Version classiqueVersion mobile

L’argumentation

 | 
Michel de Fornel
, 
Jean-Claude Passeron

Résumés

Abstracts

Texte intégral

Jean-Blaise Grize

1Les deux faces de l’argumentation : l’inférence et la déduction

2Argumenter est une activité discursive qui présente deux faces, une face logique et une face rhétorique lesquelles reposent sur la propriété qu’ont les mots de renvoyer doublement : d’une part au système de la langue, à des définitions, d’autre part à des éléments extérieurs, à des référents. L’aspect logique est fondé sur l’usage de concepts hors situation et permet de déduire donc de calculer ; l’aspect rhétorique sur l’usage de notions plongées dans le milieu socioculturel et permet d’inférer, partant de manifester un point de vue.

3The two sides of arguing : inference and deduction

4Arguing is a discursive activity offering two sides : a logical side and a rhetoric one. Such a duality rests on the property of words to doubly refer : on the one hand, to the linguistic system, i. e. to definitions ; on the other hand, to external elements, i. e. to referents. The logical aspect is based on the use of concepts out of real-life situation, and permits to deduct (therefore to calculate) ; the rhetoric aspect is based on the use of notions rooted in specific sociocultural environments, and permits to infer (therefore to express a point of view).

Antoine Prost

5Argumentation historique et argumentation judiciaire

6L’argumentation judiciaire, malgré des analogies, diffère radicalement de l’argumentation historique par l’exigence de rendre un verdict. Cette exigence entraîne la centration de l’argumentation sur un acte déterminé, pour déterminer si l’accusé en est ou non coupable, et dans quelle mesure. De ce fait, l’argumentation judiciaire construit une temporalité très différente de la périodisation historique ; surtout elle met à l’écart les contextes quand ils n’ont pas de rapport direct avec les faits reprochés à l’accusé. L’histoire, au contraire, s’intéresse prioritairement aux contextes où elle cherche le sens de ses intrigues et qui seuls restituent au passé son épaisseur et sa complexité. Mais l’attention aux contextes s’organise différemment selon les structures argumentatives auxquelles recourt l’historien. L’article argumente cette thèse en distinguant les logiques du récit et celles du tableau, pour montrer finalement, à partir d’un exemple précis, les grèves du Front populaire, comment ces deux logiques se croisent et s’articulent dans la démarche concrète de l’histoire.

7Historical argumentation and judiciary argumentation

8Despite some analogies, the judicial and historical argumentations totally differ as the former has to return a verdict. Which entails focussing argumentation on a given act to determine the defendant’s guilt or innocence.

9Thus, the judicial argumentation builds up a temporality which is very different from the historical periodisation, as it discards contexts when they have no direct link with the charges. History, on the contrary, prioritises contexts, in its search for a meaning to plots which can give back its substance and complexity to the past. But contexts handling is differently organized, according to the argumentative structures used by the historian. This paper supports this view, by distinguishing the narrative logics from the graphic description logics, to finally show, using the Front populaire strikes case, how these two logics crisscross and interact in the concrete historical approach.

Pierre Livet

10Formaliser l’argumentation en restant sensible au contexte

11Nous pouvons utiliser plusieurs logiques, de forces différentes, selon les contextes. S’il n’est pas possible de formaliser une fois pour toutes les règles qui nous font passer d’une logique à l’autre, il est possible de révéler par ces changements de modes d’inférence les différences entre contextes. L’argumentation peut être comprise comme cet usage diversifié de logiques qui acceptent la révision de leurs conclusions quand on change de contexte. L’usage des modèles en sciences sociales doit sans doute se limiter à appliquer ce type de stratégie.

12Formalizing argumentation without forgetting context-sensitive

13Several logics, each of different strength, can be used with respect to different contexts. It is not possible to give a unique formalization for all the rules that regiment the transition from the use of one logic to the use of one another. But the differences between contexts can be revealed by these changes of the type of logical inference used. Argumentation can be understood in accordance with this diversified way of using these logics that allows the revision of their conclusions when we pass from one context to another. This type of strategy can be applied to the use of models in social sciences.

Claude Rosental

14Quelle logique pour quelle rationalité ?
Représentations et usages de la logique en sciences sociales

15Réouvrant le dossier sur la question de la rationalité des Azandé, cet article problématise le recours, en sciences sociales, à des représentations élémentaires de la logique, déconnectées des approches développées au sein de cette discipline tout au long du xxe siècle. Il montre comment des différences de conceptions de la logique chez les analystes sont à l’origine de divergences dans l’évaluation argumentée de la rationalité des acteurs, mais aussi comment nombre d’auteurs évitent d’invoquer la logique pour peupler le monde d’esprits irrationnels. Il souligne la réalité d’une logique en débat dans (et entre) les disciplines des sciences sociales, réalité dont les aspects peuvent être explorés en vue de repenser l’histoire de ces dernières.

16What logic for what rationality ?
Representations and uses or logic in social sciences

17This article addresses the issue of the use of elementary representations of logic in the social sciences. Such representations are often disconnected from approaches developed by logicians during the 20th century. The article focuses more particularly on the issue of the Azande’s rationality. Various arguments related to this issue are revisited. We show how differences of representations of logic among social scientists lead to contradictory evaluations of the actors’ rationality. Some representations lead to avoid to refer to logic to fill the world with irrational spirits. We show how logic is in fact debated within (and between) the various disciplines of the social sciences. Exploring such debates may lead to rethink the history of the social sciences.

Louis Quéré

18La validité de l’argument naturaliste en sciences sociales

19Le propre d’une démarche naturaliste est de viser une définition réelle (et pas seulement nominale) des phénomènes et de la construire à partir d’observations. Cet article examine un exemple d’une telle démarche – une recherche d’E. Schegloff en analyse de conversation –, et caractérise la place et le statut qui y sont donnés à l’observation. Celle-ci ne sert pas tant à produire ou à rassembler des données, dans le but d’éprouver empiriquement une hypothèse interprétative, qu’à faire surgir des énigmes et des problèmes, qui occasionnent une enquête. Dans cette enquête, l’observation permet de construire des faits pour le problème posé, par sélection et ordonnancement du matériel recueilli, ainsi que d’isoler, purifier et stabiliser le phénomène qui retient l’attention, de manière à en produire une définition réelle.

20The validity of the naturalistic argument for social sciences

21The distinguishing feature of naturalistic approaches is to aim at an actual (not only a nominal) definition of phenomena, constructing it from observations. This paper examines an example of such an approach – a Schegloff ’s study in the field of conversational analysis –, focusing on the place and status attributed to the observation. The observation is less used for producing or gathering data, in order to empirically test an interpretative hypothesis, than for making apparent puzzles and problems that call for an inquiry. In this inquiry, the observation permits to construct some facts for the posed problem, by selecting and arranging the collected material, as well as to isolate, purify and stabilize the phenomenon in question, in order to produce for it a real definition.

Michel de Fornel

22Le destin d’un argument : le relativisme linguistique de Sapir-Whorf

23Cet article présente un programme d’orientation socio-pragmatique d’étude des pratiques argumentatives dans les sciences sociales. Tout en se situant dans le prolongement de la démarche novatrice du courant pragma-dialectique, ce programme rompt avec le point de vue normatif qui l’anime et montre qu’on ne peut étudier les pratiques argumentatives d’une discipline sans reconstruire par enquête les éléments pertinents du contexte d’énonciation et des dimensions sociologiques en jeu et sans déterminer pour chaque domaine scientifique concerné les étapes argumentatives qui sont en vigueur, ainsi que les normes pragmatiques qui les régissent. Ce programme est mis à à l’épreuve dans un domaine particulier, celui de la linguistique. Après avoir précisé l’état des recherches concernant ce dernier, on prend comme exemple les débats qui ont été suscités par l’argument du relativisme linguistique de Sapir-Whorf. La discussion s’est figée autour de la co-existence de deux pôles, critique et empirique, qui présentent la particularité de ne pas avoir compris le véritable positionnement argumentatif de Whorf. Contrairement à ce qu’a soutenu le pôle empirique, sur l’identification des corrélats cognitifs montrant l’influence du langage sur la pensée. Contrairement aux affirmations du pôle critique, ce dernier n’a pas cherché à défendre l’hypothèse selon laquelle la grammaire d’une langue engendrerait un système conceptuel particulier ou une vision du monde singulière. Rétrospectivement, il est clair que le pôle critique, et particulièrement les philosophes, a mobilisé les pratiques argumentatives les plus dommageables pour l’hypothèse du relativisme linguistique. En traitant l’hypothèse de Whorf comme une hypothèse philosophique, le parti philosophique l’a évaluée en fonction des normes pragmatiques qui régissent les pratiques argumentatives du champ philosophique. À leur décharge, comme à celle du pôle favorable et empirique, il faut reconnaître que les arguments de Whorf ne pouvaient guère être correctement compris tant que son point de vue sous-jacent – sa thématique de recherche – restait opaque. La stratégie argumentative de Whorf aurait exigé, pour être perçue adéquatement, de ne pas être dissociée de l’orientation gestaltiste dans laquelle il s’était engagé. Car c’est sur fond de cette thématique qu’il est possible de saisir que le retournement de la vision traditionnelle des universaux sémantiques auquel mène l’examen des langues amérindiennes n’est qu’une stratégie argumentative au service d’une ambition d’une toute autre ampleur, et consistant à jeter les bases d’une sémantique cognitive des langues amérindiennes.

24The destiny of an argument : the Sapir-Whorf hypothesis

25This paper offers a socio-pragmatic program of research devoted to the study of argumentative practices in social sciences. This program is close in spirit to the pioneering approach of the pragmadialectic school but refuses its normative side. It shows that it is necessary, in order to study adequately the argumentative pratices of a scientific field to take in account by means of systematic inquiry the sociological and pragmatic dimensions at stake, as well as the temporal contingencies constitutive of any debate. This program is tested in the field of linguistics. After presenting a critical evaluation of the various studies of argumentation pratices during and after the generative period, this paper focuses on the debates raised by the Sapir-Whorf hypothesis. The discussion of this hypothesis was polarized around two positions – empirical and critical – both of which severely misunderstood the real argumentative stance of Whorf. Contrary to the claims of the empirical position, Whorf was not looking for the identification of the cognitive correlates showing the influence of language on mind. Moreover, contrary to the claims of the critical position, Whorf didn’t sustain the argument that a grammar of a language produces a specific world view. The arguments of the critical position were the most damaging for the Sapir-Whorf hypothesis, insofar as they were held mostly by analytic philosophers who considered it as a philosophical thesis, by no means related to a research program. They evaluated it according to the pragmatic norms that govern philosophical disciplines and therefore dismissed it. This article shows also that the reversal of the traditional vision of semantic universals was only an argumentative strategy that allowed Whorf to lay the foundations of a cognitive semantics of native American languages.

Jean-Claude Passeron

26Logique formelle, schématique et rhétorique

27L’article présente les résultats d’une analyse qui a été menée sur un corpus de textes scientifiques empruntés à plusieurs sciences sociales, pour caractériser la forme de leurs preuves. L’enquête visait à identifier les opérations auxquelles recourt le « raisonnement sociologique » pour justifier la pertinence de ses affirmations aux différents niveaux du discours : celui des termes, celui des assertions et celui des inférences dans un argumentaire. L’examen de la signification – nécessairement idéal-typique – des concepts descriptifs propres aux sciences sociales, de la modalité de leurs assertions qui portent toujours sur des faits historiques, et surtout de l’opération de « schématisation » par laquelle ces sciences justifient leurs inférences dans une explication causale, conduit l’auteur à un constat épistémologique : dans un discours sociologique, l’administration de la preuve ne peut être entièrement décrite ni comme un agencement de figures persuasives dans le cadre d’une rhétorique, ni comme une déduction dans le cadre d’une logique formelle soumise au seul « principe d‘extensionalité ». La distinction frégéenne entre les deux significations (sinn et bedeuntung) que revêt, en tout langage, le fait de signifier permet à l’auteur de décrire comme un « espace assertorique » spécifique la manière dont les sciences historiques « référent » leurs objets, en les schématisant pour pouvoir raisonner sur eux. Formal logic, schematization and rhetoric

28Formal logic, schematization and rhetoric

29The paper presents some results of an study based on a sample of scientific texts selected from several social sciences, in order to characterize the logical form of their proofs. The aim of the inquiry was to describe how the sociological reasoning justifies the relevance of its statements at different levels of discourse : terms, assertions and inferences in an argumentation. Examining the meaning of descriptive concepts in social sciences – which is always more or less ideal- typical – the modality of their assertions, – which are always focused on historical facts – and the « schematization » of arguments – the only way for justifying inférences in an historical explanation – the author shows that, in a sociological discourse, proofs cannot be fully described, neither as rhetorical figures nor as acts of pure deduction in a formal logic based on the « principle of extensionality ». The distinction by Frege between two meanings of meaning (Sinn and Bedeutung), in every language, allows the author to describe the « declarative space » of social sciences as a specific form of the « logical space » in which they refer to their objects when arguing about them.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search