Version classiqueVersion mobile

L’argumentation

 | 
Michel de Fornel
, 
Jean-Claude Passeron

III.

Logique formelle, schématique et rhétorique

Formal logic, schematization and rhetoric

Jean-Claude Passeron

Résumé

L’article présente les résultats d’une analyse qui a été menée sur un corpus de textes scientifiques empruntés à plusieurs sciences sociales, pour caractériser la forme de leurs preuves. L’enquête visait à identifier les opérations auxquelles recourt le « raisonnement sociologique » pour justifier la pertinence de ses affirmations aux différents niveaux du discours : celui des termes, celui des assertions et celui des inférences dans un argumentaire. L’examen de la signification – nécessairement idéal-typique – des concepts descriptifs propres aux sciences sociales, de la modalité de leurs assertions qui portent toujours sur des faits historiques, et surtout de l’opération de « schématisation » par laquelle ces sciences justifient leurs inférences dans une explication causale, conduit l’auteur à un constat épistémologique : dans un discours sociologique, l’administration de la preuve ne peut être entièrement décrite ni comme un agencement de figures persuasives dans le cadre d’une rhétorique, ni comme une déduction dans le cadre d’une logique formelle soumise au seul « principe d‘extensionalité ». La distinction frégéenne entre les deux significations (sinn et bedeuntung) que revêt, en tout langage, le fait de signifier permet à l’auteur de décrire comme un « espace assertorique » spécifique la manière dont les sciences historiques « référent » leurs objets, en les schématisant pour pouvoir raisonner sur eux. Formal logic, schematization and rhetoric

Texte intégral

1Une métaphore hante l’épistémologie des sciences de l’homme : celle qui les oppose en toute simplicité aux sciences exactes comme « sciences molles » à « sciences dures ». Figure spectrale du « matérialisme onirique » qui irrigue, selon Bachelard, l’inconscient scientifique de chacun, on la voit resurgir, sans qu’il soit jamais besoin de l’argumenter, dans l’enseignement universitaire comme dans les topoi de cafés philosophiques ou les joutes oratoires sur tréteaux médiatiques, dans les conversations à bâtons rompus de collègues autour d’un brown bag comme dans les attendus des colloques les plus savants. Avalée comme vérité amère par les chercheurs en sciences sociales, elle alimente chez les uns une résignation morose à l’infirmité méthodologique et chez d’autres l’aspiration forcenée à changer de maillot ou de règles du jeu.

  • 1 Je me réfère pour l’usage de cette notion à la description qu’a donnée Alistair Crombie des « style (...)

2Que l’on débatte du recours au formalisme et au calcul dans les sciences sociales, de la valeur de leurs preuves comparée à celle de la « réfutabilité » des hypothèses dans une science expérimentale, ou encore du statut « scientifique », « littéraire » ou mi-chèvre mi-chou qu’il convient de réserver aux sciences historiques, la métaphore machinale d’une vérité à deux vitesses réduit la diversité des styles de la pensée scientifique à l’opposition entre deux méthodes de preuve : le calcul opposé à toutes les autres méthodes possibles, confondues dans une « classe complémentaire » qui ne peut plus être décrite que par son manque. La métaphore suggère une « densité » intrinsèque de la valeur des preuves, qui érige la vérité scientifique en substance indivisible et presque corporelle, encourageant ainsi les chercheurs des sciences exactes, convaincus de l’exemplarité de leurs disciplines – mais aussi souvent les chercheurs en sciences sociales enclins au masochisme méthodologique –, à s’épargner toute description épistémologique de la diversité des « styles de pensée1 » qui se partagent le raisonnement scientifique dans toutes les disciplines.

Les logiques de preuve

  • 2 Pour les éléments premiers de cette description, cf. J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique. (...)
  • 3 Au sens où Wittgenstein emploie le terme de « montrer » lorsqu’il distingue l’acte d’analyse, qui c (...)

3À partir d’une analyse d’argumentaires prélevés dans différentes sciences sociales, j’ai voulu, dans les années 19902, « montrer3 » quelques propriétés du cadre logique dans lequel un raisonnement sociologique transforme les données recueillies par une observation empirique, lorsqu’il les reconstruit méthodiquement en un système de preuves, et cela que ce travail d’argumentation fasse appel à des descriptions, des comparaisons, des récits, des conceptualisations idéal-typiques, des mesures, des calculs ou des modèles. On peut caractériser ce cadre par quatre propriétés.

1. En tant que raisonnement comparatif, le « raisonnement sociologique » utilise des grilles de description, des protocoles de vérification et des formes d’argumentation qui se retrouvent à des degrés divers dans les raisonnements explicatifs de toutes les sciences sociales.

Ni pour le meilleur ni pour le pire (méthodologique), la sociologie n’est une science sociale à part. Toutes les sciences sociales utilisent des schèmes de « raisonnement sociologique », que ce soit dans des moments particuliers de leurs traitements de données ou pour nouer l’argumentation d’ensemble qui fonde la « justification » de leurs énoncés explicatifs dans une théorie. Une comparaison historique à vaste échelle entre institutions ou périodes, qui utilise des « concepts » idéal-typiques pour schématiser ses inférences, et une comparaison de corrélations ou de courbes, réglée par un calcul probabiliste des « degrés de signification statistique », s’inscrivent dans un même « espace logique » de l’administration des preuves. Un « espace logique » ne se définit que par le fait qu’il existe une adéquation opératoire entre les concepts et les règles, formelles ou empiriques, qui guident ses inférences. Autrement dit, la cohérence sémantique et la constance syntaxique de l’univers du discours sont également exigibles de tout discours rationnel. Il existe assurément des différences bien reconnaissables entre les « styles » probatoires propres aux différentes sciences sociales, mais ces différences de style ne tiennent qu’à des différences de « dosage » entre les méthodes que chaque discipline associe différemment. Et ce n’est pas une logique formelle qui peut trancher de la valeur logique de ces dosages méthodologiques.

2. Les opérations par lesquelles un raisonnement sociologique administre une preuve diffèrent (a) de celles du raisonnement inductif que pratiquent les sciences expérimentales au sens strict, (b) du calcul qui met en relations variables et paramètres dans un modèle mathématisé d’explication et (c) de la formalisation qui exige de définir par « descriptions définies » tous les termes d’une assertion, toutes les « expressions bien formées » d’un discours, et toutes les opérations qu’on peut exécuter sur eux lorsqu’on raisonne au sein d’un « système formel ».

Les sciences sociales ne sont « sociales » que pour autant qu’elles restent des sciences historiques. Sciences formelles, sciences nomologiques et sciences historiques énoncent leurs « faits » dans un même « espace logique », celui de la cohérence exigible de toute théorie scientifique. Mais leurs énoncés ne s’inscrivent pas dans le même « espace assertorique » de référence. Autrement dit, ces trois types de sciences ne fondent pas de la même manière la « référence » à leurs « objets de pensée » pour définir leurs termes, opérations et arguments : les premières et les deuxièmes ont une structure logique qui leur permet de justifier leurs assertions par des inférences dont la forme est susceptible d’être entièrement mathématisée ou formalisée ; les troisièmes ont une texture discursive qui leur permet d’argumenter sur des objets dont les significations restent « indexées » sur des « référents » singuliers.

3. Dans toutes les sciences historiques, la mise en rapport des « énoncés d’observation » avec des « énoncés explicatifs » doit son pouvoir de « faire preuve » dans la communication scientifique au fait qu’ils sont les uns comme les autres des « énoncés interprétatifs » de l’action sociale.

  • 4 Sur les langages de description de l’action sociale en termes d’« acteur », de « système » ou de mé (...)

Les raisonnements qui enchaînent des énoncés historiques se prononcent toujours, implicitement ou explicitement, sur le sens attribué à des actions ou des interactions sociales, que ce soit dans une description ou une explication. Visible ou non, exclusive ou non, cette part d’interprétation inhérente aux énoncés portant sur le monde historique ne saurait être « purifiée » par la formalisation de descriptions dont la portée assertorique reste indexée sur des objets ou des processus singuliers, sauf à accepter de voir s’évaporer la pertinence sémantique de tels « objets de pensée », et par là une part de ce qui donne un sens « compréhensible » à l’explication causale des faits sociaux4.

4. Les explications qui constituent la connaissance du monde historique apportée par les sciences sociales sont « justifiées » par une argumentation dont les « valeurs de véridicité » ne peuvent être définies comme les « valeurs de vérité » ni traitées comme les « modalités » de propositions enchaînées dans une déduction. Autrement dit, un raisonnement sociologique n’est jamais entièrement réductible au mode d’inférence qui définit le raisonnement hypothético-déductif au sens strict.

  • 5 J. Hintikka, Models for modalities : selected essays, Dordrecht, Reidel, 1969.

Quand on déduit la « vérité » d’une proposition de celle d’une ou plusieurs autres selon le mode le plus fort de l’inférence (l’implication formelle : if p then q, par exemple quand on déduit, dans une disjonction stricte entre p et q, la fausseté de q de la vérité de p selon le modus ponendo tollens, ou la vérité de q de la fausseté de p selon le modus tollendo ponens), la « vérité » de toute assertion qui prend place dans la chaîne déductive est nécessairement une question de « tout ou rien », dès lors que les termes liés par l’assertion comme les opérations auxquelles elle prête ont été entièrement définis, et par là définitivement immobilisés, en toutes leurs composantes sémantiques. En revanche, la « véridicité » des énoncés d’une science sociale est susceptible de gradations, puisqu’elle peut toujours procéder à une amélioration de ses preuves ou incorporer des objections en circonstanciant plus finement le sens de ses énoncés descriptifs. Les modalités d’une assertion historique, qui affectent le sens des termes et des relations en fonction de leur contexte d’énonciation, ne se laissent donc pas exprimer adéquatement dans un calcul de probabilités ; et pas davantage dans une des « logiques modales », classiques ou modernes, qui restent des calculs indifférents au contenu sémantique de leurs symboles, n’exigeant qu’une syntaxe formelle associée à une sémantique tout aussi formelle de la modalité des propositions5. La véridicité d’une explication historique peut ainsi coexister avec d’autres explications véridiques sans qu’il y ait réfutation de l’une par un autre, puisque leurs argumentations sont formulées dans des langages théoriques de description du monde dont les découpages conceptuels ne coïncident jamais entièrement dans un même « univers du discours ». Dans cette modalité de l’assertion, la singularité de l’instance d’énonciation, la pertinence des énoncés, la structure des preuves et la texture de l’argumentation définissent conjointement un style d’argumentation irréductible à d’autres. Les « faits » d’une science historique s’expriment dans des assertions qui sont toujours « contextualisées » (explicitement ou non), c’est-à-dire « circonstanciées » par des « déictiques » référant la véridicité de l’assertion aux coordonnées spatio-temporelles de son contexte et à sa place dans le déroulement du discours. On peut toujours confirmer ou rectifier, affaiblir ou améliorer une telle véridicité par le recours à de nouveaux constats opérés dans de nouveaux contextes. Il existe bien une généralité intelligible propre aux assertions sociologiques, mais elle ne se construit pas dans des théories qui pourraient revêtir une forme logique semblable à celle qui fonde l’universalité des assertions nomothétiques dans les sciences expérimentales ou la nécessité d’une démonstration dans un calcul formel ou une combinatoire.

La texture d’un argumentaire

4Je retiendrai ici quelques exemples d’assertions sociologiques en examinant successivement le statut logique des « termes », des « énoncés » et du « discours » propres aux sciences historiques.

  • 6 Comme le remarque Gilles-Gaston Granger, le nom propre « n’est éliminé qu’illusoirement du langage (...)
  • 7 G. Frege, « Sens et dénotation » (« Sinn und Bedeutung », 1882), in Id., Écrits logiques et philoso (...)
  • 8 G. Frege, « Begriffsschrift : eine der arithmetischen nachgebildete Formelsprache des reinen Denken (...)

5La spécificité du raisonnement sociologique tient à une contrainte logique qu’on ne peut lever par aucun stratagème redéfinissant ce que veut dire ici « désigner un objet6 ». Le langage théorique des sciences historiques doit, pour pouvoir asserter et prouver quelque chose sur les objets qui lui sont propres, articuler nécessairement – comme le fait toute assertion interprétable d’un langage – le « sens » linguistique (Sinn) des mots et phrases de ses argumentations à leur « référence » ou « dénotation » (Bedeutung), si l’on reprend ici la distinction établie par Frege entre ces deux dimensions de la signification7. Mais l’articulation entre les deux significations du fait de signifier, articulation que l’on retrouve en tout signe ou énoncé d’un langage, opère sur un mode radicalement différent lorsqu’elle s’effectue dans un discours qui se réfère à des « objets de pensée » comme ceux d’une science historique, et lorsqu’elle s’effectue dans l’écriture d’une démonstration qui peut définir toutes ses entités et opérations conformément au seul « principe d’extensionalité », dont l’application s’est ainsi imposée comme la condition nécessaire de tout calcul au sens strict dans la reconstruction frégéo-russellienne des logiques de type moderne. La forme de preuve qu’ont voulu expliciter dans une langue artificielle et mettre en écriture rigoureuse toutes les logiques formelles ou mathématiques qui se sont développées et diversifiées de Frege, Russell ou Wittgenstein jusqu’à Gödel est toujours la « preuve extensionnelle » qui fonde la nécessité de toute déduction rigoureuse. « J’ai exclu de l’expression tout ce qui est indifférent au regard de la déduction » disait Frege, insistant sur la limitation des propriétés descriptives du langage qu’il retenait dans le projet « idéographique » de sa Begriffsschrift8. Or le raisonnement sociologique, fait appel – comme le font les inférences qu’il organise dans les autres sciences sociales – à des modalités de preuve dont certaines s’expriment dans une logique « extensionnelle » et d’autres dans une logique « intensionnelle » : la combinaison de ces logiques qui fait, dans les sciences historiques, la force d’une preuve globale par convergence des arguments ne peut relever d’une pondération chiffrant le poids de chacun, d’un calcul combinatoire ou d’un calcul de probabilités.

6Expliciter la sémantique et la syntaxe propres au discours des sciences historiques conduit à dissocier deux statuts méthodologiques, que confond à plaisir la métaphore ravageuse de la « dureté » comme attribut « essentiel » de toute science « véritable » : la « scientificité » d’une démarche argumentative ne se confond pas avec la possibilité d’en « formaliser » toutes les méthodes. Banale mais indispensable, cette clarification épistémologique permet d’affirmer deux choses.

7D’abord 1) que les sciences sociales, telles qu’on les voit argumenter effectivement lorsqu’elles administrent leurs preuves par référence à des corpus de documents ou d’observations, sont des sciences au sens plein du terme : il faudrait, sinon – croyance d’ordre métaphysique sur l’existence de rapports homologiques entre la structure du monde et celle du langage –, accepter de réduire toute connaissance scientifique du monde empirique aux seules connaissances entièrement formalisables.

8Mais aussi 2) que le sens « référentiel » de leurs assertions ainsi que la portée de leurs actes probatoires ne peuvent se définir pleinement que dans un « espace » de l’argumentation où la « dénotation » des objets de pensée ne peut être exclusivement et continûment définie « en extension ». Dans un tel espace d’inférence, les preuves issues de l’application de méthodologies diversifiées peuvent converger pour établir une « véridicité » qui est susceptible d’amélioration ou d’affaiblissement, mais elles ne peuvent entrer dans une démonstration ou un calcul qui permettrait de trancher de la vérité des propositions complexes à la manière des « tables de vérité » dans une logique formelle des propositions, ni davantage se prêter à la « corroboration » d’une assertion causale ou interprétative par un « test falsificateur » comme on le fait dans une expérimentation au sens strict.

  • 9 J. Bouveresse, Prodiges et vertiges de l’analogie : de l’abus des belles-lettres dans la pensée, Pa (...)
  • 10 R. Debray, Le scribe. Genèse du politique, Paris, Grasset, 1980 ; Id., Critique de la raison politi (...)
  • 11 J. Bouveresse, Prodiges et vertiges de l’analogie…, p. 25-26.
  • 12 Ibid.
  • 13 A. Sokal et J. Bricmont, Impostures intellectuelles, Paris, Odile Jacob, 1999.

9L’espace d’argumentation que j’appelle ici celui des « systèmes référentiels » est donc le même que celui des systèmes de raisonnement que la philosophie analytique appelle des « systèmes contentuels » pour marquer la référence au « contenu » des assertions qui adhère au sens de toutes leurs opérations, par opposition aux « systèmes formels » où les entités sur lesquelles on raisonne peuvent faire l’objet de « descriptions définies ». Dans un pamphlet bien venu9, Jacques Bouveresse montrait, avec l’alacrité logique dont il est coutumier, l’absurdité assertorique qui s’étale dans des textes comme ceux de Régis Debray s’évertuant à transposer à la sociologie le célèbre « théorème d’incomplétude » de Gödel10. Ce théorème, qu’on peut déduire en toute nécessité des axiomes et des règles d’inférence d’un système formel d’écriture « qui élimine le contenu et l’intuition pour rendre la déduction plus facilement testable et absolument fiable11 », ne peut, bien évidemment, être appliqué sans contorsions rhétoriques à l’explication d’une propriété sociologique telle que l’incapacité des systèmes sociaux à s’auto-suffire sémantiquement : la description de systèmes de pouvoir religieux ou politiques ne peut être menée que dans des « systèmes contentuels où la signification des termes, l’interprétation des concepts et l’intuition peuvent continuer à jour un rôle important12 ». Disons, dans notre langage, que Régis Debray prend un plaisir logiquement illicite à la confusion épistémologique qui lui permet d’identifier la vérité et la véridicité du discours, la formalisation et la schématisation d’une preuve. Mais il faudrait alors ajouter – ce que l’argumentation de Bouveresse ne fait pas – que le « vertige » rhétorique de Debray n’est pas plus illogique que l’usage inversé de la même confusion, chez ses adversaires scientistes, par exemple Alain Sokal et Jean Bricmont qui, dans un brûlot récent13, sommaient tous les chercheurs de mesurer la pertinence scientifique des concepts historiques à l’aune de ce que sont les définitions de concepts dans les sciences physiques ou mathématiques.

Les concepts sociologiques comme semi-noms propres

10Les concepts descriptifs qu’on utilise en sociologie sont des mixtes logiques de « désignation » et de « description définie ».

  • 14 En prenant le terme de « déictique » en son sens le plus général, englobant tout « signe » dont le (...)
  • 15 G.-G. Granger, « À quoi servent les noms propres ? », p. 32-36. Plus généralement, sur l’« ancrage (...)
  • 16 Cf., pour le développement de ce point qui oblige à distinguer entre l’usage que le sens commun fai (...)

11Une analyse à la fois « sémantique » et « pragmatique » des argumentaires par lesquels s’établit la communication effective entre chercheurs montre que, dans les sciences sociales, les définitions contiennent toujours – à côté d’une liste ouverte de propriétés issues d’une induction incomplète, parce que fondée sur une description susceptible de rectifications sémantiques – des actes de « désignation » (deixis) repérables à des mots ou phrases de forme ou d’implication « déictique ». Est « déictique14 » dans la définition d’une entité ou d’une opération toute information qui n’est pas épuisée pas une « description définie » des concepts qu’elle utilise pour se formuler, c’est-à-dire qui ne dispose pas de procédures capables de subsumer cette information comme une classe logique ou de la formaliser comme un algorithme de calcul. Max Weber avait déjà analysé cette propriété des concepts sociologiques en décrivant leur statut logique comme celui d’un « idéal-type » irréductible tant au statut « générique » d’un « genre » ou d’une « espèce », eux-mêmes emboîtés dans une classification, qu’à la définition « génétique » d’une entité ou d’une opération dans une axiomatique ou une logique formelle. On peut préciser encore le contenu sémantique des concepts historiques en se référant à la distinction qu’une sémantique « pragmatique15 » permet aujourd’hui de mieux établir entre les « noms communs » et les « noms propres ». On en tire alors une description logiquement plus exacte du rôle que jouent, dans l’administration de la preuve, les concepts descriptifs propres à nos disciplines : j’appelle de tels concepts des semi-noms propres, parce qu’ils sont eux-mêmes, en tant qu’outils de production des généralités sociologiques, les produits d’une comparaison historique qui reste toujours, pour formuler des assertions pertinentes, « indexée » sur les singularités historiques (configurations ou successions) qu’elle a permis de conceptualiser16.

La fonction probatoire du schématisme dans l’énonciation

12Comment un « schème » articule-t-il les inférences qui permettent de passer d’un énoncé à un autre dans un raisonnement sociologique ?

13L’analyse des enchaînements d’énoncés dans mon corpus d’argumentaires montrait que les « opérations » de la logique des classes ou des propositions (ou, plus largement, les démarches d’un calcul, d’une modélisation ou d’un raisonnement par induction) qui suffisent à assurer la cohérence démonstrative des inférences dans une science mathématisée ou expérimentale ne sont pas, loin de là, les seuls opérateurs de l’administration de la preuve qui interviennent dans l’argumentation d’une science historique. Le raisonnement probatoire de nos disciplines repose, en son cheminement global, sur des « schèmes » qui organisent une forme d’argumentation dont la validité n’est jamais réductible à celle du tout-ou-rien, comme dans la déduction de la « classe des tests falsificateurs » qu’exige la procédure poppérienne de « corrobation », ou dans l’usage que fait une axiomatique du principe du tiers-exclu dans une « démonstration » en l’appliquant à des entités formalisées. Raisonner sociologiquement c’est schématiser des relations entre des énoncés qui décrivent le cours historique du monde en leur faisant signifier comparativement – par les enrichissements sémantiques que produit la confrontation permanente des concepts idéal-typiques qu’on en tire avec la série de leurs « référents » singuliers – plus que ce qu’assertent les propositions monosémiques d’un calcul logique ou statistique, y compris celles qui figurent dans le raisonnement sociologique lui-même.

  • 17 C’est cette « généralité », cette « régularité », distincte de l’universalité des propositions nomo (...)

14La validité des propositions énonçant des régularités historiques reste toujours liée à la singularité des « cas » qu’un raisonnement comparatif doit schématiser pour pouvoir conférer à de telles propositions un certain degré de généralité, étant entendu qu’il ne peut jamais atteindre à la forme de l’universalité17. On peut préciser le « degré » de validité des conclusions d’un raisonnement sociologique en le restituant à son contexte et en explicitant le schéma comparatiste qui indexe ses concepts sur une série de cas, mais non le situer sur une échelle ou lui affecter une valeur chiffrée qui doterait d’une probabilité calculable une prévision appuyée sur l’observation de régularités ou de corrélations sociologiques. L’universalité qui fait la valeur prédictive des propositions établies par déduction ou induction tient à ce que les opérations logiques qui les justifient peuvent être coupées, pendant le temps du calcul, de leurs référents empiriques, sans aucun inconvénient sémantique pour la portée formelle du raisonnement. Lorsqu’il incorpore de telles propositions ou démonstrations – ce qui lui arrive souvent – le raisonnement sociologique améliore les bases de son argumentation, mais il ne peut pour autant transférer dans ses assertions historiques finales, ni la monosémie des propositions formalisées dont il a usé chemin faisant, ni la nécessité de leurs enchaînements dans une démonstration, puisque leur portée assertorique et leur force probatoire changent de signification dès qu’il leur attribue un sens historique en les interprétant. La captation d’universalité que croient réaliser les sociologues qui multiplient les calculs statistiques pour la seule valeur intrinsèque de démonstration attachée à l’instrument mathématique repose, lorsqu’elle devient indépendante des besoins de leur argumentation historique, sur une illusion méthodologique : il n’y a pas de captation possible d’un patrimoine de ressources logiques par une autre famille logique. Et dans les deux sens : on n’améliore pas davantage la structure logique d’une démonstration en y introduisant des exemples historiques.

Qu’est-ce qu’un schème ?

Prenons l’exemple du schème de l’adversation, le plus fréquent dans le corpus d’argumentaires que j’analysais. La tournure « certes… mais » réapparaît sous une infinité de formes grammaticales dans le discours des sciences sociales, dans leurs raisonnements explicatifs aussi bien que dans les conseils pratiques qu’elles dispensent aux politiques : « Il est sans doute vrai que p, mais il n’en reste pas moins que q » ; « Il ne faut pas surestimer les conséquences de x mais il ne faudrait pas non plus surestimer celles de y qui vont en sens inverse » ; « S’il est vrai que p, il faut aussi admettre que q » ; « Il faut “faire en sorte” (comme disent les décideurs prudents) que l’objectif x se réalise, mais il faut en même temps veiller à ce que ce ne soit pas au détriment de y », etc.

15Les innombrables formulations d’un « certes p, mais aussi q » reviennent toutes à affirmer la vérité de deux propositions dont la relation a pour caractéristique sémantique de ne pouvoir être exprimée adéquatement par aucune des opérations de syntaxe formelle auxquelles se borne, par construction, un calcul logique des propositions ou des classes : négation, implication, conjonction, disjonction, inclusion, réunion, intersection.

16Que signifie l’affirmation simultanée de deux vérités lorsqu’on la formule en termes de « certes… mais » ? Un « certes p, mais q » équivaut-il à la disjonction de deux énoncés dans la logique des propositions : « p ou q » ? ou à leur conjonction : « p et q » ? Est-il un pq ou un pq ? En affirmant la vérité de p aussi catégoriquement que celle de q, un énoncé adversatif exclut d’être ramené à la proposition disjonctive pq qui est vraie pourvu que l’une de ses deux composantes soit vraie, n’étant fausse que si elles sont toutes les deux fausses. Qu’est-ce que ce « mais » élastique permet alors de conclure sur la nature du lien qu’il affirme exister entre la vérité de p et celle de q qu’il conjoint ? Rien assurément que l’on puisse trancher en examinant la seule « forme » de chacun des deux énoncés adversatifs ou de l’opération qui pourrait les lier dans une logique des propositions.

17L’adversation est un acte d’argumentation qui ne peut être entièrement défini dans la syntaxe formelle du calcul des « valeurs de vérité » de propositions complexes, puisque, précisément, elle introduit dans le raisonnement une « valeur » assertorique dont la modalité ne se réduit ni à la valeur de vérité de p ni à celle de q. La véridicité des inférences qui reposent sur ce schème est toujours tributaire de la « sémantique empirique » des énoncés qui précèdent ou suivent l’énoncé adversatif dans l’argumentation où il opère. Le schème n’assume une fonction heuristique, il ne prend une valeur assertorique propre que lorsqu’il fonctionne dans le discours comme une objection qui fait embrayer le raisonnement sur de nouvelles descriptions empiriques.

18Dans une argumentation scientifique, un schème est un « embrayeur » de la preuve, lorsque celle-ci se construit progressivement en explorant méthodiquement le contexte d’un « cas », au fil d’un discours qui ne peut justifier ses inférences qu’en transformant le sens de ses assertions et qui ne peut justifier ces transformations qu’en les fondant sur la multiplication des constats accessibles à l’« enquête ». Dans une imputation causale de forme historique, le schème « certes… mais » joue un rôle logique déterminant en ce qu’il fournit le cap qui oriente ou réoriente l’« ordre discursif » de la démarche probatoire, quand celle-ci rencontre un objecteur ou se fait à elle-même une objection.

19L’argumentation historique travaille sur un corpus virtuellement indéfini de constats, tous potentiellement pertinents pour rectifier ou améliorer chacune de ses assertions antérieures ou conséquentes, initiales ou finales. L’acte probatoire dont le schème de l’adversation est le moteur syntaxique ne vaut que par les énoncés interprétatifs que sa forme adversative oblige le raisonnement à aller rechercher dans des contextes diversifiés d’observation ou de mesure, afin d’éclaircir le contenu sémantique d’un « mais » qui se trouvait au départ vide de toute information empirique.

20Le schème « certes… mais » est un opérateur de l’argumentation scientifique – et non une pirouette rhétorique – dans la mesure, mais dans la seule mesure, où il parvient à « justifier » logiquement la coexistence de deux énoncés dont les concepts seraient restés sémantiquement vides ou problématiques, sans l’invite insistante de son « mais » à multiplier les constats d’observation susceptibles de remettre ces énoncés en rapports de cohérence assertorique. Le sens et la valeur du schème adversatif restent en suspens tant que l’allongement ou l’approfondissement du discours descriptif n’a pas réussi à rétablir une cohérence de l’« univers du discours » où se trouvaient formulés les deux énoncés initiaux. Le mouvement argumentatif que déclenche un « certes… mais » doit, pour prouver quelque chose, transformer le contenu sémantique de chacun des deux constats dont il affirme, catégoriquement mais sans justification, la vérité simultanée. Le schématisme opère successivement ou conjointement dans une logique « intensionnelle » et dans une logique « extensionnelle ».

L’adversation : « certes p, mais q » et la conjonction p ∧ q

21Quels rapports le sens de l’adversation entre deux énoncés dans une phrase et le sens de la conjonction entre deux propositions dans un raisonnement formalisé entretiennent-ils ?

  • 18 C’est la thèse de Jean-Claude Gardin qui a défini, dès les années 1960, un programme « logiciste » (...)

22Dans un énoncé de forme « certes p, mais q », le « mais » possède un sens assertorique qui affirme, en même temps que la juxtaposition de la vérité de p et de celle de q, l’existence d’une composante sémantique complémentaire attachée à cette coexistence de deux vérités. Le sens que le « mais » introduit dans une argumentation scientifique s’avère évidemment rebelle à une formalisation complète de l’opération qu’il effectue. Mais n’en subsiste-t-il rien quand on formalise une adversation en la réduisant à la conjonction de deux propositions ? On y perd certainement des aspects de la description singulière de l’« état de choses » dont on parle, mais – comme le plaide la thèse « logiciste » – n’y gagnerait-on pas d’avoir conservé l’essentiel de ce qui fait la syntaxe d’une argumentation scientifique, le squelette logique de ce qui est probant dans le raisonnement des sciences humaines18 ? Autrement dit, le sens d’un « certes… mais » 1) inclut-il le sens de « pq » ? 2) Y est-il inclus ? 3) N’ont-ils rien en commun ? Ou bien 4) dire « certes p, mais q » n’aboutit-il pas – lorsqu’on veut à toute force conserver dans la traduction « formelle » de la phrase « naturelle » à la fois l’équivalence des deux affirmations de vérité qui est de l’ordre de la « conjonction » et la nuance adversative du « mais », qui est de l’ordre de la « négation » – à formuler un pur non-sens en affirmant en même temps p et non-p ?

23Soit A l’ensemble des interprétations possibles du sens d’un énoncé de forme « certes p, mais q » ; et B l’ensemble des interprétations de la proposition composée qui connecte les valeurs de vérité de p et de q, en assertant : « pq », proposition composée qui n’est vraie que si chacune des deux propositions qui la composent est vraie. Que signifie-t-on quand on dit :

  1. que AB ?

  2. que BA ?

  3. que AB = ∅ ?

  4. que A = B = AB ?

24Entendues selon les conventions d’un système formel, ni 1) ni 2) ni 3) ne qualifient en rien le sens assertorique du « mais ». Et 4) fait non-sens en tout discours, puisqu’il implique l’affirmation simultanée d’une proposition et de sa contradictoire, l’existence d’un état de fait et sa négation.

25En effet, dire A = B, c’est affirmer que les interprétations de deux énoncés, l’un en langue naturelle l’autre en langue artificielle, peuvent se formuler dans le même « univers du discours ». Or, une langue formelle ne peut à la fois affirmer deux vérités disjointes et nier une des deux. La réunion de A et de B (AB) suppose un univers du discours où le « mais » ne retient quelque chose de la valeur adversative qu’il avait dans A que s’il devient une négation en B. Autrement dit, dans l’univers du discours défini par AB, la proposition q, dont la valeur de vérité est affirmée au même titre que celle de p, devrait pouvoir prendre en même temps la valeur de non-p. La réunion des interprétations possibles en A et de celles qui sont possibles en B engendre un monstre logique : la conjonction de deux propositions adversatives qui devient une contradiction, dès qu’on veut les formuler dans un même univers sémantique AB. L’univers du discours où un schème pourrait transférer toutes ses composantes sémantiques dans une opération formelle est un univers logiquement auto-destructif. Si l’on consent à expliciter les interprétations que l’on fait entrer dans A et dans B, AB devient un univers du discours où « certes p, mais q » équivaut à pq si, et seulement si, q = non-p. On peut écrire cette monstruosité logique – qui est au principe caché de l’efficacité argumentative des usages rhétoriques de tant de « certes p, mais q » – mais non la faire entrer dans un raisonnement logiquement valide : A = Bpq = pnon-p.

26De fait, lorsqu’il ne remplit pas une fonction de réorientation de l’observation ou de relance du traitement de données empiriques, le schème de l’adversation n’est plus qu’un schème d’énonciation dont le sens devient indécidable, une formulation oratoire de la prudence diplomatique ou une facilitation « phatique » de la conversation sans obligations ni sanctions méthodologiques. Il ne sert même, bien souvent, qu’à un simple camouflage rhétorique des illogismes qui pullulent dans l’argumentation des plaidoiries judiciaires, des propagandes politiques ou des prédications religieuses, et jusque dans les discours « normands » du sociologue ou de l’économiste lorsque ceux-ci se trouvent trop embarrassés pour conclure autrement que par un énoncé « même-pas-faux » leur diagnostic à destination d’un décideur.

27Combien d’occurrences rencontre-t-on où le q d’une assertion de forme « certes p, mais q » ne signifie pas autre chose – si l’on consent à scruter le contexte des descriptions résumées par cette phrase – que la contradictoire de p : affirmation simultanée de p et de non-p, plus ou moins bien dissimulée par le lexique qui l’habille.

28Les textes des sociologues qui découvraient avec émerveillement dans les années 1960 l’influence des moyens modernes de communication regorgeaient de « certes… mais » articulant presque toujours la sempiternelle figure rhétorique de la « fausse concession » (portant ici sur la persistance de la différenciation culturelle et de la hiérarchie sociale en France) à la certitude inébranlable d’assister à une « mutation sans précédent » dans l’histoire de l’humanité. Le ton prophétique ou apocalyptique de textes qui saluaient, plus qu’ils ne décrivaient sociologiquement, cette « massification » inexorable par la « culture de masse » de publics anciennement segmentés, illustrait parfaitement la fonction d’écartement magique des constats importuns, à laquelle se prêtent les « certes… mais » en toute argumentation militante.

  • 19 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, « Sociologues des mythologies et mythologies de sociologues », Les T (...)

29Ce fut, au début des années 1960, ma première rencontre avec les usages rhétoriques du « certes… mais », en lisant des ouvrages à succès sur les mass-media dont Bourdieu et moi-même avons alors tiré un article de sociologie polémique contre les « mass-médiologues de l’époque19 ». Deux extraits de cette littérature d’édification :

    • 20 G. Cohen-Seat et P. Fougeyrollas, L’action sur l’homme : cinéma et télévision, Paris, Denoël, 1961, (...)

    « Sociologiquement, on peut certes distinguer des minorités qui, par leurs fonctions, leurs fortunes, leurs pouvoirs, etc., ne se confondent pas avec la masse. Anthropologiquement, l’académicien, l’ingénieur, le salarié de l’industrie, le cultivateur se prêtent également aux effets de l’information visuelle et la subissent de manière fort semblable. Par là ils participent d’un même phénomène de massification20. »

    • 21 E. Morin, L’esprit du temps, Paris, Grasset, 1962, p. 44-49.

    « Au début du xxe siècle, les barrières des classes sociales, des âges, du niveau d’éducation, délimitaient des zones respectives de culture. La presse d’opinion se différenciait fortement de la presse d’information, la presse bourgeoise de la presse populaire […] ces barrières ne sont pas abolies […] Mais les nouvelles stratifications ne doivent pas nous masquer le dynamisme fondamental de la culture de masse […] Il émerge un type nouveau de presse, de radio, de cinéma, dont le caractère propre est de s’adresser à tous […] Au même moment, l’ouvrier, le patron fredonneront Piaf ou Dalida, auront vu le même programme à la télé, auront suivi les mêmes bandes dessinées de France-Soir, auront (presque au même moment) vu le même film21. »

30Exemples d’une argumentation à l’emporte-pièce enchaînant en cascade des p et q, que nous dénonçâmes allégrement comme des conjonctions illicites de p et de non-p, en l’absence d’autres constats mieux étayés, de toutes mesures d’audience ou de contenu et de toute histoire circonstanciée des formes de la culture populaire en France. Retrouvant plus tard ces échantillons dans mon corpus d’argumentaires sociologiques, je dus interroger plus en détail la texture argumentative de leur contexte. Je remarquai que le « certes… mais » de 2) argumentait un peu mieux que celui de 1). Le 1) n’échappait à la contradiction littérale que par la distinction des deux adverbes – « sociologiquement » et « anthropologiquement » – qui, au dépouillement de l’ouvrage, se révélaient également vides de descriptions et de justifications, dissimulant seulement l’affirmation contradictoire de la vérité de p et de celle de non-p sous la noblesse d’un drapé philosophique purement lexical. Mais 2) se défendait mieux contre l’objection d’inconséquence : le schème de l’adversation obligeait l’auteur à multiplier les constats descriptifs susceptibles d’identifier une tendance historique et de faire croître la plausibilité de sa conceptualisation sociologique par leur convergence sémantique. La multiplication des indicateurs restait cependant peu probante, ne suscitant guère, et toujours métaphoriquement, que l’intelligibilité évolutionniste qui s’attache au schème explicatif selon lequel « ce qui naît » est toujours destiné à l’emporter, si menu soit-il, sur « ce qui meurt », selon un processus qui semble si inexorable au descripteur qu’il en devient inutile de le décrire ou d’en mesurer l’ampleur et le rythme. Schème d’intelligibilité dont la force de persuasion se trouvait rehaussée, à l’époque, par sa fusion avec un autre schème de philosophie de l’histoire, le schème hégéliano-marxiste qui identifie, dans une logique dialectique, la force logique de la contradiction comme principe de son propre dépassement et la force sociale des antagonismes historiques comme énergie révolutionnaire promise à la victoire. Mais peu importe ici le contenu sociologique de la schématisation qui opérait en (2). Je découvrais que les modalités d’une assertion sociologique pouvaient être plus ou moins solidement argumentées, non seulement dans l’ordre de la probabilité, lorsqu’on peut la calculer, mais aussi dans l’ordre d’une probation qui fait intervenir des remaniements sémantiques dans l’argumentation d’ensemble ; bref que la force argumentative d’une preuve historique pouvait être « ordonnée » (évaluée ordinalement).

  • 22 Voir ici même J.-B. Grize, « Les deux faces de l’argumentation : l’inférence et la déduction », plu (...)
  • 23 J.-B. Grize en prend ici de nombreux exemples, ibid., p. 21.
  • 24 Cf. M. de Fornel, « Le destin d’un argument : le relativisme linguistique de Sapir-Whorf », ici mêm (...)

31On rencontre en effet – et partout dans un raisonnement sociologique – des enchaînements d’énoncés où la schématisation joue un rôle moteur essentiel pour faire avancer l’argumentation. Lorsque c’est le cas, l’établissement et le renforcement du réseau de preuves repose sur la transformation sémantique de certains concepts de la description, c’est-à-dire sur les « expansions22 » auxquelles la forme « interpellative » d’un « certes… mais » stimulant a conduit l’argumentateur en introduisant une nouvelle contrainte discursive sur l’argumentation. Le contenu « sémantique » du mais constitue en ce cas le ressort d’une schématisation qui, en ouvrant le dialogue avec un objecteur potentiel, ancre le sens du raisonnement dans une « pragmatique » propre à la situation de communication scientifique. Lorsque des chercheurs raisonnent comparativement – sur des variations concomitantes, des ensembles de corrélations statistiques, des homologies de formes, des ressemblances de « cas », observées dans leurs enquêtes ou entre différentes enquêtes, dans différents contextes ou d’une période à une autre – leurs argumentaires reposent pour l’essentiel sur des inférences qui explicitent le « mais » de « certes… mais » multiples et de niveaux différents. Les renforcements d’une preuve (statistique, narrative, interprétative) procèdent presque toujours d’une ou plusieurs assertions adversatives qui ont contraint l’argumentateur à des réexamens de matériaux, des explorations de nouveaux terrains, des retours sur la description, des remaniements ou des refontes de concepts descriptifs. Les « expansions » de concepts comme les « dénivellements » qui, à l’intérieur du niveau indifférencié d’une expansion, permettent d’en extraire un « donc » ayant statut d’inférence étayée constituent autant de transformations sémantiques permettant à l’argumentation de faire surgir des « énoncés tiers » (ou « énoncés étayants23 ») qui seraient restés implicites ou inopérants si n’était intervenue la sommation « illocutoire » portée par le schème du « certes… mais ». C’est le cas toutes les fois où, dans un discours scientifique, le schème fonctionne comme un signal d’alarme pour un raisonnement à la recherche d’une possible amélioration de sa cohérence conceptuelle. Entre le cas-limite où il dissimule une contradiction dans les termes (p = non-p) et les cas où il organise la dynamique d’une argumentation (pnon-pp’p’’p’’’) sa valeur probatoire varie du tout au tout, entre rhétorique de la persuasion et logique de la preuve24.

Expansions sémantiques et énoncés tiers

  • 25 Au sens où Max Weber fixait à la « sociologie de compréhension » une double exigence méthodologique (...)

32On aperçoit, lorsqu’on suit le fil d’une argumentation sociologique, que la schématisation d’une description ne réussit à multiplier les constats pertinents pour son propos discursif – qu’il s’agisse d’« expliquer » une relation en termes de causalité ou de « comprendre » son sens25 – que parce qu’elle repose sur des déplacements sémantiques qui transforment tout à la fois la syntaxe des inférences et le contenu sémantique des concepts qu’elles relient. Le travail conceptuel de construction progressive de la preuve dont s’acquitte la schématisation d’une description empirique doit sa vertu constructive à deux opérations sémantiquement conjointes : d’une part, les expansions du sens des concepts descriptifs déjà à l’œuvre dans une chaîne d’inférences (en allongeant la série de leurs indexations comparatives ou la liste des traits distinctifs de leur définition) ; et, d’autre part, la construction de nouveaux concepts relationnels justifiés par l’élargissement du champ de la comparaison entre cas singuliers (qui multiplie les occasions d’expliciter de nouvelles relations pertinentes entre des propriétés de ces cas).

  • 26 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement(...)

33Un seul exemple : le concept relationnel de « sous- et sur-sélection relatives », emprunté à un chantier d’enquêtes en sociologie de l’éducation26. Ce concept descriptif a été progressivement construit dans les années 1960 à partir de l’interrogation comparée d’une série de tableaux statistiques, traités en analyse « multivariée » qui décrivaient les variations de la réussite scolaire chez des étudiants à différentes étapes du cursus et dans différentes filières en fonction d’une série de variables indépendantes croisées entre elles : sexe, origine sociale, passé scolaire, etc. Le concept d’une plus ou moins grande « rareté scolaire » permettait d’expliquer les variations sociales de la réussite à un test de maniement du langage scolaire dans différentes populations d’étudiants, en rétablissant, dans l’argumentation de ce programme d’enquêtes, une cohérence de l’interprétation sociologique en dépit du foisonnement des constats d’adversation qui avait obligé le commentaire à mettre en relations les descriptions de multiples tableaux croisés dont chacun pouvait se formuler comme une assertion de forme « certes p, mais q » anarchiquement démultipliée.

S’il est vrai que les x (les filles, ou les enfants de groupes cultivés, ou les enfants issus des meilleures sections du secondaire, etc.) réussissent mieux que les y (que les garçons, ou que les enfants issus des classes populaires, etc.) dans la filière sciences plutôt que lettres, ou psychologie plutôt que philosophie, à Paris plutôt qu’en province, etc. ; il est vrai aussi que dans une autre filière, ou à un niveau plus tardif des études, ces relations s’établissent à l’inverse ; alors qu’on les voit ailleurs reprendre la même forme ou contraster avec d’autres résultats si l’on fait intervenir dans les croisements d’autres variables-tests t1, t2, t3tn(mentions au bac, latin-grec, latin seul ou sections modernes, etc.).

34Lorsqu’on isole dans un univers complexe d’adversation les constats statistiques les plus « parlants », on s’expose à ne retenir que les relations immédiatement « compréhensibles » en acceptant du sens commun un de ses concepts explicatifs ad hoc, ici par exemple le concept idéologique d’une inégalité « naturelle » entre les sexes (ou les classes sociales) dont les qualités ou les aspirations conviendraient « naturellement » au contenu intellectuel de certaines performances et moins à d’autres. En revanche, un traitement systématique de la chaîne des adversations étendue jusqu’à ses constats les plus « incompréhensibles », tant qu’on reste dans une analyse « linéaire » des corrélations entre variables (par exemple la meilleure réussite relative des étudiantes ou des étudiants d’origine populaire, dans les lieux et aux stades où ils sont devenus les plus rares), permet de comprendre comme un effet inhérent à tout processus de sélection sociale le rôle explicatif de la « sur- ou de la sous-sélection relative » des individus dans des populations qui ont été inégalement sélectionnés par un processus continu d’essorage différentiel, basé sur les critères ayant filtré avec une sévérité inégale ces mêmes populations.

35Ainsi, les résultats obtenus par des étudiants à un test ou à un examen du système scolaire ne sont pas seulement le fait d’étudiants caractérisés par un critère – leur formation passée, leur sexe, leur origine sociale – ou même par tous ces critères considérés simultanément, mais aussi et surtout le fait de la catégorie qui, par cela même qu’elle est dotée de l’ensemble de ces caractéristiques, n’a pas été sélectionnée, au cours de sa scolarité antérieure, avec la même sévérité scolaire qu’une catégorie définie par d’autres caractéristiques sociales. La « mortalité scolaire », différentielle selon les catégories sociales, biaise continûment, à mesure qu’on avance dans le cursus, la réussite des « survivants » quand on la rapporte à leur catégorie d’origine. Autrement dit, la « rareté relative » des étudiants originaires des différentes catégories sociales dont l’enquête mesure la performance instantanée (ici, la familiarité avec le lexique et la grammaire du langage scolaire) permet d’expliquer par un même concept sociologique la variation des degrés de réussite des différentes catégories de la population étudiante dans différents lieux et moments de la mesure. Le raisonnement sociologique consiste bien, comme le formulait Durkheim, à « expliquer le social par le social », c’est-à-dire à expliquer un comportement social par sa place dans un processus ou une configuration.

  • 27 J. Hintikka, Models for modalities…

36L’« adversation » de deux énoncés est finalement bien plus riche de conséquences potentiellement probantes que la « conjonction » de deux propositions, qui n’engendre, en logique formelle, que ce que peut en dire, une fois pour toutes, sa « table de vérité » : à savoir que la proposition composée pq est vraie si et seulement si chacune des deux propositions qui la compose est vraie. Des procédures ou protocoles par lesquels pourrait être établie la modalité de vérité de p et de q, une logique formelle ne nous dira rien, et cela par définition : elle ne décrit que les opérations d’un raisonnement hypothético-déductif portant sur des « valeurs de vérité » logiquement possibles27.

37Dans le cas des sciences empiriques, l’induction propose bien une autre voie d’inférence, mais qui se révèle, elle aussi, trop exigeante pour une science historique : la validité d’une inférence inductive exige, dans l’observation, la répétition ou, dans l’expérimentation, la répétabilité des situations capables de faire constater par une récurrence « corroborée » que, jusqu’à nouvel ordre, « c’est toujours le cas que p… ». L’induction ne produit des conclusions dotées d’une valeur de vérité potentiellement universelle que lorsqu’on raisonne dans le cadre d’une science expérimentale au sens strict.

38La texture logique du travail probatoire est toute différente dans les sciences historiques où l’orientation du discours repose sur une schématisation conceptuelle des relations entre des constats empiriques jamais complètement reproductibles. La raison en est aussi simple qu’incontournable : les « objets » à décrire et expliquer ne sont pas séparables de la deixis indexant sur des singularités le sens des énoncés et des inférences d’un discours qui se prononce toujours, dans nos disciplines, sur le cours historique du monde. Les corpus de données historiques ne deviennent pertinents pour y fonder une assertion explicative – et cela quels que soient les calculs que l’on ait été amené à opérer chemin faisant sur ces données – que lorsqu’on les traite, pour en conclure in fine quelque chose de sociologiquement significatif, comme des corpus de cas singuliers, eux-mêmes solidaires des coordonnées spatio-temporelles dont la comparaison a établi momentanément la pertinence explicative.

Le discours sociologique comme contexte de la véridicité des assertions historiques

39C’est seulement dans le cadre conceptuel construit par la schématisation sociologique d’une démarche comparative que l’on peut évaluer ce que valent les preuves d’une explication et/ou d’une interprétation historiques.

40On a souvent vu, dans l’histoire des sciences sociales, la texture argumentative d’une théorie continuer à manifester sa vertu heuristique alors même que la pertinence des observations qu’elle avait suscitées avait été controuvée ou abandonnée. À l’inverse, des résultats admis par tous et confirmés dans l’histoire d’une science n’ont pas empêché l’obsolescence du schème théorique qui les avait suscités ou diffusés. Instruments des constructions théoriques les plus spécifiques des sciences historiques, les « schèmes » qui orientent l’argumentation d’ensemble propre à une œuvre ou un auteur se dissocient facilement, en effet, du sort des recherches particulières qu’ils ont permis de conceptualiser. Comme les technologies du calcul ou les méthodologies de l’expérimentation avec lesquelles ils partagent cette disponibilité logique et cette durabilité historique, les schèmes de l’argumentation en langue naturelle définissent eux aussi leur logique de preuve.

Les schèmes de la discursion

  • 28 Le schème braudélien, qui coordonne en les superposant les différentes « vitesses » du temps histor (...)

41On trouverait partout dans nos disciplines des schèmes dont la robustesse opératoire est capable de gouverner de longues séquences de raisonnement, bien au-delà de la phrase ou du paragraphe, jusqu’à un livre entier, voire à toute l’œuvre d’un chercheur. C’est le cas bien sûr de schèmes comme les schèmes topiques qui fournissent leur grille originale de description à de nombreuses théories : chez Marx, Durkheim, Freud ou, encore, Braudel28. Mais le langage des « paliers », « niveaux », « infra- » ou « superstructures » n’a jamais été lié qu’assez lâchement aux schèmes de l’explication et de la compréhension des faits sociaux, tout au plus par des métaphores à fonction didactique ou rhétorique : détermination du « reflet » par les « lois d’airain » de l’oligarchie politique ou de l’exploitation économique, explication des manifestations « symptomatiques » par une étiologie « cachée », de la diversité des variations « superficielles » par l’action de quelques « variables lourdes », du « contemporain » par la persistance souterraine de structures « archaïques » ou par la « régression ». Et ultima ratio : explication de n’importe quel constat de corrélation par l’increvable vertu de la détermination « en dernière analyse », qui ne signifie guère, chez la plupart des auteurs, que « tous comptes faits » pour parler de comptes qu’on ne fait jamais. Pas plus que nul n’a jamais mesuré les « degrés » de la célèbre « autonomie relative » d’un « système » ou d’un « champ », seul moyen pourtant de justifier l’emploi d’un schème élastique dont la vertu ne tient sinon qu’à l’escamotage de tout effort de mesure réelle par la nomination rituelle d’une mesure impossible. Tournons-nous plutôt, pour appréhender les mouvements d’une schématique de la preuve, vers les argumentaires de sociologues ou d’anthropologues où l’on voit les raisonnements s’organiser selon des schèmes argumentatifs dont l’activité probatoire se continue et se renforce sur de longues descriptions et analyses de matériaux.

  • 29 L’élargissement du raisonnement comparatif de Weber a fait passer son argumentation, d’abord limité (...)
  • 30 É. Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Paris (...)

42Le schème par lequel Weber tirait d’une comparaison à vaste échelle, portant sur les attitudes culturelles qui font obstacle ou inclinent à la « rationalisation formelle » de l’économie29, une définition circonstanciée de l’« esprit » du capitalisme moderne illustre l’usage explicatif que l’on peut faire de la schématisation « idéal-typique » de descriptions historiques inlassablement enrichies. Pensons aussi à Durkheim, dont la méthodologie ne se réduit pas, loin de là, à l’usage fondateur qu’il a fait de l’analyse statistique des variations concomitantes dans Le suicide. Reprenons l’argumentation qu’il utilisait, dans Les formes élémentaires de la vie religieuse, afin d’expliquer sociologiquement l’opposition tranchée, dans les conduites comme dans les représentations sociales, entre l’univers du sacré et l’univers profane30. Dans cet ouvrage qui vise à établir une explication du phénomène religieux par ses causes en le faisant comprendre par ses fonctions, le raisonnement durkheimien repose sur un schème dont la dynamique probatoire soutient tout du long le mouvement de sa description du totémisme australien. Organisée comme une argumentation qui donne son sens à de nombreuses observations, cette description permet à l’auteur de fonder une explication sociologique des systèmes religieux « meilleure » que les précédentes (moins anecdotique) en établissant, sur le cas privilégié d’une forme élémentaire de religiosité, l’identité entre l’expérience que les membres d’une société font de leur propre « socialité » dans les cérémonies ou les rites collectifs et leur expérience de la « sacralité » comme principe d’une puissance qui les dépasse.

  • 31 Comme le fait remarquer ici même Jean-Blaise Grize à propos de l’établissement d’une preuve par épu (...)

43Le schème durkheimien procède en transformant l’énumération d’hypothèses explicatives en une partition de situations qui enclenche un raisonnement par élimination. Soit trois cas qui s’excluent comme des hypothèses qui ne peuvent être vraies en même temps dans une disjonction de classes : ABC : on en conclut que si A et B sont intenables, alors C31. Ni l’« animisme » – la croyance aux « esprits » ou au retour des morts puisée dans le rêve, que Tylor plaçait à l’origine de la religion (= assertion A) – ni le « naturisme » de Max Muller – qui suppose que le spectacle des grandes forces de la nature a procuré à des hommes démunis l’expérience première de leur infériorité par rapport à des divinités toutes-puissantes (= assertion B) – ne peuvent expliquer, sans se heurter à une multitude d’objections, l’expérience du « sacré », laquelle se présente toujours comme la rencontre d’une force dépassant l’expérience banale des ressources et des difficultés de la vie quotidienne. Donc, conclut Durkheim, il ne reste que « la société » – qui, de fait, comme visent à le montrer toutes les descriptions de l’ouvrage, organise les lieux et les moments où les expériences individuelles se trouvent dépassées par un contact « roboratif » avec la force normative de la « conscience collective » – pour expliquer l’origine des conduites et des représentations religieuses (= assertion C).

  • 32 Sur la position centrale, mais exposée à tous vents sémantiques, de l’analogie dans le discours des (...)

44Autre exemple de schématisme agissant dans le cadre d’une stratégie discursive : le schème analogique qui est sans doute, parmi les schèmes à longue portée, celui qui lie le plus étroitement la conceptualisation de la description à celle de l’explication dans une science historique. Plus que tout autre en effet, il fournit, par la mobilité de ses réorganisations de données, un instrument privilégié à la méthode comparative comme il s’expose aussi, par la multiplicité des expansions sémantiques qu’il suggère, aux dévergondages rhétoriques de la comparaison sauvage qui guette également toutes les théories en sciences sociales32. En son usage scientifique, une analogie est toujours en attente des descriptions empiriques qui seules pourront établir sa pertinence explicative, en fonction d’une grille conceptuelle appelant des observations qui n’auraient pu être conçues sans les concepts suggérés par le schème analogique. Sa forme passe-partout quand elle est énoncée abstraitement – A est à B comme C est à D, puis comme E est à F, etc. – ne garantit pas la même forme de vérité à une relation mathématique de proportionnalité, telle qu’elle est définie par exemple dans le théorème de Thalès, et à une série de ressemblances ou de contrastes historiques entre idées ou conduites qui nous fait comprendre quelque chose des interactions entre représentations, croyances, institutions et stratégies individuelles ou collectives, dans le cadre d’une argumentation comparative. Lorsqu’un historien par exemple organise sa description en disant que « le synode de Dordrecht est au concile de Trente comme, dans le synode de la Réforme, la théologie calviniste de la prédestination est à l’arminianisme des “remonstrants” ; ou comme la théorie janséniste de la grâce est à la théologie jésuite du libre-arbitre dans la Contre-Réforme ; ou encore comme la théologie du salut chez saint Augustin l’était à celle de Pélage dans l’Antiquité », les concepts théologiques de « grâce », de « libre-arbitre », de « salut » ainsi que leurs relations à la « toute-puissance » ou à « l’omniscience » divines, telles qu’elles ont été vécues par les « virtuoses » religieux, les ecclésiastiques ou les laïcs, prennent un sens mieux compréhensible pour le lecteur, du fait de se trouver référés, à travers la série de ces « cas », à des contextes historiques plus nombreux qui accentuent les contrastes et les ressemblances entre périodes, instances et représentations.

  • 33 Pour cet exemple, cf. G. Dumézil, Les dieux des Indo-Européens, Paris, Presses universitaires de Fr (...)

45Lorsque Georges Dumézil formule à propos du panthéon védique la forme qu’y prend l’« idéologie indo-européenne des trois fonctions », il formule bien une homologie qui pourrait s’écrire avec de purs symboles logiques comme une relation entièrement définie dans une langue artificielle33. On peut schématiser la structure de ce panthéon en disant A : B : : A + B : C : : A + B + C : D. Autrement dit, en réintroduisant les déictiques qui seuls peuvent faire de cette notation abstraite une description d’anthropologie religieuse : « Varuna (magicien souverain du ciel nocturne) est à Mitra (le législateur diurne de la vie politique) comme le couple de souveraineté Mitra/Varuna est à lui-même Indra (le grand dieu de la guerre et de la foudre), et comme ces dieux dominateurs sont eux-mêmes aux Nâsatya (protecteurs innombrables et spécialisés de la fécondité et des labeurs de la production agricole ou artisanale). » On voit aussitôt que l’intelligibilité qui émane d’une telle description ne parvient à ajouter du sens à l’énoncé formel qu’en enrichissant le contenu descriptif du « comme » ; le schème analogique n’améliore ici la compréhension de l’idéologie indo-européenne que pour autant qu’il fonctionne comme un embrayeur insatiable de nouvelles descriptions empiriques.

  • 34 Pour les différences logiques entre « quantification », « modélisation », « formalisation » et « sc (...)

46En l’occurrence, la théorie de la « tripartition fonctionnelle » s’affirme comme une théorie de mieux en mieux vérifiée à mesure que Dumézil étend ses chantiers comparatistes à plus de matériaux indo-européens. En ouvrant d’autres dossiers descriptifs, l’argumentation montrera que le couple divin Mitra/Varuna est à Indra comme aussi Odin/Thyr est lui-même à Thor, et comme ces grands dieux sont eux-mêmes aux Vanes dans la Scandinavie eddique ; ou aussi comme le couple Jupiter/Dius Fidius est à Mars ou Quirinus dans le panthéon romain archaïque ; ou comme l’alternance des vertus du guerrier et du législateur se retrouve dans l’ordre de succession des rois légendaires de Rome, ou encore dans la structure de ses institutions religieuses, civiques et juridiques. Distincte d’une formalisation, qui est par principe indifférente aux référents empiriques de ses définitions, une schématisation opératoire permet de formuler les règles d’une conceptualisation heuristique des grilles d’observation, en mettant le recueil des données de terrain ou d’archive au service d’une intelligibilité possible. Ici l’hypothèse de l’ascendance indo-européenne du vaste ensemble de faits sociaux et culturels décrits dans leurs relations d’analogie tire sa plausibilité explicative et sa véridicité présomptive de la cohérence symbolique que ces « faits » n’ont pu revêtir qu’en se construisant selon un schéma comparatiste. La généalogie indo-européenne pourra un jour être nuancée, compliquée, restructurée voire controuvée ; il subsistera toujours quelque chose de l’intelligibilité comparative du matériau historique, une organisation conceptuelle de la connaissance qui ne préexistait pas à la recherche. La schématisation d’un ensemble d’hypothèses transforme en programme d’enquête une description qui pourrait sinon s’étendre à l’infini, sans jamais trouver sens ni structure, c’est-à-dire sans faire croître, d’une observation à l’autre, l’intelligibilité des faits construits par son langage34.

Les niveaux de l’argumentation

47Au total, les translations, compositions et reconfigurations du sens des assertions qu’opère une argumentation peuvent, dans un même discours, être analysées à trois niveaux différents du langage, dès qu’on considère celui-ci comme un moyen d’exprimer et de transmettre des significations articulées entre elles en fonction de la situation de parole et du déroulement du message, c’est-à-dire comme un acte d’énonciation. En sa fonction « référentielle » (« dénotative ») tout acte d’énonciation inscrit le sens de ses assertions et imprime ses marques textuelles à des niveaux plus ou moins « profonds » du discours. À chacun des trois niveaux figurés dans le schéma p. 172, un locuteur qui veut décrire le monde pour en penser ou en communiquer quelque chose à un interlocuteur s’exprime en associant, comme nous venons de le voir, trois formes d’articulation des significations : celle des « sèmes » (« unités sémantiques minimales ») dans les termes ; celle des contenus « assertoriques » dans les énoncés ; celle des mouvements sémantiques de l’argumentation dans le discours. Tant pour les mots que pour les phrases ou le discours suivi, on peut donc décrire, à chacun des trois niveaux de l’énonciation, un usage différent des significations qui sont exprimées dans le libellé d’une assertion.

Désimplication des formes d’argumentation mêlées dans la matérialité expressive du discours

Niveaux de l’énonciation

Opérateurs du discours

Finalités du discours

Descriptions du discours

Niveau de surface = littéralité « linguistique »

Figures et tropes d’une langue naturelle

Persuasion d’un auditoire

rhétorique

Niveau intermédiaire = texture
« référentielle »

Schèmes de l’argumentation

Preuve en langue naturelle

schématique

Niveau profond = syntaxe « formelle »

Opérations logiques

Formulation en langue artificielle

logique formelle

  1. Au niveau des énoncés de « surface », la rhétorique des figures de la langue permet de décrire et de classer les transformations sémantiques qui fondent les différentes manières d’obtenir un effet de persuasion ou de produire un effet littéraire.

  2. Au niveau des énoncés « profonds », la logique formelle ne retient des énoncés d’un discours que les opérations assurant la monosémie des assertions afin d’en formuler la syntaxe et la sémantique formelles.

  3. Et, entre ces deux niveaux, à un niveau « mixte » ou, plus précisément, dans les interstices de chacun des deux autres, s’exerce l’activité d’un raisonnement que, depuis Kant, philosophes, logiciens ou linguistes ont caractérisé comme un « schématisme », c’est-à-dire comme une activité de la pensée qui lie la forme au contenu des jugements assertoriques, assurant ainsi un va-et-vient entre la preuve et la description, entre la généralité et l’exemplification, entre la conceptualisation des catégories et l’observation de la diversité sensible. C’est à ce niveau que doit se situer une schématique si elle entend décrire, à leur niveau d’efficacité propre, les schèmes du raisonnement historique.

  • 35 Nous parlons ici d’une tendance qui s’est accentuée dans la rhétorique contemporaine. Le « retourne (...)

48La schématique apparaît comme la logique spécifique du raisonnement sociologique lorsqu’on le définit comme un raisonnement comparatif portant sur des singularités historiques. Dans les sciences sociales, seule la schématique permet de décrire complètement la portée et la valeur des explications historiques. La logique des propositions, des classes ou des modalités n’en retient que les opérations formelles « nettoyées » de toute chair référentielle. La rhétorique ne peut dissocier, dans la littéralité linguistique des énoncés, la valeur logique de preuve et l’action de persuasion, identifiant presque toujours l’une à l’autre35.

Le contexte paradigmatique et syntagmatique de la véridicité historique

49La valeur d’une preuve sociologique dépend des coordonnées spatio-temporelles de l’observation, des catégories de la grille de description et de l’ordre argumentatif du discours. Dire que, dans les sciences sociales, le sens des concepts et énoncés explicatifs reste toujours indexé par quelque désignation sur des singularités historiques – autrement dit, que ces sciences font moins souvent appel à la démarche inductive ou aux procédures déductives qu’à la méthode clinique qui raisonne sur des collections de « cas » ou aux formes d’argumentation d’une casuistique qui rectifie ses évaluations par un va-et-vient incessant entre principes et conséquences – c’est dire que, dans une science historique, la véridicité d’une assertion ne peut jamais s’entendre, se communiquer et s’évaluer que par référence à la singularité d’un contexte.

50Si l’on veut préciser davantage la texture d’un argumentaire sociologique en énumérant les critères de sa pertinence explicative, on aperçoit que le sens de ses preuves dépend triplement du « contexte » des constats empiriques sur lesquels elles s’appuient. Le contexte de la véridicité d’un énoncé sociologique, c’est à la fois :

  1. Le contexte des données observées, tel qu’il est daté et localisé par les « circonstances » de l’enquête, c’est-à-dire par les « référents » singuliers des « faits » d’une monographie ou d’une comparaison de cas, tels qu’ils sont énoncés dans un langage typologique qui ne peut jamais les doter que de sa généralité particulière.

  2. Le contexte logique et méthodologique des opérations possibles sur des objets « idéal-typiques », tel qu’une grille d’observation doit en reconstruire le sens pour pouvoir conceptualiser les analyses (statistiques ou sociologiques, historiques ou anthropologiques) portant sur des interactions entre des « données » historiques aussi différentes que les catégories d’une description, les variables d’un calcul ou les actes des protagonistes dans une intrigue.

  3. Le contexte argumentatif, tel qu’il s’organise au fil du déroulement d’un discours qui doit justifier le choix des traits pertinents qu’il retient lorsqu’il compare des constellations singulières afin d’en dégager des « affinités de sens » entre représentations, corrélatives de séquences de causalité entre actions.

51Ainsi, les référents des termes définis, les déictiques des assertions, les anaphoriques du discours – et plus généralement tous les signes qui renvoient le sens des énoncés à la situation d’énonciation en restituant une assertion à l’ordre syntagmatique et paradigmatique de son langage – définissent conjointement, dans une enquête menée sur le cours du monde historique, le contexte pertinent, toujours délimité mais toujours extensible de sa véridicité.

52C’est la supposition par une science sociale d’un contexte plus ou moins stationnaire de l’« état de choses » sur lequel portent ses assertions qui fait la véridicité, plus ou moins stable, de ses énoncés explicatifs. La supposition par l’économie d’objets qui sont définis, comme par exemple le marché, par la « stationnarité », c’est-à-dire par la « récurrence » cyclique de leur équilibre ou par l’universalité de leurs « lois » de retour à l’équilibre, permet la construction de modèles à signification universelle. Leur abstraction anhistorique les éloigne d’autant plus du déroulement effectif de l’histoire économique – et, par là, de l’explication ex post ou de la prévision des conjonctures singulières – qu’ils ont été mieux déduits à partir de définitions et d’hypothèses plus complètement formalisées.

53À l’inverse, dans une argumentation d’historien ou de sociologue, la supposition de liens multiples, toujours susceptibles d’être démultipliés, entre une configuration historique et le contexte pertinent de son explication, multiplie les déictiques qui circonstancient la portée de ses schématisations. Le risque historiciste est alors celui de voir se diluer la véridicité de l’explication dans le réseau monographique des rencontres causales que décrit le sociologue ou, chez l’historien, le risque de voir s’affaiblir la généralité de l’assertion à mesure que la spécialisation et la densification de la narration sont plus poussées. Le contexte de véridicité que choisit chaque science sociale en choisissant son « style » de raisonnement, c’est à la fois le style du discours par lequel elle l’argumente et le style de construction des « faits » auquel elle se réfère pour trancher de « ce qui est le cas » et de ce qui ne l’est pas. Un « style scientifique » c’est à la fois un choix de méthode et le choix d’une méta-langue qui définit le sens de cette méthode.

54Si l’on considère, d’une part, le statut logique des concepts sociologiques – définis par Max Weber comme concepts idéal-typiques ou, dirions-nous, comme désignateurs semi-rigides afin de rappeler l’ancrage « pragmatique » qui fonde le rôle de « désignateur rigide » d’une singularité joué par tout nom propre ou déictique – et, d’autre part, le statut logique des inférences qu’opèrent les schèmes qui justifient un raisonnement comparatif, toujours conduit « toutes choses n’étant jamais égales par ailleurs », on obtient une définition des conditions de véridicité des assertions historiques, qui ne peut elle-même se formuler que comme une définition « pragmatique » : le sens d’une argumentation portant sur des faits historiques, c’est-à-dire le sens assertorique d’un discours auquel on ne peut acquiescer ou objecter qu’en se fondant sur d’autres descriptions, ne peut être dissocié des conditions techniques et mentales de l’observation et du traitement des données, pas plus que de la formulation linguistique de leur enchaînement dans le discours.

55Les modalités logiques, tant des termes que des énoncés de l’argumentation sociologique, ont pour conséquence commune de subordonner la véridicité de chacun de ses arguments à la formulation du contexte pertinent de son énonciation. Or, le « contexte » pertinent d’une assertion de science sociale, ne peut jamais être défini a priori : c’est l’ensemble potentiellement infini de ses pertinences explicatives que ne peut épuiser aucune liste finie de propriétés susceptibles de « descriptions entièrement définies », aucun paradigme ou modèle à variables et paramètres énumérables et, par conséquent, aucune méthodologie soumise à l’obligation de clore la description des variations historiques pour la transformer en un traitement de « variables » pures : comme par exemple dans l’« analyse multivariée » des corrélations, dans l’« analyse factorielle » des correspondances, dans l’« analyse hiérarchique » ou dans les équations mathématiques d’un équilibre, etc. Les sciences du modèle doivent de s’être constituées comme des sciences spécialisées au fait d’avoir dû autonomiser, pour les besoins d’homogénéisation du calcul, leurs objets par rapport à leur contexte institutionnel et social, avec cet avantage que leurs principes peuvent alors être entièrement définis dans une théorie pure et leurs résultats s’exprimer dans le langage des théories universelles.

56À l’inverse, les sciences de l’enquête historique doivent au caractère synthétique de leur exploration des données, récits ou vestiges, d’expliquer plus intelligiblement configurations et séquences historiques, sous cette réserve qu’elles ne peuvent formuler la signification de leurs résultats les mieux argumentés que comme autant d’intelligibilités disjointes, jamais entièrement cumulables. La discontinuité assertorique est le prix des savoirs de la complexité, l’appauvrissement historique, le prix des savoirs formalisés.

Sciences du modèle et sciences de l’enquête

  • 36 Trop fortes, comme c’était le cas dans la définition parétienne de l’« action logique » qui condamn (...)
  • 37 G.-G. Granger, « Trois aspects de la rationalité économique », in L.-A. Gérard-Varet et J.-C. Passe (...)
  • 38 M. Allais, « Le comportement de l’homme rationnel devant le risque : critique des postulats et axio (...)

57Dans le traitement des données sociales qui constituent la base empirique de leurs assertions, les sciences du modèle et les sciences de l’enquête ne font pas le même usage du principe de rationalité. Disons plus précisément qu’elles articulent différemment dans leurs théories explicatives la « rationalité épistémique » et la « rationalité d’action » que confondent presque toujours les définitions trop « fortes » du principe de rationalité36. Gilles-Gaston Granger proposait d’en distinguer plusieurs « aspects » au sein même de la rationalité économique37. Toute l’histoire du principe de rationalité est celle d’une limitation, d’une mise sous contraintes, d’une spécification de ses usages ; ce sont ces restrictions, modalisations et re-formulations qui ont fait et font encore la mobilité des théories et des algorithmes du calcul des stratégies et des anticipations rationnelles. Maurice Allais dissociait encore plus catégoriquement la définition mathématique et la définition empirique (psychologique ou sociologique) de la rationalité d’action, dans un article de polémique célèbre où il rejetait comme tautologique la définition purement mathématique que l’école américaine proposait du principe de rationalité en fondant son calcul sur la courbe de Bernouilli dont les axiomes de Savage et de Samuelson universalisaient la portée38.

  • 39 P.-A. Chiappori et R. Guesnerie, « Anticipation, indéterminations et non-neutralité de la monnaie » (...)

58De même a-t-on vu émerger, dans l’histoire récente des théories de l’anticipation rationnelle, une conscience critique de plus en plus attentive aux télescopages entre les différentes hypothèses de rationalité, inégalement « exigeantes », qui sont à l’œuvre dans l’explication du succès ou de l’échec des anticipations rationnelles visant à maximiser ou optimiser un équilibre. Comme le montrent Chiappori et Guesnerie dans leur théorie des effets de la vérité et de la fausseté des théories économiques, l’idée que la rationalité du discours de la science économique, la rationalité des motivations de l’action, la rationalité du choix de ses moyens et la rationalité des représentations ou croyances qui la guident puissent être postulées simultanément dans toutes les interactions ou déduites les unes des autres engage des hypothèses inégalement exigeantes en postulats sociologiques39.

59On peut caractériser les différents « styles » de mise en œuvre scientifique de la « rationalité épistémique » en les situant à la fois dans l’« espace logique » et dans l’« espace assertorique » des différentes sciences sociales et de leurs méthodes. C’est ainsi que la diversité des usages théoriques et méthodologiques d’une même rationalité scientifique est figurée sur le graphique p. 177.

  • 40 Cf. J.-C. Passeron, « Les formes de la preuve dans les sciences historiques », p. 71-76.

60Mais on peut aussi, si l’on préfère le récit, tirer les mêmes conséquences méthodologiques de la distinction entre rationalité de l’action et rationalité de la connaissance en relisant comme une fable épistémologique l’historiette de la grenouille et du scorpion40.

61Dans ma relecture anthropomorphique de l’échec d’une négociation qui laisse perplexe son observateur, je n’ai fait qu’accentuer la diversité des usages que les sciences sociales font du principe de rationalité, afin de marquer le lien indissoluble qui unit la coexistence polysegmentaire de leurs argumentations et le caractère « normal » (au sens khunien) de la cohabitation entre plusieurs langages théoriques au sein de chacune d’entre elles, y compris les mieux unifiées dialectalement et professionnellement. La fable de la grenouille et du scorpion illustre la malléabilité du principe de rationalité qui se prête à de multiples variantes pour entrer dans les systèmes explicatifs les plus différents, selon les sciences sociales considérées. Si elle suggère une morale, celle-ci ne convie certainement pas le chercheur à la perplexité ou au scepticisme devant le foisonnement des langues théoriques de l’explication historique. Nos animaux exemplaires nous font seulement toucher du doigt la multiplicité des théories classiques, anciennes ou contemporaines, qui peuvent coexister scientifiquement, jusque dans une même recherche, en proposant des concepts concurrents, également capables d’expliquer, par leurs agencements aussi rationnels les uns que les autres, le naufrage explicatif et prévisionnel d’une rationalité abandonnée au seul formalisme. Sans pouvoir se réfuter ni démonstrativement ni expérimentalement, chacune des théories convoquées au chevet de nos victimes pour rendre compte d’un drame historique permet d’expliquer ex post, en combinant différemment la rationalité épistémique avec la diversité des formes de la rationalité d’action, comment les « anticipations rationnelles » de la grenouille assassinée et du scorpion suicidaire ont pu conduire en toute logique – c’est-à-dire au fil des logiques successives ou sporadiques du déroulement historique d’une interaction – à une catastrophe finale, parfaitement illogique dans une théorie pure de la rationalité d’action, et complètement imprévisible dans les anticipations rationnelles de ses acteurs, lesquels avaient pourtant aspiré conjointement et en toute bonne volonté utilitariste à une gestion scientifique de leur interaction.

Pluralité stylistique et rationalité scientifique : description et relativisation

62De la pluralité des théories découle, au sein de chacune des sciences sociales, un pluralisme méthodologique qui explique aussi bien la fréquence de leurs hybridations transdisciplinaires que la virulence de leurs conflits interdisciplinaires. L’identité logique ou méthodologique d’une discipline ne se reflète qu’approximativement dans son identité sociale. Dans un espace théorique où les sciences sociales cohabitent comme autant de royaumes scientifiques combattants, elles sont toutes exposées, un jour ou l’autre, à la tentation impérialiste d’imposer aux principautés voisines leur légitimité localisée : on en voit tous les jours se prendre pour leur portrait en majesté ou leur fantasme de lendemains théoriques chantant à l’unisson, parfois aussi s’identifier à leur ombre malheureuse condamnée au ressassement de ses déboires passés. La description épistémologique et la sociologie historique d’une science ne retrouvent que rarement au terme de leurs analyses la même science dans leurs creusets : c’est bien pourtant de la même science que l’on parle, qu’on la décrive comme un « système » de règles logiques et de normes argumentatives ou comme une « intrigue » historique reliant des acteurs au sein d’un réseau social de concurrence et d’échanges.

  • 41 K. J. Arrow, « Economic history : a necessary though not sufficient condition for an economist », T (...)

63L’échec de l’utilitarisme à rendre compte des actions d’homo sociologicus aussi univoquement que de celles d’homo œconomicus ne dissipe finalement qu’une aspiration vaine, l’aspiration, toujours déçue mais toujours vivace au sein de chaque science sociale, à devenir une science aussi « dure » que les sciences exactes réputées les plus « dures » : méthodologiquement unifiée, théoriquement paradigmatisée, protocolarisée en son programme d’observations, mathématisée en son langage, et, pourquoi pas, formalisée de part en part et de bout en bout. En économie, la domination durable d’une théorie comme celle de l’« équilibre général » et, plus généralement, la persistance d’une épistémologie qui ne conçoit de théorie vraiment théorique que la « théorie pure » semblent avoir confirmé les bénéfices du coup d’éclat galiléen qui a fondé la physique mathématique en ne retenant de l’observation du monde que les seules données susceptibles d’être transposées dans un calcul de « faits virtuels », en oubliant l’histoire des événements singuliers et leur complexité : ce qui n’a évidemment pas les mêmes conséquences pour expliquer la chute des corps ou la chute des empires, une valorisation boursière ou une floraison artistique. L’histoire et la sociologie ne se laissent pas oublier longtemps par les économistes qui prennent au sérieux la tâche explicative de leur discipline, surtout par les théoriciens les mieux avertis des pouvoirs et des limites du calcul utilitariste : Pareto aux origines du calcul à l’équilibre ou K. J. Arrow aujourd’hui41. La linguistique et la sémiologie, l’anthropologie et la démographie aussi, ont fait naître des espérances d’unification théorique ou de modélisation du devenir qui, comme le marxisme universitaire, le fonctionnalisme, le structuralisme ou la grammaire générative, n’ont eu qu’un temps. L’histoire des sciences nous dissuade de confondre un main stream avec un paradigme de normalité scientifique, un moment de bonheur théorique avec une révolution scientifique au long cours.

64Décrire la diversité des méthodes de l’argumentation scientifique dans les sciences sociales ne condamne en rien le chercheur au « relativisme » vis-à-vis de la véridicité des sciences de l’homme – sauf, bien sûr, s’il est resté fidèle à la métaphysique pré-kantienne de son enfance philosophique, ne voulant connaître de vérité que celle qui cesse de l’être dès qu’elle n’est plus « absolue ». La sociologie, l’anthropologie ou l’histoire sociale d’une science ne cautionnent en rien la relativisation épistémologique des vérités de la science qu’elles prennent pour objet de science. C’est là du moins un principe constitutif, pour ne pas dire un axiome, de toute méthodologie scientifique qui traite de la diversité épistémologique des styles scientifiques. Mais lorsqu’on métaphorise comme une perte, en la vivant comme un deuil, l’impossibilité de transposer en bloc dans une science historique la rigueur intemporelle des formalismes, c’est le principe inverse qui impose son évidence métaphorique : les sceptiques se recrutent chez les desservants du culte monothéiste d’une rationalité épistémique unique et unitaire.

65L’explication « interne » des évidences qui font la valeur logique d’un raisonnement scientifique, et l’explication « externe » des normes et conventions qui conditionnent son acceptation et sa diffusion historiques, produisent assurément des intelligibilités disjointes ; mais elles ne se disqualifient pas mutuellement et peuvent fort bien coexister logiquement, comme le font, dans des univers différents du discours, des langages théoriques qui questionnent différemment un même phénomène. Elles ne s’exclueraient que dans le langage spatial d’un spiritualisme métaphorique opposant un « intérieur » du discours scientifique à son « extérieur », comme on opposait la « subjectivité » à l’« objectivité » dans les débats rituels de la philosophia perennis. Ainsi engagé dans la défense philosophique du « Je transcendantal », par une réaction corporative qui se manifestait déjà chez les philosophes face à la sociologie de la connaissance de Durkheim et qui s’est aujourd’hui ritualisée en un streit intellectuel depuis Bloor et sa formulation, un rien provocatrice, du « principe d’asymétrie », le débat qui consiste à se demander si le projet d’une sociologie des sciences porte ou non atteinte à la valeur de la science est devenu un débat prisé des gazettes ou des chercheurs désœuvrés ; on ne voit pas qu’il ait changé grand-chose au travail de laboratoire, de terrain ou d’archive.

66Les philosophes de la post-modernité n’éprouvent d’ailleurs pas le besoin d’invoquer la sociologie des sciences pour « relativiser » les valeurs de vérité de la rationalité scientifique, déjà suffisamment convaincus par les petites et grandes « désillusions du progrès » de vivre une fois pour toutes dans un âge désenchanté d’après toutes valeurs et tous plaisirs de science. Qu’importe si les recherches contemporaines, dont ils ne consultent guère que les formulations les plus propices à leur morosité philosophique, définissent par leurs pratiques actuelles une épistémologie qui n’a plus guère de rapports avec l’idéologie scientiste des sciences conquérantes du xixe siècle. Quand la confusion par homonymie ou syncrétisme de tous les âges et de toutes les formes de scientificité ne suffit plus au plaisir acrimonieux de la diatribe contre le siècle passé – « le stupide xixe siècle », disaient les intellectuels sevrés de leurs certitudes anciennes au début du xxe, le « monstrueux xxe » entend-on aujourd’hui – il reste encore aux philosophes post-modernes la facilité d’accoutrer la science moderne des oripeaux de l’épouvantail scientiste pour mieux se draper dans les élégances vaporeuses d’une « ontologie faible », supposée faire meilleure figure philosophique aux yeux d’un public blasé que le rationalisme arrogant et rigide prêté à toute science, et d’abord aux sciences de l’homme. Décréter l’Aufklärung béotien ou criminogène est aujourd’hui le plus court chemin pour régler leur compte, sans avoir à les affronter, aux usages réglés ou circonstanciés du rationalisme dans les sciences et l’histoire comme dans la morale et la politique.

Notes

1 Je me réfère pour l’usage de cette notion à la description qu’a donnée Alistair Crombie des « styles » de la pensée scientifique dans l’histoire longue des sciences occidentales : Styles of scientific thinking in the European tradition : the history of argument and explanation especially in the mathematical and biomedical sciences and arts, Londres, Duckworth, 1994, 3 vol. En faisant porter la description des styles sur l’interdépendance logique entre les opérations du « raisonnement scientifique », Ian Hacking a précisé les composantes du langage de l’assertion – protocoles matériels et mentaux de la preuve, formes de définition des concepts et règles syntaxiques de formulation de la théorie – qui font la consistance d’un style scientifique : cf. I. Hacking, « “Style” for historians and philosophers », Studies of History and Philosohy of Sciences, 23 (1), 1992, p. 1-20. Ce sont ces éléments, toujours étroitement liés dans le langage d’une administration de preuve, qui sont décrits dans le présent article comme constitutifs de l’« espace assertorique » des sciences historiques.

2 Pour les éléments premiers de cette description, cf. J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991.

3 Au sens où Wittgenstein emploie le terme de « montrer » lorsqu’il distingue l’acte d’analyse, qui consiste à expliciter le sens assertorique d’un énoncé dans un discours cohérent, de l’acte qui consiste à « démontrer » la nécessité d’une inférence dans une déduction logique ou mathématique : Tractatus logico-philosophicus, trad. anglaise par C. K. Ogden révisée par l’auteur, Londres, Routledge & Kegan, 1922. Bertrand Russell commentait ce point fondamental de « méta-langue » des langues logiques dans sa préface à cette édition. Pour la forme que prend alors la description de l’« espace logique » (logische Raum) d’un discours de science sociale lorsqu’on l’analyse comme l’« espace assertorique » d’un enchaînement d’énoncés historiques, cf. J.-C. Passeron, « L’espace mental de l’enquête », Enquête. Anthropologie, Histoire, Sociologie, 1, 1995, p. 13-42.

4 Sur les langages de description de l’action sociale en termes d’« acteur », de « système » ou de médiation entre les deux, cf. J.-C. Passeron, « L’acteur, l’agent et l’actant : personnages en quête d’un scénario introuvable », Revue européenne des Sciences sociales, 39 (121), 2001.

5 J. Hintikka, Models for modalities : selected essays, Dordrecht, Reidel, 1969.

6 Comme le remarque Gilles-Gaston Granger, le nom propre « n’est éliminé qu’illusoirement du langage par la manœuvre russellienne qui parvient à l’introduire dans un système formel en le définissant comme une instance fixe de variable liée ». Remplacer dans un système logique le nom de l’individu Socrate par une fonction propositionnelle f(x) signifiant « socratiser » en posant par là qu’elle est vérifiée s’il existe un x qui permet d’en tirer une proposition vraie, c’est « postuler que quelque instance satisfait la propriété définitoire et que toutes les instances ainsi distinguées sont identiques ». C’est donc bel et bien laisser à la porte du système formel toute propriété qui pourrait découler de l’individualité de Socrate et renoncer ainsi, avec l’« ancrage pragmatique du nom propre » dans l’énonciation, à la fonction sémantique et syntaxique que joue l’acte de « désignation » dans toutes les formes d’argumentation en langue naturelle : G.-G. Granger, « À quoi servent les noms propres ? », in J. Molino, ed., Le nom propre, n° sp. de Langages, 17, 1982, p. 26-27. Dans cet article, l’auteur discute une distinction, devenue classique chez les philosophes et les logiciens du langage depuis l’article de Donellan, entre l’« aspect attributif » et l’« aspect référentiel » des descriptions : cf. K. S. Donellan, « Reference and definite descriptions » (1966), in S. P. Schwartz, ed., Naming, necessity and natural kinds, Ithaca, Cornell University Press, 1977.

7 G. Frege, « Sens et dénotation » (« Sinn und Bedeutung », 1882), in Id., Écrits logiques et philosophiques, trad. par C. Imbert, Paris, Seuil, 1971. La redéfinition des concepts comme « classes d’équivalence », qui procure à Frege la base logique de son projet d’une écriture entièrement formalisée de tous les « contenus de pensée » (Gedanken) nécessaires à une théorie de la déduction, impose l’application exclusive du « principe d’extensionalité » à toute définition des entités et opérations de ce langage. Le principe d’extensionalité impose alors au discours formalisé de renoncer à toute inférence ou définition faisant intervenir des opérations qui supposeraient une définition en « intensionalité » de la signification des énoncés ou des concepts.

8 G. Frege, « Begriffsschrift : eine der arithmetischen nachgebildete Formelsprache des reinen Denkens » (1879), trad. par S. Bauer-Mengelberg in J. van Heijenoort, ed., From Frege to Gödel. A source book in mathematical logic, 1879-1931, Cambridge, Harvard University Press, 1967, p. 1-82.

9 J. Bouveresse, Prodiges et vertiges de l’analogie : de l’abus des belles-lettres dans la pensée, Paris, Raisons d’agir, 1999.

10 R. Debray, Le scribe. Genèse du politique, Paris, Grasset, 1980 ; Id., Critique de la raison politique, Paris, Gallimard, 1981 ; ou Id., « L’incomplétude logique du religieux », Bulletin de la Société française de Philosophie, 90 (1), 1996, p. 9-31.

11 J. Bouveresse, Prodiges et vertiges de l’analogie…, p. 25-26.

12 Ibid.

13 A. Sokal et J. Bricmont, Impostures intellectuelles, Paris, Odile Jacob, 1999.

14 En prenant le terme de « déictique » en son sens le plus général, englobant tout « signe » dont le sens exige pour être compris que les interlocuteurs fassent intervenir leur connaissance de la situation où ils communiquent. Est alors « déictique » toute information dont le sens se réfère aux « circonstances » de la situation de parole ou à la position d’un terme ou d’un syntagme dans le déroulement d’une argumentation ; autrement dit les démonstratifs et les noms propres désignant des singularités aussi bien que les anaphoriques renvoyant à des moments du discours.

15 G.-G. Granger, « À quoi servent les noms propres ? », p. 32-36. Plus généralement, sur l’« ancrage pragmatique » des formes du discours, cf. du même auteur, Langage et épistémologies, Paris, Seuil, 1979, en particulier chap viii.

16 Cf., pour le développement de ce point qui oblige à distinguer entre l’usage que le sens commun fait de l’analogie et celui qui fournit le ressort des méthodes de la recherche comparative, J.-C. Passeron, « Les formes de la preuve dans les sciences historiques », Revue européenne des Sciences sociales, 39 (120), 2001, p. 38-41.

17 C’est cette « généralité », cette « régularité », distincte de l’universalité des propositions nomologiques, que Max Weber associait à « l’adéquation quant au sens », pour caractériser l’intelligibilité sociologique : M. Weber, « Les concepts fondamentaux de la sociologie », in Id., Wirtschaft und Gesellschaft, Tübingen, J. C. B. Mohr, 1922.

18 C’est la thèse de Jean-Claude Gardin qui a défini, dès les années 1960, un programme « logiciste » d’analyse des discours (et d’abord des discours scientifiques de nos disciplines) dont il plaide depuis longtemps les avantages pour la recherche et la communication scientifiques : garantie de la validité des inférences par l’infaillibilité mécanique d’une déduction formalisée, traitement informatisé des corpus de données et de la validation des hypothèses par les « moteurs d’inférence » de l’intelligence artificielle, éradication de toutes les abus rhétoriques autorisés par le discours en langue naturelle. Cf., pour une réflexion rétrospective et prospective sur ce programme, J.-C. Gardin, « Entre modèle et récit : les flottements de la troisième voie », in J.-Y. Grenier, C. Grignon, P.-M. Menger, eds, Le modèle et le récit, Paris, Éd. de la MSH, 2001. Séduit par ce projet d’une retraduction du discours sociologique qui n’en retiendrait que la charpente argumentative, j’avais moi-même, dans les années 1970 entrepris une analyse (« pour voir ») d’un lot de travaux en sciences sociales. Mais je dus vite en convenir : passés au filtre de la logique des propositions, je ne voyais plus ressortir du traitement d’ouvrages classiques, qui en langue naturelle avaient convaincu des générations de chercheurs par leurs argumentations sur pièces, qu’un bien maigre butin d’opérations purement logiques. Une fois débarrassées des nuances sémantiques portées par les subordinations, explicitations et circonstanciations de la langue naturelle, les phrases de ces textes scientifiques n’étaient plus connectées que par des « et » résiduels (plus souvent conjonctifs que disjonctifs), dont émergeaient quelques rares « implications » (« si p alors q »). La force de l’argumentation s’était évaporée : n’y perdait-on qu’un habillage rhétorique superflu ou la logique même de la preuve dans une science historique ?

19 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, « Sociologues des mythologies et mythologies de sociologues », Les Temps modernes, 24, 1963, p. 998-1021.

20 G. Cohen-Seat et P. Fougeyrollas, L’action sur l’homme : cinéma et télévision, Paris, Denoël, 1961, p. 62.

21 E. Morin, L’esprit du temps, Paris, Grasset, 1962, p. 44-49.

22 Voir ici même J.-B. Grize, « Les deux faces de l’argumentation : l’inférence et la déduction », plus précisément p. 16-17.

23 J.-B. Grize en prend ici de nombreux exemples, ibid., p. 21.

24 Cf. M. de Fornel, « Le destin d’un argument : le relativisme linguistique de Sapir-Whorf », ici même, p. 121-147. L’article montre l’intrication de ces deux dimensions de l’énonciation dans le discours des sciences sociales, en analysant la manière dont les différents courants de la rhétorique et de la pragmatique contemporaines prennent en compte, ou non, la dimension proprement logique de l’argumentation, c’est-à-dire « la force intrinsèque d’un argument […] en fonction de sa place dans le processus argumentatif », ibid., p. 122.

25 Au sens où Max Weber fixait à la « sociologie de compréhension » une double exigence méthodologique : viser à une explication qui soit à la fois « causalement adéquate » (kausal adäquat) et « adéquate quant au sens » (sinnhaft adäquat) : M. Weber, « Les concepts fondamentaux de la sociologie ».

26 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Minuit, 1970, p. 90-113. Pour le détail des résultats à ce test de langage, cf. P. Bourdieu, J.-C. Passeron, M. de Saint-Martin, Rapport pédagogique et communication, Paris-La Haye, Mouton, 1965.

27 J. Hintikka, Models for modalities…

28 Le schème braudélien, qui coordonne en les superposant les différentes « vitesses » du temps historique, laisse voir avec une netteté particulière sa texture argumentative lorsque l’auteur se résume dans un texte où il condense sa théorie des « économies-mondes » : F. Braudel, Civilisation matérielle, économie, capitalisme : xve-xviiie siècles, Paris, Armand Colin, 1979.

29 L’élargissement du raisonnement comparatif de Weber a fait passer son argumentation, d’abord limitée à une comparaison intra-européenne restreinte (dans L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme [1902]), à l’interrogation comparative des relations entre l’« ethos économique » des grandes religions mondiales et les attitudes culturelles qui favorisent ou font obstacle au développement du capitalisme moderne (dans ses Essais de sociologie des religions [1922]) remettant ainsi en série ses descriptions et synthèses antérieures.

30 É. Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Paris, Presses universitaires de France, 1960 (1re éd. 1912).

31 Comme le fait remarquer ici même Jean-Blaise Grize à propos de l’établissement d’une preuve par épuisement de toutes les possibilités énumérées sous une forme disjonctive, cette démarche se rapproche de deux méthodes de l’inférence par implication, l’une plus proche de la déduction, l’autre de l’induction (p. 17-18) : « Ou bien on raisonne en éliminant tous les cas sauf un ; ou bien on affirme que aussi bien a que b et que c impliquent la même conclusion. » La ressemblance du schème probatoire que l’on décrit ici avec une opération de logique pure encourage l’argumentateur à faire un usage rhétorique de cette proximité trompeuse « en laissant entendre au lecteur qu’il n’y a point d’autre termes possibles » dans l’énumération des possibilités logiques supposée représenter une liste exhaustive des possibilités réelles. La conclusion ainsi obtenue est pourtant logiquement non valide puisqu’elle détache, « pour en faire une proposition [logiquement] universelle, indépendante des faits qui lui ont donné naissance », une inférence qui, en fait, reste dépendante des circonstanciations empiriques ayant justifié l’énumération initiale des cas possibles. On voit bien ici le niveau d’expression – la forme mixte d’énonciation – où opère la schématisation du discours, entre rhétorique des « figures » et logique formelle des « opérations ». On comprend à la fois sa valeur probatoire propre, qui est au fondement de la scientificité des sciences historiques, et son adhérence linguistique aux figures de la rhétorique, en même temps que la présence intersticielle du calcul des propositions au sein de ses opérations argumentatives.

32 Sur la position centrale, mais exposée à tous vents sémantiques, de l’analogie dans le discours des sciences sociales, entre heuristique et rhétorique, entre homologie et métaphore, cf. J.-C. Passeron, « Analogie, connaissance et poésie », Revue européenne des Sciences sociales, 38 (117), 2000, p. 13-33.

33 Pour cet exemple, cf. G. Dumézil, Les dieux des Indo-Européens, Paris, Presses universitaires de France, 1952.

34 Pour les différences logiques entre « quantification », « modélisation », « formalisation » et « schématisation », voir J.-C. Passeron, « Entre économie et sociologie : rationalité, formalisme et histoire », in J.-Y. Grenier, C. Grignon, P.-M. Menger, eds, Le modèle et le récit, p. 268-270.

35 Nous parlons ici d’une tendance qui s’est accentuée dans la rhétorique contemporaine. Le « retournement radical », commenté par Michel de Fornel (ici même, p. 122 sq.), de la définition aristotélicienne des rapports entre logique et rhétorique qui s’est opéré à partir d’ouvrages refondateurs comme ceux de C. Perelman et L. Olbrechts-Tyteca (Traité de l’argumentation : la nouvelle rhétorique [1958]), ou de S. Toulmin (The uses of argument [1958]) a eu pour contrepartie de réduire le champ de la plupart des analyses contemporaines de l’argumentation à l’étude des marques textuelles et des mécanismes de la persuasion, c’est-à-dire aux conditions (psychologiques ou sociologiques) de l’acceptation des thèses d’un discours par un auditoire déterminé. Ou, chez Toulmin (The abuse of casuistry. A history of moral reasoning [1988]), de retrouver, derrière les détours de l’argumentation casuistique, la forme canonique de la déduction en ramenant le travail de la « pensée par cas » à une « révision » des prémisses du raisonnement qui permet de restaurer leur liaison logique aux cas particuliers en segmentant des champs spécialisés de la validité d’une argumentation.

36 Trop fortes, comme c’était le cas dans la définition parétienne de l’« action logique » qui condamnait à décrire comme « non logiques » (a-logiques) toutes les actions où la rationalité de la liaison entre moyens et fins ne coïncidait pas à la fois « subjectivement » (dans les représentations de l’acteur) et « objectivement » (dans le déroulement des phénomènes eux-mêmes) : V. Pareto, Traité de sociologie générale, Genève, Droz, 1968, p. 67-68 (1re éd. 1917- 1919).

37 G.-G. Granger, « Trois aspects de la rationalité économique », in L.-A. Gérard-Varet et J.-C. Passeron, eds, Le modèle et l’enquête, Paris, Éd. de l’EHESS, 1995, p. 567-580.

38 M. Allais, « Le comportement de l’homme rationnel devant le risque : critique des postulats et axiomes de l’école américaine », Econometrica, 21 (4), 1953, p. 503-545.

39 P.-A. Chiappori et R. Guesnerie, « Anticipation, indéterminations et non-neutralité de la monnaie », Annales d’Économie et de Statistiques, 1990, p. 1-25. Roger Guesnerie revient sur les hypothèses implicites qu’engagent les « anticipations rationnelles » selon leurs rapports à la « connaissance commune », aux représentations, aux croyances et à leur vérité éventuelle, dans sa Leçon inaugurale de théorie économique et d’organisation sociale, Paris, Collège de France, 2001.

40 Cf. J.-C. Passeron, « Les formes de la preuve dans les sciences historiques », p. 71-76.

41 K. J. Arrow, « Economic history : a necessary though not sufficient condition for an economist », The Theory of economic Organizations, 75 (2), 1985, p. 320-323.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/19736/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search