Version classiqueVersion mobile

Pratiques de la description

 | 
Giorgio Blundo
, 
Jean-Pierre Olivier de Sardan

Avant-propos

Texte intégral

1En 1998, la revue Enquête. Anthropologie, Histoire, Sociologie publiait un numéro consacré à « La description ». Autour de l’article célèbre de Clifford Geertz sur la « description dense », traduit pour la première fois en français, une série de réflexions y était engagée sur la définition même de la description (de l’acte descriptif, de la posture descriptive), sur ses présupposés, sur ses ambiguïtés cognitives ou ses inévitables surcharges interprétatives. Mais la réalité quotidienne des pratiques descriptives en sciences sociales restait pour l’essentiel étrangère à ces réflexions, de tonalité philosophique. Et c’est cette absence qui nous a semblé justifier la préparation du présent volume.

2Ainsi, les textes ici réunis s’intéressent tous au comment de la description en sciences sociales, considérée comme mode de production de données, comme source ou comme catégorie d’écriture : ils s’attachent aux variations des formes concrètes que la description affecte dans l’espace ou le temps, d’une discipline à l’autre, en se focalisant alternativement ou simultanément sur celui qui décrit, sur ce qui est décrit, pour qui, et de quelle façon. Mais la perspective, bien que moins générale que celle qui fut adoptée en 1998, reste encore relativement panoptique. Autrement dit, nous sommes passés d’analyses théoriques de la description en son concept à des analyses théoriques de pratiques descriptives particulières. En revanche, nous avons simplement entamé l’analyse pratique des pratiques descriptives. Passés du salon à la salle à manger, nous sommes restés sur le pas de porte de la cuisine, là où se mitonnent les descriptions.

3Mais c’est un des paradoxes du thème de « la description », dont on pourrait penser au premier abord qu’il soit relativement circonscrit, voire qu’il possède toujours une certaine saveur de « concret » (et ce d’autant plus qu’on entend l’aborder sous l’angle des pratiques dont il fait l’objet en sciences sociales), que d’ouvrir vers les pistes intellectuelles les plus diverses et de mobiliser pour ce faire les exemples ou illustrations les plus variés. Nous voyagerons de ce fait, tout au long de ce recueil, des écrivains réalistes français à la géographie méditerranéenne, des enquêtes sur la corruption à la topographie militaire aux xviiie et xixe siècles, des propriétés et finalités de la recherche de terrain anthropologique à la dimension temporelle des pratiques descriptives, des relations géographiques du Nouveau Monde aux fiches de terrain éthiopiennes de Michel Leiris…

4Pour se repérer dans ce jardin à l’anglaise, on proposera un parcours en deux parties.

5La première partie de ce volume porte sur le travail descriptif spécifique aux sciences sociales, dès lors qu’elles produisent elles-mêmes des descriptions comme données, et tente d’en repérer diverses caractéristiques. Deux textes, chacun sur un mode personnel, tentent de dresser une sorte d’état de la question du côté de l’anthropologie, souvent considérée comme la plus descriptive des sciences sociales. Celui de Jean-Pierre Olivier de Sardan opère une distinction préalable entre la description au sens large, et la description au sens restreint : c’est au niveau de cette dernière, de nature séquentielle, qui permet de produire des données symétriques et complémentaires aux entretiens, voire de construire des corpus, qu’il tente de mettre un peu d’ordre et de proposer des points de repère, tant au niveau de l’observation de terrain qu’au niveau de la description écrite finale. Le texte de Yannick Jaffré fait plutôt un bilan des complexités, des difficultés et des incertitudes qui pèsent sur le comment des opérations descriptives, que l’on considère d’un côté les propriétés fort variées de ce qui est décrit (objets, conduites, relations, rites ou sentiments), ou de l’autre les destinataires réels ou supposés du texte descriptif. Un troisième texte, celui de Giorgio Blundo, choisit un tout autre angle d’attaque, plus concret et plus paradoxal : en prenant appui sur les liens entre observation et description, il pose la question des formes d’appréhension de ce qui n’est pas censé être observé, et qui pourtant l’est quand même, ou à tout le moins partiellement. Il utilise à cet effet le fil directeur des enquêtes anthropologiques sur la corruption pour déboucher sur la question de comment décrire ce qui est généralement « caché », dissimulé (ou, parfois même, inobservable), et qui est objet de représentations sociales fort ambivalentes. Enfin, Andrew Abbott propose, en sociologue, de dépasser le vieux débat sur description versus interprétation pour s’interroger sur les relations entre pratiques de description et temporalité, et sur la difficulté qu’il y a à concilier une représentation statique de la réalité avec le temps long des processus sociaux. La discussion se déplace ainsi vers le terrain de la recherche de liens de causalité.

6La seconde partie porte sur les « descriptions des autres », déjà constituées pour des motifs variés, que le chercheur en sciences sociales va utiliser comme source ou comme objet de sa recherche. Ainsi, plusieurs textes mobilisent des descriptions produites au xixe siècle, qui fut le siècle des grandes fresques géographiques comparatives, qu’évoque Daniel Nordman en s’inspirant du cas de l’Europe méditerranéenne, le siècle aussi de la découverte érudite des classes laborieuses (par les premières enquêtes sociales ou par les romanciers réalistes), que raconte Jérôme David. Les contributions de Valeria Pansini et Alain Musset, quant à elles, portent sur la spécificité du travail de l’historien, dont les descriptions reposent nécessairement sur des descriptions antérieures. Les corpus qu’ils analysent se distinguent par le fait qu’il s’agit là de descriptions produites pour l’action, à des fins administratives ou militaires. Mais alors que les relations administratives du Nouveau Monde, dont A. Musset nous offre quelques exemples textuels et cartographiques, peuvent être interrogées en restituant les étapes de leur construction et les formes concrètes d’organisation du travail descriptif, les matériaux de V. Pansini ont ceci de particulier qu’il ne reste pas de traces des textes issus de la description militaire. L’historienne ne peut alors que se pencher sur la phase qui précède la rédaction d’une description, en essayant de reconstituer les pratiques perceptives qui en sont à l’origine. À certains égards, les extraits des notes de terrain de Michel Leiris, sélectionnés et commentés par Christiane Touati, peuvent être considérés, à l’instar des sources descriptives de l’historien, comme des archives ethnographiques relatant des rituels qui ne sont plus observables de nos jours. La mise en parallèle des notes de terrain avec la description que Leiris propose dans l’ouvrage publié sur les rites de possession en Éthiopie, permet d’apprécier le poids des procédures de sélection et des choix interprétatifs qui sont le propre de tout travail ethnographique.

7D’un point de vue strictement disciplinaire, il est vrai que le rapport à la description n’est pas identique d’une science sociale à l’autre. La sociologie de questionnaires n’a recours qu’aux formes les plus abstraites de la description, du tableau statistique aux diagrammes. En revanche, l’histoire, la géographie, l’anthropologie ou la sociologie qualitative ont assez généralement accordé une place importante aux observations comme aux descriptions, sous des formes circonscrites et directes (notes, portraits, récits, comptes rendus, fiches, photos) ou selon les procédures plus complexes de l’étude de cas ou de la micro storia.

8Mais cette importance de la description au sein des sciences sociales ne suit pas pour autant un cours linéaire. Elle a eu ses hauts et ses bas. Ainsi la vague postmoderniste des années 1980 a systématiquement déprécié le registre descriptif comme entaché du péché de positivisme, pour promouvoir des postures « dialogiques », donc discursives, considérées comme relevant d’épistémologies alternatives, ou comme étant seules « éthiquement correctes ». Ce volume participe quant à lui, et à sa façon, d’une sorte de « retour à la description », perceptible à travers de nombreuses publications récentes, et qui sans doute réagit, à son tour, aux excès récents de la « sociologie d’entretien » et du « tout discursif ». Les sciences sociales réhabilitent en quelque sorte les pratiques descriptives, qui deviennent ou redeviennent une source de données ou un mode de production de données comme un autre, et par là même un mode d’écriture comme un autre.

9 Or, le contexte épistémologique a changé, le constructionnisme est passé par là, ces pratiques descriptives sont désormais « décrochées » des idéologies naturalistes anciennes, et elles posent au fond exactement les mêmes problèmes de subjectivité, de référentialité, de plausibilité et de réflexivité que les autres sources, que les autres modes de production de données et que les autres modes d’écriture, ni plus, ni moins. On ne peut que se féliciter de cette banalisation de la description en sciences sociales, aux côtés des formes plus narratives ou discursives, dont elle est le complément, et non le concurrent ou le parent pauvre.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search