Relaciones geográficas…, t. 8, México 3, p. 142.

« Ledit village et le sujeto appelé Tianguiztongo et Xomayucan, est en terre froide ; pour boire, ils ont des puits et des réservoirs [jaguëyes], mais ils ne disposent pas d’autre ressource en eau, car la terre est sèche. Les autres sujetos sont situés en terre plus chaude que froide, par où passe une rivière abondante, le río grande appelé Tula41 ».

  • 42 R. Acuña, Relaciones geográficas…, 1986, t. 7, México 2, p. 58.

38À dire vrai, les apparentes répétitions du questionnaire peuvent se justifier parce qu’une partie des chapitres ne concerne que les villes et villages d’Espagnols, alors que d’autres sont destinés aux communautés indiennes et que certains s’appliquent à toutes les localités, quelle que soit leur composition ethnique. Cette ambiguïté initiale explique pourquoi nombre de relations, dans les régions indiennes, ne commencent qu’au chapitre 11. En effet, si la question n° 1 stipule : « Premièrement, pour les villes et villages d’Espagnols… », il faut attendre la question n° 11 pour lire : « Pour les villages d’Indiens seulement… ». Ce n’est donc qu’à partir de la question n° 16 que les deux « républiques » sont théoriquement réunies : « Pour toutes les localités d’Espagnols et d’Indiens… ». C’est la raison clairement invoquée par les autorités de Meztitlan pour ne débuter leur relation qu’au onzième chapitre : « parce que depuis le premier jusqu’au dixième, on ne traite que des villages d’Espagnols, et c’est pourquoi on n’y répond pas42 ».

  • 43 F. de Solano, ed., Cuestionarios para la formación de las Relaciones geográficas…

39Même si Francisco de Solano a déjà proposé de reclasser les questions posées par les « Relations géographiques43 », il nous a semblé utile d’opérer de nouveaux regroupements, afin de mettre en valeur les outils mis au point par les fonctionnaires de Philippe II pour obtenir une description « sûre et détaillée » des Indes occidentales. Dans cette perspective, les quarante-neuf questions peuvent être regroupées en six grands champs :

  1. Géographie physique : 3 (climat), 4 (orographie, topographie), 6 (latitude), 17 (pays sain ou malsain), 19 (hydrographie : rivières), 20 (hydrographie : lacs, sources), 21 (merveilles de la nature), 38 (mer, risques de tempête), 39 (littoral), 40 (marées), 41 (topographie du littoral et toponymie), 47 (les îles proches de la côte), 49 (choses remarquables, cf. question 21).

  2. Géographie politique et religieuse : 1 (villes, régions, toponymie), 7 (réseau urbain, hiérarchie urbaine, et distances – pour les Espagnols), 11 (réseau urbain, hiérarchie, distances – pour les Indiens), 34 (hiérarchie religieuse des localités, distances, type de chemin – cf. questions n° 8 et 12 : une connaissance précise des voies de communication est essentielle pour assurer le contrôle des territoires).

  3. Réseaux urbains, architecture et urbanisme : 8 (distance entre les villes, état des routes – pour les Espagnols), 10 (site des villes, plan des villes), 12 (les distances, les réseaux, les routes – pour les Indiens), 16 (site des villes, toponymie locale, cf. question 10), 18 (situation : distance par rapport aux montagnes), 31 (architecture), 32 (fortifications), 35 (les églises, les prébendes), 36 (monastères), 37 (hôpitaux, collèges), 42 (les ports : urbanisme), 43 (capacité d’accueil des ports), 44 (état de la rade), 45 (ports : conditions d’entrée et de sortie), 46 (ports : avantages et inconvénients du site), 48 (villes abandonnées).

  4. Histoire : 2 (conquête), 9 (toponymie, fondations de villes, population), 14 (Indiens : tribut, cultes, coutumes préhispaniques), 15 (Indiens : histoire politique, aliments, état de santé, comparaison passé/ présent).

  5. Société : 5 (la population indienne), 13 (localités indiennes : toponymie, langue).

  6. Économie : 22 (forêts), 23 (arbres fruitiers : autochtones et importés), 24 (agriculture autochtone), 25 (agriculture : plantes importées), 26 (plantes aromatiques ou médicinales), 27 (animaux sauvages et domestiques), 28 (mines), 29 (carrières), 30 (salines, nourriture, habillement), 33 (commerce, activités, tribut).

40Comme on le voit, même si les questions posées ont souvent été reclassées d’office par les personnes chargées localement de l’enquête, elles permettaient néanmoins d’approfondir des thèmes qui étaient à peine évoqués dans le questionnaire espagnol de 1575 (en particulier dans le domaine économique). Certes, les correspondances entre les chapitres sont nombreuses, mais les deux projets se distinguent nettement l’un de l’autre parce qu’ils prennent en compte les réalités historiques, culturelles et politiques des deux mondes réunis sous la même couronne. C’est pourquoi la mise en parallèle des deux questionnaires aboutit très rapidement à de profondes divergences, même si les deux premiers chapitres semblent sortis du même moule – à condition bien sûr de remplacer les Maures par les Indiens (cf. tableau 2).

Tableau 2. Comparaison des premiers chapitres des questionnaires de 1575 et 1577

1575 (Espagne)

1577 (Amérique)

1

Premièrement, déclarer et dire le nom de la localité dont on fait la relation, comment elle s’appelle à présent, et pourquoi elle s’appelle ainsi. Et si elle a eu un nom différent autrefois, et aussi pourquoi on l’a appelée ainsi, si on peut le savoir.

Premièrement, pour les villes et villages d’Espagnols, dire le nom de la contrée ou province où ils se trouvent et ce que veut dire ce nom dans la langue des
Indiens et pourquoi elle se nomme ainsi.

2

Si ladite localité est ancienne ou récente, de quand date sa fondation, qui fut son fondateur, quand elle a été enlevée aux
Maures, ou ce que l’on peut savoir à ce sujet.

Qui a découvert et conquis cette province, et qui en a ordonné la découverte ; et l’année de cette découverte et conquête ; dire tout ce que l’on pourra facilement en savoir.

3

Si c’est une cité, une ville ou un village ; et si c’est une cité ou une ville, depuis quand l’est-elle, et quel est son titre ; si c’est un village, à la juridiction de quelle cité ou ville appartient-il.

Et, d’une façon générale, le tempérament et qualité de cette province ou contrée ; si elle est très froide ou chaude, ou bien sèche et humide ; s’il y pleut beaucoup ou peu et en quelle saison ; et les vents qui y dominent, leur force et leur direction selon la saison.

  • 44 J.-P. Berthe, « À l’origine des “Relations… pour la description des Indes”… », p. 11.
  • 45 Ibid.

41En ce qui concerne l’art et la méthode de la description, la principale originalité du texte de 1577 a été de réclamer aux autorités locales « un plan et un dessin bien représenté des rues, des places et autres endroits importants, comme les monastères, pour autant qu’on puisse le tracer facilement sur une feuille de papier, où l’on indiquera quelle partie de la ville regarde au midi ou au nord44 ». L’idée de faire accompagner le texte écrit par une « peinture » (pintura) apparaît d’autant plus novatrice qu’aucune demande de cet ordre n’avait été formulée dans les instructions de 1575. Certes, tous les magistrats espagnols, en particulier dans les provinces les plus reculées, n’ont pas répondu aux espérances (sans doute démesurées) des commanditaires de l’enquête. C’est le cas des auteurs de la relation de Hueypuchtla qui, plutôt que de se lancer dans un travail cartographique aléatoire, ont préféré décrire à leur manière la disposition anarchique du village, dont le tracé incohérent ne respectait pas les normes urbanistiques que voulaient imposer les Espagnols aux populations indigènes : « leur habitat se fait sans aucun ordre, et il n’y a pas de rue : au contraire, les habitants [vecinos] sont tous éloignés les uns des autres45 ».

  • 46 Cf. B. E. Mundy, The mapping of New Spain. Indigenous cartography and the maps of the Relaciones ge (...)

42Cependant, malgré les pertes provoquées par les erreurs de transmission, les défauts de stockage et la dispersion des manuscrits, de nombreux documents pictographiques ont été conservés dans les archives d’Espagne et des États-Unis46. Or, l’intérêt de travailler sur ce type de matériel est double. En effet, dans la plupart des cas, les peintures qui accompagnent le texte des Relations présentent un mélange de technique européenne et de représentations d’origine indienne qui en font un bon exemple de métissage culturel. En outre, elles synthétisent l’information écrite et la replacent dans un contexte spatial qui nous fait souvent défaut quand on essaie d’élaborer une véritable géographie rétrospective du monde hispano-américain.

Mérites et limites de la description : l’exemple de la relation de Cuzcatlan

  • 47 R. Acuña, Relaciones geográficas, t. 5, Tlaxcala 2, p. 89-103.

43De la relation de Cuzcatlan, il existe deux versions presque identiques, curieusement datées du même jour (l’une à Séville, l’autre à Austin), chacune étant accompagnée d’une carte manuscrite (voir la carte de Cuzcatlan, infra, p. 161). Le texte publié par René Acuña dans ses Relaciones geográficas est un bon exemple des mérites et des limites de la méthode proposée pour décrire le Nouveau Monde. En effet, il ne comporte que 17 chapitres, au lieu des 49 répertoriés dans le questionnaire initial47. Ce décalage s’explique parce que les priorités de la couronne ne sont pas toujours celles de ses lointains sujets. Comme on l’a vu, les auteurs du questionnaire insistent sur l’importance du fait urbain, sur la hiérarchie des villes, sur les réseaux et les voies de communication, ainsi que sur la géographie politique en général (16 questions). Ils essaient en outre d’obtenir le plus d’informations possibles sur les interfaces maritimes : type de mer, type de littoral, capacité des ports (questions 38 à 47 : « Et s’il s’agit de localités proches de la mer… »). Cependant, de tels sujets (essentiels et même vitaux pour l’administration espagnole) n’ont pas de sens pour des populations installées sur les hauts plateaux mexicains, qui vivent exclusivement de l’agriculture. Sur un total de 242 lignes dans l’édition d’Acuña, la relation de Cuzcatlan privilégie donc deux grands thèmes :

  • l’histoire, la toponymie, l’étymologie dans le monde indigène (119 lignes, soit 49,2 % du total) ;

  • les activités agricoles et commerciales (85 lignes, c’est-à-dire 35,1 % du total).

44Dans cet ensemble, les chapitres qui font l’objet d’une réponse sont clairement identifiés, même s’ils regroupent souvent plusieurs questions jugées redondantes par les autorités municipales :

451. Villes, régions, toponymie. La réponse recoupe aussi les questions n° 13 (toponymie indigène), n° 14 (Indiens : tribut, cultes, coutumes préhispaniques) et n° 15 (Indiens : histoire politique).
2. Conquête. Ce chapitre montre l’habileté tactique des Indiens de Cuzcatlan qui, pour s’attirer les bonnes grâces de l’administration espagnole, rappellent qu’ils sont allés volontairement se soumettre à l’autorité de Cortés, sans engager bataille contre lui.
3. Climat.
4. Orographie, topographie. Dans un souci légitime d’économie et de cohérence, la réponse recoupe aussi les questions n° 19 (hydrographie : rivières), n° 20 (hydrographie : lacs, sources), n° 23 (arbres fruitiers, autochtones et importés), n° 24 (agriculture autochtone), n° 25 (plantes importées), et n° 27 (animaux sauvages et domestiques).
5. La population indienne. Recoupe les questions n° 17 (sain et malsain) et n° 34, 35, 36 (les églises paroissiales, la géographie religieuse).
6. Latitude. Dans ce domaine, les auteurs de la relation avouent honnêtement leur incompétence.
8. Distance entre les villes, état des routes (pour les Espagnols). On a ici une confusion avec la question n° 7, qui traite de la hiérarchie urbaine (siège de l’audience, résidence du gouverneur). Des recoupements sont opérés avec la question n° 18 (« À quelle distance et dans quelle direction elles se trouvent par rapport à quelque montagne ou cordillère remarquable des alentours »).
9. Toponymie, fondations de villes, population.
10. Site des villes, plan des villes (recoupement avec la question 16 : « décrire le site où elles sont installées… »).
11. Réseau urbain, hiérarchie administrative et politique, distances (recoupement avec les questions n° 12 et 34).
22. Forêts.
24. Agriculture autochtone.
26. Plantes aromatiques ou médicinales.
27. Animaux sauvages et domestiques.
30. Salines, nourriture, habillement.
31. Architecture.
33. Commerce, activités, tribut.

46Outre les questions portant sur la mer et le littoral, exclues de fait car le village est situé au sud-est de l’État de Puebla, à 1170 mètres d’altitude, les habitants de Cuzcatlan éludent toutes celles qui ne les concernent pas : accident naturel remarquable (questions n° 21 et 49), mines (n° 28), carrières (n° 29), place forte (n° 32), hôpitaux et collège (n° 36), village abandonné (n° 48).

  • 48 À ce sujet, voir l’article d’A. Musset & F. Vergneault, « Un regard multiple sur le pueblo de Cuzca (...)
  • 49 Tlacuilo : scribe, peintre (en nahuatl).

47Les réponses au questionnaire sont par ailleurs remarquablement complétées par les cartes qui accompagnent les deux relations. Même s’il n’entre pas dans le cadre de cette courte étude d’étudier en détail les modes de représentation spatiale mis en œuvre dans ces deux pinturas48, on peut néanmoins souligner que celles-ci approfondissent et enrichissent considérablement la description écrite. Certes, la sémiologie graphique utilisée par le dessinateur (sans aucun doute un tlacuilo49 indigène) ne correspond pas toujours aux canons de l’esthétique européenne. Cependant, malgré ses imperfections (mais la cartographie espagnole de l’époque présentait souvent les mêmes défauts : orientation incorrecte, échelle aléatoire, localisations imprécises, distances non respectées), le plan a été conçu pour épargner aux auteurs de la relation des commentaires superflus, conformément aux directives de la couronne : « Le dixième chapitre, qui demande que l’on déclare le site et la situation desdits villages, se compose d’un plan, joint à ce à quoi je fais référence, lequel est sûr et véritable. »

48Pour ce qui est des distances entre le chef-lieu et les autres localités du district de Cuzcatlan, le notaire précise que « sur ce sujet, je me réfère à la peinture qui accompagne ». Or, s’il est vrai que les distances annoncées dans le texte ne semblent pas correspondre aux figures tracées sur le plan, on a pu en revanche démontrer que la localisation des villages, les uns par rapport aux autres, correspond assez bien à la réalité. C’est pourquoi la relation de Cuzcatlan, complétée par ses deux cartes manuscrites, apparaît comme une bonne mise en pratique de la méthode descriptive élaborée par les conseillers de la couronne espagnole. À bien des égards, elle est une des expressions de la modernité (mais aussi de la pesanteur) administrative qui caractérisait l’État espagnol en cette deuxième moitié du xvie siècle, quand Philippe II, roi bureaucrate par excellence, dominait l’Europe et une grande partie du monde.

*

  • 50 Traduction du texte établie par René Acuña, Relaciones geográficas…, t. 5, Tlaxcala 2, p. 89-103. L (...)

49Afin d’apprécier les résultats de l’enquête lancée par la couronne espagnole pour mieux connaître et mieux gouverner ses possessions américaines, il apparaît indispensable de disposer d’un exemple abouti de relation. C’est pourquoi nous présentons ici la traduction complète de la relation de Cuzcatlan50, dont nous avons évoqué l’intérêt historique et méthodologique. En effet, après avoir étudié les outils et les procédés de la description, tels qu’ils étaient explicitement ou implicitement exposés dans les instructions et dans le questionnaire de 1577, la lecture d’une de ces « Relations géographiques » permet de comprendre les difficultés rencontrées par les autorités locales pour répondre aux inquiétudes de la couronne. Mais elle permet aussi d’imaginer les problèmes posés par leurs réponses aux conseillers du roi chargés de les dépouiller, de les classer et d’en faire la synthèse – une synthèse qui ne verra jamais le jour.

L’aboutissement d’une enquête : la relation de Cuzcatlan

  • 51 Asiento : à la fois emplacement et plan de la ville.
  • 52 Cozcatl : joyau, pierre précieuse + tlan (locatif) = « près de la pierre précieuse ».
  • 53 Abricotier de Saint-Domingue.
  • 54 Un tributaire = un ménage.
  • 55 Sur la carte, on voit trois poteries dessinées à côté du village.
  • 56 Sur la carte, on voit une fleur représentée près d’une source, dans le coin inférieur gauche de la (...)
  • 57 Il s’agit peut-être de arqueros en guerra (« archers en guerre »).
  • 58 Cuzcatlan (aujourd’hui Coxcatlán) est un petit bourg d’environ 5000 habitants qui domine un distric (...)
  • 59 Fanègue : unité de mesure (55,5 litres).
  • 60 Sur la carte, les pains de sel sont représentés par des petits carrés.

Dans le village (pueblo) de Cuzcatlan de la Nouvelle-Espagne, le vingt-sixième jour du mois d’octobre de l’année mille cinq cent quatre-vingt-deux, l’illustre Juan de Castañeda León, corregidor dudit village de Cuzcatlan et des autres localités de son district (partido), pour vérifier et accomplir ce qui est contenu dans l’Instruction et commission qui lui a été donnée et confiée par Sa Majesté, en ce qui concerne l’emplacement51 des villages de ladite juridiction, les arbres fruitiers, le climat, l’habitat et les moyens de subsistance des paysans indiens (macehuales), a ordonné de se présenter devant lui, et ainsi se sont-ils présentés, don Baltasar de San Miguel, gouverneur de ce village, don Martin Cortés et don Miguel González, alcaldes, don Felipe Juárez et don Franciso López, échevins (regidores), don Diego Sánchez, chef de la police (alguacil mayor), don Juan de San Gabriel, don Esteban, don Francisco, don Toribio Patricio, Pedro de Guzmán, Marcos de San Luis, Francisco López, Agustín Velázquez, don Luis Hernández, Marcos Hernández, Alejo Téllez, Sebastián Ponce, Francisco Cosme, Pedro Osorio, Andrés de Moscoso, Antonio de Luna, Juan de Moscoso, Miguel Maldonado, Francisco de la Cruz, Felipe Sánchez, Francisco de Espinosa, Agustín de Contreras, Tomás de Aquino, et Agustín del Castillo, lieutenant du chef de la police : tous Indiens, qui parlent bien la langue mexicaine et, pour certains d’entre eux, la langue espagnole. Et par l’intermédiaire dudit corregidor, il leur a été ordonné, sous peine d’une amende de cent pesos d’or fin (oro de minas) chacun pour le Trésor de Sa Majesté, qu’aucun d’entre eux ne s’absente de ce conseil jusqu’à ce que, conjointement à Pero García, interprète par la grâce de monsieur le corregidor, nommé et assermenté à cet effet selon le droit, ils spécifient, disent et déclarent, ce qui est contenu dans ladite instruction, et en chaque chose et partie de celle-ci, pour que, l’ayant déclaré, il l’envoie à l’audience royale de la ville de Mexico, comme ladite Instruction le lui demande et le lui ordonne. Ceux-ci ont dit qu’ils étaient prêts à accomplir ce qui leur était ordonné par le corregidor. Et l’ayant fait, ensemble avec ledit corregidor, par l’intermédiaire dudit interprète et devant moi, Alonso García, notaire nommé et assermenté selon le droit par ledit corregidor, ils ont fait la déclaration suivante :
1. Premièrement, pour ce qui touche à la première question et au premier chapitre, qui concerne les villages où habitent les Espagnols, par l’intermédiaire dudit Pero García, Espagnol, interprète nommé à cet effet, par lesdits gouverneurs et alcaldes (et échevins), et autres dirigeants, il a été dit et déclaré que le chef-lieu de cette juridiction est ce village de Cuzcatlan, où habitent ledit corregidor et le curé (beneficiado) qui dépend du diocèse de Tlaxcala ; que Cuzcatlan veut dire, en langue espagnole, « tout type de bijou », et qu’il a été appelé Cuzcatlan parce que, dans les temps anciens, sont sortis d’un Chicomoztoc, qui en langue espagnole veut dire « sept capitales (cabeceras) », cinq seigneurs (señores principales) appelés Xelhuan, Tuzpan, Huetzin, Xuchitl et Xictla, avec une femme appelée Cihuacoatl, qu’ils adoraient et qu’ils reconnaissaient comme leur déesse, de qui ils espéraient un soutien dans leurs tribulations et leurs moments difficiles, ainsi que dans les batailles, les hasards et les bons moments, ladite déesse étant au-dessus des autres idoles qu’ils avaient, et dont on ne fera pas ici l’énumération, tant elles étaient nombreuses ; parce que, à tout propos, même pour des occasions sans importance, ils instituaient un dieu et lui donnaient le nom qu’ils voulaient. Et ces cinq seigneurs étaient tous aimés et estimés de manière à ce point égale par les gens du peuple (macehuales), que l’autorité d’aucun d’entre eux ne s’imposait, de telle sorte qu’ils ne savaient auquel d’entre eux confier le gouvernement. Si bien qu’ils ordonnèrent de tirer au sort l’un d’entre eux : celui qui l’emporterait deviendrait alors leur gouverneur ; parce que leur autorité était tellement grande, que les gens du peuple (macehuales) ne savaient pas auquel donner le pouvoir. Et ainsi, tous les cinq étant d’accord là-dessus, une fois le tirage au sort effectué, c’est Xelhuan qui devint leur gouverneur et leur chef, et comme tel il fut choisi et élevé par eux. Et, au moment où ils le reconnurent et l’élevèrent au rang de roi et seigneur, ils lui accrochèrent au cou des bijoux et des pierres, toutes précieuses, de différentes couleurs, enfilées et disposées autour du cou à la manière d’une chaîne, chose qu’ils appellent Cuzcatl ; de là est venu, et est resté, le nom dudit village, Cuzcatlan52.
2. En demandant, par l’intermédiaire dudit interprète, qui a découvert cette province, par quel moyen et sous quel mandat a été découverte cette province et juridiction de Cuzcatlan, ils ont dit que jamais ni eux ni leurs aïeux n’avaient été conquis par le marquis del Valle, ni par aucun de ses capitaines ou soldats ; au contraire, sachant que ledit don Hernando Cortés, marquis del Valle, était dans la province de la ville de Tepeaca, à vingt lieues de ce dit village de Cuzcatlan, tous les seigneurs (principales), ou la plus grande partie d’entre eux, vinrent à sa rencontre pour le reconnaître comme seigneur, en lui portant une grande caisse de bois pleine de barres d’or, de joyaux et de pierres précieuses, et c’est ainsi qu’ils le reconnurent et qu’ils l’eurent comme seigneur (señor). Et ils le déclarent ainsi, parce qu’ils l’ont entendu dire de leurs ancêtres ; mais en ce qui concerne l’époque où cela s’est passé, eux ne le savent pas.
3. En ce qui concerne le troisième chapitre, qui traite du climat et de la qualité de ce dit village de Cuzcatlan et de sa province, ils ont dit que c’est une terre chaude et sèche, avec beaucoup d’eau durant huit mois de l’année, depuis le mois d’avril jusqu’à celui de novembre, et la terre est fertile. La plus grande partie de l’année, elle est parcourue par le vent du sud.
4. Dans le quatrième chapitre, qui traite de tout ce qui touche au fait de savoir si c’est une région (tierra) plate ou accidentée, couverte de bois ou fertile, ils ont dit, par l’intermédiaire dudit interprète, que c’est une terre boisée et accidentée, au pied d’une montagne ; le chef-lieu, région (tierra) où coulent dix sources dans un périmètre de quatre ou cinq lieues autour dudit chef-lieu, terre (tierra) qui manque de pâturages mais qui abonde en plantes et fruits autochtones (de la tierra), tels que peruétanos, sapotiers (chicozapotes), anones, mammées53 (mameyes), plantanos (pour plátanos : bananiers ?), dattiers (dátiles), goyaviers, avocats de deux ou trois sortes, patates douces (camotes) de trois sortes, cannes à sucre ; et plantes de Castille, comme les pêches, les poires, les figues blanches et noires, les cerises, les pommes de Castille, trois variétés de prunes du pays (de la tierra), oranges et gros citrons, cédrats et pamplemousses, melons et concombres, et tous les autres légumes de jardin potager, l’ensemble entouré de trois petits cours d’eau ; cependant, elle manque et a besoin de volailles du pays et de Castille, ainsi que de maïs, de blé, de lentilles, de pois chiches, de vaches et de moutons.
5. Dans le cinquième chapitre, qui traite de savoir s’il y a beaucoup ou peu d’Indiens, leur habit et leur langue, par l’intermédiaire dudit interprète ils ont dit que, dans les temps passés, il y a deux cents ou trois cents ans, il pouvait y avoir quarante mille Indiens dans ce dit village, sur son territoire (comarca) et sa juridiction, d’après ce qu’ils ont entendu dire de leurs ancêtres, mais qu’à présent, selon ce que révèle l’assiette de l’impôt royal, il n’y a pas plus de quatre cent soixante tributaires complets (pour la couronne royale), hommes et femmes54 ; ce qui représente, en tout, plus ou moins neuf cents Indiens, à cause des nombreuses maladies et cocolixtles (épidémies) qu’ils ont subies, et parce qu’il s’agit d’une terre chaude qui, dans sa plus grande partie, est insalubre, génératrice d’apathie, peu favorable à la vie. En ce qui concerne leur manière d’habiter, ces quatre cent soixante Indiens recensés par l’impôt royal sont divisés en dix hameaux (estancias), sans compter le chef-lieu, dans lesquelles on trouve des églises où les offices divins sont célébrés, sans qu’il y ait de différence dans ce domaine avec le chef-lieu.
Et en ce qui concerne la qualité, la capacité et l’espèce de leur intelligence, leurs penchants et leurs manières de vivre, il y a tant de différences qu’il serait téméraire de porter un jugement sur un point aussi douteux qui, en tant que tel, ressort de la majesté divine ; cependant, pour ne pas rester sec, je dirai que, pour ce qui touche à la doctrine et à la sainte foi catholique, leurs démonstrations sont bonnes, et qu’ils parlent entre eux trois langues, qui sont : la mexicaine, qui est la plus importante et la plus répandue, la chochone et la mazatèque, langues obscures et qui sonnent mal à nos oreilles.
6. Au sixième chapitre, qui traite de la hauteur ou de l’élévation au pôle où se trouvent lesdits villages, je ne dis rien parce que je ne suis pas astrologue [sic], et qu’il n’y en a aucun dans cette province.
8. Au huitième chapitre, qui traite de la distance entre la capitale de cette dite juridiction et les autres villages d’Espagnols, chefs-lieux, cités, villes et localités, ils ont dit que d’ici au bourg (pueblo) de Tehuacan, alcaldía mayor, il y a six lieues de chemin plat, la plus grande partie dans la montagne, et de ce chef-lieu de Cuzcatlan jusqu’au village de Teutitlan, corregimiento indépendant, il y a quatre petites lieues de terre plane et de montagne, ainsi que quelques petits accidents de terrain. Dans un cas comme dans l’autre, le chemin est en ligne droite, pour Tehuacan vers le nord, pour Teutitlan, vers le sud.
9. Au neuvième chapitre, qui traite du nom et du surnom donné à chaque ville ou village, pourquoi il a été fondé, ou qui décida sa fondation, ils ont dit que dix localités (estancias) dépendaient de ce chef-lieu de Cuzcatlan, comme il a été dit plus haut, lesquelles s’appellent Santa María Calipan, San Antonio Comulco, San Pedro Otontepetl, San Jerónimo Asuchitlan, San Juan Ajusco, San Mateo Tlacuchcalco, Santiago Tilapan, Santa María Ajutla Chimalhuacan, San Francisco Gitlaman, et San Martín Mazateopan, à vingt lieues dudit chef-lieu. La signification, l’origine et le principe des noms desdites localités est celui-ci : celle de Calipan qui est la première dont on a fait mention, et dans laquelle vivait un seigneur (principal) dont ils ne se rappellent plus le nom, et qui hébergeait là les démons, et ainsi Calipan, en notre langue commune, signifie « maison », laquelle ledit seigneur tenait à cet effet ; la localité de Comulco, la deuxième dont il est fait mention, a été appelée Comulco parce que, dans notre langue commune, Comulco veut dire « endroit où l’on fabrique de grandes quantités de pots et de cruches », parce que son argile est de bonne qualité55 ; celle d’Otontepetl, qui signifie « barbares ou sauvages dans le village » dans notre langue commune, dont l’origine vient d’Indiens otomites qui vivaient au bord d’une source, sur une colline de ladite localité ; et Asuchitlan, terre de salines située à deux lieues dudit chef-lieu, a été appelée de cette manière parce qu’elle possède une source entourée de nombreuses fleurs et de roses, et, dans notre langue commune, Asuchitlan signifie justement « eau de roses » ; et Ajusco, dans notre langue commune, veut dire « eau de rose56 » ; et Tlacuchcalco, qui signifie dans notre langue commune « arteros en guerra » (« rusés en guerre57 »), ils lui donnèrent ce nom parce qu’ils faisaient avec leurs lances une maison ou un abri pour les démons qu’ils adoraient quand ils étaient encore gentils ; et Tilapan, dans notre langue commune, veut dire « eau teinte », parce que les eaux sont ici troubles ; quant à Xuxutla Chimatlhuacan, voilà ce que cela signifie dans notre langue commune : Xuxutla était un Indien qui portait ce nom, Chimalhuacan était le « bouclier » avec lequel ce Xuxutla faisait de l’ombre au démon quand il partait en guerre ; Xitlaman, dans notre langue commune, veut dire « récipient de pierre », dans lequel leur dieu s’est lavé les mains ; Mazateopan, dans notre langue commune, veut dire « cerf vénéré par l’église » : ce nom vient du fait que les naturels tuèrent un cerf, qu’ils adorèrent ensuite comme leur dieu, et c’est pourquoi ils l’appelèrent Mazateopan ; Petlapa, dans notre langue commune, veut dire « eau qui se déverse », parce qu’il y a une grande source dont la puissance est telle, au cœur de l’été, que l’eau déborde et se répand sur la terre. Si l’on met à part deux cents tributaires, avec leurs femmes, qui habitent dans le chef-lieu de Cuzcatlan, les autres se répartissent dans lesdites localités, et chacune d’entre elles en a trente-cinq, la plus importante en a cinquante, avec leurs femmes, sans compter les nouveau-nés et les autres enfants, garçons et filles en bas âge58.
10. Le dixième chapitre, qui demande que l’on déclare le site et la situation desdits villages, se compose d’un plan, joint à ce à quoi je fais référence, lequel est sûr et véritable.
11. Dans le onzième chapitre, qui traite de la distance entre les autres villages d’Indiens et ce chef-lieu de Cuzcatlan, et il n’y en a pas d’autre ; huit de ces localités sont éloignées d’une demi-lieue, d’une lieue, de deux lieues, de trois lieues, de quatre lieues et de cinq lieues de ce chef-lieu ; les deux dernières de ces dix localités sont, la première, à vingt lieues, et la seconde à vingt-quatre lieues de ce chef-lieu. Sur ce sujet, je me réfère à la peinture qui accompagne.
22. Au vingt-deuxième chapitre, qui demande que l’on déclare quels sont les arbres, sylvestres ou fruitiers, qu’il y a dans ladite province, par l’intermédiaire dudit interprète et selon leur meilleure opinion, ils ont dit que, dans cette juridiction de Cuzcatlan, il y a des pins, des saules, des arbousiers, des chênes, des chênes verts, des sapins et des arbres de sang de dragon, des fromagers, des palmiers sauvages et beaucoup d’autres arbres, qui tous ont de grandes vertus et de grands effets : pour la construction, ils donnent des planches et des poutres, ils fournissent du bois de chauffe et de la résine de sapin, du bois pour les lits, les chaises et les chapelets, des pharmacopées et bien d’autres profits avec l’arbre de guayacan.
24. Au vingt-quatrième chapitre, qui traite des semences, des légumes et des grains qui servent ou ont servi à l’alimentation des naturels, ils répondirent qu’il s’agit du maïs, des haricots, du piment, des tomates, des grains de cacao, de la moutarde (mostaza), des fèves et autres produits maraîchers que l’ont produit ou que l’on a produit. Ils s’en sont nourris et s’en nourrissent jusqu’à maintenant, ainsi que du tenpenquiztli, qui est un fruit semblable à la prune de Castille, de couleur noire, et dont il y a de grandes quantités dans cette province ; comme les mizquites, qui sont des gousses d’arbre, semblables à des fèves, et des calebasses (guajes), qu’ils mangent et dont ils font du vin.
26. Au vingt-sixième chapitre, qui traite des herbes et des plantes aromatiques médicinales de cette terre, ils ont répondu que la salsepareille, que l’on trouve en grande quantité, était très utile, ainsi que le huey nacaztle, le tilsuchitl, le mecasuchitl, le yolosuchitl, le motosuchitl, le huey chichipactli, le cococpatli, et l’olopatli : tous ces noms sont de genre neutre et n’ont pas de signification dans notre langue commune, si ce n’est qu’il s’agit d’herbes adaptées à la qualité et à la complexion des naturels, qui les considèrent comme de bons médicaments pour les fièvres, les pustules, les abcès et les maladies contagieuses. Et les herbes vénéneuses sont le mixitl et le tlapatl, qui peuvent faire perdre la raison, et même la vie, et l’izcuinpatl, herbe empoisonnée et mortelle pour celui qui la mange : on a fait l’expérience d’en donner à un animal et, en moins de vingt-quatre heures, il est mort enragé, aucun remède n’ayant pu le sauver.
27. Au vingt-septième chapitre, qui traite des animaux et des oiseaux, sauvages et domestiques, ils ont répondu qu’il y a, dans cette juridiction, des lions, des tigres, des chats sauvages, des loups, des cerfs, des singes, des coyotes ; en ce qui concerne les oiseaux, il y a des aigles, des aguilillas, des corbeaux, des auras, des poules sauvages du pays, des perroquets, des aras, des chouettes, des milans (halcones), des sacres, des faucons (neblis), des tiercelets, des buses, des cenzontles, ce qui veut dire « oiseaux aux quatre cents chants », des moineaux, des dominicos, des étourneaux, des todolas, des grues, des canards, des oies, et beaucoup d’autres espèces d’oiseaux, des oiseaux que l’on appelle charpentiers (carpinteros), chachalacas et faisans, et d’autres encore appelés guaczin dans leur langage.
30. Au trentième chapitre, qui traite de savoir s’il y a des salines dans ledit village ou dans sa juridiction, ils ont dit que dans ladite juridiction il y a beaucoup de salines, qui produisent chaque année au moins quatre ou cinq mille fanègues59 de sel, dont la plus grande partie est transportée vers les mines de Pachuca, Taxco, Temazcaltepec et Sultepec, pour traiter le minerai d’argent de toutes ces mines60 ; en ce qui concerne les ressources, c’est une terre fertile qui produit beaucoup de maïs pour l’alimentation, et beaucoup de coton pour se vêtir.
31. Au trente et unième chapitre, qui traite de la forme et de la structure des maisons, ils ont dit qu’elles étaient de briques d’argile crue (adobe), de pierre et de chaux, coiffées d’une terrasse ; il y en a en abondance.
33. Au trente-troisième chapitre, qui traite du commerce (tratos) et des activités de ce village et de sa juridiction, ils ont dit que c’est le sel qui est le produit dont les naturels tirent leur principale ressource, et avec lequel ils paient leurs impôts, ce qui correspond chaque année, pour le mari et la femme, à un peso de huit réaux d’argent, qu’ils paient par tiers, tous les quatre mois, et à la fin du dernier tiers, ils donnent en outre une demi-fanègue de maïs ; et c’est pourquoi le veuf ou la veuve ne paie que la moitié de tout cela, sans parler d’autres revenus (tratos) que les naturels obtiennent des fruits et des graines, des oiseaux qu’ils élèvent, du coton et du miel, selon ce qui a été déjà dit et déclaré dans les chapitres antérieurs.
Tous les chapitres susdits, par ledit Juan de Castañeda León, corregidor, et les autres : gouverneur et alcaldes (et échevins et notables [principales] dudit village de Cuzcatlan), a été dit et déclaré, comme il est dit ci-dessus, [formules finales et rappel des témoins appelés pour répondre au questionnaire].

Cabecera : Cuzcatlan. Tlaxcala, 26 octobre 1580 (43x30 cm). Benson Latin American Collection, Université du Texas à Austin.

Cabecera : Cuzcatlan. Tlaxcala, 26 octobre 1580 (43x30 cm). Benson Latin American Collection, Université du Texas à Austin.

Notes

1 Ce texte doit beaucoup au séminaire de l’EHESS de Jean-Pierre Berthe qui, pendant plusieurs années, a organisé des séances de travail portant sur les « Relations géographiques » de 1577. Plusieurs travaux ont été publiés à la suite de cette réflexion collective : voir par exemple N. Lafay, « Dicen… Les informateurs dans les Relations géographiques du diocèse de Puebla-Tlaxcala, 1579-1582 », in A. Breton, J.-P. Berthe & S. Lecoin, eds, Vingt études sur le Mexique et le Guatemala, réunies à la mémoire de Nicole Percheron, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1992 (« Hespérides ») ; S. Lecoin, N. Percheron & F. Vergneault, « Cartographie et recherche historique : le diocèse du Michoacán au xvie siècle d’après les Relations géographiques des Indes, 1579-1582 », TRACE, 10, 1986, p. 15-25.
C’est Jean-Pierre Berthe qui m’a fourni la plupart des documents présentés ici. Ces textes m’ont permis de développer une grande partie de mes études sur la géographie historique de la Nouvelle-Espagne. Je tiens encore une fois à le remercier pour l’aide qu’il a toujours su m’apporter dans mes recherches.

2 Cf. H. F. Cline, « The Relaciones Geográficas of Spain, New Spain and the Spanish Indies. An annotated Bibliography », in Handbook of Middle American Indians, Austin, University of Texas Press, 1972 ; et D. Robertson, « The Relaciones Geográficas of Mexico », in Actas del XXXIII Congreso Internacional de Americanistas, San José, Costa Rica, Lehman, 1959, vol. 2, p. 540-547.

3 J.-P. Berthe, « À l’origine des “Relations… pour la description des Indes” : les documents de 1577 », TRACE, 10, 1986, p. 6.

4 Dans ce domaine, l’ouvrage le plus souvent pillé a sans doute été le Libro de las grandezas y cosas memorables de España, de Pedro de Medina, publié en 1549 à Séville et réédité en 1566 à Alcala.

5 Le texte qui a servi de base à cette étude est celui qui a été publié par P. Miguelez, O.S.A., Catálogo de los códices españoles de la Biblioteca del Escorial, Madrid, Talleres Voluntad, 1925. Sa traduction française est le résultat des travaux réalisés dans le séminaire de Jean-Pierre Berthe.

6 Ibid., p. 252.

7 Il s’agit d’une note manuscrite attribuée à la main d’Antonio Gracian, secrétaire de Philippe II.

8 Juge, magistrat responsable d’une circonscription administrative (corregimiento).

9 Cette tâche ne sera malheureusement pas accomplie.

10 Le questionnaire a été réédité en 1584, avec des modifications minimes dans la partie introductive.

11 En particulier le cosmógrafo mayor Juan López de Velasco.

12 Provisión que Su Majestad el emperador don Carlos, que manda se averiguë el grandor de la Nueva España y de sus pueblos y provincias (Tolède, 10 novembre 1528).

13 R. Alvárez Pelaez, « El cuestionario de 1577. La “Instrucción y memoria de las relaciones que se han de hacer para la descripción de las Indias” de 1577 », in F. de Solano, ed., Cuestionarios para la formación de las Relaciones Geográficas de Indias, siglos xvi-xix, Madrid, CSCI, Centre des études historiques, 1988, XCVI.

14 Provisión del emperador don Carlos cerca de la orden que se mandó hacer de las tierras y provincias de la Nueva España (Madrid, 5 avril 1528).

15 V. de Puga, Cedulario de la Nueva España (facsimilé de l’original), Mexico, Centre d’études de l’histoire de México Condumex, 1985, fol. 48v. (1re éd. 1563).

16 Ibid., fol. 39v.

17 Ibid., fol. 89v.

18 D’autres enquêtes, moins bien structurées, plus partielles et aux objectifs limités ont parfois abouti à des résultats intéressants (voir P. Gerhard « Descripciones geográficas (pistas para investigadores) », Historia mexicana, IV, 1968, p. 618-627). Elles n’entrent cependant pas dans la même catégorie que les « Relations géographiques » de 1577, dont l’ambition méthodologique et politique n’a pas d’équivalent.

19 1584, 1592, 1604, 1635, 1648, 1730, 1743, 1755, 1765, 1768, 1777, 1784, 1791, 1807, 1812. Cf. F. de Solano, ed., Cuestionarios para la formación de las Relaciones Geográficas de Indias…, « Estudio preliminar », 1988 (« Tierra nueva e cielo nuevo ») et Id., ed., Relaciones geográficas del reino de Chile (1756), Santiago, CSIC-Universidad Internacional SEK, 33, 1995 (« Tierra nueva e cielo nuevo »).

20 Magistrat chargé de l’administration d’une province (alcaldía mayor).

21 J.-P. Berthe, « À l’origine des “Relations… pour la description des Indes”… », p. 7.

22 R. Acuña, Relaciones geográficas del siglo xvi, Mexico, UNAM, 1982-1988 (dix tomes), t. 3, Antequera 2, 1984, p. 53.

23 Comme dans le questionnaire « espagnol » de 1575, les enquêteurs devaient répondre « brièvement et clairement en toute chose, en donnant pour certain ce qui l’est, et ce qui ne l’est pas pour douteux » (cf. J.-P. Berthe, « À l’origine des “Relations… pour la description des Indes”… », p. 10).

24 R. Acuña, Relaciones geográficas del siglo xvi, t. 4, Tlaxcala 1, 1984, p. 34. À ce sujet, voir W. D. Mignolo, « El mandato y la ofrenda : la Descripción de la ciudad y provincia de Tlaxcala, de Diego Muñoz Camargo, y las Relaciones de Indias », Nueva Revista de Filología hispánica (El Colegio de México), 1987, t. XXXV, p. 451-484.

25 R. Acuña, Relaciones geográficas…, 1987, t. 9, Michoacán, p. 195.

26 Ibid., p. 450.

27 R. Acuña, Relaciones geográficas…, 1982, t. 1, Guatemala, p. 99.

28 R. Acuña, Relaciones geográficas…, 1986, t. 8, México 3, p. 46.

29 R. Acuña, Relaciones geográficas…, t. 9, Michoacán, p. 216.

30 R. Acuña, Relaciones geográficas…, t. 1, Guatemala, p. 126.

31 R. Acuña, Relaciones geográficas del siglo xvi, t. 5, Tlaxcala 2, p. 97.

32 R. Acuña, Relaciones geográficas…, t. 9, Michoacán, p. 106.

33 Ibid., p. 321.

34 R. Acuña, Relaciones geográficas…, t. 1, Guatemala, p. 37.

35 R. Acuña, Relaciones geográficas…, 1984, t. 2, Antequera 1, p. 33. La latitude exacte de Oaxaca est de 17° 03’ 43’’.

36 R. Acuña, Relaciones geográficas…, t. 5, Tlaxcala 2, p. 260. La latitude exacte de Tepeaca est de 18° 57’ 43’’.

37 Les ports et les localités situés près de la mer occupent dans ce classement une place privilégiée.

38 Seule la relation des mines de Taxco indique une latitude de 19 degrés (à quelques minutes près), sans se servir de Mexico comme point de référence. Rappelons que la latitude de Mexico est de 19° 26’ 25’’.

39 Ce qui correspond malgré tout à une erreur de plus de deux minutes (une minute en latitude correspond à une longueur de 1842,78 m à l’Équateur).

40 J.-P. Berthe, « À l’origine des “Relations… pour la description des Indes”… », p. 11.

41 R. Acuña, Relaciones geográficas…, t. 8, México 3, p. 142.

42 R. Acuña, Relaciones geográficas…, 1986, t. 7, México 2, p. 58.

43 F. de Solano, ed., Cuestionarios para la formación de las Relaciones geográficas…

44 J.-P. Berthe, « À l’origine des “Relations… pour la description des Indes”… », p. 11.

45 Ibid.

46 Cf. B. E. Mundy, The mapping of New Spain. Indigenous cartography and the maps of the Relaciones geográficas, Chicago, University of Chicago Press, 1996 ; et E. W. Palm, « Estilo cartográfico y tradición humanista en la Relaciones geográficas de 1579-81 », in Atti del XL Convegno Internazionale degli Americanisti (Rome/Gênes, 1972), 1975, vol. 3, p. 195-203.

47 R. Acuña, Relaciones geográficas, t. 5, Tlaxcala 2, p. 89-103.

48 À ce sujet, voir l’article d’A. Musset & F. Vergneault, « Un regard multiple sur le pueblo de Cuzcatlán. Une approche pluridisciplinaire de deux cartes jumelles des Relations géographiques des Indes (1580) », in A. Breton, J.-P. Berthe & S. Lecoin, eds, Vingt études sur le Mexique et le Guatemala…, p. 133-162.

49 Tlacuilo : scribe, peintre (en nahuatl).

50 Traduction du texte établie par René Acuña, Relaciones geográficas…, t. 5, Tlaxcala 2, p. 89-103. La graphie des noms propres est celle d’Acuña.

51 Asiento : à la fois emplacement et plan de la ville.

52 Cozcatl : joyau, pierre précieuse + tlan (locatif) = « près de la pierre précieuse ».

53 Abricotier de Saint-Domingue.

54 Un tributaire = un ménage.

55 Sur la carte, on voit trois poteries dessinées à côté du village.

56 Sur la carte, on voit une fleur représentée près d’une source, dans le coin inférieur gauche de la feuille.

57 Il s’agit peut-être de arqueros en guerra (« archers en guerre »).

58 Cuzcatlan (aujourd’hui Coxcatlán) est un petit bourg d’environ 5000 habitants qui domine un district (municipio) de 334 km2.

59 Fanègue : unité de mesure (55,5 litres).

60 Sur la carte, les pains de sel sont représentés par des petits carrés.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Responsables et informateurs des « Relations géographiques » de la Nouvelle-Espagne
Légende (a) L’aide des Indiens est requise de manière presque systématique, même si elle n’est pas clairement exprimée dans le préambule de la relation (liste des Indiens consultés, par exemple).(b) Entre parenthèses : nombre total des localités décrites (relations emboîtées les unes dans les autres).(c) Diego Muñoz Camargo rédige sa Relation de Tlaxcala à la demande expresse d’Alonso de Nava, alcalde mayor de la province.(d) La relation de Veracruz a été composée par le médecin Alonso Hernández Diosdado, sous l’autorité de l’alcalde mayor de la ville.(e) Dont un juez repartidor.(f) Juan Bautista de Pomar écrit son texte à la demande de l’alcalde mayor de sa ville (Texcoco).(g) Dont un teniente de alcalde mayor (Pátzcuaro) et un notaire (Querétaro).(h) Dont un juez de comisión.(i) Dont deux tenientes de alcalde mayor.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/19846/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Cabecera : Cuzcatlan. Tlaxcala, 26 octobre 1580 (43x30 cm). Benson Latin American Collection, Université du Texas à Austin.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/19846/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search