Version classiqueVersion mobile

Pratiques de la description

 | 
Giorgio Blundo
, 
Jean-Pierre Olivier de Sardan

Décrire en sciences sociales

Observation et description en socio-anthropologie

Observation and description in socio-anthropology

Jean-Pierre Olivier de Sardan

Résumé

La description en sciences sociales se caractérise par la différence entre description au sens large (décrire une culture, un pays, une classe sociale) et description au sens restreint, fondée sur l’observation directe (en ce cas, « l’observable, c’est du filmable »). Les données descriptives de terrain, parallèles aux données discursives, varient selon diverses propriétés : séquentialité, dispositivité, répétitivité, spectacularité, standardisation. Bien que dépendantes d’une problématique et parsemées d’interprétations, elles visent à une adéquation descriptive minimale. Quant aux fonctions argumentaires des descriptions dans le texte final, elles relèvent de l’illustration et de l’exemplification, et se confrontent nécessairement au problème de la typification.

Texte intégral

  • 1 Celle à laquelle se réfère l’analyse bien connue de P. Hamon dans Du descriptif, Paris, Hachette, 1 (...)

La description est une opération langagière, orale ou écrite, qui recouvre des réalités fort différentes selon les espaces intellectuels considérés. On ne peut donc parler de la description en général et de façon indifférenciée. On pourrait ainsi, en première approximation, relever au moins quatre grands registres descriptifs (mais il en est d’autres) : la description du sens commun (qu’on pourrait aussi appeler ethno-description par analogie avec « ethno-méthodologie »), la description littéraire1, la description en sciences dites « dures » (dont la description naturaliste de Carl von Linné reste le précurseur), et enfin la description en sciences sociales. Les règles du jeu sont chaque fois différentes, même si ces diverses formes de la description ont bien sûr entre elles un air de famille, qui renvoie au minimum à un effet réaliste commun. Mais, au-delà de cet effet, les stratégies descriptives respectives propres à chacun de ces registres diffèrent, dans leurs moyens comme dans leurs objectifs.

  • 2 Celles-ci relèvent d’un même univers épistémologique qui leur est spécifique, comme l’a démontré J. (...)

1On se cantonnera ici au seul registre des sciences sociales2. Mais le problème est que, même considéré dans ces limites, l’usage du terme « description » flotte encore considérablement et n’est pas véritablement stabilisé. Cependant, il nous semble que les diverses acceptions de « description » ou de « descriptif » en sciences sociales s’organisent autour de deux pôles, que nous appellerons par commodité la « description au sens large » et la « description au sens restreint ».

  • 3 F. Laplantine, La description ethnographique, Paris, Nathan, 1996, p. 8.
  • 4 Pour B. Lahire, « Qui dit description dit observation préalable, observation directe des comporteme (...)

2La description du monde, la description d’une culture, la posture descriptive des sciences sociales : voilà autant d’expressions habituelles qui relèvent à l’évidence de la description au sens large (ou métaphorique). À l’inverse, décrire un objet, un rituel, une interaction sont autant de manifestations de la description au sens restreint (ou stricto sensu). De façon surprenante, les mêmes auteurs passent souvent d’un niveau à l’autre, comme s’il s’agissait d’un usage identique du terme. Prenons François Laplantine, évoquant « la description ethnographique qui signifie l’écriture des cultures3 » : huit lignes plus loin, il parle de « la description ethnographique en tant qu’écriture du visible » ou encore comme « transformation du regard en langage ». On doit pourtant admettre qu’une culture est tout sauf un objet visible ! Par conséquent, décrire une abstraction aussi complexe que ce qu’évoque « culture » n’a pas grand-chose de commun avec décrire une scène que l’œil vient d’observer (et l’oreille d’écouter)… Certes on pourrait avancer qu’il n’y a là qu’une affaire de référent ou d’échelle, que la description au sens large n’est autre que la description d’objets vastes et complexes et la description au sens restreint celle d’objets plus circonscrits et simples, et qu’une même opération intellectuelle serait à l’œuvre dans tous les cas. Rien n’est moins sûr. L’allusion au regard, dans un des deux cas, nous semble d’ailleurs significative, car c’est justement l’introduction du regard qui permet de discriminer ces deux usages de la notion de description. Dans un cas, ce qu’on décrit n’est pas en soi de l’ordre du regardable, et la description n’a pas de lien organique direct avec l’observation. C’est la description au sens large. Dans le second cas, ce qu’on décrit vient d’être vu, et la description est une forme d’écriture de l’observation4. C’est la description au sens restreint.

3Notre intérêt principal sera ici pour la description au sens restreint, plus particulièrement en anthropologie, ou plutôt en socio-anthropologie (pour unir sous un même terme la sociologie dite parfois qualitative et l’anthropologie). Mais on rappellera préalablement ce qu’est la description au sens large.

La description au sens large

  • 5 Cité in F. Laplantine, La description ethnographique, p. 112.
  • 6 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique
  • 7 Ibid., p. 60-61.

4On peut considérer que la « posture descriptive » (au sens large) est propre aux sciences sociales. De Wittgenstein5 à Passeron6, la tâche assignée aux sciences sociales est clairement de décrire le monde et ses divers états, plus que de l’expliquer ou d’en proposer des lois (ce qui relèverait plutôt du cahier des charges des sciences de la vie ou de la matière). Cette posture descriptive renvoie en particulier à l’usage dominant de la langue naturelle (par opposition aux langages protocolarisés et formalisés) et à l’« indexation déictique » des concepts en sciences sociales : en effet, tout concept, dans nos disciplines, a un enracinement descriptif en ce qu’il se réfère nécessairement à des coordonnées spatio-temporelles au moins tacites7. Cette contextualisation historique place les sciences sociales du côté de Max Weber plutôt que de Thomas S. Kuhn ou de Karl Popper. Description s’oppose alors à falsification, à modélisation ou à nomologie.

  • 8 G. Lenclud, « Le factuel et le normatif en ethnologie. Les différences culturelles relèvent-elles d (...)
  • 9 Cf. Enquête. Anthropologie, Histoire, Sociologie, 6, La description I, 1998.

5Mais, en même temps, la posture descriptive entend également se démarquer de toute vision morale ou magique (« enchantée ») du monde. Elle revendique un réalisme amoral ou désenchanté (« dé-magéifié »), qui rejette les jugements normatifs et les fables édifiantes. Décrire, c’est tenter de décrire le monde tel qu’il est et éviter autant que possible de le juger, de l’enjoliver ou de le décrier. Gérard Lenclud rappelle que « la règle veut que les énoncés ethnographiques soient descriptifs et non évaluatifs8 », la scientificité impliquant la mise à l’écart des jugements de valeur et des termes axiologiques. Il est vrai que le propos de Lenclud est justement de contester la faisabilité de cette distinction, du moins au niveau de la comparaison inter-culturelle ; mais on pourrait avancer que, même si les jugements de fait sont souvent rattrapés par des jugements de valeur, chercher « autant que possible » à ne pas être contaminé par l’axiologie est une règle du jeu nécessaire. L’objectivité de nos disciplines réside dans un objectif d’objectivité, non dans l’illusoire accomplissement intégral de cet objectif. De même, la part d’interprétation constitutive de toute description ne signifie en rien qu’il faille renoncer pour autant à l’ambition de rendre compte du monde tel qu’il est, et non tel qu’on voudrait qu’il soit. Certes, décrire le monde et l’interpréter, cela constitue un seul et même processus (nommé souvent « compréhension » dans une tradition qui va de Wilhelm Dilthey à Max Weber), et toute posture descriptive est aussi et indissociablement une posture interprétative : il semble inutile de revenir sur cet acquis, souvent démontré ou re-démontré9. Mais l’interprétation en sciences sociales reste nécessairement « à prétention réaliste » et suppose de se soumettre à une forte exigence de véridicité et de plausibilité.

6C’est cette double distance, vis-à-vis des approches positivistes du monde social d’un côté (excès d’ambition modélisatrice), et vis-à-vis des évaluations moralistes ou idéalistes des faits sociaux de l’autre (contamination par l’idéologie), qui définit le cœur de la posture descriptive propre aux sciences sociales. La posture descriptive en anthropologie, en histoire ou en sociologie tient sa légitimité scientifique d’être empiriquement contrainte et dénotative.

  • 10 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil, 1971.

7À cet égard, la description (au sens large) ne s’oppose en rien à la narration. La « mise en intrigue » du monde, où Paul Veyne voit volontiers la vocation des sciences sociales10, reste bel et bien du côté de la description du monde. C’en est une des modalités pratiques (une des figures rhétoriques, et sans doute la plus efficace). Description et narration sont alors imbriquées et s’opposent ensemble aux diverses démarches spéculatives, nomologiques ou normatives.

8D’autre part, la description (au sens large) ne s’oppose pas non plus au dénombrement ou à la quantification. Les chiffres et les pourcentages sont tout autant des méthodes de description du monde que les notes de terrain. L’usage de tableaux statistiques est tout aussi descriptif d’un état donné du monde social que l’usage de données qualitatives exprimées en langage naturel.

L’anthropologie et la description

9La confusion entre description au sens large et description au sens restreint est sans doute particulièrement répandue en anthropologie, dans la mesure où l’anthropologie aurait pour tâche particulière de « décrire les cultures » (description au sens large), tout en mobilisant à cet effet des méthodes d’observation et de description spécifiques (description au sens restreint).

  • 11 Par exemple, « To the extent that the initial (and sometimes the primary or sole) task of fieldwork (...)
  • 12 Cité par B. Lahire dans « Décrire la réalité sociale… », p. 173. On peut voir une allusion à ce typ (...)
  • 13 C. Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture », Enquête, 6, p.  (...)
  • 14 R. M. Emerson, « Observational fieldwork », p. 357.
  • 15 D. Sperber, Le savoir des anthropologues, Paris, Hermann, 1982, p. 22.

10De ce fait, on attribue souvent à l’anthropologie une sorte de « propension descriptive » qui lui serait propre11. Mais les injonctions descriptives fréquentes en anthropologie sont d’autant plus ambiguës qu’elles recouvrent des postures épistémologiques sous-jacentes fort variées, depuis des positions « objectivistes » surannées (on se rappelle le conseil donné par Marcel Mauss à Pierre Métais : en ethnographie, « pas de théorie, tu observes et tu décris12 ») jusqu’aux positions « phénoménologiques », souvent associées à Clifford Geertz (« l’ethnographie, c’est de la description dense13 »), en passant par l’incontournable « description du point de vue indigène », ou « description du point de vue de l’acteur », qui met apparemment tout le monde d’accord, et où chacun voit le cœur de la démarche anthropologique. Curieusement, ceux qui démontrent que la « description du point de vue indigène » pose de redoutables problèmes, et renvoie en fait à des interprétations d’interprétations, ne remettent pas en cause le statut « descriptif » de tels énoncés : à Robert M. Emerson soulignant que « the field-worker, then, does not provide a description from the actor’s point of view, but a description of the actor’s point of view from the point of view of a sociological observer14 » fait écho Dan Sperber qui affirme : « la description est, en fait, ce que l’ethnographe a retenu de ce qu’il a compris à partir de ce que les informateurs lui ont dit de ce qu’eux-mêmes ont compris15 ». On est fort loin d’une description au sens restreint.

11En fait, la description ethnographique semble se déployer de façon privilégiée à deux échelles, l’une relevant nettement de la description au sens large (la fresque, ou monographie), l’autre alternant description au sens large et description au sens restreint (la miniature, ou description contextualisée).

  • 16 Cf. par exemple la collection de monographies de l’International African Institute. On rappellera c (...)
  • 17 « Le langage de la description monographique est un méta-langage objectivant », M.-J. Borel (La sch (...)

12La monographie anthropologique classique16, bien qu’en forte perte de vitesse de nos jours (en fait depuis deux ou trois décennies), serait néanmoins pour certains l’archétype même de la description ethnographique. S’attaquer à ce genre pourtant devenu désuet, avec ses inévitables chapitres sur les techniques, l’histoire, l’organisation sociale, la parenté, la religion, est d’ailleurs parfois un moyen commode de régler ses comptes avec l’anthropologie en général, ou de lui faire un procès en positivisme17. Cette inclinaison ancienne vers la monographie relève d’une ambition encyclopédique quelque peu passée de mode, qui n’est d’ailleurs en rien propre à l’anthropologie, et a traversé toutes les sciences sociales. Ainsi, l’histoire classique, bien avant Bronislaw Malinowski invitant les ethnographes à dresser le « tableau » d’une culture, avait abondamment pratiqué dès le xixe siècle ce même genre du « tableau », entendant dépeindre de façon systématique une société donnée à une époque donnée. Le survol monographique relève en tout cas sans ambiguïté de la description au sens large.

  • 18 Cf. G. Levi, « On micro-history », in P. Burke, ed., New perspectives on historical writing, Cambri (...)

13Certes, des descriptions menées à des échelles plus modestes (miniatures) ont toujours accompagné les fresques monographiques. Mais elles tendent aujourd’hui à les remplacer. Sous divers habillages théoriques et méthodologiques, il s’agit toujours de décrire un vaste ensemble abstrait, une culture ou une société, mais cette fois-ci à travers un « concentré » qui, en ses détails, renverrait à un ensemble social plus large et l’illustrerait avec pertinence. Peu importent les noms donnés au procédé : « phénomène social total » avec Marcel Mauss, « extended case analysis » avec Max Gluckman, « description dense » avec Clifford Geertz… On constatera en tout cas que l’histoire a, elle aussi, pratiqué le genre, avec une notoriété renouvelée due à la micro storia italienne18. Dans tous les cas de figure, une description particulière, et donc contextualisée, vaut pour une description plus large. La partie renvoie au tout, elle l’exprime, le signifie, l’exemplifie, le résume, le condense.

  • 19 La distinction entre description au sens restreint et description au sens large rejoint d’une certa (...)

14Notons que la « partie » décrite peut elle-même relever : (a) soit de la description au sens large (cf. la description des malentendus culturels liés aux malheurs du marchand Cohen par Geertz, récit complexe s’étendant sur de nombreuses années, par lequel il illustre la description dense) ; (b) soit de la description au sens restreint (un rituel de potlatch rendrait compte de la culture kwakiutl, comme un combat de coqs exprimerait la culture balinaise). Autrement dit, la miniature peut soit associer deux descriptions au sens large (la miniature peinte est alors elle-même un objet abstrait non immédiatement observable, qui renvoie à un autre objet abstrait plus vaste), soit associer une description au sens restreint et une description au sens large (la miniature peinte est alors un observable renvoyant à un objet abstrait plus vaste). En ce dernier cas, la description au sens restreint est mise au service d’une description au sens large, elle devient « typique »19.

15Ceci pose évidemment le problème de ce qu’on fait dire à une description au sens restreint, autrement dit des divers niveaux d’interprétation qu’on y incorpore, qu’on y surajoute ou qu’on y projette. On y reviendra. Mais il faut d’abord définir plus exactement ce qu’est une « description au sens restreint ».

La description au sens restreint : entretiens et observations

  • 20 Cf. J.-P. Olivier de Sardan, « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropolo (...)

16Alors que la description au sens large n’est en rien spécifique de la socio-anthropologie, nous pensons que la description au sens restreint est, par contre, un élément important dans un dispositif méthodologique (l’enquête de terrain) qui caractérise cette discipline, sinon de façon exclusive, du moins en tant que « dominante »20. Rappelons que, outre les sources écrites et les techniques de recension, l’enquête de terrain prolongée (dite aussi « observation participante ») repose plus particulièrement sur deux grands modes de production de données, les entretiens (transformés en données par la transcription) et les observations (transformées en données par la description). Chacun de ces modes a sa propre forme de présence dans le texte final (publication). D’un côté, les extraits d’entretien (ou citations) illustrent les propos des informateurs et interlocuteurs de l’anthropologue, ils sont l’affleurement des discours et représentations (niveau émique) des acteurs et groupes étudiés. D’un autre côté, les descriptions de l’auteur témoignent des scènes auxquelles il a assisté, elles sont la trace d’actions et d’interactions qu’il a observées. L’écrit anthropologique « donne à entendre », par l’usage de citations renvoyant à des entretiens, et il « donne à voir », par l’usage de descriptions renvoyant à des observations.

Schéma 1. Observations-descriptions et entretiens-transcriptions dans l’enquête de terrain

Schéma 1. Observations-descriptions et entretiens-transcriptions dans l’enquête de terrain

17C’est ce lien direct entre l’observation, comme mode de production de données, et la description, comme trace écrite de cette observation (a) dans les données et (b) dans le produit final, qui est pour nous au cœur de la description au sens restreint (désormais, c’est uniquement en ce sens que nous emploierons le terme). Autrement dit nous considérerons la description comme étant d’un côté une forme de « compte rendu » de l’observation dans le processus de production de données sur le terrain, et comme étant d’un autre côté un mode d’écriture finale faisant partie d’une stratégie argumentaire.

  • 21 Souligné par nous. Cf. M.-J. Borel, « Le discours descriptif, le savoir et ses signes », in J.-C. A (...)

18Marie-Jeanne Borel avait relevé trois fonctions de la description ethnographique : « celle de base de données pour une construction théorique, par l’interprétation ou l’explication ; celle de témoignage (« evidence ») empirique pour la preuve et l’argumentation ; et celle d’illustration pour une communication didactique21 ». On voit que ces trois fonctions relèvent en fait de deux moments nettement distincts : la fonction de « base de données » est liée à la production des données (observation-description de terrain) ; les fonctions de « témoignage » et d’« illustration » sont liées à l’écriture finale (description argumentative, ou didactique, dans une publication). Mais avant d’examiner plus en détail ces deux étapes, et pour dissiper tout malentendu, on nous permettra quelques rappels préalables.

Rappel 1

19Entretiens comme observations ne sont évidemment pas des données brutes, mais des produits. Les uns et les autres dépendent de questions de recherche et sont intégrés à des problématiques. Ces questions de recherche et ces problématiques sont en général d’échelle beaucoup plus vaste que le thème d’un entretien particulier ou le champ d’une observation particulière : autrement dit, un entretien ou une observation sont, pour le chercheur, des « portes d’entrée », ou des « indicateurs », débouchant sur des problèmes plus généraux que la compréhension du seul contexte d’occurrence (ceci différencie l’entretien ou l’observation en socio-anthropologie de l’ethno-méthodologie ou de l’analyse conversationnelle, qui entendent, par principe, se limiter au contexte de l’interaction).

Rappel 2

20Entretiens comme observations ne relèvent pas seulement du registre qualitatif. Chacun a sa version quantitative, avec ses avantages et ses limites : les questionnaires d’un côté, les comptages et inventaires de l’autre. Mais nous ne nous intéresserons ici qu’aux versions qualitatives.

Rappel 3

21Tout entretien a une composante observationnelle (gestes, postures, intonations) comme toute observation a une composante langagière (les sons vont avec les images).

Rappel 4

22Entretiens et observations sont en tous points combinables, entre eux et avec d’autres types de données (recensions et sources écrites). Une situation d’interaction (une bonne partie des matériaux empiriques en socio-anthropologie relève de situations d’interaction) peut toujours être traitée par divers modes de production de données.

Rappel 5

23L’étude de cas est une configuration particulière de combinaison de données, qui sont, entre autres, discursives et observationnelles. Elle peut être longitudinale (histoires de vie ou séquences de vie) ou polyphonique (points de vue d’acteurs variés), ou les deux. Elle peut être séquentielle (unité de temps et de lieu) ou, plus souvent, multi-séquentielle.

Rappel 6

24Le récit descriptif (par un acteur local) est une figure fréquemment utilisée en sciences sociales, qui relève d’une sorte de description au second degré. On a alors affaire à des données entièrement discursives, mais se situant dans le genre descriptif particulier de l’ethno-description. Toujours par commodité, nous ne prendrons en compte ici que l’observation et la description qui sont le fait du chercheur, mais il ne faudrait pas pour autant oublier l’importance des « descriptions émiques » dans le processus de recherche.

Les données observationnelles : l’observable et ses traces

  • 22 Ainsi le texte de R. M. Emerson « Observational fieldwork » est en fait un état de la question sur (...)
  • 23 On pourrait plaider pour un juste milieu avec S. Beaud et F. Weber (Guide de l’enquête de terrain, (...)

25Soulignons tout d’abord que le terme « observation » est lui aussi polysémique, et a des acceptions parfois fort éloignées des processus cognitifs relativement précis qu’il désigne habituellement. C’est le cas en particulier avec l’« observation participante », qui n’est autre qu’une présence prolongée sur le terrain, comportant des degrés d’implication fort divers22. Cette acception très large de l’observation ne sera pas prise en compte ici. Nous ne nous référerons au contraire qu’à des formes circonscrites d’observation, portant sur des objets ou des « événements sociaux » nettement identifiés, dotés de cordonnées spatio-temporelles bien définies. En ce cas, l’observation, qui passe par les sens de l’observateur (principalement la vue et l’ouïe), circule entre deux pôles : l’observation « flottante » et l’observation focalisée. L’observation flottante joue sur la disponibilité, l’observation focalisée joue sur la systématicité, toute observation concrète se déplaçant sur un continuum entre ces deux pôles23. Quel que soit le mode d’observation retenu, seules les observations laissant des traces, et donc transformées ou transformables en données descriptives, seront ici prises en compte.

  • 24 Nous n’aborderons pas ici la question de la participation et de l’implication personnelle de l’obse (...)

26Deux questions se posent alors : qu’est-ce qui est observable ? Comment transformer l’observé en descriptions, par le biais de traces utilisables24 ?

L’observable, c’est du filmable

  • 25 On remarquera qu’un psychologue, M. Bunge, définit le concept d’« observabilité » par, en particuli (...)

27Nous avons déjà souligné que la description (sens restreint) renvoyait au regard et à l’ouïe. Il s’agit d’un ensemble « son + image ». Nous voilà déjà engagés dans la métaphore filmique. Nous la filerons plus avant, car elle présente de nombreux avantages, en particulier, comme on le verra, la notion de séquentialité, et quelques autres. Elle est justifiée dans la mesure où une description est une forme de visualisation ; or ce qui est visualisable est filmable. À peu près tout ce qui est observable par l’œil et l’oreille est également enregistrable en images et en sons, et vice versa25. Le dispositif technique (film ou vidéo) fonctionne en effet au plus près des dispositifs naturels, avec cet avantage supplémentaire qu’il est en même temps une trace objectivée, et donc peut être utilisé de façon différée et reproductible par l’homme. Bien évidemment, les organes naturels ont aussi leurs avantages propres, en particulier d’être branchés sur le cerveau et donc de permettre à celui-ci un traitement direct à la fois en temps réel et ex-post (mémoire). On sait aussi qu’en bout de course c’est toujours au dispositif humain qu’on en vient, le dispositif filmique n’étant qu’une étape supplémentaire dans le rapport entre l’observable (la scène vue ou filmée) et l’observateur (le spectateur direct ou le visionneur).

Schéma 2. Observable-filmable

Schéma 2. Observable-filmable
  • 26 De même que toute une partie du social n’est pas observable, de même tout n’est pas observable dans (...)

28Ce parallèle entre observation/ description de recherche et tournage/montage d’une séquence audio-visuelle documentaire a un premier avantage, qui est pour nous décisif. Il implique en effet que l’objet observé (ou filmé) soit tout simplement observable-descriptible (filmable). Dans la vie sociale, beaucoup de choses ne sont pas observables-descriptibles et filmables, soit qu’il s’agisse d’ensembles trop vastes (la Provence, l’Europe…), soit qu’il s’agisse d’objets abstraits (des sentiments, une idéologie…). Certes des objets vastes ou abstraits peuvent être évoqués à travers des images : mais ils ne peuvent être montrés tels qu’en eux-mêmes. On peut filmer directement une messe, une scène de ménage, un match de football, on ne peut filmer directement ni l’amour ni l’Afrique. De nombreux objets favoris des sciences sociales ne sont pas observables-descriptibles, soit parce qu’il s’agit d’agrégats (une catégorie socio-professionnelle, un genre, une religion…), soit parce qu’il s’agit de concepts (un idéal-type, une éthique, des normes… )26.

29De plus, la référence à l’audio-visuel a le mérite de mettre en évidence des propriétés qu’il partage avec l’observation-description en sciences sociales, et qui seraient, sinon, plus difficiles à percevoir ou à conceptualiser. On examinera ci-dessous quelques-unes de ces propriétés, parmi les plus importantes, mais on relèvera d’abord, en préalable, quelques similarités entre les deux processus :

  1. La réalité enregistrée (filmée comme observée) est produite par des dispositifs de sélection et de focalisation, ce qui empêche de succomber à toute illusion positiviste ou naturaliste (la réalité enregistrée n’est pas une simple reproduction de la réalité observée, c’est une fabrication spécifique).

  2. Mais cette « fabrication » opère à partir d’inputs « vrais », non inventés, absorbés par l’observateur ou la caméra en situation naturelle, et qui ne sont donc pas des produits d’imagination ou de fiction.

  3. La restitution à des tiers (description écrite ou séquence documentaire) passe par d’autres opérations de fabrication, plus complexes et plus sélectives encore (écriture de traces et souvenirs sélectionnés d’un côté, montage audio-visuel de l’autre).

    • 27 Nous utilisons cette notion dans un sens dérivé du « pacte autobiographique » de P. Lejeune (Le pac (...)

    Ce produit final, bien qu’entièrement « fabriqué », entretient avec la réalité de référence une relation de fiabilité, de véridicité ou de plausibilité, au nom de ce qu’on pourrait appeler un « pacte réaliste27 » (circonscrit ici aux sciences sociales et au cinéma documentaire) : ce que je vous décris ou ce que je vous projette est vrai, même si cela a été fabriqué, cela n’a pas été inventé. Trop d’« effets » et, au pire, certains « trucages », chez le cinéaste comme chez le chercheur, en rompant le pacte réaliste, créent le doute et la suspicion.

  • 28 Cf. J.-P. Olivier de Sardan, « The ethnographic pact and documentary film », Visual Anthropology, 1 (...)
  • 29 Cf. S. Beaud & F. Weber, Guide de l’enquête de terrain, p. 139-175.

30Depuis l’enregistrement initial jusqu’au montage final, le maître d’œuvre (chercheur ou cinéaste) opère une série de choix « techniques » et narratifs, qui définiront les « propriétés » (style, rythme, fil directeur, contenu informatif, esthétique, etc.) du produit (description écrite ou séquence audio-visuelle), où s’expriment sa compétence comme sa stratégie. Si, pour une séquence documentaire audio-visuelle, les choix renvoient à des variables telles que cadrage, focale, découpage, raccord, commentaire, etc.28, pour une description issue d’observations les variables tourneront autour de la focalisation (plus ou moins délibérée), de la prise de note (pendant ou après, solitaire ou collective, écrite ou enregistrée), du degré de schématisation, etc. Dans cette même perspective, Stéphane Beaud et Florence Weber insistent sur ce que l’observation ethnographique implique de savoir-faire acquis sur le tas, autour de trois phases majeures : la perception, la mémorisation et la notation29.

31La notation n’est autre que la prise de notes, autrement dit ce qu’on pourrait appeler la description de terrain, à laquelle le chercheur observant procède soit par une prise de notes simultanée (le plus souvent), soit par une prise de notes différée (quand le contexte l’impose), sans oublier le recours complémentaire à des procédés audio-visuels (photos, vidéo). C’est ainsi que l’observation, devenue description de terrain, prend place dans un corpus de données descriptives, aux côtés d’autres corpus (données discursives, données documentaires, recensions…). C’est l’exact équivalent des rushes du cinéaste documentariste.

32Venons-en maintenant aux propriétés que l’observation de recherche et ses traces descriptives (données descriptives) partagent avec la réalisation de séquences documentaires audio-visuelles.

Les propriétés de l’observation-description de recherche

33Celles que nous examinerons ici sont au nombre de quatre : la séquentialité, la dispositivité, la standardisation et l’adéquation descriptive.

La séquentialité

34Le flux de l’observable potentiel, qu’on pourrait se représenter a priori comme continu et infini, doit, pour devenir de l’observé, être « découpé ». Ce découpage combine deux sources. Une séquence d’observation de recherche peut en quelque sorte être « naturellement » découpée (découpage piloté par l’observé), comme elle peut l’être aussi du fait de décisions souveraines du chercheur (découpage piloté par l’observateur). Mais il n’est pas d’observation de recherche, traduisible en description, qui n’ait une structure séquentielle. Un événement social spécifique et circonscrit, doté d’un début et d’une fin, tel est l’archétype de l’observable-descriptible en sciences sociales.

  • 30 Pour cette raison, les premiers films ethnologiques, réalisés par des amateurs (en termes d’audio-v (...)
  • 31 On sait que E. Goffman, sociologue par excellence de telles interactions, a beaucoup utilisé de mét (...)
  • 32 De même qu’en fait une séquence cinématographique est le plus souvent tournée et montée en plusieur (...)

35En fait, de nombreux événements sociaux sont dotés d’une sorte de séquentialité « naturelle » (en l’occurrence « sociale »). Parfois cette séquentialité est, au sens strict, instituée, c’est-à-dire qu’elle est le produit délibéré d’une institution (cf. un mariage civil à la mairie). Parfois il y a simplement consensus, tant chez les acteurs qui y participent que chez ceux qui en sont éventuellement témoins, sur l’existence d’un début et d’une fin et leurs contours approximatifs (cf. une soirée entre amis). Cette propriété séquentielle d’une partie importante de la vie sociale est évidente pour les rituels politiques, religieux, ou sportifs (cf. une inauguration, une messe, un match), ou pour les actes techniques (cf. le coulage d’une dalle ou le rempaillage d’une chaise)30. Mais elle s’étend à de nombreux événements de la vie professionnelle (cf. réunions) ou privée (cf. interactions de trafic)31. Le parallèle avec le cinéma est éclairant : toute « séquence » est, au moins en principe, tournable sous la forme d’un plan-séquence (plan unique ayant pour durée la durée de la séquence elle-même)32. On peut dire aussi qu’une séquence suppose une certaine forme d’unité de temps et de lieu (si on définit par unité de lieu un espace autorisant des trajectoires continues, ce qui distingue le cinéma du théâtre).

36Le chercheur a donc en face de lui un flux social déjà pré-découpé, sur lequel il peut s’appuyer. Mais lui aussi produit, ou rajoute, du découpage. Certains corpus observationnels sont ainsi constitués de « tranches de vie » prélevées plus au nom d’exigences méthodologiques qu’en fonction de séries « naturelles » (cf. les cinq premières minutes d’une heure de classe maternelle ou l’observation d’un hall de gare). De plus, les événements sociaux naturellement découpés laissent toujours une importante marge de manœuvre au chercheur, que ce soit dans le choix du début ou de la fin (on peut toujours remonter plus loin dans les préparatifs ou suivre plus longtemps ce qui advient quand la fête est finie), dans le découpage interne de l’événement (aux phases évidentes ou officielles on peut toujours ajouter ou substituer d’autres scansions plus fines ou latentes), et, évidemment, dans la focalisation (l’acteur principal ou les rôles secondaires, la scène ou la coulisse, la performance ou les spectateurs), sans parler même du choix des événements ou de leur fréquence.

37Par exemple, l’observation systématique de consultations dans un centre de santé s’appuiera sur une séquence « naturelle » : l’institution médicale a construit cet événement standard qu’est la « consultation ». L’entrée du malade dans le cabinet du médecin puis sa sortie en marquent assez clairement, à première vue, le début et la fin. Mais l’observation prendra-t-elle aussi en compte l’arrivée du malade dans l’hôpital, son cheminement jusqu’au service, son attente ? Le suivra-t-elle jusqu’à la pharmacie, ensuite ? Combien d’observations seront effectuées ? Quelles étapes délimitera-t-on dans la consultation elle-même ? Ces choix du chercheur constitueront une sorte de « découpage ajouté » se greffant sur le découpage social inhérent à l’événement considéré.

38Une propriété annexe de la séquentialité est que les séquences peuvent se combiner en « récits », ce qui donne, au cinéma, un film documentaire, et, en sciences sociales, une étude de cas. Mais c’est là une autre histoire…

La dispositivité

  • 33 Cf. Y. Jaffré, « La maladie et ses dispositifs », in Y. Jaffré et J.-P. Olivier de Sardan, eds, La (...)

39Nous utiliserons ici la notion de « dispositif » comme désignant un ensemble de contraintes « objectives » liées aux objets observés et qui influent sur le processus d’observation-description de ces objets33.

  • 34 P. Hamon, Du descriptif, p. 7.
  • 35 Y. Reuter (dans « La description en question », in Id., ed., La description…, 1998, p. 10) note de (...)

40Autrement dit, en sciences sociales, la description garde une forte trace des objets sociaux décrits, et n’est évidemment pas seulement dépendante des pré-catégories de l’observateur (seul ce dernier phénomène semble avoir retenu l’attention des commentateurs). Si Philippe Hamon, pour la description littéraire, s’attache à « un descriptif que l’on s’efforcera de construire en évitant les pièges de l’approche référentielle (en évitant notamment de le traiter comme description “d’espaces”, “de choses” ou “d’objets”)34», c’est clairement une perspective inverse que nous retiendrons pour les sciences sociales : il n’est pas possible, avec la description séquentielle de recherche, de faire abstraction du référentiel, bien au contraire35.

41On ne retiendra ici que trois éléments, présents ou absents dans tout dispositif où un objet d’observation se trouve enchâssé : le statisme, la répétabilité et la spectacularité.

Le statisme

  • 36 Cf. D. Apothéloz, « Éléments pour une logique de la description et du raisonnement spatial », in Y. (...)

42Certains objets décrits en sciences sociales sont peu mobiles, en particulier les « objets » proprement dits (cf. muséographie et archéologie), mais aussi tout ce qui relève d’espaces habités ou cultivés. On a pu ainsi définir certaines propriétés des descriptions spatiales, en particulier celles qui organisent un parcours descriptif (linéarité, ordre, arrêts)36. Le statisme permet en règle générale une plus grande standardisation des descriptions. Certes, le statisme n’est guère une propriété ni des acteurs sociaux ni des « événements sociaux » qui constituent une grande partie des sujets d’observation de la sociologie et de l’anthropologie. Mais la description des « décors » devant lesquels les acteurs se produisent ou les événements se déroulent (cf. lieux de travail ou de sociabilité) relève de notre cahier des charges.

La répétabilité

43Parmi les « événements sociaux », certains ne sont pas répétables, et d’autres le sont, sous des formes variées. La routinisation est une forme de répétabilité, comme la ritualisation en est une autre. On ne s’étonnera donc pas de trouver dans Erving Goffman (interactions routinières) et dans l’ethnologie religieuse (rituels) d’innombrables descriptions de recherche, tirant avantage de cette propriété. La répétabilité permet à l’observation directe de bénéficier de certains des avantages dont on crédite l’enregistrement audio-visuel. Elle rend possible une préparation des observations (repérages), leur multiplication, et leur échelonnement dans le temps. Elle débouche sur la constitution de corpus raisonnés d’observations répétées, supports par excellence d’analyses comparatives fines. La multiplication d’observations sur un même type d’événement social, dans des contextes variés, est en outre l’une des meilleures garanties contre la tentation toujours présente de généralisation hâtive ou prématurée.

44À l’inverse, il est des événements sociaux fortuits ou rares, parfois rituels et donc prévisibles (comme le couronnement de la reine d’Angleterre ou la cérémonie du sigi tous les soixante ans chez les Dogons), mais le plus souvent imprévisibles, soit pour les acteurs, soit pour le chercheur (comme les crises ou les interactions inopinées, accidentelles ou exceptionnelles). Alors, une seule « prise », une seule observation, est permise au chercheur : si une anticipation relative est possible pour les événements rares mais prévisibles (par exemple repérage oral, par production de données discursives sur des performances antérieures), elle disparaît pour ce qui est de l’ordre du fortuit, où tout devient affaire de savoir-faire, d’improvisation et de chance.

La spectacularité

  • 37 Cf. A. Piette, Le mode mineur de la réalité. Paradoxes et photographies en anthropologie, Louvain, (...)

45Certains événements sociaux incorporent de la théâtralité, de la dramatisation ou du suspens, parfois à travers une sorte de « mise en scène » sociale virtuelle (cf. rituels), parfois du fait d’enchaînements de circonstances particulières (enjeux sociaux ou personnels forts). Ils imposent alors leur propre scénario à l’observateur, en quelque sorte. Tout ce qui est dépourvu de telles propriétés oblige par contre l’observateur à un travail de construction plus complexe, comme pour ce qu’Albert Piette appelle le « mode mineur de la réalité37 ». Le banal, le quotidien, le routinier sont tout autant dignes d’observation, si ce n’est plus, que le spectaculaire.

La standardisation

46La standardisation oscille entre deux pôles : la standardisation de l’observation-description est possible ou souhaitable ; elle n’est ni possible ni souhaitable.

La recherche de la standardisation

  • 38 R. Cresswell, in R. Cresswell & M. Godelier, eds, Outils d’enquête et d’analyse anthropologiques, P (...)
  • 39 On se rappellera que M. Foucault décrivait l’ambition taxinomique naturaliste du xviiie siècle dans (...)

47« La décision de la pertinence ou de la non-pertinence des phénomènes à décrire relève du cadre conceptuel de celui qui décrit, mais la description même des éléments choisis doit être rigoureusement semblable, qu’un ou cent anthropologues la fassent38 ». On ne s’étonnera pas de ce qu’un disciple d’André Leroi-Gourhan, passé par la description minutieuse des techniques et des objets, plaide pour des procédures descriptives en elles-mêmes relativement décrochées des observateurs et de leurs préférences conceptuelles. Car c’est bien là ce que doit permettre la standardisation descriptive. Certes on pourrait y voir, non sans certaines raisons, une illusion positiviste ou naturaliste39, et invoquer les mille arguments plaidant contre l’impossibilité ultime d’un tel décrochage.

  • 40 Pour une analyse anthropologique d’une certaine sémiologie populaire des symptômes en Afrique de l’ (...)
  • 41 M. Rainfray, « La description dans les pratiques de recherche en médecine », in Y. Reuter, ed., La (...)

48Et pourtant, de nombreuses tentatives, pour une bonne part réussies, montrent que, pour certains types d’objets observés, la standardisation n’est pas un pur fantasme (même si, bien évidemment, elle s’inscrit toujours dans une problématique donnée permettant de discriminer entre des éléments pertinents et des éléments non pertinents). Leroi-Gourhan, en matière de technologie culturelle comparée, avait lui-même frayé la voie. Dans un domaine mitoyen, les descriptions d’objets en muséographie suivent aussi des procédures standardisées. Enfin, bien que ne relevant pas des sciences sociales, la sémiologie médicale s’est donné un objectif analogue, à partir d’un matériau complexe, fondé non seulement sur la palpation et l’auscultation médicale, mais aussi sur un déchiffrage des plaintes des malades (lequel à certains égards relève aussi de l’anthropologie40). L’existence d’un dictionnaire de sémiologie réévalué tous les cinq ans à partir de conférences de consensus témoigne de ce que la sémiologie médicale est devenue de plus en plus standardisée, alors même qu’elle reste en langage naturel (le passage à des descriptions codées en langage numérique n’étant pas encore acquis) : « La sobriété des descriptions et leur caractère plus technique ont remplacé les descriptions littéraires et fleuries d’antan. Les qualifications sont très codifiées : l’abdomen est souple, indolore, les aires ganglionnaires sont libres, etc. Aucune originalité, aucune fantaisie n’est plus de mise41. » `

  • 42 Cité par F. Laplantine, La description ethnographique, p. 29.

49La sur-adjectivation, où Gaston Bachelard voyait le propre du langage descriptif42, n’est plus, avec la sémiologie médicale moderne, une prolifération lexicale libre, mais un choix contraint et codé.

  • 43 Ibid.

50Certes, il est des tentatives de standardisation qui sont nettement moins convaincantes, en particulier dès lors qu’elles entendent s’appliquer à des objets autrement plus complexes. La perspective de Mauss, lorsque, dans son Manuel d’ethnographie, il assignait à l’ethnologie la tâche de « collecter, répertorier, inventorier43 », relève d’une épistémologie naturaliste devenue peu soutenable de nos jours. On en trouve un autre exemple, non plus programmatique mais bel et bien mis en pratique de façon systématique, et toujours actualisé, avec le fameux « fichier Murdock », qui entend accumuler une base mondiale de données standardisées sur un vaste échantillon de cultures. Mais nous sommes ici revenus en fait à une acception « large » de la description, et l’on conviendra volontiers que, à ce niveau, une entreprise rigoureuse de standardisation n’a pas de sens.

  • 44 Le projet ethno-méthodologique n’est pas très loin de s’inscrire dans cette perspective, mais avec (...)

51Quant à l’observation-description de terrain, les conditions de possibilité d’une standardisation semblent assez restrictives : il faut de vastes corpus d’observations portant sur des objets extrêmement similaires (masques, métiers à tisser, ou symptômes abdominaux…), n’offrant qu’une gamme limitée de choix descriptifs circonscrits par une problématique nettement stabilisée et consensuelle44.

52Autant dire que, dans la plupart des situations de recherche, l’objectif de standardisation n’est pas réaliste.

En l’absence de standardisation…

  • 45 Cf. S. Beaud & F. Weber, Guide de l’enquête de terrain, p. 142.

53Le risque serait évidemment de succomber à une politique du « tout ou rien » : faute de standardisation rigoureuse possible, toute forme descriptive serait admissible. Reviendraient alors le « fantasme de la littérature » contre lequel Beaud et Weber mettent en garde45, ou les tentations d’un impressionnisme débridé, qui surgit au détour de certaines publications. Or, en sciences sociales, il y a un espace à occuper, possible, et même souhaitable, entre figures strictement imposées et figures radicalement libres : c’est celui du « métier » de l’anthropologue, dosage peu formalisable de préparation et d’improvisation.

54La préparation d’une observation peut se rapprocher de la préparation d’un entretien. Dans un cas, on tente de transformer les « questions qu’on se pose » en « questions qu’on va poser ». Dans l’autre on les transforme en « que vais-je observer ? ». Ce qui fait sens dans la problématique du chercheur, laquelle est déjà constituée avant un entretien ou une observation, et informe pour une grande part sa curiosité ou son écoute à venir, doit être transformé en « micro-indicateurs » concrets pertinents pour l’interaction ou la scène qui s’annoncent. Il s’agit d’anticiper autant qu’il est possible (c’est-à-dire de façon toujours incertaine) sur le cours d’un entretien ou d’une observation à venir, pour se donner un stock de questions à poser et une ou deux stratégies de discussion, dans un cas, quelques points de vue privilégiés et des « choses à voir », dans l’autre.

55Mais il est toujours possible de « jouer » la fraîcheur (qui n’est pas la naïveté) ou l’improvisation (qui n’est pas le dénuement) en ne préparant pas une observation. L’alternance d’observations non préparées et d’observations préparées est d’ailleurs une politique fréquente, sous la forme le plus souvent d’un passage d’une phase où les premières prédominent à une phase où ce sont les secondes.

  • 46 Ibid.

56Mais même l’improvisation n’est pas sans armes. L’observation de recherche est celle d’un « trained observer46 », capable de conjuguer, en principe, un savoir-décrire ce qu’il voit, et un savoir-voir ce qu’il faut décrire (pour reprendre la formule de Lucien Febvre, pour qui la seconde injonction était la plus difficile à respecter).

57Autrement dit, en l’absence de standardisation, la seule garantie contre l’arbitraire descriptif reste le savoir-faire du chercheur, qui permet de combiner (a) une certaine définition préalable de la situation à observer et de quelques indicateurs pertinents, et (b) une capacité à être surpris par le cours inattendu des événements : prévoir ce qu’on va voir, et voir néanmoins l’imprévu.

L’adéquation descriptive

58Mais comment, en ce cas, assurer un minimum d’adéquation entre les descriptions produites sur le terrain et la réalité de référence à partir de laquelle elles ont été produites ?

  • 47 Cf. J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique…

59Cette question, pourtant centrale, est curieusement délaissée au profit de rhétoriques mettant en question la possibilité même d’adéquations satisfaisantes. Alors que la recherche de formes de véridicité47 est au cœur du projet même des sciences sociales et, de plus, régit, du moins faut-il l’espérer, l’essentiel du travail de terrain, la réflexion épistémologique en anthropologie semble au contraire privilégier paradoxalement l’impossibilité ultime de la véridicité. En ce qui concerne notre sujet, cela signifie qu’une sorte de péché de « réalisme » est imputé à la description.

  • 48 Cf. M. Foucault, Les mots et les choses.
  • 49 E. R. Leach, Critique de l’anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, 1968.
  • 50 De même que le premier rêvait de fonder une « science naturelle de la société », le second écrivait (...)

60Le fait que les premières descriptions savantes de l’époque moderne soient sans doute les descriptions naturalistes, dès Georges Buffon, et surtout avec Carl von Linné48, n’est pas sans avoir contribué à associer quelque peu injustement la forme descriptive en sciences sociales et la perspective naturaliste. C’est d’ailleurs la métaphore naturaliste qui inspire nombre de critiques de l’anthropologie classique : on se rappelle la charge de Edmund R. Leach contre ses collègues « collectionneurs de papillons49 ». Il est vrai que certains classiques ont eux-mêmes témoigné d’une idéologie plus ou moins naturaliste, d’Alfred R. Radcliffe-Brown à Claude Lévi-Strauss50, mais on notera avec intérêt que ni Radcliffe-Brown ni Lévi-Strauss ne se sont beaucoup adonnés à l’observation-description, et que c’est plutôt une posture « positiviste » très générale et « loin du terrain » qu’ils exprimaient là.

  • 51 J. Fabian, Time and the other. How the anthropology makes its object, New York, Columbia University (...)
  • 52 A. den Hollander, « Social description : the problem of reliability and validity », in D. Jongmans  (...)

61Cependant il a toujours régné une sorte de soupçon latent autour de l’opération d’observation-description, comme si elle avait partie liée « naturellement » avec cette posture positiviste. On notera sans trop de surprise que la photo est souvent victime de la même suspicion : observation-description et photo engendreraient-elles nécessairement une « illusion réaliste » ? Faut-il, si on y a recours, donner sans cesse des gages de « subjectivisme » pour ne pas être accusé de ce péché ? On se rappellera par exemple comment Johannes Fabian prêchait pour que l’anthropologie adopte une posture dialogique (qui serait impliquante), plutôt qu’une posture observatrice (qui serait réifiante)51. Arie den Hollander, et bien d’autres après lui, s’est senti obligé, contre l’illusion réaliste, de subjectiviser l’observation et d’insister sur le rôle déterminant des facteurs personnels : « Much observation is mere visualizing what one expects to find52. »

  • 53 Cf. G. Duby. & G. Lardreau, Dialogues, Paris, Flammarion, 1980.

62Sans sous-estimer l’illusion réaliste, qui a sévi et sévit parfois encore, on peut quand même penser que la posture constructionniste (prenant comme postulat la « construction sociale de la réalité », tant par les acteurs que par les chercheurs) a depuis longtemps gagné la partie en sciences sociales, et qu’elle n’a rien d’incompatible avec un « postulat réaliste53 » se fondant sur l’hypothèse qu’une réalité référentielle existe bel et bien, dont l’enquête empirique se donne pour mission de rendre compte « autant que possible » (c’est-à-dire jamais complètement ni fidèlement). On peut donc dire que le constructionnisme en sciences sociales est un « constructionnisme réaliste », autrement dit qu’il se soumet à un objectif de véridicité, à la différence des postures « ultra-constructionnistes » que le postmodernisme a illustrées. La recherche de l’adéquation descriptive est une des formes de cette exigence de véridicité, et ne relève pas d’un positivisme honteux.

  • 54 A. Piette, Ethnographie de l’action…
  • 55 Notons que description au sens large et description au sens restreint sont amalgamées sans cesse pa (...)

63Dans un registre voisin, on relèvera l’attaque de Piette54 contre « le modèle de la description ethnologique », où, selon lui, culturalisme et naturalisme se conjugueraient inévitablement. Une seule forme de description échappe à cette condamnation sans appel (affirmée sans relâche mais jamais démontrée), la sienne, celle qui prend en compte le « mode mineur de la réalité » et réhabilite le détail sans importance. À nouveau, la technique descriptive en anthropologie55 est présentée comme indissociable d’idéologies scientifiques parasites, sauf quand elle s’attache aux éléments secondaires et apparemment insignifiants chers à l’auteur (qui, à ce titre, mais à ce titre seulement, place aussi la photo du bon côté). Mais pourquoi une description d’un phénomène « majeur » serait-elle nécessairement culturaliste et naturaliste, et celle d’un phénomène « mineur » non ? Au nom de quelle malédiction la production de données descriptives en « anthropologie standard » (?) serait-elle inéluctablement « attachée » à telles ou telles idéologies scientifiques, et victime des biais qu’elles induisent ? La recherche d’une adéquation descriptive ne signifie en rien que l’on succombe au péché de positivisme, ou que l’on nie l’incorporation d’éléments interprétatifs dans toute description. Une description qui veut être adéquate (en langage courant, on dirait « fidèle ») ne relève pas obligatoirement d’une épistémologie naturaliste, ou d’une idéologie culturaliste. Il est des descriptions plus partiales, ou moins biaisées que d’autres, et cela dépend sans doute beaucoup plus de la compétence ou de l’honnêteté du chercheur que de ses positions épistémologiques.

  • 56 « Éliminer la description mince de la palette dont dispose l’ethnographe, c’est abolir le contraste (...)
  • 57 Cf. Enquête. Anthropologie, Histoire, Sociologie, 3, Interpréter, surinterpréter, 1996.

64Si l’on veut sortir des amalgames, des anathèmes et des caricatures, une solution s’impose : il convient de distinguer divers niveaux de description et divers niveaux d’interprétation dans la description. Vincent Descombes, en plaidant pour des descriptions « minces » à côté des descriptions « denses », va dans ce sens56. Si toute description contient un niveau minimal d’interprétation, elle ne contient pas obligatoirement un niveau maximal… Ou, encore, elle n’est pas nécessairement saturée d’interprétations, voire « surinterprétative57 ».

  • 58 Cf. J.-P. Olivier de Sardan, « Émique », L’Homme, 147, 1988, p. 151-156.

65On pourrait ainsi, comme on a pu le faire pour les représentations (émiques), qui relèvent surtout de l’ordre discursif58, distinguer les « interprétations dans l’observation » et les « interprétations sur l’observation ». Alors que les interprétations sur l’observation sont souvent insérées dans des descriptions ex-post (comme la description dense geertzienne, sous la forme idéal-typique du combat de coqs à Bali) figurant dans le produit écrit final (cf. infra), les interprétations dans l’observation (liées à la prise de note, ou description de terrain) relèvent de processus de sélection et de focalisation inhérents à toute observation, et renvoient, en sciences sociales, à au moins deux critères spécifiques : (a) la malléabilité ; (b) la productivité empirique.

  1. Contrairement aux interprétations ex-post, les interprétations internes à l’observation doivent être souples et reconfigurables en permanence, permettant à l’observateur d’être curieux ou surpris, et de défocaliser et refocaliser son attention.

  2. Ce n’est pas la productivité théorique qui est l’objectif principal de ce type d’interprétations, mais la productivité empirique, à savoir la capacité à « voir » et « faire voir » des objets nouveaux, ou à voir autrement des objets déjà connus.

66Malléabilité et productivité empirique, bien que relevant d’un registre interprétatif, figurent donc parmi les conditions de l’adéquation descriptive. En fait, les diverses propriétés de l’observation-description que nous avons relevées (séquentialité, dispositivité, standardisation) concourent toutes à l’adéquation descriptive.

  • 59 V. Descombes, « La confusion des langues », p. 38. M.-J. Borel rappelle de son côté, dans son texte (...)

67Mais, plus généralement, on admettra que les énoncés descriptifs en sciences sociales, avec leurs inévitables éléments interprétatifs, sont caractérisés par une exigence de validité empirique qui les met du côté de la « quasi-réfutabilité », permettant de faire « à peu près » le tri entre une observation véridique et une observation truquée ou de mauvaise foi. Contre Geertz, nous suivrons donc Descombes : « Que reste-t-il de descriptif si l’on accorde à la version des faits proposée par l’ethnographe une immunité épistémologique ? Rien du tout. Qui dit description dit vérité factuelle et possibilité (en principe) d’une épreuve empirique. En revanche une discipline herméneutique relève d’autres critères d’appréciation59. »

L’énoncé descriptif

68Nous nous déplaçons maintenant à l’autre bout du processus de production anthropologique, non plus du côté des données (observation-description) mais du côté du produit final (séquences descriptives du texte final). Nous quittons donc la « description de terrain » pour la « description de publication » (toujours au sens restreint). Sans entrer de quelconque façon dans le débat autour du texte anthropologique envisagé du point de vue de son écriture, on s’intéressera à trois grands problèmes liés au statut épistémologique de l’énoncé descriptif dans l’écrit anthropologique : la fonction argumentative de l’énoncé descriptif ; la place accordée à l’observateur ; et le rapport entre description et typification.

La fonction argumentative de l’énoncé descriptif

69Toutes les sciences sociales accordent une place, dans le texte final, à la présence de certaines des données empiriques sur lesquelles elles fondent leurs assertions. Par cette présence, même lointaine, sélective, médiatisée, ré-élaborée, de « traces » ou de « témoins » issus du processus d’enquête, on leste empiriquement les énoncés interprétatifs proposés. Ces « témoins » ou ces « traces » sont aussi variés que les données produites au cours de l’enquête le sont elles-mêmes. Mais il est des valeurs sûres. Les traces empiriques les plus fréquemment mobilisées sont les tableaux statistiques (avec les différentes présentations graphiques qui en découlent) d’un côté, les citations et extraits d’entretiens de l’autre. Mais il ne faudrait pas oublier pour autant les « études de cas » d’une part, et les descriptions d’autre part. À l’évidence, chaque type de trace empirique a sa valeur ajoutée particulière. Les statistiques reflètent une culture du chiffre qui reste largement dominante, les citations extraites d’entretiens permettent de donner accès à une « parole de l’acteur » de plus en plus prisée, les études de cas et les descriptions fournissent une « visualisation » ou une « concrétisation » sans égales.

70Les descriptions nous semblent en fait assurer deux grandes fonctions en partie sécantes, une fonction illustrative et une fonction exemplificatoire.

71L’illustration est souvent victime de discrédit, comme si, vouée aux basses tâches du « donner à voir », elle n’était qu’une sorte d’obscur faire-valoir, au service d’un texte à tous égards plus noble. On a pu ainsi dénigrer la photographie illustrative, simple servante ou parure du texte, comme on pourrait symétriquement déprécier la description ethnographique, vulgaire accessoire ou pur enjolivement de l’envolée théorique. Et pourtant la « visualisation » n’est en rien une ressource argumentaire de second rang. Restituer une ambiance, évoquer un style, donner chair à des personnages, rendre sensible une action, dépeindre un lieu : l’ensemble de ces procédés descriptifs est indispensable à la relation entre un socio-anthropologue et son lecteur.

  • 60 Cf. J. Revel, « L’histoire au ras du sol ».

72Quand à l’exemplification, on voit mal comment les sciences sociales pourraient s’en passer. Cette « modulation locale de la grande histoire60 », cet enracinement contextualisé d’un phénomène plus général ou abstrait ont, dans nos disciplines fort peu expérimentales, une valeur quasi probatoire. L’argument, qui, en anthropologie, ne saurait être principalement logique ou déductif, se doit d’être étayé par des exemples issus du terrain, fournis en partie par des descriptions.

73Illustration et exemplification marchent souvent de conserve, et constituent en quelque sorte le « service fonctionnel minimum » que la description assure dans le texte socio-anthropologique. On pourrait certes y rajouter des fonctions plus rhétoriques ou décoratives, mais qui renverraient alors à l’écriture elle-même, dont on ne se souciera pas ici.

L’observateur dans la description

  • 61 Cf. L. Marin, « La description du tableau et le sublime en peinture : sur un paysage de Poussin », (...)

74On sait que, au même titre que l’observateur pendant l’observation, l’écrivant pendant la rédaction dispose d’un pouvoir relativement discrétionnaire, quant à la sélection et à la mise en scène de ce qu’il va décrire à son lecteur virtuel : « Toute description est une certaine mise en scène de l’objet décrit dans son simulacre61 ».

  • 62 Cf. J.-P. Olivier de Sardan, « Le “je” méthodologique… ».

75Parmi ces choix de mise en scène, il y a la présence ou non du descripteur. Une description implique toujours un objet décrit et un sujet décrivant, celui-ci décrivant nécessairement à partir d’un « point de vue ». La description dans le texte final doit évidemment faire une large place à l’objet décrit. Mais elle peut faire plus ou moins de place au sujet décrivant (et écrivant). On aura ainsi des descriptions où le sujet décrivant est officiellement absent (en ce cas sa présence reste latente), dans un style qu’on peut dire « objectiviste », et des descriptions où le sujet décrivant est lui-même intégré au récit descriptif (sa présence fait partie de la scène décrite), le style étant alors « subjectiviste ». On admettra ici encore que le choix de tel ou tel style de description ne relève pas d’options épistémologiques fondamentales, quoi qu’on ait pu dire. Autrement dit, tel qui produit une description « objectiviste » n’est pas pour autant un positiviste naturaliste, et tel qui écrit sa description à la première personne n’en est pas pour autant un postmoderne résolu. Le choix peut être fonction de critères de pertinence liés à la situation elle-même (par exemple le fait que la position de l’observateur soit un élément important de la compréhension sociologique de la scène décrite impose une narration « subjectiviste ») mais aussi d’options stylistiques personnelles (comme un goût plus ou moins prononcé pour le « je »62).

Description et typification

  • 63 Cf. Y. Reuter, « La description en questions », p. 38-39.

76C’est sans aucun doute la question la plus complexe, et la plus importante, puisqu’il s’agit de savoir en quoi et comment une description proposée au lecteur renvoie à un ensemble plus vaste qu’elle-même et ressort d’une catégorie plus large. On a évoqué plus haut le fait qu’en socio-anthropologie une description exprime en général plus que son seul contexte d’occurrence et sert d’indicateur pour une question de recherche qui dépasse nécessairement ledit contexte. Une description est toujours singulière, et en même temps elle renvoie toujours, de façon implicite ou explicite, à une classe d’événements analogues. Il y a nécessairement, autour d’une description quelconque, un « jeu » entre singularisation et catégorisation63.

77La fabrication même d’une description pour un texte socio-anthropologique est partie de ce « jeu », et inclut divers choix tactiques. On peut en effet « jouer » la description singulière, celle d’une occurrence donnée d’un événement particulier, soit par nécessité (on ne dispose d’aucune autre description de terrain de cet événement), soit par choix (on sélectionne la description de cette occurrence-là pour diverses raisons : parce qu’elle est la plus « typique », ou qu’elle apparaît comme la plus « révélatrice », ou que c’est « la meilleure prise »…). On peut aussi « jouer » la description archétypale, en construisant de façon composite, à partir de diverses descriptions de terrain, une description qu’on pourrait appeler « modale » et qui, bien que ne rendant compte d’aucune occurrence spécifique, les retient en quelque sorte toutes, par un procédé de synthétisation plus ou moins délibéré. Pour revenir à l’analogie avec le cinéma, la typification est un « effet de montage ». La présence et la structure de telle ou telle séquence descriptive insérée dans des énoncés d’un autre statut a toujours un effet typificateur.

  • 64 G. Bateson, Naven. A survey of the problems suggested by a composite picture of the culture of a Ne (...)
  • 65 Cf. M. Houseman & C. Severi, Naven ou le donner à voir. Essai d’interprétation de l’action rituelle(...)

78Prenons à nouveau l’exemple des consultations médicales. Admettons que j’en ai observé une vingtaine, produisant ainsi un corpus de descriptions de terrain. Je peux, pour un article sur la relation soignant-soigné, choisir d’illustrer ou d’exemplifier ma démonstration, mettons sur l’absence d’écoute de la plainte du malade, par le choix d’une de ces vingt consultations, ou je peux construire, à partir de mon corpus, une consultation standard, dont je ferais la description pour le lecteur. Le célèbre ouvrage de Gregory Bateson sur le Naven64 est ainsi construit à partir d’une description « artificielle » du rituel, à partir d’une série d’observations de cérémonies distinctes dans le temps et l’espace65. Le procédé n’a rien de condamnable : l’essentiel est bien sûr de le dire.

79Mais, qu’elle soit singulière ou modale, la description n’échappe pas à la comparaison, que ce soit la comparaison interne (entre occurrences différentes de séquences de même nature) ou que ce soit la comparaison externe (entre séquences de natures différentes), autrement dit encore et toujours à la typification. Une séquence descriptive devient presque inéluctablement une référence comparative par rapport à d’autres séquences descriptives, proches ou lointaines. Ainsi, notre description d’une consultation hospitalière pourra être soumise à des interrogations concernant sa typicité (et non sa fréquence statistique proprement dite, puisqu’en général les descriptions ne prétendent pas à ce type de représentativité) : reflète-t-elle bien une tendance générale ou, au moins, des phénomènes significativement récurrents ? Y reconnaît-on bien une consultation « normale », « courante » ? Mais elle pourra aussi être mise en relation avec des séries d’interactions différentes, mettons des interactions sanitaires d’un autre ordre (entre malades et guérisseurs, par exemple), ou bien des interactions non sanitaires (entre fonctionnaires et clients du service public, par exemple).

  • 66 D. MacDougall parle ainsi de « commentaires internes » pour les propos à fonction informative de pe (...)

80Bien souvent, c’est par le « commentaire » (autre évocation cinématographique) que la signification de telles comparaisons se construit plus systématiquement, par usage d’un « sous-titrage », d’un « légendage » ou d’une exégèse des séquences descriptives proposées au lecteur. Ce commentaire peut évidemment être le fait de l’auteur, comme il peut, pour une part, être aussi un effet de « montage » à partir d’une sélection de propos d’acteurs locaux donnant une typicité émique à la description66.

*

  • 67 « The observer freezes his object while in reality it is a continuous whole of human interaction, a (...)

81Il est deux objections, faites parfois aux procédures descriptives en sciences sociales, qu’il faut maintenant prendre en considération67. La première est de procéder à des « instantanés », qui empêchent une vision dynamique des processus sociaux. La seconde est de s’enfermer dans l’anecdotique, sans permettre d’appréhender les phénomènes de plus vaste ampleur. En fait ces deux reproches se recouvrent. Le caractère séquentiel de la description a évidemment un coût, celui de privilégier un espace-temps très circonscrit, sur lequel l’attention du chercheur se focalise le temps de l’observation, et qu’il donne à voir de façon privilégiée au lecteur au moment de la publication. De ce fait, ce qui se passe ailleurs, ou à une échelle plus large, est évidemment « hors champ », de même que ce qui se passe avant ou après. Cette clôture nécessaire à la description en constitue donc également la limite. Mais il n’est aucune forme de production de données qui n’ait les inconvénients de ses avantages. C’est bien pour cela que la complémentarité des méthodes, des postures et des approches est, en sciences sociales, indispensable, et plus encore dans cette fraction des sciences sociales qui opte pour l’enquête de terrain prolongée ou qualitative. Le « tout observation » ou le « tout description » n’a pas plus de sens que le « zéro observation » ou le « zéro description ».

  • 68 Ibid., p. 32.

82Par ailleurs, aucune méthode d’enquête ou de restitution n’est à « garantie automatique incorporée » contre les dérives idéologiques, les légèretés méthodologiques ou les facilités rhétoriques qui sévissent en permanence dans nos disciplines. L’observation-description n’en est pas plus préservée que l’entretien, les recensions, les questionnaires ou les études de cas. De ce point de vue, il ne faut pas demander plus à la description qu’on ne demande aux autres modalités du travail empirique : « However profitable it may be to reflect on the weakness of social description, it would be unfair and very harmful to make perfectionnist demands where perfection cannot be obtained68 ».

Notes

1 Celle à laquelle se réfère l’analyse bien connue de P. Hamon dans Du descriptif, Paris, Hachette, 1993.

2 Celles-ci relèvent d’un même univers épistémologique qui leur est spécifique, comme l’a démontré J.-C. Passeron in Le raisonnement sociologique. L’espace non poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991.

3 F. Laplantine, La description ethnographique, Paris, Nathan, 1996, p. 8.

4 Pour B. Lahire, « Qui dit description dit observation préalable, observation directe des comportements », cf. « Décrire la réalité sociale. Place et nature de la description en sociologie », in Y. Reuter, ed., La description. Théories, recherches, formation, enseignement, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1998, p. 172. R. Kohn et P. Nègre reprennent aussi cette expression (« observation directe des comportements ») qui caractérise bien la description au sens restreint, in Les voies de l’observation. Repères pour les pratiques en sciences humaines, Paris, Nathan, 1991, p. 104.

5 Cité in F. Laplantine, La description ethnographique, p. 112.

6 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique

7 Ibid., p. 60-61.

8 G. Lenclud, « Le factuel et le normatif en ethnologie. Les différences culturelles relèvent-elles d’une description ? », in M.-O. Gonseth, J. Hainard, R. Kaehr, eds, La différence, Neuchâtel, Musée d’ethnographie, 1995.

9 Cf. Enquête. Anthropologie, Histoire, Sociologie, 6, La description I, 1998.

10 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil, 1971.

11 Par exemple, « To the extent that the initial (and sometimes the primary or sole) task of fieldwork is seen as discovering the actors’ perspectives or subjective meanings, field research takes on a strongly descriptive emphasis. This emphasis has been most sharply articulated in the advocacy of ethnographic field work. Spradley, for example, defines ethnograhy as “the work of describing a culture” (J. P. Spradley, The ethnographic interview, New York, Holt, Rinehart & Winston, 1979) », cité par R. M. Emerson, « Observational fieldwork », Annual Review of Sociology, 7, 1981, p. 355.

12 Cité par B. Lahire dans « Décrire la réalité sociale… », p. 173. On peut voir une allusion à ce type de position dans les propos de J. Copans évoquant « la mise en accusation du défaut d’ethnographisme et de descriptivisme, plat, soi-disant objectif et sans présupposé théorique et conceptuel », in L’enquête ethnologique de terrain, Paris, Nathan, 1998, p. 28.

13 C. Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture », Enquête, 6, p. 80.

14 R. M. Emerson, « Observational fieldwork », p. 357.

15 D. Sperber, Le savoir des anthropologues, Paris, Hermann, 1982, p. 22.

16 Cf. par exemple la collection de monographies de l’International African Institute. On rappellera cependant que le terme de « monographie » est ambigu, et peut tout aussi bien s’appliquer à l’étude intensive d’un groupe restreint ou d’une institution, sous un aspect particulier (par exemple un service hospitalier ou une formation de rap) : une telle acception, très éloignée de la fresque monographique classique, est plus proche de la miniature évoquée plus bas.

17 « Le langage de la description monographique est un méta-langage objectivant », M.-J. Borel (La schématisation discursive, sd) ; « L’exigence théorique de totalité synthétisante dans le modèle ethnographique imprègne le texte descriptif, en particulier sous sa forme monographique », A. Piette (Ethnographie de l’action. L’observation des détails, Paris, Métailié, 1996, p. 117) ; « La démarche qui vise à la description la plus complète d’un groupe humain par l’observation distanciée de la réalité sociale est commune aux courants positiviste des sciences sociales et naturaliste du roman », F. Laplantine (La description ethnographique, p. 72).

18 Cf. G. Levi, « On micro-history », in P. Burke, ed., New perspectives on historical writing, Cambridge, Cambridge University Press, 1991 ; J. Revel, « L’histoire au ras du sol », préface à G. Levi, Le pouvoir au village. La carrière d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard, 1989 (1re éd. Turin, 1985).

19 La distinction entre description au sens restreint et description au sens large rejoint d’une certaine façon celle opérée il y a longtemps par Edgar Morin entre balzacisme et stendalhisme sociologiques : « Nous croyons en la nécessité d’un balzacisme et d’un stendalhisme sociologiques. Le balzacisme serait le sens de la description encyclopédique, le stendalhisme serait le sens du “détail significatif” », in Commune en France, Paris, Fayard, 1967, cité par R. Kohn & P. Nègre, Les voies de l’observation…, p. 225).

20 Cf. J.-P. Olivier de Sardan, « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie », Enquête. Anthropologie, Histoire, Sociologie, 1, Les terrains de l’enquête, 1995, p. 71-112. La sociologie dite parfois « qualitative », ou issue de l’école de Chicago, fonctionne de ce point de vue exactement comme l’anthropologie.

21 Souligné par nous. Cf. M.-J. Borel, « Le discours descriptif, le savoir et ses signes », in J.-C. Adam et al., Le discours anthropologique. Description, narration, savoir, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1990, p. 63.

22 Ainsi le texte de R. M. Emerson « Observational fieldwork » est en fait un état de la question sur l’observation participante en sociologie américaine, autrement dit sur la sociologie « qualitative » ou de « terrain » et ne traite aucunement de l’observation au sens strict.

23 On pourrait plaider pour un juste milieu avec S. Beaud et F. Weber (Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 1998, p. 141) : « L’observation sans arme est vide, l’observation trop armée n’apprend rien. »

24 Nous n’aborderons pas ici la question de la participation et de l’implication personnelle de l’observateur dans l’observation, tant parce qu’elle a souvent été traitée (cf. par exemple R. Kohn & P. Nègre, Les voies de l’observation…, p. 118, 223) que parce qu’elle renvoie pour l’essentiel au problème plus général de la participation et de l’implication de l’anthropologue sur son terrain (cf. J.-P. Olivier de Sardan, « Le “je” méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de Sociologie, 41 (3), 2000, p. 417-445).

25 On remarquera qu’un psychologue, M. Bunge, définit le concept d’« observabilité » par, en particulier, la possibilité de « remplacer l’observateur humain par un procédé d’enregistrement physique tel une caméra » (M. Bunge, « L’observation », in M.-P. Michiels-Philippe, ed., L’observation, Paris, Delachaux & Niestlé, 1984, p. 52).

26 De même que toute une partie du social n’est pas observable, de même tout n’est pas observable dans une situation observable : « Il va de soi que les observables constituent un sous-ensemble des paramètres qui interviennent dans une situation, et que les observés constituent à leur tour un sous-ensemble des observables » (R. Droz, « Observations sur l’observation », in M.-P. Michiels-Philippe, L’observation, p. 19).

27 Nous utilisons cette notion dans un sens dérivé du « pacte autobiographique » de P. Lejeune (Le pacte autobiographique, Paris, Le Seuil, 1975). J.-C. Passeron (Le raisonnement sociologique…, p. 257-267 et p. 273-280) parle de son côté, du point de vue de la sociologie de l’art, d’un « pacte de réception ».

28 Cf. J.-P. Olivier de Sardan, « The ethnographic pact and documentary film », Visual Anthropology, 12, 1999, p. 13-25.

29 Cf. S. Beaud & F. Weber, Guide de l’enquête de terrain, p. 139-175.

30 Pour cette raison, les premiers films ethnologiques, réalisés par des amateurs (en termes d’audio-visuel), portaient dans leur très grande majorité sur des rituels ou des techniques, qui constituent en quelque sorte des mises en scènes sociales déjà constituées, proposant un scénario et un découpage virtuels « clés en main » et dispensant ainsi le cinéaste d’un effort particulier de construction de son sujet. Dans sa tentative pour définir le film ethnographique, C. de France se focalisait d’ailleurs presque exclusivement sur les rituels et les techniques : cf. Id., ed., Pour une anthropologie visuelle, Paris, Mouton, 1979 (« Cahiers de l’Homme » 19).

31 On sait que E. Goffman, sociologue par excellence de telles interactions, a beaucoup utilisé de métaphores renvoyant au théâtre : or ce dernier n’est pas qu’un lieu de mise en scène, de spectacle, de conventions et de coulisses, c’est aussi un haut lieu de séquentialité.

32 De même qu’en fait une séquence cinématographique est le plus souvent tournée et montée en plusieurs plans (au minimum champ/ contre-champ, ou plan d’ensemble/plan rapproché), de même une séquence d’observation de recherche jouera sur divers cadres d’observation et une alternance d’observations intensives et flottantes.

33 Cf. Y. Jaffré, « La maladie et ses dispositifs », in Y. Jaffré et J.-P. Olivier de Sardan, eds, La construction sociale des maladies. Les entités nosologiques populaires en Afrique de l’Ouest, Paris, Presses universitaires de France, 1999, qui, en transformant un concept utilisé autrement par Foucault, entend regrouper sous ce terme ce qui, dans la construction sociale des représentations populaires des maladies, renvoie aux propriétés des maladies elles-mêmes, à leurs symptômes, à leur prévalence, à l’existence ou non de traitements efficaces.

34 P. Hamon, Du descriptif, p. 7.

35 Y. Reuter (dans « La description en question », in Id., ed., La description…, 1998, p. 10) note de son côté « l’importance des rapports entre objets décrits et description, sans doute un peu trop stigmatisée en raison de ses liens avec les taxinomies de l’ancienne rhétorique ».

36 Cf. D. Apothéloz, « Éléments pour une logique de la description et du raisonnement spatial », in Y. Reuter, ed., La description…, p. 19.

37 Cf. A. Piette, Le mode mineur de la réalité. Paradoxes et photographies en anthropologie, Louvain, Peeters, 1992. Si nous reprenons l’expression, nous nous garderons bien d’en faire, comme lui, une découverte majeure et de l’opposer à un « modèle ethnologique normal » qu’il caricature largement pour les besoins de la démonstration.

38 R. Cresswell, in R. Cresswell & M. Godelier, eds, Outils d’enquête et d’analyse anthropologiques, Paris, F. Maspero, 1976, p. 20. Également cité par F. Laplantine, La description ethnographique, p. 116.

39 On se rappellera que M. Foucault décrivait l’ambition taxinomique naturaliste du xviiie siècle dans des termes proches : « Devant le même individu, chacun pourra faire la même description, et inversement, à partir d’une telle description, chacun pourra reconnaître les individus qui y correspondent », Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 146, cité par J.-M. Adam dans La description, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 111 (« Que sais-je ? »).

40 Pour une analyse anthropologique d’une certaine sémiologie populaire des symptômes en Afrique de l’Ouest, cf. Y. Jaffré & J.-P. Olivier de Sardan, La construction sociale des maladies…

41 M. Rainfray, « La description dans les pratiques de recherche en médecine », in Y. Reuter, ed., La description…, p. 184.

42 Cité par F. Laplantine, La description ethnographique, p. 29.

43 Ibid.

44 Le projet ethno-méthodologique n’est pas très loin de s’inscrire dans cette perspective, mais avec des coûts forts (par exemple le consensus est plus celui d’une « secte » que celui d’un corps professionnel, et les objets ne sont rendus similaires que par une opération draconienne de réduction au contexte).

45 Cf. S. Beaud & F. Weber, Guide de l’enquête de terrain, p. 142.

46 Ibid.

47 Cf. J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique…

48 Cf. M. Foucault, Les mots et les choses.

49 E. R. Leach, Critique de l’anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, 1968.

50 De même que le premier rêvait de fonder une « science naturelle de la société », le second écrivait : « Si l’anthropologie se résigne à faire son purgatoire auprès des sciences sociales, elle ne désespère pas de se réveiller parmi les sciences naturelles à l’heure du jugement dernier » (C. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale deux, Paris, Plon, 1973, p. 29, cité par F. Laplantine, La description ethnographique, p. 69).

51 J. Fabian, Time and the other. How the anthropology makes its object, New York, Columbia University Press, 1983.

52 A. den Hollander, « Social description : the problem of reliability and validity », in D. Jongmans & P. Gutkind, eds, Anthropologists in the field, New York, Humanities Press, 1967, p. 1-34.

53 Cf. G. Duby. & G. Lardreau, Dialogues, Paris, Flammarion, 1980.

54 A. Piette, Ethnographie de l’action…

55 Notons que description au sens large et description au sens restreint sont amalgamées sans cesse par Piette.

56 « Éliminer la description mince de la palette dont dispose l’ethnographe, c’est abolir le contraste du mince et de l’épais. Cette radicalité herméneutique rend inapplicable l’idée d’une complexité organisée des niveaux de description », V. Descombes, « La confusion des langues », Enquête, 6, p. 52.

57 Cf. Enquête. Anthropologie, Histoire, Sociologie, 3, Interpréter, surinterpréter, 1996.

58 Cf. J.-P. Olivier de Sardan, « Émique », L’Homme, 147, 1988, p. 151-156.

59 V. Descombes, « La confusion des langues », p. 38. M.-J. Borel rappelle de son côté, dans son texte sur le discours descriptif en anthropologie, que l’anthropologie, comme toute science, est soumise à une exigence de « pertinence empirique » (« Le discours descriptif… », p. 26).

60 Cf. J. Revel, « L’histoire au ras du sol ».

61 Cf. L. Marin, « La description du tableau et le sublime en peinture : sur un paysage de Poussin », Versus, 29, 1981, p. 62. Ce que Marin dit des deux contraintes qui s’imposent à la description discursive d’un tableau peut aussi s’appliquer à la description socio-anthropologique : « la première consiste à instituer un sous-ensemble fini de traits choisis comme pertinents (la description) sur un ensemble potentiellement infini (le tableau de peinture) : il n’y a pas de description exhaustive ; la seconde consiste à linéariser ce sous-ensemble prélevé sur l’ensemble, à le mettre en une série, un ordre de présentation, à la lecture ou à l’auditoire : il n’y a pas de description qui co-présente la totalité de ses éléments », (ibid., p. 61).

62 Cf. J.-P. Olivier de Sardan, « Le “je” méthodologique… ».

63 Cf. Y. Reuter, « La description en questions », p. 38-39.

64 G. Bateson, Naven. A survey of the problems suggested by a composite picture of the culture of a New Guinea tribe drawn from three points of view, Cambridge, University Press, 1936.

65 Cf. M. Houseman & C. Severi, Naven ou le donner à voir. Essai d’interprétation de l’action rituelle, Paris, CNRS-Éditions/Éd. de la MSH, 1994 (« Chemins de l’ethnologie »).

66 D. MacDougall parle ainsi de « commentaires internes » pour les propos à fonction informative de personnages d’un documentaire (utilisés de façon synchrone ou en voix off), par opposition au commentaire classique, dit externe, celui écrit par l’auteur et dit en voix off, cf. « Beyond observational cinema », in P. Hockings, ed., Principles of visual anthropology, The Hague, Mouton, 1975.

67 « The observer freezes his object while in reality it is a continuous whole of human interaction, a drama that cannot be stopped at any given point. The very intention of producing a description, the note-book in one’s hand, freezes the object in motion », A. den Hollander, « Social description : the problem of reliability and validity », p. 20. « Much ethnographical and sociographical work is in fact barely disguised anacdotalism », ibid., p. 29.

68 Ibid., p. 32.

Table des illustrations

Titre Schéma 1. Observations-descriptions et entretiens-transcriptions dans l’enquête de terrain
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/19801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Schéma 2. Observable-filmable
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/19801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search